Avertir le modérateur
Pin it!

Les 10 vins de propriété de la semaine : de 4,50 € à 14 € !

DOMAINE BOURDIC
VIN DE PAYS DES COTES-DE-THONGUE
Le Domaine Bourdic se trouve dans les collines aux confins des Cévennes, près de la ville historique de Pézenas dans le Languedoc-Roussillon. Nos vignes entourent le domaine sur une surface de 14 ha. Le terroir est très varié. De larges terrasses transversales montent de la plaine pour aboutir sur un plateau. De fait, la nature des sols est très diversifiée. Depuis 2008, nous sommes en cours de conversion à l’agriculture biologique. Cela permet à la vigne de se développer dans un environnement sain et d’obtenir des grappes d’excellente qualité (enherbement d’une partie des vignes, rendements de 15 à 45 hl/ha, vendanges manuelles). Les soins intensifs dont elle fait l'objet tout au long de l'année sont à la base de l'intense équilibre du goût. Ils nous permettent de produire des vins typiques du sud, d'un arôme incomparablement subtil. Nous avons créé deux gammes différentes : la gamme musicale : vins jeunes, fruités, faciles à boire, vins de plaisir qui ne sont pas élevés en futs de chêne (Density, Rosé, Octandre, Zapa, Le Mori, Grenache 2007), et la gamme tradition, avec des vins élégants, corsés, élevés en barriques (sauf le Muscat), et de vieux millésimes qui sont maintenant prêts à boire, des vins de garde et de caractère (Tempranillo, Grenache, Merlot, Syrah, Le Puech, La Sentinelle, l’Hortalesse). Découvrez ce Vin de Pays des Côtes-de-Thongue Rosé de Saignée 2008, au nez complexe (cerise, fraise...), frais et rond à la fois. Joli Vin de Pays des Côtes-de-Thongue Zappa 2007, Syrah majoritaire(69%), Tempranillo (18%) et Grenache (13%), chaque cépage a été vinifié séparément selon ses particularités. Le Vin de Pays des Côtes-de-Thongue Grenache 2007, vendanges manuelles avec tri, égrappage, élevage 16 mois en cuves émaillées, coloré, bien corsé, parfait sur les terrines. Beau Vin de Pays des Côtes-de-Thongue L’Hortalesse 2003, (57% Syrah, 27% Grenache, et 16% Cabernet-Sauvignon, élevage 18 à 26 mois en fûts de chêne de l’Allier), ample en bouche, avec des notes de poivre et de groseille, charnu, bien charpenté long, dense et concentré, d’excellente garde.

Le Château s'élève sur une légère éminence placée entre 2 montagnes avec échappée de vue au midi. Il se compose de 2 corps de logis adossés l'un contre l'autre. C'est un petit fief situé sur la commune d'Igé, dans l'ancienne paroisse de Dommange. Depuis ma reprise en 1995, de nombreux investissements ont été effectués, tant au niveau des caves que de la vigne, du matériel et des bâtiments, pour que cette propriété retrouve ses lettres de noblesses. Ce joli vignoble du Mâconnais est implanté sur des coteaux calcaires et très ensoleillés. Vieilles vignes et rendements limités garantissent des vins de qualité. La vinification est traditionnelle, le raisin à maturité est récolté à la main en majorité, l'élevage s'effectue en fûts de chêne. Les rouges sont d'une belle couleur cerise avec un bouquet profond de fruits rouges, de cassis et de framboise, légèrement tanique mais parfaitement équilibré et d'une belle saveur. Les Blancs présentent des arômes de fleurs blanches du printemps, de fruits secs, de pain grillé, souples et ronds en bouche et le rosé est très aromatique, d'une grande finesse et longueur en bouche.

DOMAINE GLANTENET PERE ET FILS
HAUTES-COTES-DE-NUITS
Notre famille est installée en Bourgogne depuis le 15ème siècle et le Domaine viticole remonte au 18ème siècle. Aujourd'hui, Jean-François GLANTENET en charge de l'exploitation, s'occupe de 25 hectares, répartis sur cinq communes. Le Domaine vinifie traditionnellement ses vins depuis 1997, année de la première mise en bouteilles. Le Domaine produit environ 30 000 bouteilles par an. Les vins sont vendus : au Caveau, au travers des différents salons et manifestations où nous sommes présents tout au cours de l'année. Epaulé par Valérie et entouré de son équipe sur le terrain, avec Sylvie qui l'assiste au Bureau, Jean-François conduit l'exploitation familiale de façon traditionnelle dans le respect du terroir. Dans un souci environnemental, les vignes sont conduites en "lutte raisonnée", avec une délimitation de parcelles sélectionnées, comme par exemple les vieilles vignes. Chaque année, la vigne suit son cycle végétatif : de la taille, aux brûlages de ses sarments, à son évasivage (préserver seulement les meilleurs raisins) pour arriver à la cueillette des grappes dans le pur respect des traditions et donner aux vins des Hautes-Côtes le caractère des grands Bourgognes. Le domaine vous propose : le Bourgogne Hautes-Côtes-de-Nuits rouge 2005, Burgondia d’Or 2007 et médaille d’Argent Paris 2007, élevé en fûts de chêne, aux arômes de fruits rouges avec des notes fumées, aux tanins mûrs, tout en bouche comme ce Hautes-Côtes-de-Nuits blanc 2005, qui associe richesse aromatique et persistance, avec ces senteurs de fleurs et d’amande, le Côtes-de-Nuits-Villages Le Clos de Magny 2005, 15 mois d’élevage en fûts de chêne français, aux notes classiques de cassis et de sous-bois, aux tanins bien présents, est ferme et dense, tout en bouche, le Hautes Côtes-de-Beaune blanc 2006, Burgondia d’Or 2007, et le Bourgogne Aligoté Vieilles Vignes 2005, excellent avec des escargots.

CHÂTEAU BECHEREAU
LALANDE-DE-POMEROL
Propriété familiale depuis le milieu du 19 ème siècle, le Château Béchereau est une exploitation viticole de 25 hectares dont 9 ha en Bordeaux Supérieur, 10.5 ha en Montagne-Saint-Emilion et 5.50 ha en Lalande-de-Pomerol. Beau Montagne-Saint-Émilion cuvée Spéciale 2006, de belle robe pourpre, un vin riche et généreux, ferme, à dominante de petits fruits noirs et de cannelle, qui marie élégamment une finesse tannique à une rondeur persistante. Le 2005, charnu et concentré, est un vin riche en bouquet comme en matière, aux tanins équilibrés, complet, élégant, tout en bouche, avec des nuances de cassis, de truffe et d’humus, d’une grande harmonie, de garde. Le 2004 est un vin de robe pourpre, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, bien corsé. Découvrez le Bordeaux Supérieur cuvée Spéciale 2005, charpenté, aux notes de pruneau et de sous-bois, un vin puissant, de très bonne bouche, de fort bonne évolution, un vin qui s’accorde avec un rôti de veau forestière. Remarquable Lalande-de-Pomerol cuvée Spéciale 2005, élevé en fûts de chêne, médaille d’Or au concours de Bordeaux des Vins d’Aquitaine 2007, un vin parfumé, harmonieux, au nez subtil et intense à la fois, avec des notes épicées, aux tanins bien équilibrés, charnu et concentré. Le 2004, de très bonne base tannique, est riche et gras, de bouche ample et fruitée. Le 2003 d’une couleur profonde est classique, d’une grande subtilité, complet, aux tanins soyeux, d’une belle finale, de très bonne garde.

CRU LAMOUROUX
JURANÇON
Le Cru Lamouroux a été acheté en 1895 par l’arrière-grand-père de l’actuelle propriétaire, Mme Ziemek-Chigé. Ce très joli vignoble est situé sur des coteaux de terrain argilo-siliceux assez profonds avec des pentes exposées sud-sud-ouest, bien abritées du vent par des talwegs boisés, à une altitude de 300 m. Certaines vignes sont plantées sur des terrasses disposées en amphithéâtre. L’encépagement est constitué de 3,50 ha de Petit Manseng et de 1,77 ha de Gros Manseng, 0,51 ha de Cabernets franc et Sauvignon. Les vendanges se font par tris successifs. Les raisins, pour l’élaboration du Jurançon sec, sont récoltés à parfaite maturité vers le 30 octobre, alors que les vendanges surmûries pour le Jurançon débutent après le 15 novembre jusqu’à Noël. Les vendanges de raisin rouge débutent vers la 2e semaine d’octobre. La vinification fait l’objet de soins très attentifs (la pressée se fait à faible pression, grande maîtrise des températures…). Les vins sont ensuite élevés en cuves Inox pour les vins secs ou en barriques de chêne pour les autres. Certaines cuvées restent entre 1 an (cuvée Amélie-Jean) et 2 ans (cuvée Nathalie) en vieux fûts. Jurançon moelleux cuvée Amélie-Jean 2003, en hommage à leurs parents, est un vin gras et parfumé, au nez de petits fruits cuits, subtil en bouche, de jolie robe brillante, tout en onctuosité, tout en complexité d’arômes, à déboucher sur une volaille ou un poisson en sauce. Le 2001 poursuit sa très belle évolution, avec des notes caractéristiques de fruits confits, très onctueux en bouche. Le 2000 est dans la lignée, un vin où s’entremêlent des nuances de miel, de fruits confits et de brioche, d’une douce onctuosité, avec ses notes en bouche caractéristiques de noisette et de miel, alliant souplesse et structure. Le Jurançon cuvée Nathalie est très bien élevé 2 ans en fûts de chêne, d’une belle couleur, aux nuances envoûtantes d’abricot confit, d’une grande persistance aromatique, allie charme et puissance. Le moelleux 2004 de jolie robe dorée intense, avec des notes de petits fruits secs et de brioche, tout en persistance au palais, associe finesse et ampleur, très agréable sur un dessert. Leur Jurançon sec, de bouche ample, sent la noisette, vif et rond à la fois, avec ce côté minéral agréable en finale. Le Béarn rouge et le rosé sont des vins typés et fruités qui se dégustent sur des magrets ou des paellas.

DOMAINE D'AMBINOS
COTEAUX-DU-LAYON
Le Domaine d’Ambinos vient de la racine du mot grec : Ambelos, la vigne qui produit et Inos, le vin d’Or. Propriété d’ Henri Ribière qui fut maire de Beaulieu de 1950 à 1965. Puis mon Père, Chéné Pierre arrivé sur la propriété en 1945, prend la suite en 1966. Jean-Pierre son fils, s’installe en novembre 1972, et dirige l’exploitation seul depuis 1981. Enfin, Jean-François sur une partie de l’exploitation de son père, créée la Coulée d’Ambrosée et opte pour la culture et la vinification biologique. Les grands millésimes de liquoreux au domaine sont : 1989, 1990, 1995, 1996, 1997, 1998, 2003 et 2005. Chacun avec un caractère qui lui est propre et qui reflète le climat, pour exemple le 1989 année très, très sèche qui ne permit pas au botrytis cinéréa de se développer et se concentra par passerillage. Le Domaine d’Ambinos a forgé sa réputation en commercialisant des millésimes anciens le plus vieux étant le 1961. Les 1969 et 1971 étonnent par leur robe cuivre bien soutenue et par une acidité caractéristique du Chenin.

La famille Mollex du Pays de Seyssel se consacre à la culture de la vigne et au négoce de ses vins depuis 1359. C’est le plus grand vignoble de l’appellation Seyssel, soit 30 ha de vignes, cultivées uniquement avec le cépage Altesse, aussi appelé Roussette de Seyssel. Aujourd’hui, c’est Jean-Luc et Sébastien qui ont repris le domaine et ils se feront un plaisir de vous accueillir au caveau pour une visite et une dégustation de leurs vins : Roussette de Seyssel cuvée La Tacconnière 2007, fermentation alcoolique très lente, pas de fermentation malolactique, robe or pâle aux reflets argentés, arôme intense de fruits à chair blanche, un vin frais et moelleux à la fois, très agréable; Seyssel Méthode Traditionnelle, deuxième fermentation de prise de mousse en bouteille, de bulles fines et élégantes, est fruité et persistant.

CHATEAU DE LUGAGNAC
BORDEAUX SUPERIEUR
C'est à la guerre de Cent Ans que le Château de Lugagnac est construit. On trouve, dans les soubassements des murs d'enceinte, les traces d'une ancienne forteresse. C'est aujourd'hui une splendide demeure savamment rénovée avec le goût et le talent de Maurice et Mylène Bon. Situé à la limite de partage des eaux entre Dordogne et Garonne et bénéficiant d'un climat tempéré et particulièrement sec l'été, les 80 hectares du vignoble sont plantés sur un relief élevé, en pente douce composé d'argile ferrugineuse sur un sous-sol calcaire pour les deux tiers environ et de calcaire coquillier pour le reste. Cette diversité de terroir donne une belle personnalité aux vins de Lugagnac qui sont vinifiés selon la méthode traditionnelle. Une très belle entité qui produit des Bordeaux Supérieurs d'excellente facture, régulièrement médaillés. Depuis 1994, François Bon, leur fils les seconde, il vinifie un Château Lugagnac blanc, très typé sauvignon, très fruité, un vin qui remporte déjà un certain succès. Le château de Lugagnac est un "vin de goutte" très pur, coloré, ample, équilibré et rond en bouche, avec des arômes de fruits rouges frais, intense et savoureux qui présente une belle aptitude au vieillissement. Les vins du Château de Lugagnac sont des vins harmonieux et de qualité régulière. Ce sont des vins de "goutte" garanti sans vin de presse et mis en bouteilles après deux hivers de vieillissement. Présenté dans des bouteilles lourdes de teinte antique, très raffinées et qui assure un excellent vieillissement. Le Bordeaux rosé est remarquable.

Le domaine appartient à la famille Jayne depuis 1893. Alphonse Jayne a cultivé ses terres pendant plus de 70 ans, dans le cadre d’une polyculture, alternant vignes, arbres fruitiers, pâtures, légumes locaux. En 1996, Laurent Jayne son petit-fils reprend sa suite et crée le Domaine Saint-Louis Jayne. Il perpétue le travail traditionnel et ancestral de la vigne, en privilégiant les méthodes naturelles et raisonnées. Il entreprend une restructuration lente du vignoble qui compte une très grande variété de cépages. Pas moins de 9 cépages, dont le Pascal blanc (vieille variété provençale) qui ne subsiste que sur ce domaine. Les 8 ha du domaine s’étendent sur des coteaux ventilés par les brises marines. Les pieds de vignes ont pour moitié été plantés par son grand-père, voilà bientôt 70 ans. Ils donnent et Laurent leur applique une production limitée, mais exceptionnelle. Le Cassis cuvée Fonfon blanc 2008 (surnom du grand-père) est un vin qui dégage de subtils arômes d’amande et de tilleul, suave en bouche mais de caractère vif, d’une jolie finale. Le rosé 2008, à la fois souple et friand, avec cette touche épicée persistante, d’une belle finesse aromatique, est un joli vin, de belle teinte. Les millésimes 2009 promettent d'être exceptionnels.

CHAMPAGNE ANDRE DELAUNOIS
RILLY-LA-MONTAGNE
D’abord vigneron, l’arrière-grand-père Edmond choisit de devenir manipulant dans les années 1920. Sa fille Anne-Marie, puis son petit-fils André (qui fit d'importants travaux en bâtiments, cuverie, caves dans les années 1970) secondé aujourd’hui par, ses deux filles, ses gendres ont modernisé l'outil de travail (pressoir, foudres, carrelage …) et son petit-fils, perpétuent la tradition familiale. Ce Champagne cuvée du Fondateur, composé de vieux vins de réserve de Chardonnay est riche et complexe, frais et charpenté à la fois, tout en bouche, aux nuances où dominent la rose et le miel. La cuvée du 21e Siècle est intense et savoureuse, de mousse fine, de jolie robe dorée, de belle charpente, un Champagne complet et dense, parfait tout au cours du repas. La Dame Palmyre Blanc de noirs Millésime 2004, tout en charpente, complexe, d’une bonne rondeur et avec un bouquet aux connotations de fruits mûrs et de pain grillé, de jolie mousse, est un Champagne généreux. Belle cuvée Sublime (30% Pinot noir, 30% Pinot Meunier, 15% Chardonnay, 25% de vins de réserve), qui porte bien son nom, un Champagne de robe or clair, alliant finesse et structure, aux connotations de fleurs d’acacia, très équilibré, de bouche intense et savoureuse. Découvrez également cette nouvelle cuvée "Transparence"», présentée dans une bouteille transparente, issue d’un assemblage de vieilles vignes des Pinots noir et Meunier, et vieillie 3 ans en bouteille.

LA QUALITE DES MILLESIMES : voir la VINTAGE CODE


L'ACCORD IDEAL DES VINS ET DES METS

À l’apéritif
Champagne (et Crémants de Saumur, d’Alsace…), Sauternes, vins doux naturels et la plupart des vins blancs secs ou moelleux (Jurançon, Coteaux-du-Layon...).

Les entrées
v Asperges : un Muscat d’Alsace.
v Artichaut : un rosé sec d’Anjou.
v Avocat : des blancs secs (Graves, Quincy, Touraine), voire moelleux (demi-secs de Loire).
v Caviar : Corton-Charlemagne, Champagne, Pouilly-Fumé.
v Choucroute : Riesling ou Tokay d’Alsace.
v Escargots : un Bourgogne, rouge ou blanc.
v Foie gras : Champagne rosé ou grand millésime, assez vineux, Gewurztraminer et Tokay Vendanges tardives avec un foie d’oie alsacien, Barsac ou Sauternes avec un foie de canard du Sud-Ouest.
v Jambon de Parme ou de San Daniele : blancs secs (Pouilly-Fuissé) ; essayez aussi des blancs moelleux (Loire, Alsace).
v Œufs : des rouges légers (Beaujolais…), voire un Clairet de Bordeaux.
v Pâtes, sauce à la crème : blancs secs de Bourgogne ou des Graves.
v Pâtes, sauce tomate : un CDR-Villages.
v Pâtés et terrines : des vins assez solides comme un cru du Beaujolais (Juliénas, Morgon…), un Madiran, un Chinon, un Coteaux-du-Languedoc, un Moulis…
v Potages : un Champagne rosé, un Coteaux-d’Aix blanc ou des rouges frais.
v Quiche : un Tokay Pinot Gris jeune, des rouges légers (Beaujolais, Loire, Jura, Bergerac…) ou des demi-secs de Loire et du Sud-Ouest.
v Paella : un Bandol rouge, un Corbières ou un CDR-Villages. Sinon, les rosés, avec une priorité pour les plus parfumés comme ceux de Provence, du Languedoc ou un Clairet de Bordeaux.
v Saumon fumé : Pouilly-Fumé, Champagne.
v Terrines de légumes : vins blancs de Loire.

Les fruits de mer et les crustacés
v Coquillages : Muscadet ou Entre-Deux-Mers.
v Coquilles Saint-Jacques : soit un blanc sec (Graves, Pouilly-Fuissé, Chablis, Cassis), soit un blanc moelleux si elles sont à la crème.
v Crevettes : la plupart des blancs, et surtout ceux d’Alsace.
v Cuisses de grenouilles : un blanc rond, fruité comme un Graves, un Mâcon, un Côtes-du-Rhône ou un Touraine.
v Écrevisses : un Pouilly-Fumé ou un Chablis.
v Homard : des vins suaves et parfumés comme les Meursault, Chablis Grands Crus, Châteauneuf-du-Pape ou Pinot Gris, et les grandes cuvées de Champagne.
v Huîtres et moules : Sylvaner, Muscadet, Entre-Deux-Mers…

Les poissons
v Bouillabaisse : des blancs (Cassis, Bandol, Côtes-de-Provence), un rosé ample et fruité.
v Poissons grillés : des vins blancs secs (Anjou, Mâcon, Pinot blanc, Côtes-de-Provence, Entre-Deux-Mers…).
v Poissons en sauce ou à la crème : des vins blancs puissants (Meursault, Pernand-Vergelesses, Pessac-Léognan, Tokay), voire liquoreux.
v Poissons de rivière : des vins blancs relativement secs comme le Sancerre, un Apremont, un Chassagne-Montrachet ou un Riesling. Avec la lamproie, du Sauternes. Sinon, Champagne.
v Sardines fraîches : un blanc très sec et très frais (Sancerre, Muscadet, Abymes, Gaillac, Entre-Deux-Mers…).
v Saumon grillé : des vins blancs puissants (Pouilly-Fuissé, Chablis, Montrachet).

Les viandes blanches
v Brochettes et côtelettes d’agneau : la plupart des vins rouges, avec une préférence pour les Bordeaux relativement souples ou des vins très parfumés (Corse, Bourgueil…).
v Côtes, escalopes et ris de veau : des rouges légers comme les vins du Beaujolais, un Sancerre rouge, voire un Graves. Sinon, des blancs denses et parfumés (Alsace, Pernand-Vergelesses, Vouvray).
v Côtes, escalopes et ris de veau à la crème : un Puligny-Montrachet, un Châteauneuf-du-Pape blanc, un Coteaux-du-Layon jeune.
v Curry d’agneau : un vin blanc onctueux et épicé comme le Gewurztraminer, ou un Condrieu.
v Gigot d’agneau : des Bordeaux tanniques (Médoc, Pessac-Léognan), un Saumur-Champigny, un Chinon ou un Chambertin.
v Jambon, côtes et rôti de porc : des rouges légers (Beaujolais) ou plus ronds (Saumur, Touraine, Côtes-de-Bourg, Gaillac), et des blancs complexes (Côtes-du-Jura, Condrieu, Pouilly-Fumé, Chablis Premiers Crus).
v Rognons : des vins riches, rouges (Volnay, Saint-Émilion) ou blancs (Jura, Quincy) selon leur préparation.

Les viandes rouges
v Bœuf bourguignon ou pot-au-feu : le même vin rouge que celui employé pour la cuisson, et tout particulièrement un Bourgogne puissant (Pommard, Mercurey), un Gigondas, un Minervois ou un Bandol.
v Bœuf rôti : la plupart des vins rouges assez corsés et tanniques, les Bordeaux relativement jeunes, les Bourgogne (Auxey-Duresses, Santenay), ceux de la vallée du Rhône (CDR-Visan), ceux de la Loire (Chinon)…
Les volailles et le gibier
v Canard : des vins puissants et parfumés comme un Hermitage, un Châteauneuf-du-Pape, un Gevrey-Chambertin ou un Pauillac.
v Confit de canard : des vins corsés (Madiran, Cahors, Saint-Émilion, Corbières, Corton).
v Gibier à plume : des rouges corsés (Pommard, Hermitage, Moulin-à-Vent, Bandol, Cahors, Pauillac, Saint-Émilion, Châteauneuf-du-Pape…) ou Ven­danges Tardives et Sauternes.
v Gibier à poil : des rouges encore plus puissants (Côte-Rôtie, Bandol, Saint-Estèphe).
v Oie : soit un vin blanc légèrement moelleux (Anjou…), soit des rouges frais et légers (Beaujolais, Touraine…). Si c’est une oie farcie, un Margaux ou un Côte-de-Beaune.
v Poulet à la crème : des blancs demi-secs ou moelleux de Loire, dess blancs secs puissants et ronds (Pessac-Léognan, Meursault)

Les fromages
v Fondue au fromage : des vins blancs de montagne (Savoie, Jurançon).
v Fromages de chèvre : un Sancerre ou un Anjou demi-sec.
v Fromages à pâte sèche : des blancs secs de montagne ou légèrement moelleux.
v Fromages doux à pâte molle : des rouges légers et fruités (Beaujolais) et des blancs parfumés (Alsace, Sancerre, Pacherenc-du-Vic-Bihl).
v Fromages forts à pâte molle : vins blancs secs ou demi-secs (Anjou, Gewurztraminer, Tokay, Châteauneuf-du-Pape, Saint-Joseph…).
v Fromages persillés : des grands vins blancs moelleux et doux d’Alsace (Gewurztraminer Vendanges Tardives), de la Loire (Quarts-de-Chaume) et de Bordeaux (Sauternes).

Les desserts
v Avec la plupart des desserts (à l’exception des fruits et des glaces), les vins doux ou liquoreux (Sauternes, Quarts-de-Chaume ou Vendanges Tardives d’Alsace).
v Tartes aux fruits, babas : Champagne et des blancs demi-secs de Loire, d’Alsace ou du Sud-Ouest.
v Gâteaux au chocolat : un Banyuls, un Rasteau, une grande cuvée rosée de Champagne.



Dans notre autre Site 20Minutes Les Grands Vins de Bordeaux cette semaine : Les incontournables à prix doux

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu