Avertir le modérateur

26/03/2015

QUAND LES MEILLEURES CUVEES DE CHAMPAGNE PASSENT A TABLE !

727.jpgLe Champagne est un grand vin à part entière et mérite bien plus que d'être consommé uniquement à l'apéritif ou sur un gâteau. Selon son style, sa puissance ou sa finesse, son terroir, son millésime, etc.

Voir la Carte des Millésimes

Faites-vous plaisir !

 

LES MEILLEURES CUVEES DE L'ANNEE


Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom 

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A 
Priorité à la puissance
KRUG (Grande Cuvée) (r)
DEUTZ (William Deutz)
DEVAUX (D) (r)
CHARLES HEIDSIECK (Millénaire) (r)
POL ROGER (Sir Winston Churchill) (r)
ELLNER (Réserve) (r)
LAURENT-PERRIER (Grand Siècle)
PHILIPPONNAT (Clos des Goisses)
TAITTINGER (Comtes de Champagne) (r)
ALAIN THIÉNOT (Grande Cuvée)
CATEGORIE B 
Priorité à l'élégance
GOSSET (Grand millésime) (r)
ROEDERER (Cristal)
DE SOUSA (Caudalies)
DE TELMONT (O.R.1735)
Pierre ARNOULD (Aurore)
PAUL BARA (Réserve) (r)
LEGRAS et HAAS (Blanc de Blancs)
LOMBARD (Grand Cru) (r)
PIPER-HEIDSIECK (Rare)
DE VENOGE (Princes)
VEUVE CLIQUOT (Grand Dame)



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A 
Priorité à la puissance
Michel ARNOULD (Grande Cuvée)
De CASTELNAU (Millésimé) (r)
CHARPENTIER (Terre d'Émotion)
COLLET (Esprit Couture)*
LANCELOT-ROYER (Chevaliers)
LAURENT-GABRIEL (Prestige) (r)
Philippe de LOZEY (Cuvée des Anges)*
Etienne OUDART (Référence)
Jean-Michel PELLETIER (Anaëlle) (r)
RALLE (Réserve)*
René RUTAT (Millésimé)
SIMART-MOREAU (Grande Réserve)
Maurice VESSELLE (Millésimé)*
BOURDAIRE-GALLOIS (Prestige)*
Christian BOURMAULT (Grand Éloge)*
BRIXON-COQUILLARD (Prestige)
Guy CADEL (Grande Réserve) (r)
CANARD-DUCHÊNE (Charles VII)
Jacques DEFRANCE (Millésime)
Philippe DUMONT (Prestige)
GATINOIS (Grand Cru)*
Pierre GOBILLARD (Prestige)*
Laurent LEQUART (Prestige)*
MORIZE (Sélection) (r)
THÉVENET-DELOUVIN (Prestige)
VAUTRAIN-PAULET (Grande Réserve)*
ASPASIE (Brut de Fût)*
AUTRÉAU-LASNOT (Prestige)
BARON ALBERT (La Préférence) (r)
BARON FUENTÉ (Cuvée Prestige) (r)
BONNET-GILMERT (Millésimé)*
BOULARD-BAUQUAIRE (Mélanie)*
Germar BRETON (Blanc de Blancs)*
GREMILLET (Evidence)*
HAMM (Signature) (r)
HUOT (Carte Noire)
MALETREZ (Premier Cru)*
Rémy MASSIN (Prestige)*
VEUVE OLIVIER (Grande Réserve)*
BARDOUX (Millésimé)*
GOUTORBE (Spécial Club)
PERRIER JOUËT (Belle Epoque)*
Christian BRIARD (Ambre)*
Lionel CARREAU (Préembulles)*
J.CHARPENTIER (Pierre-Henri)
DOUSSOT (Grande Cuvée)
François BROSSOLETTE (Millésime)*
Olivier et Laetitia MARTEAUX (Millésimé)
OLIVIER Père et Fils (Aparté)
André TIXIER et Fils (Millésime)*
VIGNON Père et Fils (Marquises)
BRION-BOIZARD (Brut)
R. DUMONT et Fils
MOREL Père et Fils (Cuvé Gabriel)*
HUGUENOT-TASSIN (Réserve)*
ROGGE-CERESER (Excellence)*
QUATRESOLS-GAUTHIER (Blanc de noirs)*
BAILLETTE-PRUDHOMME (Millésime)*
BOUCHÉ (Millésimé)*
Guy CHARBAUT (Millésimé)*
Guy CHARLEMAGNE (Millésimé)
HENIN-DELOUVIN (Grand Cru)*
LAFORGE-TESTA (Millésime)
Veuve Maurice LEPITRE (Heritage)*
PLOYEZ-JACQUEMART (Passion)*
Claude RIGOLLOT (Millésimé)*
CATEGORIE B 
Priorité à l'élégance
BEAUMONT DES CRAYERES (Grande Réserve)
BOIZEL (Grand Vintage)
Edouard BRUN (Élégante)
Gaston CHIQUET (Blanc de Blancs) (r)*
DELAUNOIS (Sublime)*
DRAPPIER (Grande Sendrée)
FLEURY-GILLE (Pierre-Louis)
GIMONNET Pierre (Fleuron)
Bernard LONCLAS (Prestige)
Charles MIGNON (Grande Cuvée)*
Pierre MIGNON (Madame)*
MUMM (R. Lalou)*
PERSEVAL-FARGE (Millésimé)
Michel TURGY (Blanc de blancs)
VINCENT D'ASTRÉE (Millésimée)*
BARDY-CHAUFFERT (Réserve)
BRIGITTE BARONI
BOURGEOIS-BOULONNAIS (Premier Cru) (r)*
COUTIER (Henri III)
Nathalie FALMET (Nature)*
Michel LABBÉ (Prestige)
Guy LARMANDIER (Grand Cru)*
LECLERC-BRIANT (Les Crayères)*
Xavier LECONTE (Vent des Anges)*
MARGAINE (Spécial Club)*
MÉDOT (Blanc de blancs)
Albert de MILLY
Yvon MOUSSY (Prestige)*
PETITJEAN-PIENNE (Millésimé)*
RENAUDIN (Réserve)*
André ROBERT (Mesnil)*
JEAUNEAUX ROBIN (Extra)
ROYER (Grande Réserve)*
J.M TISSIER (Apollon)*
VERRIER (Raymond Verrier)
DANGIN (Prestige)*
GABRIEL-PAGIN (Grande Réserve)
GRASSET-STERN (Millésimé)*
BLONDEL (Blanc de blancs)*
COLIN (Grand Cru)*
Alexandre PENET (Nature)*
A. ROBERT (Sablon)*
WIRTH et MICHEL (3 Cépages)*
BOREL LUCAS (Séléction)*
CHASSENAY d'ARCE (Premier)*
GALLIMARD (Quintessence)
ERIC LEGRAND
Nicolas MAILLARD (Platine)
MOUZON LEROUX (Prestige)*
PRIEUR (Millésimé)
Claude BARON (Topaze)*
BERTEMES (Extra)
Daniel CAILLEZ (Héritage)
PENET-CHARDONNET (Extra Réserve)*
Franck DEBUT (Tradition)
SADI-MALOT (Cuvée SM)*
Philippe GONET (Extra)
Hubert PAULET (Risléus)*
ROBERT-ALLAIT (Prestige)

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A 
Priorité à la puissance
(LAMBLOT (Premier Cru))
(LENOBLE (Grand Cru)*)
(PANNIER (Réserve)*)
Prestige des SACRES (Privilège)*
(Gaston RÉVOLTE (3e Millésnaire)*)
(FENEUIL-POINTILLART (Premier Cru))
(Nicolas FEUILLATTE (Grand Cru)*)
FLEURY (Fleur de l'Europe)
(GARDET (Prestige))
Robert JACOB (Collection Privée)*
ROLLIN (Grande Réserve)
(VOLLEREAUX (Marguerite)*)
CATEGORIE B 
Priorité à l'élégance
BONNAIRE (Millésimé)*
Vincent COUCHE (Perle Nacre)*
FOISSY JOLY (Grande Cuvée)
(Michel GENET (Grand Cru))
VEUVE LANAUD (Prétrosses)*
LOUIS de SACY (Inédité)
NAPOLEON (Blanc de blancs)
PIERRARD (Blanc de blancs)
(SENDRON-DESTOUCHES (Millésimé)*)
TISSIER et Fils (Saveur de Juliette)*
BLIARD-MORISET (Réserve)
DUMENIL (Prestige)

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

19:31 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

16/03/2015

VOUS AIMEZ LES VINS DE BOURGOGNE ? VOICI LES MEILLEURS !

Cliquez sur le nom pour accéder gratuitement aux commentaires du Guide Dussert-Gerber des Vins

Robert AMPEAU et Fils
Pierre ANDRÉ
AUVIGUE
Domaine Vincent BACHELET
Clos BELLEFOND
Domaine BERGER-RIVE
Domaine BERTAGNA
Domaine BERTHAUT
Domaine François BERTHEAU
Domaine Albert BOILLOT
Pierre BOURÉE Fils
Marc BROCOT
Château de la BRUYÈRE
Domaine René CACHEUX et Fils
Domaine Jacques CARILLON
Domaine du CHALET POUILLY
Domaine du CHARDONNAY
Domaine Jean CHARTRON
Domaine CHEVILLON-CHEZEAUX
Domaine de la CHOUPETTE
Domaine COQUARD-LOISON-FLEUROT
Domaine COUDRAY-BIZOT
Domaine Daniel DAMPT et Fils
Eric DARLES
Domaine Bernard DELAGRANGE et Fils
Domaine DENIS Père et Fils
Domaine DENUZILLER
Jean-Pierre DICONNE
Gérard DOREAU
Domaine ELLEVIN
Frédéric ESMONIN
Domaine de la FEUILLARDE
Domaine FOUGERAY de BEAUCLAIR
Domaine Pierre GELIN
Domaine Alain GEOFFROY
Domaine François GERBET
Claude GHEERAERT
Domaine Jean-Jacques GIRARD
Domaine Jean GIRARD
GLANTENET Père & Fils
Domaine GONDARD-PERRIN
Domaine GROS Frère et Soeur
Domaine Antonin GUYON
Domaine HEIMBOURGER Père et Fils
Domaine Pascal HENRY
Domaine JAFFELIN Père et Fils
Domaine Albert JOLY
Domaine Marc JOMAIN
LABOURE-ROI
Clos des LAMBRAYS
Philippe LECLERC
Domaine LETESSIER-TIXIER
Domaine Roger LUQUET
Domaine Pierre MAREY et Fils
Domaine des MEIX
Domaine des MONTS LUISANTS
Sylvain MOSNIER
Domaine Pierre NAIGEON
Jean-Marie NAULIN
Domaine NINOT
Domaine Manuel OLIVIER
Jean-Paul PAQUET & Fils
Gérard et Laurent PARIZE
Cave du Père TIENNE
Domaine de PISSE-LOUP
Nicolas POTEL
Domaine de la POULETTE
Domaine POULLEAU Père & Fils
Domaine PRIEUR-BRUNET
Domaine Michel PRUNIER et Fille
Domaine Henri REBOURSEAU
Domaine Guy ROBIN
Château de SANTENAY
Domaine SEGUIN-MANUEL
Gérard TREMBLAY
Domaine Alain VIGNOT
Domaine VIRELY-ROUGEOT

18:07 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

10/03/2015

Madiran ou Cahors, Gaillac ou Jurançon... offrez-vous les meilleurs rapports qualité-prix !

181.jpg

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en rouge)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CAHORS
BOVILA
CAMINADE
LA COUTALE
CROZE DE PYS
FAMAEY
GAUTOUL
HAUTE-SERRE
LAVAUR
NOZIÈRES
MERCUES
PAILLAS
SOULEILLAN
TRIGUEDINA
BOUT DU LIEU
(EUGÉNIE)
PECH DE JAMMES
PELVILLAIN
BERGERAC
COTES-DE-BERGERAC
MONBAZILLAC
PÉROUDIER (BI)
LA PLANTE
GRAND-JAURE (P)
VIEUX TOURON (M)
CLOS DU BREIL
LAROQUE (BI)
MOULIN-POUZY (M)
GAILLAC
BOURGUET
LABARTHE
LECUSSE (Bl)
PIALENTOU (BI)
L'EMMEILLÉ
MADIRAN
JURANCON

BARRÉJAT
Cru LAMOUROUX (J)
PARADIS
PICHARD
VIELLA
CUQUERON
HUSTE (J)
ROUSSE (J)
SERGENT
BORIES
BURGUÉ-SÉRÉ (J)
GAILLON (M)
LAFITTE-TESTON
MONTAUD
NIGRI (M)
AUTRES APPELATIONS 

VIGNERONS BUZET (Bt)
HAILLE (IGP)
PLAISANCE (F)
POUYPARDIN (G)
GUILLAMAN (IGP)
HERREBOUC
CAVE IROULÉGUY (I)
JOY (IGP)
MALARTIC (IGP)
SAINT-GUILLHEM (F)
VOIE BLANCHE (VP)



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CAHORS
MAISON-NEUVE*
REYNE
ARMANDIÈRES
(PASSELYS)
BERGERAC
COTES-DE-BERGERAC
MONBAZILLAC
CROIX BLANCHE (BI)*
HAUT-FONGRIVE*
BERTRANOUX (P)
(LA BORDERIE (M))
POULVERE M)
TIREGRAND (P)
MAINE-CHEVALIER
PANISSEAU (BI)
GAILLAC
ADELAÎDE
GRAND CHÊNE
LACROUX
LESCURE
RHODES
SARRABELLE
MADIRAN
JURANCON

(Cru LAROSE (J))
AUTRES APPELATIONS 

(GENSAC*)
MAGNAUT
MIRAIL
(PELLEHAUT)
(VIGNERONS BRULHOIS*)

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CAHORS
(TROTTELIGOTTE)
BERGERAC
COTES-DE-BERGERAC
MONBAZILLAC
PIQUE-SÈGUE
(ROQUES-PEYRE*)
GAILLAC
MADIRAN
JURANCON
Prod. JURANÇON (J)
AUTRES APPELATIONS 

(CAVE FRONTON (F))

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

17:03 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09/03/2015

BEAUJOLAIS-JURA-SAVOIE : LES MEILLEURS DE L'ANNEE


Source: Externe

Mon Classement salue les incontournables de l’année. La force du terroir et la structure des vins de Chénas, de Juliénas, de Régnié ou de Moulin-à-Vent, l’élégance d’un Saint-Amour, d’un Brouilly ou d’un Chiroubles… tout concourt à prendre au sérieux les meilleurs vins de la région et à ne pas s’arrêter à la production des “primeurs”, pour lesquels j’avoue néanmoins un faible, pour situer leur véritable niveau qualitatif.

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CHENAS
MOULIN-A-VENT

BEL AVENIR
CHAMPAGNON
DUBOEUF
MORTET
P.-M. CHERMETTE
SAMBIN
Cave Ch. CHENAS
MORGON
JULIENAS
REGNIE
Gérard BRISSON
GRANIT DORÉ
PIZAY
Michel TÊTE
CHAPONNE
Michel GUIGNIER
(CHERS)
(GAGET)
FLEURIE
SAINT-AMOUR
BEAUJOLAIS
 
Cédric CHIGNARD
EMERINGES (B)
METRAT
PAMPRES D'OR (B)
PARDON
PÉRELLES (B)
Cédric VINCENT (B)
(ROTISSON (B))
A. S. DUBOIS
GUELET
(MANTELLIERE)
MONTERNOT (B)
BROUILLY
COTE-DE-BROUILLY
CHIROUBLES
BARON DE L ECLUSE
CHEYSSON
COMBE AU LOUP
CRÊT DES GARANCHES
Alain MICHAUD
A. CHARVET
LORON
SAVOIE
JURA
BUGEY
Alain BOSSON (Sa)
DORBON ( Ju)
Daniel DUGOIS (Ju)
Denis FORTIN (Sa)
MILLION-ROUSSEAU (Sa)
MOLLEX (Sa)
Benoît BADOZ (Ju)
LAMBERT (Sa)
Pascal PAGET
Franck PEILLOT (Sa)
DUPASQUIER
Amélie GUILLOT (Ju)
MEUNIER (Bugey)
ANGELOT
CAVE CHAUTAGNE (Sa)



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CHENAS
MOULIN-A-VENT

JUILLARD-WOLKOWICKI
MORGON
JULIENAS
REGNIE
DONZEL
DUFOUR
VOLUET*
PIRON
PLAIGNE
FLEURIE
SAINT-AMOUR
 
FOURNELLES*
LASSAGNE
NUGUES (B)
VIGNES du PARADIS*
CRÊT du RIS
MADONE
MARRANS
BROUILLY
COTE-DE-BROUILLY
CHIROUBLES
BEAUJOLAIS-VILLAGES
BEAUJOLAIS
CHEVIGNEUX (Bugey)
MOREL
PETIT (Ju)
(PERRIER (Sa)*)
PINTE
PUFFENEY

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CHENAS
MOULIN-A-VENT

(Jean BARONNAT*)
CHANTEGRILLE
CÔTES DE LA MOLIÈRE
MORGON
JULIENAS
REGNIE
Dom.du VIN DES POÈTES
FLEURIE
SAINT-AMOUR
 
(Cave SAIN-BEL)
BROUILLY
COTE-DE-BROUILLY
CHIROUBLES
DALAIS
Domaine de la MOTTE
BEAUJOLAIS-VILLAGES
BEAUJOLAIS
(MACLE*)

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

09:10 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

02/03/2015

EN LANGUEDOC, LES TERROIRS FONT AUSSI LA DIFFERENCE

193.jpgJ'ai fait des dégustations superbes ces dernières années, qui sont venues confirmer les précédentes, globalement depuis 2005. Le contenant est tout aussi avenant, tant les efforts des vignerons se retrouvent aussi sur leurs bouteilles.

 

Il y a donc des producteurs qui élèvent des vins racés et typés, dans l’ensemble du territoire, des Corbières à Saint-Chinian, de Faugères en Minervois, en passant par les Coteaux-du-Languedoc, Fitou ou vins de pays, à des prix remarquables. Des grands vins ici, il y en a, mais les terroirs sont connus et ne s’étendent pas. La force de ces vins est d’avoir su conserver leur spécificité qui se dévoile au travers des cépages de la région, chacun s’exprimant au mieux selon les sols d’alluvions, d’ardoise, de schiste ou de calcaire, en bénéficiant d’un bien beau rapport qualité-prix.

 

Il y a toujours des “vins de mascarade”, où l’on parle de “vins à haute expression” (expression de la méthode de vinification et du bois neuf surtout…), qui “sentent le goudron ou le café” (cela donne envie, non ?), la réglisse (on n’est pas loin de l’écœurement)… Idem pour les cuvées de vins blancs totalement fabriquées dans les chais où l’on est fier de vous faire sentir “la mangue et autres fruits exotiques”.

 

Il s’agit donc de ne pas confondre l’ensemble d’une progression qualitative certaine et le développement de ces vins “fabriqués” et “putassiers” qui attirent les investisseurs comme des mouches, et sont, hélas, soutenus par des “critiques”, notamment américains (ce sont les mêmes qui soutiennent les “vins de garage” bordelais). Ce problème s’étend aux vins de cépages, où je ne vois toujours pas l’intérêt de planter des cépages qui se plaisent mieux dans des régions beaucoup plus froides (les bonnes exceptions existent), ni à se lancer dans des vinifications sophistiquées pour pouvoir remplir un dossier de presse… et mentionner des prix inexcusables sous prétexte que l’on peut mettre sur une étiquette les noms de Chardonnay ou de Merlot, ou que l’on croit qu’il suffit d’acheter des barriques neuves et se payer les services d’un œnologue “tendance” pour faire un grand vin.

 

Concernant les millésimes, en Languedoc, Les 2013 (superbes) à 2003 sont réussis. Je soutiens les hommes et les femmes qui s’attachent à élever des vins typés par ces terroirs de garrigues, maîtrisant les rendements, respectant leur spécificité. Les terroirs ont le potentiel pour que l’on y élève tout naturellement de grands vins racés, sans vouloir copier telle ou telle appellation plus connue avec des cépages inappropriés. Pour certains, l’exagération des prix et certaines renommées bien trop récentes commencent à se dégonfler comme des baudruches.

 

Classement Languedoc-Roussillon 


Tout savoir sur le vignoble

 

Cliquez sur le nom pour accéder gratuitement aux commentaires du Guide Dussert-Gerber des Vins 2015


Château D'AGEL
Domaine de L'ARGENTEILLE
Domaine de BARROUBIO
Domaine de la BARTHE
Domaine de BELLEVUE
Clos de BELLEVUE
Domaine BERTRAND-BERGÉ
Château BORDE-ROUGE
Domaine BOURDIC
Château BOUSQUETTE
Château de CABRIAC
Château CAMBRIEL
Domaine Les CASCADES
Domaine CAVAILLES
CLOS CENTEILLES
Domaine de CLARMON
Château La CLOTTE-FONTANE
Domaine COSTEPLANE
Château COUPE ROSES
Domaine la CROIX CHAPTAL
Mas de CYNANQUE
Mas de DAUMAS-GASSAC
Domaine ENTRETAN
Domaine de L'ESCATTES
L'ESTABEL CABRIÈRES
Château ÉTANG des COLOMBES
Château FABAS
Domaine de FAMILONGUE
Abbaye de FONTFROIDE
Domaine de FONTSAINTE
Domaine GALTIER
Domaine du GRAND ARC
Château du GRAND-CAUMONT
Domaine GRAND GUILHEM
Château GRAND-MOULIN
Domaine Les GRANDES COSTES
Château La GRAVE
Domaine de GRESSAC
Domaine GUIZARD
Domaine de L'HERBE SAINTE
Domaine LOUS GREZES
Domaine de MAIRAN
Domaine MARTINOLLE-GASPARETS
Domaine du MAS de MADAME
Domaine Mas NUY
Mas de la PLAINE HAUTE
Château de MATTES-SABRAN
Domaine du METEORE
Château MIRE-L'ÉTANG
Domaine des MOULINES
MAS DU NOVI
Philippe NUSSWITZ
Domaine PECH D'ANDRÉ
Domaine PECH de LUNE
Château PÉPUSQUE
Château des PEYREGRANDES
Domaine de la REYNARDIÈRE
Cave Les Vins de ROQUEBRUN
Domaine de ROUDENE
Château SAINT-MARTIN-des-CHAMPS
Domaine SAINT-MICHEL LES CLAUSES
Domaine des SAUVAIRE
Château de SERRES
Château SPENCER LA PUJADE
Château TRILLOL
Domaine de VALAMBELLE
Domaine de La VIEILLE

17:34 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

17/02/2015

COMMENT LES TERROIRS BOURGUIGNONS SIGNENT LES PLUS GRANDS VINS ?

 

Les terroirs bourguignons

Le vignoble s’étale sur les reliefs de la bordure ouest du fossé tectonique de la Bresse, occupant les premières pentes bien exposées à l’est, à une altitude modérée de 200 à 400 m sur les terrains sédimentaires de la couverture mésozoïque souvent faillés et basculés comme le Mâconnais, le Chalonnais et la Côte jusqu’à Dijon, la Côte représentant le sommet de la hiérarchie des Grands Crus.

 

L’architecture et la morphologie de la Côte sont bien spécifiques pour deux raisons principales : la structure, jusqu’ici monoclinale, devient tabulaire, et la limite ­Jurassique-Tertiaire bressan est toujours un contact de faille à fort rejet vertical. Les chaînons ont disparu, et sont remplacés par des gradins de failles. Une côte ayant valeur d’abrupt de faille domine systématiquement la plaine bressane. Cette morphologie va influencer la disposition du vignoble : il sera souvent restreint au talus de pied de Côte. Le changement structural s’effectue au passage de la Dheune axée sur la bordure tectonique septentrionale du fossé de Blanzy. Les plateaux situés à l’ouest d’une ligne Dijon-Chagny forment deux gradins tectoniques.

 

À l’ouest, le compartiment de “La Montagne” est le plus élevé (600 m) ; il est structurellement abaissé par rapport au Morvan et à la dépression marneuse liasique périphérique.

 

À l’est, le compartiment de “l’Arrière-Côte” (400 m) est à son tour effondré par rapport au précédent. Sur la transversale de St-Romain-Meursault, les rejets verticaux sont de 120 m et 300 m. Le rejet de la bordure du fossé est plus difficile à apprécier. Cependant, à Meursault, les calcaires à faciès Rauracien, qui ont leur toit à 400 m sur le rebord du plateau, sont abaissés à 200 m dans le village. Encore ne s’agit-il que de l’une des fractures de bordures. Mais le rejet total peut atteindre sous la Bresse 1 700 m.

 

La tranche du plateau occidental qui constitue la “Côte” peut être subdivisée en trois parties du sud au nord : la “Côte de Beaune”, la “Côte des Pierres”, la “Côte de Nuits”. Aux processus qui interviennent normalement dans la formation des sols de pente : altération de la roche mère, érosion, culluvionnement, dépôt d’éboulis, s’ajoutent les perturbations liées à l’action de l’homme : défrichement, défoncement, remontées de terre, apports allochtones.

Il en résulte une grande variabilité des caractéristiques telles que profondeur, pierrosité, texture.

 

L’implantation du vignoble répond à une nécessité d’ensoleillement maximum qui se trouve réalisée sur ce versant de direction générale N.N.E. - S.S.W. Quant à sa position sur le versant, elle s’échelonne souvent entre 220 et 320 m, parfois 370 m.

 

Le cru se définit comme un produit émanant du sol, caractérisé par un bouquet original se maintenant à travers les vicissitudes climatiques. Au début du xviie siècle, la différenciation des vins est liée, non plus à la seule personnalité des propriétaires, princes ou moines, mais à l’origine géographique : c’est ainsi que les meilleurs vins étaient localisés près de Beaune en vue d’une consommation rapide et de Nuits pour leur aptitude à la garde. La notion de “climat” apparaît au milieu du XVIIIe siècle.

 

À l’origine du cru se trouve l’association d’un sol, d’un micro-climat et d’une plante qui définissent des facteurs naturels. La pierrosité (pourcentage de cailloux et graviers) donne lieu à des observations de même type : très faible pour les appellations Bourgogne, elle présente deux phases distinctes pour les Grands Crus : 10 à 20 % par exemple à Corton et autour d’une moyenne de 35 % pour les autres. Le calcaire est toujours en quantité très faible dans les appellations Bourgogne, avec une exception pour un profil sableux, et présente deux phases pour les Grands Crus : 40 à 50 % essentiellement pour Corton, 10 à 20 % pour les autres. Ce sont les sols bruns ou bruns calcaires hydromorphes sur argiles ou cailloutis plio-quaternaires pour les appellations Bourgogne, les sols bruns calcaires sur marne ou calcaire marneux pour une partie des Grands Crus, les rendzines sur calcaires fissurés pour les autres. Dans la grande majorité, les profils en appellation “Grands Crus” et “Premiers Crus” se situent dans les unités de sols de versant sur matériaux en place.


LE CLASSEMENT DES VINS ROUGES


Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en rouge)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

GEVREY-
CHAMBERTIN 
FIXIN 
AUTRES
ESMONIN (GCh)
GELIN (Fixin)
Philippe LECLERC (GC)
Henri REBOURSEAU (Ch)
Pierre BOURÉE (Ch Ch)
Marc BROCOT (Mars.)
FOUGERAY DE BEAUCLAIR
SEGUIN MANUEL
Nicolas POTEL
MOREY SAINT-DENIS
CHAMBOLLE- 
MUSIGNY

Clos des LAMBRAYS (MSD)
MONTS-LUISANTS (MSD)
François BERTHEAU
COQUARD-LOISON-FLEUROT (ChM)
PIERRE NAIGEON (CHM)
VOSNE-ROMANEE 
NUITS ST GEORGES VOUGEOT
COTE DE NUITS
CHEVILLON-CHEZEAUX (N)
COUDRAY-BIZOT (É)
François GERBET (VR)
René CACHEUX
GROS (Gd-É)
LOUIS LATOUR
POULETTE (Vr)
CH. DE SANTENAY
LABOURE-ROI
Manuel OLIVIER
CRUCHANDEAU 
VOLNAY 
POMMARD 
AUTRES 

AMPEAU (V)
Antonin GUYON (V)
PRIEUR-BRUNET (V)
Michel PRUNIER (AD)
VIRELY-ROUGEOT (P)
Albert BOILLOT (P)
B. DELAGRANGE (V)
DICONNE (AD)
MUSSY (P)
NUDANT (V)
POULLEAU (V)
PIERRE ANDRE
MEIX (SA)
VIOLOT-GUILLEMARD (P)
CORTON 
COTE DE BEAUNE AUTRES 

ANTONIN GUYON (C)
MAREY (C)
Clos BELLEFOND (S)
Gérard DOREAU (Mo)
DUBREUIL-FONTAINE (C)
Jean-Jacques GIRARD (PV)
DENIS (AIC)
JAFFELIN (PV)
CHOUPETTE (S)
CHARLEUX (S)
COTE CHALONNAISE MACON
AUTRES

BRUYÈRE (Mâcon)
PARIZE (Givry)
Alain VIGNOT
BERGER-RIVE
Eric DARLES (Irancy)
HEIMBOURGER (Irancy)
BERSAN
SAINT-PANCRACE
NINOT (Rully)
P. et S. PAUGET
PÈRE TIENNE (Mâcon)



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

GEVREY-
CHAMBERTIN 
FIXIN 
AUTRES
(AUDOIN (Mars.))
DEREY (Fixin)
MOREY SAINT-DENIS
CHAMBOLLE- 
MUSIGNY

Guy COQUARD (MSD)
DIGIOIA-ROYER (ChM)
Pierre AMIOT (Clos de la Roche)
VOSNE-ROMANEE 
NUITS ST GEORGES VOUGEOT
COTE DE NUITS
(BERTAGNA)
Jean PETITOT (Côte Nuits)
VOLNAY 
POMMARD 
AUTRES 

PIGUET-CHOUET (AD)*
CORTON 
COTE DE BEAUNE AUTRES 

JACOB (C)
ARDHUY (C)
BERTHELEMOT (Beaune)
ROMAIN PERTUZOT (AIC)
PETITJEAN-DAMY (Mo)
COTE CHALONNAISE MACON
AUTRES

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

GEVREY-
CHAMBERTIN 
FIXIN 
AUTRES
(Ch. de MARSANNAY (Ch))
MOREY SAINT-DENIS
CHAMBOLLE- 
MUSIGNY

VOSNE-ROMANEE 
NUITS ST GEORGES VOUGEOT
COTE DE NUITS
VOLNAY 
POMMARD 
AUTRES 

GEORGES GLANTENEY (V)*
MOULIN AUX MOINES (AD)
CORTON 
COTE DE BEAUNE AUTRES 

C.PAULANDS (AlC)
COTE CHALONNAISE MACON
AUTRES

ROIS MAGE (Rully)

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements



LE CLASSEMENT DES VINS BLANCS


PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CHABLIS
SAINT-BRIS
AUTRES

GUY ROBIN
TREMBLAY
CHARDONNAY
A.GEOFFROY
MOSNIER
NAULIN
DAMPT
HEIMBOURGER
BERSAN
Pascal HENRY
LETESSIER-TIXIER
PISSE-LOUP
CORTON
PERNAND-VERGELESSES


ANTONIN GUYON (CCh)
MAREY (CCh)
JAFFELIN (CCh)
DENIS Père et Fils (PV)
DUBREUIL-FONTAINE (PV)
Jean-Jacques GIRARD (PV)
PULIGNY-MONTRACHET
Vincent BACHELET (ChM)
CARILLON (BBM)
Jean CHARTRON (BM)
Marc JOMAIN (PM)
PRIEUR-BRUNET (BM)
Pierre BOURÉE 
COUDRAY-BIZOT
LABOURE-ROI
SEGUIN-MANUEL
MEURSAULT
MARSANNAY
AUXEY-DURESSES
SAINT-AUBIN
AMPEAU (M)
Guy BOCARD (M)
Marc BROCOT (Ma)
B. DELAGRANGE (M)
DICONNE (M)
DOREAU (M)
FOUGERAY DE BEAUCLAIR
VIRELY-ROUGEOT (M)
CH. DE SANTENAY
CHARLEUX (S)
CHOUPETTE (S)
CRUCHANDEAU 
MEIX (SA)
COTE CHALONNAISE
RULLY
CREMANTS


LAROCHETTE (Crémant)
Michel PRUNIER (Crémant)
Claude GHEERAERT
Jean GIRARD (Crémant)
Pascal HENRY (Crémant)
NINOT (Rully)
POUILLY FUISSE
SAINT-VERAN
MACON
BOURGOGNE
AUVIGUE
BRUYÈRE
CHALET POUILLY
DENUZILLER
LAROCHETTE
PAQUET
BERGER-RIVE
FEUILLARDE
GONDARD-PERRIN
Roger LUQUET



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CHABLIS
SAINT-BRIS
AUTRES

ELLEVIN
GUETTE SOLEIL
CORTON
PERNAND-VERGELESSES


PULIGNY-MONTRACHET
BADER-MIMEUR
(CHANGARNIER (M))
MAROSLAVAC-LÉGER (PM)
MEURSAULT
MARSANNAY
AUXEY-DURESSES
SAINT-AUBIN
COTE CHALONNAISE
RULLY
CREMANTS 


THALIE (Crémant)
VITTEAUT-ALBERTI (Crémant)
POUILLY FUISSE
SAINT-VERAN
MACON
BOURGOGNE
Ch. FUISSE
Château de VINZELLES*

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CHABLIS
SAINT-BRIS
AUTRES

MOTTE
CORTON
PERNAND-VERGELESSES


Jean FERY et Fils (PV)*
PULIGNY-MONTRACHET
René MONNIER (M)
MEURSAULT
MARSANNAY
AUXEY-DURESSES
SAINT-AUBIN
GERMAIN et Fils (SR)
COTE CHALONNAISE
RULLY
CREMANTS 


ROIS MAGES (Rully)*
POUILLY FUISSE
SAINT-VERAN
MACON
BOURGOGNE
COLLOVRAY-TERRIER
Dom. CRAIS (SV)*

 

08:39 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

02/02/2015

LE NOUVEAU CLASSEMENT 2015 DES MEILLEURS ROUGES DE LOIRE

200.jpg
 
ANJOU-SAUMUR
 

Peu d’autres vins peuvent “copier” les meilleurs crus de la région, marqués par ces sols de tuffeau ou de roche calcaire en parfaite osmose avec les cépages Cabernet franc et Chenin, le premier s’épanouissant sûrement le mieux ici, dans cette région où il fait bon s’octroyer quelques étapes gourmandes et historiques. De Champigny à Beaulieu-sur-Layon, du Puy-Notre-Dame à Parnay, la région est riche en terroirs et en saveurs, avec des blancs secs très agréables, des rouges puissants et colorés, au nez de violette comme ceux de Saumur-Champigny.

 
 
PAYS NIVERNAIS
 

La région fourmille donc de vins qui possèdent une typicité exacerbée, associée à un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à ces sols différents, les uns plus spécifiques que les autres. Cela fait donc du bien de “sentir” la puissance des terroirs et permet de renvoyer au jardin d’enfants les nouveaux vins qui poussent partout et les producteurs qui croient encore qu’il suffit de planter un cépage pour obtenir un grand vin Beaucoup de propriétaires sont présents dans le Guide depuis longtemps, ce qui prouve leur régularité qualitative, et leur place dans le Classement comme dans le Top Vignerons sont la confirmation de leur talent.

 
 
TOURAINE
 

En rouge, trois appellations sortent du lot, Chinon, bien sûr, où la race rejoint une vraie typicité, puis Bourgueil et Saint-Nicolas-de-Bourgueil, où l’on se rend aussi bien compte de l’expression de ces terroirs de tuffeau et de graviers, et Touraine. La race du Cabernet franc s’exprime parfaitement sur ces terroirs variés d’argile ou de silex, où le tuffeau croise les Perruches ou les Aubuis.

La typicité s’associe donc à un rapport qualité-prix régulièrement remarquable. Le plaisir des arômes, le fruité des rouges, la fraîcheur des blancs secs, la suavité des moelleux… tout concourt au plaisir du vin. Les incontournables sont dans le Classement.


Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE

Classement Val de Loire Blancs
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés

 
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

ANJOU-SAUMUR
GAUTERIE (A)
LA PALEINE (S)
PERRUCHES (S)
ROCHETTES (A)
FOSSE SÈCHE (S)
GODINEAU (A)
RAYNIERES (S)
BEAUREGARD (S)
BESSIÈRE (S)
PETIT CLOCHER (A)
VIEUX PRESSOIR (S)
SAUMUR-CHAMPIGNY
Clos MAURICE
PETITE CHAPELLE
TARGÉ
BOURG NEUF
BOUVET
Christelle DUBOIS
LA GUILLOTERIE
ROCHEVILLE
VARINELLES
CHINON
 
GOURON (r)
BOUCHARDIÈRE 
BOUQUERRIES
COULY-DUTHEIL
DOZON
P. & B. COULY
Dne de L'R
A. LEON
NOIRÉ
CAVES de la SALLE
BOURGUEIL SAINT NICOLAS 

DRUSSÉ (SNB)
GÉLÉRIES (B)
JARNOTERIE (SNB)
MINERAIE (SNB)
PETIT BONDIEU
TOURAINE CHEVERNY 

CHARBONNIER
MANDARD
RENAUDIE
TEVENOT (Che)
CHAISE
CHESNEAU (CHe)
DARIDAN (CHe)
MONTIGNY
MAISON (CHe)
MECHINIERES
Domaine des ROY
SANCERRE DIVERS 

NATTER (S) (r)
CHAILLOT (CH) 
CHEVREAU (S) (r)
André DEZAT (S)
MALBETE (R) (r)
Daniel REVERDY (S) (r)
A. ROBLIN (S)
J-M ROGER (S)
SARRY (S)
VATTAN (S)
BIZET (S)
GILBON (MS)
MABILLOT (R)
P'TIT ROY (S)
SAUTEREAU (S)
FOUASSIER (S)
PICARD (S)
M. E. ROBLIN (S)



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

ANJOU-SAUMUR
D. FOURRIER (A)
SAUMUR-CHAMPIGNY
ROCFONTAINE
CHINON
 
Patrick BARC
(BROCOURT)
BOURGUEIL SAINT NICOLAS 

GESLETS (B)
VERNELLERIE (B)
TOURAINE CHEVERNY 

CHARMOISE
MESLIAND*
SANCERRE DIVERS 

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

ANJOU-SAUMUR
BRÉZÉ (S)
TROTTIERES (A)
SAUMUR-CHAMPIGNY
CORDELIERS
(SAINT-JUST)
CHINON
 
(RAFFAULT)
BOURGUEIL SAINT NICOLAS 

(ROBINIERES)
TOURAINE CHEVERNY 

SANCERRE DIVERS 

(LAUVERJAT (S))

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

10:40 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

30/12/2014

Comment acheter son vin au juste prix ?

 

 

A l’époque où certains prix ne correspondent plus à rien, il devient indispensable de “situer” le marché des vins vendus en France, région par région, appellation par appellation, afin de pouvoir visualiser immédiatement le prix des vins, et pouvoir se référer directement aux prix pratiqués chez les producteurs, où il est toujours conseillé d’acheter son vin directement. À noter que ces fourchettes de prix prennent en compte le marché de base de ces appellations, prix départ propriété, dans les millésimes récents, l’exception confirmant la règle, sans tenir compte de la marge des revendeurs et surtout, hélas, des restaurateurs (de 4 à 7, et beaucoup plus, parfois), chez lesquels il vaut mieux s’abstenir de passer commande.

 

Trois choses sont à retenir :

 

- On se rend compte que dans des appellations très abordables (de 7 à 10 €), on trouve de tout, aussi bien des crus qui bénéficient d’un excellent rapport qualité-prix que des vins d’une même appellation qui, faute d’image de marque (et de qualité) cohérente, peuvent passer du simple au double, les vins les moins chers n’étant pas les meilleurs “locomotives” de ces appellations (Alsace, Bordeaux, Bourgogne, Languedoc, Provence…). Pour ceux-là, il semble urgent de régulariser le marché, en intervenant sur le plan qualitatif comme sur celui de l’image de marque, tant au niveau du négoce que de la propriété, voire de la grande distribution. Certains responsables actuels en ont conscience, d’autres non. Il est évident qu’un Corbières (ou Bordeaux) à moins de 4 € n’est pas comparable qualitativement à un excellent Corbières (ou Bordeaux) à 8 €. Il est tout aussi évident qu’un mauvais Bordeaux à 3 € ne vaut même pas son prix. Attention à des prix inexcusables atteints aussi bien par des appellations moyennes que dans les plus prestigieuses pour des micro-cuvées “fabriquées”.

 

- Certains prix sont surprenants (dans le bon sens). Des vins des “satellites” de Saint-Émilion, des Graves, des Côtes de Bordeaux, des Gigondas…, dans une fourchette de prix de 8 à 12 €, ce n’est pas bien cher. Il en va de même pour d’autres appellations (Bourgueil, Cahors, Madiran, Chinon, Gaillac, Côtes-du-Rhône-Villages, Saumur-Champigny…), où les meilleurs vins sont souvent sous-payés (vous avez bien lu). Inversement, d’autres prix sont très surprenants et trop “élevés” (toutes proportions gardées) dans de nombreuses régions et/ou appellations (Languedoc, Bouzy, Provence, Tavel, “simples” AOC de Bourgogne, Médoc, Libournais…). Leur point commun : l’importance du tourisme dans leur région, et une clientèle qui, bien souvent, n’est pas réellement informée des équivalences de prix. L’exportation peut aussi expliquer l’exagération des prix. Bien sûr, dans chacune de ces régions citées, il existe des vins qui méritent largement leur prix : ils sont dans le Guide.

 

- Quelques très grands vins ne sont pas si chers que cela, tant en Bourgogne qu’à Bordeaux, dans le Rhône, ou en Vendanges Tardives (Sauternes, Alsace, Loire, Sud-Ouest), d’autant plus si l’on fait intervenir le facteur rareté (tout particulièrement en Bourgogne ou en Sauternais). S’offrir un Meursault Premier Cru pour 30 € (et plus), ou un très Grand Cru Classé de Bordeaux pour 50 €, c’est tout à fait compréhensible, à l’époque où d’autres vins à la mode parviennent à des prix prohibitifs. Il suffit de prendre en considération leur potentiel qualitatif dans le temps et leur grande histoire vinicole pour s’en persuader. En fait, pour les très grands crus, au-dessus d’un prix “compréhensible” (100 €), il est difficile de parler “qualité-prix”, la mode (outrancière, parfois, notamment sur des micro-cuvées ou grâce à une note bienveillante) intervenant alors, et l’on entre aussi pour d’autres dans le domaine du luxe. Bien entendu, la renommée n’est pas obligatoirement synonyme de grande qualité, et certaines sont galvaudées. Et les vins changent selon leurs propriétaires : il faut toujours remettre en question l’évolution des crus en fonction du talent de l’homme qui les élève et de son aptitude à accéder au sommet de son appellation.

 

Cliquez pour voir le tableau en plus grand



Cliquez pour voir le tableau en plus grand

 

 

 

 

12:18 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, Loisirs, Shopping, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

16/12/2014

LES PESSAC-LEOGNAN DE L'ANNEE

Château BROWNPESSAC-LÉOGNAN Château BROWN

Château BROWN 

(PESSAC-LÉOGNAN)
Jean-Christophe Mau
5, avenue de la Liberté
33850 Léognan
Téléphone :05 56 87 08 10 
Télécopie : 05 56 87 87 34 
Email : chateau.brown@wanadoo.fr 
Site : www.chateau-brown.fr 

Jean-François Mau a acquis, en décembre 2004, ceChâteau, s'associant à la famille hollandaise Dirkzwager. Lorsque l'on découvre son vignoble aux pentes douces, son histoire presque millénaire et sa bâtisse où sont encore conservées les plus belles toiles de J. L. Brown, on comprend la passion que Château Brown suscite chez Jean-Christophe Mau, le fils de Jean-François.
Le Château, comme son nom l'indique, témoigne du lien étroit qui a toujours existé entre la région bordelaise et les Anglo-Saxons. Créé à la fin du Moyen-Âge alors que l’Aquitaine était anglaise, le Château Brown doit son nom au riche négociant écossais John Lewis Brown, qui s'établit à Bordeaux à la fin du XVIII ème siècle. Passionné de vins et d'art, cet épicurien transmit, outre son patronyme, ses passions à son petit-fils, le peintre animalier John Lewis Brown. Au fil des siècles, les propriétaires se succèdent à Château Brown et le domaine connaît une alternance de gloire et d'oubli. Il faut attendre la fin du XXe siècle pour le voir recouvrer tout son lustre, sous l'impulsion de Bernard Barthe, maître des lieux durant la dernière décennie, qui l'a donc cédé à la famille Mau.
Vous apprécierez ce Pessac-Léognan rouge 2011, de robe intense, qui mêle concentration aromatique et délicatesse, avec ces nuances d'épices (cannelle, muscade) et de griotte, aux tanins très équilibrés. Beau 2010, très classique, de bouche corsée, avec des nuances de groseille, de cassis et de cuir, un vin complexe, très parfumé, concentré, aux tanins puissants et fins à la fois, charnu, savoureux, degarde. Excellent Pessac-Léognan blanc, au nez fleurisuave et puissant, d'une très belle persistance aromatique en bouche, avec des nuances de pêche et de tilleul. 


Domaine de CHEVALIERPESSAC-LÉOGNAN Domaine de CHEVALIER

Domaine de CHEVALIER 

(PESSAC-LÉOGNAN)
Olivier Bernard

33850 Léognan
Téléphone :05 56 64 16 16 
Télécopie : 05 56 64 18 18 
Email : olivierbernard@domainedechevalier.com 
Site : www.domainedechevalier.com 

À la tête des Premiers Grands Vins Classés, en blanc comme en rouge, ce qui n'est pas si courant. 

"Nous avons un nouveau cuvier en forme “tulipe”, nous explique Olivier Bernard, de petites cuves de 80 hl un peu plus refermées en haut (d’où son nom) qui nous permettent des vinifications très pointues, c’est un petit cuvier “bijou”, à l’image du travail que je réalise au Domaine de Chevalier. Nous avons fait des tris optiques, en plus des 16 personnes au tri manuel, pour être encore plus précis. Depuis 3 ans nous avons un érafloir extraordinaire, un robot avec des “doigts” pour érafler les raisins. Nous continuons par petite touche à progresser, dans le détail, la précision associée à beaucoup de travail, car, finalement , c’est ce qui fait aussi la différence. Plus j’avance dans ma vie de viticulteur et plus je crois en la précision de notre travail, à toutes les étapes, c’est l’élément fondamental qui révèle les grands terroirs

Je crois que, mieux que tous les artifices rajoutés, il faut croire et respecter notre terroir, une réflexion en profondeur. Au Domaine de Chevalier, nous sommes pour la continuité dans le raisonnement et dans l’approfondissement de notre travail. 

Pour terminer avec l’actualité, j’ai été nommé Président des Grands Crus depuis plus d’un an et dans mon discours d’investigation, j’ai aussi parlé de qualité et d’efficacité, des thèmes qui me tiennent à cœur !

Le millésime 2013 est dans la lignée des 2011 et 2012, avec des similitudes dans l’expression de soncaractère. C’est un millésime compliqué qui, heureusement, a été sauvé par un été très ensoleillé, un des étés les plus chauds depuis 50 ans ! Le printemps avait été fraislong et humide, ce qui eu pour effet de retarder la floraison qui a eu lieu fin juin avec 15 jours de retard.
C’est une année qui coûte cher à l’entreprise car nous avons fait de petits rendements et il a fallu un personnel substantiel pour effectuer les nombreux travaux d’effeuillage, surveiller et apporter des soins constants pour préserver au maximum la qualité des raisins. Pour attendre le degré de maturité qui nous satisfaisait, nous allions devoir vendanger tard et pour cela les raisins devaient être bien exposés, ventilés, protégés, donc ce 2013 a été un millésime exigeant en personnel.
Septembre et octobre nous ont permis de récolter de jolis raisins. Nous avons fait des vendanges tardives “à la carte”. Nous avons pris un maximum de risque pour attendre la maturité et ensuite nous avons récolté très vite pour que la qualité reste intacte. Dans unmillésime comme le 2013, l’homme devait être à l’écoute de ses vignes au plus près, aux commandes et prendre des décisions régulièrement, cela va avoir une résonance forte sur le vin; dans un millésime facile, l’homme intervient peu, c’est la nature qui fait tout."

Un très grand Pessac-Léognan rouge 2011, de couleur intense, racé, aux tanins riches, aux connotations de cassis, de mûre et de poivre, tout en élégance et velouté, d'excellente garde. Splendide 2010, à la fois intense, puissant et très velouté, ample et riche au nezcomme au palais, aux arômes envoûtants de mûre fraîche et de champignons, de lente évolution. Superbe 2009, volumineux, d'une belle matière en bouche, aux notes de cuir et de cassis, qui allie distinction et richesse, un grand vin très savoureux, puissant, gourmand, encore fermé, naturellement."

Exceptionnel 2008, de couleur pourpre profond, qui développe un nez intense et complexe dominé par les fruits rouges cuits, un beau vin de belle matière, très équilibré, avec des tanins riches et savoureux à la fois, encore fermé, naturellement, de garde. Le 2007, de très belle robe, développe au nez des senteurs délicates de petits fruits rouges mûrs et d'humus, est de bouche charnue, un vin délicat etgénéreux, bien épicé. Le 2006 est dans la lignée, possédant sa propre spécificité, bien sûr, très élégant, soyeux, d'une diversité et complexité d'arômes intenses, dominées par la griotte et la framboise mûre, un vin où le terroir s'exprime parfaitement aussi avec cette pointe balsamique très réussie, d'une belle longueur en finale. Exceptionnel 2005, séducteur, puissant, ample, avec des tanins riches etveloutés à la fois, aux connotations de mûre et de cannelle au nezcharnu comme on les aime, avec beaucoup de structure, tout en bouche, marqué par les fruits compotés légèrement épicés (griotte, cassis...) et de réglisse. 

Superbe Pessac-Léognan blanc 2011, avec cette touche d'acidité alliée à une rondeur agréable, où s'entremêlent des notes d'amande et de fougère, ample et persistant, riche au nez comme en bouche. Le 2010, aux senteurs de lis et d'agrumes mûrs, est vraiment charmeur, de bouche ample et finement parfumée, un vin complexe, très prometteur. Le 2009 mêle finesse et structure, une belle rondeur et un bouquet aux connotations de narcisse, de musc et de pamplemousse, d'une richesse aromatique et persistance, de bouche opulente. Le 2008 est très racé, marqué par le Sauvignon et son terroir qui lui transmet des notes minérales, tout en finessearomatique, associant nervosité et gras, au nez envoûtant et persistant, dominé par des notes de petites fleurs blanches et de poire. Le 2007 est formidable, vraiment exceptionnel avec une attaque puissante, le Sauvignon (85%) explose en bouche, le vin est très volumineux, complexe, ample et soutenu par une fraîcheur exceptionnelle, avec une longueur très puissante, certainement l'un des plus beaux Vins blancs de toute la région. Le 2006, une très belle réussite, est riche et distingué, aux nuances de pamplemousse et d'amande grillée, alliant finesse et persistance, un vin gras et nerveux à la fois, dense et complexe au nez comme au palais, d'une grande ampleur, suave


Domaine de GRANDMAISONPESSAC-LÉOGNAN Domaine de GRANDMAISON

Domaine de GRANDMAISON 

(PESSAC-LÉOGNAN)
Jean et François Bouquier
182, avenue de la Duragne
33850 Léognan
Téléphone :05 56 64 75 37 
Télécopie : 05 56 64 55 24 
Email : courrier@domaine-de-grandmaison.fr 
Site : www.vinsdusiecle.com/domaine-de-grandmaison 
Site : www.domaine-de-grandmaison.fr 

Un domaine de 19 ha issu d'un terroir exceptionnel de graves siliceuses et d'argiles graveleuses parsemées de moellons calcaires (65% Sauvignon, 15% Sauvignon gris et 20% Sémillon pour les vins blancs; 60% Merlot, 30% Cabernet-Sauvignon et 10% Cabernet franc pour les vinsrouges). Vendanges manuelles, élevage du blanc 30% en barriques neuves pendant 6 mois surlies fines et 70% en cuves sur lies également; le rouge : vin de goutte 80% de la récolte enbarriques pendant 12 mois et vin de presse 20%. Le vin produit sur le domaine se caractérise par une expression minérale autant en rouge qu'en blanc reflétant le type de sol argilo-calcaire.

"L’année 2013 a été compliquée, nous raconte François Bouquier, un millésime imprévisible car, après une floraison tardive, nous avons commencé les vendanges le 30 septembre et terminé le 19 octobre. Nous sommes satisfaits de la vendange autant par la qualité que la quantité, c’est grâce à l’âge des vignes, c’était un atout ! C’est un millésime qui se fait au fur et à mesure, avec une belle matière, le vin est structuré. Le blanc est tout en finesse, bien équilibré, représentatif du travail en amont, un joli vin dans la ligné du 2011. Au printemps 2014, nous proposons le blanc 2013, puis le rouge 2011, très agréable, avec une belle tenue, les tanins sont fondus, un vin bien équilibré, ce 2011 est un millésime gourmand, à l’image du 2008."

Il a raison et on en a la preuve avec ce beau Pessac-Léognan rouge 2011, de couleur intense aux reflets noirs, un vin généreux, avec des arômes de fruits rouges et d'épices, et des tanins bien enrobés, typé et persistant. Remarquable 2010, riche en couleur, dense, où se mêlent la griotte et l'humus, un vin charnucharpenté, de garde. Savoureux 2009, aux notes de fruits macérés et d'épices, gras, auxtanins très équilibrés, au charnu caractéristique, bien en bouche, de belle évolution. Le 2008, de couleur profonde, structuré, ample, avec des tanins riches et qui se fondent bien, des arômes de fruits mûrs (cassis, griotte...), tout en finale, prometteur également. Le 2007, de couleur grenat aux reflets violine, est tout en bouche, avec beaucoup de structure, bien équilibré, au nez de cerise et d'humus, de charpente très élégante. Le 2006, dense, où se mêlent la griotte, la groseille et l'humus, aux tanins soyeux, est bien charnu, ample et structuré, de garde. Le 2005, alliant une finesse tannique à une rondeur persistante, est chaleureux, de très bonne évolution. 
Fidèle à lui-même le Pessac-Léognan blanc 2012, d'une très belle persistance d'arômes en bouche, avec des nuances de pêche et de tilleul, est tout en distinction. Le 2011, avec cette ampleur en bouche caractéristique, alliant charpente et finesse, d'une belle finalearomatique (poire, bruyère...), est à ouvrir sur des escalopes de dinde au citron. Le 2010 est à dominante de fleurs blanches et de petitsfruits secs, puissant mais très fin, un vin tout en finale. Le 2009, avec ces arômes de fruits frais, de grillé et de fleurs, mêle nervosité etgras au palais, un vin toute en nuances et distinction. Le 2008, avec des senteurs de noisette et de chèvrefeuille, est ferme et suave, tout en harmonie, vraiment très agréable. 


Château HAUT-LAGRANGE

Château HAUT-LAGRANGE 

(PESSAC-LÉOGNAN)
Francis Boutemy
89, avenue de La Brède
33850 Léognan
Téléphone :05 56 64 09 93 
Télécopie : 05 56 64 10 08 
Email : contact@hautlagrange.com 
Site : www.hautlagrange.com 

Une propriété créée par Francis Boutemy en 1989, sur un terroir mentionné en 1763 sur la carte de Belleyme. Le sol est travaillé très classiquement, avec un enherbage partiel, densité 7 700 pieds/ha,production volontairement ramenée, selon les années, de 10 à 20% en dessous desrendements autorisés. Un vignoble de 8,3 ha dont 1 ha en blanc et 7,3 en rouge.
Coup de coeur pour ce Pessac-Léognan rouge 2010 (45 % Merlot, 55% Cabernet-Sauvignon, dont 1/3 de la récolte est élevée 12 mois 30% en barriques neuves, le reste en cuves, durée totale de l'élevage 20 mois), de couleur grenat soutenu, d'une belle concentration, aux notes defruits rouges mûrs (griotte, framboise) et d'épices, de bouche riche, tout en saveurs, un vincharnu et charpenté, de garde. Le 2009 dégage un bouquet aux nuances poivrées, un vincomplet, de jolie bouche où se mêlent la mûre et le cassis, ample et solide. Excellent 2008, avec des arômes de fruits rouges et de fumé, un vin complexe et charnu, aux tanins structurés et biensoyeux, de très bonne évolution. 
Le Pessac-Léognan blanc 2010 (Sauvignon et Sémillon à parts égales), alliant finesse et structure, une belle rondeur et un bouquet aux connotations de petites fleurs blanches et d'agrumes, associe richesse aromatique et persistance, de bouche riche, longue, ample.

Château LAFARGUE

Château LAFARGUE 

(PESSAC-LÉOGNAN)
Jean-Pierre Leymarie
5, Impasse de Domy
33650 Martillac
Téléphone :05 56 72 72 30 
Télécopie : 05 56 72 64 61 
Email : contact@chateau-lafargue.com 
Site : www.chateau-lafargue.com 

Une propriété de 18,50 ha, menée par Jean-Pierre Leymarie, ancien maraîcher, qui s'est passionné pour son cru, le développant petit à petit.
Il peut être fier de son Pessac-Léognan cuvée Prestige rouge 2010, un vin de base tanniqueimportante et très équilibrée, dense, de robe soutenue, charnu et gras, au nez complexe et subtil à la fois, de jolie bouche dominée par la griotte. Le Pessac-Léognan rouge 2011, aux notes de sous-bois et de cassis mûr, de bouche ample et fondue. 
Tout en nuances d'arômes, le Pessac-Léognan cuvée Alexandre blanc 2012, avec des notes florales et fruitées, qui mêle élégance et vivacité, tout en bouche, d'une grande persistance. Séduisant 2011, avec des arômes de fougère et de fruits fraissuave, aux notes florales où l'on retrouve l'acacia et la pêche jaune

Château LUCHEY-HALDE

Château LUCHEY-HALDE 

(PESSAC-LÉOGNAN)
Directeur : Olivier Lavialle - Directeur Technique : Pierre Darriet
17, avenue du Maréchal Joffre
33700 Mérignac
Téléphone :05 56 45 97 19 
Télécopie : 05 56 45 33 79 
Email : info@luchey-halde.com 
Site : www.luchey-halde.com 

Belle valeur sûre avec ce Pessac-Léognan rouge 2011 (19 ha, 55% de Cabernet-Sauvignon, 35% de Merlot, 5% de Cabernet franc et 5% de Petit Verdot), riche mais soyeux, avec une bouche ample, parfumée et persistante (violette, pruneau), un vin très charpenté. Le 2010 est puissant, légèrement épicé, aux tanins riches et veloutés à la fois, aux connotations de mûre et de poivre, est un vin complexe, très réussi. Le 2009 est structuré, élégant, un vin tout en finessearomatique (cuir, groseille...), de robe grenat soutenu, bien charnu, bien charpenté, qui poursuit son évolution. Remarquable 2008, très classique comme il se doit, corsé, aux senteurs persistantes de petits fruits rouges mûrs avec des notes de musc, typé, aux tanins amples et très équilibrés, un vin qui allie structure et charme. 
Le Pessac-Léognan blanc 2012, d'une grande franchise au nez comme en bouche, persistant, alliant des notes florales et fruitées, un vin tout en finesse et structure, parfait sur des brochettes de fruits de mer ou une aiguillette de bœuf en gelée. 

08:57 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

12/12/2014

CHAMPAGNE : LES VINS SONT MAGNIFIQUES, MAIS FAITES LE BON CHOIX !

62-2.jpgLe Champagne est devenu un vin à part entière. Il faut dire que la force du terroir est bien réelle ici et vient s’allier à cet art exceptionnel de l’assemblage que chaque vigneron ou maître de chai va marquer de sa “patte”, créant une bouteille unique, que personne n’a réussi à égaler, partout dans le monde, où l’on n’est jamais parvenu à inquiéter la “marque” Champagne... Certes, les références ont évolué, des grandes maisons sont toujours au sommet (pas toutes) mais un nombre de vignerons ou de “petites” maisons familiales les rejoignent, et c’est bien naturel. Qu’elles dégagent des notes de chèvrefeuille, de rose ou d’abricot, développent des nuances de noisette, de brioche ou de fruits mûrs, les cuvées deviennent les plus passionnantes les unes que les autres, à des prix vraiment fort sages quand on les compare aux aberrations d’autres vins. On accède ainsi au plaisir des sens...   


LE NOUVEAU CLASSEMENT 2015 

Cette hiérarchie vient toujours, et avant tout, récompenser les efforts accomplis, le talent des hommes et leur volonté qualitative, qu’ils élèvent des cuvées de grande régularité, de la plus prestigieuse à la plus sympathique, sans comparer ce qui ne l’est pas, depuis des générations ou simplement depuis 10 ans... Les très grandes cuvées de prestige (celles que l’on retrouve dans le Classement dans la catégorie des Premiers Grands Vins Classés, puis, dans une bonne partie des Deuxièmes Grands Vins Classés) sont des cuvées de Champagne que l’on boit comme un grand vin, en les associant à des moments du repas, sur des plats appropriés. 

On a la chance d’accéder ainsi aussi bien au summum de la finesse qu’à celui de la complexité et de la vinosité. Bien que l’on n’en parle moins (à tort), le terroir, les sols ont toute leur importance en Champagne, apportant une spécificité réelle et différente selon que l’on se trouve à Cramant ou à Épernay, à Ay ou à Bouzy, dans l’Aube ou la Marne. À cela s’ajoute la proportion des cépages, et chaque maison, cave ou vigneron, possède alors les facultés de créer véritablement une cuvée légère ou puissante. Et puis, ce qu’il ne faut surtout pas occulter pour comprendre la différence entre une grande cuvée et une autre, ce sont, outre l’art fondamental de l’assemblage que signe la main de l’homme, les incontournables vins de réserve, que l’on ajoute avec des millésimes plus jeunes.

Comme partout également, on trouve des cuvées de bas de gamme, qui changent de nom et d’étiquette selon leurs marchés. Certaines coopératives et négociants sont dans ce cas, de plus en plus de producteurs se réservant leurs meilleures cuves pour vendre en direct (on les comprend). Attention aussi aux nombreuses marques qui appartiennent à certains “faiseurs” comme à d’autres marques, dont la qualité n’est pas en cause, dirigées par des responsables de groupes qui vendent du Champagne aujourd’hui comme demain du soda, c’est-à-dire sans la moindre passion...   


Les premiers grands vins classés 

Il y a une vingtaine de maisons qui atteignent le haut du pavé cette année, certaines d’entre elles bénéficiant d’un exceptionnel rapport qualité-prix-régularité. On remarquera que la plupart sont des maisons familiales (certaines marques ne sont plus que des noms qui changent régulièrement de main), et qu’une seule coopérative y est présente. Les (très) grandes maisons historiques, qui ont su préserver, voire accentuer, leur suprématie qualitative, méritent un véritable “coup de chapeau”. Pas si facile pour ces maisons de rester au “top” depuis bien longtemps, d’autant plus que l’on peut estimer que leurs plus grandes cuvées méritent leur prix, alors que pour d’autres marques, il est difficile de justifier les prix atteints par certaines cuvées de prestige, sans parler de certaines marques qui font des cuvées de base qui n’ont aucun intérêt. Ces grandes maisons sont souvent propriétaires d’importants vignobles et dirigées par des hommes pour lesquels la continuité patrimoniale prime, ceci expliquant cela. Celles que nous mettons au sommet sont des marques qui réussissent également remarquablement leurs “simples” cuvées, et c’est très difficile.

Aux côtés de ces maisons incontournables (Pol Roger, Charles Heidsieck, Gosset, Krug, Roederer..), d’autres sont donc au sommet, notamment pour récompenser un savoir-faire et/ou un rapport qualité-prix indéniable (Philipponnat, Thiénot, Ellner, De Sousa). Quatre autres sont à leurs côtés dans le haut du Classement : Bara, Pierre Arnould, Lombard et Legras et Haas, où la force des terroirs de Grands Crus joue à plein, à des prix défiant toute concurrence. Chaque marque n’est, bien sûr, pas à “comparer” à une autre, et le tout est de rester maintenant à cette place. 

Il est impératif de suivre à la lettre la hiérarchie interne de notre Classement 2015, les Premiers des “Premiers” étant intrinsèquement “supérieurs” aux autres “Premiers”, et ainsi de suite, en sachant que, toujours, le rapport qualité-prix prime et explique bien des choses.   

 

Les deuxièmes grands vins classés 

Une mine d’or pour les amateurs exigeants, passionnés par les terroirs qui permettent cette mosaïque unique avec un exceptionnel rapport qualité-prix-plaisir. Une hiérarchie forte se met également en place à l’intérieur de cette catégorie, les Premiers des “Deuxièmes” étant aussi intrinsèquement “supérieurs” aux autres “Deuxièmes”, et ainsi de suite. 

Il y a donc des propriétaires qui peuvent prétendre atteindre les sommets, globalement ceux qui sont dans le peloton de tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, élevant des cuvées les unes plus séduisantes que les autres, garantes d’une typicité et d’une régularité qualitative exemplaires, un bon nombre exploitant des terroirs situés en Grands (et Premiers) Crus, ceci expliquant cela, et prouvant que, ici comme ailleurs, la force du terroir est primordiale, même si l’art de l’assemblage, les stocks et l’élevage feront la différence. 

À leurs côtés, le plus souvent très proches qualitativement (voire meilleurs selon les cuvées), on trouve des maisons et vignerons exemplaires qui bénéficient également de rapport qualité-prix-typicité exceptionnels, et peuvent aussi prétendre aux plus hautes places. À la suite, une bonne cinquantaine de maisons, caves et vignerons, fer de lance de cette exceptionnelle révolution qualitative qu’a connue la Champagne, chacune avec sa spécificité, chacune pouvant mériter mieux... C’est ce qui fait tout l’intérêt de ce Classement, récompenser les meilleurs, les plus connus comme les autres, en étant réactualisé en permanence. 

Faites-vous plaisir sans vous faire avoir, il suffit de cliquer sur le nom !!!!   

 

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en rouge)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A 
Priorité à la puissance
KRUG (Grande Cuvée) (r)
DEVAUX (D) (r)
CHARLES HEIDSIECK (Millénaire) (r)
POL ROGER (Sir Winston Churchill) (r)
ELLNER (Réserve) (r)
LAURENT-PERRIER (Grand Siècle)
PHILIPPONNAT (Clos des Goisses)
TAITTINGER (Comtes de Champagne) (r)
ALAIN THIÉNOT (Grande Cuvée)
CATEGORIE B 
Priorité à l'élégance
GOSSET (Grand millésime) (r)
ROEDERER (Cristal)
DE SOUSA (Caudalies)
DE TELMONT (O.R.1735)
Pierre ARNOULD (Aurore)
PAUL BARA (Réserve) (r)
PIPER-HEIDSIECK (Rare)
DE VENOGE (Princes)
VEUVE CLIQUOT (Grand Dame)
LEGRAS et HASS (Blanc de Blancs)
LOMBARD (Grand Cru) (r)



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A 
Priorité à la puissance
De CASTELNAU (Millésimé) (r)
CHARPENTIER (Terre d'Émotion)
COLLET (Esprit Couture)*
LAURENT-GABRIEL (Prestige) (r)
Philippe de LOZEY (Cuvée des Anges)*
RALLE (Réserve)*
Maurice VESSELLE (Millésimé)*
Michel ARNOULD (Grande Cuvée)*
BARON ALBERT (La Préférence) (r)
BOURDAIRE-GALLOIS (Prestige)*
Christian BOURMAULT (Grand Éloge)*
BRIXON-COQUILLARD (Prestige)
Guy CADEL (Grande Réserve) (r)
CANARD-DUCHÊNE (Charles VII)
Pierre GOBILLARD (Prestige)*
LANCELOT-ROYER (Chevaliers)
Laurent LEQUART (Prestige)*
Etienne OUDART (Référence)*
Jean-Michel PELLETIER (Anaëlle) (r)
SIMART-MOREAU (Millésimé)
AUTRÉAU-LASNOT (Millésimé)
BONNET-GILMERT (Millésimé)*
Germar BRETON (Blanc de Blancs)*
Jacques DEFRANCE (Millésime)*
Philippe DUMONT (Prestige)
GATINOIS (Millésime)*
GREMILLET (Evidence)*
MALETREZ (Premier Cru)*
René RUTAT (Millésimé)*
THÉVENET-DELOUVIN (Carte Noire)
VAUTRAIN-PAULET (Grande Réserve)*
VEUVE OLIVIER (Grande Réserve)*
ASPASIE (Brut de Fût)*
BARDOUX (Millésimé)*
BOULARD-BAUQUAIRE (Mélanie)*
J.CHARPENTIER (Pierre-Henri)
GOUTORBE (Spécial Club)
HUGUENOT-TASSIN (Réserve)*
HUOT (Carte Noire)
LENOBLE (Grand Cru)*
Rémy MASSIN (Prestige)*
MORIZE (Grande Réserve) (r)
ROLLIN (Grande Réserve)*
Christian BRIARD (Ambre)*
Lionel CARREAU (Préembulles)*
DOUSSOT (Grande Cuvée)
François BROSSOLETTE (Millésime)*
HAMM (Signature) (r)
Olivier et Laetitia MARTEAUX (Millésimé)
OLIVIER Père et Fils (Aparté)
PERRIER JOUËT (Belle Epoque)*
André TIXIER et Fils (Millésime)*
VIGNON Père et Fils (Marquises)
BRION-BOIZARD (Brut)
BARON FUENTÉ (Cuvée Prestige) (r)
R. DUMONT et Fils
FLEURY (Fleur de l'Europe)
MOREL Père et Fils (Cuvé Gabriel)*
ROGGE-CERESER (Excellence)*
QUATRESOLS-GAUTHIER (Blanc de noirs)*
BAILLETTE-PRUDHOMME (Millésime)*
BOUCHÉ (Millésimé)*
Guy CHARBAUT (Millésimé)*
Guy CHARLEMAGNE (Millésimé)
HENIN-DELOUVIN (Grand Cru)*
LAFORGE-TESTA (Millésime)
Veuve Maurice LEPITRE (Heritage)*
PLOYEZ-JACQUEMART (Passion)*
Claude RIGOLLOT (Millésimé)*
CATEGORIE B 
Priorité à l'élégance
Edouard BRUN (Élégante)
Gaston CHIQUET (Blanc de Blancs) (r)*
DELAUNOIS (Sublime)*
Pierre MIGNON (Madame)*
MUMM (R. Lalou)*
Michel TURGY (Blanc de blancs)
VINCENT D'ASTRÉE (Millésimée)*
Zoémie DE SOUSA (Merveille)
BEAUMONT DES CRAYERES (Fleur de Prestige)*
BOIZEL (Ultime)*
COUTIER (Henri III)
DRAPPIER (Grande Sendrée)
Nathalie FALMET (Nature)*
FLEURY-GILLE (Grande Réserve)*
GIMONNET Pierre (Fleuron)*
Guy LARMANDIER (Grand Cru)*
LECLERC-BRIANT (Les Crayères)*
Bernard LONCLAS (Millésimé)
MÉDOT (Blanc de blancs)
Charles MIGNON (Grande Cuvée)*
PERSEVAL-FARGE (Jean Baptiste)
PETITJEAN-PIENNE (Millésimé)*
André ROBERT (Mesnil)*
JEAUNEAUX ROBIN (Extra)
ROYER (Grande Réserve)
J.M TISSIER (Apollon)*
BARDY-CHAUFFERT (Réserve)*
BRIGITTE BARONI
BOURGEOIS-BOULONNAIS (Premier Cru) (r)*
COLIN (Grand Cru)*
DUMENIL (Prestige)*
GABRIEL-PAGIN (Grande Réserve)*
GRASSET-STERN (Millésimé)*
Michel LABBÉ (Prestige)
XAVIER LECONTE (Vent des Anges)*
MARGAINE (Spécial Club)*
Albert de MILLY*
Yvon MOUSSY (Prestige)*
RENAUDIN (Réserve)*
VERRIER (Raymond Verrier))*
BLONDEL (Blanc de blancs)*
DANGIN (Prestige)*
Nicolas MAILLARD (Platine)
Alexandre PENET (Nature)*
A. ROBERT (Sablon)*
WIRTH et MICHEL (3 Cépages)*
BOREL LUCAS (Séléction)*
CHASSENAY d'ARCE (Premier)*
GALLIMARD (Quintessence)
ERIC LEGRAND
MOUZON LEROUX (Prestige)*
PRIEUR (Millésimé)
Claude BARON (Topaze)*
BERTEMES (Extra)
Daniel CAILLEZ (Héritage)
PENET-CHARDONNET (Extra Réserve)*
Franck DEBUT (Tradition)
SADI-MALOT (Cuvée SM)*
Philippe GONET (Extra)
Hubert PAULET (Risléus)*
ROBERT-ALLAIT (Prestige)

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A 
Priorité à la puissance
(LAMBLOT (Premier Cru))
(PANNIER (Réserve)*)
Prestige des SACRES (Privilège)*
(Gaston RÉVOLTE (3e Millésnaire)*)
(FENEUIL-POINTILLART (Premier Cru))
(Nicolas FEUILLATTE (Grand Cru)*)
(GARDET (Prestige))
Robert JACOB (Collection Privée)*
LENIQUE (Millésime) (r)
(VOLLEREAUX (Marguerite)*)
CATEGORIE B 
Priorité à l'élégance
BLIARD-MORISET (Réserve)*
BONNAIRE (Millésimé)*
Vincent COUCHE (Perle Nacre)*
FOISSY JOLY (Grande Cuvée)
(Michel GENET (Grand Cru))
VEUVE LANAUD (Prétrosses)*
LOUIS de SACY (Inédité)
NAPOLEON (Blanc de blancs)
PIERRARD (Blanc de blancs)
(SENDRON-DESTOUCHES (Millésimé)*)
TISSIER et Fils (Saveur de Juliette)*

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

 

Choississez une région pour voir un autre classement : 
ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

BORDEAUX

BOURGOGNE

VAL DE LOIRE

CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
SUD-OUEST-PERIGORD  
 

17:40 Publié dans Blog, Consommation, gastronomie, terroir, Vins | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu