Avertir le modérateur
Pin it!

Les 10 coups de cœur de la semaine

Les 10, coups de cœur de la semaine

 

Le domaine s’étend sur 14 ha, offrant une diversité de 14 appellations de Marsannay, Porte-d’Or de la Côte-de-Nuits, à Pommard, en Côte-de-Beaune. Cyril Audoin, 29 ans, représente la cinquième génération de vignerons. Mais, si le domaine atteint aujourd’hui 14 ha, la superficie de la propriété, au début des années 1900, était limitée à seulement 4 ha. Le vignoble fut maintenu grâce à la persévérance de Marie Ragonneau, l’arrière-grand–mère de Cyril, une femme forte qui a su seule conserver et entretenir le vignoble, travaillant elle-même avec son cheval et son pulvérisateur à dos. Pour lui rendre hommage, Cyril a d'ailleurs créé la cuvée Marie Ragonneau sur l’appellation Marsannay. Charles Audoin, son père, connaît chaque parcelle, chaque cep et c’est ce respect de la vigne dans son environnement qui aura guidé ses décisions pendant ces quarante dernières années, l’objectif étant de permettre à ce merveilleux cépage, le Pinot noir, installé sur des sols argilo-calcaires si variés, d’exprimer toutes les potentialités avec authenticité de ces beaux terroirs. Le mot est prononcé “terroir”. Cyril a emboîté le pas. Dans sa recherche de qualité optimale, de typicité de chaque terroir, il a fait également le choix de vinifier séparément en appellation Marsannay différents lieux-dits dignes d’en exprimer une typicité, un caractère particulier. Un gros travail quand on sait que la plus petite cuvée Marsannay, La Charme aux Prêtres, ne dépasse pas 600 bouteilles ! Marsannay attend toujours l’attribution d’une classification en Premier Cru pour ses excellents lieux-dits situés en milieu de coteaux, Marsannay les Favières, les Clos du Roy, Les Longeroies, Charmes au Prêtres, Au Champ Salomon… en sont les meilleurs représentants. “Là où l’harmonie, la complexité, l’élégance doivent caractériser un grand vin de Bourgogne, poursuit Cyril Audoin, laissons la nature accomplir ses prodiges en l’accompagnant et non en essayant de la remplacer. Je ne comprends pas les besoins d’une extraction très poussée. Faire confiance au millésime, garder un savoir-faire ancestral, respectant ce que nous ont apporté les générations précédentes, transmettre et parfaire nos connaissances, pas d’innovation irraisonnée ! Nous sommes résolument fidèles à des pratiques simples : vendanger à maturité une récolte saine, sans surcharge, prendre soin des raisins récoltés manuellement, triés sur table pour parfaire la qualité. La macération et les cuvaisons effectuées en fonction du millésime durant 14 à 18 jours, un élevage en fûts en cave où les vins s’épanouiront à leur rythme, une mise en bouteilles si possible sans collage ni filtration au moment où le vin est prêt et non quand “le marché” le demande.” Très beau Marsannay Clos du Roy rouge 2006, au nez de fruits mûrs et d’humus, riche et complexe, tout en bouche, de couleur soutenue, aux tanins bien équilibrés, très prometteur. Le 2005, coloré, corsé, aux notes de fruits rouges mûrs et d’épices, dense en bouche, bien structuré, généreux, de charpente fine et riche à la fois, est de très bonne garde. Le 2002, intense au nez comme en bouche, riche en couleur comme en arômes (fruits à noyau, réglisse), et commence à s’ouvrir. Beau Marsannay Les Favières, tout en bouche, bien parfumé (griotte, cannelle), aux tanins très équilibrés, à la fois puissant et souple, d’une belle finale, d’excellente garde. À leurs côtés, le Marsannay Les Longeroies 2005, de bouche puissante, au nez subtil où dominent les sous-bois.Très séduisant Marsannay blanc Au Champs Salomon 2006, avec ces arômes de fleur d’acacia et de tilleul, associant structure et finesse, tout en harmonie, de bouche persistante comme l’excellent Marsannay rosé.

CHATEAU LA CANORGUE
COTES-DU-LUBERON
C’est en Provence, au cœur du Lubéron et de son Parc naturel, entre Avignon et Aix-en-Provence, dans le petit village de Bonnieux, qu’est situé le château La Canorgue. Petit vignoble familial, le château bénéficie d’une situation privilégiée pour la culture de la vigne. Construit sur une ancienne villa romaine, il doit son nom aux nombreuses canalisations souterraines que les Romains avaient taillées dans le roc pour capter l’eau. Dans une recherche de qualité, un respect de la vigne et de l’environnement, le vignoble est, depuis plus de 30 ans, cultivé en méthode biologique (Certifié Ecocert). Les vignes sont cultivées sans apport d’engrais chimique, ni d’insecticide de synthèse. La terre est travaillée mécaniquement sans emploi de désherbant. La vinification se fait de façon traditionnelle avec levures indigènes. La cave est un mariage réussi entre tradition et modernité. La réception des raisins se fait par gravité. L’utilisation d’un pressoir pneumatique permet un pressurage tout en douceur. La cuverie en inox thermo-régulée favorise le contrôle des températures pendant les fermentations. Après vinification ou élevage en foudres de chêne, les vins sont mis en bouteilles au château sans autres manipulations afin de conserver le maximum d’arômes. Le Château vous propose ce Côtes-du-Lubéron rouge 2006, de belle couleur grenat soutenu et intense, au nez caractéristique de fruits mûrs et de garrigue, une cuvée charpentée, riche et fondue à la fois, de très bonne garde. La cuvée Vendanges de Nathalie 2007 est un vin aux tanins souples et soyeux, franc et friand. Le Côtes-du-Lubéron blanc 2007, Clairette, Bourboulenc, Marsanne et Roussane, pas de passage en barriques, de bouche ample et d’une belle acidité, est tout en fraîcheur et persistance aromatique. Très bon Côtes-du-Lubéron rosé 2007, Grenache principalement et 30 % de Syrah, raisins issus de vignes à très faibles rendements (30hl/ha), pressurage direct. Il y a aussi ce joli Vin de Pays de Vaucluse cuvée Prestige 2004, et 2005 vinification traditionnelle de 20 jours, élevage 14 mois en demi-muids, marqué par le fruit, bouche ronde et puissante, aux notes grillées.

DOMAINE DE L'OUCHE-GAILLARD
MONTLOUIS-SUR-LOIRE
Créé en 1987 par Régis Dansault à partir de 70 ares de vieilles vignes de Chenin appartenant à la famille Dansault Baudeau, le Domaine s’est progressivement développé pour atteindre aujourd’hui une quinzaine d’hectares. L’acquisition progressive de vignes en fermages et de nouvelles plantations nous a permis d’obtenir un vignoble équilibré, où les parcelles de plus de 50 ans, idéales pour les Montlouis tranquilles, côtoient les plus jeunes pousses voues à la méthode traditionnelle. Le fil conducteur de notre démarche dans le passé comme dans le présent reste la recherche de la qualité dans un respect scrupuleux des dons de Dame Nature. Ainsi, la taille courte, les vendanges manuelles et les tries successives ont toujours été la règle pour la totalité de nos vins d’appellation Montlouis-sur-Loire. Soucieux depuis les débuts de l’équilibre biologique de la vigne, nous avons entamé le processus de conversion en viticulture biologique. Découvrez le Montlouis-sur-Loire sec cuvée Pic Douzy 2006, un vin puissant et racé, au nez fleuri avec des nuances de pomme et de noix fraîche, suave et puissant, d’une très belle persistance aromatique en bouche, marqué par des notes de pêche et de tilleul, très bien équilibré en finale. Remarquable Montlouis-sur-Loire moelleux cuvée Émeraude 2006, intense, très aromatique, à la belle robe dorée, au nez très élégant et intense, avec en bouche des arômes persistants d’agrumes mûrs et de brioche, d’amande grillée et de tilleul, de bouche veloutée, de garde. Le Montlouis-sur-Loire demi-sec cuvée Jade 2006 est une réussite, où s’entremêlent des notes d’amande, de pêche et de bruyère, un vin harmonieux en bouche, parfait sur un bar au beurre blanc.
Le Domaine existait déjà à l’époque romaine sous le nom de « Villa Manzanetto ». C’est en 1906 que Louis Rigal fondateur du célèbre Roquefort Rigal l’achète puis le transmet à son fils Louis, son épouse Françoise Rigal prend le relais au début des années 80. Sa fille Laurence la rejoint en 2003 et assure depuis la gestion du domaine. Corbières AOC depuis 1985, c’est l’un des fleurons des Corbières. Depuis une trentaine d’année, des efforts important ont été effectués afin de moderniser les bâtiments, diversifier l’encépagement, optimiser les cultures, rénover la cave, affiner les vinifications. Les vins du château du Grand Caumont allient rigueur et passion et sont récompensés dans de nombreux concours et loués dans de nombreuses revues à travers le monde. 2005, 2006 et 2007 sont des millésimes très aromatiques, très fruités, alliant densité, rondeur, souplesse et élégance. Ils présentent des notes de petits fruits rouges et de petits fruits noirs (cassis, framboise, fraise), avec des nuances poivrées, d’épices et de garrigue. Ici la philosophie est : la meilleure qualité au meilleur prix, quelle que soit la cuvée, sa complexité, son niveau de prix. Des vins plaisirs, faciles à déguster et à accorder aux mets.
Exploitation familiale de 4,6 ha environ, à dominante de Pinot meunier. Le Champagne brut cuvée Symphonie Prestige, est dominé par des arômes de fruits mûrs et de petits fruits secs, légèrement miellé, d’une belle longueur tout en charpente, tout en parfum. Le Blanc de blancs, est un assemblage des récoltes 2005 et 2004, un vin très aromatique, où l’on retrouve des nuances de citron et d’amande, intense et vif, très harmonieux, de belle couleur, alliant rondeur et persistance au palais, de mousse abondante, classique. Le brut rosé, est un pur Pinot meunier, au nez de fruits mûrs (groseille, framboise...), avec une touche délicatement épicée. Le Millésime 2004, issu des 3 cépages (Pinot meunier et Chardonay vinifiés en fûts de chêne de 5 vins, Pinot noir vinifié en cuves), est très séduisant, avec des arômes de poire et de noisette grillée, sa robe est d’un beau jaune pâle aux reflets d’or, un Champagne puissant et élégant à la fois, tout en finale.
HENRY NATTER
SANCERRE
Domaine de 23 ha, où l’on cultive la chaleur humaine avec le même soin que l’on apporte aux vignes, privilégiant la faune et la flore, les “couvant” pour en extraire leur quintessence et les laisser s’exprimer au mieux, au cours d’un élevage parfaitement maîtrisé et traditionnel. Ces propriétaires passionnés ont en effet à cœur de faire découvrir les subtilités de leur environnement, leur terroir et leur travail, afin que chacune de leur bouteille soit une source de convivialité. Leur fille, Mathilde, travaille avec eux, son frère, Auguste, s’occupe plus de la cave. Depuis près de 25 ans, la famille Natter est soutenue par une équipe Hmong – originaire des montagnes du Laos – intégrée à la culture du vin. Elle s’est imprégnée de la relation unique que ces femmes et hommes entretiennent avec le monde végétal. Ensemble, ils s’engagent et participent à la mise en place d’une protection de la biodiversité locale. En 2005, le domaine a remporté le Trophée du Meilleur Très Petit Exportateur, lors du cinquantenaire du club des exportateurs de France. Le Comice régional agricole a décerné à Cécile et Henry le prix d’Honneur pour des «Vignerons atypiques». La famille a à cœur de faire découvrir les subtilités de leur terroir, leur environnement, leur travail afin que leurs bouteilles soient ce lien discret entre la nature et eux-mêmes : source de merveilleuse convivialité. Exceptionnel Sancerre blanc L’Expression de Cécile “L’Essence des Terres Blanches” 2002, un vin de robe d’un jaune brillant, alliant nervosité et gras, au nez envoûtant, fin et persistant, où l’on retrouve des notes de fleurs blanches, de pomme et de noix, parfait sur un poisson au four. Le Sancerre cuvée François de la Grange 2004 est charmeur, aux arômes intenses, suave, très harmonieux, subtil et puissant à la fois, où s’entremêlent les fruits mûrs et les fleurs fraîches, parfait sur des écrevisses. Suberbe, le Sancerre blanc L’Expression de Cécile “L’Essence des Terres Blanches” 2006 développe ces notes de fumé bien spécifiques, un vin très bien vinifié, de robe brillante et limpide, nez de fougère et d’acacia, d’une jolie rondeur, suave et persistant. Le Sancerre rouge cuvée l’Enchantement 2005 (vinification et élevage en fûts de chêne), aux notes de pruneau et d’humus, très légèrement épicé en bouche comme il se doit, de couleur intense, aux tanins présents et soyeux à la fois, est un grand vin. Leur Sancerre rosé 2007 est toujours le meilleur de l’appellation, d’une grande finesse aromatique, au nez où dominent les fruits frais, la rose et le coing, subtil, d’une grande persistance en bouche avec des nuances de fraise des bois.

DOMAINE MARC JOMAIN
PULIGNY-MONTRACHET
Philippe, Catherine et Christophe JOMAIN, frères et soeurs, exploitent leur propre domaine au sein d'un groupement foncier crée le 03 novembre 1992. Le domaine comprend 9 hectares de vignoble à PULIGNY-MONTRACHET dont 4 hectares produisent essentiellement des grands vins blancs de réputation mondiale issus du cépage chardonnay dans les appellations village, 1er cru et grand cru. Alliant modernisme et tradition, le domaine est dirigé avec dynamisme par la famille JOMAIN. Soucieux de préserver l'environnement, le domaine suit un programme de lutte raisonnée. La lutte raisonnée permet de préserver la qualité sanitaire des récoltes sans altérer le milieu écologique en utilisant uniquement des produits de traitement sévèrement homologués et utilisés au cas par cas suivant l'état sanitaire de chaque parcelle. Les efforts portent leurs fruits car le milieu écologique se reconstitue dans le vignoble. (Coccinelle, petits insectes prédateurs, des araignées nuisibles de la vigne réapparaissent). La vendange est récoltée manuellement, la vinification respectueuse de chaque appellation s'effectue par pressurage pneumatique. Les vins fermentent en fût de chêne dans une proportion n'excédant pas le quart de fût neuf. L'élevage traditionnel et la mise en bouteilles sont réalisés avec minutie sans manipulation excessive des vins sous le contrôle étroit d'un laboratoire d'oenologie agrée. Durant la fermentation malo-lactique les vins sont bâtonnés afin d'obtenir davantage de rondeur et de complexité. Au printemps, les vins sont alors soutirés et clarifiés par collage, la mise en bouteille intervenant généralement début septembre. Le Puligny-Montrachet Premier Cru Les Combettes 2006 est d’une grande subtilité, avec ce bouquet très complexe de pêche et abricot mûr, une touche épicée persistante, un vin tout en nuances. Superbe 2005, racé et suave, très classique, de robe intense, riche au nez comme en bouche, tout en nuances aromatiques (tilleul, noisette), d’excellente évolution. Très beau 2004, avec des arômes de fougère, de noix et de fruits frais, d’une grande finesse, un grand vin riche et chaleureux, avec une belle finale persistante et puissante, à déboucher sur un saumon sauvage fumé. Dans la lignée, ce Puligny-Montrachet Premier Cru Les Pucelles 2006, d’une belle harmonie, ample, aux nuances subtiles de pomme et de fruits secs, suave, riche en bouche (agrumes, aubépine, amande…), d’une grande maturité, un vin très prometteur. Leur Puligny-Montrachet Premier Cru Les Referts 2006, où la suavité s’allie à la distinction, est un vin avec beaucoup de moelleux et de persistance, des arômes de pomme mûre et d’amande grillée, qu’il faut apprécier sur une cuisine raffinée comme des quenelles de brochet. L’Auxey-Duresses rouge 2002, riche en couleur comme en matière, au nez de petits fruits rouges mûrs et de sous-bois, est généreux et de très bonne garde, et le Saint-Aubin Premier Cru blanc Les Frionnes, de belle couleur jaune ambré, aux notes de noisette, d’une jolie finesse, alliant rondeur et vivacité, tout en bouche.
CHATEAU HAUT-SAINT-CLAIR
PUISSEGUIN-SAINT-EMILION
Ces propriétaires sympathiques couvent leur vignoble dont les vignes ont 35 ans. Les cépages Merlot (65%), Cabernet franc (25%) et Cabernet-Sauvignon (10%) sont associés à ce terroir argilo-calcaire et à des soins minutieux (effeuillage, raisins triés avant égrappage, macérations longues, élevage en barriques, dont 1/3 est renouvelé chaque année...). “Le 2007 est une année de vigneron, nous dit Yannick Le Menn, il ne fallait pas partir en week-end en mai ou en juin, il fallait être au travail, c’était prépondérant ! L’été indien a bien achevé la maturation des raisins et c’est aussi grâce à notre deuxième table de tri que nous avons nettement amélioré la pureté de la matière première que nous mettons en cuves. On a oxygéné pour arrondir les polyphénols, ce qui rend les vins plus savoureux, et nos 2007 sont très satisfaisants, le vin est bien fruité, pas trop tannique, il sera agréable dans sa jeunesse, souple et très plaisant. Les 2006 et 2004 sont des millésimes plus atlantiques avec des arômes floraux, alors que 2005 et 2003 sont des vins de type plus méridional, aux arômes de fruits noirs. En fait, les 2006 et 2004 sont des vins plus “féminins”. Ils ont chacun leurs caractères propres mais ils se ressemblent car les conditions climatiques étaient similaires, deux millésimes assez classiques du Bordelais qui présentent une belle élégance et de la complexité. Ils ont été “encadrés” par des millésimes très médiatiques et c’est dommage, car je suis sûr, que, lorsque l’on ouvrira ces bouteilles, dans quelques années, on aura beaucoup de plaisir à les déguster.” En attendant, il y a ce superbe Puisseguin-Saint-Émilion 2005, où s’entremêlent harmonieusement les épices et le cassis, un vin où la souplesse prédomine, avec ces notes très caractéristiques de cuir et de fruits légèrement confits en finale, aux tanins riches, charpenté, qui poursuit sa belle évolution. Le 2004 est très classique, coloré et corsé, aux tanins fermes et soyeux à la fois, d’une jolie concentration en bouche, aux notes de groseille, d’humus et d’épices. Remarquable 2003, de bouche classique, corsé et gras, aux tanins présents et fondus à la fois, un vin où dominent les fruits mûrs et le poivre. Savoureux 2002, avec cette bouche bien charnue et séduisante dominée par les fruits à noyau et la cannelle. Et un excellent second vin, la cuvée Moulin Saint-Clair.

Le Tuquet et son Vignoble figurent déjà sur les cartes royales de belleyme au début du XVIIIe siècle. La chartreuse fut construite vers 1730 (façade sud de Victor Louis). Dans la première édition du Féret (Ch. Cocks 1868) Le Tuquet est classé premier vin de la commune de Beautiran, ce qui sera confirmé par les éditions successives jusqu'à aujourd'hui. A la fin du XIXe siècle, le domaine appartient à la famille du Père de Foucauld qui y séjournera à plusieurs reprises avant son départ pour le Maroc. Il a appartenu ensuite à une grande maison du négoce bordelais, puis fût racheté en 1963 par la famille Ragon, actuellement propriétaire. D'importants travaux ont été faits dans les chais en 1991 : 3 200 hl de cuverie inox supplémentaires, construction d'un nouveau chai à barriques, thermorégulation de l'ensemble de la cuverie et climatisation des locaux de stockage. Faites-vous plaisir avec ce superbe Graves rouge, de robe grenat, au bouquet subtil et intense à la fois, aux notes de sous-bois et de fruits rouges mûrs, de bouche ample et fondue, tout en charme, de garde. Très joli Graves blanc, bien typé par son Sémillon (95%), bien fruité, au nez de petits fruits frais, régulièrement charmeur.

Cédric Chignard a pris la responsabilité du domaine depuis 2007 (4e génération). Il a particulièrement réussi son Fleurie Les Moriers 2008, qui doit sa notoriété séculaire à un sol privilégié, issu du granite où il prolonge ses racines, savoureux comme on les aime, de robe intense, ferme, au nez subtil où dominent la violette et la framboise, aux tanins fondus, d’excellente évolution. Le 2007, avec des notes de mûre et de poivre, de bouche à la fois puissante et ronde, est d’une belle couleur rubis prononcé. Superbe cuvée Spéciale Vieilles Vignes 2007, un vin qui possède un charnu bien présent et cette charpente à la fois riche et souple, avec ces notes très caractéristiques et persistantes de petits fruits à noyau, aux tanins présents mais très fins, de très bonne garde. Le 2006 est très typé, de couleur rubis intense, de très bonne bouche, aux connotations de cassis et fraise des bois, concentré, alliant couleur et matière, d’une jolie finale épicée, un vin d’excellente évolution. Beau 2005, aux reflets pourpres, aux arômes de fruits mûrs (cassis, mûre) et de réglisse, un vin étoffé, complexe, aux tanins bien fondus mais présents, charnu en bouche, avec des nuances de fruits cuits à noyau et de cannelle, d’une jolie finale, de très bonne garde, un vin qui s’exprime parfaitement avec une oie à la broche.


Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu