Avertir le modérateur

  • Pin it!

    Les meilleurs vins du Médoc commencent aussi par un... P, comme...

    BORDEAUX MEDOC : LA SELECTION

     

    Château PONTAC-LYNCH

    Château PONTAC-LYNCH

    (MARGAUX)
    Marie-Christine Bondon

    33460 Margaux
    Téléphone :05 57 88 30 04
    Télécopie : 05 57 88 32 63
    Email : chateau-pontac-lynch@orange.fr
    Site : www.chateau-pontaclynch.com

    Cette propriétaire sympathique élève ce Margaux 2008, un vin de couleur soutenue, est très parfumé, aux tanins soyeux et fermes à la fois, au nez complexe et subtil dominé par le cassis mûr, de garde. Le 2007, au nez de pruneau et d'humus, charpenté, élégant, aux tanins denses, légèrement épicé en finale, d'excellente évolution. Beau 2006, très équilibré, complexe, d'une jolie robe grenat, aux tanins riches et souples à la fois, au nez persistant où dominent des notes de myrtille et d'épices. Le 2005, de couleur grenat intense, au nez marqué par les épices et les petits fruits rouges à noyau, riche et parfumé en bouche, avec ces notes subtiles de pruneau confit, allie structure et velouté au palais. Goûtez le Haut-Médoc Château Pontac-Phénix, au bouquet finement boisé, aux arômes de fruits rouges, bien équilibré.

    Château de PANIGON

    Château de PANIGON

    (MÉDOC)
    Georges Dadda

    33340 Civrac-en-Médoc
    Téléphone :05 56 41 37 00
    Télécopie : 05 56 41 37 00
    Email : dwl.france@orange.fr

    Belle place dans le Classement avec ce Médoc Cru Bourgeois 2008, encore fermé bien sûr, corsé, intense en couleur comme en arômes, qui fleure bon les fruits mûrs et la réglisse, finement tannique. Le 2007, de très bonne bouche, est bien charnu, aux tanins harmonieux, avec des nuances de fruits surmûris et d'épices, de belle couleur cerise noire, riche et velouté au palais avec de la personnalité, très réussi. Excellent 2006, à l'expression aromatique très prononcée (prune cuite, griotte), alliant finesse et structure, de bouche pleine, dense en finale. Beau 2005, au nez intense, un vin corsé et persistant, avec ces notes de pruneau et de sous-bois, coloré, aux tanins soyeux, de bouche succulente. Très agréable Rosé de Panigon cuvée Valombreuse, au bouquet gourmand, frais, rond et léger, qui a bien mérité sa médaille d'Argent au Mondial du Rosé.

    Château la PEYRE

    Château la PEYRE

    (SAINT-ESTÈPHE)
    Vignobles Rabiller
    Le Cendrayre
    33180 Saint-Estèphe
    Téléphone :05 56 59 32 51
    Télécopie : 05 56 59 32 51
    Email : vignoblesrabiller@wanadoo.fr

    Un vignoble de 8 ha. Une belle réussite avec ce Saint-Estèphe 2009, avec ce nez complexe où prédominent les fruits macérés et les épices, un vin bien élevé, de charpente ample, aux tanins intenses mais savoureux, corsé et gras. Le 2007 se goûte parfaitement, avec un bouquet persistant et corsé, aux notes de sous-bois et de griotte, très bien structuré, un vin ample, d'un remarquable équilibre, de bouche fondue où domine le pruneau confit. Excellent 2006, un vin de couleur profonde, tout en nuances d'arômes (cassis, cannelle), un vin gras, riche et bien charnu.

    Château PLANTIER ROSE

    Château PLANTIER ROSE

    (SAINT-ESTÈPHE)
    F. Conte
    Leyssac
    33180 Saint-Estèphe
    Téléphone :05 56 59 36 16
    Télécopie : 05 56 96 06 42
    Email : chateauplantierrose@hotmail.com
    Site : www.chateauplantierrose.com

    Vignoble de 9,5 ha, sur un terroir de graves et de sables (moyenne d'âge des vignes de 30 à 35 ans). L'encépagement se compose majoritairement de Cabernet-Sauvignon, puis de Merlot et d'un peu de Petit Verdot. Beau Saint-Estèphe 2008, Cru Bourgeois, corsé, très parfumé (cassis, poivre, humus...), de bouche puissante, aux tanins riches, un vin de robe intense, très réussi, de garde. Le 2007, vin est au nez de cassis et de truffe, équilibré, est harmonieux, tout en finesse, avec des tanins riches, d'une belle finale.

    Château POMYSSAINT-ESTÈPHE Château POMYS

    Château POMYS

    (SAINT-ESTÈPHE)
    Mr Arnaud
    Leyssac
    33180 Saint-Estèphe
    Téléphone :05 56 59 32 26
    Télécopie : 05 56 59 35 24
    Email : pomys@orange.fr
    Site : www.chateaupomys.com

    Vignoble de 12 ha, avec une moyenne d'âge des vignes de 25 ans (60% de Cabernet-Sauvignon, 30% de Merlot et 10% de Cabernet franc, vendanges manuelles et vieillissement en fûts de chêne durant 12 à 18 mois). Vous apprécierez ce Saint-Estèphe 2007, riche en couleur, où se mêlent la griotte et l'humus, un très joli vin, dense, aux tanins soyeux, de très bonne charpente, parfait sur une selle d'agneau. Le Saint-Estèphe Château Saint-Estèphe 2007 allie finesse et structure, aux tanins puissants et soyeux à la fois, très complexe. Le 2006 est très classique, corsé, aux tanins fermes, délicatement parfumé, alliant structure et velouté, d'excellente garde. On vous accueillera avec plaisir à l'hôtellerie Pomys*** pour une halte conviviale et luxueuse. Dix chambres avec petit déjeuner, des salons spacieux et une salle de réunion, séminaires... et un restaurant gastronomique.

    Partagez cet article Ajouter: BORDEAUX%3A+SELECTION+DES+MEILLEURS+VINS+MEDOC+%26%239733%3B+%26%239733%3B+%26%239733%3B+%26%239733%3B Ã Face Book Ajouter: BORDEAUX%3A+SELECTION+DES+MEILLEURS+VINS+MEDOC+%26%239733%3B+%26%239733%3B+%26%239733%3B+%26%239733%3B Ã Wikio Ajouter: BORDEAUX%3A+SELECTION+DES+MEILLEURS+VINS+MEDOC+%26%239733%3B+%26%239733%3B+%26%239733%3B+%26%239733%3B Ã Delicious/Ajouter: BORDEAUX%3A+SELECTION+DES+MEILLEURS+VINS+MEDOC+%26%239733%3B+%26%239733%3B+%26%239733%3B+%26%239733%3B Ã Technorati Ajouter: BORDEAUX%3A+SELECTION+DES+MEILLEURS+VINS+MEDOC+%26%239733%3B+%26%239733%3B+%26%239733%3B+%26%239733%3B Ã Yahoo!
    Pour voir d'autres adresses, choisissez la première lettre du nom
    A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z - Tout voir
  • Pin it!

    De Bandol à l'Alsace, dix vins de propriétaires comme on les aime !

    De Bandol à l'Alsace, dix vins de propriétaires comme on les aime !

    Domaine familial de 25 ha depuis 5 générations, Marie-Geneviève Boudal-Benezech perpétue la tradition et la destinée du Domaine depuis 1995. La qualité commande la conduite de nos vignes, notre exploitation est qualifiée au titre de l’Agriculture raisonnée. Les vins sont très typés "Faugères" : une grande richesse aromatique, beaucoup de structure, grande finesses des tanins. Notre but est de transmettre au consommateur la typicité de cette appellation, en élaborant des vins issus d'assemblage et en constante recherche d'équilibre entre la puissance et la finesse. En fait, comme dans une œuvre d'art, nous essayons de transmettre au travers de nos produits, l'amour et la passion que nous avons pour notre région, nos vignes et notre vin. Le Domaine vous propose ce Faugères rouge 2004, provenant de raisins (vendanges manuelles) issus d’une exploitation qualifiée au titre de l’agriculture raisonnée et suivant la démarche Terra Vitis, de belle couleur grenat, encore jeune, au nez de sous-bois, de cassis et de griotte, associant finesse et charpente, avec des tanins à la fois riches et savoureux. Le Faugères cuvée Charlotte 2004, issu des quatre cépages Syrah, Grenache, Carignan et Mourvèdre, est puissant et savoureux, au nez caractéristique de fruits mûrs et de garrigue, de couleur soutenue, charpenté, riche et fondu à la fois, de garde. Beau Faugères Prestige 2003 (50 % Syrah, 40 % Carignan et 10 % Mourvèdre, sur les pentes de la Serre, coteau aride sur les hauteurs du village exposé plein sud face à la mer), élevé en fûts de chêne, un vin aux tanins présents et savoureux à la fois, de belle robe soutenue, très parfumé (humus, réglisse), d’une belle ampleur en bouche, de très bonne évolution. La cuvée Marie Laurencie 2001 (40 % Syrah, 40 % Grenache, 10 % Carignan et 10 % Mourvèdre, vendange grain par grain, élevage 10 mois en barriques avec 1/3 de fûts neufs) est un beau vin concentré et riche, de couleur grenat intense, aux arômes de fraise des bois et d’épices, de bouche puissante et élégante. Beau Faugères 2004, riche et charnu, de couleur intense, fruité (griotte, mûre), finement poivré, charpenté, très réussi comme le Faugères rosé 2007.

    Une propriété dotée d'un superbe terroir. La vendange est manuelle, non égrappée, foulée souplement avant d'être mise en cuves de fermentation pendant 15 à 21 jours sous contrôle des température. Puis le vin est élevé en foudres de chêne de 18 à 24 mois. Cela donne ce grand vin rouge au nez puissant où se mêlent les épices et les fruits rouges, ample et solide, riche en couleur comme en structure, aux tanins très équilibrés, de garde. Le Bandol blanc issu des cépages Clairette et Ugni blanc est tout aussi savoureux, il laisse s'échapper des notes florales intenses de bruyère, idéal sur des poissons grillés, de bouche persistante comme le Bandol rosé, alliant finesse et structure en bouche, aux notes de fleurs, de belle robe intense, un vin très élégant, très persistant au palais. Remarquable rapport qualité-prix et quantités limitées, possibilité d'acheter des millésimes plus anciens.

    PIERRE FRICK
    PINOT BLANC
    En 1970, le domaine est converti à la culture biologique, les premières applications de la biodynamie débutant en 1981. À partir de la récolte 1986, la mention Demeter est obtenue, et, depuis la récolte 2002, le vin n’est plus bouché avec du liège mais avec des capsules couronnes en Inox, pour éviter les déviations organoleptiques (saveurs et arômes) causées par les bouchons liège. Le Gewurztraminer Grand Cru Eichberg 2005 est subtil, très parfumé, tout en distinction, souple, avec des arômes de grillé et d’amande, gras, ample et persistant en bouche, un vin d’une finale intense, au palais frais et puissant à la fois. Le Pinot gris Vendanges Tardives 2001, est riche au nez comme en bouche, aux arômes de fruits mûrs et de fleurs, charmeur, intense et gras, de garde. Excellent Riesling Rot Murlé 2003, parfumé, avec des notes d’agrumes bien typiques, de bouche fruitée, comme le Pinot blanc 2005, vinifié sans soufre, un vin floral, au nez intense et complexe, d’une très bonne persistance aromatique, de belle couleur, avec ces nuances de fruits secs persistantes, de bouche nerveuse et dense à la fois.
    CHATEAU FABAS
    MINERVOIS
    Au nord-est de Carcassonne, dans la zone centrale du Minervois, terroir dit “les Balcons de l’Aude”, cette ferme fortifiée moyenâgeuse est un domaine d’un seul tenant de 158 ha avec 58 ha de vignes dont 45 plantés en Minervois. Pour mieux comprendre la spécificité de chaque cuvée du Château Fabas, il faut en connaître les origines, les cépages et le type d’élevage. Le Domaine s’appuie sur un décor de buttes exposées au plein midi, témoin de l’ancien relief aux très fortes pentes où aucune culture n’est possible, seuls les pins d’Alep et la végétation méditerranéenne s’agrippent sur les sols rouges des collines. Les vignes s’étalent sur deux niveaux sur un relief inversé, les terrasses hautes avec les sols les plus anciens et les terrasses basses avec les sols les plus jeunes. Les sols sont argilo-calcaires, dans les hauts, le silex affleure sur les terrasses, et le grès sur les pentes. Excitez vos papilles avec ce Minervois cuvée Seigneur 2005 qui est né de la complexité des cépages implantés, depuis plus de 30 ans, sur une exposition plein sud et régulés à 25 hl/ha de rendement. La Syrah 60%, dominante dans cette cuvée, donne dans ce terroir des raisins très parfumés. Le Grenache 40% a un enracinement très profond qui lui assure bonne régularité et maturité. Un vin de belle couleur, aux notes de cerise et de sous-bois, aux tanins riches et soyeux à la fois, un vin fort bien élevé, puissant, de bouche pleine. Le Minervois Seigneur blanc 2007 (60% de Vermentino, 30% Maccabéo et Roussane, 10% Bourboulenc) est un vin où s’associent rondeur et distinction, frais, aromatique, d’une jolie finale longue avec cette subtile pointe d’agrumes et de fleurs bien caractéristique, un vin élégant et persistant, à découvrir sur une escalope de dinde à la crème comme sur des langoustines grillées. Pour leur Minervois Serbolles rouge, les cépages sont : Grenache noir 50%, Syrah 40%, Carignan 10%. Pour ce cru, les vignes sont enherbées un rang sur deux, et les pieds désherbés sous le rang. L’âge des vignes est entre 35 et 55 ans. L’assemblage est constitué de 35% de Carignan, 35% de Grenache et de 30% de Grenache noir. Vinification longue de raisins totalement égrappés, cépage par cépage, à température régulée, favorisant la diffusion des tanins et l’extraction de tous les éléments intracellulaires contenus dans la peau des baies. Vinifié après une macération à froid d’une journée, avant que la fermentation alcoolique ne débute. Le 2005, de robe rubis, est un vin typé, avec cette pointe caractéristique d’épices, de sous-bois et de fraise, et cette charpente à la fois riche et souple, d’excellente garde.

    Notre maison fut fondée en 1991 par François Legras-Haas. Le vignoble appartient à la famille : 15 ha à Chouilly (Chardonnay Grand Cru), 10 ha à Vitry (Chardonnay), 6 ha à Les Riceys (Pinot noir). Rémi et Olivier ont pris en main l’entreprise familiale et sont aidés maintenant par Jérôme. La maison poursuit une progression raisonnable tant en France qu’à l’export. Le Grand Cru Chouilly offre un potentiel de garde tout en présentant lorsqu’il est jeune, un caractère frais et léger, apprécié à l’apéritif. Les Chardonnays 2002 sont longs, suaves et très aromatiques avec des aspects dominants floraux ou fruités. Le degré potentiel à la vendange fut de 10.5% vol., le plus élevé de ces 10 dernières années. Les vins sont structurés et puissants. Le Champagne cuvée Grand Cru Blanc de blancs Millésimé 2002, ample, subtil et très frais, fruité, associe rondeur et finesse, de bouche intense où dominent les agrumes et les petits fruits secs, tout en persistance aromatique, d’une belle longueur. L’Ultra-brut est une cuvée remarquable, typée, élégante, d’une grande persistance, un Champagne équilibré, de mousse fine et crémeuse, d’une belle harmonie au nez comme en bouche, aux arômes subtils de fleurs blanches, alliant saveur et distinction. Belle cuvée Prestige Vieilles Vignes (2/3 Chardonnay grand cru Chouilly et 1/3 Pinot noir d’Ay), d’une belle couleur or, avec des arômes bien présents de fruits mûrs, une savoureuse cuvée, au nez subtil et persistant, de jolie mousse, qui nous a séduit par sa complexité aromatique. Le Blanc de blancs Grand Cru Millésime 2002, médaille d’Or au concours mondial, avec des notes bien caractéristiques de fleurs blanches et de fruits secs (abricot, noix), est un Champagne charpenté, harmonieux en bouche, parfumé, d’excellente évolution. Le brut rosé est très réussi, de bouche fruitée, un vin qui sent bon la fraise mûre. Le Tradition brut (50% Chardonnay, 25% Pinot noir et 25% Pinot meunier), avec de subtiles dominantes d’amande et de tilleul, où s’associent rondeur et distinction, est à la fois fin et charpenté, d’une belle finale.

    DOMAINE L'ENTRE DEUX MONDES
    BORDEAUX SUPERIEUR
    Le choix de la culture biologique était évident pour ce vétérinaire ostéopathe, créateur et organisateur de la Foire Biologique et artisanale de Libourne depuis 1999, il s'est lancé dans l’aventure viticole en 2004 avec 2,53 ha de vignes installées sur deux coteaux orientés nord-sud pour les Merlots (70%) et est-ouest pour les Cabernets-Sauvignon (30%). Les parcelles sont d’âges différents : 15, 30 et 50 ans. Vendanges manuelles et conviviales, tris sur pieds et sur table à l’entrée du chai, vinification sans apport de levures, élevage en cuves et en barriques... Tout explique ce très joli Bordeaux Supérieur 2005 (70% Merlot, 30% Cabernet-Sauvignon, issu d’un élevage mesuré en barriques, au nez intense et subtil où dominent les fruits mûrs et les épices, harmonieux. La Cuvée des Mille et une Nuits 2005, pur Cabernet-Sauvignon, est un excellent vin, plein, généreux, bien charpenté, aux tanins très équilibrés, avec des notes de fraise et de cassis très mûrs. C’est bon, c’est bien, et l’on n’hésite donc pas.
    DOMAINE DE LA PALEINE
    CREMANT DE LOIRE
    Les 32 ha du vignoble sont principalement plantés de Chenin et de Cabernet franc et son terroir est argilo-calcaire. Sous le domaine, 1,5 km de galeries creusées dans le tuffeau. Là, à 12°C, s’épanouissent tranquillement, à l’abri de la lumière, les vins de la Paleine. Les vignes sont enherbées afin d’inciter la vigne à plonger au plus profond du tuffeau. Cette roche calcaire unique est une véritable éponge, elle absorbe les excès d’eau l’hiver pour les restituer parcimonieusement lorsque la vigne en a besoin. C’est de là que vient la typicité des vins du domaine de la Paleine. Des vins structurés mais souples et fruités. Afin d’aller encore plus loin dans l’expression du terroir, l’utilisation de produits de synthèse est extrêmement limitée. La vendange se réalise aux 2/3 manuellement et s’effectue par tries successives pour les blancs. Patrick Nivelleau vinifie en cuves thermorégulées et l’élevage se fait pour partie dans des fûts de chêne selon les cuvées. Le remarquable cépage Chenin s’exprime à souhait et produit ici de grands vins blancs secs aux arômes de fruits frais, de fleurs et de noisette, ainsi que des Saumur brut. Le domaine de la Paleine fait partie de ces rares structures à taille humaine à élaborer elle-même ses méthodes traditionnelles et à les laisser s’affiner sur lattes durant 3 ans. Superbe Saumur rouge Moulin des Quints 2005, aux tanins mûrs et fermes à la fois, au nez complexe et subtil dominé par les fruits macérés et l’humus, idéal sur un canard. Le Saumur blanc Domaine Molto Vivace 2006, de robe pâle, brillante et limpide, très agréable, associe la fraîcheur à l’élégance, d’une jolie complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de citron. Il y a également cet étonnant Saumur blanc élevé en fûts Pamina 2001, richement bouqueté, tout en rondeur, de bouche fruitée, tendre et corsé à la fois, alliant saveur et distinction. Le Saumur blanc Multa Paucis 2004, au bouquet fleuri, avec ces notes d’amande et d’épices, alliant souplesse et structure, un vin puissant, d’une longue finale. À la suite, le Saumur rouge La Paleine cuvée de Printemps 2007, idéal sur des grillades et les rillons, ce Coteaux de Saumur 2005, à la robe intense, un vin ample au nez, qui allie structure et distinction, avec ces notes de pain grillé et d’agrumes mûrs bien spécifiques. Beau Crémant de Loire brut, de mousse légère, au nez de pêche, ferme et suave, très fin, persistant, tout en harmonie. Le Saumur brut rosé est savoureux, très bien équilibré, de mousse fine et persistante, d’une belle ampleur en bouche, tout en fruité et finesse, aux arômes de rose et de framboise, à ouvrir sur une tarte aux fruits.

    Notre domaine familial cultive 13 ha de vignes sur 3 communes (Dambach la Ville, Scherwiller et Châtenois). Nos ancêtres, venant de Suisse, s'installèrent à Dambach la Ville au 17ème siècle et pratiquèrent la polyculture comme de très nombreuses familles alsaciennes. C'est avec mon grand-père Joseph FREY et mon père Charles que la vente en bouteille commença. Nathalie et Dominique donnent un nouvel élan commercial au Domaine FREY Charles et Dominique avec les premières exportations dans les pays européens ou encore au Japon, Canada, Etats-Unis. En 1997, nous avons décidé de passer l'exploitation en culture biologique sous contrôle Ecocert. Depuis 2001, nous pratiquons la biodynamie avec beaucoup de bonheur. Nous essayons de transmettre au vin l'énergie et la vie que nous donnons aux raisins afin que celui-ci soit le plus digeste et le plus vivant possible. Avant tout, la culture biodynamique est un travail de soin de la terre. Il s'agit d'en assurer l'équilibre et de créer des conditions de vie harmonieuse entre terre, plante et environnement. Les différents traitements de la vigne sont systématiquement accompagnés de tisanes de plantes ( ortie, prêle, saule ). Le compost et le travail du sol sont fondamentaux. Les raisins sont cueillis manuellement. Le raisin est versé en entier sur le pressoir sans foulage ni égrappage afin de ne pas l'abîmer. Le pressurage se fait lentement et en douceur. Après la fermentation, les vins sont élevés sur lie jusqu'au printemps. Excellent Riesling Frankstein Grand Cru 2005, d’une belle couleur jaune clair, au nez dominé par les fleurs blanches (aubépine), de bouche très fruitée et persistante, bien équilibré. Savoureux Pinot gris cuvée de l’Ours 2006, issu de vignes âgées de 15 à 35 ans, puissant au nez comme en bouche, un vin racé, très aromatique, tout en finale comme le Pinot noir Quintessence 2005, d’une robe rouge cerise limpide, a un nez de griotte avec des arômes de cassis et de pivoine et une bouche fraîche, un vin aux tanins bien fondus qui demande une cuisine un peu relevée. Excellent Crémant d’Alsace brut Plaisir Perlant est de jolie robe dorée, mêle rondeur et nervosité, avec ces nuances en bouche de fruits frais et d’acacia, de mousse persistante, à prévoir à l’apéritif comme sur des coquillages.

    Le Château La Galiane doit son nom au Général Anglais "Galian" qui depuis ce lieu commandait les troupes anglaises pendant l'occupation de l'Aquitaine au XVe siècle. Exploitation familiale depuis plusieurs générations, sa superficie de 5 hectares plantée de 45 % de Merlots, 50 % de Cabernets Sauvignons et 5 % de Petits Verdots présente un parfait équilibre, très classique et traditionnelle de l'appellation Margaux. Le vignoble est réparti sur des croupes de fines graves. Cultivé de père en fils, les vins de La Galiane ont une belle couleur rubis et sont finement bouquetés, très harmonieux et suave en bouche avec des tanins fins et élégants, ces vins possèdent une belle aptitude au vieillissement. Château Charmant possède des ceps de vigne centenaires et le vignoble de 5 hectares est implanté sur des croupes de fines graves à galets abondants et labouré. les vendanges sont faites à la main, la cuvaison est longue afin d'extraire tous les parfums et le vin est élevé en barriques durant 12 mois. Le Château Charmant produit un vin coloré, aromatique, très complexe et élégant, parfaitement équilibré, charpenté et souple à la fois qui s'épanouit superbement en vieillissant.

    CHATEAU CASTEGENS
    COTES-DE-CASTILLON
    Les origines de la propriété remontent au début du XVe siècle, et le château de Castegens se transmet dans la même famille depuis 1862. Le site est durant l’été le théâtre de la reconstitution à grand spectacle (600 acteurs), de la bataille de Castillon (1453) qui marque la fin de la guerre de cent ans. Le propriétaire actuel, s’attache à maintenir une harmonie entre culture traditionnelle, respectueuse de l’environnement, et vinification moderne. Le Côtes-de-Castillon 2005 (65 % de Merlot, 30 % de Cabernet franc et 5 % de Cabernet-Sauvignon), est d’un beau rouge profond, concentré, ample, velouté et fruité en bouche, avec des tanins souples et bien fermes à la fois. Le 2004, est un vin tout en arômes, bien charnu et gras, au nez intense et complexe, corsé et charpenté, avec des arômes de framboise et de mûre, de très bonne garde. Goûtez aussi, la cuvée La Croix de Castegens 2005, élevage de 12 mois en cuves, de robe grenat soutenu, de bouche corsée, parfumé (framboise mûre), de belle charpente.

  • Pin it!

    Les Bandol incontournables

    Limitée par un grand cirque de collines, partant du fond du golfe des Lecques pour monter vers Le Castellet, longer les gorges d’Ollioules et revenir vers Sanary, l’appellation Bandol n’a rien de commun avec celle des Côtes-de-Provence. Ce sont les rouges qui tiennent le haut du pavé. Issus principalement du fabuleux cépage que peut être le Mourvèdre (qui apporte bouquet, corps et rondeur), les meilleurs vins de Bandol peuvent être exceptionnels. Amples, élégants, puissants, gras et très aromatiques, ils donnent toute leur véritable mesure après quelques années de vieillissement. Ceux-là bénéficient d’un excellent rapport qualité-prix. Les rosés sont vraiment remarquables, ainsi que les blancs.

    Actualité du vignoble
    Classement Provence-Corse
    Tout savoir sur le vignoble
    Vignerons sélectionnés

    la BASTIDE BLANCHEBANDOL la BASTIDE BLANCHE

     

    la BASTIDE BLANCHE

    (BANDOL)
    Michel et Louis Bronzo
    367, route des Oratoires
    83330 Sainte-Anne-du-Castellet
    Téléphone :04 94 32 63 20
    Télécopie : 04 94 32 74 34
    Email : bastideblanche@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/bastideblanche

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés, et de loin (ce qui est très rare, dans les 3 couleurs). Michel Bronzo élève l'un des plus grands crus de la région, où la sagesse des prix s'allie à une structure et à une typicité hors-pair. “Dans le millésime 2009 (rendements faibles : 34 hl/ha), nous précise-t-il, les rosés sont très marqués Mouvèdre. La vendange était très belle, les raisins en parfait état sanitaire. On est tout-de-suite séduit par ces arômes d'agrumes, un bel équilibre, les acidités correctes, et cette robe d'un rose très pâle. Nous avons refroidi la vendange avant le pressurage pour conserver au mieux la qualité des raisins. Dans ce millésime, il fallait mieux être équipé pour travailler dans des conditions idéales. Cela va être un millésime très typé Bandol. Les blancs sont floraux et gras.” Son vignoble de 28 ha est planté tout en coteaux sur des parcelles aménagées en restanques pour une partie, sur des sols très profonds, graveleux et caillouteux de type argilo-calcaire. Exceptionnel Bandol rouge cuvée Fontanéou 2008, issu du Mourvèdre planté sur un sol argilo-calcaire(rendements de 30 hl/ha, vignes de 35 ans), non filtré, de couleur grenat, complexe, avec des nuances de fruits rouges bien mûrs et une touche d'épices, un vin tannique et charnu, de garde. Le 2007, encore jeune, est dense, au nez complexe où dominent la fraise des bois mûre et l'humus, un vin très bien élevé, de robe profonde, de bouche classique, un vin corsé et gras, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime riche. “Le 2007 est très réussi car les vendanges étaient très saines, poursuit Michel Bronzo. Nous avons eu une année de sécheresse, surtout l'hiver, où les pluies ont manqué. Le fort mistral a bien ventilé les raisins, mais, la conséquence de ce changement climatique, c'est que nous produisons dorénavant moins de volume, 32 hl/ha pour le 2007, c'est vraiment peu ! Il ne pleut plus durant l'automne et l'hiver donc, les réserves ne se remplissent pas et ce déficit hydrique se répercute à la production qui est à la baisse, à Bandol - 6% et chez moi, à la Bastide Blanche -18%. Depuis 1998, il faut bien constater que nous avons eu des millésimes extraordinaires. En rouge, il reste quelques 2005 et le millésime 2006. C'est un vin qui a bien évolué, dans la lignée du 2005, où l'on retrouve des arômes de fruits très mûrs, très flatteurs, avec des tanins denses et soyeux.” Pour la bonne bouche, il y a encore ce beau Bandol cuvée Estagnol 2005, non encore à maturité, avec des nuances de violette et de réglisse, riche en couleur, classique et concentré, alliant finesse et structure, ample, un vin qui poursuit sa belle évolution. Beau 2004, d'une très grande complexitéaromatique, coloré et parfumé, charpenté, aux tanins savoureux et denses, charnu comme il se doit, riche et classique, de robe pourpre intense, parfumé (fruits rouges à noyau fraiscannellehumus...). La Bastide Blanche rosé 2010 est un vin gras avec une pointe d'acidité qui parfait son équilibre, intense au nez comme en bouche, particulièrement charmeur, tout en persistance d'arômes comme ce blanc 2009, d'un beau jaune vif clairet brillant, une cuvée ample et parfumée, conjuguant finesse et structure, une bonne rondeur et un bouquet aux notes de fleurs blanches et de citronnelle.


    Château des BAUMELLES

     

    Château des BAUMELLES

    (BANDOL)
    Michel et Louis Bronzo
    367, route des Oratoires
    83330 Sainte-Anne-du-Castellet
    Téléphone :04 94 32 63 20 et 04 42 08 84 80
    Télécopie : 04 94 32 74 34
    Email : earl.bronzo@wanadoo.fr

    L'autre propriété de Michel Bronzo s'étend sur 12 ha de vignes d'âge moyen de 30 ans, plantées en coteaux sur un sol argilo-calcaire. On applique ici une méthode de culture traditionnelle biologique, bannissant les produits chimiques de synthèse, impliquant un travail du sol et l'utilisation de traitements uniquement à base de cuivre et de soufre ainsi qu'un apport en matière organique animale. Puissant Bandol rouge 2008 (90% Mourvèdre et 10% Grenache), issu de petits rendements de 25 hl/ha en raison de son terroiraménagé en restanques, dont la vendange est bien évidemment manuelle avec un égrappage total, lacuvaison est longue, tout comme l'élevage de 22 mois en foudres, d'une belle couleur soutenue et sombre, au nez dominé par les petits fruits rouges à noyau et des notes de fumé, un vin puissant et de très bonne garde. Le 2007, aux notes de cassis, deprune et d'épices, est coloré, ferme, aux tanins riches et savoureux, de bouche intense, de garde. Le 2006 est marqué par son terroir, avec ces nuances intenses de petits fruits rouges surmûris et d'épices, un vin charnu et parfumé, aux tanins puissants mais fondus. Le Bandol rosé 2010 (pressurage direct, terroir argilo-calcaire), de robe limpide, au nez de fraise, est sec et friandvif et parfumé en bouche.


    Domaines BUNANBANDOL Domaines BUNAN

     

    Domaines BUNAN

    (BANDOL)
    Pierre et Paul Bunan

    83740 La Cadière-d’Azur
    Téléphone :04 94 98 58 98
    Télécopie : 04 94 98 60 05
    Email : info@bunan.com
    Site : www.bunan.com

    Au sommet. Pierre et Paul Bunan, secondés par leurs enfants, Claire et Laurent, peuvent être fiers du travail effectué avec acharnement qu'ils ont réalisé sur ces terres de Bandol, créant l'une des plus belles entités qui soient. Leurs 2 crus possèdent chacun une spécificité propre. Ce BandolChâteau de La Rouvière rouge 2006, de bouche charnue, de belle robe grenat, est riche et structuré, au nez persistant où dominent des notes decassis et de griotte, d'excellente évolution. Le 2005 est très puissant en couleur comme en arômes, un vin qui fleure bon les fruits mûrs et les épices (mûre, cassis, poivre...), légèrement poivré en finale, aux tanins bien fermes et soyeux à la fois, auquel il faut laisser du temps pour s'exprimer. LeChâteau La Rouvière blanc 2009 est typé, très charmeur, ample, équilibré, d'une bonne acidité, avec des arômes d'agrumes et de fleurs blanches, tout en suavité, vraiment remarquable. Le Château La Rouvière rosé 2009, médaille d'Argent au concours général Agricole Paris 2010, au nez de rose et de garrigue, délicat, franc, développant en bouche des arômes puissants de fruits frais, une touche épicée, un vin ample et fruité. Remarquable Bandol Moulin des Costes rosé 2009, est toujours dans le peloton de tête des meilleurs vins rosés, bien suave comme il se doit, très fin, aux nuances de fleurs fraîches et d'épices, de très belle teinte, corsé et rond à la fois. Le Moulin des Costes 2009 est tout aussi séduisant, avec cette touche d'acidité alliée à une rondeur agréable, où s'entremêlent des notes d'amande, de fruits mûrs (pêche, mangue) et de bruyère, harmonieuxen bouche. Tout en structure, le Moulin des Costes rouge 2006 est de robe rubis, au nez de petits fruits rouges mûrs, très parfumé, ample, de bonne charpente, généreux et persistant. Remarquable Moulin des Costes cuvée Charriage rouge 2006, provenant de raisins sélectionnés sur les parcelles de vieilles vignes du Moulin des Costes (vieux Mourvèdres), vendanges égrappées en totalité, macération préfermentaire, pigeages journaliers,cuvaison 31 jours, élevage partiel en barriques. Une cuvée d'une belle robe carmin, soutenue et brillante, avec des connotations de garrigue et de cerise cuite, de bouche savoureuse, un vin aux tanins puissants et très équilibrés, d'excellente garde.


    Domaine LAFRAN-VEYROLLES

     

    Domaine LAFRAN-VEYROLLES

    (BANDOL)
    Claude Jouve-Férec
    2115, route de l’Argile
    83740 La Cadière-d’Azur
    Téléphone :04 94 90 13 37 et 04 94 98 72 59
    Télécopie : 04 94 90 11 18
    Email : lafranveyrolles@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/lafranveyrolles

    Cette propriétaire charmante dirige son petit domaine sur sol argilo-calcaire, créé par des dépôts santoniens d'origine marine, qui convient parfaitement aux cépages CinsaultGrenacheClairette et Mourvèdre. Aucun désherbage chimique pour ce superbe Bandol rouge Cuvée Spéciale 2007, issu d'une vendange non égrappée (95% Mourvèdre et 5% Grenache), foulée souplement, avant d'être mis en cuves de fermentation 4 à 7 semaines, sous contrôle de température, puis élevé en foudres de chêne de 18 à 24 mois, un vin comme on les aime, de robe pourpresouple et corséà la fois, de bouche puissante aux nuances de griotte, prometteur. Le 2006, aux nuances de fruits rouges mûrs caractéristiques (cassis, cerise noire), de sous-bois, un vin coloré et charpenté, au nez dominé par la groseille et des notes subtilement épicées, est puissant en bouche et charmeur. Le 2005 est un très grand vin, complet, aux tanins enrobés, charnu comme il se doit, riche et classique, de robe pourpre intense, parfumé (fruitsrouges à noyau fraiscannellehumus...), légèrement poivré en finale, d'évolution lente. Remarquable Bandol rosé 2010 (75% Mourvèdre, 15%Cinsault et 10% Grenache), très parfumé, sec et gras à la fois, de bouche savoureuse, parfait sur une cuisine légèrement épicée. Beau Bandol blanc2010 (70% Clairette et 30% Ugni Blanc), un vin délicat, franc, développant des arômes puissants de fruits frais, une touche épicée, ample persistant en bouche. Le Bandol rouge 2007, de robe grenat, aux notes discrètes de sous-bois et de mûre, allie charpente et rondeur, un vin corsé, épicé comme il le faut.

    Domaine de L'OLIVETTE

     

    Domaine de L'OLIVETTE

    (BANDOL)
    Jean-Luc Dumoutier
    Chemin de L’Olivette
    83330 Le Castellet
    Téléphone :04 94 98 58 85
    Télécopie : 04 94 32 68 43
    Email : contact@domaine-olivette.com
    Site : www.domaine-olivette.com

    Un domaine de 55 ha dans la même famille depuis le XVIIIe siècle. Ce propriétaire sympathique s'attache à laisser s'exprimer le terroir selon les millésimes et pratique bien sûr des vendanges manuelles. BeauBandol rouge 2005, très expressif du Mourvèdre, un vin de couleur intense, racé, aux connotations decassis, de mûre et de poivre, riche, de belle teinte grenat, dense et puissant au nez comme en bouche, de bonne garde, un vin de belle matière. Le 2004 est de couleur profonde et intense, aux notes de cassis, deprune et d'épices, aux tanins riches et savoureux, qui commence à s'ouvrir, de bouche soyeuse et dense. Superbe 2003, avec ces notes très caractéristiques et persistantes de fumé et d'épices, aux tanins puissants mais très fins, harmonieux, très équilibrés en finale. Le Bandol blanc (ClairetteUgni Blanc et Sauvignon) associe nervosité et gras, au nez envoûtant et persistant, un vin suaveharmonieux, aux arômes de fruitsblancs, d'une belle élégance et d'une grande richesse aromatique. Beau Bandol rosécépages Mourvèdre,Grenache et Cinsault, de robe rose pâle et brillante, au nez intense et délicat d'agrumes et de fruits frais, est tout en souplesse.

    Domaine de TERREBRUNE

     

    Domaine de TERREBRUNE

    (BANDOL)
    M. Delille

    83190 Ollioules
    Téléphone :04 94 74 01 30
    Télécopie : 04 94 88 47 51
    Email : domaine@terrebrune.fr
    Site : www.terrebrune.fr

    Au sommet avec ce Bandol rouge Terroir du Trias 2007, de bouche puissante et dense, de couleur intense, racé, aux tanins riches et soyeux à la fois, aux connotations de cassis et de poivre, de belle garde. Le 2006 est gras et classique, de robe pourpre intense, parfumé (petits fruits rouges à noyau fraiscannelle,humus...), légèrement poivré en finale, d'évolution lente. Beau 2005, racé et dense, avec des notes de fruitsnoirs et de torréfaction, un vin de bouche pleine, aux nuances subtilement épicées, de garde. SéduisantBandol rosé 2009, d'un beau rose très pâle, légèrement épicé, de robe soutenue et brillante, associant nervosité et suavité, de belle finale persistante. De robe jaune clair, le Bandol blanc 2009 est un vin de jolie teinte, très parfumé avec des nuances de pêche et de bruyère, ample, vraiment réussi.

  • Pin it!

    Pouilly-Fumé et Sancerre : les vins sont au Top !

    Les vignobles du Centre sont installés sur des plateaux et des coteaux datant de l’ère secondaire (principalement) et de l’ère tertiaire. Abandonnés il y a 70 millions d’années par la mer, leurs sols se composent aujourd’hui d’une grande variété de sédiments calcaires et argileux sur lesquels les vignerons ont fait le choix de planter un nombre restreint de cépages de qualité.

    - En Sancerrois, des formations géologiques très différentes s’étendent de part et d’autre de la faille de Sancerre. A l’ouest, on trouve deux formations datant du jurassique :

    - les “terres blanches” de nature argilo-calcaires qui représentent 40 % du vignoble et se trouvent sur les collines les plus élevées de la partie occidentale du Sancerrois, les “caillottes”, terres très pierreuses et calcaires.

    À l’est, on est en présence de formations crétacées non calcaires (sols bruns d’érosion) sur les versants est, et de terres argilo-siliceuses datant du tertiaire Eocène appelées “silex” sur les versants ouest des collines. Ces terres très siliceuses représentent 20 % du vignoble. En général, les caractéristiques de tous ces sols sont les suivantes :

    - Des pentes fortes à très fortes (de 30 à 60 %)
    - Une très importante proportion de cailloux
    - D’où un très faible volume de terre fine exploitable par les racines
    - Des réserves d’eau relativement faibles suivant les types de sols et leur profondeur
    - Sancerre

    Le vignoble est situé sur la rive gauche de la Loire (au nord-est de Bourges) ; l’appellation s’étend sur les communes de Bannay, Bué, Crézancy, Menetou-Râtel, Ménétréol, Montigny, Saint-Satur, Sainte-Gemme, Sancerre, Sury-en-Vaux, Thauvenay, Veaugues, Verdigny et Vinon. Les rendements moyens s’élèvent à 60 hl/ha. Le vignoble produit annuellement environ 167 000 hl de vin. Le paysage combine un relief de collines et le fossé du Val de Loire. Les différentes évolutions géologiques ont entraîné la constitution de trois types de sol : les terres blanches, les caillottes et les terres argilo-siliceuses, qui permettent la production d’une grande variété de vins. Le rendement est fixé à 60 hl/ha. C’est le royaume du blanc, sec, nerveux, vif et persistant en bouche, très fruité, très “sauvignonné”. Ce cépage est à son aise dans ces sols caractéristiques, dans ces terroirs qui donnent ce goût particulier de “pierre à fusil”. De très beaux vins, secs et fruités, très typés. Les Sancerre rouges offrent un bouquet de fruits rouges à dominante de cerise et de griotte. Quelques excellents rosés, secs et fruités.

    - Pouilly-Fumé

    Le vignoble s’étend sur les bords de la Loire. En 1937, Pouilly devient l’un des premiers vignobles d’AOC. Environ 1 150 ha sont en production (45 ha de Chasselas pour l’AOC Pouilly-sur-Loire, et le reste de Sauvignon pour l’AOC Pouilly-Fumé). La production annuelle est d’environ 50 000 hl. Sols argilo-calcaires, marnes kimméridgiennes, argile à silex, calcaires portlandiens créent des types de sols variés. Le mot “Fumé” serait dû à la fine pruine grise dont les grains de Sauvignon se recouvrent. Des vins superbes.

    440.jpg

     

    BARILLOT Père et Fils

    (POUILLY-FUMÉ)

    36, rue Louis-Joseph-Gousse – Le Bouchot

    58150 Pouilly-sur-Loire

    Téléphone :03 86 39 15 29

    Télécopie : 03 86 39 09 52

    Une place toujours très enviable dans le Classement 2011 pour ce domaine de 10 ha (95 % en Sauvignon et 5 % en Chasselas, terrains argilo-calcaires, élevage en cuves Inox thermorégulées). Coup de cœur pour leur Pouilly-Fumé 2009, de bouche fraîche, où s’entremêlent des notes d’amande et de bruyère, d’une belle longueur en finale, parfait sur un poisson grillé. Beau Pouilly-Fumé Camillium 2008, marqué par ses vieilles vignes, un vin typé comme on les aime, racé avec cette touche d’acidité alliée à une rondeur agréable, où s’entremêlent des notes d’amande, de pêche mûre et de bruyère, de bouche puissante et persistante, un vin qui mérite une cuisine plus élaborée, comme des quenelles, par exemple.

    voirsonclassement.gif
    251.jpg

     

    Francis BLANCHET

    (POUILLY-FUMÉ)

    Le Bouchot 33 et 35, rue Louis-Joseph-Gousse

    58150 Pouilly-sur-Loire

    Téléphone :03 86 39 05 90

    Télécopie : 03 86 39 13 19

    Email : francisblanchet@orange.fr

    Site : www.vins-francis-blanchet.fr

    Beau Pouilly-Fumé Silice 2009, marqué par son terroir argilo-siliceux (vignes de 20 ans), issu d’un pressurage direct, sans macération, qui possède cette pointe de “fumé” de caractère, un vin de jolie teinte, très parfumé avec des nuances de poire et de lis, d’une bouche à dominante de pomme et de tilleul, tout en subtilité. Le Pouilly-FuméKriotine 2009, Sauvignon issu de sélection massale de très vieilles vignesfermentationavec des levures indigènes, pressurage immédiat (sans macération) lent et à faiblepression, a des arômes d’amande et d’agrumes, un très joli vin, complexe et rond. Beau Pouilly-Fumé Calcite 2009, pur Sauvignonvignes de 20 ans et élevage en cuves Inox, provenant pour sa part de sols 100 % de marnes kimméridgiennes, à dominante de fleurs blanches et d’amande, d’une belle persistance, dense au nez comme au palais, alliant élégance et structure.

    voirsonclassement.gif
    441.jpg

     

    CAVES de POUILLY-SUR-LOIRE

    (POUILLY-FUMÉ)

    Directeur : Christophe Denoël

    Les Moulins-à-Vent – BP 9

    58150 Pouilly-sur-Loire

    Téléphone :03 86 39 10 99

    Télécopie : 03 86 39 02 28

    Email : caves.pouilly.loire@wanadoo.fr

    Site : www.cavespouillysurloire.com

    Au sommet. Une cave de premier ordre qui vinifie environ 15% de la production. LePouilly-Fumé Les Chevalières 2008 développe ces notes de fumé bien spécifiques, unvin de robe brillante et limpide, au nez fleuri avec des nuances de pêche et de lis, typécomme on les aime. Beau 2007, où la nervosité et le gras se marient pleinement, unnez envoûtant, fin et persistant, où l’on retrouve des notes de fleurs blanches et de noisette. Très savoureux Pouilly-Fumé Tonelum Vieilles Vignes 2008, fort bien élevé enfûts de chêne, riche en bouquet, très harmonieux, aux nuance de fruits secs et defleurs, d’une finale longue, à déboucher sur des crustacés. Leur Pouilly-Fumé Les Moulins-à-Vent blanc 2009 a un nez subtil et persistant d’aubépine, un vin qui demande une cuisine assez riche comme une volaille à la crème. Le Coteaux-du-Giennois Les Tuileries 2009 est tout en fruits et finesse, ample, aux nuances subtiles de pomme et de fruits secssuave, un vin de jolie robe dorée, qui allie finesse et structure, un beaumillésime, tout en bouche comme ce Coteaux-du-Giennois Quercus 2008, un vin corsé,suave et sec à la fois, où s’entremêlent les fruits et les épices, de belle bouche ample,fruitée et persistante, très réussi.

    voirsonclassement.gif
    252.jpg

     

    Domaine CHAMPEAU

    (POUILLY-FUMÉ)

    Franck et Guy Champeau

    Le Bourg

    58150 Saint-Andelain

    Téléphone :03 86 39 15 61

    Télécopie : 03 86 39 19 44

    Email : domaine.champeau@wanadoo.fr

    Site : www.domainechampeau.com

    Un domaine de 15 ha en Sauvignon et 1,5 ha en Chasselas. Troisième génération. Vous aimerez comme nous ce Pouilly-Fumé Silex 2008, marqué par son terroir, avec ce goût épicé et minéral de “pierre à fusil”, intense, au nez fleurisuave et puissant, d’une très belle persistance d’arômes, avec des nuances de pêche, de pain brioché et de tilleul, riche au nez comme en bouche. Le 2007 est richement bouqueté, un vin fin, très persistant, alliant puissance et élégance. Le Pouilly-Fumé cuvée Vieilles Vignes, élevé en barriques, très marqué par ce sol de Silex (pur Silex, sur sols argilo-calcaires,argile à Silexcalcaire), ample, aux nuances subtiles de pomme et de fruits secs, est de bouche suave, mêlant finesse et persistance. Excellent Pouilly-Fumé 2009 (sol argilo-calcaireargile à Silexcalcaire portlandien), aux accents de citron et d’agrumes, est de bouche puissante et persistante, de belle robe, d’une jolie finale florale. Très joli Pouilly-sur-Loire, pur Chasselas, au nez de noisette et de fruits frais, bien rond, classique et aromatique, très agréable.

    voirsonclassement.gif
    201.jpg

     

    Patrick COULBOIS

    (POUILLY-FUMÉ)

    Les Berthiers

    58150 Saint-Andelain

    Téléphone :03 86 39 15 69

    Télécopie : 03 86 39 12 14

    Email : patrick.coulbois@wanadoo.fr

    Site : www.patrick-coulbois.fr

    Prend du galon dans le Classement 2011, et c’est bien mérité. Ce vigneron a créé son domaine en 1974 (9 ha dont 8,30 ha de Pouilly-Fumé et 0,70 ha de Pouilly-sur-Loire). Superbe Pouilly-Fumé Les Cocques 2009, issu des coteaux à silex de la colline de Saint-Andelain provenant de sols d’argile et de silex qui se trouvent au sommet de la butte de Saint-Andelain. Toujours très marqué par son terroir, avec des arômes d’agrumesfrais, un vin de bouche persistante, suave et puissant, d’une très belle finalearomatique, vraiment savoureux, à déboucher aussi bien sur une langouste que sur du veau grillé. Le 2008, très racé, marqué par son terroir qui lui transmet des notes minérales, tout en finesse, mêle nervosité et gras, au nez envoûtant et persistant, avec des nuances de fleurs blanches et de brioche. Le Pouilly-Fumé 2009, issu du terroird’argile à silex des coteaux de Saint-Andelain, aux connotations subtiles de petitesfleurs blanches, avec cette pointe d’épices caractéristique, est très parfumé, un vin secet gras à la fois comme il se doit, de bouche savoureuse.

    En lire plus sur ce domaine
    voirsonclassement.gif
    200.jpg

     

    Scev André DEZAT et Fils

    (POUILLY-FUMÉ)

    Rue des Tonneliers Chaudoux

    18300 Verdigny

    Téléphone :02 48 79 38 82

    Télécopie : 02 48 79 38 24

    Email : dezat.andre@terre-net.fr

    On ne peut qu’apprécier ce Pouilly-Fumé Domaine Thibault 2008, pur Sauvignon sur solde caillottes et de marnes kimméridgiennes, élevé en cuves Inox, très caractéristique de son terroir, de bouche harmonieuse où s’entremêlent des notes d’amande, de pêcheet de bruyère. Le Pouilly-Fumé 2009, tout en délicatesse d’arômes, de jolie teinte, intense au nez comme en bouche, est un vin ample, distingué, associant vivacité et suavité. Goûtez aussi le Sancerre blanc Les Celliers Saint-Romble 2009, marqué par cesol de silex, tout en nuances, de belle robetypé et aromatique, épicé avec des arômesd’agrumes et de fleurs blanches.

    voirsonclassement.gif
    571.jpg

     

    Domaine LANDRAT-GUYOLLOT

    (POUILLY-FUMÉ)

    Les Berthiers

    58150 Saint-Andelain

    Téléphone :03 86 39 11 83

    Télécopie : 03 86 39 11 65

    Email : landrat-guyollot@wanadoo.fr

    Le domaine est exploité par la famille depuis sa création au xviie siècle (15 ha dont 14 en Sauvignon et 1 en Chasselas, sur un terroir de marnes kimméridgiennes et de silex, de sols argilo-calcaires et siliceux). Remarquable Pouilly-Fumé La Rambarde 2009 (100% Sauvignon, sol argilo-calcaire, élevage sur lies fines), très bien vinifié, au nezpuissant d’aubépine et de chèvrefeuille, tout en rondeur et persistant en bouche, avec une note de fraîcheur caractéristique. Savoureux 2008, au nez fin où l’on retrouve des notes de fleurs blanches et de noix fraîche, vraiment très agréable, d’une longue finale. Goûtez aussi le Pouilly-Fumé Gemme d’Eau 2009, qui allie charpente et nervosité à la fois, d’une jolie complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de citron et de noix. Intense, le Pouilly-Fumé Gemme de Feu 2009, est de jolie robe brillante, tout en distinction, au nez dominé par les fruits mûrs et les petits fruits secs, tout en subtilité. Très joli Pouilly-sur-Loire La Roselière 2009, pur Chasselas, sol siliceux, avec ces notes de fleurs et de noisette spécifiques, un vin tout en charme, à prévoir sur une friture.

    voirsonclassement.gif

     

    Millesimes
    Millesimes

    249.jpg

     

    Claude et Jean-Marc CHEVREAU

    (SANCERRE)

    Le Bourg 4, chemin de la Noue

    18300 Crézancy-en-Sancerre

    Téléphone :02 48 79 04 77 ou 02 48 79 08 67

    Télécopie : 02 48 79 44 17

    Email : ingrid.chevreau@neuf.fr

    Site : www.vins-sancerre-chevreau.com

    “Le Sancerre est comme un bon chrétien, il est bon quand il a fait ses Pâques”, dit-on ici, comme le faisait Balzac. Savourez donc leur Sancerre blanc 2009, tout en finesse, distingué, long en bouche, aux arômes floraux où l’on retrouve l’acacia, un vinexpressif et charmant. Excellent 2008, aux notes caractéristiques de noisette, un vin de belle robe, très persistant, tout en harmonie, d’une jolie finesse, tout en distinction et richesse à la fois. Le 2007 est un vin qui associe la fraîcheur à l’élégance, ample en bouche comme il le faut, aux notes florales où l’on retrouve l’acacia, tout en distinction. Excellent Sancerre rouge 2008, très expressif de son Pinot Noir, de jolie couleur cerise soutenu, aux arômes puissants de fruits cuits et de sous-bois, très bien équilibré, auxtanins fermes et fondus à la fois, d’excellente évolution comme en atteste ce 2006, aunez de mûre et de fumé, aux tanins ronds mais présents. Le Sancerre rosé, avec cenez de fleurs fraîches et d’épices, est suave et frais à la fois, idéal sur des langoustines grillées.

    voirsonclassement.gif
    78.jpg

     

    78-2.jpg

    GITTON Père et Fils

    (SANCERRE)

    Pascal Gitton

    Chemin de Lavaud

    18300 Ménétréol-sous-Sancerre

    Téléphone :02 48 54 38 84

    Télécopie : 02 48 54 09 59

    Email : gittonvin@wanadoo.fr

    Site : www.gitton.fr

    Au sommet. Dans le silex, son nouveau Sancerre Xelis est une réussite, très floral,gras, avec ces notes de fumé bien spécifiques, mêlant la fraîcheur à la structure. LeSancerre Les Belles Dames 2008 associe le fruit à la charpente, subtil et complexe, fleurant bon le genêt, le coing, de bouche riche et ample, avec des nuances de pain grillé, alliant finesse et persistance. Le Sancerre les Herses blanc 2006 est une réussite, de robe dorée, riche au nez, avec des senteurs de rose et de fleur d’acacia, un vin gras et nerveux à la fois, très bien vinifié. Superbe Sancerre silex Galinot blanc2008 (100% en fûts neufs), un vin très riche qui résiste bien aux tanins du bois, avec ce goût de silex qui lui est propre, de bouche raffinée et subtile, de belle évolution. LeSancerre Les Romains blanc 2009, très caractéristique de son terroir, fleure bon le genêt, la pomme et les noisettes, un vin typé qui allie élégance et structure, finesse et persistance, puissance et distinction, tout en arômes, tout en bouche. Le Sancerre Les Montachins, dont le terroir est situé à l’ouest où les vignes sont protégées par une colline, est de robe jaune clair, puissant et bouqueté, très séduisant par sa structure et sa persistance d’arômes. Exceptionnel Sancerre Les Romains rosé 2010, bien sec comme il se doit, tout en distinction, au nez intense et subtil où s’entremêlent la griotte mûre et une touche épicée caractéristique, sec et suave à la fois. Beau SancerreL’Amiral blanc 2009, de bouche puissante, riche en bouquet, très harmonieux, aux notes de fruits secs et de fleurs, tout en finale.

    ensavoirplus.gif
    voirsonclassement.gif
    79.jpg

     

    79-2.jpg

    Henry NATTER

    (SANCERRE)

    Henry et Cécile Natter

    Place de l’Église

    18250 Montigny

    Téléphone :02 48 69 58 85

    Télécopie : 02 48 69 51 34

    Email : info@henrynatter.com

    Site : www.vinsdusiecle.com/henrynatter

    Site : www.henrynatter.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés, dans les 3 couleurs, ce qui est très rare. Ici, sur 23 ha, on cultive la chaleur humaine avec le même soin que l’on apporte auxvignes, privilégiant la faune et la flore, les “couvant” pour en extraire leur quintessence et les laisser s’exprimer au mieux, au cours d’un élevage parfaitement maîtrisé et traditionnel. Ces propriétaires passionnés ont en effet à cœur de faire découvrir les subtilités de leur environnement, leur terroir et leur travail, afin que chacune de leurbouteille soit une source de convivialité. Leur fille, Mathilde, travaille avec eux, son frère, Auguste, s’occupe plus de la cave. Exceptionnel Sancerre blanc L’Expression de Cécile “L’Essence des Terres Blanches” 2007, disponible uniquement en magnum afin de peaufiner son vieillissement, d’une grande finesse avec beaucoup d’expression, suave, au bouquet complexe où s’entremêlent des notes d’amande, d’abricot frais et de bruyère, un vin harmonieux, riche et fin à la fois, idéal sur des coquilles Saint-Jacques. Le Sancerre cuvée François de la Grange 2009, puissant et très franc en bouche, au nezsubtil, ample et persistant, racé et distingué, aux connotations complexes où dominent les fleurs (aubépine, genêt), est tout en persistance. Le 2008, où s’entremêlent des notes d’amande et de fleurs blanches, est tout en rondeur, avec une note de fraîcheur qui lui est caractéristique. Superbe 2007, qui a toutes les qualités d’un vin de garde, issu des vieilles vignes, dense grâce à son élevage d’un an en foudre, avec un boisétrès fondu, car ici on privilégie la délicatesse des Vins. Il dégage des arômes trèssuaves de réglisse, de menthe, de fleur d’oranger et de vanille. Le 2006, charmeur, aux arômes intenses, très harmonieux, subtil et puissant à la fois, où s’entremêlent lesfruits mûrs et les fleurs fraîches, parfait sur des écrevisses. Le Sancerre rouge cuvéel’Enchantement 2008 (vinification et élevage en fûts de chêne), concentré, équilibré,corsé, bien structuré, aux tanins riches, de robe soutenue aux reflets violets, avec desarômes de groseille et de mûre, tout en bouche, idéal sur un petit gibier. Leur Sancerrerosé 2009 est toujours le meilleur de l’appellation, d’une grande finesse aromatique, aunez où dominent les fruits frais, la rose et le coing, subtil, d’une grande persistance en bouche avec des nuances de fraise des bois. Excellent Sancerre blanc classique 2009, issu du terroir des terres blanches, de belle couleur jaune pâle, avec un nez frais defleurs blanches et d’agrumes, très bien équilibré en bouche, parfait sur un jambon persillé. Le Sancerre rouge est dans la lignée. La nouveauté, c’est cet effervescent roséLes Secrets d’Anaëlle, avec un nez complexe et persistant, dominé par les fruits secs et la rose, de bouche mûre et crémeuse, de très belle teinte, un vin très séduisant et une belle réussite. Formidable rapport qualité-prix-typicité.

    ensavoirplus.gif
    voirsonclassement.gif
    2196.jpg

     

    Domaine Roger NEVEU & Fils

    (SANCERRE)

    Eric et Jean-Philippe Neveu

    Domaine du Colombier

    18300 Verdigny-en-Sancerre

    Téléphone :02 48 79 40 34

    Télécopie : 02 48 79 32 93

    Email : neveu@terre-net.fr

    Site : www.roger-neveu-sancerre.com

    Beaucoup aimé leur Sancerre blanc Clos des Bouffants 2009, un vin qui associe la fraîcheur à l’élégance, suave en bouche comme il le faut, aux notes florales où l’on retrouve l’acacia, tout en distinction. Plus dense, le Sancerre cuvée Pierre François Xavier 2008, issu de vieilles vignes et élevé en fûts de chêne neufs, tout en suavité, ample en bouche, très harmonieux, un vin qui sent les noisettes et la pêche blanche, avec une note de fraîcheur très séduisante au palais. Le Sancerre rouge Le Colombier 2008 (élevage en fûts de chêne) est coloré, au nez de fruits rouges surmûris et de violette, puissant et charpenté, riche au nez comme en bouche, de très bonne évolution. Excellent Sancerre rosé Le Colombier 2009, de belle teinte, friand, parfumé, à déboucher sur du saumon fumé.

    voirsonclassement.gif
    2076.jpg

     

    Domaine Daniel REVERDY & Fils

    (SANCERRE)

    Chaudenay

    18300 Verdigny

    Téléphone :02 48 79 33 29

    Télécopie : 02 48 79 33 29

    Email : daniel-et-fils.reverdy@wanadoo.fr

    Le vignoble compte aujourd’hui 7,5 ha et, depuis 2000 et l’arrivée sur le domaine du fils de Daniel, Cyrille, fort de 5 années d’études viticoles, il n’y a plus de vente au négoce. Création d’une nouvelle cave et d’une nouvelle cuverie. Excellent Sancerre blanc cuvéeAnthéas 2008, élevage sur lies totales sur une période d’un an (25% de cette cuvéesont élevés en fûts de chêne), avec ces arômes de fruits mûrs, de grillé et de fleurs, alliant nervosité et gras au palais, un vin toute en nuances et distinction. Le Sancerreblanc 2009, développe en bouche des arômes de fruits frais et une touche d’amande, un vin ample et fruité, est typé comme le Sancerre rosé 2009, qui développe un nezcomplexe où la rose s’associe à la framboise, d’une bouche intense et raffinée à la fois, à ouvrir sur des crevettes ou des mets épicés. Le Sancerre rouge 2009, aux notes deframboise, est de belle robe intense, très structuré au nez comme au palais.

    voirsonclassement.gif
    439.jpg

     

    Domaine Jean-Max ROGER

    (SANCERRE)

    11, place du Carrou

    18300 Bué

    Téléphone :02 48 54 32 20

    Télécopie : 02 48 54 10 29

    Email : jean-max.roger@wanadoo.fr

    Site : www.jean-max-roger.fr

    Remarquable Sancerre blanc GC 2009, suave, très harmonieux, subtil et puissant à la fois, où s’entremêlent les fruits mûrs et les fleurs fraîches, parfait sur des écrevisses. Le Sancerre rouge La Grange Dîmière 2006 est charpenté, de couleur soutenue, au nezde cassis et de sous-bois, aux tanins mûrs, au bouquet très développé avec des nuances épicées, de très bonne garde. Savoureux Pouilly-Fumé Cuvée Les Chante-Alouetttes 2008 au goût de “pierre à fusil”, avec ce séduisant nez minéral, aux connotations d’agrumes et de fleurs blanches, avec beaucoup de persistance et d’élégance. Très agréable Menetou-Salon blanc Morogues Le Petit Clos 2008, tout en structure et parfums, réussi comme le Menetou-Salon rouge Le Charnay 2007,équilibré, au nez de mûre, charnu, coloré, parfumé, aux notes de cerise, de groseille et d’épices, aux tanins à la fois riches et soyeux, d’excellente évolution.

    voirsonclassement.gif
    568.jpg

     

    568-2.jpg

    Domaine de SARRY

    (SANCERRE)

    Nicolas Brock

    Le Briou de Veaugues

    18300 Sancerre

    Téléphone :02 48 79 07 92

    Télécopie : 02 48 79 05 28

    Email : info@sarry.org

    Site : www.sarry.org

    Au sommet. Un domaine constitué d’une vingtaine d’hectares. Passionné et chaleureux, Nicolas Brock a repris la suite de son père, Michel, qui a créé presque entièrement le domaine dans les années 1960, en replantant notamment un ancien domaine viticole inexploité depuis le Moyen Âge. Le Domaine de Sarry (11 ha d’un seul tenant), perché sur la montagne Noire (l’un des points culminants de la région, 353 m d’altitude), est constitué de marnes argilo-calcaires du kimméridgien, les “terres blanches”. Puis le coteau et la côte de la Roche forment une dizaine d’hectares de caillottes. SuperbeSancerre 2009, un vin bien caractéristique, où s’entremêlent des notes d’amande, defruits mûrs et de bruyère, harmonieux en bouche, de belle couleur jaune ambré, tout en finesse aromatique (fleurs fraîches, tilleul…), complexe au nez comme en bouche. Beau 2007, intense au palais, bouqueté, très harmonieux, aux notes de fruits secs et de fleurs, tout en finale, avec cette minéralité particulièrement persistante, une très belle réussite. Le 2006 est dans la lignée, riche au nez, d’une grande complexitéaromatique où l’on retrouve des nuances de noix, de citron et de pomme, de bouche puissante et d’une longue finale. Complexe et savoureux, le Sancerre blanc Montagne Noire 2005 poursuit sa très belle évolution, gras, ample, équilibré, un vin où dominent les agrumes et l’amande, bien persistant, d’une grande richesse aromatique en finale, tout en nuances, tout en suavité. Remarquable Sancerre Domaine de Sarry rouge 2007,vignes âgées de 38 ans et élevage durant une année en fûts de chêne, bien marqué par son Pinot Noir, encore bien jeune, qui développe un bouquet complexe où s’entremêlent des notes de cassis et de pruneau, harmonieux, de belle robe soutenue, très équilibréet légèrement épicé, vraiment délicieux, un vin d’excellente évolution.

    En lire plus sur ce domaine
    voirsonclassement.gif
  • Pin it!

    Les millésimes bons à boire et les autres

    Patrick Dussert-Gerber : Depuis 15 ans, il n’y a plus de mauvais millésime, il n’y a que des millésimes plus délicats que d’autres. Les techniques ont évoluées dans le bon sens, lesvignerons savent parfaitement anticiper, gérer leur vignoble.

    Néanmoins, il faut savoir expliquer la spécificité de telle ou telle année. Quand on goûte des 2002 ou 2004 en Médoc, ils sont meilleurs que le 2003 pour lequel tout le monde s’enthousiasmait ! Le 2004, par exemple est un millésime formidable qui a eu mauvais presse à l’époque de la part de critiques qui ne connaissent pas grand chose au vin. Ceux-là, je ne les vois d’ailleurs jamais dans les vignobles de la vallée du Rhône, à Madiran, à Bandol ou àSaumur... ils sont pour la plupart invités dans les grands châteaux bordelais et s’en contentent. Sympa pour les milliers de vignerons talentueux des autres régions, non ?

    Quand je lis de telles âneries, je me demande si ceux qui les écrivent ont jamais dégusté des millésimes plus anciens. C’est pourtant la seule garantie qui permet de relativiser, de comprendre et de se référer à une mémoire du vin. Les mêmes vont répéter ce qu’on leur a concocté dans un dossier de presse bien ficelé... Ce ne sont plus des journalistes mais des... attachés de presse ou des “hirondelles” (terme désignant un habitué des buffets de presse) ! Passons. Pour revenir à la force des millésimes, il est incontestable que le 2009 est certainement le plus beau millésime qui soit, classique, à l’inverse d’un 2005, grand, certes, mais aussi atypique à cause de la chaleur intensive. En 2009, l’acidité sera également présente, ce qui apporte cet équilibre entre la puissance et l’élégance, cette fraîcheur naturelle qui signe les vrais grands vins. Il est bien trop tôt pour en parler, et l’on sait que je ne rentre pas dans le jeu des “primeurs” (encore Bordeaux) qui va bientôt rivaliser avec le salon des devins et cartomanciennes... tant on va noter un vin qui n’existe pas encore !

    Brigitte Dussert : Faisons un tour de France, pour développer la spécificité de chaque millésime, selon les régions... L’Alsace ?

    Patrick Dussert-Gerber : En Alsace, le millésime 2008 est nettement plus réussi que le 2007, particulièrement difficile (il y a de rares exceptions), les 2006, 2005, 2004, 2002 et 2001 sont savoureux, le 2003 a été plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2006, 2004, 2001, 2000, 97 ou 89). Il existe une réelle convivialité des hommes de la région et leursvins atteignent une typicité rare, procurant la joie du vin, à des prix qui ont tendance à monter. Attention à la complexité des terroirs, voire à l’amalgame entre des crus et des lieux-dits. Il faut rechercher la fraîcheur et la vivacité, au détriment de vins trop souples, avec trop de sucrosité, qui deviennent de plus en plus “douceâtres”. Un Riesling, un vrai, doit être sec et vif.

    Brigitte Dussert : Je sais que vous êtes fidèle à la région beaujolaise...

    Patrick Dussert-Gerber : C’est vrai que je n’apprécie pas que des “confrères” parisiens ou étrangers médisent sur la région sans n’y rien connaître. Notre rôle n’est pas d’enfoncer une appellation ou un vigneron pour se faire mousser dans un salon ou lors d’un dîner. Nous avons -surtout- un rôle de prescripteur, dans le sens noble du terme grec.

    En Beaujolais, pour les crus, le 2008 est prometteur, le 2007 a été très difficile à maîtriser, le 2006 est excellent, le 2005 très typé, le 2004 est un millésime dense et très aromatique, et le 2003, trop mûr, beaucoup moins intéressant. La force du terroir donne une réelle typicité à chaque cru, et les meilleurs vignerons s’évertuent à sortir de beaux vins, chacun représentatif du style de son appellation. On se doute qu’un Saint-Amour ne doit pas ressembler à unMorgon, et c’est très bien ainsi.

    Brigitte Dussert : Venons-en aux vignobles de Bordeaux..

    Patrick Dussert-Gerber : J’adore les vins du bordelais, c’est certainement la raison pour laquelle je suis si déçu quand je débouche désormais des bouteilles qui feraient honte à ceux qui m’ont appris le vin : Émile Peynaud ou Jacques de Loustaunau de Guilhem, grandissimes œnologues. Et puis, je n’oublie pas les vraies figures bordelaises qui manquent tant à la région...

    Globalement, les meilleurs à boire actuellement : 2007, 2006, 2004, 2002 et 2001. Ceux qu’il faut attendre : 2008, 2005. Le plus décevant : 2003. Si l’on entre dans le détail, il y a bien sûr une différence entre les vins de la rive droite (ceux du Libournais) et ceux de la rive gauche (Médoc et Graves). On retrouve des “paires” de millésimes où la qualité est inversée : le 1995 est bien meilleur que le 1996 à Saint-Emilion et c’est le 1996 qui prime en Médoc. Il y en a d’autres.

    - Dans le Médoc, Misez sur les 2007, 2006, 2004 et 2002 (supérieur au 2003), voire 2001, très classiques, et faites-vous plaisir avec les 1999, 1997, 1996 ou 1990. La priorité, c’est de laisser s’exprimer son terroir, en respectant la vigne, en limitant les rendements, en pratiquant la lutte raisonnée, en laissant faire la nature… Il y a une dizaine d’années, le travail des vignes avait été délaissé dans certains crus, au profit de la vinification et d’expériences à outrance. Si les techniques modernes sont souvent remarquables, les propriétaires traditionnels continuent de faire ce qu’ils savent faire, en se servant des progrès mais sans masquer leur typicité. DePauillac à Saint-Estèphe, de Moulis à Margaux, à Listrac comme à Saint-Julien, en Haut-Médoc et en Médoc, les coups de cœur sont nombreux. En parallèle, les prix très exagérés de certainsvins renommés sont difficilement cautionnables, surtout pour les 2007 et 2005.

    Pomerol. Structure, charme, intensité, distinction, les plus grands vins de Pomerol sont particulièrement sensibles et marqués par leurs sols, très diversifiés. Ici, nul besoin de s’escrimer à vouloir abuser de la barrique neuve ou d’une surconcentration pour faire un grand vin, c’est le terroir qui prime, et signe la distinction. Les 2007, 2006, 2004, 2003 et 2002 sont très savoureux (le 2002, peut-être même supérieur), le 2001 remarquable, plus fin, le 2000 parvient à maturité. Plus anciens, les grands font la différence, comme le 1995, voire le 1990.

    - À Saint-Émilion, le 2007 est très classique et charmeur. Beaux millésimes 2008 (un ton en-dessous), 2006, 2004 et 2001, éclipsés à tort par les 2005 et 2003. Quelques crus ont remarquablement réussi le 2003, d’autres beaucoup moins, notamment ceux qui sont trop “confiturés”. Débouchez les millésimes 2000 à 1990 en ce moment, et notamment le grandissime 1995. Certaines bouteilles de 1994 et 1993, notamment, sont surprenantes d’évolution.

    Un certain nombre de crus pratiquent des prix qui ne sont pas justifiés. Certains se flattant ici d’élever des cuvées très “spéciales”, il faut plus que jamais tirer un coup de chapeau aux propriétaires de talent qui élèvent les véritables grands vins de Saint-Émilion, satellites compris, du plus grand des grands crus au plus modeste rapport qualité-prix.

    Brigitte Dussert : Vous habitez dans le vignoble des Graves, que vous connaissez comme votre poche...

    Patrick Dussert-Gerber : Depuis trente ans, j'ai suivi, en effet, les achats, les extensions, les frimes, les camions déversant des galets, admiré, cotoyé et sympathisé avec des "figures" exceptionnelles : Patrick Ricard à Chevalier, dont Olivier Bernard a suivi les traces avec talent, Jean Sanders à Haut-Bailly (on avait le même club d'aviation, à La Réole), Antony Perrin (Carbonnieux, "pied-noir" comme moi, ce qui nous a toujours rapproché), la famille Marly (anciennement Malartic-Lagravière), Gérard Gribelin (Fieuzal, parti se faire plaisir au Maroc), François Lévêque (Chantegrive), Jean-Bernard Delmas (Haut-Brion, aujourd'hui à Montrose, son fils, Jean-Philippe, ayant repris sa suite à Haut-Brion)..., constaté avec rage -ou ironie- des plantations de vignes dans des territoires sans intérêt, où le maïs pousserait aussi bien (je connais, il en pousse, chez moi).

    Du plus grand vin au plus abordable, on savoure donc, du nord au sud de cette entité desGraves, une variété importante de styles de vins. Mes dégustations en Pessac-Léognan comme en Graves, des millésimes 2008 à 2001, confirment mon Classement, les valeurs sûres, où le talent des hommes s’associe à la race du terroir. Gare à certains prix néanmoins, et à une concentration outrancière chez certains, au détriment de la typicité, notamment dans le millésime 2005, pour les rouges, où l’on peut tomber sur une véritable “confiture” au détriment de l’élégance. Les blancs 2008, 2006, 2005, 2004, 2001, 2000, 1998 ou 1997 sont excellents. Des crus réellement exceptionnels, issus des territoires de Pessac, Martillac, Léognan, mais aussi ceux de Podensac, Portets ou Saint-Morillon, certains d’entre eux, dans les appellationsPessac-Léognan comme dans celle des Graves, bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir. C’est le berceau des grands vins blancs de la région bordelaise, aux côtés de rouges puissants et typés, si l’on frappe à la bonne porte.

    Brigitte Dussert : Et les appellations des Côtes ou Bordeaux Supérieur, pour lesquels vous avez tenu à créer des Classements, pour récompenser les efforts des hommes ?

    Patrick Dussert-Gerber : Dans ces appellations de Côtes, on peut acheter les millésimes 2008 à 2000, avec l’opportunité des excellents 2006 et 2004, même s’il y a de tout, de grands vinsracés et d’autres cuvées issues de vinifications trop sophistiquées, peu propices à mettre un véritable terroir en avant. Les meilleurs vins se trouvent à Bourg et à Blaye, et les rares valeurs sûres des Premières Côtes sont incontournables. Castillon fait souvent des vins plus “modernes”.

    En Bordeaux Supérieur, les dégustations des millésimes 2008 à 2000 confirment l’exceptionnel plaisir que procurent aujourd’hui ces vins, même si, comme ailleurs, la différence des terroirs et l’élevage sont toujours prépondérants. Attention également aux cuvées trop boisées ou trop concentrées (et bien trop chères), qui n’ont aucun intérêt. Les meilleurs tiennent la distance avec des millésimes 2001, 2000, ou 1996, excellents actuellement.

    Brigitte Dussert : Et Sauternes, votre pêché mignon ?

    Patrick Dussert-Gerber : J’avoue un faible, en effet, pour les vins liquoreux. Mais je me fais autant plaisir, sans jamais les comparer, avec un Bonnezeaux, un Gewurztraminer Sélection de Grains Nobles ou un Vin de Paille. À Sauternes, il y a des styles de vins qui me séduisent plus que d’autres. Je privilégie la finesse au côté sirupeux, préfère la fraîcheur à la liqueur. Ici, le millésime 2007 est formidable, dans la lignée du 2001. Plusieurs millésimes, en dehors du 2002 (où le plaisir est bien rare), comme les 1999 ou 1998 sont de toute beauté. Les 2006, 2005 et 2003 sont réussis, les 2005 et 2003 certainement moins typés, et le 2004 particulièrement savoureux et classique. Les plus grandes bouteilles à leur apogée sont aujourd’hui celles des millésimes 1996, 1995 ou 1989, où l’on atteint le grand art. L’équilibre géologique et climatique de la région en fait un milieu naturel idéal pour cette fascinante biologie qu’est le Botrytis Cinerea, ce minuscule champignon qui a le pouvoir d’augmenter la teneur en sucre des raisins, aidé par les brumes matinales des automnes qui précèdent un soleil chaud à midi, favorisant sa prolifération.

    Classement Bourgogne Blancs
    Tout savoir sur le vignoble
    Vignerons sélectionnés

    Brigitte Dussert : La Bourgogne vous est aussi très chère, non ?

    Patrick Dussert-Gerber : C’est, depuis mes débuts, la région où j’ai le plus de plaisir à séjourner. J’aime la grande simplicité des Bourguignons, leur chaleur humaine et leur fidélité.

    Ici, on ne s’excite pas à faire des vins “putassiers”, privilégiant ce qui doit l’être : le terroir et le fruit. L’altitude des vignes, l’inclinaison des pentes, la richesse des sous-sols en ressources minérales… Tout concourt donc ici, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime, et cela explique l’extrême diversité des grands vins bourguignons, qui leur donne cette typicité unique, où l’élégance prédomine toujours, en rouge comme en blanc. J’apprécie ces vigneronstalentueux et passionnés, pour lesquels il n’y a nul besoin de fioritures ni de vinifications“gonflées”, et dont les prix sont bien souvent justifiés, même s’ils remontent. La Bourgogne est un paradoxe à l’état pur, où la nature, au travers des terroirs et des microclimats, est omniprésente. Comment expliquer que l’on puisse trouver autant de différence entre un Nuits-Saint-Georges ou un Pommard, un Meursault ou un Montrachet, quand on sait que le cépage (Pinot Noir ou Chardonnay) est unique, et que l’on ne peut pas “jouer” sur la proportion desraisins ? Quand on se promène entre les murets qui entourent les vignes des Grands crus, on voit qu’à quelques mètres de distance le sol ne produit pas les mêmes crus. L’altitude desvignes, selon qu’elles se situent à 150 ou 300 m, l’inclinaison des pentes (les meilleurs vinsproviennent des mi-pentes), la richesse des sous-sols en ressources minérales, en sodium, en oligoéléments… Tout concourt ici, dans un “mouchoir de poche”, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime. Ajoutez à cela l’exposition (fondamentale) face aux mouvements du soleil, un territoire pauvre où la terre est rare, et vous comprendrez l’extrême diversité des grands vins bourguignons. Globalement, les Grands crus sont régulièrement “supérieurs” aux Premiers crus, l’exception et le talent de l’homme confirmant la règle.

    En Bourgogne, le millésime 2007 est très réussi, très minéral, en blanc (très beaux Chablis) comme en rouge, ces derniers largement supérieurs au 2006. Les millésimes 2008, 2004, 2003, 2002, 2001, 2000 et 1999 sont très savoureux. Exceptionnel 2004, dans la lignée du 2000, dans les deux couleurs, qui côtoie donc un 2003 atypique, comme le grand 2005, qui demande de la patience. Superbes bouteilles en blancs dans les millésimes 2000, 1999, 1995 ou 1989, alors que les meilleurs rouges développent leur attrait dans les millésimes 1999, 1997, 1989 ou 1985.

    Brigitte Dussert : Et le Champagne ?

    Patrick Dussert-Gerber : Mon Classement est nettement remanié cette année, avec des producteurs qui montent en grade et d’autres qui font l’inverse… Cette hiérarchie vient toujours, et avant tout, récompenser les efforts accomplis, le talent des hommes et leur volonté qualitative. Un bon Champagne c’est charmeur, un grand Champagne, c’est toujours un plaisir exceptionnel, que l’on n’a d’ailleurs jamais pu copier ailleurs. Les hommes et les femmes, lesassemblages et les terroirs font, là comme partout, toujours la différence.

    Il faut considérer le Champagne comme un vin à part entière : les très grandes cuvées de prestige (celles que l’on retrouve dans le Classement dans la catégorie des Premiers Grandsvins Classés, puis dans une bonne partie des Deuxièmes Grands vins Classés) sont des cuvées de Champagne que l’on boit comme un grand vin, en les associant à des moments du repas, sur des plats appropriés. On a la chance d’accéder ainsi aussi bien au summum de la finessequ’à celui de la complexité et de la vinosité. Bien que l’on en parle moins (à tort), le terroir, lessols ont toute leur importance en Champagne, apportant une spécificité réelle et différente selon que l’on se trouve à Cramant ou à Épernay, à Ay ou à Bouzy, dans l’Aube ou la Marne. À cela s’ajoute la proportion des cépages, et chaque maison, cave ou vigneron, possède alors les facultés de créer véritablement une cuvée légère ou puissante. Et puis, ce qu’il ne faut pas occulter pour comprendre la différence entre une grande cuvée et une autre, ce sont, outre l’art fondamental de l’assemblage que signe la main de l’homme, les incontournables vins de réserve, que l’on ajoute à des vins plus jeunes. On ne fait un grand vin que si l’on a du stock, l’exception confirmant la règle. Il y a aussi des cuvées bien trop chères, difficilement cautionnables, donc. Attention aussi aux nombreuses marques qui appartiennent à certains “faiseurs”. Ceux qui ne sont plus que des noms sur une étiquette ne font pas partie de cette hiérarchie, comme d’autres marques de négoce, dont la qualité n’est pas en cause, qui sont dirigées par des responsables de groupes qui vendent du Champagne comme de la lessive…

    Il y a de très belles bouteilles millésimées 2004 ou 2002 (le 2003 moins passionnant, un peu trop “rôti”) et certains vieux millésimes (1998 et 1995, notamment) sont remarquables de fraîcheur et prouvent le potentiel d’évolution des meilleures cuvées. On trouve de remarquablesvins, millésimés ou non, à des prix très justifiés, dans toute la gamme, comparativement à d’autres appellations, et on comprend le succès -mérité- de la région.

    Brigitte Dussert : Le Languedoc vous rend toujours dubitatif...

    Patrick Dussert-Gerber : On va se contenter des producteurs qui élèvent des vins racés et typés, dans l’ensemble du territoire, des Corbières à Saint-Chinian, de Faugères en Minervois, en passant par les Coteaux-du-LanguedocFitou ou vins de pays, à des prix remarquables. Des grands vins ici, il y en a, mais les terroirs sont connus et ne s’étendent pas. La force de ces vinsest d’avoir su conserver leur spécificité qui se dévoile au travers des cépages de la région, chacun s’exprimant au mieux selon les sols d’alluvions, d’ardoise, de schiste ou de calcaire, en bénéficiant d’un bien beau rapport qualité-prix.

    Je le rappelle, gare à ceux qui nous font croire que leurs vins ressemblent à quelque chose. Ces vins de mascarade, où l’on parle de “vins à haute expression” (expression de la méthode de vinification et du bois neuf surtout…), qui “sentent le goudron ou le café” (cela donne envie, non ?), la réglisse (on n’est pas loin de l’écœurement)… Idem pour les cuvées de vins blancstotalement fabriquées dans les chais où l’on est fier de vous faire sentir “la mangue et autresfruits exotiques”. Il s’agit donc de ne pas confondre l’ensemble d’une progression qualitative certaine et le développement de ces vins “fabriqués” et “putassiers” qui attirent les investisseurs comme des mouches, et sont, hélas, soutenus par des “critiques”, notamment américains (ce sont les mêmes qui soutiennent les “vins de garage” bordelais).

    Ce problème s’étend aux vins de cépages, où je ne vois toujours pas l’intérêt de planter des cépages qui se plaisent mieux dans des régions beaucoup plus froides (les bonnes exceptions existent), ni à se lancer dans des vinifications sophistiquées pour pouvoir remplir un dossier depresse… et mentionner des prix inexcusables sous prétexte que l’on peut mettre sur une étiquette les noms de Chardonnay ou de Merlot, ou que l’on croit qu’il suffit d’acheter desbarriques neuves et se payer les services d’un œnologue “tendance” pour faire un grand vin.

    Concernant les millésimes, en Languedoc, Les 2008 à 2003 sont réussis, les 2002 et 2000 savoureux. Je soutiens les hommes et les femmes qui s’attachent à élever des vins typés par ces terroirs de garrigues, maîtrisant les rendements, respectant leur spécificité. Les terroirs ont le potentiel pour que l’on y élève tout naturellement de grands vins racés, sans vouloir copier telle ou telle appellation plus connue avec des cépages inappropriés. Pour certains, l’exagération des prix et certaines renommées bien trop récentes commencent à se dégonfler comme des baudruches.

    Brigitte Dussert : En Provence, les trois couleurs vous séduisent régulièrement...

    Patrick Dussert-Gerber : Les Bandol sont des vins formidables. Issus principalement du fabuleux cépage que peut être le Mourvèdre (qui apporte bouquet, corps et rondeur), les rouges de Bandol peuvent être exceptionnels. Amples, élégants, puissants, gras et trèsaromatiques, ils donnent toute leur véritable mesure après quelques années de vieillissement. Ceux-là bénéficient d’un excellent rapport qualité-prix. Les rosés font aussi partie des meilleursvins de France. Juste à côté, Cassis, avec ces blancs, des rosés et des rouges, qui profitent d’un climat exceptionnel et de la bienveillance du mistral qui nettoie les vignobles et leur fournit chaque année des températures quasiment invariables.

    L’influence des millésimes est en effet beaucoup moins marquée ici, et l’on peut estimer une très bonne série, de 2008 à 2003 (le 2002 étant nettement en-dessous). Les blancs sont souvent remarquables, et les rosés reviennent à la tête de ce type de vin (2007 et 2005 superbes).

    Justement, je trouve que les Coteaux-d’Aix-en-Provence, appartenant à la zone occidentale de la Provence calcaire, ont aussi fait beaucoup de progrès, tout particulièrement en rosés. Entre des reliefs constitués de chaînons parallèles au littoral, s’étendent des bassins sédimentaires où s’est concentrée l’activité viticole. L’appellation s’étend sous un climat de type méditerranéen, avec pour vent dominant le mistral, qui permet à la région de bénéficier d’un ensoleillement moyen de 2 900 h par an. Les sols sont argilo-calcaires caillouteux, sableux, souvent graveleux sur molasses et grès, et caillouteux à matrice argileuse ou limono-argileuse. J’ai également beaucoup apprécié un bon nombre de Coteaux Varois, où l’on débouche des bouteilles de plus en plus séduisantes, et cette appellation entre pleinement en accord désormais dans la grande entité provençale.

    Et les terroirs ont aussi leur importance, ici.  En Côtes-de-Provence, le vignoble prend naissance dans les Bouches-du-Rhône, au pied de la montagne Sainte-Victoire. Accroché aux flancs de coteaux sur des “restanques”, ces terrasses aménagées par l’homme, ou bien isolé au milieu des pinèdes, et bénéficie de sols généralement pauvres en humus, perméables et caillouteux.

    Mais, évidemment, il faut savoir choisir la bonne adresse ici, se méfier des vins et des prix de “touristes”, et de la grande cavalerie des rouges et rosés de bas de gamme que l’on débouche parfois. Ceux qui comptent sont ceux de ces propriétaires qui laissent s’exprimer au mieux les grands cépages de la région (Grenache, Mourvèdre, Cinsault, Rolle, Ugni Blanc…), dans cesterroirs complexes, argilo-calcaires, caillouteux, graveleux ou sableux. Eux élèvent des vinsformidables dans toutes les appellations, en rouge, en blanc et en rosé. Idem pour la corse, qui mérite d’être respectée à part entière.

    Brigitte Dussert : Vous avez plus de réticence avec le Sud-Ouest ?

    Patrick Dussert-Gerber : Peu de vignerons semblent motivés et intéressés par envoyer leurs échantillons, tout spécialement en Bergerac, Jurançon, Madiran et Gaillac, et je comprends mieux pourquoi on n’entend de moins en moins parler de ces vins. Chacun fait ce qu’il veut, et il ne me semble pas nécessaire de faire le voyage à sens unique.

    On peut tout autant regretter l’arrivée de cuvées surchargées par le bois et “fabriquées” pour avoir une bonne note auprès de “critiques”, ceci facilitant une hausse de prix totalement incautionnable. Je me méfie des cuvées et des communications spéciales Malbec, qui mettent trop le cépage en avant, et de quelques vins de mode dans cette région où les cépages et lessols ont une véritable influence, une véritable présence historique. Ne vaut-il pas mieux montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas à Cahors ou à Madiran ?

    À quoi bon avoir des cépages de caractère comme le Tannat, le Cot, la Négrette ou le GrosManseng si c’est pour “lisser” les vins et les dépersonnaliser au point que l’on ne sait plus ce que l’on goûte ? La complexité des terroirs et des climats est pourtant bien réelle dans la région, et prouve que l’on ne fait pas la même qualité, selon les aléas de la nature, au fin fond du Béarn ou dans le Lot. C’est ce qui compte, et crée la typicité. Particulièrement à Cahors ou à Madiran, mais aussi dans l’ensemble de ce grand vignoble, les millésimes 2008, 2006, 2005, 2004, 2003 et 2001 sont des réussites, le 2007 se goûte bien. Les vins ont une réelle typicité, un potentiel de garde (beaux 1999, 1995 ou 1990) où les cépages et les sols ont leur influence et une véritable présence historique.

    Quelques rapports qualité-prix-plaisir exceptionnels, en rouges, en blancs secs et en liquoreux(millésimes 2004, 2000, 1995 ou 1990). Pas fana des “microcuvées” (en Bergerac, à Cahors, àMonbazillac...), pas typées et à des prix incautionnables, les meilleurs vignerons s’attachant ici à élever des vins racés.

    Brigitte Dussert : Vous avez débuté dans la Loire...

    Patrick Dussert-Gerber : Et j’ai toujours soutenu ces vignerons de Sancerre, de Touraine, d’Anjou ou de Saumur, où j’ai un bon nombre d’amis. Les vins de la région possèdent deux atouts considérables : un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à ces sols différents, les uns plus spécifiques que les autres.

    J’aime retrouver ces hommes et ces femmes qui s’attachent à défendre leur personnalité. EnAnjou-Saumur, peu d’autres vins peuvent copier les meilleurs crus de la région, marqués par ces sols de tuffeau ou de roche calcaire en parfaite osmose avec les cépages Cabernet franc etChenin, le premier s’épanouissant sûrement le mieux ici, dans cette région où il fait bon s’octroyer quelques étapes gourmandes et historiques. De Champigny à Beaulieu-sur-Layon, du Puy-Notre-Dame à Parnay, la région est riche en terroirs et en saveurs, avec des blancs très séduisants, des rouges puissants et colorés, au nez de violette comme ceux de Saumur-Champigny.

    Il suffit aussi de goûter un Sancerre Les Belles Dames et un autre Les Romains, un Quincy ou un Pouilly-Fumé silex pour s’ assurer de la typicité des vins. Cela fait donc du bien de “sentir” la puissance des terroirs et permet de renvoyer au jardin d’enfants les vins qui poussent partout et les producteurs qui croient encore qu’il suffit de planter un cépage pour obtenir un grand vin…

    À Quincy comme à Pouilly, à Chinon comme à Monlouis, en Muscadet comme à Menetou-Salon, la région fourmille de vins qui possèdent une typicité exacerbée. Les cépages Chenin ouSauvignon, pour les blancs, savent en effet se marier parfaitement avec ces sols de silex, d’argiles ou de marnes, et produit une typicité propre. Un bon nombre de propriétaires sont présents dans mon Guide depuis longtemps, ce qui prouve leur grande régularité qualitative.

    Le millésime 2008 est particulièrement réussi, même si, parfois, les quantités sont très faibles. Le 2007 est très difficile en rouges en Touraine comme en Anjou, et c’est la raison pour laquelle les rosés -eux- sont particulièremernt savoureux. Les blancs 2007 sont dans la belle lignée des 2006, et la typicité s’allie à un rapport qualité-prix régulièrement remarquable. Pour les blancssecs, de très grandes bouteilles en Pouilly-Fumé comme à Vouvray, à Sancerre comme à Savennières ou à Saumur, et des millésimes comme les 2004 ou 2002 se goûtent très bien actuellement.

    Les liquoreux sont exceptionnels, notamment en Coteaux-du-LayonBonnezeaux ou Vouvray, et les rouges associent charpente et fraîcheur, du plus souple (TouraineBourgueil,Sancerre…) au plus charnu (ChinonSaumur-Champigny…), des vins qui s’apprécient jeunesmais savent aussi garder la distance (remarquables 2000, 1998 ou 1995). Le millésime 2002 est très réussi en blancs, difficile en rouges, et les 2004, 2003, 2001 sont savoureux.

    Beaux liquoreux en 2007, 2004, 2003 et 2001, et un millésime 2005, assez typé, très intéressant.

    Brigitte Dussert : Un tour de France qui se termine par la Vallée du Rhône...

    Patrick Dussert-Gerber : Voilà un autre bel exemple de la race des terroirs, non ? Prenez Châteauneuf-du-Pape où le terroir se caractérise principalement par un sol extrêmement ingrat composé de gros galets roulés, amoncelés autrefois par le glacier du Rhône, qui fournissent à la vigne des conditions exceptionnelles de maturation en lui renvoyant pendant la nuit l’intense chaleur qu’ils ont emmagasinée pendant le jour. Les vins blancs offrent un bouquet floral duquel s’échappent des parfums de fleur de vigne, de lis ou de narcisse. Les rouges sont de couleur intense, puissants, de garde, et n’ont pas besoin d’artifices œnologiques pour être au sommet.

    Mais la richesse de la région, ce sont aussi les appellations moins connues qui bénéficient d’un rapport qualité-prix-typicité formidable : RasteauBeaumes-de-Venise, Visan, Vinsobres, Cairanne...

    Pour les millésimes, si le 2008 devrait tenir toutes ses promesses, le 2007 est remarquable ici, peut-être supérieur au 2006. Les 2005 et 2003 sont très mûrs, le 2002 a été très difficile à maîtriser, et le 2004 très classique, très réussi. Il faut prendre le temps de conserver ces vins, car on débouche de grandes bouteilles actuellement dans des millésimes comme 1998, 1995 ou 1990.”

  • Pin it!

    LA CLASSEMENT 2011 DES MEILLEURS VINS DUSUD-OUEST

     

    CLASSEMENT SUD-OUEST
    Partagez cet article Ajouter: CLASSEMENT+SUD-OUEST � Face Book Ajouter: CLASSEMENT+SUD-OUEST � Wikio Ajouter: CLASSEMENT+SUD-OUEST � Delicious/Ajouter: CLASSEMENT+SUD-OUEST � Technorati Ajouter: CLASSEMENT+SUD-OUEST � Yahoo!

    e_sud-ouest.jpg
    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en GRIS)

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    CAHORS
    BOVILA
    LA COUTALE
    EUGÉNIE
    FAMAEY
    SOULEILLOU
    CAMINADE
    CROZE DE PY
    GAUTOUL
    LAVAUR
    NOZIÈRES
    PAILLAS
    LES ROCHES
    VINSSOU
    HAUTE-SERRE
    PELVILLAIN
    VINCENS
    BERGERAC
    COTES-DE-BERGERAC
    MONBAZILLAC
    GRAND-JAURE (P)
    LADESVIGNES (M)
    PÉROUDIER (BI)
    LA PLANTE
    LA BORDERIE (M)
    CR.BLANCHE (BI)
    RESSAUDIE (HM)
    COURT-LES-MÛTS
    HAUT-PEZAUD
    LAULERIE
    MOULINS de BOISSE
    MOULIN GARREAU (Montravel)
    MOULIN-POUZY (M)
    GAILLAC
    BOURGUET
    BOUSCAILLOUS (BI)
    LABARTHE (BI)
    LECUSSE (Bl)
    PIALENTOU (BI)
    L'EMMEILLÉ
    LONG-PECH
    SARRABELLE
    VALIÈRE
    BRIN
    GRAND CHÊNE
    MARESQUE
    LE PAYSSEL
    RHODES
    MADIRAN
    JURANCON

    BARRÉJAT
    Cru LAMOUROUX (J)
    PICHARD
    PARADIS
    Prod.PLAIMONT (BI)
    SERGENT
    BURGUÉ-SÉRÉ (J)
    LAFITTE-TESTON
    VIELLA
    AUTRES APPELATIONS 

    VIGNERONS DE BUZET (Bt)
    MÉNARD (VP)
    POUYPARDIN (G)
    PLAISANCE (F)
    HERREBOUC (VP)

    CAHORS
    CAÏX*
    (COUSTARELLE)
    LERET-MONTPEZAT*
    MAISON-NEUVE*
    (MAS DEL PÉRIÉ)
    (HAUT-MONPLAISIR)
    LACAPELLE-CABANAC
    LA REYNE
    CHAMBERT
    (HAUTE-RIVE)
    PECH DE JAMMES
    PINERAIE
    TROTTELIGOTTE
    BERGERAC
    COTES-DE-BERGERAC
    MONBAZILLAC
    COSTES (P)*
    MAINE-CHEVALIER
    BERTRANOUX (P)
    (GAVARLIAC)
    BONIÈRES
    (ROQUES-PEYRE*)
    CHAMPAREL (P)
    CHRISLY*
    CORBIAC (P)
    GRANDE MAISON (M)*
    GRIMARDY
    HAUTS DE CAILLEVEL
    MOULIN CARESSE
    PANISSEAU (BI)
    PIQUE-SÈGUE
    THEULET-MARSALET (M)
    VALPROMY DU PONTET
    GAILLAC
    CASTEL de BRAMES*
    GENOUILLAC*
    (LASTOURS*)
    ADELAIDE
    (ARLUS)
    LACROUX
    MAYRARGUES
    TERRIDE
    (TERRISSES)
    MADIRAN
    JURANCON

    AYDIE
    CAVE DE CROUSEILLES*
    (Cru LAROSE (J))
    ROUSSE (J)*
    CABARROUY (J)*
    CAUHAPÉ (J)*
    LAOUGUÉ*
    PEYROU
    (LAFITTE (J))
    MAOURIES
    PEYROS
    (TAILLEURGUET)
    AUTRES APPELATIONS 

    CAVE IROULÉGUY (I)
    MAGNAUT (VP)
    VOIE BLANCHE (VP)
    BOUJAC (F)
    (BRANA (I))
    CAVE DU MARMANDAIS (CM)*
    MAURIGNE (Sa)*
    MIRAIL
    PERCHADE (T)
    RABANY (F)
    SAINT-LOUIS (F)
    SALLES (B)
    VIGNERONS DU VALLON (Ma)
    BEAULIEU (CM)
    CAVE DE DONZAC
    VIGNERONS LANDAIS (T)

    TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CAHORS
    BERGERAC
    COTES-DE-BERGERAC
    MONBAZILLAC
    GAILLAC
    MADIRAN
    JURANCON
    Prod. JURANÇON (J)
    AUTRES APPELATIONS 

    (CAVE FRONTON (F))
    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

     

    Choississez une région pour voir un autre classement :
    ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
    BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

    BORDEAUX

    BOURGOGNE

    VAL DE LOIRE

    CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
    SUD-OUEST-PERIGORD
  • Pin it!

    Le Top Corbières de l'année

     

     

    Château ÉTANG des COLOMBES

    Château ÉTANG des COLOMBES

    (CORBIÈRES)
    Famille Gualco

    11200 Lézignan-Corbières
    Téléphone :04 68 27 00 03
    Télécopie : 04 68 27 24 63
    Site : www.etangdescolombes.com

    Un superbe Corbières Bicentenaire Vieilles Vignes 2007, issu d'un terroir argilo-calcaire caillouteux (Grenache noir, Carignan et Mourvèdre, vieilles Vignes de 50 ans. Vinification en grains entiers, 8 mois d'élevage en fûts de chêne, très petits rendements (28 hl/ha)... expliquent ce vin de robe grenat noir, aux notes de violette, avec des nuances de groseille et de réglisse, de bouche soyeuse et intense. Le Château Étang des Colombes Bois des Dames blanc 2007, provenant d'une macération pelliculaire des Grenache blanc et Bourboulenc, aux senteurs de petits fruits secs, de pêche et de tilleul, un beau vin suave, tout en finesse et en arômes. Excellent Corbières Gris Colombes rosé 2009, très agréable, épicé, de robe brillante, souple, frais mais puissant en bouche, bien parfumé, sec et suave à la fois. Le Corbières Vieilles Vignes 2008 est un vin qui nous a séduits pas sa structure et sa netteté, puissant, épicé, intense et fruité, d'une finale complexe.

    Domaine de FONTSAINTECORBIÈRES Domaine de FONTSAINTE

    Domaine de FONTSAINTE

    (CORBIÈRES)
    Yves et Bruno Laboucarié
    Route de Ferrals
    11200 Boutenac
    Téléphone :04 68 27 07 63
    Télécopie : 04 68 27 62 01
    Email : sep.laboucarie@aliceadsl.fr
    Site : www.fontsainte.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Un domaine de 50 ha. Yves et Bruno Laboucarié produisent des Vins à l'image du climat méditerranéen et de leur terroir de Boutenac, en sachant conserver leur typicité tout en les marquant de leur personnalité dans les différentes étapes de la culture de la vigne, de la vendange manuelle et de la vinification. Remarquable Corbières Clos du Centurion 2007, provenant d'un vignoble de 4 ha, un vin très typé, de couleur intense, avec des tanins très présents, d'une structure soutenue, très charnu, avec ces nuances de fruits noirs confiturés, de cuir, de sous-bois, prometteur. Le 2005 est d'un beau pourpre profond, avec des arômes de fruits noirs mûrs, de violette, légèrement épicé, de bouche mûre, de très bonne base tannique, à ouvrir sur un gibier, de très bonne garde comme en atteste ce 2001, aux notes de petits fruits mûrs (cassis, griotte) et de truffe, aux tanins riches et bien fondus, parfait sur un magret. Le Corbières rouge Réserve La Demoiselle 2007, de belle couleur rubis, riche et fruité, velouté, au nez dominé par les épices et les petits fruits rouges à noyau, tout en bouche. Il y a encore le Gris de Gris 2010, au fruité délicat, avec des nuances de pêche et de noix fraîche, un vin sec et suave à la fois, persistant en bouche.

    Château du GRAND-CAUMONT

    Château du GRAND-CAUMONT

    (CORBIÈRES)
    Laurence Rigal

    11200 Lézignan-Corbières
    Téléphone :04 68 27 10 82
    Télécopie : 04 68 27 54 59
    Email : chateau.grand.caumont@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/grandcaumont
    Site : www.grandcaumont.com

    Le Château Grand-Caumont est l'un des plus vastes domaines des Corbières avec 100 ha de vignes sur des sols argilo-calcaires en terrasses et des sols de graves très filtrants (cépages Syrah, Grenache et Carignan de plus de 50 ans). Il existait déjà à l'époque romaine et avait été baptisé Villa Manzanetto. C'est en 1906 que Louis Rigal fondateur du célèbre Roquefort Rigal l'achète puis le transmet à son fils Louis, son épouse Françoise Rigal prend le relais au début des années 1980. Sa fille Laurence la rejoint en 2003 et assure depuis la gestion du domaine. Remarquable Corbières rouge Impatience 2008 (55% Carignan noir, 40% Syrah et 5% Grenache noir, élevage en barriques pendant 12 mois pour 40% de l'assemblage), médaille d'argent au Challenge International du Vin 2010, au nez ample, tout en nuances aromatiques où dominent la mûre, la réglisse et les épices, de bouche riche, qui commence à s'ouvrir. Le 2005 a reçu deux médailles d'Or, l'une au concours des Grands Vins de Mâcon, et l'autre à celui des Vignerons Indépendants, un vin coloré, puissant et corsé, aux tanins riches mais bien fondus, au nez dominé par les petits fruits noirs compotés, aux senteurs de cuir et de cassis mûrs bien caractéristiques, d'excellente évolution. À ses côtés, le Corbières cuvée Spéciale 2008, aux nuances d'épices, de fruits noirs et de fumé, de bouche intense, aux tanins riches et soyeux à la fois, à ouvrir sur un gibier d'eau.

    Château GRAND-MOULIN

    Château GRAND-MOULIN

    (CORBIÈRES)
    Jean-Noël Bousquet
    RN 113 - 6, avenue Galliéni
    11200 Lézignan-Corbières
    Téléphone :04 68 27 40 80
    Télécopie : 04 68 27 47 61
    Email : chateaugrandmoulin@wanadoo.fr

    Coup de cœur pour le Corbières Boutenac 2007 (60% Syrah, 40% Carignan), au nez de fruits cuits et d'humus, aux tanins équilibrés, de bouche à la fois puissante, soyeuse et parfumée, qui poursuit son évolution. Excellent Corbières Terres Rouges 2007, 42 jours de cuvaison, élevage 12 mois en fûts de chêne, un vin bien corsé, où dominent des notes de cuir et de cassis mûr, aux tanins fondus mais bien riches, alliant couleur et matière, d'une jolie finale épicée. Le Vieilles Vignes 2007, élevé en fûts (50% Syrah, 20% Carignan, 20% Grenache et 10% Mourvèdre), d'une robe rubis foncé, aux connotations de violette et de réglisse, de jolie bouche dense et élégante.

    Domaine de LONGUEROCHE

    Domaine de LONGUEROCHE

    (CORBIÈRES)
    Roger Bertrand

    11200 Saint-André-de-Roquelongue
    Téléphone :04 68 41 48 26 et 06 75 22 85 51
    Télécopie : 04 68 32 22 43
    Email : contact@rogerbertrand.fr
    Site : www.rogerbertrand.fr

    Vignoble de 14 ha sur sol argilo-calcaire et grès ferrugineux. Vendanges manuelles et culture raisonnée donnent ce Corbières cuvée Raoul 2007, provenant d'une macération des raisins entiers (28 jours), élevé 18 mois en fûts, de belle robe grenat, de très bonne base tannique, gras, très équilibré, riche et charnu, au nez dominé par la griotte mûre. Le Corbières rouge cuvée Aurélien 2006, de belle robe grenat, charnu comme il se doit, un beau vin qui développe des arômes de cassis et de violette, qui allie charpente et souplesse en bouche, ample et ferme, aux nuances de violette et de réglisse persistantes au palais. Excellent Corbières rouge Tradition 2008, de couleur soutenue, au nez complexe, aux notes de fraise des bois, d'humus et d'épices, un vin corsé et typé. Issu de saignée, le Corbières rosé 2009 est franc et frais, de belle teinte soutenue et limpide, au nez complexe sur le fruit. Le vin de Pays d'Oc Chardonnay 2008, suave, très fruité, avec ces notes d'amande et de fleurs fraîches, très bien équilibré en acidité, un vin ample, riche en bouquet.

    Domaine MARTINOLLE GASPARETS

    Domaine MARTINOLLE GASPARETS

    (CORBIÈRES)
    Mr Martinolle

    11200 Lézignan-Corbières
    Téléphone :04 68 27 10 45
    Email : pierre.martinolle@domaine-martinolle.com
    Site : www.domaine-martinolle.com

    Au sommet. Domaine de 30 ha. Remarquable Corbières Boutenac 2008, tout en bouche, généreux, bien corsé, un vin riche en couleur, classique, de belle matière, aux tanins bien fermes, au nez dominé par la mûre et les sous-bois. Le 2007, de couleur intense, au nez puissant et persistant de fruits noirs et d'épices, aux tanins bien enveloppés, est un vin puissant, de bouche riche et harmonieuse. Le 2006, médaille d'Or au concours des Vins de Corbières, très corsé, bien typé comme nous les aimons, charnu, très parfumé (griotte épices), un vin puissant, aux tanins denses et structurés, tout en bouche, très équilibré, d'évolution lente. Beau 2005, de belle couleur, aux notes de cerise et de sous-bois, aux tanins riches et soyeux à la fois, un vin puissant à fort potentiel. Le 2004 est bien charnu, aux tanins amples, au nez dominé par les petits fruits rouges à noyau, un vin coloré, avec ces notes de cerise et d'humus au palais, de très bonne évolution. Excellent Corbières blanc 2010, où s'associent rondeur et distinction, frais, aromatique, d'une jolie finale longue avec cette subtile pointe d'agrumes et de fleurs bien caractéristique.

    Château MINGRAUT

    Château MINGRAUT

    (CORBIÈRES)
    Véronique Robin Cuculière

    11700 Fontcouverte
    Téléphone :04 68 43 40 01 et 06 82 00 50 66
    Télécopie : 04 68 43 40 02
    Email : info@domaine-mingraut.fr
    Site : www.domaine-mingraut.fr

    Vignoble de 8 ha en conversion bio. Beau Corbières rouge cuvée Passionnément 2007, un beau vin, complet, aux tanins enrobés, d'un beau grenat aux reflets violacés, puissant et charpenté avec des senteurs très présentes de framboise, de sous-bois et de cannelle, de bonne garde. Le Viognier est un vin gras avec une bonne pointe d'acidité très agréable, aux arômes de poire et de fleurs blanches, tout en persistance, idéal sur des coquilles Saint-Jacques. Il y a aussi le vin de Pays d'Hauterive Eden rouge 2006, un vin avec de la matière et des tanins, aux nuances de fruits rouges et de sous-bois, tout en bouche comme le vin de Pays d'Hauterive Sensuelles rouge 2006, charmeur et volumineux, avec des notes de violette et de réglisse, il est classique, riche en couleur, dense en bouche, où prédominent les fruits macérés, réussi comme le VDP d'Hauterive cuvée Rouge & Noir 2007, intense en couleur et en arômes, tout en bouche, avec des notes subtiles d'humus et de petits fruits rouges surmûris au palais, vraiment réussi.


    Château VILLEMAGNE

    Château VILLEMAGNE

    (CORBIÈRES)
    Sophie et Christophe Hebraud
    Hameau de Villemagne
    11220 Lagrasse
    Téléphone :04 68 24 06 97
    Télécopie : 04 68 24 06 97
    Email : chateau.villemagne@free.fr
    Site : http://chateau.villemagne.free.fr

    Domaine de 61 ha dont 28,25 de vignes, situé dans la moyenne Corbières. Exploitation familiale depuis 6 générations. Valeur sûre avec leur Corbières rouge 2004, bien élevé en fûts de chêne 24 mois, de couleur intense, au nez persistant et subtil à la fois, aux notes de petits fruits mûrs (cassis, griotte) et de truffe, aux tanins riches et bien fondus, parfait sur un magret. Le 2003 se goûte très bien, un vin velouté, très parfumé, avec ces notes de sous-bois et de fruits mûrs (fraise, myrtille). Le Corbières rosé 2010, vendanges manuelles, vinification par saignée, tout en arômes (abricot et rose), est un vin franc, vif et souple à la fois, très agréable. Goûtez aussi le vin de table Chardonnay Reflet d'Oc (Chardonnay), harmonieux, au parfum de noisettes et de pêche blanche, d'une belle ampleur au nez comme en bouche.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu