Avertir le modérateur

  • Pin it!

    Choisissez bien vos vins du Médoc !

    Si les vins du Médoc sont réputés, ce n’est pas pour être des vins intouchables à cause de leur prix ou des micro-cuvées qui n’existent que pour rafler de bonnes notes à des concours et ne correspondent plus à la grande tradition médocaine. Ces pratiques sont une honte pour la majorité des grands vins de la région, qui sont des vins fermés dans leur jeunesse, typés par leur terroir, et qui demandent d’évoluer dans le temps pour s’exprimer, en fonction de chaque millésime, respectant ainsi la nature. La force du terroir est la base de tout. Les autres sont sans intérêt, et les prix sont souvent déments.

    ACCEDEZ A L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES VINS / C’EST GRATUIT !!!!!

    Pour les millésimes, misez sur les 2010, 2009, 2007, 2006, 2004 et 2002 (supérieur au 2003), voire 2001, très classiques, et faites-vous plaisir avec les 1999, 1997, 1996 ou 1990. La priorité, c’est de laisser s’exprimer son terroir, en respectant la vigne, en limitant les rendements, en pratiquant la lutte raisonnée, en laissant faire la nature… Il y a une dizaine d’années, le travail des vignes avait été délaissé dans certains crus, au profit de la vinification et d’expériences à outrance. Si les techniques modernes sont souvent remarquables, les propriétaires traditionnels continuent de faire ce qu’ils savent faire, en se servant des progrès mais sans masquer leur typicité.

    De Pauillac à Saint-Estèphe, de Moulis à Margaux, à Listrac comme à Saint-Julien, en Haut-Médoc et en Médoc, les coups de cœur sont nombreux. En parallèle, les prix très exagérés de certains vins renommés sont difficilement cautionnables, surtout pour les 2007 et 2005.

    LE CLASSEMENT DES VINS QUI COMPTENT

    Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)
     

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A
    Priorité à la puissance
    LATOUR
    MOUTON-ROTHSCHILD

    MONTROSE

    CALON-SÉGUR
    CLERC-MILON
    GRAND-PUY-LACOSTE
    PICHON-COMTESSE

    CATEGORIE B
    Priorité à l'élégance
    LAFITE
    MARGAUX

    LÉOVILLE-BARTON

    BRANE-CANTENAC
    LANGOA-BARTON

    DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A
    Priorité à la puissance
    BATAILLEY*
    FONBADET
    HAUT-BATAILLEY*
    LA GALIANE
    LYNCH-BAGES*
    RAUZAN-SÉGLA
    TRONQUOY-LALANDE*

    BEAU SITE
    ESTEAU
    FONTESTEAU
    FOURCAS-HOSTEN
    LE MEYNIEU
    LA PEYRE

    BROUSTERAS
    HENNEBELLE
    COUDOT*
    HOURTIN DUCASSE
    LAMOTHE-CISSAC
    LESTAGE-DARQUIER*
    TAFFARD DE BLAIGNAN*
    TOUR de BESSAN*

    BEYZAC
    BOIS CARRÉ*
    BRANAS GRAND POUJEAUX*
    LES MOINES*
    PONTAC-LYNCH
    TOUR MARCILLANET

    BÉJAC-ROMELYS
    DAVID*
    HAUT-BELLEVUE
    LOIRAC*
    POUJEAUX*
    (PREUILLAC*)
    LES TROIS MANOIRS

    CATEGORIE B
    Priorité à l'élégance
    CLAUZET*
    DESMIRAIL
    GLORIA*
    HAUT-MARBUZET
    MAUCAILLOU
    TOUR DE BY

    ARGILUS DU ROI
    DOYAC
    FOURCAS-DUPRÉ
    HANTEILLAN*
    LAMARQUE
    PETIT BOCQ
    ROSE BRANA
    SAINT-AHON
    TOUR-DU-ROC

    LE BOURDIEU*
    HOURBANON*
    PANIGON*
    PATACHE D'AUX*
    PLANTIER ROSE*
    POMYS*
    REYNATS

    BELLERIVE*
    BOIS DE ROC
    CASSANA*
    (RAUZAN-GASSIES)
    SOULEY-SAINTE-CROIX

    CHALET DE GERMIGNAN*
    CROIX du TRALE*
    DONISSAN*
    LACOMBE-NOAILLAC
    LES MARCEAUX*
    (MONGRAVEY*)

    TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A 
    Priorité à la puissance
    CHANTEMERLE*
    DOMEYNE
    GRAVES DE LOIRAC
    LA TESSONNIÈRE
    TOUR DU GOUA
    VIEUX GADET
    ANTHONIC
    (CAPDET)
    ESCOT
    LAUGA
    SIORAC
    (TOUR DES TERMES)
    LE BEYAN*
    LABADIE
    (SAINT-AUBIN)
    BÉHÈRÉ
    (CARCANNIEUX)
    (HAUT-BRISEY*)
    ROQUEGRAVE
    CATEGORIE B 
    Priorité à l'élégance
    AGASSAC
    (CARONNE-SAINTE-GEMME)
    (LAULAN-DUCOS)
    (LOUDENNE*)
    (SÉRILHAN*)
    SIGOGNAC*
    (TOUR DE PEZ*)
    (FOURCAS DUMONT)
    GRANGES D'OR
    GRAND BRUN
    GRAVIERS
    LANESSAN
    LARRIVAUX
    (PEYREDON-LAGRAVETTE)
    LE TEMPLE*
    (SIRAN)
    TOUR CASTILLON
    (BALAC)
    BEAUVILLAGE
    FONRÉAUD
    LESTRUELLE
    (MALLERET)

     

    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
  • Pin it!

    Dix appellations, 10 vins de référence !

    Château TOUR SAINT-PIERRESAINT-ÉMILION Château TOUR SAINT-PIERRE

    Château TOUR SAINT-PIERRE 

    (SAINT-ÉMILION)
    Indivision Goudineau Gérante : Florence Pauly-Callot
    BP 9
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 70 23 
    Télécopie : 05 57 74 42 74 
    Email : toursaintpierre@free.fr 

    Un vignoble de 12 ha (80% Merlot, 10% Cabernet-Sauvignon, 10% Cabernet franc) cultivé sans utilisation de désherbant chimique ou d'insecticide. Beau Saint-Émilion GC 2009, intense encouleur comme en arômes, qui fleure bon les fruits cuits et le fumé, soyeux et dense en bouche, un vin harmonieux, auquel il faut laisser du temps pour s'exprimer au mieux. Le 2008, un vindense où domine l'élégance, aux notes de truffe et de fraise des bois, d'un beau rouge profond, est riche en bouche, ample et structuré. Le 2007, de charpente très élégante, tout en nuancesaromatiques, aux notes de cassis, de pruneau et d'épices, de belle robe soutenue, estharmonieux, de très bonne évolution. Le 2005, aux tanins soyeux et fermes à la fois, au nezdominé par le cassis mûr et l'humus, commence à peine à s'ouvrir. Le 2004, tout en couleur et en matière, très typégras, au nez subtil, avec ces notes très caractéristiques et persistantes de fumé et d'épices, aux tanins puissants mais très fins. Le 2003 est coloré et très aromatique, d'une grande subtilité en bouche, aux senteurs de cassis, de cuir et de truffe, très corsé, biencharpenté, aux tanins fermes mais d'une grande élégance.
     
     
    Domaine MACLE Domaine MACLE

    Domaine MACLE 


    Laurent Macle
    Rue de la Roche
    39210 Château-Chalon
    Téléphone :03 84 85 21 85 
    Télécopie : 03 84 85 27 38 
    Email : maclel@wanadoo.fr 

    Au sommet. Une maison créée en 1850, 12 ha devignes en Château-Chalon et en Côtes-du-Jura, sur des terres argilo-calcaires et éboulis de falaises en surface, exposition sud-est et plein sud. Le Château-Chalonpossède une typicité propre par rapport aux autres Vins Jaunes, expliquée par son terroir de marnes gris bleuté du lias augmentées du cailloutis provenant des falaises supérieures, aidant au réchauffement du raisin et à sa meilleure maturation. Les vignes en coteaux et souvent à très forte pente (45%) expliquent la passion des hommes pour cultiver leur vignoble (travail à la chenille, façonnage des terrasses...) et défendre cette appellation, n'hésitant pas à mettre en place une dégustation d'agrément en fin d'élevage, avant la mise en bouteilles. Exceptionnel Vin Jaune Château-Chalon 2004, sélection de vieilles vignes (35 hl/ha, Savagnin) et d'un petit vignoble planté sur un sol argilo-calcaire, élevé très soigneusement en fûts de chêne 6 ans minimum, un vin d'exception, d'une grande intensité d'arômes (abricot confit, fruits secs...), d'une grande harmonie. Superbe 2003, suave et subtil, avec ces notes d'amande et de fleursfraîches, très bien équilibré, un vin ample, riche en bouquet, très harmonieux, d'évolution lente. Le Macvin du Jura est une référence, à savourer devant un feu de cheminée.


    Château EUGÉNIECAHORS Château EUGÉNIE

    Château EUGÉNIE 

    (CAHORS)
    Famille Couture
    Rivière-Haute
    46140 Albas
    Téléphone :05 65 30 73 51 
    Télécopie : 05 65 20 19 81 
    Email : couture@chateaueugenie.com 
    Site : www.chateaueugenie.com 

    Une propriété transmise de père en fils depuis 5 siècles. Le vignoble de 35 ha s'étend sur des terrasses, demi-coteaux et coteaux. Au sommet avec leur remarquable Cahors cuvée Réservée de l'Aïeul 2008 (85 à 90% Malbec et 10 à 15% Tannatmacérations longues de 20 à 25 jours en cuverie inox, avec contrôle de la température et des remontages programmés, puis élevage en fûts de chênedurant 18 mois, dont 1/3 en fûts neufs, pas de collage), un vin au nez concentré et complexe, dense, typé, aux tanins amples, bien élevé, où l'on retrouve en bouche des notes de framboise mûre, de prune et de musc, très réussi. Le 2007, un vin de bouche pleine et riche, aux nuances complexes de fruits des bois et de fumé, puissant et savoureux, aux taninsmûrs, d'excellente évolution. Beau Cahors Haute Collection 2008, pur Malbec, élevé en fûts de chêne neufs durant 18 mois, aux senteurs de fruits rouges avec des notes fumées subtiles, un vin chaleureux, corsé, parfumé, puissant. Goûtez le Cahors cuvée Pierre le Grand 2008, aux arômes de petits fruits noirs et de réglisse, aux tanins fermes et enrobés à la fois. Très joli Cahors Tradition, classique, bien charnu.


    BARON-FUENTÉ BARON-FUENTÉ

    BARON-FUENTÉ 


    Ignace Baron
    21, avenue Fernand-Drouet, BP 23
    02310 Charly-sur-Marne
    Téléphone :03 23 82 01 97 
    Télécopie : 03 23 82 12 00 
    Email : accueil.baronfuente@wanadoo.fr 
    Site : www.baronfuente.com 

    Coup de cœur pour ce Champagne Grand Cépage Pinot Noir, de jolie robe dorée, au nez complexe (abricot), tout en finesse aromatique, alliant richesse et ampleur. LeGrand Cru brut est tout en charme, au nez de petits fruits frais (citron), très bien équilibré enacidité, de bouche suave. L'Esprit de Baron-Fuenté, parts égales de Chardonnay, Meunier etPinot Noir, est un vin parfumé, puissant, dense au nez comme au palais, avec cette pointe de fraîcheur bien caractéristique. Le brut Grand Millésime 2004 est tout en arômes, au nez depêche et d'amande, suave, de mousse fine. Le rosé Dolorès brut, de mousse abondante etfruitée, est une cuvée tout en fraîcheur aromatique, avec des notes de fruits frais et de violette, mêlant saveur et distinction. Le vinvineux et fin à la fois, associe richesse aromatique et persistance, avec des senteurs de fruits secs et d'agrumes, de bonne bouche. Le Grand Cépage Meunier, de bouche délicate dominée par des nuances d'agrumes et de fruits secs, de belle structure, une belle cuvée de mousse crémeuse, À la suite, ce savoureux Champagne Galipettes brut (raisins issus de l'agriculture biologique, certifié Écocert, Meunier majoritaire), de belle robejaune paillerond et fruité, d'une longueur certaine en bouche, aux notes florales (rose, acacia…), fondu au palais avec cette touche de brioche.
     
     
    Domaine BLANCK

    Domaine BLANCK 


    Frédéric et Philippe Blanck
    32, Grand-Rue
    68240 Kientzheim
    Téléphone :03 89 78 23 56 
    Télécopie : 03 89 47 16 45 
    Email : info@blanck.com 
    Site : www.blanck.com 

    Belle exploitation familiale (depuis le XVIe siècle) et un vignoble de 36 ha. RemarquableGewurztraminer Furstentum Vendanges Tardives 2007, velouté, de belle couleur dorée, au nez riche dominé par des notes de pain grillé et de fruits macérés, un millésime de longue évolution. À leurs côtés, le Muscat d'Alsace 2010, de bouche riche, toute en finesse, très parfumé, de jolie teinte dorée, et le très bon Pinot Noir “F” 2008, aux reflets violets avec des arômes de framboise, intense aux papilles, réussi charnu, idéal sur un salmis. Le Riesling Schlossberg 2008 est de bouche bien fruitée, un vin très équilibré, dense ettypé, où la richesse s'allie à la distinction.


    Château des MOINESLALANDE-DE-POMEROL Château des MOINES

    Château des MOINES 

    (LALANDE-DE-POMEROL)
    Scea Du Château des Moines Patrick Merle et Jean Darnajou

    33500 Lalande-de-Pomerol
    Téléphone :05 57 51 40 41 
    Télécopie : 05 57 25 04 21 
    Email : contact@chateaudesmoines.com 
    Site : www.chateaudesmoines.com 

    Très bien classé, et c'est bien mérité. Une exploitation familiale depuis plusieurs générations de 20 ha dont 1,30 ha en Bordeaux. Un travail traditionnel (labour, enherbement...), des techniques modernes viticoles (pressoir pneumatique, thermorégulation, table de tri, vibreur...), des cépages variés (72% Merlot, 15%Cabernet-Sauvignon, 10% Cabernet franc et 3% deMalbec)... Remarquable Lalande-de-Pomerol Prestige 2009, élevé en fûts neufs, très équilibré, au nez de cerise confite et d'humus, de charpente puissante mais très élégante, tout en nuances aromatiques, de robe soutenue, encore très jeune. Complexe 2008, au nez subtil où dominent le cuir, la cerise et les épices, un vin velouté et riche, d'une belle persistance et de très bonne garde. La cuvée Tradition 2009, de robe légèrement pourprée, au nez de violette, associé aux arômes fruités de fraise et de framboise, est tout en bouche, un vin structuré, charnu comme il se doit. Le 2008 est un vin bien corsé, alliant une charpente réelle à une jolie rondeur. Le 2007, aux senteurs de petits fruits confits et de sous-bois, est riche en couleur comme en matière, aux tanins ronds mais bien présents, un beau vin charnu et souple à la fois.


    Gérard et Laurent PARIZE

    Gérard et Laurent PARIZE 

    (GIVRY)
    Laurent Parize
    18, rue des Faussillons
    71640 Givry
    Téléphone :03 85 44 38 60 et 06 72 93 36 31 
    Télécopie : 03 85 44 43 54 
    Email : laurent.parize@wanadoo.fr 

    Beau Givry rouge Premier Cru Les Grandes Vignes 2009, provenant d'un élevage d'environ 12 mois en fûts neufs, au nez intense et subtil à la fois (griotte, humus), bien typé, un vin charpentéet tout en rondeur, très caractéristique des meilleures bouteilles de son appellation. Le 2008, aunez de fruits mûrs et d'humus, est riche et complexe, tout en bouche, de couleur soutenue, aux tanins bien équilibrés mais bien fondus. Excellent Givry blanc Premier Cru Les Grandes Vignes 2009, avec beaucoup de finesse, des arômes marqués d'amande et de musc, idéal sur un saumon au four. Le Givry Champ Nalot rouge 2009 (élevage en fûts d'une année), d'un joli rouge soutenu, aux senteurs de réglisse et de griotte, mêle structure et finesse, de bouche persistante. Le Givry blanc Champ Pourrot 2009, très bien vinifié, avec des notes de pêche et d'aubépine, intense, à la fois ample et distingué, est un très joli vin.


    Domaine COUDOULIS

    Domaine COUDOULIS 

    (LIRAC)
    scea Domaine Coudoulis
    Route de Saint-Victor-la-Coste
    30126 Saint-Laurent-des-Arbres
    Téléphone :04 66 22 85 89 
    Télécopie : 04 66 22 85 89 
    Email : caveau-estel@orange.fr 

    Domaine de 28 ha surplombant le village. Sol rouge et caillouteux de type argilo-calcaire où abondent les galets roulés. Particulièrement apprécié ce Lirac cuvée Hommage 2010, “Hommage à nos meilleures parcelles de Grenache et de Syrah”, précise-t-on. Récolte manuelle, raisins triés, élevage en fût de 12 mois... donnent ce vin de bouche pleine et riche, aux nuances de fruits des bois, avec des tanins mûrs, de couleur soutenue. Excellent Liracrouge cuvée Bacchus, un vin concentré, de couleur pourpre intense, aux tanins riches et savoureux, très parfumé (mûre, épices...), de bouche puissante où se retrouvent les fruits noirs, chaleureux, riche en couleur comme en matière.
     
    Domaine Jean TEILLER

    Domaine Jean TEILLER 

    (MENETOU-SALON)
    Jean-Jacques Teiller et Patricia Luneau
    13, route de la Gare
    18510 Menetou-Salon
    Téléphone :02 48 64 80 71 
    Télécopie : 02 48 64 86 92 
    Email : domaine-teiller@wanadoo.fr 
    Site : www.domaine-teiller.fr 

    Exploitation familiale créée dans les années 1950, 15 ha de vignes de plus de 20 ans. BeauMenetou-Salon blanc 2010, de couleur jaune d'or, au nez d'agrumes, séduisant par sa structure distinguée en finale. Excellent Menetou-Salon blanc Mademoiselle T, au nez minéral, aux connotations d'agrumes et de fleursblanches, beaucoup de persistance et d'élégance. Le Menetou-Salon cuvée Hommage 2006, de robe rouge cerise, très fruité, très typéPinot Noir, de couleur grenat, aux tanins savoureux, avec des notes de griotte et de violette, corsé et équilibré, parfumé en finale. Goûtez le Menetou-Salon cuvée Rencontre, au nez minéral et exotique, d'un très bon équilibre acidité-sucre qui lui apporte cette finaleronde et gourmande. Très joli Menetou-Salon rosé 2010, un vin de belle teinte, tout en finesse, de bouche suave, aux senteurs de rose et d'abricot frais, idéal sur des mets épicés.
    Domaine CHARBONNIER

    Domaine CHARBONNIER 

    (TOURAINE)
    Earl Charbonnier Michel et Stéphane
    4, chemin de le Cossaie
    41110 Châteauvieux
    Téléphone :02 54 75 49 29 et 06 14 70 95 44 
    Télécopie : 02 54 75 40 74 
    Email : dms.charbonnier@domainecharbonnier.com 
    Site : www.domainecharbonnier.com 

    Troisième génération de vignerons, un vignoble de 20 ha (60% rouges, 40% blancs), culture raisonnée, taille guyot simple, de´sherbage sous le rang, enherbement. Cela donne ceTouraine cuvée Prestige 2009, avec des notes de framboise fraîche, bien typé, un vin savoureux, avec des tanins soyeux et puissants à la fois. Beau 2006, médaille d'Argent au concours des vins du Val de Loire, de couleur profonde, tout en nuances d'arômes (griotte,cannelle, grillé), aux tanins fondus mais riches, de belle évolution. Le Touraine Côt 2009 (argileà silex et limon argileux), au nez de violette, associé aux arômes fruités de fraise et deframboise, est tout en bouche. Séduisant Touraine Sauvignon 2010, de jolie robe, avec cette nervosité caractéristique, marqué par soncépage, où s'entremêlent les fruits (agrumes) et les fleurs fraîches, tout en bouche, très réussi comme le Touraine Pinot Noir 2008, aunez complexe à dominante de fruits frais et d'humus. Il y a aussi ce Rosé De Loire L'Élégance 2010, de belle robe saumonée, idéal sur un soufflé au fromage, et le Fines Bulles de Touraine Méthode Traditionnelle brut, très bien dosé, de mousse abondante, tout en rondeur, tendre et corsé à la fois, alliant saveur et distinction.
     
     
  • Pin it!

    Rhône : les vins n'ont jamais été aussi bons !

    83.jpgMes coups de cœur sont nombreux cette année, et le Classement 2013 s’en ressent. De Vienne en Avignon, les rouges, charnus, charpentés, séveux, racés, avec des notes de prune, de réglisse et des parfums de sous-bois, sont des vins denses et chaleureux comme nous les aimons. On déguste des blancs rares et savoureux (Condrieu, Hermitage, Saint-Joseph et Châteauneuf-du-Pape), issus de raisins qui se plaisent à merveille dans ces sols pauvres, exceptionnels pour la vigne qui doit chercher sa nourriture en profondeur.

    ACCEDEZ A L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES VINS / C’EST GRATUIT !!!!!

    Le point sur les millésimes

    Pour les millésimes, les 2010 et 2009, puis le bon 2008, le 2007 est remarquable ici, peut-être supérieur au 2006. Les 2005 et 2003 sont très mûrs, le 2004 très classique, très réussi, le 2002 très difficile à maîtriser, et Il faut prendre le temps de conserver ces vins, car on débouche de grandes bouteilles actuellement dans des millésimes comme 1998, 1995 ou 1990.

     Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE

     ACCEDEZ DIRECTEMENT AUX COMMENTAIRES DE DEGUSTATION EN CLIQUANT SUR LE NOM (EN GRIS)

    Prix d’Honneur

    Denis Alary
     

    Prix d’Excellence

    Famille Mathieu
     

    Satisfecits

    Famille Gaspari (Côte de l'Ange)
    Jean-Yves Perez (Obrieu)
    Famille Théric (Puy des Arts)
    Jean-Claude Vidal (Banneret)
    Bernard Viguier (Mayol)
     

    Lauréats

     
    La Lettre hebdomadaire de MILLESIMES
    Les meilleurs vins dégustés
    gratuitement dans votre e-mail

    Tapez votre adresse email :

     
     

     

    Espoirs

    Famille Chouvet (Fontavin)
    Famille Lombard (Peylong)
    Vincent Moreau (Galuval)
  • Pin it!

    Sud-Ouest : les vins "collent" aux produits du terroir

    LES VINS DU SUD-OUEST

    676.jpgOn peut regretter l’arrivée de cuvées surchargées par le bois et “fabriquées” pour avoir une bonne note auprès de “critiques”, ceci facilitant une hausse de Prix totalement incautionnable. Je me méfie des cuvées et des communications spéciales Malbec, qui mettent trop le cépage en avant, et de quelques vins de mode dans cette région où les cépages et les sols ont une véritable influence, une véritable présence historique. Ne vaut-il pas mieux montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas à Cahors ou à Madiran ?

    Dans cette région du Sud-Ouest, les cépages et les sols ont une véritable influence, une véritable présence historique. De quoi montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas à Cahors ou à Madiran. À quoi bon avoir de beaux cépages de caractère comme leTannat, le Cot, La Négrette ou le Gros Manseng si c’est pour “lisser” les vins et les dépersonnaliser au point que l’on ne sait plus ce que l’on goûte ? La complexité des terroirs et des climats est pourtant bien réelle dans la région, et prouve que l’on ne fait pas la même qualité, selon les aléas de la nature, au fin fond du Béarn ou dans le Lot. C’est ce qui compte, et crée la typicité.

    En Périgord, les vins retenus sont racés comme nous les aimons, marqués par des terroirsspécifiques et des cépages appropriés. C’est vrai en Pécharmant, en Côtes-de-Bergerac, enMonbazillac ou en Côtes-du-Marmandais.

     

    Pour tout savoir sur les vins du Sud-Ouest, cliquez ICI 

    Pour les Classements des meilleurs vins du Sud-Ouest, cliquez ICI 

    Pour le Top Vignerons du Sud-Ouest, cliquez ICI

     

    LES PRODUITS DU TERROIR

    Ce sont des régions connues pour leur bonne chère, aux spécialités rustiques et solides. La viande la plus utilisée est l’agneau, préparé sous toutes ses formes. Le lait, lui sert à la fabrication du roquefort ; les peaux rejoignent les usines d’où elles ressortent transformées en gants… Dans le Rouergue, on ne fait pas mentir les proverbes, la preuve, « tout est bon dans le mouton » ! Cette cuisine utilise aussi le porc, les oies et canards, ainsi que les veaux élevés sous la mère.

    Le gibier à poil (lièvre, sangliers, et une race de chamois en voie d’extinction, les isards, que l’on peut rencontrer dans les Hautes-Pyrénées)  et le gibier à plumes (grives, palombes, bécasses et perdrix) ont une place prépondérante.

    Évidemment, dans ces pays, nombreuses sont les spécialités charcutières : foie gras d’oie ou de canard, confits, magrets –toujours de ces même volailles– et même confits de porc, et tout ce qui en découle : jambons crus, cuits, saucissons, saucisses, ainsi que des préparations typiques tels le « cambayou », jarret de porc salé, le « coustellou », travers de porc, le « said », panne de porc à consommer rance dans une soupe. Les boudins n’ont pas été oubliés, le blanc appelé « melsat », le noir (« galabart ») et l’andouillette, saucisse à base de couenne. Pour Pâques, les habitants des ces régions dégustent au petit déjeuner, accompagné de radis, le « fetze », saucisse de foie de porc conservée deux mois dans la saumure puis séchée. Le mouton, si prisé, se retrouve sous forme de tripes, de gras-double. A goûter particulièrement celles du Rouergue, avec du jambon. Mais si vous préférez, il y a les ballotines de dinde, les cailles farcies au foie gras que l’on trouve dans le Lot, à Cahors, et qui sont toujours très appréciées.

    En revanche, peu de poissons dans ces régions, principalement des truites, des sandres, des brochets, goujons et saumons que l’on pêche dans l’Adour.

    Bien que dans le Lot, le marché de la truffe soit très important, nous ne retrouvons pas ce légume dans les plats régionaux, ou vraiment très rarement. Les soupes, elles, sont très variées, le plus souvent à base de fèves avec du lard, du jambon, de la mie de pain, de la menthe et de l’ail, ou seulement avec du lard légèrement ranci placé dans une boîte trouée, c’est alors la « gargoutière ».

    La soupe aux choux a plusieurs variantes : en Ariège on rajoute du confit, dans l’Aquitaine on lui adjoint du porc et des haricots, c’est l’« ouillade ». Elle peut être préparée avec une carcasse d’oie ou agrémentée de pain et de morceaux de fromage de Laguiole trempés dans l’huile, devenant alors « soupe de laguiole ». Le pot-au-feu de poule régional, le « mourtaïrol », est préparé avec du safran. Il peut être également cuisiné à partir de bœuf haché, de légumes et de marrons, mais reste toujours parfumé au safran, c’est ce qui fait son originalité. Une autre spécialité aveyronnaise à goûter les pour les soirs de grand froid : la soupe aux châtaignes, appelé « bajanne rouergate ».

    Le fromage est bien entendu le grand maître, surtout avec le roquefort qui porte le nom du pays où il est produit. Acheté directement dans les caves, il est particulièrement enthousiasmant, à base de lait de brebis et fort crémeux. Une autre spécialité faite à base de lait de vache, le laguiole, qui comporte quelques similitudes avec le cantal, la seule différence provenant des laits –ce sont les vaches de race Aubrac qui donnent leur lait pour le laguiole et celles de Salers pour le cantal.

    Peu d’originalité en ce qui concerne le pain, un seul sortant du lot, le « pain ravaille » fabriqué à Foix. Ce n’est pas le cas des pâtisseries, qui occupent une place certaine. On trouve la fouace, la pompe à huile, sorte de galette non levée à l’huile et aux noix, surtout dans la ville de Rodez. Il y a également le gâteau aux noix caramélisées de Cahors, la croustade aux pommes et aux pruneaux. Cette préparation a une particularité : sa pâte feuilletée doit être aussi fine que du papier à cigarettes, elle est donc fort légère, à savourer tiède.

    De Tarbes nous vient le gâteau à la broche, de Montcuq nous viennent les gaufres, d’Albi des navettes aux amandes et de petits bonbons à l’anis, les « jeannots », ou d’autres du nom de « briques ». Si vous passez par Montauban, goûtez les brioches décorées d’angélique, les « coques », et les dragées de Vabre, les pralines. A Toulouse, ville célèbre pour ses violettes, ne passez pas à côté des violettes confites. A Auch, vous découvrirez de petits gâteaux secs, les « dollars de Capéran », ou les fruits aux épices. Mazamet est le fief du « cuirot », autre friandise. Les douceurs de Bigorre, quant à elles, portent bien leur nom charmant de châtaignes, chardons, hussardes ou encore bigourdettes.

    Nous avons gardé pour le final les pruneaux à l’Armagnac, dont la réputation n’est plus à faire. Autre digestif à base de prunes, la prune de Souillac. Pour avoir son maximum d’arômes et être plus digeste, cette préparation est préalablement chauffée dans le verre puis flambée. C’est loin d’être évident à faire, il faut une sérieuse habitude !



     
  • Pin it!

    Dix vins coups de cœur

    CHATEAU DES MAILLES


    SAINTE-CROIX-DU-MONT
    Le château appartient à la famille Larrieu depuis 1734, il est situé sur un coteau argilo-calcaire faisant face à la Garonne, et reposant sur d’énormes bancs d’huîtres fossiles. Bénéficiant ainsi d'une exposition plein sud, le vignoble s'étend sur une superficie de 28 hectares dont 23 sont consacrés aux vignes blanches et 5 aux vignes rouges. Le Sainte-Croix-du-Mont 2005 est de belle robe dorée, avec des arômes de fleurs blanches et de miel, une bouche onctueuse à la finale vive et dense, typé et riche, très parfumé, très persistant, qui associe finesse et richesse aromatique. Le 2003 est tout en subtilité d’arômes (fruits cuits, aubépine), d’une douce onctuosité, un vin à découvrir à l’apéritif ou sur un dessert, très abordable. Le 2002 est un vin persistant, aux nuances aromatiques complexes (rose, acacia, miel...), très équilibré, fondu en bouche, de belle garde comme ce remarquable 2001, onctueux à souhait, au nez complexe et puissant dominé par des notes de miel et d’abricot confit. Superbe cuvée Laurence 2005, de couleur dorée, au nez dominé par les fruits mûrs (poire) et les petits fruits secs, légèrement miellé, tout en suavité et finesse, de belle garde. Pour le plaisir, cette superbe cuvée Laurence 98, au nez riche dominé par des notes de fruits macérés, qui commence à se goûter parfaitement.


    CHAMPAGNE RENE RUTAT


    VERTUS
    Le travail de la vigne et du vin est une tradition familiale chez les Rutat : des arrières grands-parents tonneliers et des grands-parents vignerons ont donné le goût et la passion du vin à leur fils René. Le Champagne René Rutat naît ainsi au début des années 1960 avec le statut de "Propriétaire-Récoltant". Et c'est à partir de 1985 que Michel reprend à son tour la Maison familiale aux côtés de son épouse Evelyne. Vignerons à Vertus depuis plusieurs générations, le Champagne René Rutat est aujourd'hui régulièrement reconnu et récompensé pour ses qualités, par les professionnels du Vin. Goûtez par exemple leur beau Champagne Blanc de blancs (étiquette grise), dense au nez comme en bouche, ample et persistant, d'une très belle expression, alliant élégance et charpente. Étonnant demi sec, très fin, onctueux et frais à la fois, très agréable en bouche avec cette pointe de miel et d'acacia, un Champagne à découvrir sur les desserts. Excellente cuvée Millésimée, riche en parfums, au nez de petits fruits mûrs, d'une belle finale en bouche, vraiment remarquable par son rapport qualité-prix-typicité, comme le brut Grande Réserve (étiquette rouge), très aromatique.


    CHATEAU DE CHANTEGRIVE


    GRAVES
    Grâce aux patients efforts de remembrement accomplis par Françoise Lévêque depuis quarante ans, le Château de Chantegrive est devenu un superbe vignoble doté d'excellents terroirs constitués de graviers roulés mélangés à des sables fins s'appuyant sur une structure argilo-calcaire. Les vignes de plus de 30 ans d'âge sont plantées en majorité sur des terrasses et de légères croupes orientées au sud et bénéficient d'un excellent ensoleillement et d'une bonne ventilation. Des atouts qualitatifs indispensables pour faire du bon vin. C'est aussi une superbe exploitation dotée des meilleurs équipements inspirés à la fois par la tradition et les techniques modernes. Le Château Chantegrive est enfin conduit par une famille sympathique et passionnée par le vin, soucieuse du travail bien fait, respectueuse du client et responsable de la qualité des vins qu'elle produit. "Nous aimons produire des vins typés, précise Françoise Lévêque, élégants et de très grande qualité, nous sommes d'ailleurs fiers de retrouver nos vins dans les palmarès, c'est un encouragement pour continuer". Leur Cuvée Caroline est prestigieuse. On est très vite envoûté par ce vin riche et intense, élevé en fûts neufs, à la belle robe dorée, au nez, très élégant et intense, avec des notes de vanille, de citron, de beurre frais, d'amande grillée et de tilleul. Le vin est suave, avec une attaque en bouche franche, dominée par le fruit et le gras.
     
     

    AMADIEU PIERRE


    GIGONDAS
    Producteur de Gigondas depuis 1929, le vignoble familial s'étend aujourd'hui sur 137 hectares dans les hauteurs des Dentelles de Montmirail et constitue le plus grand domaine de Gigondas. Regroupées autour des bâtisses de la Romane et de la Machotte, à une altitude moyenne de 400m, les vignes bénéficient d'une situation exceptionnelle. L'altitude, l'orientation Nord - Nord Ouest des coteaux et la singularité de ces terroirs, uniques sur le territoire de Gigondas, apportent fraîcheur et finesse aux vins. Les rendements sont naturellement limités. Chaque parcelle est vendangée manuellement à maturité. J’ai beaucoup aimé le Gigondas Domaine Grand Romane 2009, dont les vignes connaissent une cuvaison traditionnelle pour les Grenache et Syrah, une macération en grains entiers pour le Mourvèdre, suivi d’un élevage à l’ancienne 18 mois en barriques et en vieux foudres. Le vin est complexe avec ces nuances de kirsch et de poivre, de robe grenat brillant, très parfumé (mûre, humus…), aux tanins très structurés, d’une belle finale en bouche. Dans la lignée, le Gigondas Le Pas de l’Aigle 2007, sélection parcellaire de vieilles vignes situées sur le lieu-dit du même nom, à 400 m d’altitude. Grenache majoritaire (85%), cuvaison longue, 24 mois d’élevage en barriques de chêne de l’Allier, affinage de 6 mois en cave minimum après la mise en bouteille afin de finir l’élevage des tannins massifs de cette cuvée, un vin au nez présent avec des notes de violette et de pruneau, un vin riche en couleur, concentré, alliant finesse et structure, densité et distinction. Plus rond, le Gigondas Romane Machotte rosé 2011, pressurage direct du Grenache et saignée de Syrah et Cinsault. Goûtez le Vinsobres Les Piallats 2009, aux arômes de cerise et d’épices, mêlant rondeur et structure. Le Gigondas Romane Machotte rouge 2010,assemblage traditionnel Grenache-Syrah, élevé 12 mois en foudres et enbarriques de chêne, corsé comme on les aime, sent les fruits mûrs, riche et bien en bouche, avec ces notes caractéristiques de groseille bien mûre, à prévoir sur un gibier à poils. Joli CDR blanc Domaine Grande Romane 2011, issu de vieilles vignes de Clairette, plantée par le grand-père autour de lacave de Romane, très agréable, sec et suave à la fois, qui allie fraîcheur et rondeur.


    DOMAINE CRET DES GARANCHES


    COTE-DE-BROUILLY
    Au sud du Mont Brouilly, Sylvie Dufaitre-Genin, viticultrice, produit du Brouilly et Côte-de-Brouilly et cultive avec conviction ses 11,60 ha de vignes, cépage Gamay noir à jus blanc. Elle élève patiemment son vin pour obtenir des millésimes dignes de ses aïeuls vignerons, présents à Odenas depuis 1752. Le vin prend alors sa robe rubis et ses arômes de fruits rouges et de fleurs dans la cave. L’attention permanente et la passion de Sylvie Dufaitre-Genin font le reste. “Depuis plusieurs années, précise-t-elle, le Crêt des Garanches s’est engagé dans une démarche respectueuse de la nature en supprimant l’utilisation des insecticides sur son exploitation. Afin de garantir le bon développement des vignes de Gamay noir à jus blanc qui produisent le vin du domaine, c’est la régulation naturelle de la faune et la flore locale qui remplit son œuvre. Tous les ans, les vignes, d'une moyenne de 40 ans d’âge, sont vendangées à la main. Ensuite ces raisins sont vinifiés selon la méthode traditionnelle beaujolaise, ce qui confère au Brouilly et Côte-de-Brouilly leurs caractères si particuliers.” Voilà un bien beau Brouilly 2011, provenant de vignes de 40 ans vendangées manuellement, il est élevé 7 mois en cuves, de couleur soutenue, équilibré, parfumé, au nez de cassis et d’épices, un vin opulent aux tanins soyeux. Le 2010 est excellent, de couleur profonde, ample, au nez où prédominent les fruits cuits, aux tanins mûrs, tout en persistance, un beau vin classique, intense et charmeur au palais. Excellent Côte-de-Brouilly 2009, aux arômes subtils où dominent les fruits mûrs et la violette, tout en structure, très typé, alliant finesse et charpente, un vin de bouche puissante, d’excellente évolution comme en atteste le 2006, un vin de très belle robe pourpre soutenu, aux notes de mûre et de cuir, légèrement épicé, poursuit une fort belle évolution. Le Brouilly 2009, Sélection du Tastevinage d’Automne 2010, au nez dominé par la fraise et la mûre, est riche, structuré, d’une jolie finale, un vin classique, aux tanins mûrs mais bien présents. Goûtez aussi le Brouilly 2009, production limitée à 500 bouteilles, élevé 18 mois en fûts de chêne français (neufs), pas filtré, degré naturel 14,4°, un vin de couleur soutenue, de bouche corsée et puissante, de belle matière, aux connotations de cerise, de sous-bois et d’épices, aux tanins étoffés, qui mérite de la patience.
     
     

    DOMAINE CHARLES AUDOIN


    MARSANNAY
    Le domaine s’étend sur 14 ha, offrant une diversité de 14 appellations de Marsannay, Porte-d’Or de la Côte-de-Nuits, à Pommard, en Côte-de-Beaune. Cyril Audoin, représente la cinquième génération de vignerons. Mais, si le domaine atteint aujourd’hui 14 ha, la superficie de la propriété, au début des années 1900, était limitée à seulement 4 ha. Le vignoble fut maintenu grâce à la persévérance de Marie Ragonneau, l’arrière-grand–mère de Cyril, une femme forte qui a su seule conserver et entretenir le vignoble, travaillant elle-même avec son cheval et son pulvérisateur à dos. Pour lui rendre hommage, Cyril a d'ailleurs créé la cuvée Marie Ragonneau sur l’appellation Marsannay. Dans sa recherche de qualité optimale, il a fait également le choix de vinifier séparément en appellation Marsannay différents lieux-dits dignes d’en exprimer une typicité, un caractère particulier. Un gros travail quand on sait que la plus petite cuvée Marsannay, La Charme aux Prêtres, ne dépasse pas 600 bouteilles ! Marsannay attend toujours l’attribution d’une classification en Premier Cru pour ses excellents lieux-dits situés en milieu de coteaux, Marsannay les Favières, les Clos du Roy, Les Longeroies, Charmes au Prêtres, Au Champ Salomon… en sont les meilleurs représentants. Remarquable Marsannay Les Longeroies 2009, riche et parfumé en bouche, bien marqué par son terroir, avec ces notes subtiles de pruneau confit, alliant structure et velouté, ample et gras, de garde. Le 2008, aux tanins soyeux et riches à la fois, dégage un bouquet intense de cassis et d’humus, un vin solide, très classique, typé comme nous les aimons. Le 2007, médaille d’Argent Beaune 2010, charpenté, aux tanins fermes mais fondus, persistant en bouche, aux connotations de cerise et de sous-bois, mêle intensité et finesse. Tout en bouche, le Marsannay rouge Au Champ Salomon 2009, riche et persistant, au bouquet intense de cassis et d’humus, est un vin charnu, très parfumé, très fin, aux saveurs intenses à dominante de fruits mûrs au palais. Le Marsannay Les Favières 2009, de jolie robe grenat soutenu, est très classique, au nez intense et subtil à la fois (groseille, cerise, humus), aux tanins soyeux. Beau Marsannay Clos du Roy rouge 2009, parfumé, aux notes typiques de mûre, de belle structure, aux tanins soyeux mais bien présents, un vin généreux et souple. Le Pommard 2009, bouqueté (notes de myrtille et poivre), est un vin qui associe couleur et matière, de bouche fondue et riche. Goûtez aussi le Gevrey-Chambertin 2009, de couleur grenat intense, charpenté, de bouche puissante, au nez de fruits surmûris. Très séduisant Marsannay blanc Au Champ Salomon 2010, un vin où s’entremêlent des notes d’amande et de bruyère finement poivrées, de bouche savoureuse comme le Marsannay rosé 2011.
     
     

    CHATEAU HAUT-SAINT-CLAIR


    PUISSEGUIN-SAINT-EMILION
    Ces propriétaires sympathiques couvent leur vignoble dont les vignes ont 35 ans. Les cépages Merlot (65%), Cabernet franc (25%) et Cabernet-Sauvignon (10%) sont associés à ce terroir argilo-calcaire et à des soins minutieux (effeuillage, raisins triés avant égrappage, macérations longues, élevage en barriques, dont 1/3 est renouvelé chaque année...). “Le 2007 est une année de vigneron, nous dit Yannick Le Menn, il ne fallait pas partir en week-end en mai ou en juin, il fallait être au travail, c’était prépondérant ! L’été indien a bien achevé la maturation des raisins et c’est aussi grâce à notre deuxième table de tri que nous avons nettement amélioré la pureté de la matière première que nous mettons en cuves. On a oxygéné pour arrondir les polyphénols, ce qui rend les vins plus savoureux, et nos 2007 sont très satisfaisants, le vin est bien fruité, pas trop tannique, il sera agréable dans sa jeunesse, souple et très plaisant. Les 2006 et 2004 sont des millésimes plus atlantiques avec des arômes floraux, alors que 2005 et 2003 sont des vins de type plus méridional, aux arômes de fruits noirs. En fait, les 2006 et 2004 sont des vins plus “féminins”. Ils ont chacun leurs caractères propres mais ils se ressemblent car les conditions climatiques étaient similaires, deux millésimes assez classiques du Bordelais qui présentent une belle élégance et de la complexité. Ils ont été “encadrés” par des millésimes très médiatiques et c’est dommage, car je suis sûr, que, lorsque l’on ouvrira ces bouteilles, dans quelques années, on aura beaucoup de plaisir à les déguster.” En attendant, il y a ce superbe Puisseguin-Saint-Émilion 2005, où s’entremêlent harmonieusement les épices et le cassis, un vin où la souplesse prédomine, avec ces notes très caractéristiques de cuir et de fruits légèrement confits en finale, aux tanins riches, charpenté, qui poursuit sa belle évolution. Le 2004 est très classique, coloré et corsé, aux tanins fermes et soyeux à la fois, d’une jolie concentration en bouche, aux notes de groseille, d’humus et d’épices. Remarquable 2003, de bouche classique, corsé et gras, aux tanins présents et fondus à la fois, un vin où dominent les fruits mûrs et le poivre. Savoureux 2002, avec cette bouche bien charnue et séduisante dominée par les fruits à noyau et la cannelle. Et un excellent second vin, la cuvée Moulin Saint-Clair.


    CHATEAU DE GUEYZE


    BUZET
    Deux mille ans d’histoire ont sculpté ce terroir afin qu’un jour de 1953, les vignerons des Buzet décident de s’unir pour redonner à leur vin la place qui devait être la sienne dans la palette des vins de France. Vingt ans plus tard, ils obtiennent l’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) et s’affichent depuis sur toutes les bonnes tables d’Europe. Ainsi, grâce au talent des viticulteurs, au savoir-faire des œnologues et des maîtres de chai, au génie de son sol, Buzet est devenu un vrai grand vin. Deux mille hectares de vignobles offrent généreusement 13 millions de bouteilles aux amateurs gourmands. Ce vin est élaboré dans deux sites de vinification extraordinairement modernes. L’un est à Buzet, l’autre à Espiens, sur les deux berges de la Baïse. Deux chais de vieillissement qui hébergent plus de 4500 barriques instillent mille saveurs à ce grand vin que plus de 120 000 visiteurs viennent chaque année goûter à la cave et dans les chais. Ainsi, la cave des vignerons de Buzet est-elle devenue le site touristique le plus visité du département de Lot-et-Garonne. Découvrez le Buzet du Château de Gueyze 2010, typé, avec des notes de violette et de réglisse, riche en couleur, classique et concentré, mariant élégance et structure, ample, de très belle évolution. Il y a aussi le Buzet La Tuque de Gueyze 2010, dense, aux arômes de fruits cuits et d’épices, riche et coloré, de belle teinte grenat, puissant au nez comme en bouche, le Buzet Domaine de Brazalem rouge 2010, avec des notes intenses de petits fruits rouges surmûris et d'épices, est charnu, coloré et parfumé, charpenté, aux tanins savoureux et denses, réussi comme le Buzet Baron d’Ardeuil rouge 2010, de bouche pleine et riche, aux nuances de fruits des bois et de notes giboyeuses, savoureux en finale. Excellent Buzet rouge Domaine du Grand Bourdieu 2010, classique, bien corsé, de bouche fruitée et mûre. Joli Buzet blanc L’Excellence 2011, Sémillon, Sauvignon, aux notes persistantes de fruits mûrs et de chèvrefeuille, un vin tout en harmonie. Le Buzet Baron d’Ardeuil blanc 2011, issu de vieilles vignes, avec des connotations de fleurs et de coing est d’une très jolie expression, de jolie robe, un vin d’une belle vinosité avec cette nervosité charmeuse, de très bonne bouche.


    DOMAINE PICHARD


    MADIRAN
    Un domaine de 12 ha (11 en rouge et un en Pacherenc blanc), sur un sol maigre, silico-argileux, très caillouteux, où l’exposition plein sud à mi-coteau permet d’obtenir des vins de très grande qualité. Les vignes sont plantées en haut d’un coteau, et c’est le seul domaine du madirannais à avoir les vignes d’un seul tenant. L’encépagement de trente ans de moyenne d’âge est composé de 50% Tannat et 50% Cabernet franc, et pour le Blanc, essentiellement du Petit Manseng. On élève ici des vins de tradition, proposant une gamme de millésimes sur 10 ans et plus, ce qui est très rare. Excitez donc vos papilles avec le Madiran Tradition 2009, alliant concentration aromatique, rondeur des tanins et persistance en bouche, avec ces notes de violette, de cuir et de cassis très caractéristiques, un vin de couleur grenat, ferme et typé. Le 2008 est complexe et harmonieux, avec des nuances se définissant par des arômes de framboise, de fraise des bois, un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples, tout en bouche, un vin gras, à ouvrir sur de l’agneau, par exemple. La cuvée Aimé 2009, très représentatif de ce grand millésime, au nez présent avec des notes de violette, de réglisse et de pruneau, un vin riche en couleur, classique et concentré, alliant finesse et structure, ample en bouche, de belle évolution. Le 2008 est très puissant et très aromatique, encore fermé, charnu, riche en bouquet comme en matière, tout en bouche, aux tanins très équilibrés, ferme et complet. Il y a encore le Madiran cuvée René 2007, riche en couleur comme en matière, est gras, intense au nez comme en bouche, aux senteurs de fruits surmûris, avec des tanins très équilibrés, un vin typé et bien charnu, aux nuances de cuir et de mûre en finale, très prometteur. Beau 2006, très bien élevé en barriques, un vin très savoureux, de belle robe soutenue, au nez de cassis et de poivre, ample grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois, d’excellente évolution. Le 2005, de robe soutenue, de bonne base tannique, riche, aux connotations caractéristiques de pruneau et de violette, est tout en bouche, gras, bien corsé, avec ces nuances de fruits macérés et d’humus bien séduisantes. Le Pacherenc-du-Vic-Bilh 2010 est délicieux, de robe or pâle, avec des senteurs florales et grillées au nez, dense, très aromatique, tout en structure et parfums, harmonieux.
     
     

    CRU LAMOUROUX


    JURANCON
    Le Cru Lamouroux a été acheté en 1895 par l’arrière-grand-père de l’actuelle propriétaire, Mme Ziemek-Chigé. Ce très joli vignoble est situé sur des coteaux de terrain argilo-siliceux assez profonds avec des pentes exposées sud-sud-ouest, bien abritées du vent par des talwegs boisés, à une altitude de 300 m. Certaines vignes sont plantées sur des terrasses disposées en amphithéâtre. L’encépagement est constitué de 3,50 ha de Petit Manseng et de 1,77 ha de Gros Manseng, 0,51 ha de Cabernets franc et Sauvignon. Les vendanges se font par tris successifs. Les raisins, pour l’élaboration du Jurançon sec, sont récoltés à parfaite maturité vers le 30 octobre, alors que les vendanges surmûries pour le Jurançon débutent après le 15 novembre jusqu’à Noël. Les vendanges de raisin rouge débutent vers la 2e semaine d’octobre. La vinification fait l’objet de soins très attentifs (la pressée se fait à faible pression, grande maîtrise des températures…). Les vins sont ensuite élevés en cuves Inox pour les vins secs ou en barriques de chêne pour les autres. Certaines cuvées restent entre 1 an (cuvée Amélie-Jean) et 2 ans (cuvée Nathalie) en vieux fûts. Formidable Jurançon moelleux cuvée Amélie-Jean 2005, en hommage à leurs parents, pur Petit Manseng, issu de vignes sans désherbage, sans foulage, élevé durant 1 année en vieux fûts de chêne, un vin superbe, aux notes de rose et de petits fruits confits, un vin d’un très bel équilibre, riche et fin à la fois, savoureux, dense et bien velouté, dominé en bouche par des nuances de brioche, de grande évolution. On se fait tout autant plaisir avec ce Jurançon moelleux 2006, (80% Petit Manseng et 20% Gros Manseng), un vin suave, très parfumé, de bouche flatteuse et persistante, tout en bouquet, mêlant puissance et distinction vraiment remarquable. Superbe Jurançon cuvée Nathalie 2004, pur Petit Manseng, à la bouche fondue, un vin ample, aux notes discrètes de citron et de fleurs blanches, tout en bouche, tout en finesse, de jolie robe dorée, dominé par des effluves de petits fruits confits et de noisette en finale, de garde. Le 2003, d’une belle persistance et complexité aromatique au palais, subtil au nez comme en bouche, est un vin de jolie robe brillante, très séduisant avec ces nuances d’acacia, de fruits confits et de fleurs blanches. Le Jurançon Tradition sec est une réussite, de jolie teinte soutenue, très frais, avec des notes de fruits blancs et d’amande, à ouvrir sur une langouste grillée.
     
     
  • Pin it!

    Saint-Julien, Pauillac, Saint-Estèphe, Margaux : voici les 5 plus grands vins du Médoc qui méritent vraiment leur prix !

    Aux côtés des "4" incontournables (et hors de prix) et d'une floppée de vins "bodybuildés" et/ou proposés à des prix incautionnables... il y a ces cinq là, des vrais, racés, formidables...

     

    Château CALON-SÉGUR

    J'ai des souvenirs d'une multitude d'autres millésimes, dégustés chez moi ou, sur place, au Château, tous envoûtants. Pour exemple, ce 1999, qui associe structure et finesse, de couleur grenat, ample et parfumé, charnu, aux tanins bien équilibrés, un vin ferme et persistant d'où se dégagent des nuances de fumé. Le 1998 est toujours un très grand vin, très typé, tannique, puissant, concentré mais tout en finesse, très structuré, harmonieux, aux notes complexes (mûre, truffe...), de garde. 1997 : de bouche fondue, avec des arômes intenses de groseille et des nuances épicées, alliant charpente tannique et finesse en bouche, un vin de bonne évolution. Le 1996, superbe, des senteurs de fruits surmûris, d'épices, de cuir, complexe, un vin de velours... Mais aussi un 1990 fantastique, racé, tout en puissance, avec beaucoup de matière, des arômes de fruitsrouges surmûris et de cuir, de champignon, un 1986 qui n'a rien à lui envier, où couleur, concentration d'arômes, structure et finesse sont associés dans ce grand millésime de robe profonde, d'une grande subtilité aromatique (prune mûre, cuir), aux tanins très fermes et savoureux à la fois, d'un grand classicisme, tandis que le 1982 (presque à mes débuts) est l'un des plus beaux vins du Médoc savourés, d'un rouge rubis foncé, au nez puissant, de bouche veloutée, avec de la matière et du fruit, aux taninsriches et soyeux à la fois, d'une longue finale avec des arômes secondaires de fruits noirs cuits, decannelle, de musc, etc. Du grand art, donc, et depuis bien longtemps ! Calon-Ségur est donc l'un desvins les plus racés de Bordeaux, et bénéficie, pour un tel niveau qualitatif, d'un rapport qualité-prix qui devrait en faire réfléchir plus d'un. Le vignoble est d'un seul tenant, composé des 3 cépages très classiques, dans une proportion idéale : 65% de Cabernet-Sauvignon, 15% de Cabernet franc et 20% de Merlot, dont l'âge moyen des vignes est exceptionnel (40 ans). Une vinification très traditionnelle, sous la surveillance de Pascal Ribéreau-Gayon, un élevage de 24 mois avec l'utilisation de 30 à 50% debarriques neuves chaque année, selon la puissance du millésime, viennent s'associer à une sélection sévère de la vendange pour tirer la quintessence de ce terroir. Les références historiques ne manquent pas à Calon, qui doit son nom à une petite embarcation utilisée au Moyen Âge pour transporter le bois d'une rive à l'autre, le village s'appela d'ailleurs Saint-Estèphe-de-Calon pendant longtemps. Le domaine, s'étend sur 94 ha de vignes sur le terroir de Saint-Estèphe, et regroupe les Châteaux Calon-Ségur, Marquis de Calon (seconde marque de Calon) et Capbern Gasqueton, un Grand Cru Bourgeois tout en finesse. Calon-Ségur est un beau vignoble d'un seul tenant, composé des 3 cépages classiques de la région, dans une proportion idéale : 65 % de Cabernet-Sauvignon, 15 % de Cabernet franc et 20 % de Merlot, dont l'âge moyen des vignes est exceptionnel (40 ans). Une vinification très traditionnelle, sous la surveillance de Pascal Ribéreau-Gayon, un élevage d'une durée moyenne de 24 mois avec l'utilisation de 30 à 50 % de barriques neuves chaque année, selon la puissance du millésime, viennent s'associer à une sélection sévère de la vendange pour tirer la quintessence de ce terroir. Du 2011 au 2008, la nature a été particulièrement généreuse. Par exemple, "dans le 2010, me disait la chère Denise Gasqueton, l'assemblage est composé de 86% de Cabernet-Sauvignon, 12% de Merlot et 2% de Petit Verdot. Il fait partie de la famille des grands millésimes. Il est élevé 100% en barriques neuves. Un vin complexe et puissant à la fois, beaucoup de fraîcheur en bouche. Il rappelle le 2008 et le 2009. nezprofond aux arômes de fruits rouges, finement épicé. L'attaque en bouche est emplie par des taninsamples et soyeux. Le 2010 est encore plus dense que le 2009. Beaucoup de droiture et de finesse." Exceptionnel Saint-Estèphe 2009, à la tête de son appellation, aux arômes persistants et subtils de petitsfruits rouges mûrs à noyau, très structuré, avec des tanins soyeux mais denses, un grand vin puissant,harmonieux, complexe et charmeur. Le 2008 est l'archétype de ce que doit être un grand vin typé deBordeaux, concentré, de robe foncée, avec beaucoup de structure, au nez complexe où prédominent lecassis, la groseille et le cuir, charpenté et gras, de bouche puissante dominée par les fruits cuits à noyau et les sous-bois, de grande garde. Très grand 2007, avec des arômes bien présents de fruitsnoirs et rouges, ample et gras, un vin qui a beaucoup de charme et d'élégance, de couleur profonde, structuré, avec des tanins marqués mais qui se fondent bien par la suite, d'une belle persistance, prometteur. Le 2006 est l'une des plus belles réussites de la propriété, marqué par son terroir, où la structure prédomine, au nez puissant avec des notes de truffe et d'humus, bien charnu comme il se doit, généreux et très harmonieux, dense et coloré, de grande garde, Exceptionnel 2005, un très grand vin,gras, parfumé, bien typé, corsé, au nez intense, de bouche concentrée avec des nuances de truffes et de réglisse, puissant et racé à la fois, qui mérite une cuisine élaborée et surtout un peu de patience, tant il est prometteur. Le 2004 est fantastique, d'une grande fraîcheur que lui apporte le terroir justement, un millésime d'un grand classicisme, d'une grande finesse mais puissant, un vin très intense, très parfumé (fruits cuits, réglisse...), d'évolution lente. Très beau 2003, encore fermé, plus exubérant (c'est le millésime qui veut cela), volumineux, d'une belle couleur pourprecharnu et parfumé, au nez persistant de petits fruits rouges mûrs, de cuir et de sous-bois, avec beaucoup de matière. Le 2002 est superbe, très classique, une réussite, très puissant, de robe grenat intense, au bouquet complexe où se marient des notes fruitées et de sous-bois, un vin gras et distingué, aux tanins fermes, de garde, bien sûr. Exceptionnel 2001, aux nuances épicées, un vin dense, tout en harmonie, riche au nez, avec ces notes de mûre et d'humus, et des nuances de cuir et de pruneau en bouche, aux tanins fermes, de lente évolution. Le 2000, un grand vin, est encore très jeune, racé, tout en puissance, avec beaucoup de matière, des arômes de fruits rouges surmûris et de cuir, d'un grand potentiel d'évolution. Remarquable 1999, qui associe structure et finesse, de couleur grenat, ample et parfumé, bien corsé, aux tanins bien équilibrés, un vin ferme et persistant. Le 1998 est un très grand vin, tannique, puissant, concentré mais tout en finesse, très structuré, harmonieux, aux notes complexes (mûre, truffe…). Le 1997 est de bouche fondue, riche, séduisant avec des notes de mûre, très parfumé, très rond, un vin ample au nez comme au palais, aux tanins mûrs, d'une jolie finale. Beau 1996, aux arômes de fruits surmûris, d'épices, de cuir, de couleur profonde, un vin très riche, aux tanins très équilibrés, de garde. Le 1995 est particulièrement savoureux, d'une grande intensité en bouche (cuir, griotte confite, sous-bois…), gras et dense, un grand vin parfumé, tout en bouche, de grande évolution, vraiment superbe. Pas la moindre hésitation.

    Mme Hélène de Baritault

     

    Château MONTROSE

    J'aime, connais, savoure, défends Montrose depuis trente ans ! Ce très grand vin appartient désormais à la famille Bouygues, qui s'attache à poursuivre une politique qualitative exemplaire, que mon ami Jean-Louis Charmolüe, l'ancien propriétaire, a toujours mis en avant (il continue d'ailleurs à Romanin). Et la sagesse (bien conseillée) a été de s'entourer, comme gérant, de Jean-Bernard Delmas, une référence et l'une des rares grandes figures bordelaises qui mérite le respect (ancien directeur de Haut-Brion). Nicolas Glumineau, le directeur, travaille à ses côtés et partage une éthique qui me tient à coeur. "Le point commun de nos derniers millésimes, m'explique Nicolas Glumineau, Directeur Technique, est la richesse de leurs tanins, due à l'attention portée à tous les détails : au vignoble, par exemple, où nous travaillons les sols, nous n'utilisons plus d'herbicide dans un souci de développement durable. Nous aidons ainsi le terroir à se révéler, c'est ce qui est primordial surtout lorsque l'on a la chance de bénéficier d'un fabuleux terroir comme à Montrose où les Cabernets-Sauvignons se plaisent particulièrement bien. Le vignoble de 95 hectares, d'un seul tenant, extrêmement homogène, est une chance extraordinaire. Le fait d'aérer les sols en les labourant, permet à l'eau de pluie de pénétrer dans ces sols composés de grosses graves, puis de gonfler les argiles qui se trouvent en profondeur et, ainsi, d'hydrater la vigne. Retourner les sols permet aussi à la vie microbiologique de se développer et d'apporter des éléments nutritifs et des oligo-éléments. La vigne puise mieux dans le sol les composants dont elle a besoin. Nous travaillons "à la parcelle" pour apporter le degré de maturation que l'on souhaite atteindre. Je déguste des grains de raisins, parcelle par parcelle, cépage par cépage, faisant des analyses pour obtenir la maturité la plus homogène et décider alors de la date de récolte de chaque parcelle et le parcours des vendangeurs. Ce travail parcellaire nous permet d'affiner la qualité desraisins et d'agir, en aval, sur la qualité du vin. Au chai, nous faisons un travail d'extraction et devinification tout en finesse. Nous effectuons un remontage adapté au potentiel de chaque cuve, et n'appliquons pas la même recette pour chacune d'entre elles afin de vinifier au plus juste. Nous recherchons l'équilibre entre la richesse et la finesse, la longueur et la puissance, travaillons beaucoup sur la délicatesse des tanins. Nous essayons d'apporter à nos vins une finale à la fois onctueuse, harmonieuse, basée sur une trame tannique qui soit soyeuse. Cela n'est possible que si nous ramassons des raisins dont les tanins sont mûrs. - Millésime 2011. Neige, canicule, sécheresse et grêle... rien n'a épargné le vignoble médocain en 2011. Les rendements sont un peu plus restreints qu'à l'accoutumée, mais les vins sont très concentrés et les Cabernets superbes! Montrose 2011 est de la lignée des très bons millésimes de la propriété : mûr, équilibré, frais et soyeux. - 2010 : 1989 ou 1990 ? 2009 ou 2010 ? Il est des dilemmes plus cruels... Si 2009 nous a offerts un millésime riche, opulent, complet et suave, Montrose 2010 est un vin plein, droit, ample et présente un bel équilibre. Sa complexité s'exprime tout au long de la dégustation. On note des arômes de moka, cassis, tabac et violette. Sa finale très longue est sous-tendue par une trame tannique serrée, tendue et précise. Ce vin, d'un grand classicisme, a un potentiel de garde infini." Formidable Saint-Estèphe 2009, en effet, où la distinction se conjugue avec la matière, la fraîcheur à la structure, au nez complexe à dominante defruits noirs et d'humus, aux tanins puissants et moelleux à la fois, de garde. "Un très grand vin qui symbolise ce que nous essayons de faire à Montrose, poursuit Nicolas Glumineau, Directeur Technique : des vins de longue garde mais qu'on aura plaisir à déguster sans attendre de nombreuses années. Le 2009 est vraiment un millésime exceptionnel. Dans ma carrière de directeur et d'oenologue je verrai rarement un tel niveau qualitatif. À la dégustation, il y a l'élégance, la fraîcheur, l'équilibre, la structure du vin emplit la bouche sans aucune aspérité, c'est un vin qui conserve à la fois de la finesse et de la souplesse, les tanins sont onctueuxsoyeux, le vin très présent, très persistant, cette belle longueur en bouche laisse une impression exceptionnelle. Un très grand vin qui symbolise ce que nous essayons de faire à Montrose : des vins de longue garde mais qu'on aura plaisir à déguster sans attendre de trop nombreuses années." Le 2008 est un millésime droit, ample, puissant, précis, d'un parfait équilibre entre onctuosité et fruité, un vin riche et complexe, d'une belle trame qui confère au vin du soyeux en finale, degarde, l'un des très grands vins de la propriété. Beau 2007, gras, avec des arômes persistants et puissants, un vin structuré et charpenté avec beaucoup d'élégance, aux connotations de violette, de cuir et de sous-bois très caractéristiques, intense, ample et corsé à la fois. Tout aussi séduisant, il y aussi ceSecond Vin, La Dame de Montrose 2009, alliant une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, ample et parfumé, d'une très jolie finale avec des notes d'épices et de fraise des bois surmûrie. Le 2008, riche en arômes, d'une belle structure avec beaucoup d'élégance, aux notes defruits, de cannelle et d'humus, très équilibré au nez comme au palais, est un vin qui permet d'avoir une bonne idée de la grandeur du premier vin. Le 2007 s'apprécie particulièrement bien en ce moment, très classique, au nez de cassis, ample en bouche grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois, à ouvrir sur une cuisine épicée. Pas la moindre hésitation.

    Gérant : M. Delmas Directeur : M.Glumineau

     
     

    Château LÉOVILLE-BARTON

    Avec un charme et une prestance qui lui sont propres, Anthony Barton, avec son épouse, Eva, a développé ces propriétés qu'ils gèrent avec leur fille Lilian Barton-Sartorius. Cela fait plus de 30 ans que j'apprécie l'homme et les vins, où l'élégance s'allie à une éthique qui m'est chère. Anthony Barton est l'une des grandes figures de la région, loin des modes et garant de la grande tradition médocaine où l'élégance prime. Les vins sont certainement l'archétype de ce que doivent être des grands crus de Saint-Julien. Leurs qualités s'expriment plus par une très grande distinction plutôt que par une puissance ou une concentration qui risqueraient de masquer la typicité du terroir. Il faut dire que ses 2 propriétés bénéficient des mêmes soins attentifs, que ce soit à la vigne ou au chai. Anthony Barton est partisan d'un élevage traditionnel des vins et résiste aux phénomènes de modes, "où la course à une trop grande technicité nuit à la qualité et à l'élégance des vins", précise-t-il. Ici, encore et toujours, il faut aussi avoir un peu de patience pour que les vins expriment tout leur potentiel qualitatif, même s'ils sont toujours charmeurs et surprenants de délicatesse dans leur jeunesse. Les 45 ha du Château Léoville-Barton et les 15 ha du Château Langoa sont plantés dans un sol de graves et un sous-sol composé d'argile, un terroir très typique de Saint-Julien. La forte proportion de vieilles vignes permet d'obtenir la meilleure qualité possible. L'encépagement est constitué de 72 % de Cabernet-Sauvignon, 20 % deMerlot et 8 % de Cabernet franc. À la dégustation, les vins sont certainement l'archétype de ce que doivent être des grands crus de Saint-Julien. Ils présentent une belle robe de couleur profonde, sont très équilibrés et amples en bouche, révèlent un joli bouquet aux arômes très fins avec de la persistance. Leurs qualités s'expriment plus par une très grande élégance plutôt que par une puissance ou une concentration excessive qui risqueraient de masquer la typicité du terroir. "Le millésime 2011, me dit Anthony Barton, dont l'assemblage vient de se terminer, est déjà agréable à déguster malgré sa jeunesse. Il possède un bon équilibre et deviendra riche en bouche avec des éléments de fruits rouges et des tanins délicats." On patiente avec cet exceptionnel Saint-Julien 2010. "Ce millésime, précise Jacques Boissenot, encore en pleine jeunesse, évoque une atmosphère chaude et parfumée où la vigueur des notes olfactives rappelle le tilleul et la jacinthe et donne l'impression de croquer du raisin." Formidable 2009, très racé, séducteur, de bouche puissante et dense, aux tanins présents, aux notes d'humus et de réglisse, un vin qu'il faut laisser évoluer pour profiter de son potentiel réel. Le 2008 est un grand vin typé, au bouquet subtil et intense, avec ces nuances de sous-bois et de cassis mûr, de bouche ample et fondue, aux tanins élégants mais puissants, très classique, de belle garde. Le 2007 est tout en distinction, avec ce charnu caractéristique, aux senteurs de griotte, de mûre, avec cette pointe d'épices et cette charpente à la fois puissante et souple, un vin de couleur intense, aux tanins savoureux, de très bonne garde. Le 2006 est l'une des plus belles bouteilles de la région, de couleur rouge sombre, avec des arômes de cerise et de chocolat, une note réglissée et épicée, à la finale persistante, un grand vin très équilibré, très distingué, très fin, de belle évolution. Superbe 2005, de robe pourpre, au bouquetsubtil et persistant à la fois, avec des notes typiques de cerise noire, de poivre et d'épices, de bouche ample et fondue, tout en finale, de belle garde. Formidable 2004, l'un des plus beaux vins de la presqu'île dans ce millésime de grande race, où l'élégance vient épauler une structure complexe, un très grand vin, très classique comme on les aime, où le terroir s'est exprimé tout particulièrement, qu'il faut savoir attendre. Le 2003 est très représentatif de ce millésime atypique, un vin charmeur, velouté, riche, qui permet d'attendre l'évolution des millésimes qui l'entourent comme ce superbe 2002, concentré, dense, un grand vin savoureux, riche en couleur comme en charpente, aux tanins fermes et fins à la fois. Exceptionnel 2001, un grand vin distingué, très fin, ample, aux connotations de cerise confite, de sous-bois et de cannelle, un vin aux tanins enrobés, qui poursuit sa belle évolution. Le 2000 est un superbe vin, de couleur soutenue, de bouche puissante, riche, très délicat, bien charnu, de garde. Remarquable 1999, avec des nuances épicées et giboyeuses, un vin complet, aux tanins présents etharmonieux. Pas la moindre hésitation, naturellement.

    Anthony Barton et Lilian Barton-Sartorius

     
     

    Château GRAND PUY LACOSTE

    François-Xavier Borie se passionne pour son Château Grand-Puy-Lacoste, qui accueille une équipe jeune, motivée et compétente, élevant des vins caractérisés par cette saveur fruitée de crème de cassis, d'une belle couleur profonde, séveux, corsés, très puissants, avec des taninssoyeux qui révèlent un beau potentiel de garde digne de ce très Grand Cru Classé, très classique et très typé Pauillac. Retenu par la fameuse classification de 1855, le Château Grand-Puy-Lacoste est l'une des plus anciennes propriétés du Médoc. À la fin du XVe siècle, le Domaine appartenait à M. de Guiraud, Conseiller au Parlement de Bordeaux, c'est en 1978, que la famille Borie en fait l'acquisition. Cette propriété superbe occupe en effet une place à part dans l'histoire des grands crus du Bordelais et son cadastre n'a pas changé d'un iota depuis 1855. L'encépagement est particulièrement bien adapté auterroir et à l'exposition. Les 55 hectares de vignes (75% Cabernet-Sauvignon, 20% Merlot et 5%Cabernet Franc) situés tout autour du château, d'âge moyen de 38 ans plantées sur un terroir vallonné (croupes). Sol composé de grosses graves profondes. Cuvaison longue, élevage en barriques de chêne français (grain fin) dont 70% de bois neuf pendant 16 à 18 mois selon le millésime. François-Xavier Borie, après s'être longtemps investi au Château Ducru-Beaucaillou, l'autre propriété familiale, s'est pris de passion désormais pour son Château Grand-Puy-Lacoste, qui accueille une équipe motivée et compétente. François-Xavier Borie y vit avec son épouse, Marie-Hélène, et leurs enfants. Leur fille aînée, Emeline, s'occupe plus particulièrement des relations publiques et de la communication en France et à l'étranger. Le château et les bâtiments ont été rénovés, les chais et le cuvier entièrement modernisés. Les vendanges sont volontairement tardives pour obtenir la meilleure maturité possible et sont exclusivement manuelles afin de préserver au mieux la qualité des raisins. Une nouvelle installation "double tri" vient d'être installée à la réception des vendanges, pour affiner la qualité de ce travail. Après un égrappage total et dans le respect de la très grande tradition bordelaise, la vinificationest menée de façon très classique et fait l'objet d'un suivi constant, de soins attentifs et méticuleux jusqu'à la mise en bouteilles. "Associé à notre connaissance approfondie du vignoble, m'explique François-Xavier Borie, parcelle par parcelle, tous nos derniers investissements nous permettent de très vite réagir les années un peu plus délicates. Nous ne regrettons surtout pas l'achat de matériel performant (tables de tris vibrantes, égrappage...), c'est ce qui fait la différence et permet d'optimiser le résultat. Nous n'avons pas vraiment changé notre méthode de vinification mais, grâce à une technique plus précise, nous l'avons améliorée sensiblement. Nous désirons nous donner les moyens de mener une viticulture plus perfectionniste." Exceptionnel Pauillac 2010. La grande proportion de Cabernet-Sauvignon (83%) donne au vin ce beau rouge profond. Le bouquet dévoile des arômes de cassis très mûrs, des notes épicées révélant la belle maturité des raisins. L'attaque est dense et suave bien soutenue par une puissante structure tannique équilibrée. Beaucoup de complexité, de classe, dans ce millésime d'exception, un très grand vin de garde, qui s'inscrit dans la liste des années mythiques de Grand-Puy-Lacoste. Formidable 2009, particulièrement charmeur, coloré et puissant, aux saveurs fruitées, avec cenez caractéristique de prune, d'épices et de sous-bois, exhalant des notes persistantes, aux taninsprésents, prometteur. Le 2008, très représentatif du classicisme de ce grand millésime bordelais, est un grand vin très ferme, un vin tannique, associant structure et élégance, au bouquet concentré, aux nuances épicées, un vin charnu, dense et velouté en bouche, vraiment très prometteur. "Pour le 2008, nous dit François-Xavier Borie, nous avions privilégié la bonne aération des grappes sur le pied, de petits rendements, un bon contrôle du vignoble tout au long de la saison. Le 2008 présente de la structure, une grande longueur en bouche et offre un beau potentiel de garde." Remarquable 2007, toujours très racé, au nez de prune et de framboise cuite, de robe grenat soutenu, un grand vin alliant puissance et souplesse, de bouche dominée par de très belles notes de fruits mûrs avec des notes de poivre, d'une grand subtilité, avec des tanins soyeux, très équilibré, de très bonne garde. Beau 2006, très typé, aux tanins mûrs et fermes à la fois, de bouche très parfumée (fraise des bois), riche et fondue à la fois, au nez où se mêlent la truffe et l'humus, bien charnu comme il se doit. Exceptionnel 2005, d'une grande complexité d'arômes, un vin dominé par la fraise des bois et la réglisse, puissant, d'une finale persistante aux nuances de fumé, de mûre et d'épices, qu'il faut laisser se faire pour développer tout son potentiel. "Le 2005 est sûrement la plus grande réussite depuis 25 ans, poursuit François-Xavier Borie, cela a été un millésime excessivement facile pour le viticulteur, si j'ose dire, c'est un vin qui a beaucoup d'amplitude, de charme, de complexité, on est vraiment dans la typicité de Grand-Puy-Lacoste, d'un très grand Pauillac. Il est d'un grand potentiel de garde, mais également très agréable dès maintenant tant l'on est séduit par ce fruit qui explose en bouche. C'est d'ailleurs une caractéristique des très grands millésimes, en effet, quand le vin est déjà formidable dans sa jeunesse. C'est un millésime que j'apprécie beaucoup surtout avec cette sève, cette trame si dense, c'est vraiment un vin à très fort potentiel, et l'exceptionnelle qualité du millésime fait penser à des 1989, 1982 et même à des 1947." Le 2004, decouleur très profonde, avec des tanins intenses, un nez complexe où l'on retrouve les fruits cuits(cassis, groseille, mûre) et l'humus, avec cette finale subtilement poivrée qui fait tout son charme, un vin très distingué, de belle garde. Le 2003 est toujours l'un des vins les plus séduisants de ce millésime, d'une belle robe de couleur intense et soutenue, d'un très bel équilibre en bouche, riche et concentré, un grand vin complet et ample, racé, avec ces notes caractéristiques de petits fruits rouges frais, d'épices et de truffe. Le 2002 est une grande réussite, aux notes persistantes de sous-bois et de mûre, un vin qui allie structure et souplesse, aux tanins denses, qui se goûte remarquablement (parfait sur un lièvre ou de l'agneau), d'excellente évolution. Très beau 2001, de bouche riche et charnue, tout en subtilité d'arômes (griotte, humus…), ample et séveux en finale, aux tanins savoureux. Le 1999 me fait régulièrement plaisir, c'est un vin parfumé (humus, griotte mûre), aux tanins savoureux, alliant souplesse et charpente, de bouche pleine. Très classique, ce grand 1998, de couleur grenat, puissant, aux saveurs fruitées, avec cenez vraiment caractéristique de griotte mûre et de sous-bois, exhalant des notes sauvages et persistantes, aux tanins amples, dévoile toute sa race (le 2008 lui ressemble). Voir aussi le Château Haut-Batailley. Exceptionnel rapport qualité-prix-typicité. Pas la moindre hésitation.

    Domaines François-Xavier Borie

     
     

    Château BRANE-CANTENAC

    Une entité de 75 ha, immuable depuis trois siècles, que l'on peut répartir en quatre zones : devant le château s'élève la fameuse croupe de Brane. Sur le sommet du plateau de Cantenac, une trentaine d'hectares appartiennent à la propriété et s'étendent sur la plus belle partie de cet épandage de graves profondes du quaternaire (quatrième terrasse). Grâce à la qualité de son sol, la régulation hydrique est exceptionnelle. Les graves profondes (12 m) ont un pourcentage d'argile important. Derrière le parc du château, une quinzaine d'hectares forment, avec le plateau, le coeur historique de la propriété. L'épandage de graves du quaternaire (cinquième terrasse) est plus récent. La profondeur de l'enracinement de la vigne et la régulation hydrique sont étroitement liées à la hauteur de la nappe phréatique (entre 2,5 et plus de 3m). Les sols sont sablo-graveleux, à gros galets. La Verdotte : ce vignoble d'une dizaine d'hectares âgé de plus de 35 ans, correspond au même épandage géologique que celui qui jouxte le parc du château. Le sol gravelo-sableux est moyennement profond et l'enracinement est parfois limité par des concrétions ferrugineuses (podzosols). Enfin, un peu plus loin, s'étendent les vignes de Notton, situés sur un très beau plateau graveleux. C'est un terroir de gravesprofondes grossières et pauvres en argile. Encépagement : 55% de Cabernet-Sauvignon, 40% deMerlot, 4,5% de Cabernet franc et 0,5% de Carmenère. Âge moyen des vignes 35 ans, rendementmoyen décennal 45 hl/ha. "Le millésime 2011, précise-t-on, s'annonce très prometteur du fait d'une récolte dont le potentiel phénolique et aromatique est de tout premier ordre. Marqué par une grande précocité, un climat très chaud et une sécheresse printanière sévère, précédent un été plus frais et plus arrosé, il a nécessité un tri sévère de la récolte afin d'éliminer les raisins qui ont été marqués par les excès climatiques de l'année. La vinification a permis de révéler le potentiel de ce millésime qui apparait dès à présent comme atypique et difficilement comparable à un autre." Le tout donne ce superbeMargaux 2010, racé, généreux, corsé, aux tanins savoureux et riches, avec cette bouche bien charnueet séduisante dominée par les fruits à noyau et la réglisse, très classique, très prometteur. Dans la lignée, le 2009, de jolie robe pourpre, un vin qui révèle un bouquet de notes épicées et poivrées, ample en bouche avec des tanins denses et veloutés, d'une finale persistante. Le 2008 est charnu, avec des arômes de sous-bois et de groseille, riche et persistant en bouche, gras, aux tanins mûrs et savoureux. Le Second Vin, Baron de Brane 2010, au nez subtil où dominent le cuir, la cerise et les épices, auxtanins denses et puissants, d'une très jolie finale, de très bonne garde comme le 2009, de belle robesoutenue et brillante, ample, d'une jolie concentration d'arômes (cassis, prune…), très équilibré, un vinsoyeux mais dense. Pas la moindre hésitation.

    Henri Lurton

  • Pin it!

    Du Médoc au Rhône, de la Corse au Sud-Ouest... 10 vins pour le plaisir !

    CHATEAU PETIT BOCQ


    SAINT-ESTEPHE
    Le premier vin portant le nom de «Château Petit Bocq» vit le jour en 1972. Le choix de ce patronyme n’est pas clair. Le mot Bocq vient peut-être du chemin qui porte ce nom, du lieu-dit où poussent ses vignes, ou encore de boscq, bosquet, petit bois, comme celui qui protège son vignoble. Depuis 1993, c’est Gaëtan Lagneau, originaire de Belgique et médecin spécialiste qui dirige le Château. Particulièrement apprécié une petite verticale cette année. On commence avec ce Saint-Estèphe 2010, de robe pourpre, intense, aux tanins riches, très équilibré, très charnu, au nez dominé par les fruits rouges et la truffe, de bouche puissante et fondue à la fois, d’évolution prometteuse. Le 2009, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de fruits rouges mûrs, est un vin structuré, d’une bonne longueur en bouche, riche, très complexe. Le 2008, de couleur intense aux reflets noirs, aux puissants arômes de fruits rouges, d’épices, des tanins bien enrobés, un vin généreux comme le 2007, harmonieux, charnu, aux nuances de mûre, de girofle et d’humus, tout en distinction. Le 2006, avec des nuances bien caractéristiques de petits fruits macérés, épicé en bouche comme il se doit, aux tanins amples et savoureux, un vin typé et de très bonne évolution comme le 2004, de charpente à la fois ample et souple, qui mêle structure et rondeur, équilibré, aux tanins ronds. Goûtez également le Pauillac (confidentiel), 90 % Merlot et 10 % Cabernet-Sauvignon, baptisé Lagneaux à Pauillac 2010, classique, un vin riche, au nez intense, de couleur profonde, complexe au nez comme en bouche (pruneau, épices), avec des tanins mûrs et bien fermes à la fois.
     
     

    CHATEAU CANTENAC


    SAINT-EMILION Grand Cru
    Nicole Roskam-brunot, après des études de droit et d'économie régionale à l'université de Bordeaux, a décidé de se consacrer entièrement à son vignoble et d'apporter les soins les plus attentifs à la vinification et au terroir en veillant que le sol dispose de tous les oligo-éléments nécessaire à sa prospérité. Les 12 hectares s'étendent dans le prolongement du coteau saint-émilionnais, dominant la vallée de la Dordogne. Il est composé de 75% de Merlot noir, 20% de Cabernet-franc et 5% de Cabernet-Sauvignon. Le terrain sablo-graveleux et argileux permet une excellente maturation du raisin. Le vin est très élégant, merveilleusement bouqueté et fruité, d'une belle complexité et longueur en bouche. Nicole Roskam-Brunot assistée de son fils ainé Frans Roskam, maîtrise avec finesse l'élevage du vin en barriques. Il faut ajouter au Château Cantenac, le Château Moulin de Grenet, un Lussac-saint-Emilion très fruité qui bénéficie d'une longue macération à froid et la superbe "Sélection Madame" : un vin souple, fruité, très charmeur.
     
     

    CHATEAU REDORTIER


    BEAUMES-DE-VENISE
    Château Redortier, site historique renommé, compte 35 hectares d’un seul tenant particulièrement bien situés face aux prestigieuses Dentelles de Montmirail. Le Domaine s’étend sur l’aire d’appellation Beaumes-de-Venise et Gigondas, et produit aussi du Côtes-du-Ventoux et du Vin de Pays de Vaucluse. Son terroir est exceptionnel, outre un paysage d’une beauté à couper le souffle, les vignes s’étagent à plus de 400 mètres d’altitude, sur des coteaux exposés plein sud, bénéficiant d’un sol argilo-calcaire et de la sécheresse estivale. L’exploitation est familiale, Sabine et isabelle apportent tous leurs soins aux vins, sans négliger les conseils avertis d’Etienne et Chantal qui créèrent le domaine en 1956. La culture des vignes est menée de façon raisonnée, dans un souci constant de l’environnement. les rendements sont volontairement limités aux alentours de 30 hl/ hectare ; gage de qualité. Les vendanges se font à la main, ce qui permet un tri rigoureux des raisins dès la cueillette. La vinification est traditionnelle ; pressurage léger, températures contrôlées et maîtrisées tout au long des fermentations. Les rouges passeront deux hivers en cuve avant leur mise en bouteilles. Les vins ne séjournent pas en bois, la qualité de leur terroir leur confère un caractère boisé naturel. Les vins Château Redortier sont présents sur les cinq continents ainsi que sur les meilleures tables. La cave est ouverte tous les jours sans exception, de 10h à 12h et de 14h à 18h. Nous disposons d’un caveau secondaire dans le village même de Suzette, ouvert d’avril à octobre, « La Grange de Château Redortier ».
     

    DOMAINE COMTE PERALDI


    VIN DE CORSE
    Beau domaine de 50 ha de vignes, nichées sur les coteaux de Mezzavia, fleuron de la viticulture insulaire. Ce vieux domaine (les premières vignes y furent plantées au XVIème siècle) a été totalement restructuré en 1965 par le Comte de Poix-Peraldi. Il est actuellement le plus important vignoble de l’appellation contrôlée « Ajaccio », et les cépages y sont des plus classiques (Sciaccarello, Cinsault, Carignan, Niellucciu, Vermentino). Superbe Ajaccio Comte Peraldi rouge 2009, de belle robe soutenue, aux notes de mûre et d’épices, alliant charpente et souplesse en bouche, aux tanins riches, auquel il faut laisser le temps de se fondre, à ouvrir avec un gigot à la ficelle, d’excellente évolution. Remarquable Comte Peraldi rosé 2011, de belle teinte, ample, friand, riche, avec ce nez de rose et de lis, et cette pointe d’épices caractéristique. Le Comte Peraldi blanc 2011, aux notes de pêche avec en finale une pointe de pamplemousse, vif et rond à la fois, est ample, tout en arômes. Très beau blanc cuvée Clémence 2010, l’un de mes meilleurs souvenirs gustatifs de l’année dans cette appellation, de jolie robe, avec cette nervosité équilibrée caractéristique, vif et fin, tout en suavité, de bonne bouche, aux notes de fruits mûrs, vraiment très charmeur. Il y a aussi cette cuvée Clos du Cardinal rouge 2009, élevée en fûts, marquée par son terroir, un vin d’un beau rubis profond, ample et ferme, volumineux en bouche avec des connotations de cassis, réglisse, épices, charnu, riche, concentré, aux tanins soyeux mais puissants, de garde.


    DOMAINE GUY FARGE


    SAINT-JOSEPH
    Le domaine est dans la famille Farge depuis 3 générations, qui œuvraient jusqu’en 2006 pour la Cave Coopérative de Tain l’Hermitage. A cette date, Guy Farge décide de créer son propre « nom » et de vinifier des vins de garde et des vins fruités. Il crée alors sa gamme : 3 Saint-Joseph rouges, 1 Saint-Joseph blanc, 1 Cornas et des Vins de Pays d’Ardèche en rouge, rosé et blanc. En 2010, il agrandit de 3 hectares la superficie de ses vignes, pour augmenter sa production de Cornas, et en proposer une nouvelle : le Saint-Péray Tranquille. Le domaine étant constitué de parcelles en terrasses, abruptes et pentues, le travail de la vigne est exclusivement manuel, de la taille aux vendanges. Difficile et éprouvant, il faut s'armer de courage et de patience pour soigner chaque cep planté sur les 17 hectares ( environ 6000pieds/ha!) avant d'être récompensé par la qualité des vins de terroirs ! Dans le souci permanent d'un travail respectueux de l'environnement, les méthodes d'agriculture raisonnée adoptées (recours minimal aux produits de traitement ) ont tout naturellement remis à l'honneur le cheval; qui passe dans les rangs de vignes de certaines parcelles pour retourner la terre, et ainsi désherber et aérer les sols. Coup de cœur pour ce remarquable Saint-Joseph rouge Terre de Granit 2010, aux tanins bien équilibrés et harmonieux, aux arômes de fraise des bois et de mûre, un vin qui emplit bien la bouche. Beau Saint-Joseph blanc Vania 2011, qui sent bon son cépage Marsanne, au nez fleuri, complexe avec ces notes de petits fruits secs et de tilleul, de bouche ronde et persistante, un vin à la fois suave et frais, de bouche séduisante comme le Saint-Péray Grain de Silex 2011, de bouche friande qui développe des nuances de coing.

     

    CHÂTEAU DE L'OU


    MUSCAT
    Cette propriété viticole créée dans les années 1920, a été rachetée en 1998 par la famille Bourrier. Les terres autrefois cultivées par les Templiers, ont été entièrement reprises. Château de L’Ou, un nom original qui viendrait d'une fontaine en forme d’œuf (« Lou » en Catalan) où les Templiers venaient abreuver leurs chevaux. Les étiquettes très épurées rappellent ce symbole. Le vignoble de 40 ha est conduit en agriculture biologique certifié depuis 1998. Vous pourrez découvrir ce superbe Muscat 2010, un vin suave et souple, avec des nuances d’agrumes. Le Côtes-du-Roussillon rouge 2008 (60% Syrah, 20% Grenache noir, 20% Mourvèdre), est très réussi, au nez puissant où se mêlent les épices et les fruits rouges, ample et solide, riche en couleur comme en structure, VDP des Côtes Catalane Infiniment de l’Ou 2008, un pur Syrah issu de sélection parcellaire avec un rendement de seulement 15 hl/ha, dense et puissant au nez comme en bouche, persistant, très harmonieux avec ses tanins savoureux et riches. Goûtez aussi le Côtes-du-Roussillon rosé 2009 et le VDP des Côtes Catalane blanc 2009, 100% Grenache blanc, avec ce nez de fleurs fraîches.
     

    CHATEAU D'ESTEAU


    HAUT-MEDOC
    Depuis près de trente ans, Serge PLAYA a entrepris son grand œuvre : restaurer une ancienne propriété déjà connue au XVIIème siècle et lui redonner son lustre passé. En effet, le Château d’ESTEAU existait déjà lorsque BELLEYME, géographe du Roi, traça la première carte du Médoc en 1766. Depuis, les successions, l’urbanisation et, hélas les crises viticoles ont réduit sa superficie mais l’essentiel demeure : 4 ha d’un terroir où la grave garonnaise prédomine, regroupés autour des bâtiments ce qui confère aux vins une typicité unique. La plantation, d’une densité élevée, fait la part belle au Cabernet-Sauvignon. On a banni les désherbants. Tous les travaux du sol sont mécaniques. Les vendanges sont évidemment manuelles ce qui garantit un tri impitoyable des meilleures grappes. La vinification se fait de manière traditionnelle, avec une cuvaison longue qui assure l’extraction des arômes, et l’élevage est effectué pendant 22 mois en moyenne, en barriques de chêne fin de l’Allier renouvelées à raison de 30% par an. La mise en bouteilles, toujours au Château, a lieu en général pendant l’été qui suit cette période et les vins reposent encore un an en bouteilles avant d’être prêts à la commercialisation. Depuis 2009, le Château d’ESTEAU produit un second vin, la cuvée 7 & +,issu principalement de ses jeunes vignes, et dans lequel le Cabernet Sauvignon et le boisé sont moins marqués. Il en résulte un vrai vin-plaisir, très apprécié dans les brasseries parisiennes où il est représenté, mais aussi dans les pays nouveaux consommateurs de vin. Vous pourrez découvrir ce Haut-Médoc 2008, un vin de belle teinte foncée, parfumé (cassis), où la souplesse prédomine, aux tanins fondus mais bien présents, classique de ce millésime, de garde, bien entendu. Le 2006, charnu, avec des arômes de sous-bois et de groseille, est riche et persistant en bouche, gras, aux tanins mûrs, de couleur profonde, mêlant structure et élégance, de bonne garde. Le 2005, au nez de cerise noire et d’humus, est classique, un vin où la structure s’allie à la finesse, de couleur grenat aux reflets violacés, aux tanins fermes et veloutés, tout en bouche, de garde.

    CHATEAU TOULOUZE


    GRAVES DE VAYRES
    Les terres du Château Toulouze dépendaient d’un vaste ensemble foncier, propriété du Château de Vayres. Ce dernier édifié au XIIIème siècle à l’emplacement d’un « oppidum » gallo-romain dominant la Dordogne, fut une des résidences du roi Henri IV. La propriété dans sa forme actuelle, 27 ha d’un seul tenant, bâtiments et vignoble, correspond à ce qui subsiste d’un vaste domaine viticole et d’élevage de plus de 70 ha, édifié à la fin du XVIIIème siècle, à la suite de la révolution française et démantelé petit à petit par le jeu des successions. Le vignoble totalement restructuré en 1986, commence à exprimer la montée en puissance de l’expression du terroir. Cela donne des vins à la chair plus ample, généreuse, fruités mais avec des tanins élégants empreints de finesses. Des vins équilibrés et harmonieux, que l’on peut déguster jeunes après une large aération en carafe, mais qui offrent selon les millésimes un excellent potentiel de garde, en moyenne de 10 à 15 ans.


    DOMAINE DE FONTLADE


    COTEAUX VAROIS EN PROVENCE
    « Rigueur et Passion », pourrait être notre devise. Rigueur dans nos méthodes de culture et d’élaboration de nos vins, passion pour notre métier et notre terroir. Le vignoble de 40 ha, propriété de la baronne Philippe de Montremy depuis plus d’un demi-siècle, s’étend sur des coteaux calcaires. Les étés chauds et secs de ces dernières années, nous ont permis d’élaborer des vins puissants, aromatiques et élégants. Des rouges chaleureux, des rosés aux arômes de fruits rouges séduisants, des blancs floraux et frais. En 2008, l’élégance plus que la puissance caractérisera nos vins. Remarquable Coteaux-Varois-en-Provence rouge cuvée de l’Hermite Maunier Vieilles Vignes 2007 (60% Syrah, 30% Grenache et 10% Cabernet), élevé 8 mois en fûts de chêne, aux arômes de fruits cuits et d’épices, riche et coloré, de belle teinte grenat, dense et puissant au nez comme en bouche, d’excellente garde. Complexe, la cuvée Saint Qvinis rouge 2006, est de robe profonde, au nez de mûre et de fumé, aux tanins présents, un vin d’une belle harmonie, qui poursuit son évolution. La cuvée Saint-Qvinis rosé 2011 est de belle teinte, bien fruitée au nez comme en bouche, qui mérite une cuisine épicée, toujours très séduisante comme le Côtes-de-Provence rosé Aurélia Prima 2010, un assemblage de Syrah et Grenache (50/50) qui a macéré une nuit avant d’être saigné et vinifié à froid (en dessous de 17°), qui développe des nuances de fleurs et d’épices, mêlant richesse et souplesse, de bouche fruitée.
     
     

    CHATEAU DE GUEYZE


    BUZET
    Deux mille ans d’histoire ont sculpté ce terroir afin qu’un jour de 1953, les vignerons des Buzet décident de s’unir pour redonner à leur vin la place qui devait être la sienne dans la palette des vins de France. Vingt ans plus tard, ils obtiennent l’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) et s’affichent depuis sur toutes les bonnes tables d’Europe. Ainsi, grâce au talent des viticulteurs, au savoir-faire des œnologues et des maîtres de chai, au génie de son sol, Buzet est devenu un vrai grand vin. Deux mille hectares de vignobles offrent généreusement 13 millions de bouteilles aux amateurs gourmands. Ce vin est élaboré dans deux sites de vinification extraordinairement modernes. L’un est à Buzet, l’autre à Espiens, sur les deux berges de la Baïse. Deux chais de vieillissement qui hébergent plus de 4500 barriques instillent mille saveurs à ce grand vin que plus de 120 000 visiteurs viennent chaque année goûter à la cave et dans les chais. Ainsi, la cave des vignerons de Buzet est-elle devenue le site touristique le plus visité du département de Lot-et-Garonne. Découvrez le Buzet du Château de Gueyze 2010, typé, avec des notes de violette et de réglisse, riche en couleur, classique et concentré, mariant élégance et structure, ample, de très belle évolution. Il y a aussi le Buzet La Tuque de Gueyze 2010, dense, aux arômes de fruits cuits et d’épices, riche et coloré, de belle teinte grenat, puissant au nez comme en bouche, le Buzet Domaine de Brazalem rouge 2010, avec des notes intenses de petits fruits rouges surmûris et d'épices, est charnu, coloré et parfumé, charpenté, aux tanins savoureux et denses, réussi comme le Buzet Baron d’Ardeuil rouge 2010, de bouche pleine et riche, aux nuances de fruits des bois et de notes giboyeuses, savoureux en finale. Excellent Buzet rouge Domaine du Grand Bourdieu 2010, classique, bien corsé, de bouche fruitée et mûre. Joli Buzet blanc L’Excellence 2011, Sémillon, Sauvignon, aux notes persistantes de fruits mûrs et de chèvrefeuille, un vin tout en harmonie. Le Buzet Baron d’Ardeuil blanc 2011, issu de vieilles vignes, avec des connotations de fleurs et de coing est d’une très jolie expression, de jolie robe, un vin d’une belle vinosité avec cette nervosité charmeuse, de très bonne bouche.
     
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu