Avertir le modérateur

Les meilleurs vins de France

  • Pin it!

    EN DIRECT DE LA PROPRIETE, LES DEGUSTATIONS EN VIDEO

     

     
    1:31
     

     

     
    1:49
     

     

     
    1:29
     
  • Pin it!

    CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES MEILLEURS VINS DE BOURGOGNE

     

    973.jpgLa force des sols est omniprésente, et on ne doit s’intéresser qu’aux vignerons dignes de ce nom, ceux qui pratiquent l’amour du terroir associé à une convivialité exemplaire, et c’est ce qui compte ici, tant cela peut manquer dans d’autres régions. Car ici, le vin est avant tout un art de vivre. On partage un moment (et on boit un “canon” en même temps) avec ces vignerons talentueux et passionnés, souvent très discrets, mais avec lesquels on partage, quand on les connaît, une convivialité rare.

    En blancs, on le sait, c’est ici que l’on excite ses papilles avec quelques-uns des plus grands vins du monde, de Meursault à Chablis, de Puligny à Corton. Les rouges sont tout aussi formidables, dans une série de millésimes particulièrement savoureux, pratiquement sans discontinuer depuis les années 2000, même si, le gel et la grêle n’ont pas facilité la tâche des vignerons.270.jpg

    Bien sûr, il s’agit de savoir faire le bon choix, tant la complexité des classements en crus, clos, climats, et le fait qu’un vigneron puisse posséder une multitude de crus dans un périmètre très restreint (quelques ares…) ne peuvent que multiplier les différences. La Bourgogne est un paradoxe à l’état pur, où la nature, au travers des terroirs et des microclimats, est omniprésente. Tout concourt ici, dans un “mouchoir de poche”, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime. Du grand art.

     

    Les terroirs bourguignons

    Le vignoble s’étale sur les reliefs de la bordure ouest du fossé tectonique de la Bresse, occupant les premières pentes bien exposées à l’est, à une altitude modérée de 200 à 400 m sur les terrains sédimentaires de la couverture mésozoïque souvent faillés et basculés comme le Mâconnais, le Chalonnais et la Côte jusqu’à Dijon, la Côte représentant le sommet de la hiérarchie des Grands Crus.

    L’architecture et la morphologie de la Côte sont bien spécifiques pour deux raisons principales : la structure, jusqu’ici monoclinale, devient tabulaire, et la limite ­Jurassique-Tertiaire bressan est toujours un contact de faille à fort rejet vertical. Les chaînons ont disparu, et sont remplacés par des gradins de failles. Une côte ayant valeur d’abrupt de faille domine systématiquement la plaine bressane. Cette morphologie va influencer la disposition du vignoble : il sera souvent restreint au talus de pied de Côte. Le changement structural s’effectue au passage de la Dheune axée sur la bordure tectonique septentrionale du fossé de Blanzy. Les plateaux situés à l’ouest d’une ligne Dijon-Chagny forment deux gradins tectoniques.

    À l’ouest, le compartiment de “La Montagne” est le plus élevé (600 m) ; il est structurellement abaissé par rapport au Morvan et à la dépression marneuse liasique périphérique.

    À l’est, le compartiment de “l’Arrière-Côte” (400 m) est à son tour effondré par rapport au précédent. Sur la transversale de St-Romain-Meursault, les rejets verticaux sont de 120 m et 300 m. Le rejet de la bordure du fossé est plus difficile à apprécier. Cependant, à Meursault, les calcaires à faciès Rauracien, qui ont leur toit à 400 m sur le rebord du plateau, sont abaissés à 200 m dans le village. Encore ne s’agit-il que de l’une des fractures de bordures. Mais le rejet total peut atteindre sous la Bresse 1 700 m.

    La tranche du plateau occidental qui constitue la “Côte” peut être subdivisée en trois parties du sud au nord : la “Côte de Beaune”, la “Côte des Pierres”, la “Côte de Nuits”. Aux processus qui interviennent normalement dans la formation des sols de pente : altération de la roche mère, érosion, culluvionnement, dépôt d’éboulis, s’ajoutent les perturbations liées à l’action de l’homme : défrichement, défoncement, remontées de terre, apports allochtones.

    Il en résulte une grande variabilité des caractéristiques telles que profondeur, pierrosité, texture.

    L’implantation du vignoble répond à une nécessité d’ensoleillement maximum qui se trouve réalisée sur ce versant de direction générale N.N.E. - S.S.W. Quant à sa position sur le versant, elle s’échelonne souvent entre 220 et 320 m, parfois 370 m.

    Le cru se définit comme un produit émanant du sol, caractérisé par un bouquet original se maintenant à travers les vicissitudes climatiques. Au début du xviie siècle, la différenciation des vins est liée, non plus à la seule personnalité des propriétaires, princes ou moines, mais à l’origine géographique : c’est ainsi que les meilleurs vins étaient localisés près de Beaune en vue d’une consommation rapide et de Nuits pour leur aptitude à la garde. La notion de “climat” apparaît au milieu du XVIIIe siècle.

    À l’origine du cru se trouve l’association d’un sol, d’un micro-climat et d’une plante qui définissent des facteurs naturels. La pierrosité (pourcentage de cailloux et graviers) donne lieu à des observations de même type : très faible pour les appellations Bourgogne, elle présente deux phases distinctes pour les Grands Crus : 10 à 20 % par exemple à Corton et autour d’une moyenne de 35 % pour les autres. Le calcaire est toujours en quantité très faible dans les appellations Bourgogne, avec une exception pour un profil sableux, et présente deux phases pour les Grands Crus : 40 à 50 % essentiellement pour Corton, 10 à 20 % pour les autres. Ce sont les sols bruns ou bruns calcaires hydromorphes sur argiles ou cailloutis plio-quaternaires pour les appellations Bourgogne, les sols bruns calcaires sur marne ou calcaire marneux pour une partie des Grands Crus, les rendzines sur calcaires fissurés pour les autres. Dans la grande majorité, les profils en appellation “Grands Crus” et “Premiers Crus” se situent dans les unités de sols de versant sur matériaux en place.

     

    LES VIGNERONS DE L'ANNEE

    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom



    BADER MIMEUR
    Clos BELLEFOND
    Domaine BERTAGNA
    Domaine BERTHAUT-GERBET
    Domaine Guy BOCARD
    Domaine Albert BOILLOT
    Domaine René CACHEUX et Fils
    Domaine Jacques CARILLON
    Domaine du CHARDONNAY
    Domaine CHEVILLON-CHEZEAUX
    Domaine COQUARD-LOISON-FLEUROT
    Domaine COUDRAY-BIZOT
    Bruno DANGIN
    Eric DARLES
    Domaine Bernard DELAGRANGE et Fils
    Domaine DENUZILLER
    Gérard DOREAU
    Frédéric ESMONIN
    Domaine FOUGERAY de BEAUCLAIR
    Domaine Pierre GELIN
    Domaine Alain GEOFFROY
    Domaine Jean GIRARD
    Domaine Jean-Jacques GIRARD
    GLANTENET Père & Fils
    Domaine Antonin GUYON
    Domaine Pascal HENRY
    Château de L'HESTRANGE
    Domaine Albert JOLY
    Domaine JOMAIN
    Clos des LAMBRAYS
    Domaine Pierre MAREY et Fils
    Domaine des MEIX
    Domaine des MONTS LUISANTS
    Sylvain MOSNIER
    Jean-Marie NAULIN
    Domaine NINOT
    NORMAND Sylvaine et Alain
    Domaine Manuel OLIVIER
    Domaine Gérard et Laurent PARIZE
    Domaine de PISSE-LOUP
    Domaine de la POULETTE
    Domaine Michel PRUNIER et Fille
    Domaine Guy ROBIN
    Domaine SANGOUARD-GUYOT
    Gérard TREMBLAY
    Domaine Alain VIGNOT
    Domaine VIRELY-ROUGEOT

    Les vins et leurs appellations

     

    945.jpgLa région de chablis

    Ce territoire (4 850 ha) résulte d’une délimitation de l’Institut national des appellations d’origine (Inao). Mais en fait, il résulte d’une longue sélection des terrains aptes à produire les meilleurs vins, faite par les moines au xiie siècle et poursuivie par les générations des vignerons qui ont suivi. On peut observer que ce territoire est situé sur un ensemble de terrains formés à une époque bien précise dans l’histoire de la formation de la terre, il y a plusieurs millions d’années. Les géologues lui ont donné le nom de Kimméridgien, par référence aux terrains de la baie de Kimmeridge en Angleterre.49.jpg

    182.jpg- Les Grands Crus de Chablis sont au nombre de sept et s’étendent sur une centaine d’hectares : les Clos (26 ha 04,75), Vaudésir (14 ha 71,36), Valmur (13 ha 19,59), Blanchot (12 ha 71,53), Preuses (11 ha 44,26), Grenouilles (9 ha 37,75), et Bougros (12 ha 66,77). Les territoires de ces Grands Crus sont presque entièrement plantés en vigne, et situés les uns à côté des autres, sur la rive droite de la rivière Le Serein ; leurs coteaux dominent la ville.136.jpg1885.jpg

    135.jpg- Les Chablis Premiers Crus et certains de ces Premiers Crus sont beaucoup plus connus que d’autres. Les principaux Chablis Premiers Crus sont : Mont de Milieu, Montée de Tonnerre, Chapelot, Pied d’Aloue, Côte de Bréchain, Fourchaume, Vaupulent, Côte de Fontenay, l’Homme mort, Vaulorent, Vaillons, Châtains, Séchet, Beugnons, Les Lys, Les Épinottes, Montmains, Forêt, Butteaux, Côte de Léchet, Beauroy, Troesne, Côte de Savant, Vau Ligneau, Vau de Vey, Chaume de Talvat, Côte de Jouan, les Beauregards, Côte de Cuissy...

     

    269.jpgL’homogénéité qualitative est exceptionnelle et confirme que les vignerons savent maîtriser les vinifications, tout en conservant ce qui nous tient à cœur : la typicité de leur terroir, de leurs parcelles.285.jpg

     

    Les vignobles auxerrois

    Le vignoble de l’Yonne est constitué par le vignoble auxerrois (coteaux vallée de l’Yonne) et le vignoble chablisien (coteaux vallée du Serein). Le vignoble auxerrois regroupe une dizaine de communes qui récoltent une production d’appellations régionales rouges, rosés, blancs et crémants. L’altitude moyenne s’étage de 180 à 250 m. Sols : calcaires jurassiques kimméridgien et portlandien. L’Auxerrois produit en moyenne : 20 à 25 000 hl de Bourgogne rouges (375 ha), 19 à 20 000 hl de Bourgogne blancs (280 ha), 10 à 12 000 hl de vins de base Crémant (153 ha). Les quatre cépages traditionnels de base de la Bourgogne (Chardonnay et Aligoté pour les blancs ; Pinot noir et Gamay pour les vins rouges) sont complétés par des productions de plants locaux (César appelé aussi Romain, Sacy) qui donnent à certains vins une typicité originale.

     

    LA CÔTE DE NUITS

    Du nord au sud, des terrains à dominante de silice, de calcaire, de marnes et d’argile en sous-sol. Depuis près de deux mille ans, les grands vignobles qui font la réputation de la Bourgogne occupent une étroite bande de coteaux qui s’étire sur 20 km de long et parfois deux à trois cents mètres de large seulement, entre Dijon et Corgoloin. C’est ici que l’on trouve tous les grands crus rouges de Bourgogne (à l’exception du Corton). L’origine de la vigne y est très ancienne. Le véritable essor des crus de la Côte est lié à l’activité des grandes abbayes à partir du xie siècle. Les moines de l’abbaye de Cîteaux, en particulier, dont le Clos de Vougeot est le chef-d’œuvre le plus remarquable, se consacraient exclusivement à leur vignoble. Sur les 2 500 ha que compte le vignoble, on récolte environ quinze millions de bouteilles, essentiellement de rouges (92 %).

    2868.jpg- MarsannayCréée en 1987, l’appellation Marsannay ouvre ­au nord les portes de la Côte-de-Nuits. Répartie sur les villages de Marsannay-la-Côte, Chenôve et Couchey. Les rouges sentent les fruits mûrs et les sous-bois, les blancs, le miel et les fruits secs, et les rosés, très fruités, allient charpente et suavité. Les bonnes vignes sont issues de sols calcaires et marneux, et les meilleurs crus sont à mi-pente.

     

    3341.jpg- FixinSur une centaine d’hectares, la production de Fixin (prononcer : Fissin) est issue d’un vignoble très ramassé, groupé autour de Fixin et de son hameau Fixey. Son altitude varie de 270 à 360 m. Ses pentes douces sont exposées plein est. Les sols sont calcaires et comportent quelques traces de marnes. Pas de Grands Crus, mais de remarquables climats classés en Premier Crus (18,5 ha) et, notamment, Le Clos-Napoléon, La Perrière, Le Clos-du-Chapitre ou Les Arvelets. De solides vins rouges dont le bouquet se développe avec l’âge, alliant puissance et richesse aromatique.

     

    176.jpg- Gevrey-ChambertinIci, les sols sont calcaires avec une bonne proportion de marnes argileuses, donnant puissance et rondeur. Vignobles de pente, Gevrey produit ses communales entre 240 et 280 m, et ses Premiers et Grands Crus entre 260 et 320 m. Le vignoble recouvre 380 ha sur les villages de Gevrey-Chambertin et Brochon. Les Grands Crus, dont la spécificité propre à chacun est un bon exemple de l’extrême complexité des terroirs bourguignons. Les Grands Crus sont le Chambertin, le Chambertin Clos de Bèze, Chapelle-Chambertin, Charmes-Chambertin, Mazoyères-Chambertin, Griotte-Chambertin, Latricières-Chambertin, Mazis-Chambertin, Ruchottes-Chambertin. Le Chambertin est l’un des plus beaux crus de la région, très caractéristique d’un terroir situé sur une pente douce, au sol calcaire enrichi de marnes rouges ferrugineuses. Aux côtés du Chambertin, trois “cousins” restent très proches qualitativement et tiennent la tête des autres très grands vins de cette commune : Mazis et Latricières-Chambertin, puis Charmes-Chambertin, et de beaux Premiers Crus comme Les Cazetiers, Le Clos Saint-Jacques, Aux Échezeaux, La Combe aux Moines. Suit l’appellation Gevrey-Chambertin (environ 20 % classés en Premiers Crus).272.jpg

     

    274.jpg- Morey-Saint-DenisSitué en partie centrale de la Côte-de-Nuits, le vignoble de Morey-Saint-Denis a pour vocation de produire surtout des vins rouges. La surface du vignoble est assez faible, avec une grande proportion de Premiers Crus (28 %) et de Grands Crus (27 %). Les Grands Crus sont le Clos Saint-Denis, le Clos de la Roche, le Clos des Lambrays, le Clos de Tart et le Bonnes-Mares. Ils sont groupés à l’aine du coteau, entre 270 et 300 m, et 17 Premiers Crus sont situés immédiatement en dessous et 3 en dessus. Les Premiers Crus peuvent être superbes (Les Millandes, Les Ruchots, Monts-Luisants surtout). L’AOC communale est produite de part et d’autre des Premiers Crus. Les sols sont calcaires et comportent des roches, des marnes, des sables, des limons rouges et des cailloutis. Les vins de Morey sont assez colorés et libèrent des arômes puissants de petits fruits rouges et noirs (cerise, cassis). Les crus sont plus complexes : les arômes s’enrichissent de nuances boisées, épicées ou animales. De grands vins charnus et persistants, d’excellente évolution.947.jpg275.jpg

     

    2017.jpg- Chambolle-MusignyInstallé sur les éboulis calcaires provenant en partie de la combe de Chambœuf, Chambolle-Musigny expose son vignoble est-sud-est, à une altitude variant entre 250 à 350 m. Le vignoble occupe environ 170 ha et produit environ 5 700 hl dont un quart est premier cru. Les deux Grands Crus, le Musigny et les Bonnes-Mares, représentent une production voisine de 700 hl. La totalité de la production est rouge, à l’exception de quelques pièces de Musigny blanc. Une partie du Bonnes-Mares (15 ha) est située sur Morey-Saint-Denis, la majorité sur Chambolle-Musigny.

     

    554.jpg- ÉchezeauxSi la plupart des vins de la commune de Flagey-Échezeaux, qui jouxte celles de Vougeot et de Vosne-Romanée, ont droit à l’appellation Vosne-Romanée, on y trouve uniquement deux Grands Crus : l’Échezeaux et le Grand-Échezeaux (36 et 9 ha). Les vins de Grand-Échezeaux, plus prestigieux, sont marqués par un terroir contigu à la meilleure partie du Clos-de-Vougeot, d’où ressortent une sève et une charpente particulières, une grande richesse au nez comme en bouche. Ceux d’Échezeaux sont plus souples, solides certes mais plus faciles à attendre.

     

    - VougeotAu cœur de la Côte de Nuits, ce village dont le terroir viticole est l’un des plus petits de France (70 ha) possède depuis le XIIe siècle le château du Clos-Vougeot, chef-d’œuvre des moines cisterciens, que chacun peut visiter.

     

    2875.jpg- Vosne-RomanéeLe vignoble de Vosne-Romanée s’étend sur Vosne-Romanée et Flagey-Échezeaux. La situation du vignoble, l’unité des sols et des expositions y sont tout à fait remarquables. Les sols argilo-calcaires conviennent particulièrement à la production des grands vins rouges. Les Grands Crus sont prestigieux : La Romanée, Romanée-Conti, Romanée-Saint-Vivant, Richebourg, La Tâche, La Grand’Rue, Échezeaux, Grands Échezeaux. Les Premiers Crus les plus renommés sont Aux Malconsorts, Les Suchots… On pourrait en les goûtant évoquer le toucher du velours. Des vins charnus, où le moelleux domine, avec des tanins très fins et une acidité équilibrée. Leur bouquet complexe met en relief des arômes de cerise, de fraise, de violette et de sous-bois.2018.jpg

     

    278.jpg- Nuits-Saint-GeorgesRéparti sur les communes de Nuits-Saint-Georges et Premeaux-Prissey, le vignoble de Nuits-Saint-Georges est installé sur des sols bruns calcaires plus ou moins mêlés d’argile provenant de la dégradation du sous-sol d’origine jurassique. La superficie du vignoble couvre environ 300 ha pour une production de 7 500 hl de Nuits-Saint-Georges et 5 700 hl de Nuits-Saint-Georges Premiers Crus, remarquables comme Les Saint-Georges, Les Vaucrains, Les Cailles… D’une couleur soutenue, ils révèlent des arômes riches et puissants de mûres, de myrtilles, d’épices et de fourrure, des vins corpulents et solides. De grands vins puissants et colorés, d’excellente garde.

     

    - Côtes-de-Nuits-VillagesCette appellation est commune à plusieurs villages : Brochon, Fixin, Premeaux-­Prissey, Comblanchien et Corgoloin. La dispersion des différentes communes ­produisant le Côte de Nuits-Villages procure à cette appellation une certaine variété, allant de vins assez souples et gras dans le sud de la zone de production jusqu’à des vins plus tanniques et de forte charpente dans le nord. Souvent bien colorés, ces vins présentent des arômes de fruits rouges et noirs, souvent de réglisse, presque toujours des arômes animaux.

     

     
    VIDEO

     

    LA CÔTE DE BEAUNE

    Sur une vingtaine de kilomètres seulement, entre Ladoix-Serrigny et le coteau des Maranges, les plus grands vins blancs secs du monde côtoient les vins rouges de grande réputation. Dès le début du xiie siècle, les abbés de Cîteaux créèrent des celliers à Meursault et à Aloxe-Corton. Plus tard, les évêques et les chanoines, puis les ducs de Bourgogne ont joué un rôle décisif grâce notamment aux relations diplomatiques qu’ils entretenaient avec la chrétienté et avec les princes d’Occident. Sur les 4 800 ha que compte le vignoble, on récolte 25 millions de bouteilles répartis en deux tiers de vins rouges et un tiers de vins blancs. Des terrains de silice et argilo-calcaires pour les rouges, de calcaire marneux ou de marnes calcaires pour les blancs.

    - LadoixLadoix-Serrigny (50 ha) se trouve au nord de la Côte de Beaune, le vignoble se poursuivant par la Côte de Nuits. Le village est situé au pied de la montagne de Corton. D’une altitude comprise entre 220 et 360 m, le vignoble de Ladoix est exposé est-sud-est. Il est implanté sur sol calcaire-marneux, légèrement argileux pour les vignes blanches. Les vins rouges sont assez souples et comportent des tanins fins et discrets. Les Premiers Crus sont plus tanniques et plus complets. Les Ladoix blancs sont assez fermes ; leur moelleux se révèle après une nécessaire période de maturation, assorti d’arômes de pomme mûre, de figue fraîche, de noix. Les Aloxe-Corton (et Corton) Premiers Crus récoltés sur Ladoix sont fermes et corsés.

     

    - Corton et Corton-CharlemagneLes “simples” Aloxe-Corton (prononcez “alose”) sont agréables et parfumés, plus souples que les Premiers Crus (La Maréchaude, Les Chaillots, les Valozières…) et surtout que les Grands Crus que sont le Corton et le Corton-­Charlemagne (63 ha), ce dernier étant un vin gras, séveux, qu’il faut absolument conserver quelques années pour pouvoir profiter pleinement de ses qualités, aux connotations subtiles de fleurs blanches fraîches, de fruits, un rien exotiques, savoureux et onctueux en bouche, très harmonieux, de grande garde. Corton est le plus étendu des Grands Crus. C’est vers les vignes des sommets, à l’exception de Corton-Bressandes, que sont les vins les plus riches. Il est donc difficile de trouver une qualité homogène, même si, d’une manière générale, les vins de Corton sont intrinsèquement supérieurs à ceux d’Aloxe-Corton.

     

    551.jpg- Pernand-VergelessesLe vignoble voisine avec Aloxe-Corton et Savigny-lès-Beaune. De part et d’autre d’une combe, il est réparti sous des expositions est, sud et ouest. Son altitude est comprise entre 260 et 380 m. Les vins blancs sont secs, vifs, assez légers. Nez fin de fruits frais (pomme), légèrement épicé. Les vins rouges sont assez secs et tanniques. Leurs arômes sont frais (cassis, groseille), animaux (musc) et puissants. Corton rouge et Corton-Charlemagne révèlent de grands arômes complexes : cassis, truffe, cerise, cuir, pour le premier ; cannelle, noix, poivre, ambre, pour le second.561.jpg

     

    - BeauneLe vignoble de Beaune est presque totalement situé en pleine pente, et bénéficie de ce fait d’un large classement de ses climats en Premiers Crus (39, pour une surface de 322 ha). Les vins rouges récoltés au centre et du côté sud du territoire de Beaune sont tanniques et puissants ; leur couleur est généralement foncée, et leurs arômes sont à la fois animaux et fruités. Ceux récoltés au nord sont d’une robe moins intense et présentent une belle souplesse.

     

    679.jpg- Savigny-lès-BeauneLe vignoble compte 17 climats classés en Premiers Crus. Les sols calcaires sont graveleux ou pierreux, légers et peu fertiles. Les Savigny rouges ont un bouquet élégant, assez puissant, marqué par une dominante griotte-cassis-framboise, évoluant vers la fraise et le sous-bois après quelques années ; les crus sont plus charpentés. Les vins blancs de Savigny sont assez vifs ; leur moelleux apparaît au cours de leur évolution pour donner des vins harmonieux et solides. Leurs arômes s’apparentent aux fruits exotiques (ananas, banane), à la pomme, aux fleurs d’aubépine, à la noisette.

     

    - Chorey-les-BeauneChorey est situé au nord immédiat de Beaune, et au niveau de Savigny, de part et d’autre de l’axe de Dijon-Beaune. Le vignoble occupe une surface de 170 ha dans l’appellation Chorey et une partie moins importante en appellations régionales. Le Chorey est un vin léger, souple, très modérément tannique. Ces vins sont plus élégants que puissants.

     

    - Côtes-de-Beaune-VillagesL’appellation Côtes-de-Beaune-Villages peut être revendiquée pour toutes les AOC communales de ce secteur, sauf quatre : Aloxe-Vorton, Beaune, Pommard, Volnay. Cette appellation est une équivalence. Le viticulteur a la possibilité d’utiliser l’appellation communale ou l’appellation Côtes-de-Beaune-Villages. Les vins de la partie nord présentent une grande finesse, une robe légère, une bonne souplesse et des tanins légers. La partie sud produit des vins souvent de couleur soutenue et marqués par des saveurs puissantes : tanins abondants, bon moelleux, supportés par une bonne acidité.

     

    562-2.jpg- PommardLe village est situé en pleine pente, au milieu de son vignoble très groupé, lui-même étagé entre 240 et 380 m et orienté à l’est ou au sud-est. Les terrains calcaires, assez argileux, donnent au Pommard des qualités assez originales : beaucoup de couleur, rouge-noir profond ; un bouquet intense et violent de cassis, de musc et de gibier. Ce vin est l’un des plus tanniques et solides des crus de Bourgogne. Une trentaine de Premiers Crus (Les Argilières, Les Chaponnières, Les Épenots, Les Perrières, Les Argelets, Les Bertins, Les Boucherottes, Les Pézerolles…) qui deviennent alors les archétypes des grands vins rouges, riches et veloutés, alliant charpente et rondeur, souples et fermes à la fois, délicatement parfumés, des vins d’excellente garde.

     

    - VolnayCouronné par un plateau calcaire de type rauracien, le vignoble de Volnay est appuyé sur un sous-sol composé de marnes calcaires argoviennes et sur des éboulis argilo-calcaires du Bathonien. Le versant de Volnay, dont la dénivellation atteint 140 m, offre une succession de calcaires qui assurent la perméabilité et la richesse en éléments assimilables déterminée par le pourcentage d’argile. Volnay produit une appellation communale et des Premiers Crus. En Volnay, 100 ha ; en Volnay Premier Cru, 115 ha. S’ajoutent 29 ha de vignes situés sur la commune de Meursault qui ont droit à l’appellation Volnay Premier Cru lorsque la vigne est plantée en Pinot noir. Les vins allient la race, la noblesse et la finesse. Leur robe, du tendre vermeil au rubis le plus profond, leur délicat bouquet de baies rouges (framboise, mûre), de violette, leurs tanins des plus doux aux plus robustes les placent parmi les plus grands vins de la côte de Beaune. Les Premiers Crus peuvent se révéler fantastiques dans le temps (Le Clos des Ducs, Le Clos des Chênes, Taillepieds, Les Santenots, En Caillerets, Frémiets, En Champans…).

     

    279.jpg- MonthélieLe vignoble est planté à des altitudes comprises entre 230 et 370 m. Les sols sont calcaires, mêlés à des argiles en proportions irrégulières. Les vins rouges sont colorés et développent des arômes puissants (cerise, myrtille, humus). Leurs saveurs laissent apparaître un moelleux qui leur confère un charme élégant. Les Premiers Crus sont corsés, dotés d’un bouquet prononcé. Les blancs, au nez d’amande fraîche, allient moelleux en bouche et une nécessaire acidité qui signe les grands vins.

     

    542-2.jpg- Auxey-DuressesAuxey-Duresses (prononcer Aussé), au centre de la côte de Beaune, est à la charnière de la production des vins rouges (Volnay et Monthélie au nord) et des vins blancs (Meursault au sud). Cette commune produit d’ailleurs, sous cette appellation, les 2 couleurs. Le vignoble est orienté sud et sud-est. Altitude comprise entre 260 et 300 m. Les sols sont constitués de calcaires marneux, propices aux vins blancs, et de calcaires argileux pour les rouges. Les vins blancs : très limpides, or vert, les Auxey expriment la pomme reinette, l’amande fraîche. Leur souplesse est dominante, juste relevée par une acidité plutôt discrète. Bonne persistance. Les vins rouges : d’une intensité colorante moyenne, libèrent un bouquet très fin, surtout fruité (cassis, framboise) avec une nuance animale en vins vieux (musc, fumé). Ils sont souples, dotés de bons tanins. Quelques Premiers Crus étonnants comme le Clos du Val.281.jpg

     

    Saint-AubinLe vignoble de Saint-Aubin est orienté sur différentes croupes sud, sud-est, sud-ouest ou nord-est. Ses pentes sont assez sévères, notamment celles qui jouxtent le vignoble de Puligny-Montrachet. Les terroirs à vins rouges sont calcaires, caillouteux, de couleur brune ou rouge. Les terres blanches, plus argileuses, acceptent mieux le cépage Chardonnay. Elles influent nettement sur la souplesse des vins. Les blancs appartiennent véritablement à la famille des très grands vins de Bourgogne : or pâle légèrement vert ; bouquet associant l’amande verte, le marzipan (ou pâte d’amandes), la cire d’abeille, évoluant pour les vins mûrs vers la cannelle, l’ambre et une touche de poivre. Les vins rouges, souvent bien colorés, ont cette typicité révélant un nez de crème de cassis et de cerise noire, se complétant ensuite d’un léger arôme de cuir. En bouche, les vins offrent un ensemble charnu.

     

    Saint-RomainÀ l’abri de falaises spectaculaires, les vignes de Saint-Romain occupent les versants sud-sud-est et nord-nord-est d’un passage assez encaissé taillé dans la Côte. Saint-Romain ne produit pas de Premiers Crus. En vins rouges, le Saint-Romain peut s’adjoindre la mention Côtes-de-Beaune, ou s’appeler aussi Côtes-de-Beaune-Villages. Ses sols sont constitués de marnes calcaires, dans lesquelles se retrouvent des bancs d’argile favorables aux blancs.

     

    132.jpg- MeursaultLe vignoble est étalé en pentes douces, entre 230 et 360 m d’altitude. L’orientation est très favorable par son ensoleillement maximal. L’abondance de marnes blanches en milieu calcaire explique la prédominance de la production de vins blancs, car elles sont plus compatibles à l’acclimatation du Chardonnay. Le Meursault blanc a un bouquet très capiteux, typé amande amère ou sèche, feuillage, croûte de pain chaude, pomme reinette ; ils sont, en bouche, très consistants, avec un moelleux abondant qui touche à l’onctuosité. Leur persistance est sensationnelle. Certains Premiers Crus comme Aux Perrières, Le Poruzot, Les Bouchottes, Les Caillerets, Les Genevrières ou Les Charmes, provenant de propriétaires hors pair, sont alors exceptionnels, envoûtants, riches, moelleux, très typés, puissamment mais subtilement bouquetés (fleurs blanches et fruits secs), d’excellente évolution. Avec eux, nous entrons dans la catégorie des plus grands vins du monde. Les (rares) vins rouges sont fins et de charpente souple.555.jpg

     

    3368.jpg- Puligny-MontrachetEn Puligny-Montrachet, cinq Grands Crus : Chevalier-Montrachet, Bâtard-Montrachet, Bienvenues-Bâtard-Montrachet, Criots-Bâtard-Montrachet et Montrachet, parmi lesquels un bon nombre des plus grands vins blancs secs du monde, intenses, d’une grande structure aro­matique, de belle garde. Ici, on continue dans un territoire extraordinaire où l’osmose entre le Chardonnay et chaque type de terroir, sur la partie moyenne du coteau, devient parfaite. Le vignoble est établi sur Puligny et une partie du hameau de Blagny. Il court en pente douce, face à l’est, à une altitude comprise entre 230 et 390 m. Les sols sont argilo-calcaires, riches en cailloux, bien drainés, faciles à s’échauffer. Les blancs offrent un ensemble d’arômes très racés : pâte d’amande, fougère, ambre, fleurs blanches. En bouche, leur acidité est plutôt discrète, laissant s’exprimer un moelleux et une persistance impressionnants. Les vins rouges sont fruités (arômes de fraise et de cassis), assez souples en Puligny, plus charpentés en Blagny.283.jpg134.jpg

     

    - Chassagne-MontrachetUne petite partie de l’appellation Chassagne-Montrachet est produite sur Remigny, village limitrophe de Chassagne. Les sols convenant à la production des vins blancs sont essentiellement des calcaires bruns argileux. L’altitude du vignoble est comprise entre 220 et 340 m. Les vins blancs sont corsés, puissants, gras, aux arômes d’amande, de pomme mûre, de fleurs blanches, de miel. Leur persistance est remarquable. Les vins rouges sont très colorés, corsés, souvent très charnus. Leurs arômes sont marqués par des nuances cerise-kirsch et cassis.

     

    1887.jpg- MarangesL’appellation Maranges est née le 23 mai 1989, succédant à une production plus dispersée des villages de Cheilly-les-Maranges, Dezize-les-Maranges et Sampigny-les-Maranges. Maranges est la première appellation communale de la Côte de Beaune lorsqu’on arrive par le sud. Elle est limitrophe de Santenay. Les vins sont puissants, toujours très colorés, ils expriment des arômes de petits fruits rouges et de sous-bois. Ces vins solides ont un beau potentiel de vieillissement (au moins 10 ans). Les blancs sont gras, équilibrés, parfumés (arômes d’amande et fruits exotiques).

     

    178.jpg- SantenayAu sud de la Côte de Beaune. Les vins rouges représentent la quasi-totalité de la production. Les sols sont faits de calcaires durs renforcés de marnes. Les terres profondes imposent une taille spécifique (cordon de Royat) pour discipliner les rendements. Selon leur position, les coteaux sont orientés au sud ou à l’est. Les vins blancs sont secs et corsés. Les vins rouges sont tanniques, bien charpentés. Ils ont des parfums de fruits (amande et fraise), et pour les Premiers Crus, les arômes sont plus floraux (violette).

     

     

    LES AUTRES APPELLATIONS DE BOURGOGNE

     

    Bourgogne Hautes-Côtes-de Beaune

    Bourgogne Hautes-Côtes-de-Nuits

    Le vignoble, situé en parallèle de la Côte de Beaune et de la Côte de Nuits, garnit les pentes bien exposées des collines dominant la côte à une altitude moyenne (300 à 400 m) d’environ 100 à 150 m. Les vins rouges présentent souvent une robe sombre, des arômes de fruits rouges frais dans leur jeunesse, de fruits confits et parfois d’arômes animaux lorsqu’ils sont plus mûrs. Leur saveur est ferme, relevée par une bonne acidité et des tanins très présents. Les vins blancs ont une fermeté toujours atténuée par le moelleux du Chardonnay. Leur structure est à la fois élégante et solide.

     

    Les vins de Côte chalonnaise et du Couchois

    Situé entre la Côte de Beaune et le Mâconnais, le vignoble de la Côte chalonnaise recouvre 3 350 ha dont 2 100 ha d’appellations communales, et produit 110 000 hl d’appellations contrôlées régionales, et 56 000 hl d’appellations contrôlées communales. Les sols sont souvent argilo-calcaires “bruns” avec des proportions variables d’argile, déterminant de place en place la vocation des terrains pour les vins rouges ou les vins blancs. Les expositions varient de sud à est-nord-est. L’altitude s’étage entre 220 et 380 m. Les appellations sont produites sur l’ensemble du territoire de la Côte chalonnaise et du Couchois : Bourgogne Aligoté, Bourgogne Passetoutgrain et Bourgogne (blanc, rouge, rosé). Les appellations communales sont produites sur les communes de Bouzeron, Rully, Mercurey, Givry et Montagny.

     

    - GivryPetit vignoble reconnu du roi Henri IV, il s’étend exclusivement sur la commune de Givry et sur les trois hameaux de Poncey, Cortiambles et Russily. Les sols sont bruns calcaires ou calciques issus de l’altération des calcaires du jurassique. Givry blanc : légèrement doré, sa finesse et sa subtilité font toute sa distinction. Il évolue favorablement au cours du vieillissement. Givry rouge : franc, riche et fin, il se distingue par sa chaleur, sa vivacité et sa générosité.

     

    - MercureyDes rouges solidement constitués, bien bouquetés, fins et fermes à la fois, de bonne évolution. Quelques blancs parfumés et élégants, de bonne bouche.

     

    - RullyÀ la partie nord de la Côte châlonnaise, prolongement de la Côte de Beaune, s’étend le vignoble de Rully. Les terrains sont des marnes ou des argiles à dominante calcaire. Ce vignoble d’appellation communale présente des lieux-dits en Premier Cru. Le Rully rouge, d’un rubis pourpre, est d’une distinction particulière, tout en finesse et en élégance. Il sent bon le lilas, la violette, la framboise et la cerise. Le Rully blanc, robe d’or, d’une grande finesse, a une subtilité d’arômes allant de la noisette à la violette. Suivant les climats et leurs terroirs, il est tendre et fin, ou plus sec. 

     

    - Bourgogne AligotéLe Bourgogne Aligoté est une AOC régionale, produite dans toute la Bourgogne. En réalité, elle est surtout produite dans le vignoble auxerrois, dans les Hautes-Côtes de Beaune et de Nuits, et en Côte chalonnaise, ses terres de prédilection, qui lui assurent la typicité la plus régulière. Elle couvre à peu près 1 250 ha, pour une production de 50 à 70 000 hl en moyenne. Le Bourgogne Aligoté est un vin blanc léger, de couleur or blanc à forts reflets verts.

     

    - Bourgogne Aligoté BouzeronBouzeron donne son nom à un petit vignoble de 50 ha créé en 1979 reconnaissant les caractères particuliers des vins de cette région, et lui conférant le titre d’appellation communale.

     

    - Bourgogne rouge et Bourgogne PassetoutgrainTrois départements : Yonne, Côte-d’Or et Saône-et-Loire. Le Pinot noir est le cépage de Bourgogne. Associé au Gamay à la mise en cuve (1/3 minimum de Pinot), il participe à l’élaboration du Bourgogne Passetoutgrain.

     

     

    LE MÂCONNAIS

     

    462.jpg- Pouilly-Fuissé206.jpg

    Poully-Fuissé, à la robe dorée, tout en finesse et en distinction. Les arômes puissants évoquent la noisette et les amandes grillées. Des vins de bonne garde, riches et savoureux, à la fois secs et gras.

    3367.jpg

     

    287.jpg

     

     

     

    - Pouilly-Loché

    Situé au sud-est de Mâcon, il est, avec ses 25 ha, le plus petit vignoble de la Bourgogne du Sud. L’appellation s’étend exclusivement sur la commune de Loché.

     

    - Pouilly-Vinzelles

    Sur un terrain d’une grande homogénéité, exposé pour l’essentiel à l’est et au sud, le vignoble s’étend sur les communes de Vinzelles et de Loché.

     

    - Mâcon blanc

    L’aire géographique recouvre tout l’arrondissement de Mâcon, mais on distingue une quarantaine de communes sur lesquelles une délimitation particulière définit les appellations Mâcon-Villages et Mâcon et le nom de la commune. Vins secs et gouleyants, fruités et floraux, développant des nuances particulières aux différents terroirs et parfois muscatées.

     

    - Mâcon rouge

    Deux types de sols se distinguent particulièrement : les terrains argilo-siliceux ou argileux, qui produisent des vins riches, rustiques ; et les terrains siliceux ou granitiques, regroupés vers le sud du vignoble, qui produisent des vins plus fruités et plus légers. Les rouges (Gamay noir à jus blanc) peuvent adjoindre à l’appellation le nom de la commune dont ils sont issus, si certaines conditions sont respectées.

     

     
     
  • Pin it!

    CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES MEILLEURS VINS DE BORDEAUX

     

    VIDEO DEGUSTATION Château HAUT MARBUZET


    Henri, Bruno et Hugues Duboscq

    En Saint-Julien, en Margaux, en Pessac-Léognan ou à Saint-Emilion, certains propriétaires (ou directeurs) parlent beaucoup trop d’argent, de prix, de “super” notes, de vinifications toujours plus sophistiquées, de chais flambants neufs, d’installations inutiles, etc… Cette minorité, snobe, imbue d’elle-même, n’est ni passionnante, ni représentative, faisant traîner une image négative auprès des amateurs et des professionnels, alors que des centaines d’autres producteurs, de très grands crus ou de vins plus modestes, savent que la frime n’est pas la clé du succès, ni d’un grand vin... Ils font des vins qui n’ont pas d’âme, sans vice ni vertu, et qui atteignent des prix incautionnables. Ceux-là ne nous intéressent pas.

     

    VIDEO DEGUSTATION Château LA GALIANE

    Margaux
    Christiane Renon

     

    VIDEO DEGUSTATION Château MAYNE LALANDE

    Listrac - Médoc
    Bernard Lartigue

     

    VIDEO DEGUSTATION Château SAINT-HILAIRE

    Médoc Cru Bourgeois
    Adrien Uijttewaal

    - Dans le Médoc, les propriétaires maintiennent une identité forte : intrinsèquement, un Margaux n’a rien à voir avec un Pauillac (ni même avec un autre Margaux, tant les sols sont différents dans l’appellation), un Moulis doit refléter l’élégance quand c’est la structure qui signe un Saint-Estèphe... Les terroirs font les vins ! Pas besoin de tricher avec des manipulations œnologiques ou des élevages qui abrutissent les vins. Nul besoin non plus de prix extravagants, puisque l’on se fait plaisir dans une gamme cohérente et accessible. Voici ceux qui élèvent donc les véritables grands vins médocains, ceux qui ont une “âme”, de l’élégance, un véritable potentiel d’évolution, et ont signé plusieurs millésimes très différents : les 2016, 2010 et 2009, grandissimes, les 2015, 2011, 2008, 2006, 2004 et 2002, la plupart formidables aujourd’hui, un 2007 savoureux, ou un 2013, parfois imbuvable, souvent difficile. Le plaisir est là, intact, et c’est du grand art.

     

    VIDEO DEGUSTATION Vignobles JANOUEIX

    Vignobles et Domaines JANOUEIX Jean-François

     

    - À Pomerol (et à Lalande), les senteurs de truffe se mêlent à la mûre, au poivre, à la cerise ou à la réglisse, la chair s’associant à une texture dense, ample, envoûtante, unique. Ces vins de “velours” Ont des caractères différents, naturellement, selon les sols et leur situation géographique, mais tous sont les plus chaleureux de la région bordelais, à l’image de leurs propriétaires.

    VIDEO DEGUSTATION Château CROQUE MICHOTTE
    Pierre et Lucie Carle

     

    VIDEO DEGUSTATION Château LA GRACE FONRAZADE

    Rouge
    François-Thomas et Bénédicte Bon

     

    VIDEO DEGUSTATION Château CANON

    Canon-Fronsac
    Vignobles Jean GALAND et ses Enfants

    - Outre un Classement “officiel” qui fait plutôt sourire, il faut savoir qu’un Saint-Emilion, un vrai, c’est une osmose entre la complexité aromatique et une texture savoureuse, souple mais ferme, dense mais distinguée. Ici, en effet, on a le choix entre de vrais crus de terroir, amples, élégants, de belle garde, du plus grand au plus abordable, et d’autres vins où les sols ont peu de réelle influence, surtout marqués par des vinifications trop sophistiquées qui donnent des vins trop concentrés au détriment de la finesse, des vins de dégustation, dont on a du mal à terminer la bouteille, tant le plaisir est absent. Il faut donc frapper à la bonne porte...

    VIDEO DEGUSTATION Château HAUT SAINT CLAIR

    Puisseguin Saint-Émilion
    Yannick et Andrea Le Menn

    - Les meilleurs vins de Montagne, Puisseguin, Lussac ou Saint-Georges se retrouvent dans le Classement des “Satellites” de Saint-Émilion, et proviennent de terroirs spécifiques, limitrophes ou rapprochables d’autres sols d’appellations plus prestigieuses, ce qui leur permet de devenir de grands vins à part entière. Il en est de même en Canon-Fronsac et Fronsac.

     

    - En Pessac-Léognan comme en Graves, la typicité des terroirs est réelle, avec des sols très spécifiques du bordelais, les seuls où l’on peut élever, à la fois, de grands vins rouges et blancs secs. Dans les deux couleurs, en effet, Crus Classés ou non, selon les territoires et la passion des hommes et des femmes, on accède à une gamme exceptionnelle, du plus grand vin au plus charmeur, mais, chacun marqué par une spécificité propre à la région, et c’est déjà beaucoup. Comme à Saint-Émilion, certains crus atteignent des prix totalement injustifiés, et vous ne risquez pas de les retrouver dans le Guide !

    VIDEO DEGUSTATION Château LAFARGUE

    Pessac-Léognan Rouge
    Jean-Pierre Leymarie

    - Dans les appellations de Côtes, on peut passer du sublime au vin “dépersonnalisé”, selon les expositions, les sols, la complémentarité des cépages... et la main de l’homme. Les propriétaires talentueux se démarquent aisément des autres, et c’est ainsi depuis des décennies. De Cars à Tauriac, de Lestiac à Saint-Magne-de-Castillon, Les meilleurs signent de beaux vins de caractère, puissants ou soyeux, vifs ou suaves, et c’est tant mieux.

     

    VIDEO DEGUSTATION Château FAUGAS

    Cadillac - Côtes de Bordeaux
    Famille Thial de Bordenave-Berckman

     

    VIDEO DEGUSTATION Château MELIN

    Cadillac Côtes de Bordeaux
    Pascal Modet
     

    - L’appellation des Bordeaux Supérieur et Bordeaux, est tellement grande qu’il s’agit de savoir frapper à la bonne porte.  On accède alors à des vins typés par des sols très différents (on ne fait pas les mêmes vins à Monségur ou à Frontenac, à Génissac ou à Pondaurat...) et l’on aurait bien tort de croire que les terroirs ne jouent pas leur rôle. Les prix sont particulièrement abordables, et le plaisir bien réel. Et les meilleurs sont de grands vins à part entière.

     

    VIDEO DEGUSTATION Château BOUTILLON

    Cuvée Prestige
    Anne-Sophie Gillet

     

    VIDEO DEGUSTATION Château de LAVISON

    Cuvée 977
    Famille Martet

     

    VIDEO DEGUSTATION Château de JAYLE

    - À Sauternes, comme dans les autres appellations des liquoreux (Loupiac...), les vins possèdent une authenticité réelle : il faut dire que l'équilibre géologique et climatique de la région en fait un milieu naturel idéal pour cette fascinante biologie qu'est le botrytis cinerea. Ces vins rares, du plus liquoreux au plus fin, dont les prix sont largement justifiés quand on connaît les efforts des propriétaires, méritent alors d'être appréciés tout au long du repas, tant le charme opère.

     

    VIDEO DEGUSTATION Château LAFON

    Sauternes
    Olivier Fauthoux
     

     

     

     

    DANS CHAQUE APPELLATION, DU PLUS GRAND AU PLUS ABORDABLE, LE MEILLEUR DE BORDEAUX

    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

     

    Château d'ANNA
    Château des ARNAUDS
    Château BALESTARD La TONNELLE
    Château BASTIAN
    Château BASTOR LAMONTAGNE
    Château BATAILLEY
    Château BEAU SITE
    Château BEAUREGARD
    Château BELLE GARDE
    Château BELLES-GRAVES
    Château BELLEVUE
    Château BERTHENON
    Château BICHON-CASSIGNOLS
    Château BOIS CARRÉ
    Scea Vignobles BON
    Château TROTTE VIEILLE
    Château Le BOURDIEU
    Château BOURSEAU
    Château BOUSCAUT
    Château BOUTILLON
    Château BRAN de COMPOSTELLE
    Château BRETHOUS
    Domaine de CARTUJAC
    Château BROWN
    Domaine du BUISSON
    Château CADET-BON
    Château Le CAILLOU
    Château CAMBON LA PELOUSE
    Château CANON-CHAIGNEAU
    Château CANTENAC
    Château CANTENAC-BROWN
    Château CARBONNIEUX
    Château de CARLES
    Château CARONNE-SAINTE-GEMME
    Château CASTERA
    Château CERTAN de MAY de CERTAN
    Vignobles CHAIGNE et Fils
    Château de CHANTEGRIVE
    Château CHANTEMERLE
    Château CHENE-VIEUX
    Domaine de CHEVALIER
    Château CLAUZET
    Château LA CLAYMORE
    Clos JEAN
    Château CLOSIOT
    Château de CÔME
    Château CONFIDENCE DE MARGAUX
    Château CORBIN MICHOTTE
    Château La CROIX-LAROQUE
    Château La CROIX MEUNIER
    Château La CROIX de QUEYNAC
    Château LA CROIX-TOULIFAUT
    Château CROQUE MICHOTTE
    Château DAVID
    Château DESMIRAIL
    Château LE DESTRIER
    Château DEVISE d'ARDILLEY
    Domaine L'ENTRE DEUX MONDES
    Château FAUGAS
    Château FILHOT
    Château FILLON
    Château La FLEUR CRAVIGNAC
    Château La FLEUR GRANDS-LANDES
    Château FONBADET
    Château FONROQUE
    Château FONTBONNE
    Château FOURCAS-DUPRÉ
    Château FOURCAS-HOSTEN
    Château FRANC LARTIGUE
    Château La GALIANE
    Vignobles GASSIES-GAUTEY
    Château la GRÂCE DIEU LES MENUTS
    Château La GRACE FONRAZADE
    Château du GRAND BOS
    Château GRAND CORBIN-DESPAGNE
    Château GRAND FRANÇAIS
    Château GRAND-MAISON
    Château GRAND-PUY-LACOSTE
    Château AUX GRAVES DE LA LAURENCE
    Château Les GRAVES
    Château de La GRENIERE
    Château GROS CAILLOU
    Château La HAIE
    Château HAUT BARRAIL
    Château HAUT-BATAILLEY
    Château HAUT-CALENS
    Château HAUT-LAGRANGE
    Château HAUT-MARBUZET
    Château HAUT-SAINT-CLAIR
    Château HOURBANON
    Château HOURTIN-DUCASSE
    Vignobles et Domaines JANOUEIX Jean-François
    Château JOUVENTE
    Château JURA-PLAISANCE
    Clos LABARDE
    Château LAFARGUE
    Château LAFLEUR du ROY
    Château LAFON
    Château LAGARDE
    Château LAGNEAUX A PAUILLAC
    Château LAJARRE
    Château LAMOTHE-DESPUJOLS
    Château LARRAT
    Château LASCOMBES
    Château LATOUR
    Château LAUDUC
    Château LAVISON
    Château LAYAUGA-DUBOSCQ
    Château LESPAULT-MARTILLAC
    Château LOUPIAC-GAUDIET
    CLOS DES LUNES
    Château de LUSSAN
    Château MACQUIN
    Château MAISON NOBLE
    Château MALARTIC-LAGRAVIÈRE
    Château de MALLE
    Château Les MARCEAUX
    Château Marquis de Terme
    Château de MARSAN
    Château La MARZELLE
    Château Les MAUBATS
    Château de MAUVES
    Château MAUVINON
    Château MAYNE LALANDE
    Château MAZERIS
    Château MAZEYRES
    Château MELIN
    Château Le MEYNIEU
    Château MONTROSE
    Château MOULIN DU JURA
    Château du MOULIN VIEUX
    Château La MOULINE
    Château MOUTON-ROTHSCHILD
    Château ORISSE du CASSE
    Château La PAILLETTE
    Château de PANIGON
    Château PASCAUD
    Château PAVILLON BEAUREGARD
    Château du PAYRE
    Vignobles PELLE
    Château PENIN
    Château La PERRIÈRE
    Château PETIT BOCQ
    Château PETIT MANGOT
    Château du PETIT PUCH
    PETRUS
    Château PIADA
    Château PICHON-BELLEVUE
    Château PICHON-COMTESSE
    Château PIGANEAU
    Château PLANTIER ROSE
    Château PLINCE
    Château PONT LES MOINES
    Château PONTAC-MONPLAISIR
    Château CLOS des PRINCE
    Vignobles ROBIN
    Château ROC DE BOISSAC
    Château de ROLLAND
    Château de ROQUEBRUNE
    Château La ROSE-POURRET
    Château La ROSE SARRON
    Château SAINT AHON
    Château SAINT-HILAIRE
    Château SAINTE-BARBE
    Château SANSONNET
    Château Le SÈPE
    Domaine de la SOLITUDE
    Château Le SOULEY-SAINTE-CROIX
    Le TEMPLE de TOURTEYRON
    Château THURON
    Château TOULOUZE
    Château LA TOUR DU PIN FIGEAC
    Château TOUR-DU-ROC
    Clos TRIMOULET
    Château TRONQUOY-LALANDE
    Château TROTTE VIEILLE
    Château La TUILERIE du PUY
    Château le TUQUET
    Château VAISINERIE
    Château VALENTIN
    VIEUX CHATEAU SAINT-ANDRE
    Château VIEUX RIVALLON
    Château Vieux Sarpe
    Château VOSELLE
  • Pin it!

    VINGT GRANDS COUPS DE CŒUR DE L'ANNEE

    CAVE DRUSSE NATHALIE ET DAVID


    SAINT-NICOLAS-DE-BOURGUEIL
    Ces jeunes viticulteurs ont été récompensés en 2005 par le prix Départemental de la Dynamique Agricole. Ce domaine de 21 hectares n'utilise plus de désherbant chimique dans les vignes , qui sont enherbées entre les rangs et travaillées en surface aux pieds, depuis plusieurs années. Nathalie et David Drussé produisent des vins certifiés "Produit en conversion vers l'Agriculture Biologique". C’est toujours le meilleur Saint-Nicolas-de-Bourgueil rouge Vieilles Vignes 2015, issu d’un terroir argilo-calcaire, marqué par les fruits noirs (griotte, pruneau), de bouche pleine, ample et veloutée, de belle matière. Egalement, remarquable 2014, de couleur intense aux reflets noirs, aux puissants arômes de fruits rouges (mûre, fraise des bois...), d’épices, aux tanins bien enrobés mais équilibrés, parfait avec un rôti de porc boulangère ou des coquelets dorés.  Leur autre Saint-Nicolas-de-Bourgueil rouge Les Graviers 2015, élaboré sur des terroirs de silex et de sable, au nez mariant les fruits mûrs (myrtilles) et les épices, est d’une complexité certaine en bouche, parfumé et intense avec des nuances de griotte et de prune, aux tanins soyeux. Le Saint-Nicolas-de-Bourgueil rosé 2016, de teinte saumonée, avec des senteurs de framboise, de groseille, est toujours une référence, idéal à l'apéritif ou avec des plats rappelant l'été, sur un poulet poché en gelée ou un bavarois de poivrons à la fondue de tomates. On excite encore nos papillles avec leur Saint-Nicolas-de-Bourgueil rouge L’Intuitive 2014, issue des coteaux de tuffeau, de couleur intense aux reflets noirs, aux puissants arômes de fruits rouges et noirs (mûre, fraise des bois...), d’épices, aux tanins bien enrobés mais très équilibrés, de bien jolie garde comme le Bourgueil rouge Leroy de Restigné 2015, marqué par son sol d' argilo-calcaire, au nez subtil de fruits à noyau, légèrement épicé, tout en bouche. La cuvée L'Amplitude sera de retour avec le millésime 2015, début 2018 (médaille d'Or au Concours Général Agricole de Paris 2017). Accueil gratuit pour les camping-caristes adhérents à France Passion ou autres. La cave vient d'obtenir pour le confort de tous, le label "Tourisme et Handicap".
     

     

    CHATEAU DU COING DE SAINT FIACRE


    MUSCADET
    Le Château comprend 42 ha de vignes sur des pentes de 14 % exposées plein sud. C’est une propriété historique du vignoble nantais : elle existait au Moyen-Age, a été remaniée en 1756, puis en 1810. Les communs construits à cette époque sont de pur style italiens (dit clissonnais) avec des génoises et des fenêtres géminées typiques du vignoble nantais. Si M. Chéreau père acquiert cette propriété chargée d’histoire en 1973, c’est maintenant sa fille qui gère ce vignoble de 40 ha, et poursuit l’effort de sauvegarde du patrimoine architectural et viticole. Remarquable Muscadet l’Ancestrale 2013, un vin qui a beaucoup de corps et de puissance, d’une grande expression aromatique marquée par des senteurs de fruits très mûrs, puis des notes minérales, d’excellente évolution comme le prouve ce 2010, qui poursuit une excellente évolution, fleure le musc et l’aubépine, avec des notes de noisette, offrant un bel équilibre entre la fraîcheur, la souplesse et le fruité.  Son Muscadet Comte de Saint Hubert Vieilles Vignes 2014, à dominante de fleurs blanches et d’amande, d’une belle persistance aromatique, est dense au nez comme en bouche, très typé, un vin mêlant élégance et structure. Fidèle à lui-même, le Muscadet Sèvre-et-Maine sur lie Grand Fief de la Cormeraie 2015, issu de vignes âgées pour la plupart de plus de 65 ans, rond en bouche, au nez subtil, ample et persistant, racé et distingué, aux connotations complexes où dominent les fleurs (aubépine, genêt), qui mérite une cuisine élaborée comme un bar au four, très typé comme cet autre Muscadet Château de la Gravelle 2015, vif, clair, bien équilibré en acidité, élégant, au nez de rose et d’amande, de bouche flatteuse. Goûtez le Muscadet Sèvre-et-Maine sur lie Château Coing de Saint Fiacre Tradition 2015, tout en parfums, suave et sec à la fois, où s’entremêlent en bouche les fruits et les fleurs fraîches, le Gros Plant sur Lie Folis Blanche 2015, vif et franc comme il se doit, et l'IGP Saint Fiacre Cuvée Aurore Chardonnay 2015, de bouche délicate et harmonieuse, tout en finesse, au nez de fruits mûrs, associant souplesse et vivacité.

     

    CHATEAU MAYNE LALANDE


    LISTRAC
    Depuis plus de 6 générations, la famille Lartigue est attachée à la terre de Listrac. C’est en 1973 que Bernard LARTIGUE devient le nouveau maître du domaine. En vrai médocain dans la lignée de ses ancêtres, et profondément attaché aux vraies valeurs médocaines, c’est avec passion qu’il créera les propriétés Château Mayne Lalande (Listrac), Château Myon de l’Enclos (Moulis) ainsi que Les Cinq Sens du Château Mayne Lalande, sa maison d’hôtes. Un caractère perfectionniste, rigoureux, exigeant d’un vigneron aimant le travail bien fait le mène à la recherche permanente de l’excellence mais aussi à se remettre en question chaque jour pour obtenir le meilleur potentiel du terroir afin d’élaborer de grands vins, disposant d’une aptitude au vieillissement très longue. Son Listrac Médoc 2014, 60% Cabernet-Sauvignon, 30% Merlot, 5% Cabernet franc, 5% Petit Verdot, fort bien élevé en barriques (30% de barriques neuves), est riche en bouquet comme en matière, aux tanins équilibrés, complet, élégant, tout en bouche, aux nuances de cassis, de truffe et d’humus. Le 2013 est très réussi, élégant, aux tanins riches et veloutés à la fois, tout en finesse aromatique (cuir, groseille...), un vin de robe grenat soutenu, bien corsé, à prévoir avec une côte de veau panée à la milanaise ou des brochettes d'agneau. Le 2012, particulièrement savoureux, de belle robe pourpre soutenu, aux notes de framboise et de cannelle, est d’une grande harmonie, très parfumé, séveux, généreux et persistant. Le 2011 (50% de barriques neuves), est tout en bouche, à dominante de rondeur, ferme en bouche, tout en nuances aromatiques (cerise noire, cannelle…), de très bonne évolution. "Le millésime 2016, nous raconte Bernard Lartigue, est une année avec beaucoup de soubresauts climatiques qui demandait beaucoup d’observation de la plante pour garantir d’avoir des raisins sains. Nous nous dirigeons vers l’excellence grâce à la générosité de Dame Nature et au travail intensif de tous les collaborateurs des propriétés. Un grand merci !"

     

    BESTHEIM


    CREMANT D'ALSACE
    CREMANT D’ALSACE PRESTIGE BESTHEIM Situé au cœur du vignoble haut-rhinois à deux pas de Colmar, Bestheim, fondé en 1765 dispose de deux sites de production situés à Bennwihr pour les vins tranquilles et à Westhalten pour les Crémants d’Alsace. S’appuyant sur un vignoble de 1400 ha exploité par 480 vignerons passionnés par leur métier, Bestheim est une entreprise particulièrement engagée dans la préservation de l’environnement et s’investit au quotidien dans cette démarche à la fois dans le vignoble comme au sein de l’entreprise (lutte raisonnée, tri sélectif, valorisation des déchets, isolation performante, économies d’énergie, mise en place de chauffe-eau solaire, covoiturage des salariés, sélection de ses fournisseurs en fonction de leur engagement « vert », …) Bestheim produit toute la gamme des vins d’Alsace allant des Crémants aux sept cépages alsaciens parmi lesquels sont déclinés les vins de la gamme "Classic", lieux-dits, Grands Crus ainsi que les fameuses Vendanges Tardives. En 2008, Bestheim a décidé de diversifier ses productions en s'installant dans le vignoble Bordelais afin de renforcer ses positions commerciales. Bestheim exploite le Château Fillon en Bordeaux Supérieur, sur environ 45 hectares de vignobles. Découvrez le Crémant d'Alsace brut rosé, vieillissement minimum de 12 mois sur lattes, pur pinot noir, de très belle teinte, avec ce nez dominé par les fruits frais, de bouche ample et de mousse légère. A ses côtés, le Crémant d'Alsace Prestige Bestheim, vieillissement de 36 mois sur lattes, les raisins proviennent des terroirs calcaires de Westhalten, pur pinot blanc, le design unique de la bouteille en fait une cuvée haut de gamme. Très bon Gewurztraminer grand cru Zinnkoepflé 2007, de bouche fruitée, légère et ronde, tout en charpente, au nez complexe, généreux et charmeur, aux notes de tilleul, de très bonne évolution. Beau pinot gris sélection de 2005, rares et prestigieuses, les sélections de Grains Nobles sont obtenues par tris successifs des grains atteints de pourriture noble, la concentration rend l'identité du cépage plus discrète, au bénéfice d'une puissance, d'une complexité et d'une longueur en bouche exceptionnelle. La production du "Grains Nobles" est en moyenne d'une fois par décennie.

     

    DOMAINE DE ROSIERS


    COTE-ROTIE
    Le vignoble de Côte-Rôtie s'étend sur trois communes : Saint-Cyr-sur-Rhône, Ampuis, Tupin-et-Semons, sur la rive droite du Rhône dans le département du Rhône, sur des terrasses granitiques très escarpées couvertes d'une couche silico-calcaire en Côte blonde, d'argile et oxyde de fer en Côte brune. Le climat est continental modéré, sec et chaud l'été, avec des pluies régulières les autres saisons. Environ 200 ha de vignobles en gradins sur des pentes de 40%, et divisé entre : la Côte brune (sol argileux de couleur plus foncée) donnant des vins rouges très fermes de lente évolution et de grande longévité (Vaillères, Côte Rosier, Turque, Pommière, Chevalière, Côte Boudin); la Côte blonde (sol plus léger) donnant des vins plus souples (La Mouline, Châtillonne, Grande Plantée, Grands Cols). Superbe Côte-Rôtie 2013, classique, au nez présent avec des senteurs de violette et de pruneau, un vin chaleureux et gourmand, toujours très typé, aux notes de cuir et d’humus en finale, à prévoir sur un lapin sauté aux olives noires ou un agneau aux pommes de terre nouvelles. “Pour le 2013, rappelle-t-il, nous avons pu vendanger avant que la pourriture n’arrive. En 2013, tout a, en effet, été une question de timing. Au final, nous trouvons un beau millésime très coloré, avec une belle acidité, bien fondu, ce qui donne un bel équilibre. Un vin sur la fraîcheur, pas trop lourd.” Le 2011 (97% Syrah et 3% Viognier), médaille d’Argent au concours des vins d’Orange 2010, issu de cuvaison longue puis élevé au minimum 15 mois en fûts de chêne, ample et solide avec ce nez complexe aux nuances de fraise des bois et de kirsch, de couleur profonde, un vin riche et racé, qui poursuit son évolution. Exceptionnel 2010, aux notes de pruneau et de sous-bois, de bouche pleine et généreuse, aux tanins fermes et soyeux à la fois, de couleur pourpre, un beau vin puissant et chaleureux, de garde. Goûtez le Côte-Rôtie Cuvée Cœur de Rose. “Produite depuis le millésime 2011, la cuvée Coeur de Rose est une sélection de 5 fûts à la fin de l’élevage de 18 mois pratiquée sur les Côte-Rôtie du domaine. Ainsi nous cherchons à créer une cuvée d’assemblage restreinte, gardant la même trame et le même esprit que notre cuvée principale tout en souhaitant la concentration des arômes et de la structure afin de donner naissance à une cuvée de garde par excellence mettant en valeur tout le potentiel du millésime.” Il y a encore cette nouvelle cuvée parcellaire Besset 2013, “une sélection de 5 fûts à la fin de l’élevage de 18 mois pratiquée sur le Côte-Rôtie issu de notre parcelle située sur le lieu dit Besset, 100% Syrah, son élevage est de 18 mois en fûts de chêne dont 50% de fûts neufs,” le tout donnant ce vin dense, structuré, qui associe couleur et matière, avec ses arômes de fruits rouges à noyau et de réglisse, finement tannique, de bouche riche.

    LA BASTIDE BLANCHE


    BANDOL
    La restructuration du Domaine par la famille Bronzo remonte au début des années 1970. L'encépagement constitué pour plus de la moitié de Mourvèdre ce qui confère au vin ces arômes si profonds. Le vignoble de 28 hectares est planté tout en coteaux sur des parcelles aménagées en restanques pour une partie, sur des sols très profonds graveleux et caillouteux de type argilo-calcaire. Les méthodes de culture restent très traditionnelles avec des labours fréquents, une fertilisation organique et aucun emploi de désherbant chimique. Les vendanges entièrement manuelles s'effectuent dans de petits bacs pour que le raisin parvienne intact à la cave. Le terroir très fracturé produit de faibles rendements, ce qui permet d'obtenir des vins à forte personnalité, très concentrés avec des arômes puissants tout à fait exceptionnels. Le vin est riche associant structure et finesse, charnu et racé en bouche, d'une belle persistance aromatique, de très belle garde.

     

     

    CHATEAU DES PEYREGRANDES


    FAUGERES
    Un beau domaine familial de 25 ha depuis cinqgénérations, Marie-Geneviève Boudal-Benezech et ses fils perpétuent la tradition et la destinée du Domaine depuis 1995. La qualité commande la conduite de nos vignes. Les vins sont très typés Faugères : une grande richesse aromatique, beaucoup de structure, grande finesse des tanins. Notre but est de transmettre au consommateur la typicité de cette appellation, en élaborant des vins issus d'assemblage et en constante recherche d'équilibre entre la puissance et la finesse. En fait, comme dans une œuvre d'art, nous essayons de transmettre au travers de nos produits, l'amour et la passion que nous avons pour notre région, nos vignes et notre vin. Le domaine est une exploitation qualifiée au titre de l'agriculture raisonnée, suivant la démarche Terra Vitis et en conversion biologique. “Grâce au beau temps, nous raconte Marie-Geneviève Boudal-Benezech, les raisins ont été récoltés à maturité optimale, et, de ce fait, cela donne un superbe millésime 2015 où se retrouvent, fruité, fraicheur, une acidité modérée, une belle évolution, qui sont les prémices d'un vin de garde. Nous prévoyons des plantations pour renouveler les trop vieilles vignes.” Les millésimes en vente en 2016 : 2013 et 2014. Nous avons été récompensés par une médaille d'Or pour le 2013 aux Caves Particulières à Paris.” Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox Formidable Faugères cuvée Marie Laurencie 2013, Grenache 40%, Syrah 40%, Mourvèdre 10%, Carignan 10%, rendement de 25 hl/ha... l’un des plus grands vins de la région, très typé, aux tanins mûrs et fermes à la fois, riche et fondue, au nez où se mêlent la fraise des bois, le pruneau, la truffe et l’humus, charnu comme il se doit, d’une finale persistante aux nuances de fumé, de mûre et d’épices, de belle garde. Avec une spécificité tout aussi typée, le Faugères cuvée Charlotte 2013, 80% Syrah, 10% Grenache et 10% Mourvèdre, au nez complexe où dominent les épices et les petits fruits mûrs (cassis, groseille), riche et souple à la fois, très chaleureux Le Faugères Prestige 2012 40% Syrah, 40% Carignan et 20% Mourvèdre, sur les pentes de la Serre, coteau aride sur les hauteurs du village exposé plein sud face à la mer, élevé en partie en barriques, est fidèle à lui-même, mêlant couleur et matière, aux tanins riches et souples à la fois, avec ces senteurs de musc et de fruits macérés en finale. Le Château des Peyregrandes rouge 2013 Bio, Syrah 50%, Grenache 50%, élevé en cuves Inox, marqué par ce nez à dominante de fruits rouges mûrs et de violette, intense, aux tanins savoureux et riches, très parfumé en bouche (mûre, fraise des bois, poivre...), d’une belle complexité en finale. Très beau Faugères Château des Peyregrandes blanc 2015, Roussane 60 %, Marsanne 40% (ère primaire, sols schistes classiques du Faugèrois-carbonifère, altitude : 200 à 300 m sur les avant-monts des Cévennes, exposition plein sud, face à la mer), un vin qui a des notes aromatiques de pêche, d’amande et de lis, long et équilibré en bouche, vivace et souple à la fois Vous serez aussi sous le charme de ce Château des Peyregrandes rosé Grenache 50%, Syrah 40%, Mourvèdre 10%, vendange manuelle, vinification par saignée, puis stabilisation et fermentation avec thermorégulation, une partie vinifiée en fûts de chêne, qui développe des senteurs franches et fraîches de fruits (abricot, pêche), tout en finale. Le Domaine Bénézech-Boudal rosé 2015, sec et suave à la fois, l’un des meilleurs de l’appellation, d’une couleur délicate.




    CHATEAU TOULOUZE


    GRAVES DE VAYRES
    Les terres du Château Toulouze dépendaient d’un vaste ensemble foncier, propriété du Château de Vayres. Ce dernier édifié au XIIIème siècle à l’emplacement d’un « oppidum » gallo-romain dominant la Dordogne, fut une des résidences du roi Henri IV. La propriété dans sa forme actuelle, 27 ha d’un seul tenant, bâtiments et vignoble, correspond à ce qui subsiste d’un vaste domaine viticole et d’élevage de plus de 70 ha, édifié à la fin du XVIIIème siècle, à la suite de la révolution française et démantelé petit à petit par le jeu des successions. Le vignoble totalement restructuré en 1986, commence à exprimer la montée en puissance de l’expression du terroir. Cela donne des vins à la chair plus ample, généreuse, fruités mais avec des tanins élégants empreints de finesses. Des vins équilibrés et harmonieux, que l’on peut déguster jeunes après une large aération en carafe, mais qui offrent selon les millésimes un excellent potentiel de garde, en moyenne de 10 à 15 ans. Découvrez ce Graves de Vayres Grande cuvée 2009 (Merlot majoritaire, 20% de Cabernets, vendanges manuelles et tardives pour rechercher la maturité, élevage 12 mois en 1/2 muids de chêne, mise en bouteille 18 mois après les vendanges, filtration douce), avec ces notes caractéristiques et très persistantes de groseille, de fumé et d’épices, aux tanins denses et mûrs à la fois, un vin de bouche ample, d’excellente garde. Beau 2008, charpenté, bien charnu, avec des senteurs de prune et de groseille, gras, aux tanins savoureux, qui dégage en bouche des connotations de cerise noire et d’humus, de garde.

     

    CLOS TRIMOULET


    SAINT-EMILION Grand Cru
    Situé au nord de Saint-Emilion, le "Clos Trimoulet" est une propriété exclusivement familiale, où cinq générations de viticulteurs se sont transmis un savoir faire ancestral. Guy Appollot et ses deux fils, Alain et Joël, ont su préserver cet héritage traditionnel tout en le conjuguant aux techniques les plus modernes. Les hectares de la propriété sont répartis sur plusieurs parcelles avec des sols argileux et sablonneux qui apportent au vin charpente, longévité et finesse. Les raisins sont ramassés à parfaite maturité et grâce à une longue cuvaison qui extrait au maximum les tanins, le "Clos Trimoulet" est un excellent vin de garde. Toute la production est mise en bouteilles à la propriété, après un élevage de 18 mois en barriques de chêne. Remarquable Saint-Émilion GC 2012, coloré et très parfumé, d’une jolie concentration en bouche, aux notes de fruits rouges et de réglisse, charnu, aux tanins bien soyeux mais bien riches.  Le 2011 est excellent, parfumé (humus, griotte, mûre), tout en bouche, aux tanins amples, au nez complexe (violette, fraise des bois), alliant souplesse et charpente, chaleureux. Superbe 2010 (médailles d’Argent Concours Bordeaux 2012 et Vignerons Indépendant 2010) : millésime très apprécié dans la lignée du 2009, un vin d’une très belle concentration, très élégant et d’une belle finesse, très équilibré, aux arômes de fruits très mûrs (fruits noirs), c’est vraiment l’équilibre et la finesse qui dominent. Beau 2009, médaille d’Argent au Challenge international du vin 2011, aux senteurs de fruits rouges, de cuir et de sous-bois, bien en bouche, puissant, savoureux, riche en couleur comme en charpente, de garde comme le 2008, médaille d’Argent au concours des Vignerons Indépendants, au bouquet subtil où règnent le pruneau et les épices, mêlant souplesse et structure. Le 2007, de bouche fondue et parfumée, est bien classique, tout en rondeur, de couleur rubis intense, au nez marqué par la groseille et les sous-bois, avec des tanins ronds, associant richesse et harmonie, corsé et épicé comme il le faut. “Le 2007 est un millésime miraculeux, explique Alain Appollot, la nature a été généreuse avec nous. Grâce à notre travail en amont, aux soins que nous avions apportés à la vigne durant tout l’été, les raisins étaient très jolis, les analyses étaient d’ailleurs très bonnes, surprenantes même, révélant des PH tout à fait corrects. Cela donne des vins très fruités, d’un bel équilibre, des vins assez classiques finalement. Pour l’élevage, nous n’avons pas trop utilisé de bois neuf, nous ne tenons pas à masquer les vins. Je respecte le millésime et ses caractéristiques, je ne cherche pas à les gommer mais au contraire à souligner le meilleur.”

     

    CHATEAU LA MOULINE


    MOULIS
    Jusqu’en février 1920, le Vicomte de Courcelles vivait avec sa famille sur le Domaine de La Mouline. C’est ensuite Ismaël LASSERRE qui devint l’heureux propriétaire de ce domaine d’une superficie de 4 hectares 70 ares et 37 centiares. Il l’exploitera jusqu’à son décès. Son fils André, assurera la succession et reprendra l’exploitation dans les années 40. Puis, sa fille Madeleine LASSERRE, épouse de Jean COUBRIS en héritera dans les années 60, et ensemble, ils en assumeront la responsabilité jusqu’au 19 mars 1981. Et c’est avec passion que leur enfant Jean-Louis COUBRIS accompagné de ses fils Jean-Christophe et Cédric, assure la vinification pour perpétuer la tradition familiale. Ils travaillent ensemble au développement de la propriété pendant les décennies 80 et 90. A ce jour, Cédric COUBRIS, continue l’exploitation de 22 hectares de vignes sur les 25 hectares de superficie de la propriété, avec ses deux filles Lucie et Julie. "2015 et 2016 sont deux millésimes exceptionnels qui rejoignent pour notre plus grand plaisir les 2009 et 2010", nous explique Cédric Coubris. "Après 2013 et 2014, très faible en volume mais avec une jolie qualité, nous avons la qualité et la quantité. Nous nous sommes même octroyés le luxe de vendanger les 4 cépages de la propriété en 4 temps. Les Merlots puis une première interruption avant de reprendre sur les Cabernets Sauvignon, idem pour les Cabernets francs et en fin les Petits Verdots." En attendant, vous pourrez découvrir ce Moulis-en-Médoc Cru Bourgeois 2012, élevé en barriques pendant 18 mois environ, médaille d’Argent Paris 2014, aux notes persistantes de sous-bois et de mûre, un vin qui allie structure et souplesse, aux tanins denses, qui se goûte remarquablement, parfait sur un lièvre ou de l’agneau.

    DOMAINE DU CLOS DU FIEF


    JULIENAS
    Le Domaine s'étend sur 6 ha de Juliénas, 1 ha de Saint-Amour et 5 ha de Beaujolais-Villages sis sur la commune de Jullié, le tout provenant de cépage Gamay noir à jus blanc. L'exploitation comporte 1/2 ha de Beaujolais-Villages blanc issu du cépage Chardonnay sur la commune de Saint-Veran en Saône-et-Loire avec en parallèle le développement du Crémant de Bourgogne. Vinification différente selon les vignes et les appellations. Traditionnelle, semi-carbonique pour le Juliénas, chapeau immergé pour le Saint-Amour. Francis Tête, tonnelier, régisseur de cave, a créé l’exploitation pour la transmettre ensuite à son fils Raymond, pionnier de la vente directe en bouteilles à la propriété. Depuis 1980, Michel (3 ème génération) et Françoise ont développé l'entreprise et fondé, en 1988, le “Domaine du Clos du Fief”. Remarquable Juliénas cuvée Prestige 2014, sol argilo-siliceux, typé, alliant finesse et charpente, à la robe cerise, avec des arômes de framboise, riche en bouche (9,90 €). Le Juliénas Tête de Cuvée 2012, aux notes de fruits mûrs (cassis, mûre) et de réglisse, de bouche puissante, c’est un vin étoffé, coloré et complexe comme nous les aimons. Excellent Juliénas 2015, d’une belle couleur, généreux, avec des notes de fraise des bois et de sous-bois, que l’on peut associer à une côte de veau panée à la milanaise (9 €). On excite aussi ses papilles avec ce Saint-Amour L’Exception 2015, coloré et parfumé (mûre, griotte et violette), puissant au nez comme en bouche, d’une jolie finale persistante (10,50 €). Goûtez le Beaujolais-Villages blanc Fleur de Chardonnay 2015, au nez de narcisse, développe une bouche très parfumée aux nuances florales et légèrement fumées (7,20 €), le Beaujolais-Villages rouge 2015, rond, charnu, au nez de violette et de fruits rouges mûrs (6,50 €), et ce Beaujolais-Villages rosé Fleur de Gamay 2015, tout en arômes, de bouche friande, un vin très équilibré, séduisant par sa finesse d’arômes et sa couleur, à un prix défiant toute concurrence (5,50 €).

    DOMAINE DE LAUBERTRIE


    BORDEAUX
    Propriété familiale depuis le XVI ème siècle. L'Auberterie est une formation du haut moyen âge ; la famille Pontallier y apparaît dans les textes depuis la fin du XVI ème siècle. Ancien fief de la Baronnie de la Rivière au Duché de Fronsac, elle rejoint le Cubzagais à partir de la révolution française. Les bâtiments d'exploitation remontent au XVIII et XIX ème siècle, la maison d'habitation a été surélevée et terminée en 1863. Marie Christine Pontallier est secondée par ses enfants, Arnaud et Benoit, qui s'impliquent de plus en plus. Le Domaine de Laubertrie compte 15 hectares de vignes, situés sur un plateau argilo-calcaire. La culture y est traditionnelle, les vins sont élaborés dans nos chais, de façon artisanale, en essayant de respecter les caractères du terroir et de chaque millésime. Le travail du sol privilégie les procédés mécaniques et l'enherbement naturel. Les vendanges se font manuellement. Les vins produits sont des Bordeaux rouge, Bordeaux blanc et Bordeaux rosé et également du Crémant de Bordeaux. Les derniers millésimes sont caractérisés par une climatologie exceptionnelle. Les vins sont puissants, corsés, très marqués par le fruit. Toujours au sommet de son appellation avec ce Bordeaux rouge 2010, très équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, de charpente très élégante, tout en nuances aromatiques, de robe soutenue, d’excellente garde. Le 2009, aux senteurs de violette et d’humus, de bouche charnue, un vin coloré et dense, associe structure et rondeur, aux tanins riches, de couleur grenat. Le Bordeaux blanc est de robe jaune pâle, floral, harmonieux, un vin qui sent bon la pomme et l’aubépine, de très bonne bouche. Joli Crémant de Bordeaux, à la mousse ample et florale. Parfait pour une halte dans le vignoble, deux gîtes sont disponibles sur place.

     

    CHAMPAGNE ELLNER SAS


    EPERNAY

    Fondée au début 1900, la Maison Charles Ellner, est aujourd’hui gérée par la 3ème génération alors que la 4ème y a déjà pris une part très active depuis plusieurs années. Elle a su évoluer et grandir en préservant son identité et son savoir faire familial. Pour mémoire, Charles-Émile Ellner créa, au début du siècle, sa propre maison. Et, parmi ses successeurs, son fils Pierre, qui a été la véritable “locomotive” de la maison, a su transmettre à ses enfants cette passion pour la terre et le vin. Michel, plus attaché aux valeurs de la terre, s’est très souvent retrouvé aux côtés de son père et ils ont constitué le patrimoine de leur maison. Il a été suivi par ses deux fils Arnaud, maître de chai et Frédéric, directeur du vignoble. Jean-Pierre s’est vu confier la tâche administrative qui devenait de plus en plus lourde. Le vignoble couvre une superficie de 50 ha répartis sur une quinzaine de communes. La diversité, la richesse, la finesse de nos cuvées attestent de notre volonté de placer nos Champagnes au plus haut de l’échelle qualitative. La fidélité que nous accorde notre clientèle française, témoigne de la régularité et de la constance de nos Champagnes au fils des années. Toujours à la recherche de nouvelles opportunités, notre société a su développer ses marchés à l’exportation, secteur qui représente actuellement près de 60% de ses ventes. Voilà un formidable Champagne Séduction Millésime 2006, 75% Chardonnay, partiellement vieilli en vieux fûts de chêne, 25% Pinot Noir, dosage 6 g/l, où se retrouvent les fleurs et les fruits secs, bien équilibré et harmonieux, dense, de bouche puissante, aux notes subtiles d’agrumes, de narcisse et de pain grillé, un Champagne racé, ample, à prévoir sur une daurade aux girolles ou des quenelles de volaille aux épinards, notamment. Le 2005, 69% Chardonnay (Avize, Tauxières et Epernay) partiellement vieilli en vieux fûts de chêne, 31% Pinot Noir(Rilly, Epernay et Sermiers), dosage 6 g/l , bien spécifique à ce millésime puissant, une cuvée d’exception fraîche et fruitée, avec une mousse légère et parfumée, des arômes délicats avec des nuances de rose, de genêt et d’amande. Excellent brut Premier Cru (toujours Chardonnay majoritaire), qui développe un nez de noisette fraîche, de bonne bouche, mêlant distinction et rondeur, un Champagne vineux mais en même temps tout en finesse, opulent et parfumé, aux notes de fruits macérés. Il y a aussi ce Champagne Prestige Millésime 2006 (72% de Chardonnay sélectionné sur les vignobles de Moussy, Tauxières et Avize, 28% de Pinot Noir provenant d’Epernay et de Moussy, dosage 8 g/l). Pas de fermentation malolactique. Un grand vin de robe or pâle, aux reflets verts, une cuvée offrant une bulle fine et persistante, qui présente une belle complexité mêlant les notes de fleurs blanches et de citron pour finir sur des saveurs subtiles d’amande douce dues à un long vieillissement en cave. Un Champagne nerveux, qui révèle une finale délicate onctueuse et soyeuse. Le 2005, 65% Chardonnay (Avize, Chouilly et Tauxières), 35% Pinot Noir (Rilly-la-Montagne, Sermiers et Epernay), dosage 8 g/l, très séduisant, aux arômes de poire et de noisette grillée, de robe jaune pâle aux reflets d’or, un vin puissant et élégant à la fois, tout en bouche, tout en finale. 

     

     

    Champagne ELLNER

    Blanc de Blancs
    Famille Ellner

     

    CHATEAU FONT-VIDAL


    BORDEAUX
    Château Font-Vidal, une histoire de famille depuis 1800… Achetée à John de La Tour à la fin du XVIIIe siècle, puis transmis depuis des générations, la propriété appartient aujourd’hui à Jean-Dominique et Pascale Poncet et leurs enfants Claire et Antoine. En prenant la suite de son père André, Jean-Dominique apporte un nouveau souffle. Les vins alors produits en cave coopérative seront des vins élaborés au château. Dès 1990, Jean-Dominique crée son chai de vinification et peut élaborer, avec Marc Quertinier, œno­lo­gue dont la re­nom­mée n'est plus à faire, des vins ro­sés frui­tés, vifs ; des vins rou­ges char­nus, élé­gants, aux beaux ta­nins fon­dus, tout à la fois sou­ples et puis­sants. Se­lon les an­nées, les plus bel­les cu­vées sont élevées en bar­ri­ques. Les parcelles ont été restructurées par André, mais surtout l’âge moyen des ceps, plantés à une densité de 4500 pieds à l’hectare, dé­passe 40 ans, gage de qua­li­té pour les rai­sins; et l’encépagement permet d’offrir une constance de saveur à ses vins. Voilà une très jolie réussite avec ce Bordeaux cuvée Saphyre rouge 2010, qui développe un nez intense, marqué par des notes de petits fruits rouges à noyau, tout en arômes, très bien élevé, un vin distingué et puissant à la fois, de garde.

     

     

    CLOS SAINT-PIERRE


    CHATEAUNEUF-DU-PAPE
    Véritable renaissance pour ce vignoble de 4,5 ha depuis sa reprise par Carole et Pierre Perveyrie. Le Domaine est en troisième année de reconversion bio. Tout est mis en œuvre pour exploiter le potentiel des terroirs, dans le respect de la tradition vigneronne et la petite surface du vignoble permet une approche artisanale et artistique. Le travail du sol et l’apport de leur propre fumier de cheval ont pour objectif de faire descendre les racines des vignes pour capter l’énergie et la minéralité du sol, tout en favorisant la vie microbienne souterraine ainsi que les écosystèmes. La croix papale est devenue l’emblème du Clos Saint-Pierre, symbole d’un art de vigne et d’un art de vie. Le Châteauneuf-du-Pape cuvée Urbi 2014, 40% Grenache, 40% Syrah et 20% Mourvèdre, pigeage au corps sur cuve ouverte puis élevage sur lies fines en fûts de chêne, associe couleur et matière, avec ces arômes de fruits rouges à noyau et de cuir, finement tannique, de bouche riche et charnue, un beau vin qui même densité et velouté. Remarquable Châteauneuf-du-Pape rouge cuvée Urbi 2013, parts égales de Grenache et de Syrah (40% chacun) avec 20% de Mourvèdre, de robe grenat soutenu, tout en bouche, aux tanins denses, classique de son appellation, bien charnu, au bouquet complexe, harmonieux, très parfumé. Le 2012 est de bouche puissante, riche et parfumé, aux connotations discrètes de fruits macérés et d’humus, harmonieux, très bien charpenté.  Le 2011, d’une belle harmonie, est un vin aux arômes d’épices et de fruits noirs, est très équilibré et généreux en finale. Beau 2010, intense en couleur comme en arômes, qui fleure bon les fruits mûrs et les épices, avec cette pointe réglissée au palais, un vin aux tanins bien fermes et soyeux à la fois, de garde, évidemment. Le 2009 est de couleur intense, parfumé (cassis, poivre), un vin riche, puissant en bouche, aux tanins présents et savoureux à la fois, d’une jolie finale persistante, légèrement épicée, un vin typé, de bouche généreuse, d’excellente évolution. Le Châteauneuf-du-Pape rouge 2012, dégage un nez intense de fruits rouges et d’épices aux accents de garrigue, de bouche corsée où l’on retrouve la fraise des bois cuite, un vin typé, coloré et parfum, idéal sur du boudin noir ou un curry de poulet.

     

    CHATEAU LA GALIANE


    MARGAUX
    Le Château La Galiane doit son nom au Général Anglais "Galian" qui depuis ce lieu commandait les troupes anglaises pendant l'occupation de l'Aquitaine au XVe siècle. Exploitation familiale depuis plusieurs générations, sa superficie de 5 hectares plantée de 45 % de Merlots, 50 % de Cabernets Sauvignons et 5 % de Petits Verdots présente un parfait équilibre, très classique et traditionnelle de l'appellation Margaux. Le vignoble est réparti sur des croupes de fines graves. Cultivé de père en fils, les vins de La Galiane ont une belle couleur rubis et sont finement bouquetés, très harmonieux et suave en bouche avec des tanins fins et élégants, ces vins possèdent une belle aptitude au vieillissement. Château Charmant possède des ceps de vigne centenaires et le vignoble de 5 hectares est implanté sur des croupes de fines graves à galets abondants et labouré. les vendanges sont faites à la main, la cuvaison est longue afin d'extraire tous les parfums et le vin est élevé en barriques durant 12 mois. Le Château Charmant produit un vin coloré, aromatique, très complexe et élégant, parfaitement équilibré, charpenté et souple à la fois qui s'épanouit superbement en vieillissant.

     



    CHATEAU DE FONTCREUSE


    CASSIS
    Le Château de FONTCREUSE est une élégante bâtisse dont la construction a été achevée en 1700. En ce début du XVIIIe siècle, la demeure bénéficiait de l’eau courante ce qui était fort rare à l’époque. L’eau provenait de sources souterraines qui alimentaient une galerie creusée sous la colline qui fournissait en eau le Domaine et ses dépendances, ce qui a donné son Nom au Château « FONTCREUSE ». La propriété s’étend sur 34 hectares dont 31 hectares sont plantés, 16 hectares pour le vin Blanc de Cassis, 9 hectares pour le vin Rosé de Cassis et 6 hectares pour le vin Rouge. Il faut rappeler que la couleur de référence pour l’appellation Cassis est avant tout le Blanc ; produit rare et unique dans une région la Provence habituée à produire du Rosé. formidable Cassis rosé 2015, dont la bouteille est superbe, avec des nuances de pêche et de petits fruits secs, un grand vin sec et suave à la fois, qui associe la fraîcheur à l’élégance, de bouche subtilement mais intensément parfumé. Le Cassis blanc 2015 se caractérise par beaucoup de finesse et de fruité, un vin où s’entremêlent des notes de pomme, de narcisse et de bruyère, élégant, de bouche persistante, dense et parfumée, tout en harmonie, exceptionnel. Goûtez également le Cassis rouge 2013, aux nuances discrètes de sous-bois et de mûre, mêle charpente et rondeur, un vin puissant, épicé comme il le faut, de très bonne évolution.

     

    CHAMPAGNE MAURICE VESSELLE


    BOUZY
    Une exploitation familiale de 9 ha de vignes, où l’on vinifie les cuvées sans fermentation malolactique. Cette maison vous propose ce superbe Champagne Grand Cru Millésimé 2000, tout en bouche, riche et complexe, puissant et persistant, très fruité au nez comme en bouche, avec des notes confites, fort bien dosé, parfait sur une volaille rôtie. Le Millésimé Grand Cru 2004, riche au nez, est d’une grande complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de citron et de miel, une belle cuvée, dense et distinguée à la fois, tout en fraîcheur et persistance en finale. Le brut Grand Cru Bouzy rosé, 100% Pinot noir, obtenu par macération courte, a récolté pas moins de 4 médailles en 2010 : d’Or au concours Général Agricole à Paris et au Challenge International du vin, d’Argent au concours des Vignerons Indépendants et de Bronze à l’International Wine Challenge. Le vin est en effet remarquable, de robe soutenue, classique avec ce nez de framboise mûre, très savoureux. La cuvée Réserve Grand Cru, médaille d’Argent au concours de vignerons Indépendants 2010, est dense et distinguée à la fois, mêlant rondeur et nervosité, au nez de noisette et de pomme, un Champagne harmonieux. Le brut cuvée Réservée Grand Cru est un Champagne à la fois vineux et très fin, corsé et très fruité, aux notes caractéristiques de petits fruits mûrs et de pain grillé, d’une jolie ampleur en bouche. Beau Bouzy rouge 2002, de belle teinte rubis intense, au nez marqué par des arômes de mûre confite, complet et riche en bouche.

     

    CHAMPAGNE LEGRAS ET HAAS


    CHOUILLY
    Notre maison fut fondée en 1991 par François Legras-Haas. Le vignoble appartient à la famille : 15 ha à Chouilly (Chardonnay Grand Cru), 10 ha à Vitry (Chardonnay), 6 ha à Les Riceys (Pinot noir). Rémi et Olivier ont pris en main l’entreprise familiale et sont aidés maintenant par Jérôme. La maison poursuit une progression raisonnable tant en France qu’à l’export. Le Grand Cru Chouilly offre un potentiel de garde tout en présentant lorsqu’il est jeune, un caractère frais et léger, apprécié à l’apéritif. Les Chardonnays 2002 sont longs, suaves et très aromatiques avec des aspects dominants floraux ou fruités. Le degré potentiel à la vendange fut de 10.5% vol., le plus élevé de ces 10 dernières années. Les vins sont structurés et puissants. Superbe Champagne Grand Cru Blanc de blancs Millésimé 2006, un très beau Champagne de belle couleur jaune ambré, avec ces reflets verts typiques, aux notes de noisette fraîche, d’une jolie finesse, avec cette ampleur propre au millésime, où s’entremêlent en bouche la pomme, la bruyère et le lis. Le 2005, aux nuances de miel et d’abricot, très fin, de bouche onctueuse, à la robe intense, un vin ferme, tout en fruits, associant rondeur et charpente, de mousse fine, crémeuse et persistante. Goûtez toujours le 2002, médaille d’Or au concours mondial, une cuvée harmonieuse, d’une bonne rondeur, avec un bouquet complexe, très aromatique aux nuances de fleurs blanches et de citronnelle, de jolie mousse abondante, bien dosée. Le brut Tradition, aux nuances de petits fruits mûrs, légèrement miellé. Le Champagne cuvée Exigence (exigence dans le choix des cépages et de leur assemblage, Chouilly Grand Cru de Chardonnay et Aÿ Grand Cru de Pinot noir), au nez floral et minéral, est d’une grande finesse avec en finale un côté acidulé très agréable, une cuvée ample et généreuse où l’on retrouve en bouche des nuances d’agrumes mûrs et de pain brioché, de mousse très élégante. Dans la lignée, le Champagne cuvée Extra-brut, un Blanc de blancs issu d’une sélection parcellaire des meilleurs lieux-dits, avec un dosage proche du brut nature, au parfum d’amande fraîche et d’agrumes (citron, pomme reinette), est très frais, intense et rond, au nez subtil et persistant, un vin qui associe ampleur et distinction, un très beau Champagne, très harmonieux, vraiment très charmeur.

     

    CHAMPAGNE PIERRE MIGNON


    LE BREUIL
    Pierre et Yveline Mignon dirigent le domaine familial et leurs deux enfants participent au développement : Céline, chargée des relations commerciales et de l'export, Jean-Charles, responsable du vignoble et des vins. La typicité et la diversité des terroirs permettent d'élaborer de Grands Champagnes de Caractère. Le vignoble de 14 hectares est réparti dans toute la Champagne : Vallée de la Marne, Côte des Blancs et région d'Epernay. L'encépagement à majorité de Pinot Meunier (60%) est complété par le Chardonnay présent sur 30% des parcelles et le Pinot Noir qui couvre 10% de l'exploitation. Cette répartition harmonieuse nous permet d'élaborer des Champagnes d'Exception. L'expérience, acquise de générations en générations, est un des éléments importants qui contribuent à la renommée de notre Maison. Grâce à son dynamisme depuis les années 1970, la Maison de Champagne Pierre Mignon s'est considérablement développée pour atteindre aujourd'hui 390 000 bouteilles. Nous avons su également nous faire connaître et apprécier sur les meilleures tables de France et à l'étranger. Nous vous invitons à découvrir la gamme de nos Cuvées Classiques ainsi que nos Cuvées Originales. Remarquable Champagne cuvée de Madame Millésimée 2005, intense, qui allie structure et distinction, fruité au nez comme en bouche, de jolie robe dorée, parfumé, très harmonieux en bouche, aux nuances complexes (abricot, pain grillé, musc). La cuvée Cœur d’Or, présentée dans une très belle bouteille rouge métalisé avec strass incorporés dans le bouchon, est dans la lignée, tout en arômes, associant élégance et charpente, frais et persistant, harmonieux en bouche, complexe et fruité, d’une très jolie finale, avec des connotations de noisette et d’abricot sec. Leur brut Prestige rosé de Saignée est tout en charme, avec ses notes de fruits frais (cerise), de mousse fine, mêlant saveur et distinction, d’une jolie complexité aromatique et d’une très belle persistance. La cuvée Grande Réserve brut (80% Pinot meunier, 10% Chardonnay et 10% Pinot noir), où dominent des notes de pain grillé et de fruits jaunes, est un vin dense au palais, avec des notes de noix, généreux et harmonieux, de mousse crémeuse, d’une belle complexité, tout en fruité et finesse. La cuvée Pure (zéro dosage) est particulièrement charmeuse, dégageant une grande fraîcheur en bouche, avec des senteurs de lys et de pomme, une réussite, parfaite à l’apéritif ou sur des Saint-Jacques. Faites-vous encore plaisir avec le Champagne Harmonie de Blancs Millésime 2004, de belle complexité aromatique où se décèlent des nuances de citronnelle, de brioche et d’abricot, de bouche très structurée, tout en élégance.
     
  • Pin it!

    CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES MEILLEURS VINS D'ALSACE

    C’est un réel plaisir de suivre cette route des vins qui serpente à travers les collines du vignoble, au pied des pentes boisées des Vosges.

     

    Le vignoble s’étend du nord au sud sur plus de 170 km. Son parcours est un pur bonheur : des villages fleuris aux winstubs, des collines ondulées, où se dressent fièrement les vignes prêtes au combat comme des troupes de légionnaires romains à la multitude des crus, les uns plus typés que les autres. L’homme vient s’associer à un terroir hors du commun, où l’on élève des vins sans concurrence, avec cette typicité exceptionnelle. Abrité des influences océaniques par le massif vosgien qui lui procure l’une des pluviosités les plus faibles de France (450 à 500 mm d’eau par an), le vignoble d’Alsace bénéficie d’un climat semi-continental ensoleillé, chaud et sec. Ce climat est propice à une maturation lente et prolongée des raisins, et favorise l’éclosion d’arômes d’une grande finesse. La géologie alsacienne représente une véritable mosaïque, du granite au calcaire en passant par le gneiss, le schiste, le grès…

     

    On ne peut pas confondre un vin d’Alsace avec un autre cru, tant les terroirs laissent s’exprimer particulièrement, ici, le Riesling, là, le Gewurztraminer ou le Pinot gris. Attention à la complexité des crus et lieux-dits et lisez bien les étiquettes, pour ne pas confondre les clos, les Grands Crus ou les ­communes, et à la dépersonnalisation de quelques vins, notamment en Riesling, qui commencent à être bien trop ronds et loin d’une typicité réelle, où la nervosité devrait être de mise. Appréciez en tout cas l’extraordinaire convivialité des hommes de la région et les vrais vins typés dont les meilleurs atteignent une typicité rare et procurent la joie du vin, à des prix très sages.

     

     

    Le vignoble alsacien

    Le vignoble alsacien s’étend sur environ 15 500 ha (19 % de la production française de vins blancs AOC hors effervescents). Trois AOC : Alsace (83% de la production totale) complétée par l’indication facultative d’un nom de cépage : Alsace Grand Cru, complétée par l’indication obligatoire à la fois d’un nom de cépage et d’un nom de terroir (4% de la production totale) ; et Crémant d’Alsace (13% de la production et 21 millions de bouteilles).

     

     

    Les vins et leurs appellations

     

    Riesling

    C’est le prince des raisins alsaciens. Les vins qui en sont issus sont secs, fruités et nerveux, subtilement bouquetés et de très grande classe. Le Riesling croît à merveille près de Turckheim, Dambach-la-Ville, Ribeauvillé, Riquewihr, Kaysersberg, Mittelwihr et Guebwiller. C’est le cépage le plus tardif.

     

    Gewurztraminer

    Plus alcoolisé que le Riesling, charpenté, de saveur épicée et très parfumé, le Gewurztraminer est un vin qui vieillit parfois remarquablement bien. Son bouquet intense développe de riches arômes de fruits, de fleurs ou d’épices (gewurz veut dire épicé). Puissant et séducteur, parfois légèrement moelleux, c’est souvent un vin de garde. Les “vendanges tardives”, c’est-à-dire soumises à une maturité excessive, sont quelquefois époustouflantes, étonnantes de richesse d’arômes et d’onctuosité. Bons terroirs : Bergheim, Turckheim, Sigolsheim, Barr, Dambach-la-Ville, Pfaffenheim…

     

    Pinot gris

    Vin corsé et opulent, d’une belle robe jaune, d’aussi grande allure que le Riesling et le Gewurztraminer, peut-être encore plus puissant et violent que ce dernier, chargé autant en alcool qu’en arômes. Excellents vins de vendanges tardives. Les meilleurs proviennent des terroirs du Riesling et de Rouffach, Ribeauvillé ou Wintzenheim.

     

    Muscat d’Alsace

    Vin sec, frais et fruité, au goût musqué, exhalant parfaitement la saveur de son raisin. Charmant à boire à l’apéritif. Bonnes étapes à Ribeauvillé, Gueberschwihr et Mittel­wihr.

     

    Sylvaner

    Le Sylvaner est frais et léger, avec un fruité discret. Agréable et désaltérant, il sait montrer une belle vivacité (Sigolsheim, Turckheim).

     

    Chasselas

    Arraché de plus en plus, le chasselas produit une majorité de vins légers et faciles à boire.

     

     

    Pinot blanc

    Plus corsé et souple que le Sylvaner, délicatement bouqueté et assez charpenté, c’est un vin très agréable à boire frais.

     

     

    Pinot noir

    Le Pinot noir est le seul cépage en Alsace à produire un vin rouge ou rosé dont le goût fruité typique évoque la cerise. Vinifié en rouge, il peut être élevé en barriques de chêne, ce qui ajoute à ses arômes une structure plus charpentée et plus complexe.

     

     

    Crémant d’Alsace

    L’AOC Crémant d’Alsace représente un quart de la production (quelque 500 collaborateurs) et couronne les vins d’Alsace effervescents, vifs et délicats, élaborés selon la méthode traditionnelle (comme en Champagne), principalement à partir du Pinot blanc, mais aussi du Pinot gris, du Pinot noir, du Riesling ou du ­Chardonnay. Ces vins sont aujourd’hui parmi les meilleurs Crémants de France. Le Crémant rosé, plus rare, est issu du seul Pinot noir.

    L’étiquette où figure l’AOC Alsace mentionne habituellement le nom du cépage concerné. Elle peut également comporter un nom de marque ou la mention “Edel­zwicker” pour un assemblage de cépages blancs.

     

    Les Vendanges Tardives proviennent de cépages identiques à ceux admis dans les Grands Crus, récoltés en surmaturité. Au caractère aromatique du cépage s’ajoute la puissance due au phénomène de concentration et au développement de la pourriture noble (Botrytis cinerea).

    Les Sélections de Grains Nobles sont obtenues par des tris successifs des grains atteints de pourriture noble. De très grands vins, rares et racés.

     

    Les 51 grands crus

    L’AOC Alsace Grand Cru est conférée à des vins satisfaisant à des contraintes de qualité particulièrement sévères, notamment en matière de délimitation des terroirs, de richesse naturelle, de dégustation d’agrément. L’étiquette précise obligatoirement, outre le cépage (seuls le Riesling, le Gewurztraminer, le Tokay-Pinot gris et le ­Muscat sont admis), le millésime et l’un des cinquante lieux-dits délimités pouvant bénéficier de cette appellation. Tout autant que le cépage, c’est l’empreinte du terroir qui fait de chaque Alsace Grand Cru un vin unique. Le degré minimum naturel d’alcool est de 10° pour le Riesling et le Muscat d’Alsace, et de 12° pour le Gewurztraminer et le Tokay, avec un rendement maximum autorisé de 70 hl/ha.

     

     

     

    Les vins d’Alsace à table

    L’Alsace est l’exemple caractéristique des grandes régions vinicoles et gastronomiques françaises où le mariage des vins et des mets peut surprendre le plus. Bien sûr, on connaît les spécialités du pays, les choucroutes, les fromages, les charcuteries ou le kouglof, et l’intensité aromatique des grands crus, alliant finesse et richesse en bouche. On se doute bien qu’un vin d’Alsace se déguste aussi avec des crustacés ou des fruits de mer mais on oublie parfois l’extraordinaire osmose d’un Muscat avec des asperges, par exemple.

    Les vins peuvent se boire pratiquement tout au cours d’un repas. Sur la choucroute (Riesling), avec une sole meunière (l’Alsace est riche également de poissons de rivière), avec des crustacés. Plus original, le fameux “poulet au Riesling”, une blanquette de veau à l’ancienne. La puissance de son bouquet et sa persistance aromatique en bouche placent le Gewurztraminer comme un apéritif idéal. Il est superbe avec un pâté en croûte ou une terrine de foies blonds, ainsi que sur la tarte flambée. Les Vendanges Tardives se savourent sur un foie gras d’Alsace, au naturel ou en brioche, et sur des fromages forts comme le maroilles, le munster ou le roquefort.

     

    LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE


    Les Classements du site sont réactualisés en permanence en fonction des dernières dégustations, découvertes, coups de cœur, déceptions...


    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    RIESLING
    7 VIGNES
    P. ARNOLD
    BECK/REMPART
    BESTHEIM
    Pierre FRICK
    GRESSER
    Georges KLEIN
    G. METZ
    REINHART
    SCHAEFFER-WOERLY
    SCHLÉRET
    ZOELLER
    Victor HERTZ
    SAINT REMY
    VIELWEBER
    FAHRER
    HEYBERGER & Fils
    Jean-Louis KAMM
    SCHAETZEL
    GEWURTZTRAMINER
    BESTHEIM
    HAEGI
    André HARTMANN
    HAULLER
    MAULER
    D. PETERMANN
    BAUMANN ZIRGEL
    C. BLEGER
    EBLIN FUCHS
    R. FALLER
    Damien KELHETTER
    KLINGENFUS
    Lucien SCHIRMER
    BECKER
    PINOT GRIS/PINOT BLANC ET MUSCAT
    7 VIGNES
    JOST
    René KOCH
    RUHLMANN-SCHUTZ
    SCHLÉRET
    Aline et Rémy SIMON
    MEYER
    Edmond RENTZ
    GILG
    HALBEISEN (Muscat)
    KIRSCHNER
    (Cave HUNAWIHR)
    CREMANTS PINOT NOIR
    BESTHEIM
    Ch. et Dom. FREY
    Pierre FRICK (PB)
    André HARTMANN (PN)
    HUBER et BLEGER
    Georges KLEIN
    RUHLMANN-SCHUTZ
    Aline et Rémy SIMON
    Cave CLEEBOURG
    STOEFFLER
    VENDANGES TARDIVES (et SGN)
    GRESSER
    HAEGI
    HAULLER
    Jacques ILTIS
    JOST
    René KOCH
    SCHAEFFER-WOERLY
    SCHLÉRET
    ZOELLER
    BROBECKER
    René FLECK
    Ch. et Dom. FREY



    DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    RIESLING
    Edgar SCHALLER
    Château d'ORSCHWIHR
    GEWURTZTRAMINER
    FREY-SOHLER
    GOCKER*
    (J. et C. LINDENLAUB*)
    (H. REYSER*)
    HAEGELIN
    (DUSSOURT)
    PINOT GRIS/PINOT BLANC ET MUSCAT
    (P. SCHAEFFER*)
    (SCHLUMBERGER*)
    CAVE PFAFFENHEIM
    CREMANTS PINOT NOIR
    Eric LICHTLÉ
    VENDANGES TARDIVES (et SGN)
    Philippe SOHLER

    TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    RIESLING
    (Charles BAUR)
    Maurice SCHOECH*
    GEWURTZTRAMINER
    Claude BERGER
    (Léon BOESCH)
    PINOT GRIS/PINOT BLANC ET MUSCAT
    (2 LUNES)
    STINTZI*
    CREMANTS PINOT NOIR
    VENDANGES TARDIVES (et SGN)
    Fernand ENGEL
    Choississez une région pour voir un autre classement : 
    ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
    BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

    BORDEAUX

    BOURGOGNE

    VAL DE LOIRE

    CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
    SUD-OUEST-PERIGORD  
     
  • Pin it!

    CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES MEILLEURES CUVEES DE CHAMPAGNE

    58-5.jpgDu grand art, que l’on retrouve évidemment dans les Premiers Grands Cru Classés, où se cotoïent de très grandes maisons (qualitativement, j’entends) comme Krug, Roederer, Gosset, Pol-Roger, Ellner, Lombard, Philipponnat, Legras, Bara, Thiénot, et des vignerons exemplaires comme Erick de Sousa, qui, en une vingtaine d’années, a fait de son nom une référence. Toujours une seule cave coopérative, Vincent d’Astrée.

    La hiérarchie des Deuxièmes Grands Vins Classés est à prendre à la lettre : les Premiers des Seconds sont nettement supérieurs aux Cinquièmes...

     



    Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

    690.jpgTrois caves sont au top : Collet, De Castelnau et Beaumont des Crayères, et sont à même de sortir des cuvées qui atteignent les sommets.

    727-2.jpgIl y a aussi des propriétaires qui peuvent prétendre atteindre les sommets, selon leurs cuvées, globalement ceux qui sont dans le peloton de tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, dans les deux ou trois premiers échelons de cette hiérarchie, donc, élevant des vins les uns plus séduisantes que les autres, garants d’une typicité et d’une grande régularité qualitative, associés à des prix doux.

    2890.jpgIl s’agit de Jacques Defrance, Taillet, Devavry, Michel Turgy, Moyat, Eric Legrand, Bourdaire-Gallois, Goutorbe, Jean-Marie Pelletier, De Lozey, Coutier, Drappier, J.-B. Bourgeois, Pierre Mignon, Laurent-Gabriel, Edouard Brun, Rutat, Michel Arnould, Littière, Maurice Vesselle, Pierre Gobillard, Fleury-Gille, Lequart, Lancelot-Royer, Gimonnet, Gatinois, Huot, Thévenet-Delouvin, Etienne Oudart..., un bon nombre exploitant des terroirs situés en Grands (et Premiers) Crus, ceci expliquant bien sûr cela, et prouvant que, ici comme ailleurs, la force du terroir est primordiale, même si l’art de l’assemblage, les stocks et l’élevage feront la différence.

    On poursuit avec Brice, Morize, De Milly, Charles Mignon, Renaudin, Bardy-Chauffert, Moussy, Bourgeois-Boulonnais, Margaine, Royer, Leconte, Veuve Olivier, Médot, Lejeune-Dirwang, Brixon, Egrot, Guy Cadel, Nathalie Falmet, Rollin, Royer, Labbé, Aspasie, Baron-Fuenté, Baron Albert, Morize, Verrier, Baron Albert, Hamm, Jeaunaux-Robin, Marteaux, Dauphin, Boizel, Bardoux, Diligent, Daviaux, Payer, Bonnet-Gilmert...

     

     

    LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE

    Les Classements du site sont réactualisés en permanence en fonction des dernières dégustations, découvertes, coups de cœur, déceptions...


    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    KRUG (Grande Cuvée) (Hors classe) (r)
     
    DEUTZ (William Deutz)
    ELLNER (Réserve) (r)
    LAURENT-PERRIER (Grand Siècle) (r)
    CHARLES HEIDSIECK (Millénaires) (r)
    PHILIPPONNAT (Clos des Goisses)
    POL ROGER (Sir Winston Churchill) (r)
    ALAIN THIÉNOT (Grande Cuvée)
    MUMM (R. Lalou)
     
    VINCENT D'ASTRÉE (Novæ)
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    GOSSET (Grand millésime) (r)
    ROEDERER (Cristal) (r)
    DE SOUSA (Caudalies) (r)
    DE TELMONT (O.R.1735)
     
    PAUL BARA (Réserve) (r)
    LEGRAS et HAAS (Blanc de Blancs) (r)
    TAITTINGER (Comtes de Champagne) (r)
    LOMBARD (Grand Cru) (r)
    DE VENOGE (Les Princes) (r)



    DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    GOUTORBE (Blanc de noirs)
    JEAUNAUX-ROBIN (Eclats de Meulière)
    LEJEUNE-DIRVANG (Noir et Blanc)
    Michel LITTIERE (Grande Cuvée)
    René RUTAT (Millésimé)
    (DEVAUX (D)*)
    Jacques DEFRANCE (Excellence)
    Michel ARNOULD (Grande Cuvée)
    De CASTELNAU (Millésimé) (r)
    CHARPENTIER (Terre d'Émotion)
    GATINOIS (Grand Cru)
    COLLET (Esprit Couture)
    LAURENT-GABRIEL (Prestige) (r)
    Philippe de LOZEY (Cuvée des Anges)*
    LANCELOT-ROYER (Chevaliers)
    Maurice VESSELLE (Millésimé)*
    MORIZE (Sélection) (r)
    Pierre GOBILLARD (Florence)
    Laurent LEQUART (Blanc de Blancs)
    Etienne OUDART (Référence)
    Jean-Michel PELLETIER (Anaëlle) (r)
     
    BRUN DE NEUVILLE (Extra Brut)
    CAMIAT (Prestige)
    CARLINI (Réserve)*
    CASTELGER (Eugène)
    Charles COLLIN (Blanc de noirs)
    Christian BOURMAULT (Grand Éloge)*
    COQUARD-BOUR (Vintage)*
    CUPERLY (Grande Réserve)*
    Daniel PERRIN (Millésime)
    DAUPHIN (Instant Intégral)*
    Diogène TISSIER et Fils (Vintage)
    DOUSSOT (Ernestine)*
    Élise DECHANNE (Essentielle)*
    FORGET-BRIMONT (Blanc de blancs)
    François LECOMPTE (Céleste)
    GALICHET (Réserve)
    Ghislain PAYER (Réserve)*
    GUYARD-LAMOUREUX (Séduction)
    Hubert FAVIER (Réserve)
    JACQUINOT (Blanc de noirs)
    MOREL Père et Fils (Cuvée Gabriel)
    MOUSSE-GALOTEAU (Réserve)
    PERRIER JOUËT (Belle Epoque)*
    VAZART-COQUART (Grand Bouquet)
    VRAIN-AUGÉ (Prestige)*
    Xavier LORIOT (Fragment)*
    BARON FUENTÉ (Cuvée Prestige) (r)*
    BARDOUX (Millésimé)
    BARON ALBERT (La Préférence) (r)*
    GARDET (Selected)
    Franck DEBUT (Blanc de blancs)
    FRANÇOIS BROSSOLETTE (Réserve)*
    J. CHARPENTIER (Pierre-Henri)*
    MALETREZ (Premier Cru)*
    BRIXON-COQUILLARD (Prestige)
    HAMM (Signature) (r)*
    ROGGE-CERESER (Excellence)*
    CANARD-DUCHÊNE (Charles VII)
    HUGUENOT-TASSIN (Les Fioles)
    Veuve Maurice LEPITRE (Heritage)
    HUOT (Carte Noire)*
    THÉVENET-DELOUVIN (Prestige)*
    Rémy MASSIN (Prestige)
    André TIXIER et Fils (Millésime)
    VEUVE OLIVIER (Grande Réserve)
     
    BAILLETTE-PRUDHOMME (Réserve)
    BAUCHET (Signature)*
    BOUCHÉ (Millésimé)*
    BRIAUX-LENIQUE (Les Semons)*
    Camille MARCEL (Adage)*
    Charles LEGEND (Royal)*
    FARFELAN (Millésime)*
    Guy CHARBAUT (Millésimé)*
    Jean Pol HAUTBOIS (Grande Réserve)*
    MAÎTRE (Sélection)
    MARINETTE RACLOT (Millésime)*
    MATHELIN (L'Orée des Chênes)*
    Olivier HORIOT (Blanc de noirs)*
    Paul LAURENT (L'Essentiel)*
    PÉLISSOT Père et Fils (Réserve)*
    PHLIPAUX Père et Fils (Blanc de noirs)*
    Thierry MASSIN (SéLection)*
    AUTRÉAU-LASNOT (Prestige)*
    Christian BRIARD (Ambre)
    Olivier et Laetitia MARTEAUX (Millésimé)
    OLIVIER Père et Fils (Aparté)
     
    DELOT (Légende)*
    VAUTRAIN-PAULET (Grande Réserve)*
    BOULARD-BAUQUAIRE (Mélanie)
    Lionel CARREAU (Préembulles)
    SIMART-MOREAU (Grande Réserve)
     
    Hervé LECLERE (Reflet Sélection)
    (LAFORGE-TESTA (Millésime))
    GABRIEL-PAGIN (Grande Réserve)
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    BOUTILLEZ MARCHAND (Millésimé)
    DEVAVRY (Achille)
    Jean-Bernard BOURGEOIS (Millésime)
    MOYAT-JAURY-GUILBAUD (Prestige)
    TAILLET (Extra)
    BEAUMONT DES CRAYERES (Grande Réserve)
    Edouard BRUN (L'Élégante)
    Pierre ARNOULD (Aurore) (r)
    BOURGEOIS-BOULONNAIS (Premier Cru) (r)
    BOURDAIRE-GALLOIS (Prestige)
    COUTIER (Blanc de Blancs)
    DRAPPIER (Grande Sendrée)
    Pierre MIGNON (Madame)*
    PIPER-HEIDSIECK (Rare)*
    FLEURY-GILLE (Pierre-Louis)
    Michel TURGY (Blanc de blancs)
    Eric LEGRAND (Prestige)
    Charles MIGNON (Grande Cuvée)*
     
    Alain LITTIÈRE (Cuvée Alain)*
    Alfred TRITANT (Extra brut)*
    B. GIRARDIN (Appoggiature)
    BEAUDOUIN-LATROMPETTE (Blanc de blancs)
    BERTHELOT PIOT (Prestige)*
    BRICE (Vintage)*
    COLLET (René Collet)
    CORDEUIL (Nature)*
    COSNARD (Blanc de blancs)*
    DAVIAUX (Extra brut)
    DEKEYNE (Blanc de blancs)*
    Didier GOUSSARD (Tentation)
    DILIGENT (Millésime)*
    EGROT (Extra)*
    Emmanuel DRAVIGNY (L'Esprit Meunier)*
    FANIEL-FILAINE (Millésime)*
    Florent VIARD (Absolu)
    FOURRIER (L'Exception)
    François DUBOIS (Pure)
    Gérard LORIOT (Sélection)*
    GRATIOT (Millésimé)
    LEBLOND-LENOIR (Héritage)
    MALINGRE (Symphonie)*
    MANNOURY (Réserve)
    PÉHU-GUIARDEL (Emotion)*
    POINSOT Frères (Prestige)
    PRÉLAT (Les Reines)
    Roger BARNIER (Millésimé)
    RUFFIN (Roséanne)
    BRIGITTE BARONI*
    BLONDEL (Blanc de blancs)*
    Albert de MILLY (Prestige)*
    BOIZEL (Grand Vintage)*
    Xavier LECONTE (Scellés de Terroirs)*
    Nathalie FALMET (Nature)*
    RENAUDIN (Réserve)*
    Guy LARMANDIER (Grand Cru)*
    Michel LABBÉ (Prestige)*
    Yvon MOUSSY (Prestige)*
    Hubert PAULET (Millésime)*
    MARGAINE (Spécial Club)*
    MÉDOT (Blanc de blancs)
    VIGNON Père et Fils (Réserve Marquises)
    JEAUNEAUX ROBIN (Extra)
    ROYER (Grande Réserve)*
     
    Adrien SIMON (Millésime)*
    Alain BAILLY (Prestige)*
    BARBIER-ROZE (Réserve)
    Cédric GUYOT (Nature)*
    CHASSENAY d'ARCE (Extra brut)
    CLERGEOT Père et Fils (Grande Réserve)*
    DÉROT-DELUGNY (Coiffe d'Or)*
    DESMOULINS (Blanc de blancs)
    DEVILLIERS (RB)
    Fernand LEMAIRE Millésimé)*
    GRUET (3 Blancs)*
    Jean VALENTIN et Fils (Saint-Avertin)*
    LACUISSE Frères (Cuvée Cosson)*
    LUTUN (Invitation)*
    Marc BILLIARD (Sélection)*
    SADI-MALOT (Cuvée SM)
    Vincent RENOIR (Zéro)*
    GRASSET-STERN (Millésimé)*
    GALLIMARD Père et Fils (Réserve)
    VERRIER (Raymond Verrier)*
     
    BEAUGRAND (Nature)*
    Bernard LONCLAS (Prestige)
    DANGIN (Prestige)
    J.M TISSIER (Apollon)*
     
    Robert JACOB (Collection Privée)*
    (DELAUNOIS (Sublime)*)
    (GIMONNET Pierre (Fleuron))
     
    (PERSEVAL-FARGE (Millésimé)*)
     
    MARY SESSILE (L'Innatendue)
    RIGOLLOT (Grande Réserve)
    VANZELLA (Millésime)
    BOREL LUCAS (Art Divin)*



    TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    Germar BRETON (Blanc de Blancs)*
    GREMILLET (Evidence)*
    (PANNIER (Réserve)*)
    Paul GOERG (Millésime)
    PLOYEZ-JACQUEMART (Passion)*
    ASPASIE (Brut de Fût)
    Prestige des SACRES (Privilège)*
    Guy CHARLEMAGNE (Millésimé)
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    NAPOLEON (Millésimé)*
    (ROBERT-ALLAIT (Prestige)*)
    (RUELLE (Grande Réserve))
    BARDY-CHAUFFERT (Symphonie)
    (COLIN (Grand Cru)*)
    A. ROBERT (Sablon)*
    WIRTH et MICHEL (3 Cépages)
    (André ROBERT (Mesnil)*)
  • Pin it!

    GUIDE 2018 : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES MEILLEURS VINS DU MEDOC

    En Saint-Julien, en Margaux, en Pessac-Léognan ou à Saint-Emilion, certains propriétaires (ou directeurs) parlent beaucoup trop d’argent, de prix, de “super” notes, de vinifications toujours plus sophistiquées, de chais flambants neufs, d’installations inutiles, etc… Cette minorité, snobe, imbue d’elle-même, n’est ni passionnante, ni représentative, faisant traîner une image négative auprès des amateurs et des professionnels, alors que des centaines d’autres producteurs, de très grands crus ou de vins plus modestes, savent que la frime n’est pas la clé du succès, ni d’un grand vin... Ils font des vins qui n’ont pas d’âme, sans vice ni vertu, et qui atteignent des prix incautionnables. Ceux-là ne nous intéressent pas.

     

    - Dans le Médoc, les propriétaires maintiennent une identité forte : intrinsèquement, un Margaux n’a rien à voir avec un Pauillac (ni même avec un autre Margaux, tant les sols sont différents dans l’appellation), un Moulis doit refléter l’élégance quand c’est la structure qui signe un Saint-Estèphe... Les terroirs font les vins ! Pas besoin de tricher avec des manipulations œnologiques ou des élevages qui abrutissent les vins. Nul besoin non plus de prix extravagants, puisque l’on se fait plaisir dans une gamme cohérente et accessible. Voici ceux qui élèvent donc les véritables grands vins médocains, ceux qui ont une “âme”, de l’élégance, un véritable potentiel d’évolution, et ont signé plusieurs millésimes très différents : les 2016, 2010 et 2009, grandissimes, les 2015, 2011, 2008, 2006, 2004 et 2002, la plupart formidables aujourd’hui, un 2007 savoureux, ou un 2013, parfois imbuvable, souvent difficile. Le plaisir est là, intact, et c’est du grand art.

     

    La région du Médoc

    Le vignoble s’étend du nord au sud sur quelque 80 km. Protégé de l’océan Atlantique par une importante forêt de pins, bordé par le vaste estuaire de la Gironde, le Médoc jouit d’un microclimat relativement chaud et humide, très propice à la ­culture de la vigne. On y compte huit appellations :

    - Haut-Médoc. Superficie : 2.080 ha, 27% du vignoble médocain, 346 viticulteurs dont 195 en coopératives et 151 indépendants.

     

    - Listrac-Médoc. Situé entre Moulis et Saint-Julien, le vignoble de Listrac (630 ha) possède trois croupes de graves pyrénéennes à l’ouest, une croupe de graves garonnaises à l’est et un plateau sur socle calcaire sur la partie centrale qui font la richesse de ce terroir frère de celui de Moulis. Les pentes naturelles favorisent le bon drainage des sols. La relative fraîcheur du climat, liée à la situation ventée et proche de la forêt, favorise la maturation lente et régulière propice aux grands vins. Les croupes graveleuses sont majoritairement plantées de Cabernet-Sauvignon, tandis que, sur le plateau calcaire, domine le Merlot.

     

    Château MAYNE LALANDE

    CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDEO

    Listrac - Médoc
    Bernard Lartigue

     

    Château LA GALIANE

    CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDEO

    Margaux
    Christiane Renon

    - Margaux. À Margaux (1 500 ha) prédominent les graves garonnaises, sur un plateau central de 6 km de long sur 2 km de large. Au sud-est, le vignoble domine les terres basses de l’estuaire. Son versant oriental est légèrement échancré par des vallons secs qui le festonnent en croupes successives. Les graves de Margaux ont été étalées en nappe par une ancienne Garonne au Quaternaire ancien. De belle taille, elles sont associées à des galets de dimension moyenne qui constituent le plus bel ensemble günzien du Haut-Médoc. C’est sur cette nappe ancienne, qui repose sur un soubassement tertiaire calcaire ou argilo-marneux, que sont installés les meilleurs crus médocains. Beaucoup de graviers et de cailloux, des sols pauvres retenant mal l’eau, une vigne profondément enracinée, toutes les conditions de réussite sont réunies.

     

     
    Château CHARMANT

    CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDEO

    Margaux
    Christiane Renon

    - Médoc Superficie : 5 700 ha, 29% du vignoble médocain, 613 viticulteurs dont 440 en coopératives et 173 indépendants.

     

     
    Château LAYAUGA DUBOSCQ

    CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDEO


    Henri, Bruno et Hugues Duboscq

     

     

    Château SAINT-HILAIRE

    CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDEO

    Médoc Cru Bourgeois
    Adrien Uijttewaal

    - Moulis. À mi-chemin entre Margaux et Saint-Julien, l’appellation Moulis (630 ha) prend la forme d’un étroit ruban de 7 km de long, perpendiculaire à la Gironde. On y rencontre des graves garonnaises et pyrénéennes pures à l’argilo-calcaire.

     

    - Pauillac (1 210 ha). Si le commerce portuaire est à l’origine de sa prospérité, il a fallu attendre le XVIIIe siècle et l’abandon du privilège de Bordeaux pour que Pauillac renaisse comme port du vin. Son modelé exceptionnel caractérise le terroir : le nombre élevé et le moutonnement de ses croupes en font une réussite morphologique tout à fait unique. Des conditions très favorables y ont facilité la dissection de la nappe de graves. Ces graves garonnaises, maigres, dont la pauvreté est l’essence même d’une grande richesse, bénéficient d’un drainage naturel très efficace (voir le Classement).

     

    Château FONBADET

     

    - Saint-EstèpheL’appellation (1 230 ha) est située au centre du Médoc, tout près de l’estuaire de la Gironde, équidistante de Bordeaux et de la pointe de Grave. Son sol est caractérisé par la diversité remarquable de la composition de ses couches, conséquence de son modelé accidenté, et un excellent drainage naturel. Partout il est semé de quartz et de cailloux roulés, mêlés à une terre légère et sableuse en surface qui confère aux vins une finesse toute particulière. Quant au sous-sol, il est constitué du fameux calcaire qui affleure à l’ouest de la commune. Des vins très typés, marqués par leur terroir, intenses, du plus grand des grands crus à celui qui sera très abordable.

     

    Château HAUT MARBUZET

    CLIQUEZ POUR VOIR LA VIDEO


    Henri, Bruno et Hugues Duboscq

    - Saint-Julien (920 ha).  Le terrain est pratiquement le même sur l’ensemble de la commune. Seule la proximité plus ou moins grande du fleuve peut entraîner quelques variations climatiques. En fait, la nappe de graves de Saint-Julien-Beychevelle prend la forme d’un grand rectangle de près de 5 km de longueur sur 3,5 km de largeur. Et la nappe alluviale est particulièrement bien disséquée en croupes de graves garonnaises du quaternaire ancien

     

     

    ES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE


    Les Classements du site sont réactualisés en permanence en fonction des dernières dégustations, découvertes, coups de cœur, déceptions...


    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    LATOUR (Hors Classe)
    MOUTON-ROTHSCHILD
    GRAND-PUY-LACOSTE
    MONTROSE
    PICHON-COMTESSE
    CLERC-MILON
    LASCOMBES
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    (LAFITE-ROTHSCHILD)
    (MARGAUX)
    BATAILLEY
    CANTENAC-BROWN
    CLAUZET
    HAUT-MARBUZET
    TRONQUOY-LALANDE



    DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    BEAU SITE
    (BRANE-CANTENAC)
    (CALON-SÉGUR)
    FONBADET
    LA GALIANE
    HAUT-BATAILLEY
    (LYNCH-BAGES*)
    CASTERA
    COUDOT
    DAVID
    FONTESTEAU*
    HENNEBELLE
    HOURTIN DUCASSE*
    LAMOTHE-BERGERON*
    LE MEYNIEU*
    ROSE BRANA
    SAINT-HILAIRE*
    BOIS CARRÉ*
    CAMBON LA PELOUSE*
    LAMOTHE-CISSAC
    GRAVES DE LOIRAC
    HAUT BARRAIL*
    LAGORCE BERNADAS
    LES MOINES*
    TOUR DU HAUT-MOULIN*
    CHANTEMERLE*
    CLÉMENT PICHON
    ESTEAU
    FOURCAS-HOSTEN
    (LAFON ROCHET)
    TEMPLE DE TOURTEYRON
    TOURTERAN
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    BRIDANE
    CÔME
    DESMIRAIL*
    FOURCAS-DUPRÉ
    (LÉOVILLE-BARTON*)
    MAYNE LALANDE
    LA MOULINE
    LE BOURDIEU*
    CARONNE-SAINTE-GEMME
    (COS LABORY*)
    DEVISE D'ARDILLEY
    DOYAC
    LAYAUGA-DUBOSCQ
    LES MARCEAUX
    MARQUIS DE TERME
    PANIGON*
    PLANTIER ROSE*
    SAINT-ESTEPHE
    TOUR-DU-ROC
    VILLEGEORGE*
    CROIX du TRALE*
    HOURBANON*
    LOUSTEAUNEUF*
    LUSSAN*
    MONGRAVEY
    PETIT BOCQ
    SAINT-AHON
    SOULEY-SAINTE-CROIX
    DONISSAN*
    (ROLLAN DE BY)
    SAINT CHRISTOLY

    TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    AGASSAC
    DOMEYNE
    (GORRE)
    (LAMARQUE)
    RAUX*
    TOUR SIEUJAN
    BEYZAC
    HAUT COTEAU
    PONTAC-LYNCH
    TOUR MARCILLANET
    CISSAC
    LA CROIX
    LABADIE
    SIORAC
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    (MAUCAILLOU)
    (POUJEAUX)
    (REYNATS)
    (TOUR DE BY)
    VITICULTEURS FORT MEDOC*
    ESCOT
    FAUGEROUX
    GRANINS-GRAND-POUJEAUX
    LARRIVAUX
    MOULIN ROUGE
    LE TEMPLE*
    SÉRILHAN
    (SIGOGNAC)
    Choississez une région pour voir un autre classement : 
    ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
    BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

    BORDEAUX

    BOURGOGNE

    VAL DE LOIRE

    CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
    SUD-OUEST-PERIGORD  
     
  • Pin it!

    GUIDE DES VINS 2018 : REGION PAR REGION, CE QU'IL FAUT RETENIR CETTE ANNEE

     

    COUVERTURE GUIDE 2018 BX.jpgVoilà une belle année de dégustations et de rencontres, qui permet de situer comme il le faut chaque vignoble :

    Les déceptions sont grandes en Provence et en Languedoc, pour des raisons différentes. En Provence, l’influence des rosés fait que l’on en est à une multiplication des cuvées et, il faut bien le reconnaître, pour certains, à des prix complètement incautionnables pour ce style de vins, notamment que quelques-uns sont aptes à vous inciter à faire la sieste... En Languedoc, côté prix, c’est pareil, avec des vins rouges sirupeux, trop lourds, trop alcoolisés, sans élégance. Voilà le pourquoi d’un nombre important d’éliminés cette année. Dans ces deux régions, donc, une bonne quarantaine en pâtissent, pour le bien-être des amateurs que vous êtes... et des vrais vignerons talentueux !

    Sur un autre plan, le Sud-Ouest et le Pays Nantais s’enlisent dans un manque de confiance en soi, avec des vignerons qui se contentent de vendre dans les restaurants à touristes et dans les salons, ou sont contraints d’accepter un prix peu rémunérateur à un négoce de bas de gamme. Des éliminés également, comme en Rhône, où les “figures” s’étiolent au profit de nouveaux producteurs attentionnés et passionnés, et c’est très bien ainsi.

    Deux régions sont toujours formidables : Bordeaux (pas partout, car certains propriétaires sont insupportables pour leur snobisme, obnubilés par des prix qui montent en flèche et leur font croire ainsi qu’ils élèvent des vins de référence) et Champagne, deux régions où plus de 120 vignerons font une très belle entrée dans le Guide, avec tout ce que l’on aime : des prix sages, des cuvées racées, expressives, marquées par leur terroir et par une volonté de faire ressortir au mieux les spécificités de chaque commune. En Champagne, on est parvenu à un tel niveau de plaisir que c’est certainement la région où les découvertes sont les plus enrichissantes. 

    L’Alsace et la Loire sont toujours un vivier de crus superbes, dans toutes leurs appellations (le Pays Nivernais, la Touraine et l’Anjou-saumur), la Bourgogne est garante de vins marqués par leurs terriroires et une conviviliaté enthousiaste et saine, comme en Beaujolais, où la joie du vin prime.

    Tout cela prouve qu’il n’y a rien d’acquis en la matière, que des crus connus ne méritent plus leur réputation, dans toute la France.

    Le vin, c’est cela : un plaisir, certes, mais un plaisir attentif. Merci de votre fidélité.

     

    REGION PAR REGION, CE QU'IL FAUT RETENIR CETTE ANNEE 

     

    ALSACE

    Des crus les uns plus typés que les autres... tout ici concorde à une grande convivialité du vin, où chaque vigneron s’emploie à faire ressortir la typicité de son Riesling ici, de son Gewurztraminer là... On élève alors des vins sans concurrence, dans une large gamme où se cotoient des Vendanges Tardives rares, un vin suave, un autre sec, un rouge savoureux ou un Crémant tout en fraîcheur. On comprend alors que la force des terroirs et la main de l’homme sont en osmose. Les millésimes 2016 à 2007 méritent actuellement une commande.

    Bestheim est toujours la référence des Crémants, et ne cesse de monter en gamme dans les autres appellations.

     Les autres incontournables sont toujours Schléret (avec des bouteilles qui ont collectionné les récompenses), Hauller, Gresser, Koch, Schaeffer-Woerly, Haegi, Ruhlmann, 7 Vignes, Frick, Iltis (on les retrouve, à plusieurs reprises dans les Classements avec des cuvées différentes).

    Les grandes valeurs se confirment : Simon, Pettermann, Arnold, Reinhart, Frey, Hartmann, Brobecker, Metz, Huber et Bléger, Jost, Kamm, Vielweber, Frey-Sohler, Fleck, Zoeller, Saint-Rémy, Fleck... 

     

    BORDEAUX

     

    MÉDOC

    De formidables verticales sur place à Haut-Marbuzet, Clauzet, Montrose, Pichon-Comtesse, Cantenac-Brown, etc.

    Toujours au sommet : Haut-Marbuzet et Clauzet, où le rapport qualité-prix-plaisir est à un bien haut niveau, par rapport à d’autres crus plus connus (et c’est ce qui compte : vendre cher n’est pas “le” gage de qualité);

    En Premiers Grands Vins, à Pauillac, dominent Grand-Puy Lacoste et Batailley, deux très grands Pauillac, très typés, différents, et c’est parfait comme cela, Latour confirmant son statut Hors-Classe, aux côtés de Mouton-Rothschild, formidable.

    Dans une palette exceptionnelle, toutes appellations du Médoc confondues, les valeurs sûres sont toujours La Galiane, Mayne-Lalande, Layauga-Duboscq, Desmirail, La Mouline, Tronquoy-Lalande, Fourcas-Dupré, Saint-Hilaire, Fonbadet, Fontesteau, les crus de la famille Lapalu, La Peyre, Cartujac, Plantier Rose, Brousteras, Lestage-Darquier, Hourbanon, Souley Sainte-Croix, Le Meynieu, Chalet de Germignan, Le Bourdieu, Hourtin-Ducasse, Panigon, David, Saint-Estèphe, Les Moines, Bois Carré, Pontac-Gadet,  Coudot, Hennebelle...

     

    POMEROL

    C’est toujours un plaisir de déboucher les vins de cette appellation. Très belles verticales à Certan de May, Caillou, Mazeyres, Petrus, Beauregard...

    Certan de May et les crus de Janoueix sont incontestablement au sommet, et de nombreux crus restent de belles valeurs sûres à prix doux (Plince, Clos René, Bellegrave, Clos du Pèlerin, Valois, Lafleur du Roy, La Ganne, Haut-Ferrand…).

    Lalande-de-Pomerol est très bien représenté avec Roquebrune, Canon-Chaigneau (les deux classé Premiers Grands Vins), Voselle, Moines, Béchereau, Viaud, Belles-Graves ou Bourseau.

     

    SAINT-ÉMILION

    On est ici dans la région où se mêlent de vrais terroirs, souvent en coteaux, et d’autres coins où le maïs pourrait y cotoyer la vigne. On a donc accès, soit, à de vrais vins racés, du plus grand au plus abordable, marqués par des sols historiques, et à des vins où les sols ont peu de réelle influence, beaucoup plus “signés” par des vinifications trop sophistiquées qui donnent des vins très concentrés au détriment de la finesse.

    Le Merlot, prédominant, est pourtant le raisin par excellence de l’élégance et de la souplesse, même s’il est aussi largement capable de s’exprimer dans le temps. Un Saint-Emilion, un vrai, c’est une osmose entre la complexité aromatique et une texture savoureuse, souple mais ferme, dense mais distinguée. De quoi exciter ses papilles, d’autant plus que le 2013 est assez réussi (pas partout, certes, il faut bien que le terroir ait son mot à dire, les vinifications à la mode ne peuvent pas tout résoudre…).

    Très belles verticales à Croque-Michotte, Corbin-Michotte, La Marzelle, Cantenac, La Tour du Pin Figeac, Fonroque, Cadet Bon... 

    Trotte Vieille est au sommet, et les crus de Capdemourlin, Laniote, Piganeau, Mauvinon, également, ce qui explique leur place dans le Classement (pensez toujours au rapport qualité-prix-plaisir), et je ne suis toujours pas preneur de crus trop chers, sirupeux, que je n’ai pas besoin de vous citer et qui ne sont pas dans mon Guide.

    Dans la lignée, les grandes valeurs sûres sont Clos Labarde, Orisse du Casse, Gros Caillou, Franc Lartigue, Guillemin La Gaffelière, Croix Meunier, Clos de Sarpe, Vieux-Pourret, Grâce-Fonrazade, Clos des Prince, Fonroque, Pasquette, Bellisle-Mondotte, Darius, Destrier... 

    En Saint-Georhes, Montagne, Puisseguin et LussacHaut Saint Clair est vraiment au sommet, aux côtés de Vieux Château des Rochers, Macquin, Grenière, Chêne Vieux, Grand Cormier, Vaisinerie, Jura-Plaisance, Fleurs Grandes Landes... 

     

    GRAVES ET PÉSSAC-LÉOGNAN

    Il y a d’incontestables vins de très haut niveau, dans une gamme de prix large, mais il y a également des vins décevants, bons certes, mais “dépersonnalisés”. Il est indispensable de s’attacher à la réelle typicité des terroirs et de soutenir les hommes qui restent fidèles à ces sols très spécifiques.

    Belles verticales à Chevalier, qui propose une série de millésimes exceptionnels, comme à Lespault-Martillac, Bouscaut

    Lafargue, Haut-Lagrange, Grandmaison, Brown, Luchey-Halde, Haut-Plantade ou Pontac-Monplaisir sont à de très beaux niveaux, en blanc comme en rouges...

    En Graves, plusieurs crus sortent du lot : Mauves, Grand Bos, Le Tuquet,  Rose Sarron, Arricaud, Brondelle, Haut-Calens, Rougemont, Magence, Chantegrive, Jouvente... et Toulouze, toujours au sommet des Graves de Vayres.

     

    CÔTES

    Selon les expositions, les sols, la complémentarité des cépages (Merlot souvent prépondérant), on peut passer du très beau au très simple. Les propriétaires talentueux se démarquent donc aisément des autres, sans avoir besoin de manipulations œnologiques, et c’est ainsi depuis des décennies.

    Les grandes valeurs sûres : Moulin Vieux, Melin, Faugas, Marsan, Les Graves, Berthenon, Pont Les Moines, Lagarde, La Croix-Davids, Larrat, Fayau, Valentin, Haie, Haut-Maco, Grandmaison, Bavolier...

     

    BORDEAUX SUPERIEURS ET BORDEAUX

    Comme dans les Côtes, il y a de tout, et Il s’agit de savoir frapper à la bonne porte. On accède alors à des vins typés par des sols très différents (on ne fait pas les mêmes vins à Monségur ou à Frontenac, à Génissac ou à Pondaurat...) et l’on aurait donc tort de croire que les terroirs ne jouent pas leur rôle.

    Les meilleurs sont Boutillon, Crain, Bran de Compostelle, Bossuet, Fillon, Bernardon, Cornemps, Entre Deux Mondes, Haut-Cruzeau, Aux Graves de la Laurence, Lauduc, Pascaud, Lagrange les Tours, Lajarre, Penin, Panchille, Sainte-Barbe...

    Lavison, Jayle, Fontbonne, Laubertrie, Masson ou Belle Garde sont les fers de lance en Bordeaux.

      

    SAUTERNES ET LIQUOREUX

    Ces vins rares, du plus liquoreux au plus fin, dont les prix sont largement justifiés quand on connaît les efforts des propriétaires, méritent alors d'être appréciés tout au long du repas, tant le charme opère.

    En Sauternes, les grands vins sont toujours magiques : Filhot, La Tour Blanche, Raymond-Lafon, Lafon, Caillou, Haut-Bergeron, Bastor-Lamontagne, Coutet...

     

      

    BOURGOGNE

    C’est “la ” région où le terroir est omniprésent. Qui ne s’est jamais promené sur la route des crus, comprenant la force des sols de mi-pente, notamment, ne peut pas comprendre ce qu’est un terroir digne de ce nom. 

    Aucun autre vin blanc ne peut rivaliser avec ces Crus (Grands Crus ou Premiers) de Puligny-Montrachet, Meursault, ou Chablis, qui dévoilent une minéralité envoûtante, magique et tiennent 15, 20, 30 ans sans décevoir ! Je parle de Chartron, Marey, Robin, Antonin Guyon, Carillon, Tremblay, Jomain, Alain Geoffroy… Toujours à Chablis, Mosnier, Chardonnay, Dampt, Naulin, Heimbourger...

    En rouges, pour lesquels certains dégustateurs idiots n’ont pas encore compris que la couleur ou la concentration n’ont rien à voir avec un réel potentiel de garde (j’ai des bouteilles des années 1970 dans ma cave, superbes), on ne peut qu’exciter ses papilles avec des crus aussi racés mais divers que ceux de Gelin, Monts Luisants, Cacheux, Esmonin, Chevillon, Bertheau, Esmonin, Fougeray de Beauclair, Coudray-Bizot, Berthaut, Ampeau, Berthaut, Prieur-Brunet, Albert Joly, Michel Prunier, ou du Clos Bellefond.

    On poursuit avec Delagrange, Denis, Bourée, Bocard, Diconne, Girard, Seguin-Manuel, Gros, Dubreuil-Fontaine, Amiot, Doreau, Coquard-Loison-Fleurot, Domaine de la Poulette... ou, en Pouilly-Fuissé, Luquet, Auvigue, Paquet, Denuziller...  

    Ils sont nombreux à élever de grands vins typés, et, franchement, si l’on compare le rapport qualité-prix-typicité, dans une gamme haute de 40 à 100 e, ils renvoient à un jardin d’enfants un bon nombre de crus bordelais, gavés à outrance par des vinifications sophistiquées et bien trop chers.

     

    BEAUJOLAIS

    Les fidèles du Guide savent déjà que cette belle région vallonnée regorge de crus dont la qualité s’associe à des prix très sages.

    Les sols comptent ici, autant qu’ailleurs, et on le voit bien en débouchant des flacons de Gérard Brisson, Pizay, Cédric Chignard, Michel Tête, Crêt des Garanches, Emeringes, Champagnon, La Combe aux Loups, Cheysson, Granit Doré, Jean-Pierre Mortet, Baron de L’Ecluse, Flache-Sornay, Métrat, Charvet, Flache Sornay, Monternot

    Et le roi Dubœuf est toujours là, incontournable.

      

    CHAMPAGNE

    Du grand art, que l’on retrouve évidemment dans les Premiers Grands Cru Classés, où se cotoïent de très grandes maisons (qualitativement, j’entends) comme Krug, Roederer, Gosset, Pol-Roger, Ellner, Lombard, Philipponnat, Legras, Bara, Thiénot, et des vignerons exemplaires comme Erick de Sousa, qui, en une vingtaine d’années, a fait de son nom une référence. Toujours une seule cave coopérative, Vincent d’Astrée.

    La hiérarchie des Deuxièmes Grands Vins Classés est à prendre à la lettre : les Premiers des Seconds sont nettement supérieurs aux Cinquièmes...

    Trois caves sont au top : Collet, De Castelnau et Beaumont des Crayères, et sont à même de sortir des cuvées qui atteignent les sommets.

    Il y a aussi des propriétaires qui peuvent prétendre atteindre les sommets, selon leurs cuvées, globalement ceux qui sont dans le peloton de tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, dans les deux ou trois premiers échelons de cette hiérarchie, donc, élevant des vins les uns plus séduisantes que les autres, garants d’une typicité et d’une grande régularité qualitative, associés à des prix doux.

    Il s’agit de Jacques Defrance, Taillet, Devavry, Michel Turgy, Moyat, Legrand, Bourdaire-Gallois, Goutorbe, Jean-Marie Pelletier, De Lozey, Coutier, Drappier, J.-B. Bourgeois, Pierre Mignon, Laurent-Gabriel, Perseval-Farge, Edouard Brun, Rutat, Michel Arnould, Littière, Maurice Vesselle, Pierre Gobillard, Fleury-Gille, Lequart, Lancelot-Royer, Gimonnet, Gatinois, Huot, Thévenet-Delouvin, Etienne Oudart..., un bon nombre exploitant des terroirs situés en Grands (et Premiers) Crus, ceci expliquant bien sûr cela, et prouvant que, ici comme ailleurs, la force du terroir est primordiale, même si l’art de l’assemblage, les stocks et l’élevage feront la différence.

    On poursuit avec Brice, Morize, De Milly, Charles Mignon, Renaudin, Bardy-Chauffert, Moussy, Bourgeois-Boulonnais, Margaine, Royer, Leconte, Veuve Olivier, Médot, Lejeune-Dirwang, Brixon, Egrot, Guy Cadel, Nathalie Falmet, Rollin, Royer, Labbé, Aspasie, Baron-Fuenté, Baron Albert, Morize, Verrier, Baron Albert, Hamm, Jeaunaux-Robin, Marteaux, Dauphin, Boizel, Bardoux, Diligent, Daviaux, Payer, Bonnet-Gilmert...

     

    LANGUEDOC-ROUSSILLON

    Des Corbières à Saint-Chinian, de Faugères en Minervois, en passant par les Coteaux-du-Languedoc ou les vins de pays... on aime ces producteurs passionnés qui élèvent des vins racés, historiquement marqués par des cépages spécifiques... le tout donnant de vrais beaux vins typés, qui parviennent à un niveau qualitatif réel, en blancs comme en rouges, et c’est tout ce qui compte.

    Daumas-Gassac est toujours hors normes, en rouge, bien sûr, mais aussi avec ce blanc somptueux, où le minéral sait s’allier à un gras spécifique.

    Les grandes références sont Peyregrandes, Mas du Novi, Fabas, Grand Caumont, Pépusque, Martinolle, Saint-Martin des Champs, Mire-L’Etang, Bertrand-Bergé, Grand Moulin, Etang des Colombes, Cascades, Herbe Sainte, Clarmon, Familongue, Guizard, Clotte Fontane, Casa Blanca, Domaine de la Vieille, Mairan, Spencer La Pujade, Mas Rous, Centeilles, Valambelle, Reynardière

    Deux caves coopératives sont au top : celles de Roquebrun et de Cabrières.

      

    PROVENCE-CORSE

    Les meilleurs sont vraiment loin devant les autres, et sont ceux de ces propriétaires qui laissent s’exprimer au mieux les grands cépages de la région (Grenache, Mourvèdre, Cinsault, Rolle, Ugni blanc…).

    Dans les trois couleurs, en Bandol, on est au sommet avec La Bastide Blanche, Lafran-Veyrolles, Pradeaux, L’Olivette, Terrebrune, Bunan et Chrétienne.

    Trians et Loou sont les meilleurs Coteaux-Varois, et Camaïssette le meilleur Coteaux d’Aix.

    Fontcreuse est le meilleur Cassis, et Toasc, le meilleur Bellet.

    En Côtes-de-Provence, les rosés sont formidables : Rasque, Jas d’Esclans, Maïme, Sumeire, Pourcieux, Font du Broc, Montaud... La majorité de ces crus élèvent aussi des rouges et blancs savoureux.

    La Corse est vraiment au sommet avec le Domaine de Maestracci, le Domaine Gentile, le Domaine de Torraccia, et celui de Peraldi. Ces quatre-là sont les références de l’ïle de Beauté, avec des vins extrêmement typés, élégants, chaleureux, dans les trois couleurs.

     

    SAVOIE-JURA

    En Savoie, la diversité des terrains (mélange de blocs rocheux marno-calcaires émanant du Granier avec les sols en place) laisse s’exprimer au mieux les cépages propres à la région : la Jacquère, l’Altesse ou la Mondeuse, qui apportent une spécificité rare et réelle à ces vins, digestes, tout en fraîcheur, qui s’associent remarquablement à la cuisine régionale, comme ceux, non loin, du Jura viticole.

    Le Classement des meilleurs : Million-Rousseau, Lambert, Fortin, Lambert, Bosson, Mollex, en Savoie, et Dorbon et Badoz, pour le Jura, se trouve avec celui des Beaujolais.

      

    SUD-OUEST

    Lorsque l’on est un vigneron qui sait mettre en avant son terroir et la puissance de ses grands cépages historiques régionaux, on élève alors, de Buzet à Jurançon, de Gaillac à Cahors, de Bergerac à Madiran... des vins typés qui entrent dans la “cour des grands”.

    On le voit bien en savourant les bouteilles de Barréjat, Nozières, Pichard, Lamouroux, Lavaur, Péroudier, Paillas, La Caminade, Labarthe, Vieux Touron, Gautoul, Bourguet, Paradis, Croze de Pys, Bovila, Coutale, Pouypardin, Bourguet, qui sont à la tête de leur appellation respective.

    La Cave de Buzet est la meilleure de toute la région, avec une gamme importante qui sait décliner toute les facettes du Buzet.

     

    VAL DE LOIRE

    La région est garante d’une typicité hors normes, grâce à ses grands cépages spécifiques (Chenin, Sauvignon, Cabernet franc...) qui s’expriment pleinement dans ces terroirs de silex, de tuffeau, de craie marneuse, de marnes kimméridgiennes..., sont parfaitement “chouchoutés” par ces vignerons passionnés et passionnants, qui s’attachent à conserver une authenticité rare.

    Du rouge le plus gouleyant à celui qui demande de la patience, des blancs secs aux moelleux, des demi-secs aux rosés ou aux Crémants... la palette est grande. 

    Sancerre et Pouilly-Fumé sont les territoires, où, avec la Bourgogne et l’Alsace (chacun ayant sa spécificié, naturellement), on entre dans la catégorie des vins blancs exceptionnels chez Natter, Sarry, Chevreau, Reverdy, Dezat, Roger, Champeau, Blanchet, Barillot, Landrat-Guyollot, Pabiot, Bernard Petit, Guy Baudin, Gitton...

    En QuincyTrotereau et Commanderie, ou Malbète en Reuilly sont toujours à la tête de leur appellation, comme Chaillot, à Châteaumeillant.

    La Cave de Pouilly-sur-Loire est la référence dans la région.

    Le meilleur Saint-Nicolas-de-Bourgueil se trouve chez Drussé, les meilleurs vins de Saumur-Champigny se savourent au Château de Targé, au Clos Maurice, chez Dézé, La Guilloterie ouGouron.

    En Chinon, on est au sommet avec Bouchardière, Bouquerries, Noiré, et, en Touraine, Chaise, Mandard, Charbonnier et, Montigny.

    En Anjou, on ne peut éviter Gauterie et Gonorderie, comme, à Saumur, Vieux Pressoir etBeauregard

    Les liquoreux sont toujours exceptionnels chez La Varière, Aubert, Rochettes et Godineau.

    En Muscadet, toujours deux ténors : Morilleau et Poiron-Dabin.

     

    VALLÉE DU RHÔNE

    Le Classement parle de lui-même, et c’est la grande régularité qualitative, qui prime, ici comme ailleurs, avec des vins racés, chaleureux, dont le rapport qualité-prix-plaisir est toujours exceptionnel.

    On s’en assure, à Châteauneuf-du-Pape, chez André Mathieu, à Beauchêne, Abbé Dîne, Méreuille, Serguier, Tour-Saint-Michel, Domaine de Saje, 3 Cellier, Solitude, Haut des Terres Blanches et Jacumin.

    En Côte-Rôtie, le Domaine des Rosiers, et celui des Levet.

    Redortier est toujours au sommet à Beaumes de-Venise, avec BeauvalcinteArnoux élève des vins superbes à VacqueyrasAlary est à la tête de l’appellation Cairanne, avec Gayère, Deurre, à celle de Vinsobres, Lauribert, à celle de Visan, et, en Côtes-du-Rhône-Villages, les incontournables sont le Domaine de l’Amauve, Saint-Estève, Croix Blanche, Magalanne et Valériane, quand le Moulin du Pourpré reste le fer de lance des Côtes-du-Rhône

     

  • Pin it!

    LE GUIDE DES VINS 2018 EST PARU : NOUVEAU CLASSEMENT CHAMPAGNE

    Du grand art, que l’on retrouve évidemment dans les Premiers Grands Cru Classés, où se cotoïent de très grandes maisons (qualitativement, j’entends) comme Krug, Roederer, Gosset, Pol-Roger, Ellner, Lombard, Philipponnat, Legras, Bara, Thiénot, et des vignerons exemplaires comme Erick de Sousa, qui, en une vingtaine d’années, a fait de son nom une référence. Toujours une seule cave coopérative, Vincent d’Astrée.

    La hiérarchie des Deuxièmes Grands Vins Classés est à prendre à la lettre : les Premiers des Seconds sont nettement supérieurs aux Cinquièmes...

    Trois caves sont au top : Collet, De Castelnau et Beaumont des Crayères, et sont à même de sortir des cuvées qui atteignent les sommets.

    Il y a aussi des propriétaires qui peuvent prétendre atteindre les sommets, selon leurs cuvées, globalement ceux qui sont dans le peloton de tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, dans les deux ou trois premiers échelons de cette hiérarchie, donc, élevant des vins les uns plus séduisantes que les autres, garants d’une typicité et d’une grande régularité qualitative, associés à des prix doux.

    Il s’agit de Jacques Defrance, Taillet, Devavry, Michel Turgy, Moyat, Legrand, Bourdaire-Gallois, Goutorbe, Jean-Marie Pelletier, De Lozey, Coutier, Drappier, J.-B. Bourgeois, Pierre Mignon, Laurent-Gabriel, Perseval-Farge, Edouard Brun, Rutat, Michel Arnould, Littière, Maurice Vesselle, Pierre Gobillard, Fleury-Gille, Lequart, Lancelot-Royer, Gimonnet, Gatinois, Huot, Thévenet-Delouvin, Etienne Oudart..., un bon nombre exploitant des terroirs situés en Grands (et Premiers) Crus, ceci expliquant bien sûr cela, et prouvant que, ici comme ailleurs, la force du terroir est primordiale, même si l’art de l’assemblage, les stocks et l’élevage feront la différence.

    On poursuit avec Brice, Morize, De Milly, Charles Mignon, Renaudin, Bardy-Chauffert, Moussy, Bourgeois-Boulonnais, Margaine, Royer, Leconte, Veuve Olivier, Médot, Lejeune-Dirwang, Brixon, Egrot, Guy Cadel, Nathalie Falmet, Rollin, Royer, Labbé, Aspasie, Baron-Fuenté, Baron Albert, Morize, Verrier, Baron Albert, Hamm, Jeaunaux-Robin, Marteaux, Dauphin, Boizel, Bardoux, Diligent, Daviaux, Payer, Bonnet-Gilmert...

     

    CLASSEMENT CHAMPAGNE
     
    LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE


    Les Classements du site sont réactualisés en permanence en fonction des dernières dégustations, découvertes, coups de cœur, déceptions...


    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    KRUG (Grande Cuvée) (Hors classe) (r)
    DEUTZ (William Deutz)
    ELLNER (Réserve) (r)
    CHARLES HEIDSIECK (Millénaires) (r)
    LAURENT-PERRIER (Grand Siècle) (r)
    MUMM (R. Lalou)
    PHILIPPONNAT (Clos des Goisses)
    POL ROGER (Sir Winston Churchill) (r)
    ALAIN THIÉNOT (Grande Cuvée)
    VINCENT D'ASTRÉE (Novæ)
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    GOSSET (Grand millésime) (r)
    ROEDERER (Cristal) (r)
    DE SOUSA (Caudalies) (r)
    DE TELMONT (O.R.1735)
    Pierre ARNOULD (Aurore) (r)
    PAUL BARA (Réserve) (r)
    LEGRAS et HAAS (Blanc de Blancs) (r)
    LOMBARD (Grand Cru) (r)
    TAITTINGER (Comtes de Champagne) (r)
    DE VENOGE (Les Princes) (r)



    DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    Michel ARNOULD (Grande Cuvée)
    BOULARD-BAUQUAIRE (Mélanie)
    De CASTELNAU (Millésimé) (r)
    CHARPENTIER (Terre d'Émotion)
    COLLET (Esprit Couture)
    Jacques DEFRANCE (Excellence)
    (DEVAUX (D)*)
    GATINOIS (Grand Cru)
    Pierre GOBILLARD (Florence)
    GOUTORBE (Blanc de noirs)
    JEAUNAUX-ROBIN (Eclats de Meulière)
    LANCELOT-ROYER (Chevaliers)
    LAURENT-GABRIEL (Prestige) (r)
    LEJEUNE-DIRVANG (Noir et Blanc)
    Laurent LEQUART (Blanc de Blancs)
    Michel LITTIERE (Grande Cuvée)
    Philippe de LOZEY (Cuvée des Anges)*
    MORIZE (Sélection) (r)
    Etienne OUDART (Référence)
    Jean-Michel PELLETIER (Anaëlle) (r)
    RALLE (Réserve)*
    René RUTAT (Millésimé)
    Maurice VESSELLE (Millésimé)*
    BARDOUX (Millésimé)
    BARON ALBERT (La Préférence) (r)*
    BARON FUENTÉ (Cuvée Prestige) (r)*
    Christian BOURMAULT (Grand Éloge)*
    BRIXON-COQUILLARD (Prestige)
    BRUN DE NEUVILLE (Extra Brut)
    CAMIAT (Prestige)
    CANARD-DUCHÊNE (Charles VII)
    CARLINI (Réserve)*
    CASTELGER (Eugène)
    J. CHARPENTIER (Pierre-Henri)*
    Charles COLLIN (Blanc de noirs)
    COQUARD-BOUR (Vintage)*
    CUPERLY (Grande Réserve)*
    DAUPHIN (Instant Intégral)*
    Franck DEBUT (Blanc de blancs)
    Élise DECHANNE (Essentielle)*
    DOUSSOT (Ernestine)*
    Hubert FAVIER (Réserve)
    FORGET-BRIMONT (Blanc de blancs)
    FRANÇOIS BROSSOLETTE (Réserve)*
    GALICHET (Réserve)
    GARDET (Selected)
    GUYARD-LAMOUREUX (Séduction)
    HAMM (Signature) (r)*
    HUGUENOT-TASSIN (Les Fioles)
    HUOT (Carte Noire)*
    JACQUINOT (Blanc de noirs)
    François LECOMPTE (Céleste)
    Veuve Maurice LEPITRE (Heritage)
    Xavier LORIOT (Fragment)*
    MALETREZ (Premier Cru)*
    Rémy MASSIN (Prestige)
    MOREL Père et Fils (Cuvée Gabriel)
    MOUSSE-GALOTEAU (Réserve)
    Ghislain PAYER (Réserve)*
    PERRIER JOUËT (Belle Epoque)*
    Daniel PERRIN (Millésime)
    ROGGE-CERESER (Excellence)*
    THÉVENET-DELOUVIN (Prestige)*
    Diogène TISSIER et Fils (Vintage)
    André TIXIER et Fils (Millésime)
    VAZART-COQUART (Grand Bouquet)
    VEUVE OLIVIER (Grande Réserve)
    VRAIN-AUGÉ (Prestige)*
    AUTRÉAU-LASNOT (Prestige)*
    BAILLETTE-PRUDHOMME (Réserve)
    BAUCHET (Signature)*
    BOUCHÉ (Millésimé)*
    Christian BRIARD (Ambre)
    BRIAUX-LENIQUE (Les Semons)*
    Guy CHARBAUT (Millésimé)*
    FARFELAN (Millésime)*
    Jean Pol HAUTBOIS (Grande Réserve)*
    Olivier HORIOT (Blanc de noirs)*
    Paul LAURENT (L'Essentiel)*
    Charles LEGEND (Royal)*
    MAÎTRE (Sélection)
    Camille MARCEL (Adage)*
    MARINETTE RACLOT (Millésime)*
    Olivier et Laetitia MARTEAUX (Millésimé)
    Thierry MASSIN (SéLection)*
    MATHELIN (L'Orée des Chênes)*
    OLIVIER Père et Fils (Aparté)
    PÉLISSOT Père et Fils (Réserve)*
    PHLIPAUX Père et Fils (Blanc de noirs)*
    Lionel CARREAU (Préembulles)
    DELOT (Légende)*
    SIMART-MOREAU (Grande Réserve)
    VAUTRAIN-PAULET (Grande Réserve)*
    GABRIEL-PAGIN (Grande Réserve)
    (LAFORGE-TESTA (Millésime))
    Hervé LECLERE (Reflet Sélection)
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    BEAUMONT DES CRAYERES (Grande Réserve)
    BOURDAIRE-GALLOIS (Prestige)
    Jean-Bernard BOURGEOIS (Millésime)
    BOURGEOIS-BOULONNAIS (Premier Cru) (r)
    BOUTILLEZ MARCHAND (Millésimé)
    Edouard BRUN (L'Élégante)
    COUTIER (Blanc de Blancs)
    DEVAVRY (Achille)
    DRAPPIER (Grande Sendrée)
    FLEURY-GILLE (Pierre-Louis)
    Eric LEGRAND (Prestige)
    Charles MIGNON (Grande Cuvée)*
    Pierre MIGNON (Madame)*
    MOYAT-JAURY-GUILBAUD (Prestige)
    PIPER-HEIDSIECK (Rare)*
    TAILLET (Extra)
    Michel TURGY (Blanc de blancs)
    Roger BARNIER (Millésimé)
    BRIGITTE BARONI*
    BEAUDOUIN-LATROMPETTE (Blanc de blancs)
    BERTHELOT PIOT (Prestige)*
    BLONDEL (Blanc de blancs)*
    BOIZEL (Grand Vintage)*
    BRICE (Vintage)*
    COLLET (René Collet)
    CORDEUIL (Nature)*
    COSNARD (Blanc de blancs)*
    DAVIAUX (Extra brut)
    DEKEYNE (Blanc de blancs)*
    DILIGENT (Millésime)*
    Emmanuel DRAVIGNY (L'Esprit Meunier)*
    François DUBOIS (Pure)
    EGROT (Extra)*
    Nathalie FALMET (Nature)*
    FANIEL-FILAINE (Millésime)*
    FOURRIER (L'Exception)
    B. GIRARDIN (Appoggiature)
    Didier GOUSSARD (Tentation)
    GRATIOT (Millésimé)
    Michel LABBÉ (Prestige)*
    Guy LARMANDIER (Grand Cru)*
    LEBLOND-LENOIR (Héritage)
    Xavier LECONTE (Scellés de Terroirs)*
    Alain LITTIÈRE (Cuvée Alain)*
    Bernard LONCLAS (Prestige)
    Gérard LORIOT (Sélection)*
    MALINGRE (Symphonie)*
    MANNOURY (Réserve)
    MARGAINE (Spécial Club)*
    MÉDOT (Blanc de blancs)
    Albert de MILLY (Prestige)*
    Yvon MOUSSY (Prestige)*
    Hubert PAULET (Millésime)*
    PÉHU-GUIARDEL (Emotion)*
    POINSOT Frères (Prestige)
    PRÉLAT (Les Reines)
    RENAUDIN (Réserve)*
    JEAUNEAUX ROBIN (Extra)
    ROYER (Grande Réserve)*
    RUFFIN (Roséanne)
    Alfred TRITANT (Extra brut)*
    Florent VIARD (Absolu)
    VIGNON Père et Fils (Réserve Marquises)
    Alain BAILLY (Prestige)*
    BARBIER-ROZE (Réserve)
    Marc BILLIARD (Sélection)*
    CHASSENAY d'ARCE (Extra brut)
    CLERGEOT Père et Fils (Grande Réserve)*
    DÉROT-DELUGNY (Coiffe d'Or)*
    DESMOULINS (Blanc de blancs)
    DEVILLIERS (RB)
    GALLIMARD Père et Fils (Réserve)
    GRASSET-STERN (Millésimé)*
    GRUET (3 Blancs)*
    Cédric GUYOT (Nature)*
    LACUISSE Frères (Cuvée Cosson)*
    Fernand LEMAIRE Millésimé)*
    LUTUN (Invitation)*
    Vincent RENOIR (Zéro)*
    SADI-MALOT (Cuvée SM)
    Adrien SIMON (Millésime)*
    Jean VALENTIN et Fils (Saint-Avertin)*
    VERRIER (Raymond Verrier)*
    BEAUGRAND (Nature)*
    DANGIN (Prestige)
    (PERSEVAL-FARGE (Millésimé)*)
    J.M TISSIER (Apollon)*
    (DELAUNOIS (Sublime)*)
    (GIMONNET Pierre (Fleuron))
    Robert JACOB (Collection Privée)*
    BOREL LUCAS (Art Divin)*
    MARY SESSILE (L'Innatendue)
    RIGOLLOT (Grande Réserve)
    VANZELLA (Millésime)

    TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    ASPASIE (Brut de Fût)
    Guy CHARLEMAGNE (Millésimé)
    GREMILLET (Evidence)*
    Germar BRETON (Blanc de Blancs)*
    Paul GOERG (Millésime)
    (PANNIER (Réserve)*)
    PLOYEZ-JACQUEMART (Passion)*
    Prestige des SACRES (Privilège)*
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    (André ROBERT (Mesnil)*)
    A. ROBERT (Sablon)*
    BARDY-CHAUFFERT (Symphonie)
    (COLIN (Grand Cru)*)
    NAPOLEON (Millésimé)*
    (ROBERT-ALLAIT (Prestige)*)
    (RUELLE (Grande Réserve))
    WIRTH et MICHEL (3 Cépages)
    Choississez une région pour voir un autre classement : 
    ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
    BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

    BORDEAUX

    BOURGOGNE

    VAL DE LOIRE

    CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
    SUD-OUEST-PERIGORD  
     
  • Pin it!

    EN ETE, QUELS VINS SUR VOS SALADES ?

    Salade à la dinde et à l'ananas

     

    Salade à la mangue et au crabe

     

    Salade aux crevettes et à l'ananas

     

    Salade aux gésiers confits

     

    Salade d'artichauts au foie de porc seché

     

    Salade d'Automne à la mache

        Accord vin proposé :

     

     

    Salade de betterave au radis noir

     

    Salade de bouilli

     

    Salade de cèpes

     

    Salade de concombre et saumon au gingembre

     

    Salade de pamplemousse et de melons

     

    Salade de pétoncles au gingembre

     

    Salade de pissenlits

     

    Salade de pommes de terre veloutée

        Accord vin proposé :

     

     

    Salade de poulet aux courgettes

     

    Salade de saumon frais aux pommes de terre

     

    Salade de tartare au saumon

     

    Salade d'écrevisses à l'avocat

     

    Salade d'oignons grillés

     

    Salade d'oranges

     

    Salade méditerranéenne

     

    Salade niçoise

     

    Salade provençale au thon

     

    Salade thaïe

     

    Salades de moules au safran

     

    Salade de pommes de terres aux truffes

     

    Salade de riz aux coquillages et crustacés

     

    Salade de cailles et ses oeufs

     

    Salade de pétoncles au pamplemousse rose

     

    Salade de haricots frais et de tomates

     

    Salade au couscous et aux oeufs de saumon

     

    Salade de ris d'agneau aux raisins

     

    Salade landaise

     

    Salade de coquilettes

     

    Salade de magret fruité

     

    Salade d'huîtres pochées

     

    Salade de moules au curry

     

    Salade de riz aux coques

     

    Salade tiède aux châtaignes

     

     

    Salade de haricots

     

    Salade nordique

     

    Salade de boutin noir

     

    Salade au poisson cru mariné

     

    Salade vapeur aux choux

     

    Salade d'ananas

     

    Salade d'agrumes

     

    Salade d'écrevisses et avocat

     

    Salade d'émincé de canard à l'orange

     

    Salade de homard au céléri-rave et truffe fraiche

     

    Salade maraichère

     

    Salade de queues d'écrevisses

     

    Salade de langouste et melon

     

    Salade de raie aux rattes

     

    Salade aux foies de volailles

     

    Salade de chicorée aux gésiers et langoustines

     

    Salade croquante au foie gras

     

    Salade de perdreaux aux cèpes et aux chataignes

     

    Salade de Saint-Jacques à l'orange

     

    Salade de chèvre chaud

     

    Salade tiède de lotte aux morilles

     

    Salade de chou aux foies de volaille

     

    Salade de cabillaud cru aux coques

     

    Salade de printemps au haddock

     

    Salade de crabe au soja

     

    Salade rouge aux rattes et pommes fruits

     

    Salade au Roquefort

     

    Salade de coquillages au concombre  

     

    Salade de tomates et mozzarella

     

    Salade de soja

     

    Salade d'artichauts

     

    Salade de lentilles aux lardons

     

    Salade de tomates mozzarella

     

    Salade d'asperges et langoustines

     

    Salade de moules et d'artichauts

     

    Salade de Saint-jacques au vinaigre balsamique

     

    Salade de poires au foie gras

     

    Salade de fruits rouges

     

    Salade de foie gras

     

    Salade aux harengs fumés

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu