La une des lecteursTous les blogsles top listes
Envoyer ce blog à un amiAvertir le modérateur

21/10/2014

L'ACCORD IDEAL DES VINS ET DES GIBIERS

Les gibiers qu’ils soient à plumes comme le canard, le faisan, la bécasse ou la caille ou à poils comme un chevreuil, une biche, un sanglier ou encore le lièvre annoncent les repas d’automne et les fêtes de fin d’années. Leur goût est fort. Il faut donc les accompagner dignement de vins puissants et d’un certain âge. Ils appellent de grands vins rouges de garde.


Quel vin avec le gibier à poil : Chevreuil, biche, sanglier 

En ce qui concerne le gros gibier à poil, il faut les servir avec des vins encore vifs et d’une belle structure tannique comme des vins rouges de Bordeaux rive droite tels que Fronsac, des grands vins rouges de la Côte de Nuits tels que Gevrey-Chambertin, Richebourg ou encore certains vins rouges du Sud structurés et capiteux comme ceux de Provence ou de Corse, un Coteaux Varois, un Bandol ou encore un Patrimonio. 

Quel vin avec le lièvre 

La viande de lièvre est délicate et parfumée, il faudra l’accompagner de vins fins et racés. Pensez à des appellations comme Banyuls en Languedoc-Roussillon, Châteauneuf-du-Pape dans la vallée du Rhône méridionale ou encore Croze-Hermitage en Vallée du Rhône septentrionale. Les accords à découvrir : Le lièvre à la broche avec un Patrimonio rouge, le lièvre à la Royale et un Corton.

Quel vin avec le gibier à plumes peu goûteux : faisan, caille, bécasse 

Sur des gibiers à plumes peu goûteux comme le faisan ou la caille, optez pour des vins rouges fins, aux tanins déjà bien fondus comme ceux de Vosne-Romanée ou de Châteauneuf-du-Pape. On aimera le faisan Souvaroff (faisan rôti fourré d’une farce aux truffes et au foie gras) avec un Côte-rôtie, la puissance aromatique du vin faisant résonnance avec celle du plat. On aimera les cailles rôties aux petits pois et aux lardons accompagnées d’un vin rouge de la vallée du Rhône méridionale tel un Gigondas de quelques années.

Quel vin avec le gibier à plumes très odorants : perdreau, canard 

A l’inverse sur du gibier à plumes comme un perdreau qui sera plus odorant, accompagnez-le de vins rouges charpentés, puissants et riches en arômes tels que Hermitage, Minervois et Madiran ou pourquoi pas un Pommard de Bourgogne à base de cépage Pinot noir. Sur du canard, servez des vins rouges de caractère du Languedoc tels que Pic-Saint-Loup ou encore un savoureux Médoc comme des Saint-Julien ou des Margaux.

Les vins de l'année avec Vins du Siècle

08:54 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

14/10/2014

Accord mets et vins : Vin et Poissons

 

568.jpgLes alliances mets vins autour du poisson se feront majoritairement avec un vin blanc. En effet, le poisson est riche en protéines qui fondent l’acidité des vins blancs. A la différence des protéines de la viande, celles du poisson ne peuvent adoucir les tanins du vin rouge. Dans le choix du vin, on tiendra compte de l’origine du poisson, s’il est d’eau douce ou de mer et bien sûr du type de préparation (cru, fumé, frit, poêlé, rôti ou encore bien grillé). On réservera les vins rouges pour des poissons cuisinés en sauce à base de vin comme un Cabillaud sauce vigneronne avec un vin rouge de Loire comme un Chinon.

Quel vin avec le poisson cru et le poisson fumé 

Le poisson cru (sushi et sashimi) appelle des vins primaires aux notes d’agrumes. L’acidité franche du vin apportera de la légèreté à l’accord. Optez pour des vins blancs de Loire comme des sauvignons de Touraine, des vins de Bourgogne comme des chablis 1er cru ou encore de jeunes Rieslings alsaciens. Le poisson fumé quant à lui, demandera des vins au bouquet expressif et assez goûteux comme un Gewürztraminer Alsacien. 

Quel vin avec les poissons cuisinés 

Le poisson peut-être cuisiné de différentes manières. Le nombre d’accords mets vins est presque illimité. 

Sur des grillades ou des poissons frits, on servira des vins blancs suffisamment aromatiques et suaves tels que les vins de Provence comme Cassis ou Côtes de Provence ou encore des vins blancs de la rive gauche à Bordeaux comme des Graves. Un merlan frit à la chair fondante et à la peau craquante se mariera bien avec un vin blanc du Languedoc, assez fringuant, comme un Picpoul-du-Pinet, pour un accord par complémentarité acidité/gras.

Sur des poissons en sauce, Il est préférable de servir des vins suffisamment gras pour faire écho à la douceur du plat. On s’orientera vers des vins de Bourgogne tels que Meursault ou encore Beaune 1er cru ou des vins blancs du Bordelais légèrement boisés tels qu’un Bordeaux Supérieur, un vin de Pessac-Léognan ou de Graves.

Sur les poissons d’eau douce, à la chair plus délicate et à la saveur plus fine, le choix du vin est particulièrement important. Privilégiez des vins blancs droits et typés qui rehausseront le goût du plat. Optez pour des appellations comme Savennières et Anjou blanc Vieilles vignes en Val de Loire ou Chassagne-Montrachet et Corton-Charlemagne en Bourgogne. 

Les vins de l'année avec Vins du Siècle

 

17:29 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

01/10/2014

Top Palmarès Vignerons Sud-Ouest 2015

 
Région Sud-Ouest
- Prix d’Honneur ❤❤❤❤❤ : 22
- Prix d’Excellence ❤❤❤❤ : 16
- Satisfecits ❤❤❤ : 13
- Lauréats ❤❤ : 2
  

De jolis coups de cœur cette année, notamment en Cahors, Madiran, Jurançon ou Gaillac. Ici, les cépages et les sols ont une véritable influence, une véritable présence historique. De quoi montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas à Cahors ou à Madiran. 

 À quoi bon avoir de beaux cépages de caractère comme le Tannat, le Cot, La Négrette ou le Gros Manseng si c’est pour “lisser” les vins et les dépersonnaliser au point que l’on ne sait plus ce que l’on goûte ? La complexité des terroirs et des climats est pourtant bien réelle dans la région, et prouve que l’on ne fait pas la même qualité, selon les aléas de la nature, au fin fond du Béarn ou dans le Lot. C’est ce qui compte, et crée la typicité.
 

Mon Classement vous ouvre les portes des vignerons qui méritent une commande.

 

 Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE


Classement Sud-Ouest Perigord 
Tout savoir sur le vignoble

LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE

Les Classements du site sont réactualisés en permanence dans l'année en fonction des dernières dégustations (derniers ou anciens millésimes, coups de cœur, déceptions...) et peuvent donc être différents de ceux du Guide "papier", qui ne peut être remis à jour avant la prochaine édition
Accédez GRATUITEMENT aux commentaires de dégustation du GUIDE DUSSERT-GERBER DES VINS 2015 en cliquant sur le nom (en rouge)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CAHORS
BOVILA
CAMINADE
LA COUTALE
CROZE DE PY
FAMAEY
GAUTOUL
HAUTE-SERRE
LAVAUR
NOZIÈRES
TRIGUEDINA
BOUT DU LIEU
EUGÉNIE
MERCUES
PAILLAS
SOULEILLAN
MAISON-NEUVE
PECH DE JAMMES
PELVILLAIN
REYNE
BERGERAC
COTES-DE-BERGERAC
MONBAZILLAC
GRAND-JAURE (P)
MOULIN-POUZY (M)
PÉROUDIER (BI)
LA PLANTE
LAROQUE (BI)
VIEUX TOURON (M)
CLOS DU BREIL
GAILLAC
BOURGUET
LABARTHE
LECUSSE (Bl)
PIALENTOU (BI)
L'EMMEILLÉ
MADIRAN
JURANCON

BARRÉJAT
BORIES
Cru LAMOUROUX (J)
PARADIS
PICHARD
VIELLA
CUQUERON
GAILLON (M)
HUSTE (J)
NIGRI (M)
ROUSSE (J)
SERGENT
BURGUÉ-SÉRÉ (J)
LAFITTE-TESTON
MONTAUD
AUTRES APPELATIONS 

VIGNERONS BUZET (Bt)
GENSAC
PLAISANCE (F)
POUYPARDIN (G)
VIGNERONS BRULHOIS
GUILLAMAN (IGP)
HAILLE (IGP)
HERREBOUC
CAVE IROULÉGUY (I)
JOY (IGP)
MALARTIC (IGP)
SAINT-GUILLHEM (F)
VOIE BLANCHE (VP)



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CAHORS
ARMANDIÈRES
(PASSELYS)
BERGERAC
COTES-DE-BERGERAC
MONBAZILLAC
CROIX BLANCHE (BI)*
HAUT-FONGRIVE*
PUY SERVAIN (HM)*
BERTRANOUX (P)
(LA BORDERIE (M))
POULVERE M)
TIREGRAND (P)
MAINE-CHEVALIER
PANISSEAU (BI)
GAILLAC
ADELAÎDE
GRAND CHÊNE
LACROUX
LESCURE
RHODES
SARRABELLE
MADIRAN
JURANCON

(Cru LAROSE (J))
AUTRES APPELATIONS 

MAGNAUT
MAURIGNE (Sa)*
MIRAIL
(PELLEHAUT)

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CAHORS
(TROTTELIGOTTE)
BERGERAC
COTES-DE-BERGERAC
MONBAZILLAC
PIQUE-SÈGUE
(ROQUES-PEYRE*)
GAILLAC
MADIRAN
JURANCON
Prod. JURANÇON (J)
AUTRES APPELATIONS 

(CAVE FRONTON (F))

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

18:36 Publié dans Consommation, gastronomie, Shopping, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

26/09/2014

GUIDE DES VINS : LE TOP DES PROPRIETAIRES BORDELAIS

Les Prix d’Honneur ❤❤❤❤❤ : Les références de leur appellation, que je connais généralement depuis longtemps, certains ont été retenus depuis le 1er Guide (ou patiquement), ce qui -en soi- mérite un véritable “coup de chapeau”, tant il est difficile de se maintenir au plus haut niveau, chacun dans sa gamme, naturellement. Eux, associent le talent et la passion, sans se faire avoir par les modes... tout ce que l’on aime.

Les Prix d’Excellence ❤❤❤❤ :  D’autres grandes valeurs sûres, dans toute la gamme, dans le Guide depuis très longtemps ou qui sont de grands coups de cœur de l’année. Ils sont également garants d’une régularité qualitative exemplaire et d’un attachement réel au terroir. Du grand art encore, chacun possédant son originalité. Pour certains, s’ils confirment cette excellence, ils atteindront le Prix d’Honneur.

Les Satisfecits ❤❤❤ : Les grandes satisfactions de ces derniers millésimes et/ou ceux dont les vins m’ont particulièrement séduits cette année, qui se distinguent et dont le talent se confirme. Ils peuvent prétendre au Prix d’Excellence.  

Accédez GRATUITEMENT aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom 


Prix d’Honneur


Jean-Guy Beyney (Clos de Sarpe)
Joël Dupas (Béchereau)
Famille Filippi-Gillet (Boutillon)
Marie-Cécile Fougère (Crain)
Jean-Marie Garde (Clos René)
Anne et Hugues Mallet (Haut-Macô)
Jacques Mournaud (Grand Cormier)
Odette Pommier (Darius)
 
 

Prix d’Excellence

 
Famille Baly (Coutet)
Jean-Noël Belloc (Brondelle)
Pierre Bonastre (Hennebelle)
Lionel Bord (Clos Jean)
Jean-Marie Bouldy (Bellegrave)
Aurore Briolais (Haut-Mousseau)
Régis Chevalier (Haut-Cruzeau)
Michel et Pierre Choquet (Lagrange Les Tours)
Jean-Francis Daney (Arche-Pugneau)
Henri-Louis Fagard (Cornemps)
Julian Grelot (Tour Mont d'Or)
Olivier Lavialle (Luchey-Halde)
Famille Lignac (Guadet)
Denis Lurton (Desmirail)
Luc Monlun (Chalet de Germignan)
Famille Ponsar-Mahieu (Tour-Marcillanet)
Famille Renouil (Brousteras)
Jean-Claude Rocher (Vieux Château des Rochers)
Famille Rouvière (Bernadon)
Brigitte Rullier-Loussert (Dalem)
 

 

Satisfecits

 
 
 
Virginie Aubrion (Piote)
Famille Billon (La Garelle)
Philippe Bourcier (Haut-Bourcier)
Famille Cheminade (Destrier)
Sylvie Courreau-Fompérier (Guillemin la Gaffelière)
Françoise Decamps (Vieux Montagne)
Famille Demonchaux (Pierrail)
Famille Durand (Haute-Faucherie)
Jocelyne Frachet (Frachet)
Sébastien Fraysse (Loirac)
Gilles Fressineau (Piron)
Jean-Claude Gallier (Reynats)
Famille Godineau (Arnauds)
Véronique et Philippe Mazières (Collines)
Famille Médeville (Fayau)
Didier Meneuvrier (Croix-Davids)
Famille Neel-Chombart (Lamothe de Haux)
Jean-Loup Robin (Gontet-Robin)
Famille Sendrey (Haut-Claverie)
Pascal Sirat (Panchille)
Famille Sirot-Soizeau (Closiot)

 

09:32 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

14/09/2014

Guide 2015 : dans toute la Vallée du Rhône, les coups de cœur sont nombreux !

Top Palmarès Vignerons 2015
 
Région Vallée du Rhône
- Prix d’Honneur ❤❤❤❤❤ : 14
- Prix d’Excellence ❤❤❤❤ : 22
- Satisfecits ❤❤❤ : 37
- Lauréats ❤❤ : 9
 

Ici, en-dehors des appellations les plus prestigieuses, les meilleurs vins, dans de nombreuses appellations (Vacqueyras, Vinsobres, CDR-Villages...), bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-typicité, viennent aussi conforter le terroir et la main de l’homme, qui font la différence.

De Vienne en Avignon, les rouges, charnus, charpentés, séveux, racés, avec des notes de prune, de réglisse et des parfums de sous-bois, sont des vins denses et chaleureux comme nous les aimons. On déguste des blancs rares et savoureux (Condrieu, Hermitage, Saint-Joseph et Châteauneuf-du-Pape), issus de raisins qui se plaisent à merveille dans ces sols pauvres, exceptionnels pour la vigne qui doit chercher sa nourriture en profondeur.
 
Les millésimes       

Les grands : 2010, 2009, 2008, 2005, 2004, 2003 et 2001, 2000, 1998, 1996, 1995, 1989, 1988, 1985, 1983, 1978, 1970, 1967 et 1961.

Les bons : 2013, 2012, 2011, 2007, 2006, 1999, 1997, 1994, 1990, 1986, 1982, 1981.

Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE

Classement Vallée du Rhône  Tout savoir sur le vignoble

TOP VIGNERONS VALLEE DU RHONE

Cliquez sur le nom pour accéder gratuitement aux commentaires du Guide Dussert-Gerber des Vins 2015

Domaine Les 3 CELLIER
Domaine ALARY
Pierre AMADIEU
Domaine de L'AMAUVE
Domaine de L'ARNESQUE
ARNOUX & Fils
Domaine de L'AURE
Domaine Juliette AVRIL
Domaine BANNERET
Château BEAUCHENE
Domaine BEAUVALCINTE
Château BIZARD
Clos des BRUSQUIÈRES
Domaine de La CAMARETTE
Château La CANORGUE
CLOS des CAZAUX
Domaine de CHAMP-LONG
Domaine CLAVEL
Château des COCCINELLES
DAUVERGNE-RANVIER
Domaine de DEURRE
Domaine Benjamin et David DUCLAUX
Domaine des ENCHANTEURS
Guy FARGE
Domaine Jacques FAURE
Domaine FLACHER
Château FONTVERT
Château FORTIA
Domaine du GALET des PAPES
Domaine de GALUVAL
Domaine de La GAYÈRE
Domaine JABOULET Philippe & Vincent
Domaine des LAURIBERT
Vignobles LEVET
Domaine LOU FREJAU
Domaine de Magalanne
Domaine MARTIN
Domaine MATHIEU
Domaine La MEREUILLE
Château MONT-REDON
Domaine de MONTINE
Domaine du MOULIN
Domaine MOULIN du POURPRÉ
Château MOURGUES du GRES
Domaine de NALYS
Château d'OR et de GUEULES
Domaine des PASQUIERS
Château PESQUIÉ
Cave POULET & Fils
LE PUY DES ARTS
Domaine du PUY MARQUIS
Château REDORTIER
Château La ROLIÈRE
Domaine de ROSIERS
Château SAINT-ESTEVE D'UCHAUX
Clos SAINT PIERRE
Domaine SAINT-VINCENT
Domaine SERGUIER
Domaine SYLLA
Domaine de TARA
Domaine de TAVERNEL
TERRE d'HACHENE
Domaine TOUR SAINT-MICHEL
Château TROIS COLOMBES les RAMEAUX
Domaine de la VALÉRIANE

12:40 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09/09/2014

GUIDE DES VINS 2015 : LE CLASSEMENT DES MEILLEURS BORDEAUX SUPERIEURS

 

En Bordeaux Supérieur, les progrès sont réguliers depuis plus de dix ans, et, loin de la démence des Prix de certains autres “cuvées Spéciales”, on savoure de nombreux vins remarquables pour leur rapport qualité-Prix-plaisir. La plupart des propriétaires retenus élèvent aussi de jolis Bordeauxblancs qui ont du mal à se faire une image.

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en rouge)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A 
Priorité à la puissance
BOSSUET
BRAN DE COMPOSTELLE
CRAIN
FILLON
HAUT-CRUZEAU
LAGRANGE LES TOURS
REIGNAC
PARENCHÈRE
THURON
 
BÉCHEREAU
BELLEVUE-FAVEREAU
FONTBONNE
PANCHILLE
PASCAUD
PIERRAIL
PIOTE
 
FRACHET
LAMOTHE VINCENT
VRAI CAILLOU
 
CHANTEMERLE
HAUT-BRANA
LISENNES
CATEGORIE B 
Priorité à l'élégance
BOUTILLON
CORNEMPS
MASSON/GASSIES-GAUTEY (BX)
GRAND FRANÇAIS
LAUBERTRIE (BX)
LAJARRE
PENIN
SIRON
 
BASTIAN
BELLE GARDE
BERNADON (BX)
COLLINES
ENTRE-DEUX-MONDES
AUX-GRAVES -DE-LA-LAURENCE
LARTIGUE-CÈDRES
MAISON NOBLE
LAUDUC
MALEDAN (BX)
 
CROIX DE QUEYNAC
TUILERIE du PUY
 
BEAU RIVAGE
ELIXIR de GRAVAILLAC
FONT-VIDAL (BX)
HAUT POUGNAN (BX)
PRIEURÉ MARQUET*

 

TOP BORDEAUX SUPERIEUR

Cliquez sur le nom pour accéder GRATUITEMENT aux commentaires du Guide Dussert-Gerber des Vins 2015

Château des ARRAS
Château Les ARROMANS
Château BASTIAN
Château BELLEVUE-FAVEREAU
Château BOSSUET
Château BRAN de COMPOSTELLE
Château La CROIX de QUEYNAC
Domaine L'ENTRE DEUX MONDES
Château FILLON
Château GRAND FRANÇAIS
Château AUX-GRAVES-DE-LA-LAURENCE
Château LAJARRE
Château LAUDUC
Château de LISENNES
Château MAISON NOBLE
Château de PARENCHÈRE
Château PASCAUD
Château PENIN
Château PERAYNE
Château de REIGNAC
Château du SIRON
Château THURON
Château VRAI CAILLOU

08:19 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

03/09/2014

Interview Dussert-Gerber : l'arrogance et le snobisme n'ont rien à faire dans le monde du vin !

PHOTO PDG GUIDE 2015.jpgBrigitte Dussert : le snobisme, l'arrogance, dans les vins comme chez des "critiques" ou œnologues... ne semblent pas être votre "tasse de thé" .

Patrick Dussert-Gerber : On peut être (très) riche et humble, renommé et passionnant. Et on peut être tout aussi modeste et "imbuvable". L'argent n'a rien à voir avec cela, c'est une question de culture, d'éthique.

J'ai appris la dégustation avec deux (très) grands maîtres : Jacques de Loustaunau de Guilhem et Emile Peynaud, sans parler de Jacques Puisais ! Ils m'ont appris l'humilité : on dégustait le même vin (sans le savoir) dans des conditions différentes : dans le noir, avec du jazz en fond, puis avec des murs blancs ou jaunes, du Mozart ou des variétés, etc : tous les sens étaient en éveil, c'était formidable de voir à quel point nous sommes sensibles aux éléments extérieurs, vraiment des expériences exceptionnelles qu'un bon nombre de rigolos actuels feraient bien d'approfondir.

Aujourd'hui, ce ne sont plus des journalistes mais des... attachés de presse ou des “hirondelles” (terme désignant un habitué des buffets de presse ou des invitations dans les châteaux)! Passons.

Bref, moi, personne ne me voit dans ces sauteries bienveillantes où tout est beau tant qu'on est invité : c'est moi qui règle mes frais de déplacements et personne ne me loge ni ne me nourrit...

Et puis, on ne se refait pas : j’aime les vignerons qui se retroussent les manches, font des salons, accueillent à la propriété et dialoguent avec leurs clients. On l’a bien vu avec la crise : les producteurs qui informent et ménagent leur clientèle n’ont pas été touchés, et c’est bien normal. Autre exemple : un vigneron digne de ce nom qui parcoure ses vignes en bottes sait très bien qu’il ne faut pas mettre trop de pesticide, connaît la culture raisonnée et raisonnable, cela fait une vingtaine d’années qu’il en a pris conscience. Ce n’est pas parce que le bio est à la mode, il le faisait naturellement auparavant, mais n’en parlait pas. Mieux vaut s’en tenir à la passion plutôt qu’à la frime, à la recherche de son authenticité plutôt qu’à la désinvolture de ne faire qu’un bon produit, “sans âme, ni vertu”. Un vin Corse, c’est aussi bon qu’un Pauillac, un Sancerre qu’un Meursault, un Châteauneuf qu’un Pomerol, la liste est infinie, et la raison est toute simple : c’est nous qui avons besoin de goûts différents selon le moment, le temps, les mets, notre humeur. Chaque vin a sa place, à tel endroit, dans telle situation.

Contrairement à d’autres, je ne bois pas uniquement des vins chers que l’on m’offre... Pour moi, un grand vin, c’est un vin authentique, qui correspond à un moment donné, à un état d’esprit. On peut prendre autant de plaisir avec un Minervois, un Alsace, un Chénas ou un Touraine qu’avec le plus beau Pomerol ou Meursault, à partir du moment où chacun est typé. Il y a des occasions, des moments pour boire chaque type de vin. On ne boit pas le même vin seul en rêvant au cosmos, qu’avec des amis, ni le même vin sur une terrine ou un plat sophistiqué. C’est la grande force de notre pays : avoir une gastronomie aussi riche que ses vins, c’est formidable ! Avec nous, l’Italie est le seul autre pays au monde à pouvoir revendiquer cela. Ce n’est pas rien.

Que l’on ne s’y trompe pas : tout est lié. Soit vous êtes un vigneron passionné et devenez alors passionnant pour un consommateur, soit vous êtes un producteur imbu de lui-même et personne n’a envie de “boire un canon” avec vous. Dans le premier cas, vous croyez en la nature, en votre terroir, en votre histoire et vous mettez à leur disposition les progrès œnologiques. Dans l’autre cas, vous lissez les millésimes, faites du vin comme on ferait du soda, une cuvée pour les femmes, une autre pour les jeunes, une autre pour les chinois, etc...

Ceux qui partagent la même éthique que moi, vous les retrouvez dans Millésimes et dans mon Guide, je connais leur courage et leur détermination en sachant que ce n’est pas toujours facile pour eux. Ils sont plus discrets, plus humbles devant la nature mais, croyez-moi, ils vendent tout aussi bien que ceux qui pourraient poser en se prenant pour des stars dans un magazine people...

 
 

Découlant de cela, on peut distinguer des tendances selon les vignobles :

 

* La Bourgogne et l’Alsace demeurent les entités viticoles où la famille joue vraiment un rôle prépondérant. Pas facile pour un quidam d’acheter un vignoble dans ces régions.

 

* Dans une moindre mesure, les prix n’étant pas non plus les mêmes, on peut citer le Val de Loire et la Vallée du Rhône, où les traditions familiales restent ancrées dans leur territoire.

 

* La Champagne, riche, prospère, et, comme nous le verrons, bénéficiant d’une explosion qualitative réelle, voit de nouvelles maisons, coopératives et des vignerons (certains, que vous ne trouverez pas dans le Guide, atteints par “la grosse tête”) parvenir au sommet, voire dépasser pas mal de maisons “historiques”. C’est flagrant quand on fait des dégustations “à l’aveugle” et c’est indubitable quand on fait intervenir le rapport qualité-prix-typicité. Certes, l’aura des grandes maisons semble rester stable puisque leur notoriété est toujours importante.

 

* Bordeaux, le Languedoc et la Provence sont donc les régions qui ont attiré le plus d’investisseurs. La Provence, pour son climat et la beauté des propriétés, le Languedoc pour la sagesse des prixdes terres, Bordeaux pour son influence extraterritoriale et la facilité de créer des vins ”à la mode”. Ceci, bien entendu, au détriment de l’immense majorité des vignerons de ces régions, passionnés, passionnants, peu enclins à élever des vins pour être mieux noté que leur voisin... Et, je le rappelle, tout spécialement à Bordeaux, des bouteilles que l’on a de plus en plus de mal à situer dans des dégustations.

 

Plus l’on s’éloigne d’une relation avec ce dernier, plus l’on se dirige dans une logique de vin aseptisé. Il faut qu’il y ait un échange, un retour avec l’acheteur. Il y a un vrai monde virtuel du vin qui s’est créé, certains ne savent même plus si leur vin est apprécié, qui le diffuse, qui le boit...

 

Et tout s’enchaîne : si vous êtes en contact avec celui qui boit votre vin, il est aisé de lui expliquer que, par exemple, le 2007 est meilleur à boire aujourd’hui qu’un 2010, loin d’être prêt. Il ne s’agit pas de dire que l’un est meilleur que l’autre, cela ne veut rien dire. Tous les vins sont bons dans le temps, chaque millésime a son potentiel d’évolution. Vous retrouvez cela dans ma Vintage Code.

La carte des millésimes

 

Brigitte Dussert : que faut-il vraiment savoir sur les millésimes ?

 

Patrick Dussert-Gerber : depuis 15 ans, il n’y a plus de mauvais millésimes, il n’y a que des millésimes plus délicats que d’autres. Les techniques ont évoluées dans le bon sens, les vigneronssavent parfaitement anticiper, gérer leur vignoble.

 

Néanmoins, il faut savoir expliquer la spécificité de telle ou telle année. Quand on goûte des 2002 ou 2004 en Médoc, ils sont meilleurs que le 2003 pour lequel tout le monde s’enthousiasmait ! Le 2004, par exemple est un millésime formidable qui a eu mauvais presse à l’époque de la part de critiques qui ne connaissent pas grand chose au vin. Ceux-là, je ne les vois d’ailleurs jamais dans les vignobles de la vallée du Rhône, à Madiran, à Bandol ou à Saumur... ils sont pour la plupart invités dans les grands châteaux bordelais et s’en contentent. Sympa pour les milliers de vignerons talentueux des autres régions, non ?

 

Quand je lis de telles âneries, je me demande si ceux qui les écrivent ont jamais dégusté des millésimes plus anciens. C’est pourtant la seule garantie qui permet de relativiser, de comprendre et de se référer à une mémoire du vin. Les mêmes vont répéter ce qu’on leur a concocté dans un dossier de presse bien ficelé...

Pour revenir à la force des millésimes, il est incontestable que le 2009 est certainement le plus beau millésime qui soit, classique, à l’inverse d’un 2005, grand, certes, mais aussi atypique à cause de la chaleur intensive. En 2009, l’acidité est également présente, ce qui apporte cet équilibre entre la puissance et l’élégance, cette fraîcheur naturelle qui signe les vrais grands vinsIl est bien trop tôt pour en parler, et l’on sait que je ne rentre pas dans le jeu des “primeurs” (encore Bordeaux) qui va bientôt rivaliser avec le salon des devins et cartomanciennes... tant on va noter un vin qui n’existe pas encore ! Ce n'est que du business, il n'y a aucun "amour du vin" en la matière...

Suivez et Rejoignez Patrick Dussert-Gerber sur les principaux réseaux sociaux

 
Patrick Dussert-Gerber sur Facebook Patrick Dussert-Gerber sur Twitter
Patrick Dussert-Gerber sur LinkedIn Patrick Dussert-Gerber sur Viadeo

 

 
EXCLUSIF et GRATUIT : le vin à portée d’un simple clic ! Avec nos “flascodes” vous accédez :
- Aux textes des vignerons sélectionnés cette année.
- A une carte interactive situant le vigneron, qui nous calcule directement l'itinéraire que nous devons prendre, où que nous soyons.
- Aux mails des propriétaires (et à leur propre site) en cliquant simplement dessus pour leur envoyer un courrier ou une demande de tarifs.
- Aux Classements et au Top Vignerons, qui, eux-mêmes, sont cliquables et, instantanément, vous renvoie à leur commentaire de dégustation.
- A des adresses de chambres d’hôtes, restaurants, produits du terroir, aux autres producteurs de la même commune.
- Aux meilleurs plats qui “collent” au vin cité, tout est personnalisé.
- A une somme prodigieuse d'informations : l’Encyclopédie mondiale, les alcools et les vins du monde entier, le vocabulaire et l’anthologie du vin...

11:04 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

01/09/2014

GUIDE 2015 : LES VINS QUI COMPTENT EN BEAUJOLAIS !

 Top Palmarès Vignerons 2015

 
Région Beaujolais
- Prix d’Honneur ❤❤❤❤❤ : 13
- Prix d’Excellence ❤❤❤❤ : 10
- Satisfecits ❤❤❤ : 18
 
 

Brigitte Dussert : vous êtes fidèle à la région beaujolaise...

Patrick Dussert-Gerber : c’est vrai que je n’apprécie pas que des “confrères” parisiens ou étrangers médisent sur la région sans n’y rien connaître. Notre rôle n’est pas d’enfoncer une appellation ou un vigneron pour se faire mousser dans un salon ou lors d’un dîner. Nous avons -surtout- un rôle de prescripteur, dans le sens noble du terme grec.

Comment ne pas apprécier un Chénas, un Fleurie, un Morgon ou un Brouilly ? Le même cépage et des sols très typiques, très différents, expliquent cette spécificité propre à la région. On ne confond pas un Chiroubles et un Moulin-à-Vent ! 

En Beaujolais, pour les crus, les vins sont très bons, du 2013 au 2009, le 2008 est assez réussi, le 2007 a été très difficile à maîtriser, le 2006 est excellent, le 2005 très typé, le 2004, dense et très aromatique, et le 2003, trop mûr, beaucoup moins intéressant. La force du terroir donne une réelle typicité à chaque cru, et les meilleurs vignerons s’évertuent à sortir de beaux vins, chacun représentatif du style de son appellation. On se doute qu’un Saint-Amour ne doit pas ressembler à un Morgon, et c’est très bien ainsi.

 

Actualité du vignoble
Classement Beaujolais 

Tout savoir sur le vignoble 

TOP BEAUJOLAIS

Cliquez sur le nom pour accéder gratuitement aux commentaires du Guide Dussert-Gerber des Vins 2015


Domaine BARON de L'ECLUSE
Domaine Bel Avenir
Château de BOISFRANC
Domaine BRISSON
Cédric VINCENT
Domaine CHAMPAGNON
Domaine Paul CHAMPIER
Domaine de la CHAPONNE
Domaine Anthony CHARVET
Cave du CHÂTEAU DE CHENAS
Pierre-Marie CHERMETTE
Domaine des CHERS
Domaine Émile CHEYSSON
Cédric CHIGNARD
Domaine de la COMBE AU LOUP
Domaine CRÊT des GARANCHES
LES VINS GEORGES DUBOEUF
Domaine Anne-Sophie DUBOIS
Earl DUFOUR Père et Fils
FLACHE-SORNAY
Domaine des FOURNELLES
Domaine GAGET
Domaine du GRANIT DORÉ
Domaine du GUELET
Michel GUIGNIER
Domaine LASSAGNE
LORON et Fils
Domaine de la MANTELLIERE
Domaine METRAT & Fils
Alain MICHAUD
Domaine H. MONTERNOT
Domaine MORTET Père et Fils
Domaine des PAMPRES d'OR
Domaine PARDON
Château de PIZAY
Domaine de ROTISSON
Michel TÊTE



Consultez la carte des millésimes

10:00 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

28/08/2014

PARUTION DU GUIDE DES VINS 2015 : IL EST UNIQUE, ET VOICI POURQUOI !

COUV guide 2015_Mise en page 1Le voici, le voilà : le 35e !!!!!

 

LE SITE DU GUIDE EST OPERATIONNEL 

 

Alors, ce Guide 2015 ?

Tous les Classements sont remaniés, le Top Vignerons également, il y a des éliminés, un bon nombre qui y entrent, et, on a directement accès à des repères qui parlent d’eux-mêmes :

 

NOUVEAU CETTE ANNEE, directement visualisable dans le Guide :
 
les 347 PRIX d’HONNEUR ❤❤❤❤❤ 
les 298 PRIX d’EXCELLENCE ❤❤❤❤ 
les 331 SATISFECITS ❤❤❤
les 68 LAUREATS ❤❤

 
 

La passion y est omniprésente, comme le refus de prendre les consommateurs pour des couillons : vous n’y trouverez pas des propriétaires imbus ou mégalos, ni de vins aux prix déments et surévalués, les uns étant souvent liés aux autres. Les vignerons retenus sont passionnés, passionnants, humbles et talentueux, et c’est déjà beaucoup.

 

CE QU’IL FAUT RETENIR

Le monde du vin est bien représentatif de ce qui touche notre société : on parle de marchés, les prix sont en hausse même dans des millésimes qui ne le justifient absolument pas (2013, pour les “grands” crus bordelais, après les 2012 et 2011), on s’attache à la frivolité, à une récompense glanée à un concours bienveillant ou une dégustation comparative galvaudée, on voit des producteurs, dans toutes les régions, dont la tête gonfle comme leur compte en banque,d’autres, illustres inconnus d’appellations tout aussi méconnues, encensés par des 18/20, des 98/100, en voici, en voilà, un simple vin de pays se prendre pour un authentique cru typé… le tout dans un brouhaha médiatique ou un salon là, un challenge ici, peuvent prêter à sourire, ou à pleurer.

Bref, le tout manque de sens. Et le sens, dans le domaine du vin, c’est évidemment une humilité et la reconnaissance d’un terroir, une transmission réelle plutôt qu’un avantage Isf, un partage plutôt que le snobisme. Mieux vaut s’en tenir à la passion plutôt qu’à la frime, à la recherche de son authenticité plutôt qu’à la désinvolture de ne faire qu’un bon produit, “sans âme, ni vertu”. Un vin Corse, c’est aussi bon qu’un Pauillac, un Sancerre qu’un Meursault, un Châteauneuf qu’un Pomerol, la liste est infinie, et la raison est toute simple : c’est nous qui avons besoin de goûts différents selon le moment, le temps, les mets, notre humeur.

Chaque vin a sa place, à tel endroit, dans telle situation. S’il y a donc de grands vins partout en France, il s’agit néanmoins de ne pas se faire avoir par le petit vin du coin élevé 200% en barriques, à force raison d’enzymes, de concentrateur ou de je ne sais quoi, qui n’a pas plus d’intérêt qu’un spéculateur de la finance.

Le Guide sert à cela, depuis 35 ans, et c’est unique en France. Le vin, c’est un plaisir autant qu’un patrimoine, où un amateur rencontre un vigneron, un vrai, qui travaille en famille, comme nous. Merci de votre fidélité et bonne lecture !

 

EXCLUSIF et GRATUIT : le vin à portée d’un simple clic !

 

Avec nos “flascodes” vous accédez :

 

- Aux textes des vignerons sélectionnés cette année. 

- A une carte interactive situant le vigneron, qui nous calcule directement l’itinéraire que nous devons prendre, où que nous soyons. 

- Aux mails des propriétaires (et à leur propre site) en cliquant simplement dessus pour leur envoyer un courrier ou une demande de tarifs.

- Aux Classements et au Top Vignerons, qui, eux-mêmes, sont cliquables et, instantanément, vous renvoie à leur commentaire de dégustation.

 - A des adresses de chambres d’hôtes, restaurants, produits du terroir, aux autres producteurs de la même commune.

- Aux meilleurs plats qui “collent” au vin cité, tout est personnalisé. – A une somme prodigieuse d’informations : l’Encyclopédie mondiale, les alcools et les vins du monde entier, le vocabulaire et l’anthologie du vin…

 

08:14 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, Livre, terroir, Vins, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

21/08/2014

L'accord idéal des vins et des fromages

 

La France compte beaucoup de fromages de différentes sortes. Le plateau de fromage fait donc partie des rituels de la table, pourtant beaucoup d’idées reçues s’effondrent à la dégustation. L’alliance des vins et des fromages en est l’exemple le plus frappant. Dans tous les cas : éviter les vins rouges puissants et tanniques sur les fromages, ces vins rouges font ressortir de l’amertume. Facilitez vous le choix en présentant des fromages de la même famille ; pâtes fraîches, pâtes molles à croûte fleurie, pâtes molles à croûtes lavées ou encore pâtes pressées cuites ou non cuites et pâtes persillées. Le choix du vin sera alors plus simple.

Quel vin avec les fromages à pâtes fraîches : faisselle, broccio Corse, crémets d’Anjou…

On les connaît plus sous le nom de fromages blancs. Ce sont des fromages qui ont peu de personnalité et qui sont acides. Ils accompagnent souvent des plats salés ou sucrés. Sur le salé, servez un vin blanc simple, avec de la vivacité et sur le fruit comme des vins du Val de Loire tel que Reuilly, Quincy et si l’accompagnement est sucré, servez plutôt un vin blanc moelleux sur des notes de coings, fruits exotiques, miel comme un Montlouis ou un Côtes-de-Bergerac.

Quel vin avec les fromages à pâtes molles à croute fleurie : Chaource, Brie, Camembert...

Avec ce type de fromages onctueux et crémeux révélant des notes lactées voire légèrement champignonnées au gout en bouche de notes de beurres et de noisette fraîche. Sur un camembert, privilégiez un cidre brut mais si vous voulez vraiment servir un vin, alors choisissez un vin rouge peu tannique, léger et souple, voire gouleyant : un Beaujolais, un Gamay de la Loire ou bien un Bouzy. Avec le Chaource, fromage onctueux, préférez un Champagne brut, un Crémant ou un rosé des Riceys qui apporteront fraîcheur à l’accord.

Quel vin avec les fromages à pâtes molles à croûtes lavées : époisses, Munster, maroilles, Pont l’évêque...

Ce sont des fromages très odorants. Facilement reconnaissables à l’humidité de leur croûte et à leur couleur orangée. Leur pâte est d’une couleur beige claire. Leur odeur rappelle la ferme mais le goût est totalement différent. Sur ce type de fromage, on favorisera des vins blancs typés et aromatiques dotés d’une belle vivacité comme un Gewürztraminer, un Châteauneuf-du-Pape blanc ou un vin d’Arbois qui équilibreront la force du fromage, dont la puissance aromatique répondra aux arômes du vin. Pensez aussi aux bières de caractère et pourquoi pas à une eau-de-vie de type marc de Bourgogne.

Quel vin aves les fromages à pâtes pressées non cuites : Cantal, Saint-nectaire, Tome de Savoie...

Les fromages à pâtes pressées non cuites sont souples et moelleux. Les seuls qui peuvent véritablement s’accorder avec les vins rouges charnus et épicés : Côtes-du-Rhône Villages, Gaillac, Fronton, ou encore des rouges de Provence. A essayer les vins blancs ronds et expressifs qui donneront un accord très délicat révélant le caractère fruité du fromage. Ils apporteront légèreté à l’ensemble vin-fromage. Pour un accord parfait, faites attention à l’affinage du fromage, plus il est affiné, plus le vin devra être évolué c’est à dire de quelques années.

Quel vin avec les fromages à pâtes pressées cuites : Emmental, Gruyère, Comté...

Tous issus du lait de vache, Ils font partie de la famille des « gruyères ». Ce sont des fromages excellents et fins qui développent des notes fruitées et de noisette. Ces fromages se marient très bien avec des vins blancs gras à la finale sur des notes beurrées, légèrement boisées et même de fruits secs. Les grands vins blancs de Bourgogne tels que Meursault, Corton Charlemagne répondent bien à ces critères. Un vin jaune du Jura donnera un accord intéressant avec un vieux Comté. L’élevage sous voile c’est à dire en contact avec l’oxygène apporte des arômes complexes qui va sublimer les notes de fruits secs du fromage.

Quel vin avec les fromages à pâtes persillées : Bleu des Causses, Fourme d’Ambert, Roquefort … 

La dégustation d’un vin de Sauternes sur des fromages bleus est magique, le vin sort toujours flatté du mariage, épuré par cette alliance entre deux moisissures nobles. Mais le Sauternes n’est pas unique sur la planète des liquoreux. Loupiac, Sainte Croix-du-Mont, Monbazillac s’accordent avec le Roquefort ou la Fourme d’Ambert. Les vins doux de Jurançon sont parfaits sur un bleu de Bresse ou d’Auvergne ; le Quart de Chaume ou le Bonnezeaux se marient avec toute la gamme des fromages persillés. Un grand fromage bleu trouvera son allié dans un Maury ou un Banyuls âgés d’une dizaine d’années. Ces vins mutés très sucrés résistent à la fois au sel et aux arômes puissants du fromage ; les vins gagnent en finesse et la sensation de chaleur en bouche est estompée. Un Muscat de Lunel ou encore un Muscat de Beaume de Venise avec un Roquefort jeune est aussi envisageable. Quant aux vins rouges, oublions-les : ils ne sauraient résister devant la force du pénicilium.

Quel vin avec les fromages de chèvre

Les fromages de chèvres sont légion : du plus frais au plus affiné, du simple broccio au plus sec des fromages Corses. Préférez les vins blancs plutôt que les rouges car les arômes des vins rouges sont masqués. N’oubliez pas de choisir le vin en fonction du degré d’affinage du fromage qui peut être très crémeux ou bien sec.
Avec le fromage de chèvre frais, on choisira des vins blancs vifs et fruités comme un Quincy, un coteau–du-Giennois, un Sauvignon blanc de Touraine ou encore un Mâcon. L’accord mets vins doit être tonique et la bouche rester fraîche.
Lorsque le fromage est affiné sec, l’idéal est un vin doux, assez léger et plein d’agrément comme un Muscat de Saint-Jean-de-Minervois ou un Vouvray demi-sec dont le cépage chenin blanc apporte fraîcheur. 


Les vins de l'année avec Vins du Siècle

11:20 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, Shopping, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu