Avertir le modérateur

Consommation

  • Pin it!

    LE MEILLEUR DU RHÔNE EST DANS LE GUIDE DES VINS 2020

    Dans le Rhône : de 2015 à 2009, on est sûr de se faire plaisir, le 2008 est décevant, le 2007 remarquable, peut-être supérieur au 2006. Le 2013 se goûte très bien. Les 2005 et 2003 sont très (trop) mûrs, le 2004, très classique. Il faut prendre le temps de conserver ces vins, car on débouche de grandes bouteilles actuellement dans des millésimes comme 2002, 1998, 1995 ou 1990.

    De Vienne en Avignon, les rouges, charnus, charpentés, séveux, racés, avec des notes de prune, de réglisse et des parfums de sous-bois, sont des vins denses et chaleureux comme nous les aimons. On déguste des blancs rares et savoureux (Condrieu, Ermitage, Saint-Joseph et Châteauneuf-du-Pape), issus de raisins qui se plaisent à merveille dans ces sols pauvres, exceptionnels pour la vigne qui doit chercher sa nourriture en profondeur.

    Les meilleurs vins, dans de nombeuses appellations (Cairanne, Visan, Vacqueyras, Vinsobres, CDR-Villages...), bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-typicité, viennent conforter le terroir et la main de l’homme, qui font la différence.

    La Vallée du Rhône à table

    - Châteauneuf-du-Pape. Des rouges riches et charpentés, très parfumés, qui sentent la garrigue et les fruits surmûris, et s’apprécient sur le gibier (sanglier, chevreuil, lièvre) ou avec les truffes. Les blancs sur une cuisine riche.

    - Cornas et Côte-Rôtie. De grands vins rouges intenses et complexes, concentrés au nez comme en bouche, d’excellente garde, qu’il faut savoir attendre et déguster sur des plats épicés.

    - Côtes-du-Rhône et CDR-Villages. Dans leur jeunesse, les rouges vont parfaitement avec les viandes blanches ou les volailles (pigeonneaux). Plus vieux, ils méritent un chou farci, une daube et du gibier (perdrix). Les rosés “collent” aux terrines et aux poissons grillés, et les blancs à une escalope panée ou à un sandre au beurre blanc.

    - Gigondas, Rasteau, Vinsobres. Le vin est puissant au nez comme en bouche, ferme, d’excellente garde et se marie aussi bien avec un gigot à la ficelle ou une selle d’agneau qu’avec des mets plus riches comme une daube ou le gibier.

    - Hermitage et Saint-Joseph. Idéal sur une viande rouge ou de l’agneau quand ils sont jeunes, puis, à maturité, avec un lièvre à la royale ou un salmis de colvert. Les blancs, suaves et onctueux, sur une blanquette ou un saumon grillé.

     

     

     

    Accédez gratuitement aux commentaires de dégustation du GUIDE DUSSERT-GERBER 2020 en cliquant sur le nom

     

    Domaine l'ABBE DINE
    Domaine ALARY
    Pierre AMADIEU
    Domaine de L'AMAUVE
    ARNOUX & Fils
    Vignobles ASSEMAT
    Château BEAUCHENE
    Domaine BEAUVALCINTE
    Château BIZARD
    Château La CANORGUE
    Domaine des CARABINIERS
    CAVE DES VIGNERONS RÉUNIS
    Domaine du CAYRON
    CLOS des CAZAUX
    Domaine de CHAMP-LONG
    Domaine du CHÂTEAU VIEUX
    COMTE DE LAUZE
    Domaine de COYEUX
    Domaine de la CROIX BLANCHE
    Domaine Benjamin et David DUCLAUX
    Famille Elie JEUNE
    Domaine des ENCHANTEURS
    Château FONTVERT
    Domaine la GARRIGUE
    Domaine des LAURIBERT
    EARL Vignobles LEVET
    Domaines LUMIAN & BONNEFOY
    Domaine de MAGALANNE
    Domaine MAS SAINT LOUIS
    Domaine André MATHIEU
    Domaine La MEREUILLE
    Domaine du MOULIN
    Château MOURGUES du GRÈS
    MOURIESSE VINUM
    Château REDORTIER
    Château La ROLIÈRE
    Domaine de ROSIERS
    Domaine de La ROYERE
    Famille SABON DE ROCHEVILLE
    Château SAINT-ESTEVE D'UCHAUX
    Domaine de SAJE
    Domaine SERGUIER
    Domaine de la SOLITUDE
    Domaine de TARA
    Domaine TOUR SAINT-MICHEL
    Château TROIS COLOMBES les RAMEAUX
    Domaine de la VALÉRIANE
    Clos VOLABIS

     

    Les vins de l'année avec Vins du Siècle

  • Pin it!

    LE MEILLEUR DE LA CHAMPAGNE EST DANS LE GUIDE DUSSERT-GERBER 2020

    Si quelques grandes maisons sont toujours des références, le travail accompli par de nombreux vignerons et “petites” maisons est exceptionnel. On reconquiert ici les lettres de noblesse de son terroir, car la force des sols est bien réelle et vient s’allier à cet art exceptionnel de l’assemblage que chaque vigneron ou maître de chai va marquer de sa “patte”, créant une bouteille unique, que personne n’a réussi à égaler, partout dans le monde. Qu’elles dégagent des notes de chèvrefeuille, de rose ou d’abricot, développent des nuances de noisette, de brioche ou de fruits mûrs, les cuvées deviennent plus passionnantes les unes que les autres, à des prix fort sages quand on les compare aux aberrations d’autres vins tranquilles. 

    Voici les hommes et les femmes qui comptent.

     
    Les premiers grands vins classés
    Il y a une vingtaine de maisons qui atteignent le haut du pavé, certaines d’entre elles bénéficiant d’un exceptionnel rapport qualité-prix-régularité. On remarquera que la plupart sont des maisons familiales (certaines autres marques ne sont plus que des noms qui changent régulièrement de main). Les (très) grandes maisons historiques, qui ont su préserver, voire accentuer, leur suprématie qualitative, méritent un véritable “coup de chapeau”. Pas si facile pour ces maisons de rester au “top” depuis bien longtemps, d’autant plus que l’on peut estimer que leurs plus grandes cuvées méritent leur prix, alors que pour d’autres marques, il est difficile de justifier les prix atteints par certaines cuvées de prestige, sans parler de quelques marques qui font des cuvées de base qui n’ont aucun intérêt. Ces grandes maisons sont souvent propriétaires d’importants vignobles et dirigées par des hommes et des femmes pour lesquels la continuité patrimoniale prime, ceci expliquant cela. Ce sont aussi des marques qui réussissent également remarquablement leurs “simples” cuvées, et c’est très difficile.
     
     
    Les deuxièmes grands vins classés
    Une mine d’or pour les amateurs exigeants, passionnés par les terroirs qui permettent cette mosaïque unique avec un exceptionnel rapport qualité-prix-plaisir. Des propriétaires qui peuvent prétendre atteindre les sommets, globalement ceux qui sont dans le peloton de tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, élevant des cuvées les unes plus séduisantes que les autres, garantes d’une typicité et d’une régularité qualitative exemplaires. À leurs côtés, le plus souvent très proches qualitativement (voire meilleurs selon les cuvées), on trouve des maisons et vignerons exemplaires qui bénéficient également de rapport qualité-prix-typicité exceptionnels, et peuvent aussi prétendre aux plus hautes places.
     
     

     

    Accédez gratuitement aux commentaires de dégustation du GUIDE DUSSERT-GERBER 2020 en cliquant sur le nom

    Yann ALEXANDRE
    Michel ARNOULD et Fils
    Paul BARA
    Roger BARNIER
    BARON ALBERT
    BARON-FUENTÉ
    Brigitte BARONI
    Benoit BEAUFORT
    BEAUMONT des CRAYÈRES
    BERTHELOT-PIOT
    A. BOATAS & Fils
    BOCHET-LEMOINE
    BOURDAIRE-GALLOIS
    Jean-Bernard BOURGEOIS
    BOURGEOIS-BOULONNAIS
    R. BOUTILLEZ MARCHAND
    Christian BRIARD
    BRIAUX LENIQUE
    BRIXON-COQUILLARD
    Edouard BRUN & Cie
    CAMIAT et Fils
    Jean-Yves de CARLINI
    CASTELGER
    CASTELNAU
    J. CHARPENTIER
    CHARPENTIER
    Lucien COLLARD
    CORDEUIL
    Champagne R.H. COUTIER
    Florence DAUPHIN
    Sébastien DAVIAUX
    Franck DEBUT
    Jacques DEFRANCE
    DEKEYNE et Fils
    Paul DÉTHUNE
    DEUTZ
    Pascal DEVILLIERS
    André DILIGENT et Fils
    DISSAUX VERDOOLAEGHE et Fils
    DORÉ LÉGUILLETTE
    Didier DOUÉ
    Veuve DOUSSOT
    DRAPPIER
    Emmanuel DRAVIGNY
    ELLNER
    FLEURY-GILLE
    FRANCOIS-BROSSOLETTE
    Philippe GAMET
    GATINOIS
    GOSSET
    H. GOUTORBE
    GRASSET-STERN
    HAMM
    HARIN Père et Fils
    Jean Pol HAUTBOIS
    HUGUENOT-TASSIN
    Louis HUOT
    JEAUNAUX-ROBIN
    P. LANCELOT-ROYER
    Guy LARMANDIER
    LAURENT-GABRIEL
    Paul LAURENT
    Xavier LECONTE
    LEGRAS et HAAS
    LEJEUNE-DIRVANG
    Veuve Maurice LEPITRE
    LÉTÉ-VAUTRAIN
    Alain LITTIÈRE
    Gérard LORIOT
    Xavier LORIOT
    MANNOURY
    Olivier et Laëtitia MARTEAUX
    Denis MARX
    Rémy MASSIN et Fils
    MATHIEU-PRINCET
    MEHLINGER et Fils
    Charles MIGNON
    Pierre MIGNON
    Albert de MILLY
    MOREL Père et Fils
    MORIZE Père et Fils
    MOUSSÉ-GALOTEAU et Fils
    Yvon MOUSSY
    MOYAT-JAURY-GUILBAUD
    Odil MORET
    Étienne OUDART
    Hubert PAULET
    PÉHU-GUIARDEL
    Jean-Michel PELLETIER
    Champagne PENET
    Daniel PERRIN
    PERRON BEAUVINEAU
    PETIT & BAJAN
    PHILIPPONNAT
    Piollot Père et Fils
    POINSOT Frères
    POL ROGER
    Didier RAIMOND
    R. RENAUDIN
    Simon RION
    Louis ROEDERER
    ROGGE-CERESER
    ROYER Père et Fils
    René RUTAT et Fils
    SADI-MALOT
    SOLEMME
    De SOUSA et Fils
    THÉVENET-DELOUVIN
    Diogène TISSIER et Fils
    Michel TURGY
    Jean-Claude VALLOIS
    VERRIER & Fils
    Maurice VESSELLE
    VIGNON Père et Fils
    VINCENT D'ASTRÉE
    Daniel VRAYET
  • Pin it!

    LE MEILLEUR DE LA BOURGOGNE EST DANS LE GUIDE DUSSERT-GERBER 2020

    La Bourgogne est “la” région où le terroir est omniprésent. Qui ne s’est jamais promené sur la route des crus, comprenant la force des sols de mi-pente, notamment, ne peut pas comprendre ce qu’est un terroir digne de ce nom. Aucun autre vin blanc ne peut rivaliser avec ces Crus (Grands Crus ou Premiers) de Puligny-Montrachet, Meursault, ou Chablis, qui dévoilent une minéralité envoûtante et tiennent 15, 20, 30 ans sans décevoir !

    Et, en rouges (superbes dégustations sur place cette année en Nuits-Saints-Georges, Gevrey-Chambertin, Fixin, Auxey-Duresses, Vosne-Romanée, Morey-Saint-Denis, Marsannay, Chambolle-Musigny, Pommard...), pour lesquels certains dégustateurs incompétents n’ont toujours pas encore compris que la couleur ou la concentration n’ont rien à voir avec un réel potentiel de garde, on ne peut qu’exciter ses papilles avec ces crus racés. Les prix sont chers, certes, mais il n’y pas de comparaison entre un Puligny à 100 euros et un Pessac-Léognan au même prix...

     

     

    Accédez gratuitement aux commentaires de dégustation du GUIDE DUSSERT-GERBER 2020 en cliquant sur le nom

    Domaine Pierre AMIOT et Fils
    Robert AMPEAU et Fils
    AUVIGUE
    BADER MIMEUR
    Clos BELLEFOND
    Domaine BERTAGNA
    Domaine BERTHAUT-GERBET
    Domaine François BERTHEAU
    Domaine Guy BOCARD
    Domaine Albert BOILLOT
    Domaine René CACHEUX et Fils
    Domaine Jacques CARILLON
    Domaine du CHALET POUILLY
    Domaine du CHARDONNAY
    Domaine CHEVILLON-CHEZEAUX
    Domaine Philippe CORDONNIER
    Domaine COUDRAY-BIZOT
    Eric DARLES
    Domaine Bernard DELAGRANGE et Fils
    Domaine DENIS Père et Fils
    Domaine DENUZILLER
    Gérard DOREAU
    Frédéric ESMONIN
    Domaine FOUGERAY de BEAUCLAIR
    Domaine Pierre GELIN
    Domaine Alain GEOFFROY
    Domaine Jean-Jacques GIRARD
    GLANTENET Père & Fils
    Domaine Antonin GUYON
    Domaine Albert JOLY
    Domaine JOMAIN
    Domaine LUQUET depuis 1878
    Domaine MATHIAS
    Domaine des MONTS LUISANTS
    Sylvain MOSNIER
    Jean-Marie NAULIN
    Domaine Manuel OLIVIER
    Jean-Paul PAQUET & Fils
    Domaine Gérard et Laurent PARIZE
    Domaine Michel PRUNIER et Fille
    Domaine Guy ROBIN
    Domaine SANGOUARD-GUYOT
    Gérard TREMBLAY
    Domaine Alain VIGNOT
    Domaine de VILLAINE

    Rechercher par région :

    Alsace
    Beaujolais
    Bordeaux
    Bourgogne
    Champagne
    Jura
    Savoie
    Languedoc
    Provence-Corse
    Sud-Ouest-Périgord
    Val de Loire
    Vallée du Rhône

    Consulter l'index général des producteurs
    A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

  • Pin it!

    LE TOP DES GRAVES ET PESSAC-LEOGNAN

     

    2832.jpg231.jpgPESSAC-LEOGNAN. Le 9 septembre 1987, un décret reconnaissait l’appellation d’origine contrôlée Pessac-Léognan. Le terroir se compose de terrasses construites par la Garonne lors des grandes crues millénaires qui ont apporté une grande variété de débris caillouteux, venus parfois de très loin, notamment des Pyrénées ; ces débris, multicolores, usés au point d’être polis, voire luisants, après la pluie, sont plus ou moins enrobés de terre ou de limon. Les graves de Pessac-Léognan reposent donc sur un sous-sol d’argile, de sable, d’alios, de calcaire et de faluns. Elles sont témoins des cours anciens de la Garonne, mis en place depuis la fin de l’ère tertiaire puis durant le quaternaire au fur et à mesure que passaient les époques glaciaires.

    3482.jpg3592.jpgCes graves, composées de graviers, galets roulés par les eaux, ont une épaisseur variant d’une vingtaine de centimètres à 3 m et plus. La variété du cailloutis est exceptionnelle avec des quartz et quartzites ocre, blancs, rouges et roses, des jaspes, agatoïdes, silex et lydiennes… savant mélange harmonieux et chatoyant. Réfléchissant parfaitement le rayonnement solaire, la grave redistribue progressivement la chaleur sur les grappes. Inscrits dans un relief mamelonné, les dépôts de graves forment des croupes particulièrement bien dessinées dans le paysage, bénéficiant d’une excellente exposition avec des pentes toujours assez fortes pour assurer un drainage naturel. Celui-ci est renforcé par un réseau hydrographique important de petits cours d’eau et d’affluents de la Garonne.




    Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

     

    36.jpg646.jpgGRAVES. Prolongement des terres du Médoc, le vignoble des Graves (environ 3 450 ha et 1 600 ha environ pour Pessac-Léognan) a été de tout temps rapproché historiquement et géographiquement de celui du Médoc. Là aussi la terre est graveleuse (le mot “graves” vient de là), pauvre, mais secourue par un climat exceptionnel et des vignerons qui ont écrit l’histoire du Bordelais.

     

    Pour les millésimes, les blancs 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2011, 2010, 2009, 2008, 2006, 2005, 2004, 2001, 2000, 1998 ou 1997 sont excellents. Des crus réellement exceptionnels, issus des territoires de Pessac, Martillac, Léognan, mais aussi ceux de Podensac ou Portets, certains d’entre eux, dans l’appellation Pessac-Léognan comme dans celle des Graves, bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir. C’est le berceau des beaux vins blancs de la région bordelaise, aux côtés de rouges puissants et typés, si l’on frappe à la bonne porte. Attention néanmoins à des prix incautionnables de certains vins de Pessac-Léognan.

    2865-2.jpg

    425-2.jpg

    3267.jpg

     

    CLASSEMENT GRAVES 2020

     

     

    e_graves.jpg
    LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE


    Les Classements du site sont réactualisés en permanence en fonction des dernières dégustations, découvertes, coups de cœur, déceptions...


    IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
     
    Accédez gratuitement aux commentaires de dégustation
    du GUIDE DUSSERT-GERBER 2020 en cliquant sur le nom

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A
    Priorité à la puissance
    (HAUT-BRION (PL) (Bl))
    EYRAN (PL)
    FRANCE (PL)
    GRAND BOS (Bl)
    GRANDMAISON (PL) (Bl)
    HAUT-LAGRANGE (PL) (Bl)
    LAFARGUE (PL) (Bl)
    LEOGNAN (PL)
    LESPAULT-MARTILLAC (PL) (b)
    PONTAC-MONPLAISIR (PL) (Bl)
    VIMONT (Bl)
    ARGUIN
    ROSE SARRON (Bl)
    CATEGORIE B
    Priorité à l'élégance
    CHEVALIER (PL) (Bl)
    BOUSCAUT (PL) (Bl)
    CHANTEGRIVE (Bl)
    LE TUQUET (Bl)
    CARBONNIEUX (PL) (Bl)
    LUCHEY-HALDE (PL) (Bl)
    MAUVES (Bl)
    ARRICAUD (Bl)
    BRONDELLE (Bl)
    HAUT-CALENS
    JOUVENTE (Bl)
    TOULOUZE (Graves de Vayres)

    3767.jpg33.jpg

    682.jpg

    109.jpg



    DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A
    Priorité à la puissance
    MAGNEAU*
    (MALARTIC-LAGRAVIÈRE (PL)*)
    (SMITH-HAUT-LAFITTE (PL)*)
    SAINT-AGRÈVES
    CATEGORIE B
    Priorité à l'élégance
    (BROWN (PL) (b)*)
    MASSEREAU
    PETIT-PUCH (Graves de Vayres)
    PICHON-BELLEVUE (Graves de Vayres)
    HAUT PLANTADE (PL)*

    TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

    CATEGORIE A
    Priorité à la puissance
    (CAILLIVET)
    FERRAN (PL)*
    (ROUGEMONT)
    CATEGORIE B
    Priorité à l'élégance
    (BLANCHERIE)
    (CASTRES)
    HOSPITAL
    SANSARIC
  • Pin it!

    GUIDE DES VINS : LES MILLESIMES A BOIRE AUJOURD'HUI ET CEUX QU'IL FAUT ATTENDRE

    vintag.pdf.jpg

     

    CLIQUEZ ICI POUR TELECHARGER LE PDF HAUTE RESOLUTION

     

    Région par région , les meilleurs millésimes à boire aujourd’hui

    En Alsace, les derniers millésimes sont savoureux, les 2014, 2012 et 2011, les grands 2016, 2015, 2010 et 2009, le millésime 2008 est nettement plus réussi que le 2007, particulièrement difficile (il y a de rares exceptions), les 2006, 2005, 2004, 2002 et 2001 suivent, le 2003 a été plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2011, 2009, 2006, 2004, 2001, 2000, 1997 ou 1989).

    En Bourgogne, aux côtés d’une très belle séquence qui comprend les millésimes 2016 à 2009, le 2008 est assez délicat (remarquable en blanc), le 2007 très minéral, en blanc (très beaux Chablis) comme en rouge, ces derniers largement supérieurs au 2006. Les millésimes 2004, 2003, 2002, 2001, 2000 et 1999 sont très savoureux. Exceptionnels 2008 et 2004, dans la lignée du 2000, dans les deux couleurs, qui côtoient donc un 2003 atypique, comme 2005.

    En Beaujolais, pour les crus, les vins sont très bons, du 2016 au 2009, le 2008 est assez réussi, le 2007 a été très difficile à maîtriser, le 2006 est excellent, le 2005 très typé, le 2004, dense et très aromatique, et le 2003, trop mûr, beaucoup moins intéressant.

    Pour Bordeaux, globalement, les meilleurs à boire actuellement : 2012 (mais il a du potentiel), 2011, 2008, 2007, 2006, 2004, 2002 et 2001. Ceux qu’il faut encore attendre : 2016, 2015, 2010, 2009 (mais déjà formidable), et 2014, néanmoins plus rapide à boire. Le 2013, si les prix sont vraiment plus accessibles. Les plus décevants, car trop “chauds”, atypiques : 2005 et 2003.

    Il y a bien sûr une différence entre les vins de la rive droite (ceux du Libournais) et ceux de la rive gauche (Médoc et Graves). On retrouve des “paires” de millésimes où la qualité est inversée : le 2005 est bien meilleur que le 2006 à Saint-Emilion et c’est le 2006 qui prime en Médoc. Il y en a d’autres, notamment 2003-2002...

     

    - Dans le Médoc, misez sur les 2014, 2012, 2011, 2010, 2009, 2007, 2006, 2004 et 2002 (supérieur au 2003), voire 2001, très classiques, et faites-vous toujours plaisir avec les 1999, 1996 ou 1990. En parallèle, les prix très exagérés de certains vins renommés sont difficilement cautionnables, surtout pour les 2013 et 2005.

    Pomerol. Structure, charme, intensité, distinction, les plus grands vins de Pomerol sont particulièrement sensibles et marqués par leurs sols, très diversifiés. Ici, nul besoin de s’escrimer à vouloir abuser de la barrique neuve ou d’une surconcentration pour faire un grand vin, c’est le terroir qui prime, et signe la distinction. Les 2015, 2014, 2011, 2010, 2009, 2007, 2006, 2004, 2003 et 2002 sont très savoureux (le 2002, peut-être même supérieur), le 2001 remarquable, plus fin, le 2000 parvient à maturité. Le 2013 se maintient, certes beaucoup moins intéressant que le 2012. Plus anciens, les grands font la différence, comme le 1995, voire le 1990.

    - À Saint-Émilion, les 2014 et 2011 sont très classiques et charmeurs, comme le 2007. Le 2013 n’a pas beaucoup d’intérêt. Beaux millésimes 2016, 2015, 2010 et 2009, le 2008 un ton en-dessous, 2006, 2004 et 2001, éclipsés à tort par le 2005 ou le 2003. Quelques crus ont remarquablement réussi le 2003, d’autres beaucoup moins, notamment ceux qui sont trop “confiturés”. Débouchez les millésimes 2007 à 1990 en ce moment, et notamment le grandissime 1995. Certaines bouteilles de 1994 et 1993, notamment, sont surprenantes d’évolution. Un certain nombre de crus pratiquent des prix qui ne sont pas justifiés. Certains se flattant ici d’élever des cuvées très “spéciales”, il faut plus que jamais tirer un coup de chapeau aux propriétaires de talent qui élèvent les véritables grands vins de Saint-Émilion, satellites compris, du plus grand des grands crus au plus modeste.

    - Dans les Graves, les blancs 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2011, 2010, 2009, 2008, 2006, 2005, 2004, 2001, 2000, 1998 ou 1997 sont excellents. Des crus réellement exceptionnels, issus des territoires de Pessac, Martillac, Léognan, mais aussi ceux de Podensac ou Portets, certains d’entre eux, dans l’appellation Pessac-Léognan comme dans celle des Graves, bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir. C’est le berceau des beaux vins blancs de la région bordelaise, aux côtés de rouges puissants et typés, si l’on frappe à la bonne porte. Attention néanmoins à des prix incautionnables de certains vins de Pessac-Léognan.

    - Dans les Côtes ou Bordeaux Supérieur, on peut acheter les millésimes 2016, 2015, 2014, 2012 à 2006, avec l’opportunité des excellents 2012, 2011 et 2008. Les meilleurs tiennent la distance avec les millésimes 2006 ou 2002.

    - Pour Sauternes, privilégions la finesse au côté sirupeux, préfèrons la fraîcheur à la liqueur. Ici, les millésimes 2016, 2011 et 2007 sont formidables, dans la lignée du 2001. Plusieurs millésimes, en dehors du 2002 (où le plaisir est bien rare), comme les 1999 ou 1998 sont de toute beauté. Les 2006, 2005 et 2003 sont réussis, les 2012, 2005 et 2003 certainement moins intéressants, et le 2004 particulièrement savoureux et classique. Quant au 2013, les très rares vins savoureux vont se compter sur les doigts, même si ceux qui les ont réussis offriront de beaux vins...

     

    acheter-gdv-2019_r1_c2.jpg

    En Champagne : Il y a de grandissimes bouteilles millésimées (ou incorporant ces millésimes) 2008, 2007, 2006, 2004 ou 2002, et, pour les plus récents, en 2011, 2010 et 2009, dont le potentiel est garanti (le 2003 moins passionnant, trop “rôti”) et certains vieux millésimes (1998 et 1995, notamment) sont remarquables de fraîcheur et prouvent le potentiel d’évolution des meilleures cuvées. On trouve de remarquables vins, millésimés ou non, à des prix très justifiés, dans toute la gamme, comparativement à d’autres appellations, et on comprend le succès mérité de la région.

    On a la chance d’accéder au summum de la finesse, qui sait aussi s’associer à la complexité. Le terroir, les sols ont toute leur importance en Champagne, apportant une spécificité réelle et différente selon que l’on se trouve à Cramant ou à Épernay, à Aÿ ou à Bouzy, dans l’Aube ou la Marne. À cela s’ajoute la proportion des cépages, et chaque maison, cave ou vigneron, possède alors les facultés de créer véritablement une cuvée légère ou puissante. Et puis, ce qu’il ne faut pas occulter pour comprendre la différence entre une grande cuvée et une autre, ce sont, outre l’art fondamental de l’assemblage que signe la main de l’homme, les incontournables vins de réserve, que l’on ajoute à des vins plus jeunes.

    Attention aussi aux nombreuses marques qui appartiennent à certains “faiseurs”. Ceux qui ne sont plus que des noms sur une étiquette ne font pas partie de cette hiérarchie, comme d’autres marques de négoce, dont la qualité n’est pas en cause, qui sont dirigées par des responsables de groupes qui vendent du Champagne comme de la lessive…

    En Languedoc : aux côtés des grands 2016 et 2015, les 2013 sont superbes et l’on va ainsi jusqu’en 2006. Les hommes et les femmes s’attachent à élever des vins typés par ces terroirs de garrigues, maîtrisant les rendements, respectant leur spécificité. Les terroirs ont le potentiel pour que l’on y élève tout naturellement de grands vins racés, sans vouloir copier telle ou telle appellation plus connue avec des cépages inappropriés.

    Il y a toujours des “vins de mascarade”, où l’on parle de “vins à haute expression” (expression de la méthode de vinification et du bois neuf surtout…), qui “sentent le goudron ou le café”, la réglisse (on n’est pas loin de l’écœurement)… Idem pour les cuvées de vins blancs totalement fabriquées dans les chais où l’on est fier de vous faire sentir “la mangue et autres fruits exotiques”. Il s’agit donc de ne pas confondre l’ensemble d’une progression qualitative certaine et le développement de ces vins “fabriqués” et “putassiers”.

    En Provence, l’influence des millésimes est beaucoup moins marquée, et on accède à une très belle série, de 2017 à 2005. C’est le royaume du rosé, et il faut avouer que l’on a assisté à une véritable révolution qualitative dans cette couleur, souvent au détriment des rouges, d’ailleurs. Les rosés reviennent donc à la tête de ce type de vin, et se font payer, aux côtés de blancs, dont certains sortent vraiment du lot. Ceux qui comptent sont ceux des propriétaires qui laissent s’exprimer au mieux les grands cépages de la région (Grenache, Mourvèdre, Cinsault, Rolle, Ugni Blanc), dans ces terroirs complexes, argilo-calcaires, caillouteux, graveleux ou sableux.

    Les Bandol sont des vins formidables. Issus principalement du fabuleux cépage que peut être le Mourvèdre (qui apporte bouquet, corps et rondeur), les rouges de Bandol peuvent être exceptionnels. Amples, élégants, puissants, gras et très aromatiques, ils donnent toute leur véritable mesure après quelques années de vieillissement. Les rosés font aussi partie des meilleurs vins de France. Juste à côté, Cassis, avec ces blancs, des rosés et des rouges, qui profitent d’un climat exceptionnel et de la bienveillance du mistral qui nettoie les vignobles et leur fournit chaque année des températures quasiment invariables. Les Coteaux-d’Aix-en-Provence, appartenant à la zone occidentale de la Provence calcaire, ont aussi fait beaucoup de progrès, tout particulièrement en rosés. Entre des reliefs constitués de chaînons parallèles au littoral, s’étendent des bassins sédimentaires où s’est concentrée l’activité viticole. L’appellation s’étend sous un climat de type méditerranéen, avec pour vent dominant le mistral, qui permet à la région de bénéficier d’un ensoleillement important par an. Les sols sont argilo-calcaires caillouteux, sableux, souvent graveleux sur molasses et grès, et caillouteux à matrice argileuse ou limono-argileuse. On apprécie aussi un bon nombre de Coteaux Varois, où l’on débouche des bouteilles de plus en plus séduisantes.

    En Sud-Ouest : les 2016, 2015, 2014, 2012, 2011, 2010, 2009 et 2007 sont très réussis en Madiran, Cahors et Jurançon, où les efforts accomplis portent leurs fruits aujourd’hui. Les vins ont une réelle typicité, un potentiel de garde (beaux 1999, 1995 ou 1990) où les cépages et les sols ont leur influence et une véritable présence historique. Certains Igp, comme les vins de Gascogne, gagnent également à être mieux respectés.

    Néanmoins, on peut éviter les cuvées surchargées par le bois et “fabriquées” pour avoir une bonne note auprès de “critiques”, ceci facilitant une hausse de prix incautionnable. Pour exemple, à Cahors, on peut douter du bien-fondé des communications spéciales “Malbec”, qui mettent trop le cépage en avant (comme en Argentine), et de quelques vins de mode.

    Dans la Loire : si les millésimes 2013 et 2012 ne sont pas évidents, en rouges, le 2011 tire son épingle du jeu, même si les quantités ne sont pas au rendez-vous. Les 2016, 2015, 2014, 2010 et 2009 sont superbes, gras, denses, très parfumés. Le millésime 2008 est particulièrement réussi, même si, parfois, les quantités sont très faibles. Le 2007 est très difficile en rouges en Touraine comme en Anjou, et c’est la raison pour laquelle les rosés sont particulièremernt savoureux.

    Les blancs secs 2018 à 2007 sont dans la belle lignée des 2006, et la typicité s’allie à un rapport qualité-prix régulièrement remarquable. Pour les blancs secs, de très grandes bouteilles en Pouilly-Fumé comme à Vouvray, à Sancerre comme à Savennières ou à Saumur, où les vins possèdent un réel potentiel d’évolution, des millésimes comme les 2004 ou 2002 se goûtant très bien actuellement. Les liquoreux sont exceptionnels, notamment en Coteaux-du-Layon, Bonnezeaux ou Vouvray, et les rouges associent charpente et fraîcheur, du plus souple (Touraine, Bourgueil, Sancerre) au plus charnu (Chinon, Saumur-Champigny…), des vins qui s’apprécient jeunes mais savent aussi garder la distance (beaux 2000, 1998 ou 1995). Beaux liquoreux en 2016, 2015, 2011, 2010, 2009, 2007, 2004, 2003 et 2001.

    Les vins de la région possèdent deux atouts considérables : un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à ces sols différents, les uns plus spécifiques que les autres. Il suffit de goûter un Sancerre Les Belles Dames et un autre Les Romains, un Quincy ou un Pouilly-Fumé Silex pour s’assurer de la typicité des vins. En Anjou-Saumur, peu d’autres vins peuvent copier les meilleurs crus de la région, marqués par ces sols de tuffeau ou de roche calcaire en parfaite osmose avec les cépages Cabernet franc et Chenin, le premier s’épanouissant sûrement le mieux ici. À Quincy comme à Pouilly, à Chinon comme à Monlouis, à Menetou-Salon ou en Saumur-Champigny, la région fourmille de vins qui possèdent une typicité exacerbée.

    Dans le Rhône : de 2015 à 2009, on est sûr de se faire plaisir, le 2008 est décevant, le 2007 remarquable, peut-être supérieur au 2006. Le 2013 se goûte très bien. Les 2005 et 2003 sont très (trop) mûrs, le 2004, très classique. Il faut prendre le temps de conserver ces vins, car on débouche de grandes bouteilles actuellement dans des millésimes comme 2002, 1998, 1995 ou 1990.

    De Vienne en Avignon, les rouges, charnus, charpentés, séveux, racés, avec des notes de prune, de réglisse et des parfums de sous-bois, sont des vins denses et chaleureux comme nous les aimons. On déguste des blancs rares et savoureux (Condrieu, Ermitage, Saint-Joseph et Châteauneuf-du-Pape), issus de raisins qui se plaisent à merveille dans ces sols pauvres, exceptionnels pour la vigne qui doit chercher sa nourriture en profondeur.

    Les meilleurs vins, dans de nombreuses appellations (Cairanne, Visan, Vacqueyras, Vinsobres, CDR-Villages...), bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-typicité, viennent conforter le terroir et la main de l’homme, qui font la différence.

  • Pin it!

    PARUTION GUIDE DUSSERT-GERBER VINS 2020 : On ne peut aimer un vin sans aimer celui ou celle qui l’élève !

    acheter-gdv-2019_r1_c2.jpgNous, nous apprécions les vins (typés) mais nous nous ne les séparons pas des hommes et des femmes qui les élèvent. Quels autres auteurs d’un Guide (ou dirigeant, se contentant de superviser ses “dégustateurs” de son bureau parisien) peuvent se targuer de connaître et rencontrer plusieurs centaines de vignerons, chaque année, sur place, comme nous ?

    Comment peut-on parler d’un vin sans connaître celui qui l’élève ? 

    L’objectivite et la subjectivité se confondent dans ce domaine, on ne peut apprécier franchement (et on n’a pas peur de le dire, nous) un vin d’un propriétaire snob, arrogant, qui ne vante que son cuvier et son œnologue à la mode. A l’inverse, on n’hésite pas à “pousser” un vigneron modeste et chaleureux. C’est notre nature, et le vin, c’est aussi cela.

    Voici ce qu’il faut retenir, région par région :

    En Alsace, le plaisir est absolu : tout ici concorde à une grande convivialité du vin, où chaque vigneron s’emploie à faire ressortir la typicité de son Riesling ici, de son Gewurztraminer là… Ici, la force des terroirs et la main de l’homme sont toujours en osmose. On ne peut d’ailleurs pas confondre un vin d’Alsace avec un autre cru.

    Bordeaux est toujours un espace de vins d’exception, à tous les prix, mais il s’agit de savoir vraiment frapper à la bonne porte.

    Dans le Médoc, on se demande encore pendant combien de temps des ”crus classés” (Classement de 1855, totalement obsolète quand on sait que les territoires, les hommes et les techniques ont évolué depuis plus de 150 ans) peuvent encore se vendre aussi chers : un “simple” Pauillac ou Margaux à 50 euros, ou des “seconds” vins à 100 euros, on croit rêver tant il existe une multitude de vins dans cette presqu’île formidables entre 20 et 40 euros. Le nom, la marque ne sont plus des garanties, même dans les vins les plus chers, et c’est la raison pour laquelle beaucoup se détournent de la région, au détriment de ceux qui proposent un rapport qualité-prix-typicité accessible et décent.

    Il faut retenir que, intrinsèquement, un Margaux n’a rien à voir avec un Pauillac (ni même avec un autre Margaux, tant les sols sont différents dans l’appellation), un Saint-Julien doit refléter l’élégance quand c’est la structure qui signe un Saint-Estèphe… Les terroirs signent les vins : graves garonnaises à Saint-Julien, quartz et cailloux roulés à Saint-Estèphe, croupes de graves maigres à Pauillac, graviers et cailloux à Margaux, formation caillouteuse mêlée de sable et d’argile en Médoc… Pourtant, il est parfois bien difficile aujourd’hui de retrouver cela, tant certains crus sont “lissés” par des vinifications sophistiquées.

    Pomerol comme à Lalande-de-Pomerol, on trouve les vins les plus chaleureux de la région bordelaise, où les senteurs de truffe se mêlent à la mûre, à la cannelle, à la cerise ou à la réglisse, la chair s’associant à une texture dense, ample, veloutée, le tout donnant des vins que les propriétaires élèvent à leur image, chaleureuse.

    Saint-Emilion, le Classement « officiel » (rien que le mot fait sourire…) est désastreusement décalé par rapport à la réalité des terroirs. On aura beau dire ce que l’on veut, certains n’hésiteraient pas à parler “scandales, compromissions, copinage”, etc, on croirait parler de politiciens, sic), il n’en est pas moins que, quand on connait les terroirs historiques de l’appellation (l’exceptionnelle carte de Van Leuween, que nous avions publié en son temps dans Millésimes, aujourd’hui “interdite” de publication), on ne peut que tomber dans le désarroi. N’en tenez donc pas compte, l’argent et la frime en sont les clés… Bref, ici, on a accès, soit, à de vrais vins racés, du plus grand au plus abordable, marqués par des sols historiques, soit à des vins surcôtés, où les sols ont peu de réelle influence, beaucoup plus “signés” par des vinifications trop sophistiquées qui donnent, soit des vins très concentrés au détriment de la finesse, soit des vins “sans âme, ni vertu”, dépersonnalisés, à des prix incautionnables. Vous ne les trouverez pas dans notre Guide, ne serait-ce que par respect pour les autres.

    Les “satellites”, c’est-à-dire les appellations Montagne, Puisseguin, Lussac et Saint-Georges, regorgent toujours de vins remarquables, dont la plupart sont au même niveau qualitatif, voire bien meilleurs que des Saint-Emilion Grands Crus Classés (toujours selon ce « classement » officiel), mais bien moins chers !

    Dans les Graves, il y a d’incontestables vins de très haut niveau, dans une gamme de prix large, mais, globalement, les vins en tête du Classement, bénéficient d’un formidable rapport qualité-prix.

    En Pessac-Léognan, également, où l’on peut élever, à la fois, de grands vins rouges et blancs secs, on accède alors à une gamme de prix incompréhensible qui varie de 30 à 150 €, et parfois beaucoup plus. Pourquoi ?

    Des prix encore plus accessibles, on en trouve toujours dans les appellations de Côtes. Les propriétaires talentueux se démarquent aisément des autres, et c’est ainsi depuis des décennies. Selon les expositions, les sols, la complémentarité des cépages (Merlot souvent prépondérant), on peut en effet passer du très beau au très simple. De Saint-Vivien-de-Blaye ou Saint-Paul-de-Blaye, de Tauriac à Baurech, de Saint-Magne-de-Castillon à Gabarnac, les meilleurs signent de beaux vins de caractère, puissants ou soyeux, vifs ou suaves.

    C’est la même chose en Bordeaux et Bordeaux Supérieurs, où nous soutenons depuis longtemps les efforts accomplis par une poignée de vignerons passionnés qui élèvent des vins qui surprennent lors de dégustations “à l’aveugle”, écrasant parfois des crus beaucoup plus chers et renommés. On accède alors à des vins typés par des sols très différents (on ne fait pas les mêmes vins à Loubens, à Villegouge ou à Génissac), à des prix très abordables.

    En Liquoreux, Sauternes en tête, l’équilibre géologique et climatique en fait un milieu naturel idéal pour cette fascinante biologie qu’est le botrytis cinerea. Ces vins rares, du plus liquoreux au plus fin, dont les prix sont largement justifiés quand on connaît les efforts des propriétaires, méritent toujours d’être appréciés tout au long du repas, et pas uniquement à l’apéritif ou sur les desserts (pour avoir des idées d’accords : www.ideevins.com).

    La Bourgogne est “la” région où le terroir est omniprésent. Qui ne s’est jamais promené sur la route des crus, comprenant la force des sols de mi-pente, notamment, ne peut pas comprendre ce qu’est un terroir digne de ce nom. Aucun autre vin blanc ne peut rivaliser avec ces Crus (Grands Crus ou Premiers) de Puligny-Montrachet, Meursault, ou Chablis, qui dévoilent une minéralité envoûtante et tiennent 15, 20, 30 ans sans décevoir !

    Et, en rouges (superbes dégustations sur place cette année en Nuits-Saints-Georges, Gevrey-Chambertin, Fixin, Auxey-Duresses, Vosne-Romanée, Morey-Saint-Denis, Marsannay, Chambolle-Musigny, Pommard…), pour lesquels certains dégustateurs incompétents n’ont toujours pas encore compris que la couleur ou la concentration n’ont rien à voir avec un réel potentiel de garde, on ne peut qu’exciter ses papilles avec ces crus racés. Les prix sont chers, certes, mais il n’y pas de comparaison entre un Puligny à 100 euros et un Pessac-Léognan au même prix…

    En Beaujolais, c’est toujours un vrai plaisir de boire un “canon” avec ces vignerons attachants, qui ont su redonner toute la noblesse à leurs crus, après une époque ou les primeurs qui sentaient tout sauf le vin risquaient de détruire toute l’image de la région. On les a toujours soutenu, et on a eu raison. Les sols comptent ici, autant qu’ailleurs, et on le voit en débouchant les flacons de ces vignerons qui associent talent et convivialité.

    En Champagne, c’est l’apothéose ! Celle de certaines grandes maisons, certes, mais essentiellement celle de ces vignerons de talent, qui sont parvenus à faire rejaillir au premier plan la force de leurs terroir (en Côte des Blancs, mais aussi bien avec le travail accompli avec le cépage Pinot meunier). La force des sols est bien réelle ici et vient s’allier à cet art exceptionnel de l’assemblage que chaque vigneron ou maître de chai va marquer de sa “patte”, créant une bouteille unique, que personne n’a réussi à égaler, partout dans le monde. Les cuvées sont plus passionnantes les unes que les autres, à des prix fort sages, chaque cépage est désormais mieux mis en avant selon son territoire, et l’on ne peut que s’en réjouir. On peut ouvrir un Champagne racé à 25 € et jusqu’à 150 € pour des cuvées d’exception, bien moins “chères” quand on les compare aux aberrations d’autres vins tranquilles.

    En Languedoc, toutes nos dégustations sur place de l’année ont été formidables, mais pas partout. De Faugères en Minervois, des Corbières à Saint-Chinian, en passant par les Languedoc ou les Vins de Pays (IGP)… on soutient encore et toujours ces producteurs passionnés qui élèvent des vins racés, historiquement marqués par des cépages spécifiques… le tout donnant de vrais beaux vins typés, qui parviennent à un haut niveau qualitatif, en blancs comme en rouges. Les “micro-cuvées”, que l’on pourrait faire soi-même dans son jardin, ne représentent rien d’un vignoble réel et leurs prix sont inadmissibles.

    Les meilleurs vins de Provence sont vraiment loin devant les autres, et sont ceux de ces propriétaires qui laissent s’exprimer au mieux les grands cépages de la région (Mourvèdre, Cinsault, Rolle, Ugni blanc…). Alors, dans les trois couleurs, on accède à des vins très parfumés, denses, qui se marient parfaitement avec les plats épicés de la région. Comme en Corse, où les coups de cœur sont réels.

    En Sud-Ouest, également, lorsque l’on est un vigneron qui sait mettre en avant son terroir et la puissance de ses grands cépages historiques régionaux, on élève alors, de Gaillac à Cahors, de Bergerac à Madiran… on élève alors des vins racés et charmeurs. De quoi montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas à Cahors ou à Madiran. À quoi bon avoir de beaux cépages de caractère comme le Tannat, le Côt, La Négrette ou le Gros Manseng si c’est pour “lisser” les vins ou ne mettre en avant que le Malbec à Cahors ?

    Dans le Val de Loire, nos dégustations sont toujours formidables : la région est en effet garante d’une typicité hors normes, grâce à ses grands cépages spécifiques (Chenin, Sauvignon, Cabernet franc…) qui s’expriment pleinement dans ces terroirs de silex, de tuffeau, de craie marneuse, de marnes kimméridgiennes…, parfaitement “chouchoutés” par ces vignerons passionnés et passionnants, qui s’attachent à conserver une authenticité rare. De Sancerre à Saumur, de Bourgueil à Pouilly, la palette est grande et belle.

    Dans la Vallée du Rhône, de Châteauneuf-du-Pape à Vacqueyras, de Beaumes-de-Venise à Vinsobres, de Côte-Rôtie à Cairanne… c’est la grande régularité qualitative qui prime, avec des vins racés, chaleureux, dont le rapport qualité-prix-plaisir est exceptionnel. En blancs, les vins sont de plus en plus séduisants, quant les rouges déploient une authenticité forte, et c’est tout ce que l’on aime. Gare à certains prix dans les appellations du nord et à Châteauneuf, non cautionnables (et pas dans le Guide).

    Gare aux dérives, car, on nous fabrique aussi (quel autre mot ?) pas mal de vins “sans terroir“ : concentration, osmose inverse, levures, enzymes, beaux dossiers de presse, termes de dégustations alambiqués… il y a de quoi faire chez certains producteurs, sans s’étendre sur ce que l’on appelle “le boisé alternatif”, ces morceaux de chêne (ou de la sciure, si, si) employés à outrance pour donner un goût à un breuvage. Le vin, cela doit sentir le raisin, pas le bois ! Mais, pour accèder au plaisir, au “goût du vin” comme l’expliquait si justement le grand Emile Peynaud, vous aurez compris que le hasard n’a rien à voir là-dedans, ni la frime, ni la triche.

    Cette année, encore, nous avons été les seuls à parcourir autant les vignobles, déguster, partager, prendre des photos, tourner des vidéos…

    Des vignerons formidables, il y en a beaucoup en France, dans toute la gamme, du plus grand des grands vins au plus modeste, du plus cher (le prix n’est évidemment pas un gage de qualité, ne l’oubliez pas) au plus abordable. Et ceux-là, ceux qui élèvent les vins dont on a du mal à se passer, ces vignerons, humbles et talentueux, passionnés et passionnants, vous allez les retrouver dans notre Guide !

    Merci de votre fidélité.

    Patrick, Mélodie et Thibault

    Parution la semaine prochaine et réservation en ligne avec dédicace sur le Site : www.guidedesvins.com

  • Pin it!

    QUELS PLATS AVEC LES MEILLEURS SAINT-ÉMILION ?

    Outre un Classement “officiel” qui fait plutôt sourire, il faut savoir qu’un Saint-Emilion, un vrai, c’est une osmose entre la complexité aromatique et une texture savoureuse, souple mais ferme, dense mais distinguée.

    Ici, en effet, on a le choix entre de vrais crus de terroir, amples, élégants, de belle garde, du plus grand au plus abordable, et d’autres vins où les sols ont peu de réelle influence, surtout marqués par des vinifications trop sophistiquées qui donnent des vins trop concentrés au détriment de la finesse, des vins de dégustation, dont on a du mal à terminer la bouteille, tant le plaisir est absent.

    Voici ce qu’il faut retenir :

    - Le secteur le plus simple à définir, historiquement et géologiquement, c’est celui du plateau qui culmine à quelque 100 m d’altitude, caractérisé par des coteaux et des pentes aux expositions variées et aux sous-sols tout aussi variés (dépôts marins et continentaux, calcaires marins à astérie, molasse…), qui font la diversité de son terroir et la typicité de chaque cru. C’est le territoire du château Ausone qui domine la côte de Saint-Émilion en regardant la plaine, issu d’un sous-sol de molasses et de sables éoliens.

    - Le deuxième secteur est celui qui se rapproche de Pomerol. Ici, les châteaux possèdent leur propre personnalité, et les sols sont des graves profondes, plus ou moins riches en argiles, en silices et en sables selon les sols, en alios en sous-sols.

    - Le dernier secteur s’étend sur la plaine de la Dordogne, autour de Libourne (les sables), des communes de Vignonet et de Saint-Sulpice-de-­Faleyrens, des territoires issus de formations alluviales qui se trouvent de l’autre côté de la nationale Libourne-Castillon, où les sables sont également omniprésents, avec des graviers. On y fait généralement des vins plus souples, l’exception confirmant bien évidemment la règle.

    Il faut donc frapper à la bonne porte...

     

    Château BALESTARD La TONNELLESAINT-ÉMILION Château BALESTARD La TONNELLE

    Château BALESTARD La TONNELLE 

    (SAINT-ÉMILION)
    Jacques et Thierry Capdemourlin

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 74 62 06 
    Email : info@vignoblescapdemourlin.com 
    Site : www.vignoblescapdemourlin.com 

    Remarquable Saint-Émilion GCC Château Balestard La Tonnelle 2016, de couleur soutenue, très équilibré, au nez complexe de cassis, de prune et d’épices, associant rondeur et structure, un vin très bien élevé, gras, tout en bouche, d’une belle persistance, idéal lors de vos repas de famille ou entres amis sur une cuisine traditionnelle, de terroir. Le 2015, est un vin avec beaucoup de structure, très bien équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, de charpente élégante, de bouche ronde mais puissante, dominée par les fruits macérés et l'humus, de fort belle garde. Le 2014, riche en couleur, au nez de cassis et de poivre, ample en bouche grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois, tout en finesse mais corsé. “Concernant le 2014, nous avons vendangé vers la mi-octobre. Dans l’ensemble de nos propriétés les robes sont homogènes, le vin est généreuxvineux, ample, notes de cerise noire et de truffe, bouche superbe, dense et racée, des tanins remarquablement enrobés par un boisé délicat. Finale longue et persistante, un superbe vin de garde. Pour le Château Cap de Mourlin, la robe est grenat intense, notes de fruits noirs, attaque franche et fraîche, belle concentration, tanins serrés, gras et onctueux, un très grand vin de terroir. Nous cherchons à obtenir cette complexité aromatique en vendangeant tardivement et en faisant de petits rendements de 35hl/ha. Nous avons prolongé l’élevage en barriques de 15 à 18 mois.” Le 2013, de robe grenat foncé, au bouquet développé avec des nuances fruitées et giboyeuses, aux tanins harmonieux, tout en bouche, fin et corséà la fois, un vin charmeur. 
    Séduisant Saint-Émilion GCC Château Cap de Mourlin 2016, aux nuances de truffe et de framboise, aux tanins souples, mêlant charpente, élégance et puissance aromatique, de couleur pourpre, avec des senteurs de fruits rouges surmûris. Le 2015, 14 ha de vignes, est généreux, de teinte grenat soutenu, dense au nez comme en bouche (cassiscannelle), bien équilibré avec ses tanins savoureux. Le 2014, qui mêle concentration d’arômes et ampleur, a des notes de cerise noire macérée, de cuir et d’humus, a une bouche savoureuse. Joli 2013, de couleur pourpre, au nez confit, aux tanins très harmonieux, est un joli vin, avec des senteurs de cassis et de cuir, d’une grande souplesse au palais. 
    Quant à leur Montagne-Saint-Emilion Château Roudier 2016, avec un nez où dominent la groseille et les épices, tout en complexité aromatique, qui mêle rondeur et harmonie, aux tanins amples, est très équilibré au nez comme en bouche. Le 2015, toujours à la tête de son appellation, très classique, ample en bouche grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois, c’est un vin au nez de fruits rouges surmûris, légèrement épicé en finale, de très bonne charpente, de bouche puissante.
     

    Château CANTENACSAINT-ÉMILION Château CANTENAC

    Château CANTENAC 

    (SAINT-ÉMILION)
    Nicole Roskam-Brunot
    2, Cantenac - RD 670
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 51 35 22 
    Email : johan.roskam@chateau-cantenac.fr 
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaucantenac 
    Site : www.chateau-cantenac.fr 
     
     

    Nicole Roskam­-Brunot et ses fils, 4e génération, perpétuent leur savoir-faire avec passion. Cette année célèbre leurs 80 ans à la tête du ChâteauCantenac, une belle histoire de famille ! Prenez le temps de découvrir les très jolis vins de leurs domaines et d’aller à leur rencontre. “Pour les vins, nous n’utilisons plus du tout de désherbant entre les rangs, pratiquons les labours, les plantations à 6600 pieds par hectare pour une meilleure concurrence…, cela entraîne plus de travail car il y a plus de pieds, les rendements sont mieux maîtrisés, et tous ces efforts font partie logiquement de notre démarche qualitative.”
    Pour Johan Roskam, “le millésime 2018 s’annonce très prometteur. Suite à la belle mais très faible récolte 2017, nous avions beaucoup d’attentes pour le millésime 2018. Force est de constater que le millésime 2018 a dépassé tous nos espoirs tant en qualité qu’en quantité, malgré un début de saison qui nécessitait une attention de tous les instants. 
    A la sortie d’un hiver humide typiquement bordelais, la saison de croissance s’est présentée chaude et ensoleillée. La température saisonnière qui était au-dessus de la moyenne, nous a mené vers des vendanges précoces, ensoleillées et particulièrement sèches. Cette fin de saison nous a laissé libre dans nos choix de récolte parcellaire pour atteindre des maturités optimales. Dès les premières jours de vinification, mon frère Franz a tout de suite remarqué et su exploiter les jus très sombres, aux beaux arômes de fruits mûrs, des vins riches en devenir. Aujourd’hui le 2018 se bonifie en barriques.
    Les vins à la vente : 2014, excellent à la dégustation, sans contraintes. Très bon millésime charmeur, fin, tout en harmonie, vin de bonne garde. Le 2015 est déjà très bon mais sera encore meilleur après quelques années de vieillissement, grand millésime, riche, sombre, structuré, très complet, très belle garde. Le 2016, est un vin qui commence à se découvrir, un grand millésime lui aussi très fruité, très bon équilibre, belle fraîcheur en bouche, d’un beau classicisme et d’une bonne typicité, de très grande garde
    Nous allons mettre le 2017 dans une bouteille anniversaire : 80e millésime/année de la famille au Château Cantenac, présente depuis 1937. A l’occasion de nos 80 ans, nous créons de nouvelles étiquettes pour se tourner vers l’avenir. Nous organisons toujours de nombreuses manifestations ainsi que des visites/dégustations, le concert des Grandes Heures de Saint-Émilion, fête des 20 ans de l’Unesco, Portes Ouvertes….“
    On est incontestablement sous le charme de leur Saint-Émilion GC 2015, terroir de sable sur graves et argile bleue, 75% Merlot et 25% Cabernets, il est vraiment remarquable, où s’entremêlent les saveurs de sous-bois et de fruits surmûris, particulièrement charmeur, fin et coloré, un vin aux tanins savoureux, légèrement épicé au palais comme il se doit, bien charnu, très prometteur. 
    Superbe 2015, Platine au Decanter World Wine Awards 95 pts Meilleur Bordeaux Rive Droite, a une robe profonde et dense, reflets violine, belles larmes, un nez expressif, élégant, fait de fruits bien mûrs sur fond de chêne toasté, crayeux, épices douces. L’attaque est ample, la bouche pleine dotée d’une charpente pleine, intense en fruits mûrs sombres, rafraichissante. Un ensemble harmonieux et puissant dans la lignée des grands vins de garde
    Le 2014, médaille d’Or Féminalise, est de belle robe d’un grenat profond, aux arômes de fruits rouges avec des notes fumées et réglissées, où élégance, équilibre des tanins et persistance sont en harmonie. 
    La Sélection Madame 2015, médaille d’Argent Concours de Bordeaux, de belle teinte grenat foncé, avec ce nez d’épices et de fruits rouges à noyau très mûrs, est un vin bien charpenté, parfumé en bouche, aux tanins bien présents mais soyeux.  
    Le 2014, médaille de Bronze IWC, de robe rubis assez profonde, brillante, a un nez net, élégant et nuancé de fruits rouges mûrs (fraiseframboise, cerise), de la mûre, réglisse, avec de la matière soyeuse qui affiche une jolie structure sur une finale séduisante. 
    Il y a aussi l’excellent Haut-Médoc Cru Bourgeois Château La Lauzette 2015, il est dense, aux nuances de fumé et de fraise des bois mûre, intense, de robesoutenue, au nez légèrement épicé (poivre rose), aux tanins bien présents, d’excellente garde.

    Château CORBIN MICHOTTESAINT-ÉMILION Château CORBIN MICHOTTE

    Château CORBIN MICHOTTE 

    (SAINT-ÉMILION)
    Famille Boidron

    33330 Saint Emilion
    Téléphone :05 57 51 64 88 
    Email : vignoblesjnboidron@wanadoo.fr 
    Site : www.boidron.info 

    Au sommet, tant ce cru associe élégance et typicité. 
    “La vendange 2018 est exceptionnelle, nous explique Emmanuel Boidron, pas de maladie dans notre vignoble, donc aucune incidence sur la qualité des vins. Grâce à nos terroirs d’exception, qui sont limoneux mais avec du sable et des graves, donc très drainants, nous avons une excellente maturité des Cabernets francs, ce qui n’est pas négligeable, sachant que le vignoble en est composé de 30% !”
    Nous proposons le 2015, une année idéale, nous avons pu vendanger à la carte, on se promenait et on prenait son temps car le climat a été extrêmement clément, et, ainsi, on a pu laisser mûrir les raisins à leur rythme. Nous avons obtenu un très joli millésime, un vin très concentré, aux arômes de fruits bien préservés.
    Nous accentuons le respect de l’environnement, nous continuons à ne pas utiliser de désherbants, nous avons éliminé tous les produits dangereux de synthèse en les remplaçant par des produits naturels qui sont essentiellement à base de cuivre et de soufre. Nous sommes passés à 100% du travail du solet cela dans la totalité des vignobles Boidron, que ce soit à Corbin Michotte, à Calon ou à Cantelauze.“
    Superbe Saint-Émilion GC 2015, un grand vin de couleur grenat, aux tanins très équilibrés, au nez subtil dominé par les petits fruits rouges à noyau et les épices, un vin riche en couleur et en arômes, aux notes de fruits macérés en finale, de bouche savoureuse, de garde
    Le 2014, de belle robe pourpre, complexe au nez comme en bouche (griotte, épices, poivre), classique, est typé comme nous les aimons, aux tanins fermes et fondus à la fois. Le 2013, est particulièrement harmonieux, très élégant, au bouquet dominé par l’humus et les petits fruits rouges frais, de bouche ample, très classique. 
    Beau 2012, avec ce nez de griotte surmûrie, un vin qui est complexe, aux tanins bien équilibrés, d’une richesse réelle et persistante, avec des notes de prunecuite, finement poivré, idéal avec des paupiettes de veau en cocotte ou une côte de bœuf marchand de vin. Formidable GCC 2009, un grand vin marqué par l’élégance, très typé, au nez d’humus et d’épices, associant richesse et finesse en bouche, coloré et charnu, aux tanins puissants et souples à la fois, qui commence à se goûter remarquablement actuellement, à prévoir sur un carré d'agneau ou des magrets de canard aux cèpes. Le 2008, est très typé, très spécifique de ce grand millésime classique bordelais, de couleur pourpre intense, aux tanins savoureux, très parfumé, associant gras et intensité, un vin généreux, avec cette bouche séduisante dominée par les fruits à noyau et la cannelle. Le 2007, est de bouche corsée, de belle matière, aux connotations de cerise, de sous-bois et d’épices, aux tanins très étoffés, un vin velouté où l’élégance s’exprime, vraiment remarquable aujourd’hui. 
    Vous allez aimer aussi leur Montagne-Saint-Emilion Château Calon 2012, sol argilo-calcaire sur calcaire à astéries, un vin au sommet de son appellation, très typé, aux connotations complexes de griotte, de pruneau et de sous-bois, qui a des tanins mûrs, de bouche veloutée et ample. Et ce Pomerol ChâteauCantelauze 2012, Merlot 90%, Cabernet franc 10%, tout en couleur et en matière, au nez subtil dominé par des senteurs persistantes de fumé, d’humus et de cerise noire, de bouche ample, de garde.

    Château La CROIX MEUNIERSAINT-ÉMILION Château La CROIX MEUNIER

    Château La CROIX MEUNIER 

    (SAINT-ÉMILION)
    Sandrine et Camille Meunier
    N° 7 Montlabert
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :06 88 15 26 19 
    Email : sand.pierre.meunier@orange.fr 

    Cette propriété familiale, exploitée par la Scea Meunier et Fils depuis 1988, appartient aujourd’hui au Gfa Meunier. C’est la 5e génération qui dirige le domaine. Les premières parcelles de ce petit vignoble ont été acquises vers 1840, et sont situées sur des sablesanciens à l’ouest du village de Saint-Émilion, à proximité du Château Figeac et du Château Cheval Blanc. Les vendanges se font manuellement, les raisins sont transportés au cuvier dans des bastes, puis égrappés, triés et foulés pour être ensuite acheminés dans des petites cuves pour la fermentation.
    Beau Château La Croix Meunier Saint-Émilion cuvée Georges Meunier 2015, de couleur pourpre, au nez confit, aux tanins très harmonieux, un joli vin, avec des senteurs de cassis et de cuir, riche mais d’une jolie souplesse au palais.
     

    Château CROQUE MICHOTTESAINT-ÉMILION Château CROQUE MICHOTTE

    Château CROQUE MICHOTTE 

    (SAINT-ÉMILION)
    Pierre et Lucile Carle

    33330 Saint Emilion
    Téléphone :05 57 51 13 64 
    Email : chateau@croque-michotte.fr 
    Site : www.croque-michotte.fr 

    Au sommet. Le vin est racé et distingué, très représentatif de ce que doit être un vrai grand vin de Saint-Émilion, collectionne les récompenses !

    récompenses, et c’est mérité.

    suivant les règles de l’Agriculture Biologique.


    Pour Lucile Carle, “les vendanges 2018 se sont très bien passées, nous avons eu un peu de perte sur le Merlot à cause du mildiou, alors que le Cabernet a été très peu touché, globalement, nous avons fait une belle récolte et nous sommes plutôt contents. Nous continuons les vinificationssans sulfites comme nous le faisons depuis 2015, utilisation de la table à tri optique depuis 2012… Beaucoup d’efforts qualitatifs auxquels nous sommes attachés, cela fait partie de notre philosophie de travail. Ce 2018 va être un très beau millésime, il ressemble au 2015. 
    Le 2017 est un très bon millésime, nous en avons de petites quantités, donc, nous en aurons très peu à vendre aux particuliers. C’est un peu pareil pour le 2016 qui est composé d’une majorité de Cabernets, moitié-moitié, pratiquement, alors que pour le 2017, il y a une majorité de Merlots. Ces 2017 et 2018 sont des vins au bon potentiel de garde.
    Cela fait 20 ans cette année que nous sommes en culture biologique labélisée, nous avons été l’un des premiers, si ce n’est le premier domaine, à cultiver en Agriculture Biologique. Nous travaillons toujours avec la même équipe, nos ouvriers agricoles sont avec nous depuis pratiquement 20 ans et, c’est grâce à eux, que l’on produit du bon vin, ils connaissent très bien les parcelles, 80% de travail se fait tout au long de l’année en travaillant les vignes, c’est aussi un atout du Château Croque-Michotte.”
    Comment résister à ce Saint-Émilion GC 2016, généreuxplein de charme, de couleur soutenue, au nez complexe de cassis, de prune et d’épices, associant rondeur et structure, un vin gras, tout en bouche, d’une belle persistance, avec ces nuances de fruits compotés au palais, de garde, naturellement. Formidable 2015, récompensé déjà par 5 médailles lors de Concours : 1 Grand Or, 2 en Or et 2 en Argent (bravo !), intense et chaleureux, charpenté, coloré et parfumé, aux connotations de truffe et de griotte mûre en finale, un vin qui révèle des tanins puissants et très fins à la fois. Le 2014, au nez complexe où prédominent la groseille et les sous-bois, mêlant structure et charnu, développe au palais des notes de fruits rouges cuits, de cannelle et de fumé, des taninssoyeux, tout en bouche, très savoureux déjà, même s’il a un réel potentiel d’évolution. Le 2012, de couleur grenat intense, bien charnu comme nous les aimons, aux notes de pruneau, un vin marqué par son équilibre et son harmonie, qui associe puissance et distinction, parfait avec un carré d'agneau rôti ou des noix de veau, sauce au romarin. Le 2011, tout en finesse, se caractérise par une charpente solide et des nuances de fruits cuits, au nez complexe et subtil à la fois, dominé par la griotte, la mûre et les sous-bois. Le 2010, est superbe, de base tannique importante et très équilibrée, aux arômes de fruitsrouges cuits, de truffe, d’épices et de sous-bois, un vin ample, d’un remarquable équilibre en bouche, avec beaucoup de matière. Le 2009, n’a rien à lui envier, très typé, aux tanins très soyeux mais fermes également, au nez complexe (fraise des bois, cuir), d’une belle intensité en finale, un vin riche en couleur, classique, alliant finesse et charpente, ample et persistant en bouche, certainement l’une des plus belles réussites de l’appellation dans ce millésime. Quant à ce 2008, parfait actuellement, de couleur soutenue, il est d’une belle charpente, structuré, aux connotations de réglisse, de sous-bois et de cerise macérée, de bouche savoureuse. Excellent 2007, suave et chaleureux, aux connotations de truffe et de griotte mûre, tout en finale. Gage de ce que donne l’évolution d’un vrai grand vin, le 2001 est formidable actuellement, racé, velouté, parfumé, un vrai régal !




    Château DARIUSSAINT-ÉMILION Château DARIUS

    Château DARIUS 

    (SAINT-ÉMILION)
    Michel et Odette Pommier - GFA Des Pommier

    33330 Saint-Laurent-des-Combes
    Téléphone :06 24 38 06 83 
    Email : gfadespommiers@orange.fr 

    Un vignoble de 6 ha 60 sur sols argilo-calcaires, en agriculture raisonnée. 
    Excellent Saint-Émilion GC Darius 2016, il est riche au nez comme en bouche, charnu, puissant, aux nuances de fruits macérés et d’épices, d’une belle complexité, avec des tanins denses et veloutés. Le 2015, récompensé d’une médaille d’Or au concours de Mâconharmonieux, dense, au bouquetsubtil, qui développe une bouche délicate, où la mûre s’associe à la framboise bien mûre, aux tanins bien enrobés. Le 2014, 60% Merlot, 40% Cabernet franc, au nez subtil où dominent le cuir, la cerise et les épices, un vin velouté et riche, d’une belle persistance et de très bonne garde.

    Château LE DESTRIERSAINT-ÉMILION Château LE DESTRIER

    Château LE DESTRIER 

    (SAINT-ÉMILION)
    Olivier Cheminade - Vignobles Cheminade 
    7, Peyrouquet
    33330 Saint-Pey-d'Armens
    Téléphone :05 57 47 15 39 et 06 10 31 40 13 
    Email : contact@vignobles-cheminade.com 
    Site : www.vignobles-cheminade.com 

    Un vignoble dans la famille depuis plus de quatre générations. “En fonction du degré optimal de maturation, la cueillette est élaborée fin Septembre début Octobre, parcelle par parcelle. La vendange est triée manuellement avant d'être mise en cuves thermorégulées pour les vinifications







    Beau Saint-Émilion Château Le Destrier cuvée Prestige 2016, un pur Merlot noir issu de vignes de 60 ans sur sol argilo-siliceux (élevage de 12 mois en barriques neuves à 30%), vraiment très bon, avec une jolie fraîcheur, un vin minéral, tendu, où se développent des connotations de mûre, de groseille et de fumé, corsé mais velouté, avec cette bouche soyeuse en finale. Dans la lignée, le 2015, de robe sombre, aux arômes persistants et subtils de petits fruits rouges mûrs à noyau, avec des tanins riches et une bouche où l’on retrouve ces fruits mûrs. Le 2014, est de bouche profonde, de robe rouge sombre, aux notes de prune et de cuir, avec des nuances épicées, un vin complexe, harmonieux, alliant une bonne base tannique à une finesse persistante. 
    Intense et savoureux, le Premium Château Le Destrier Saint-Émilion GC 2016, issu de 12 mois en barriques neuves à 80%, il est complexe avec ces nuances de fruits mûrs et de notes vanillées, un vin complet, ample et très équilibré, qui poursuit une très belle évolution. Goûtez le Bordeaux rouge Les Chênes 2016, toujours pur Merlotsol lié à la Crasse de fer et graves, vieilli en fûtséquilibré, aux arômes d’épices, de fruits rouges cuits et de violette, aux tanins présents et soyeux à la fois.

    Château La FLEUR CRAVIGNACSAINT-ÉMILION Château La FLEUR CRAVIGNAC

    Château La FLEUR CRAVIGNAC 

    (SAINT-ÉMILION)
    Jean-Bernard et Henri Beaupertuis
    1, Cravignac - BP 104
    33330 Saint Emilion
    Téléphone :06 45 64 23 35 et 06 12 17 60 04 
    Email : info@chateaulafleurcravignac.com 
    Site : www.chateaulafleurcravignac.com 

    La propriété s’étend sur 7,5 ha d’un seul tenant. L’encépagement est constitué à 80% de Merlot, 15% de Cabernet franc et 5% de Cabernet-Sauvignon, sols argilo-calcaire. Culture traditionnelle et absence de désherbants, une moyenne d’âge des pieds d’une trentaine d’année avec des rendements limités à 45 hl/ha.
    Beau Saint-Émilion GC 2016, bien représentatif de ce grand millésime charmeur, coloré, où dominent la mûre, les épices et l’humus, de bouche persistante, de très bonne base tannique. Le 2015 associe couleur et matière, au nez complexe à dominante de prune et d’humus, aux tanins bien soyeux, de bouche ample avec cette saveur poivrée persistante. Le 2014, médaille d’Or du concours mondial des Féminalise 2017, et médaille d'Argent à Bordeaux 2017, de robe grenat, est un beau vin ample, aux notes de petits fruits rouges frais, d’épices et de truffe, aux tanins d’une grande suavité.

    Château FONROQUESAINT-ÉMILION Château FONROQUE

    Château FONROQUE 

    (SAINT-ÉMILION)
    Direction : Alain Moueix

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 60 02 
    Email : info@chateaufonroque.com 
    Site : www.chateaufonroque.com 

    La famille Moueix a vendu, en 2017, suite à des nécessités successorales, le Château Fonroque à la famille Guillard, assureurs basés à Nantes. Pour autant, Alain Moueix et son équipe restent en charge du Château Fonroque avec la mission de poursuivre le travail entrepris. Le Château Fonroque est certifié en Agriculture Biologique et c'est l’une des figures d’avant-garde de la Biodynamie à Bordeaux. Alain Moueix est à l’origine du renouveau qualitatif de cette propriété depuis 2001. Ses méthodes reposent sur l’observation et le travail minutieux d’un terroir vivant et permettent au domaine de livrer des vins dont la réputation ne cesse de grandir depuis une quinzaine d’années. Parmi les divers travaux de rénovation visant à accompagner le développement significatif du cru, la construction d’un nouveau cuvier est d'ores et déjà à l’étude. 
    Selon Alain Moueix , “2018 n’a pas été une année facile au niveau viticole puisque nous avons eu un printemps humide et une pressionmildiou inconnue jusqu’alors, il a fallu batailler… Nous sommes en Bio au Château Fonroque depuis 2002 et cela a été l’année la plus compliquée que j’ai connue. Nous avons fait de petits rendements de 30 hl/ha, et un peu moins même au Château Mazeyres où les sols plus légers ont souffert de la sécheresse de l’été. La vigne a subi un stress et les baies étaient toutes petites. Nous avons toutefois obtenu des vins concentrés, riches et c’est finalement un très beau millésime. Les vins sont à la fois puissants tout en étant abordables avec des tanins pas trop secs, ni amers, mais qui offrent beaucoup de douceur. Nous évoluons vers des élevages avec de moins en moins de bois pour mettre le fruit en valeur. Nous mettons la moitié en barriquesou dans des petites cuves ovoïdes et le reste en foudres. Nous voulons que le bois soit fondu dès la mise en bouteilles.
    Le 2016 est, pour moi, à ce jour, le plus grand millésime que j’ai eu la chance de travailler. C’est un millésime qui d’ailleurs a eu une climatologie un peu comparable à celle de 2018. C’est un vin très riche, beaucoup de douceur, de raffinement, d’élégance. Présence d’un très bel équilibre contrairement au 2015, qui lui, est un millésime plus solaire, un peu atypique. Le 2016 est vraiment un grand millésime classique de Bordeaux. Le bel été indien nous a permis de récolter à pleine maturité, nous n’avons pas d’arômes de trop cuit, le vin présente une belle fraîcheur aromatique typique de Bordeaux. Des vins avec de la complexité, de la profondeur, je compare volontiers le 2016 au 2010 et le 2018 devrait s’en rapprocher.
    Le 2017 est le millésime du gel, nous avons été impacté plus à Mazeyres qu’à Fonroque. Nous avons beaucoup travaillé à la vigne pour trier les raisins, nous avions marqué tous les pieds gelés et avons vendangé par lots séparés, un vrai travail de Romains ! Cela nous a permis de faire des premiers vins avec les raisins issus des vignes non gelées. Le deuxième vin est plus court en bouche, plus fluide, plus léger
    En biodynamie, nous avons des outils assez efficaces, la vigne a plus de ressource, on s’est aperçu qu’elle est moins sensible à toutes sortes d’agression comme le stress hydrique, par exemple. 
    A Fonroque, nous allons construire un nouveau cuvier qui sera opérationnel en 2020, nous l’équiperons de petites cuves pour vraiment séparer chaque morceau de parcelle, les extractions se font plus facilement dans de petits contenants car il y a moins de pression sur le marc. Les volumes sont plus faibles
    A Mazeyres, nous avons beaucoup développé l’élevage en petites cuves en forme d’œuf de 7 hl, cela aide à conserver la fraicheur des vins et à mettre le fruit en valeur. Depuis 2014, on constate que les vins de Mazeyres ont beaucoup plus de fraîcheur, de verticalité, de tonicité. Nous allons augmenter notre proportion de Petit Verdot en doublant la quantité. Le deuxième vin va en bénéficier !”
    Remarquable Saint-Émilion GCC 2016, d’une belle couleur rubis profond, avec des arômes de fruits rouges mûrs, d’épices et de vanille, c’est un vin ample, d’un remarquable équilibre en bouche, avec beaucoup d'ampleur. Dans la lignée, le 2015, de robe grenat brillante, au nez complexe avec des arômes de fruitsrouges (cerise), en bouche, une attaque franche avec un bel équilibre entre l'acidité et le boisé, on retrouve bien les fruits rouges du bouquet.

    Château FRANC LARTIGUESAINT-ÉMILION Château FRANC LARTIGUE

    Château FRANC LARTIGUE 

    (SAINT-ÉMILION)
    Elisabeth et Jean-Pierre Toxé - Vignoble Marcel Petit
    6, chemin de Pillebois
    33550 Saint-Magne-de-Castillon
    Téléphone :05 57 40 33 03 
    Email : contact@vignobles-petit.com 
    Site : www.vignobles-petit.com 

    La Scea des Vignobles Marcel Petit, fut créée en 1986 par Marcel Petit avec l’acquisition du Château Pillebois en Castillon Côtes de Bordeaux. Dès 1988, la société s’est enrichie avec les Châteaux Franc Lartigue et Grande Rouchonne (Saint-Émilion), puis, en 1997, la gestion des vignobles est confiée à Élisabeth et Jean-Pierre Toxé, respectivement fille et gendre de Marcel Petit. Le terroir est constitué de sable et de graves, les sols sont travaillés un rang sur deux, les autres rangs étant engazonnés. Domaine en démarche qualitative tout en respectant l’environnement (certification HVE 3 - ISO 1401).
    Jean-Pierre Toxé nous parle “d’une belle vendange 2018, d’une jolie récolte homogène. Nous proposons de nombreux millésimes, dont le dernier est le 2016. Il a une structure tannique plus marqué, bien dosé, il est élégant avec des arômes de mûre et de cassis. Il a d’ailleurs eu une médaille d’Or au Concours de Mâcon 2018. 
    Nous proposons à la vente, pour le Château Franc Lartigue, les millésimes 2013 à 2016, et pour le Château Pillebois en vieilles vignes, les millésimes 2014 à 2016 et le tradition 2016, qui a eu une médaille d’Or au Concours Agricole de Paris 2018.”
    Vous allez apprécier ce Saint-Émilion GC 2015, issu de vignes de 42 ans, assemblage de 70% de Merlot et parts égales de Cabernets Franc et Sauvignon, 12 mois en barriques dont 1/3 de fûts neufs, aux senteurs d’humus et de cassis mûr, un vin de bouche ample et fondue, gras et persistant, riche en arômes (cerise noire, cuir, sous-bois) comme en structure. Le 2014, a une robe rouge cerise limpide, développe un nez de griotte mais aussi des arômes de cassis et de pivoine et une bouche fraîche aux tanins fondus. Très joli 2013, tout en rondeur, belles nuances aromatiques (cerise noire, cannelle), tout en séduction. 
    Joli Castillon Côtes de Bordeaux Vieilles vignes Château Pillebois 2015, d’une belle couleurcorsé, avec une dominante de fruits rouges et une pointe de fumé.

    Château La GRACE FONRAZADESAINT-ÉMILION Château La GRACE FONRAZADE

    Château La GRACE FONRAZADE 

    (SAINT-ÉMILION)
    François-Thomas et Bénédicte Bon - Earl Persevero
    4, route de Jaquemeau
    33330 Saint-Emilion
    Téléphone :06 70 02 81 67 
    Email : persevero@lagracefonrazade.com 
    Site : www.lagracefonrazade.com 

    “Le Château connaît une deuxième vie depuis 2013, raconte François-Thomas Bon. Nous avons acheté la maison principale fin 2010, et les nouveaux chais ultra-modernes répondent au niveau d’exigence qualitative et technique que nous souhaitons. Les parcelles sont plantées sur 3 profils distincts : les sols marquées par la grave fine, les parcelles sur argilo-calcaire et enfin les sols sablo-argileux très riches en minerai de fer. Nous avons fait le choix d’être en Agriculture Bio, dans le respect des sols et de la nature (les Saint-Émilion sont en Agriculture Biologique dès le millésime 2013, les Bordeaux, à partir du millésime 2016).”
    Joli Saint-Émilion Grand Cru Château La Grâce Fonrazade 2016, une vraie réussite, mêlant concentration aromatique, rondeur des tanins et persistance en bouche, avec ces notes de cuir et de fruits légèrement cuits, un vin classique et gourmand, d’excelente évolution. Le Saint-Émilion Grand Cru Persevero du Château La Grâce Fonrazade 2015, 100% Merlot noir, légèrement épicé comme il se doit, avec cette structure délicate, aux senteurs où prédominent le cassis et les sous-bois, c’est un vin généreux et charmeur. Le Grand vin Blanc du Château La Grâce Fonrazade, est tout en saveurs, tout en fraîcheur aromatique, d’une jolie persistance, c’est un vin parfumé avec des nuances de chèvrefeuille et de pomme en finale. Il y a aussi ce rosé Pink Pead 2018, gourmand et séduisant, et le Bordeaux Supérieurrouge Château de Gardegan 2016, un vin ample, avec ses arômes de fruits rouges à noyau.

    Château GUILLEMIN LA GAFFELIÈRESAINT-ÉMILION Château GUILLEMIN LA GAFFELIÈRE

    Château GUILLEMIN LA GAFFELIÈRE 

    (SAINT-ÉMILION)
    Sylvie Courreaud-Fompérier
    La Gaffelière
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 74 46 92 
    Email : lecellierdesgourmets@wanadoo.fr 
    Site : www.lecellierdesgourmets.fr 

    Vignoble de 14 ha sur sol et sous-sol argilo-calcaire (62% Merlot noir, 25% Cabernetfranc, 10% Cabernet-Sauvignon et 3% Malbec), avec une moyenne d’âge des vignesde 30 ans (labour des sols, vendanges manuelles triées, élevage en barriques...).
    Excellent Saint-Émilion GC 2016, riche en couleur comme en matière, au nez intense de fruits noirs et d’humus, légèrement épicé, de bonne bouche, classique de ce beau millésime, très prometteur. Le 2015, est un vin généreux, aux nuances caractéristiques de fruits rouges mûrs (prunefraise des bois), légèrement épicé en bouche, charpenté, avec des taninséquilibrés. Le 2014, est vraiment savoureux, corsé, aux tanins souples, où se mêlent la griotte bien mûre, le poivre et la fraisedes bois, de robe grenat soutenu, dense au nez comme en bouche.

    Château LANIOTESAINT-ÉMILION Château LANIOTE

    Château LANIOTE 

    (SAINT-ÉMILION)
    Arnaud et Florence de la Filolie
    3, La Niotte
    33330 Saint Emilion
    Téléphone :05 57 24 70 80 
    Email : contact@laniote.com 
    Site : www.laniote.com 

    Le Château est dans la famille d’Arnaud de la Filolie depuis près de deux siècles. Le vignoble de 5 ha, orienté principalement sud-est, est d’un seul tenant sur le haut du plateau argilo-calcaire de Saint-Émilion
    L’encépagement est de 80% de Merlot, 15% Cabernet franc et 5% Cabernet-Sauvignon, ce qui permet un bon équilibre des caractères olfactifs et gustatifs. L’âge du vignoble est de 35 ans, vendanges manuelles, vinifications traditionnelles avec éraflage total et tri des raisinscuvaison longue, maîtrise des températures, pressurage vertical modéré, fermentationmalolactique en fûts neufs, vieillissement durant 12 mois en fûts de chêne
    Très beau Saint-Émilion GCC 2016, typé, savoureux, corsé, tout en bouche, au nuances de fraise des bois, de truffe et d’humus, un vin intense, qui associe finesse et charpente, très parfumé en bouche (truffe, groseille), aux tanins fermes mais soyeux, de garde. Le 2015, avec une structure solide en tanins, au nez complexe de fruits rouges à noyau et d’épices, est un vin de belle couleurcorsétypé, aux notes de fruits mûrs (prune, griotte) et de truffe au palais. Le 2014, est généreuxcharnu, un vin de belle robe grenat, délivrant des arômes d’épices et de fruits cuits, riche et volumineux en bouche, de très belle évolution.
     

    Château La MARZELLESAINT-ÉMILION Château La MARZELLE

    Château La MARZELLE 

    (SAINT-ÉMILION)


    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 55 10 55 
    Email : info@lamarzelle.com 
    Site : www.lamarzelle.com 

    C’est en 1998 que la famille Sioen achète la propriété et s’emploie à lui redonner ses lettres de noblesse. La Marzelle s’étend sur un superbe terroir de graves, d’argiles et de sables : la Haute Terrasse de Saint-Emilion, qui a été formée, il y a 2 millions d’années au pléistocène inférieur par l’Isle qui coulait par ici jusqu’à la Dordogne. D’où l’explication des galets rubéfiés. Une orientation Bio a été prise depuis 1988, avec l’utilisation de cuivre, de soufre, de calcium et de tisanes.
    Superbe Saint-Émilion GCC 2016, un vin de couleur grenat intense, complexe au nez comme en bouche, distingué, aux connotations de cerise confite et d’humus, qui possède des tanins amples et denses, de garde, bien sûr. Le 2015, est un beau vin charnu, épicé, de bouche soyeuse, riche et corsée, un vin concentré, aux tanins fermes et savoureux à la fois, avec une jolie finale légèrement poivrée, de grande évolution. Le 2014, est de couleur grenat intense, au nez profond et complexe avec des notes de fruits rouges (cerise) et un côté un peu fumé. En bouche, les tanins sont déjà fondus, les fruits très présents avec une touche légèrement boisée et parfaitement fondue. Le 2013, marqué par les fruits noirs, de bouche pleine, ample et velouté, d’une belle concentration, est tout en charme.

    Château MAUVINONSAINT-ÉMILION Château MAUVINON

    Château MAUVINON 

    (SAINT-ÉMILION)
    Famille Tribaudeau
    217, Mauvinon
    33330 Saint-Sulpice-de-Faleyrens
    Téléphone :05 57 24 64 79 et 06 10 84 03 97 
    Email : chateaumauvinon@orange.fr 
    Site : www.chateaumauvinon.com 

    Au sommet, tant ce cru possède une véritable typicité, marqué par une alliance entre la finesse et la richesse, le tout lui conférant un potentiel de gardeconséquent. On y voit aussi toute la force du Cabernet franc, sous-estimé par rapport au Cabernet-Sauvignon. Une propriété de 6,50 ha. Sol et sous-Sol : 70% silico-graveleux, 30% sables humifères. Âge moyen du vignoble 30 ans, 65% Merlot, 35% Cabernet franc, vendanges manuelles à la cagette et tri manuel. Cuvaison de 3 à 4 semaines, élevage en barriques de chêne renouvelées par moitié, de 12 à 16 mois. 
    “Pour Brigitte Tribaudeau, le 2016 est un vin élevé sans souffre, c’est un millésime exceptionnel de par la qualité du raisin. Nous l’avons vinifié dans notre nouveau chai et cela a été un plus indéniable. Sélection parcellaire lors de la vendange, petites cuves pour une plus grande souplesse dans le travail, pré-fermentaire à froid à 4°, encuvage gravitaire, le fruit est ainsi bien préservé. Un millésime complet avec beaucoup de couleur, un vin très chaleureux. Le 2015 est un très bon millésime mais 2016, lui est un peu supérieur. 
    La cuvée haut de gamme Gabriel Lauzat est proposée en 2014, 2015 et 2016. C’est une sélection parcellaire, on laisse moins de grappes sur la vigne pour concentrer la vendange, on récolte de nuit à la lampe frontale pour éviter toute oxydation et rentrer des raisins très frais, la vinification se fait en petits contenants. Le vin est plus concentré, exprime bien son terroir, c’est une cuvée très confidentielle qui est de plus en plus demandée. 
    Nous entamons une conversion en Bio et le vignoble sera certifié en 2020. Je n’utilisais déjà plus de désherbant depuis deux ans. Nous avons eu un épisode de gel et il n’y aura qu’une petite production pour le millésime 2017. L’encépagement a un peu évolué : 75% de Merlot, 20% Cabernet franc et 5% Cabernet-Sauvignon.“
    Superbe Saint-Émilion GC 2016, au nez puissant avec des notes de cassis et de framboise cuite, de belle robe soutenue, tout en souplesse des tanins et complexité des arômes, avec des notes de groseille surmûrie en finale, bien corsé. Le 2015, légèrement épicé, aux senteurs où prédominent le cassis et les sous-bois, généreux, d’une belle complexité d’arômes au palais, (cannellefraise des bois, épices...), riche au nez comme en bouche, aux tanins amples, de très belle évolution.
    Le 2014, qui dégage des arômes de baies rouges soulignées par des notes de poivre, est charnu, complet et complexe, d'une bouche persistante, où dominent la prune et l'humus, déjà séducteur mais d’excellente évolution. 
    Il y a aussi la cuvée Gabriel Lauzat 2016, de très belle robe d’un grenat profond, aux arômes de fruits rouges avec des notes fumées subtiles, corsé et très équilibré, ample et tannique. Le 2015, de robe brillante et soutenue, dégage des senteurs de fruits rouges cuits et de cuir, avec une bouche riche qui dévoile des tanins fondus mais denses, d’une belle longueur. Le 2014, aux senteurs de petits fruits confits et de sous-bois, est riche en couleur comme en matière, aux tanins ronds mais bien présents, un beau vin charnu et souple à la fois.

    Château ORISSE du CASSESAINT-ÉMILION Château ORISSE du CASSE

    Château ORISSE du CASSE 

    (SAINT-ÉMILION)
    Danielle Dubois
    248, lieu-dit Lartigue
    33330 Saint-Sulpice-de-Faleyrens
    Téléphone :05 57 24 72 75 
    Email : dubricru@terroirsenliberte.com 
    Site : www.terroirsenliberte.com 

    La famille Dubois est entrée en viticulture en 1885. Un siècle plus tard, Richard, fils de Jean et Simone Dubois, reprend l'exploitation familiale avec son épouse Danielle. Tous deux sont œnologues. En 1985, l'exploitation grâce à l'amour qui a été porté par les parents de Richard, est en excellent état et présente une belle infrastructure. Dès ce moment là, une philosophie, un plan, sont établis : contrôle rigoureux des rendements (avec une mise au régime stricte des vignes), contrôle de l'état qualitatif du vignoble, vendange et vinification parcelle par parcelle, cépage par cépageterroir par terroir, et retour à un élevage raisonnable en fûts
    Selon Danielle Dubois, “pour le millésime 2018, nous avons eu quelques attaques de mildiou mais cela a été maîtrisé, la conséquence, un peu moins de quantité, je ne suis pas au plein rendement.
    Les vins à la vente en 2019 : Saint-Émilion 2014 puis 2015. Château Orisse du Casse 2013 que je termine avant de proposer le 2014. Et Le Côtes de Castillon Athémis toujours le 2008. Arthémis 2008 est un cru en Côtes de Castillon que je produis seulement certaines années et en quantité très limitée. Le 2008 est une année très riche, j’avais de très beaux raisins, le vin a une belle couleur pourpre, puissants arômes de fruits rouges et d’humus, un vin structuré, les taninssont bien présents et puissants, le bouquet est très fin, grande élégance, beau potentiel de garde, finale d’une grande finesse en bouche. 
    P du Roy, j’ai toujours pour les amateurs quelques vieux millésimes de ce Grand Cru de Saint-Emilion 1998, 1999 et 2002. Des vins à la jolie couleur cuivrée, aux arômes fondus et veloutés, beaucoup de soyeux et de complexité.
    Je suis seule sur le domaine, ce qui n’est pas simple. Je suis les Grands Crus avec les primeurs. Le Château Orisse du Casse 2015 est en bouteilles, le vin est d’une belle structure, couleur soutenue, il a beaucoup d’amateurs mais, peut-être que le 2016 est de qualité supérieure… un millésime plus classique, plus typé, moins chaleureux sans doute. 
    Mon fils Arthur vient travailler avec moi, je souhaiterais lui céder le domaine. Il a fait des études d’ingénieur et de viticulture.“
    On ne peut qu’apprécier son Saint-Émilion GC 2015, coloré et charpenté, de bouche puissante, avec des tanins équilibrés, gras et persistant, où dominent les fruits cuits et le poivre. Le 2014, parfumé, aux notes typiques de mûre, de belle structure, aux tanins soyeux mais bien présents, un vin généreux et souple. Le 2012, se goûte particulièrement bien, corsé, de bouche dense, un vin qui séduit par son intensité, avec ce nez marqué par les fruits noirs et le poivre, des tanins fins et structurés, de très bonne garde, à savouer sur un bœuf bourguignon ou des bouchées aux cèpes. Le 2011, de belle couleurcharnu, avec des arômes intenses (truffe, cassis, sous-bois) et persistants, poursuit son évolution comme le 2010, avec ces nuances se définissant par des senteurs de framboise, de fraise des bois, un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples, tout en bouche, de garde. Le 2009, aux tanins savoureux, d’une jolie concentration, aux notes de cassis, de cuir et de fumé, est bien corsé, un vin à maturité. 
    Il y a aussi la très belle cuvée Arthémis 2008, franchement remarquable en ce moment, tout en arômes, au nez de cerise confite et d’humus, riche, corsé, avec, au palais, des connotations de fraise des bois, veloutée, très harmonieux.

    Château de PASQUETTESAINT-ÉMILION Château de PASQUETTE

    Château de PASQUETTE 

    (SAINT-ÉMILION)
    Laurence et Marc Vincent
    Lieu-dit Pasquette
    33330 Saint-Sulpice-de-Faleyrens
    Téléphone :06 87 03 37 26 
    Email : chateaudepasquette@hotmail.fr 
    Site : www.chateaudepasquette.com 

    Les propriétaires du Domaine de la Paleine (voir Saumur), sont tombés sous le charme de cette propriété, un vignoble de 3 ha, situé au pied du coteau sud de Saint-Émilion, qui bénéficie d’un ensoleillement idéal. Terres légères sur fond argileuxfaibles rendements. “Notre Saint-Émilion Grand Cru offre un très joli fruit expressif. C'est un vin croquant et au style sincère, c'est un peu “la marque de fabrique” de Pasquette, explique Marc Vincent. Les vignes ont 35 ans de moyenne d’âge, l’encépagement est à forte dominante de Merlot 80%, 10% de Cabernet franc et 10% de Cabernet-Sauvignon. Nous sommes en Bio, tout comme au Domaine de la Paleine. J’ai un objectif de qualité très fort, les rendements sont limités, les tris sélectifs, je souhaite aussi positionner le vin dans un excellent rapport qualité-prix, raisonnable. Je veux, en effet, qu’il plaise au consommateur et qu’il ait envie d’en racheter.”
    Joli Saint-Émilion GC 2016, qui sent la groseille mûre, de robe grenat, riche, aux tanins amples et soyeux à la fois, au nez intense, complexe, est d’une belle finale aromatique. Le 2015, à la fois puissant et souple, avec des senteurs de fruits rouges complexes (griotte, mûre), c’est un vin de bouche dominée par des nuances de griotte, qui poursuit son évolution.

    Château PETIT MANGOTSAINT-ÉMILION Château PETIT MANGOT

    Château PETIT MANGOT 

    (SAINT-ÉMILION)
    Vignobles Décamps

    33330 Saint-Étienne-de-Lisse
    Téléphone :05 57 40 25 44 
    Email : nadia@petit-mangot.com 
    Site : www.petit-mangot.com 

    La famille Décamps exploite fièrement les terres de Petit Mangot depuis 1934 soit 4 générations. Aujourd'hui, Nadia Bologna-Décamps perpétue avec son mari cette tradition familiale pour apporter une touche contemporaine dans ce beau vignoble. Les 12 hectares exploités sont situés à Saint Etienne de Lisse, à 8 kilomètres à l'est de Saint Emilion. Nos 2 cépages, le Merlot (80%) et le Cabernet-Franc (20%) sont plantés sur un sol de coteaux exposés sud – sud est et pricipalement à tendance argilo-calcaire. Le premier apporte toute sa rondeur et son fruité, une belle et profonde couleur et le second, une structure et ses notes épicées, poivrées. Les méthodes culturales anciennes sont reproduites fidèlement dans un souci d'équilibre entre longévité et rendement des vignes. Notre approche du vignoble est régie par les principes d'une agriculture raisonnée, ainsi la protection phytosanitaire du vignoble est pondérée par les besoins du végétal, de son fruit et la pression des maladies et ravageurs. Depuis plus d'une décennie, le désherbage est uniquement mécanique, sans aucune application herbicide chimique. Les méthodes de vinificationsont elles aussi les plus simples avec la sélection parcellaire au moment des vendanges et un dernier tri des baies avant cuvaison. Grâce à cela et à notre équipement de thermorégulation nous contrôlons au plus juste la période de vinification.
    Très joli Saint-Émilion GC 2016, associant couleur et matière, au nez complexe à dominante de prune, aux tanins présents, avec cette saveur d’épices persistante. Le 2015, riche en bouquet comme en matière, est dense et bien charnu, mêle couleur et strture, avec ces notes caractéristiques de cerise et d’humuscharpenté et typé. Tout en séduction, le Saint-Émilion Grand Cru Miss Petit Mangot 2016, très rond, au nez persistant et subtil à la fois, avec, au palais, des notes de petits fruits cuits (cassis, griotte), aux tanins bien fondus. Quant au Saint-Emilion 2016, il est tout en charme, charnu, tout en nuances aromatiques, coloré.

    Château PIGANEAUSAINT-ÉMILION Château PIGANEAU

    Château PIGANEAU 

    (SAINT-ÉMILION)
    Jean-Baptiste et Vincent Brunot
    1, Jean-Melin
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 55 09 99 
    Email : vignobles.brunot@wanadoo.fr 
    Site : www.vignobles-brunot.fr 

    Vincent Brunot poursuit la tradition familiale qui est de privilégier le fruité et de réduire l’apport de bois neuf. Les vins sont toujours élevés une année en barriques mais avec seulement 25% de bois neuf, on obtient des vins plus veloutés, plus fruités, séduisants avec une aptitude à vieillir mais aussi aptes à être appréciés dans leur jeunesse.“Nous restons raisonnables dans l’élevage en barriques qui ne doit pas masquer notre joli terroir de sables et de graves, et privilégions le bon rapport qualité-prix.”
    “Pour la vendange 2018, nous dit Vincent Brunot, cela dépend car nous avons trois sites. À Saint-Émilion, hormis la perte de récolte, cela s’est bien passé, nous avons obtenu de jolis degrés sans atteindre des sommets alors qu’à Lussac, on frôlait les 14,5°, des vins plus difficiles à vinifier à cause des sucres, ensuite les fermentations malolactiques ont été lancinantes.

    Nous avons à la vente les Château Piganeau Saint-Émilion Grand Cru 2014, 2015 et 2016. Une trilogie très réussie, même gamme de qualité avec des petites nuances selon les millésimes. Par exemple, le 2016 est un vin coloré, assez explosif en bouche, un joli millésime. Ces trois millésimes qui se suivent ont vraiment un air de famille.
    En Lussac Saint-ÉmilionChâteau Tour de Grenet, nous proposons les 2015 et 2016 : deux jolis millésimes sur la souplesse, toutefois, le 2016 est plus puissant, très belle couleur, bel équilibre, un vin plus ensoleillé marqué par un été chaud. En Lalande-de-Pomerol, nous proposons Château Le Gravillot 2014 et 2016, des vins qui plaisent beaucoup, sur le fruit et la souplesse. Quant à notre Bordeaux Supérieur Château Maledan 2016, c’est également une belle réussite. 
    Je suis engagé dans le SME (système management environnemental), c’est le CIVB qui a mis en place ce mouvement. J’intègre un groupe de différents viticulteurs pour mettre en place des moyens afin de mieux respecter l’environnement, il y a un cahier des charges pour obtenir une certification. Depuis déjà deux ans, nous ne faisons plus de désherbages. L’an passé, nous avions investi dans du matériel de travail du rang.
    Une nouveauté, en 2019, nous allons faire un Bordeaux blanc au Château Maledan. Nous avions planté il y a 3 ans du Sauvignon blanc mais aussi du Cabernet-Sauvignon qui vont entrer en phase de production.”
    Voilà, en effet, un remarquable Saint-Émilion GC 2016, de couleur rubis soutenu, un vin typé, très équilibré, bien bouqueté, aux tanins soyeux, au nez complexe dominé par la violette, la prune et la cannelle. Le 2015, tout en bouche, mêlant ce gras caractéristique à des notes finement boisées, un vin d’une jolie concentration, ample et épicé en finale. Le 2014, parfumé, associant couleur et matière, très équilibré, aux tanins mûrs et structurés, au nez de cassis, de griotte et d’épices, ample en finale. Goûtez son Bordeaux Supérieur rouge Château Maledan 2016, charnu, aux tanins savoureux, tout en nuances avec des notes de griotte mûre. Il y a a encore leur Lalande-de-Pomerol Château Le Gravillot 2016, associe finesse et concentration, aux tanins puissants et soyeux à la fois, au nez intense où s’entremêlent des notes de fruits rouges mûrs et de réglisse. Le 2015, est tout en couleur et en matière, au nez concentré, riche, tout en nuances aromatiquesferme et soyeux, avec une bouche savoureuse. Au sommet de son appellation également, le Lussac-Saint-Émilion Château Tour de Grenet 2016, de couleur rubis, riche et structuré, au nez légèrement épicé, aux tanins présents qui commencent à se fondre, très équilibré́, riche et charnu, il est de jolie garde, et s’apprécie dès maintenant sur des magrets de canard et petits pois ou une selle d'agneau en persillé de truffe.

    Château CLOS des PRINCESAINT-ÉMILION Château CLOS des PRINCE

    Château CLOS des PRINCE 

    (SAINT-ÉMILION)
    Marie-Christine et Gilles Prince
    68, rue Emmanuel Roy (Lieu-dit Ferrandat Sud 33330 St-Laurent-des-Combes)
    33420 Branne
    Téléphone :05 57 84 64 14 et 06 76 81 04 11 
    Email : chateau-closdesprince@orange.fr 
    Site : www.chateau-closdesprince.fr 

    Un vignoble de 4 ha, sur sables siliceux et profonds et de crasses de fer en sous-sol, avec une moyenne d’âge des vignes de 48 ans (80% Merlot et 20% Cabernet franc). Le suivi du vignoble est permanent afin de préserver au maximum les sols et de respecter les vignes. La taille, élément fondamental de la qualité, est précise et limite ainsi les rendements, gage d'excellence. Au chai, on applique le même souci de perfection et de modernité maîtrisée. Vendanges manuelles en cagettes, tris sévères, tapis roulants et tables vibrantes pour une vinification parcellaire, dont une partie est réalisée en "vinification intégrale", une pratique qui confère au vin un soyeux et une élégance délicats.

    “Les vendanges, en 2018, nous précise Gilles Prince, se sont déroulées dans des conditions optimales, tout était là : chaleur, luminosité, ce qui a donné un vin très volumineux avec beaucoup de précision, une intention de fruits très intéressante, un vin structuré, similaire aux millésimes 2009, 1969, 1947. A l’élevage, une belle maturité, un bel équilibre, beaucoup de croquant, beaucoup d’éclat. Nos ventes en 2019 se situent sur les millésimes 2013, 2014, 2015, 2016.”

    Vous allez apprécier ce beau Saint-Émilion GC 2016, avec des notes d’épices, de cerise confite, de mûre et de violette, bien structuré et gras en bouche, il est ample, de très bonne évolution. Dans la lignée, le 2015, de robe rubis profond, ample et franc en bouche, aux tanins soyeux, un vin qui délivre des arômespuissants de fruits rouges bien mûrs, charnu, avec des nuances épicées au palais. Le 2014, est un vin de belle robe grenat, délivrant des arômes d’épices et de fruits cuits, puissant et volumineux en bouche, de belle évolution. 
    Excellente cuvée Offrande du Château Clos des Prince 2012, mêlant structure et charnu, avec des arômes de fruits rouges mûrs, d’une belle longueur, idéale avec un filet de veau en croûte de cèpes ou un bœuf à l'aigre-doux.

    Château La ROSE-POURRETSAINT-ÉMILION Château La ROSE-POURRET

    Château La ROSE-POURRET 

    (SAINT-ÉMILION)
    Philippe et Laure Warion
    1, La Miolle
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 71 13 
    Email : contact@la-rose-pourret.com 
    Site : www.la-rose-pourret.com 

    Un vignoble familial (depuis 5 générations) de 8 ha d’un seul tenant. La génération actuelle maintient la tradition en travaillant avec passion les Merlot (75%) et Cabernet franc (25%), plantés sur des sols argilo-sableux sur crasse de fer et sablesanciens. Labours, vendanges manuelles, vinification traditionnelle, élevage en barriques neuves renouvelées par 1/3 chaque année...
    Beau Saint-Émilion GC 2016, avec un nez où dominent la groseille et les épices, tout en complexité aromatique, mêle rondeur et harmonie, aux tanins amples, très équilibré au nez comme en bouche. Le 2015, de couleur profonde, au nez où dominent le cassis bien mûr et les sous-bois, mêlant concentration aromatique, ampleur des tanins et distinction, d’excellente garde. Le 2014, qui mêle concentration aromatique, rondeur des tanins et persistance en bouche, aux notes très caractéristiques de cuir et de fruits confits. Excellent 2012, dense et puissant au nez comme au palais, avec ses taninssoyeux, au nez de fruits cuits (myrtille, fraise des bois), de bouche finement épicée.

    Château ROYLLANDSAINT-ÉMILION Château ROYLLAND

    Château ROYLLAND 

    (SAINT-ÉMILION)
    Martine et Jean-Bernard Chambard
    1, Roylland
    33330 Saint-Emilion
    Téléphone :05 57 24 68 27 et 06 12 33 31 89 
    Email : chateau.roylland@orange.fr 

    En 2010, Martine et Jean-Bernard Chambard jusqu'alors investis dans les établissements de santé, deviennent les nouveaux propriétaires. Dès leur arrivée, ils entreprennent de grands travaux : rénovation totale des chais, des salles de réception et de dégustation. Dans les communs du Château, ils créent le Gîte du Roy, « un hébergement haut de gamme, classé Super Host qui accueille des visiteurs du monde entier. 
    Dans le même temps, ils procèdent à une valorisation des vignes avec des investissements dans la replantation de parcelle et la mise en oeuvre d'un complantage régulier et suivi. Une agriculture raisonnée est pratiquée pour le maintien d'une biodiversité importante des sols (lombrics ... ) et des insectes. Passionnés de la vigne et du vin, Martine et Jean-Bernard dirigent leur domaine avec la même rigueur et les mêmes exigences qui étaient les leurs dans le domaine de la médecine.
    Beau Saint-Émilion GC 2016, aux senteurs de cassis mûr et d’épices, un vin puissant et harmonieux, aux tanins fermes et savoureux à la fois, très bien élevé, avec des connotations de fruits à noyau et de cannelle, finement toastées, un vin de garde. Le 2015, médaille d’Or Paris 2015, avec des arômes de fruitsrouges mûrs, de cannelle et de fumé, aux tanins équilibrés, est un vin bien corsé et de très bonne évolution. On retrouve aussi le 2014, dense et corsé, aux notes fruitées, épicées, avec une belle concentration, mais tout en rondeur, représentative du millésime, un vin charnu et parfumé au palais, de très bonne garde. Le 2012 est généreux, avec des nuances de fruits rouges mûrs (cerise, fraise des bois), légèrement épicé en bouche, de charpente solide et fine à la fois, savoureux comme le 2011, plus rondgénéreux, de teinte grenat soutenu, dense au nez comme en bouche (cassiscannelle), bien équilibré avec ses tanins savoureux.

    Château LA TOUR DU PIN FIGEACSAINT-ÉMILION Château LA TOUR DU PIN FIGEAC

    Château LA TOUR DU PIN FIGEAC 

    (SAINT-ÉMILION)
    Famille Giraud
    4, Cheval Blanc Ouest
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 51 06 10 
    Email : giraud.belivier@wanadoo.fr 
    Site : www.giraud-belivier.com 

    Au sommet. Les 11 ha de vignes bénéficient d’un sol graveleux et argilo-siliceux avec un sous-sol très ferrugineux permettant aux vignes âgées de 40 ans de produire le meilleur. L’encépagement est réparti pour 75% de Merlot et 25% de Cabernet franc. Les fermentations sont longues et surveillées, le vieillissement se fait en fûts de chêne.
    Voilà un grand Saint-Émilion GC 2016, de charpente élégante mais dense, aux tanins présents et fondus à la fois, ample, d'une belle finale, tout en nuances avec des notes de griotte, de fumé et d'épices. Le 2015, est ferme, tout en bouche, d’une belle couleur pourpre, tout en puissance et finesse, aux senteurs de fruits rouges surmûris. Le 2014, riche en couleur comme en arômes, avec ces notes de prune mûre et de poivre, intense au nez comme en bouche, un beau millésime, ample et chaleureux, à prévoir sur un filet de bœuf à la salardaise ou un lièvre en crépinettes. Le 2013, est parfumé, ample, séveux et persistant, avec ces notes de fraise et de griotte, riche en couleur, alliant finesse et structure, aux tanins soyeux, de bouche franche, où se retrouvent des notes de framboise mûre et de sous-bois. Le 2012, est riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux notes de fruits, de cannelle et d’humus, très équilibré au nez comme en bouche, très typé. Le 2011, de couleur soutenue, est structuré, aux senteurs intenses, de charpente élégante, très parfumé (fruits cuits, poivre), d’une belle finale. Voir le Château Le Caillou, à Pomerol.

    Clos TRIMOULETSAINT-ÉMILION Clos TRIMOULET

    Clos TRIMOULET 

    (SAINT-ÉMILION)
    Guy, Alain et Joël Appollot
    3, Trimoulet
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 71 96 
    Email : contact@clos-trimoulet.com 
    Site : www.vinsdusiecle.com/clostrimoulet 
    Site : www.clos-trimoulet.com 

    Au sommet. De forte personnalité, les frères Appollot, Alain et Joël, continuent d’appliquer la même philosophie que leur père, Guy Appollot. Des vignerons qui s’adaptent à leur terroir et savent en tirer le meilleur vin possible, grâce à l’anticipation, au sens de l’observation et à leur grande expérience. Chaque année, ils essayent de tirer la quintessence du millésime, avec humilité́, s’effaçant devant la Nature, qui reste reine. Le Domaine est certifié HVE niveau 3.
    “Vendange 2018 : très bel été, belle arrière-saison ce qui nous a donné une très bonne maturité, 2018 est un très beau millésime qui est à l’élevage en barriques durant 12 à 14 mois, nous précise Alain Appollot. Les Cabernets étaient très jolis, les Merlots très soyeux, le vin est très concentré.
    Millésime 2017 : nous avons récolté une petite quantité à cause du gel de printemps, mais ce qui a été vendangé était de très belle qualité cela donne un millésime assez classique.
    Nous commercialisons nos 2016. C’est un excellent millésime, dense et savoureux. Les raisins étaient très mûrs. La très belle arrière-saison a eu une incidence majeure, les vins ont beaucoup de concentration, ils sont riches avec des tanins puissants mais pas dominants, c’est le côté soyeux qui domine, ce sont des vins très plaisants.
    Château Chevalier Saint-Georges 2015 et 2016 sont de la même veine que Clos Trimoulet avec des durées d’élevages qui diffèrent un peu. L’élevage est un peu plus court pour Chevalier Saint-Georges, cela lui permet de conserver un caractère plus vineux, plus fruité.
    Ces dernières années, nous avons eu une très jolie série de millésimes. Je remarque que c’est souvent la fin août qui fait la qualité du millésime. Nous avons maintenant beaucoup de soleil en septembre et jusqu’à début octobre, on peut ramasser de très jolis raisins à pleine maturité. Nous essayons toujours de faire de mieux en mieux d’une année sur l’autre, de nous adapter au millésime pour en ressortir le meilleur !” 
    Vous allez vous faire plaisir avec leur Saint-Émilion GC 2015, très parfumé (humus, griotte mûre), alliant couleur et matière, de très bonne bouche, aux connotations de cassis et de poivre noir, d’une jolie finale finement épicée, un vin d’excellente évolution. 
    “Le 2015 est un millésime charnu, poursuit Alain Appollot, structuré, au bon potentiel de garde qu’il faudra laisser un peu vieillir pour vraiment l’apprécier. Il est très typé Saint-Émilion, c’est un très joli millésime avec de la finesse et de l’élégance. Arômes bien présents de fruits rouges et même de fruits noirs, très jolie couleur profonde.“
    Le 2014, médaille d’Or, au nez délicat, mêlant puissance et finesse, de belle robe pourpre soutenu, aux nuances de violette et de truffe, d’une grande harmonie, séveuxgénéreux aux papilles. Le 2013, médaille d’Argent Bordeaux, se goûte parfaitement, de robe rubis profond, généreux, un vin persistant au nez comme en bouche, tout en finesse, aux tanins fins, aux connotations de cassis mûr et de truffe en finale.
    Le 2012, médaille d’Or Bordeaux, coloré et très parfumé, d’une jolie concentration en bouche, a des notes de fruits rouges et de réglisse, un vin bien charnu, aux tanins bien soyeux mais bien riches. Le 2011, lui aussi médaille d’Or Bordeaux, est excellent, parfumé (humus, griotte, mûre), tout en bouche, aux taninsamples, au nez complexe (violette, fraise des bois), est très chaleureux. Superbe 2010 (médaille d'Argent), un vin d’une très belle concentration, très élégant et d’une belle finesse, très équilibré, aux Arômes de fruits très mûrs (fruits noirs), c’est vraiment l’équilibre et la finesse qui dominent. 
    Au sommet de son appellation également, leur Montagne-Saint-Émilion Château Chevalier Saint-Georges 2016, d’une belle couleur rubis profond, avec des Arômes de fruits rouges mûrs, d’épices et de vanille, c’est un vin ample, d’un remarquable équilibre en bouche, avec beaucoup de souplesse. Le 2015, dégage un nez complexe à dominante de fruits frais, avec des nuances d’épices et de truffe, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, très chaleureux. Le 2014, est de couleur cerise soutenu, aux Arômes puissants de fruits cuits et d’épices, d’un bon équilibre, aux tanins fermes et fondus à la fois, un vin de très bonne garde. Le 2013, est tout à fait réussi, très qualitatif. Un vin assez fruité, assez fin, pas de grosse puissance tannique, des vins qui se dégusteront assez facilement. Le 2012, est un vin très équilibré avec des tanins plus souples, un vin d’une belle harmonie, d’une belle structure aux Arômesfruités très flatteurs.

    Château VIEUX RIVALLONSAINT-ÉMILION Château VIEUX RIVALLON

    Château VIEUX RIVALLON 

    (SAINT-ÉMILION)
    Alexandre Plocq - Scea Bouquey Rivallon
    3, Le Rivallon
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 51 35 27 
    Email : chateauvieuxrivallon@orange.fr 
    Site : www.chateau-vieux-rivallon.com 

    D'une superficie de 20 ha, le Château est situé sur la commune, au pied du coteau, à l'ouest de la cité médiévale, sur un sol tantôt silico-argileux, tantôt silico-calcaire. 
    Superbe Saint-Émilion GC Cuvée Charles 2015, il est gras et corsé, d'une grande finesse, au nez subtil où dominent la prune, le cuir et la griotte cuite, aux tanins denses, d'une jolie finale, de belle évolution. 
    Excellent Saint-Émilion GC 2015, 60% Merlot, 35% Cabernet franc et 5% Cabernet-Sauvignon et Pressac, vieilles vignes âgées de 35 ans en moyenne, de jolie robe grenat intense, avec ce bouquet complexe où se marient des notes fruitées et de sous-bois, est riche et rond, de bouche pleine. 
    Le 2014, aux connotations de prune macérée et d’épices, ample, charnu, est bien classique de ce joli millésime, et vous l’apprécierez dès aujourd’hui, notamment, avec un filet de bœuf et foie gras ou une pintade.

     

     

  • Pin it!

    LES PLATS PARFAITS AVEC LES MEILLEURS VINS D'ALSACE

     

    Charles SCHLÉRET Charles SCHLÉRET

    Charles SCHLÉRET 

     

    1, route d'Ingersheim
    68230 Turckheim
    Téléphone :03 89 27 06 09
    Email : charles.schleret@orange.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/schleretcharles

     

    Incontestablement à la tête des Premiers Grands Vins Classés. Charles Schléret s'attache à appliquer à ses vignes situées sur l’excellent terroir de Turckheim sa connaissance des techniques modernes.
    “Cette cuverie, dit-il, m'a permis de faire il y a trente ans déjà, une fermentation sous contrôle des températures”, à un moment où, seules, quelques grandes maisons étaient équipées.” Il préservait déjà ainsi une fraîcheur aromatique extrême, très intense au nez comme en bouche, qui allait faire la réputation de ses cuvées. Ses efforts sont régulièrement récompensés par une multitude de médailles et de références au palmarès de concours prestigieux français et internationaux.
    “Je garde les Vins en cave, pour qu’ils vieillissent le mieux possible et que les amateurs puissent les acquérir dans les meilleures conditions. J’ai une gamme de millésimes qui va de 1997 à 2007. Les Vins que je propose sont des Vins à maturité, les Grands Crus d’Alsace se bonifient en vieillissant, ce n’est pas toujours l’idée que le public se fait des Vins d’Alsace. Il y a des amateurs de Vins jeunes mais, les Grands Crus peuvent vieillir jusqu’à une trentaine d’années, la dégustation est bien plus intéressante, ce sont des Vins d’une grande complexité d’arômes.”
    Toujours enthousiaste et passionné lorsqu’il parle de ses Vins, Charles Schléret nous propose des millésimes anciens (ce qui devient de plus en plus rare), des Vins mûrs, aboutis, vraiment délicieux, des Grands Crus qui méritent d’être appréciés à leur juste valeur. Ses Vins sont régulièrement récompensés dans de nombreux concours internationaux, découvrez le Pinot Blanc médaille d’Or, le Riesling médaillé au concours des Meilleurs Vins d’Asie et au challenge Best French Wines aux USA, le Pinot Gris médaille d’Or à Lyon, le Gewurztraminer médaille d’Or au concours international du meilleur Gewurztraminer au Monde, Gewurztraminer 2000 sélection grains nobles médaillé à Montréal et à Bruxelles… La liste est longue pour ce vinificateur très “pointu” qui ne laisse rien au hasard.
    “Je suis très fier d’avoir obtenu une distinction rarissime à Montréal : le Prix Spécial de la Meilleure Sélection présentée aux Sélections Mondiales Montréal 2002, c’est un concours qui n’a lieu que tous les deux ans et réservé au producteur ou négociant qui aura obtenu au cumul, la meilleure note moyenne pour l’ensemble de ses Vins présentés (au minimum 5) à ce Concours.”
    Des Vins comme nous les aimons, un bel exemple de réussite qualitative due aux excellents terroirs associés à un travail méticuleux dans le plus grand respect des traditions alsaciennes.
    En effet, on ne peut qu’aimer son formidable Pinot Gris 2007, médaille d’Or à Lyon 2010, de bouche fraîche et souple à la fois, persistant au palais, avec des arômes de fougère et de fruits frais, d’une grande finesse. Le Riesling 2007, médaille d’Or au Challenge to the best wines USA Miami 2015, intense au nezcomme en bouche, avec cette fraîcheur florale doublée de nuances fruitées, est à prévoir sur une galette à la truite de mer ou une oie à la choucroute et aux pommes. Envoûtant Gewurztraminer Sélection De Grains Nobles 2006, médaille d’Or Lyon 2010, développant des arômes de brioche et de fruits confits, qui associe finesse et structure, de grande garde. Le Gewurztraminer Sélection De Grains Nobles 2000, puissant, aux notes de fruits confits et de fleurs blanches, intense, de très belle évolution, parfait sur un Bleu de Bresse ou une tarte aux pommes caramélisées et aux raisins.
    Superbe Riesling 2005, Trophée Prestige Grand Concours des Vins du Monde les Citadelles de France, dont la fraîcheur met en avant le fruit, un vin distingué, au nez de rose, très fin, suave et sec à la fois, un vin typé et corsé, où s’entremêlent les épices et les fleurs fraîches, qui a collectionné les récompenses. On excite encore ses papilles avec ce beau Gewurztraminer 2007, médaille d’Or au Challenge international du Vin, très aromatique (épices, agrumes), riche au nez, ample et typé.

     

    Avec le Gewurztraminer

    SCHAEFFER-WOERLY SCHAEFFER-WOERLY

    SCHAEFFER-WOERLY 


    Maxime Woerly
    3, place du Marché
    67650 Dambach-la-Ville
    Téléphone :03 88 92 40 81
    Email : info@schaeffer-woerly.fr
    Site : www.schaeffer-woerly.com

     

    Un vignoble de 8 ha (la moyenne d’âge des vignes est de 30 ans, les vendanges sont manuelles, la taille en guyot double) planté en coteau sur des sols granitiques, où l’on s’attache à pratiquer une culture saine. Leurs vendanges se font entièrement à la main et le raisin est amené entier sur le pressoir. En 1996, ils se sont lancés dans la production intégrée, une viticulture plus respectueuse de l’environnement.
    Maxime Woerly représente la nouvelle génération, jeune professionnel à temps plein, véritable passionné. C’est son grand-père qui a démarré la production en 1947. Ses parents sont toujours présents, mais il est désormais “le chef” de l’entreprise familiale de 8 ha depuis janvier 2016. Il a participé à la reconversion du Domaine en Agriculture Biologique en 2011 et assisté à la première récolte Bio en 2014.
    “En 2018, nous dit Maxime Woerly, nous avons été très chanceux par rapport à la météo, pluies en Mars et Avril, d’où réserve hydrique puis Mai et Juin secs, puis canicule.
    Les Gewurztraminers ont une belle concentration, un potentiel de sucrosité élevé et une certaine acidité. Ils sont superbes, notamment, les moelleux. Les Rieslings n’ont pas souffert de la sécheresse, ont des degrés oscillant entre 12 et 14°, sont bien spécifiques de leur terroir et sont eux aussi magnifiques.
    Cette année, nous commercialisons les vins de terroir Riesling 2017, les génériques en Riesling Cuvée de l’Ours 2018, et les Gewurztraminers secs 2018.
    Nous intensifions la culture en Bio, c’est la 8e année de notre conversion.”
    On a l’habitude d’exciter nos papilles avec les vins de la famille, dont ce Riesling Breitstein 2016, ample, aux nuances subtiles de pomme et de fruits secs, de bouche fine, qui est de jolie robe dorée. Le Gewurztraminer Vendanges Tardives 2015, qui associe finesse et structure, richesse et distinction, est un vin complexe, fin et mûr à la fois, tout en persistance aromatique.
    Superbe Pinot Gris Grand Cru Frankstein 2016, avec des arômes d’acacia et de fruits mûrs, de jolie robe, avec cette nervosité équilibrée caractéristique, vif et fin, un vin où la structure s’allie à l’élégance, tout comme le Riesling Grand Cru Frankstein 2016, au bouquet d’une grande finesse, c’est un vin de jolie robedorée, tout en structure et parfums, au nez de petits fruits frais, de bonne bouche parfumée (litchi, rose), ample au palais.
    Vous allez aimer aussi le Pinot Gris La Patte de Malo 2016, de jolie robe dorée, au nez riche et bien présent, dominé par des notes de grillé et de fruits frais, et ce Riesling Grand Cru Frankstein 2016, d’une belle typicité que l’on perçoit dès le premier nez avec beaucoup de complexité, un nez vif et fruité et en bouche on retrouve ces notes de pêches blanches sans trop d’acidité, à déboucher aussi bien sur une poitrine de veau farcie à l'oseille qu’avec une nage de poissonsaux fèves fraîches.
    Remarquable Pinot Gris Grand Cru Frankstein 2016, d’une très belle rondeur avec des arômes sucrés qui font penser à des fruits bien mûrs, presque confits. Le Gewurztraminer Grand Cru Frankstein 2016, épicé comme il se doit, tout en structure et parfums, au nez de petits fruits frais, ample et persistant, est vraiment charmeur, très racé.
    Superbe Riesling Clos du Breitstein 2016, généreuxvif et harmonieux, tout en persistance d’arômesrond et dense en bouche, très bien équilibré, avec des notes subtiles d’agrumes, d’amande et de chèvrefeuille.
    Le Riesling Cuvée de L’Ours 2016 est typé, tout en fruits avec une pointe de minéralité qui fait tout son charme, un vin qui procure un plaisir immédiat. Le Gewurztraminer Vieilles vignes 2016, de robe doré brillant, très finement épicé, subtil et suave en bouche, élégant, d’une jolie persistance.
    L’Eléphant rose est un rosé, une production confidentielle pour cette Cuvée atypique, d’une teinte soutenue, un nez que l’on peut caractériser de “bonbon” avec ces arômes très sucrés mais, en bouche, c’est la surprise car il n’y a pas cette sucrosité à laquelle on pourrait s’attendre grâce au Pinot Noir qui apporte de la fraîcheur et du caractère à ce vin.
    Quant à l’Auxerrois La Patte de Malo 2016, c’est une Cuvée atypique avec cette teinte presque cuivrée, des arômes qui sortent de l’ordinaire avec des notes de fruits confits cette fois bien prononcés accompagnés d’une belle amplitude avec de la longueur en bouche. Gîte sur place.

     

    Avec le Pinot noir

     

    Domaine Aline et Rémy SIMON Domaine Aline et Rémy SIMON

    Domaine Aline et Rémy SIMON 


    Sarl Les Coteaux du Vignoble
    12, rue Saint-Fulrade
    68590 Saint-Hippolyte
    Téléphone :03 89 73 04 92
    Email : alineremy.simon@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/alineremysimon
    Site : www.domaine-simon.fr

     

    “Après la reprise d’un vignoble familial ancestral et avec beaucoup de détermination et de volonté, la commercialisation débute au cours des années 1990. La plus grande partie de nos vignes se situent au pied du majestueux Château du Haut-Koenigsbourg. Avec 8 ha, nous produisons des vins à haute expression et alignons chaque année une vingtaine de cuvées grâce à un travail acharné et à des finitions soignées.”
    Pressurage de raisins entiers sur pressoir pneumatique, thermorégulation et contrôle de fermentation, vinification traditionnelle en foudres de bois et cuverie Inox... Pour toutes les cuvées, les vendanges sont toujours manuelles avec tri sélectif dans la vigne, et les fermentations toujours thermorégulées, sans ajouts d’intrants. Gîtes et chambres d’hôtes.
    Vous allez aimer comme nous cet Auxerrois Vieilles vignes 2016, issu d’une vigne plantée en 1969 sur terrain argio-calcaire, au bouquet fleuri, aux notes d’amande et de musc au palais, alliant souplesse et structure, un vin d’une très jolie finale et particulièrement abordable, comme d’ailleurs le RieslingBurgreben 2016, prix d’Excellence à la Confrérie du Haut Kœnigsbourg, très harmonieux, d’une belle élégance, au nez de fleurs blanches et de raisin frais, vivace et persistant en bouche, parfait avec les coquillages ou une truite.
    Le Pinot Gris Vieilles vignes 2015, prix d’Excellence à la Confrérie du Haut Kœnigsbourg, issu d’une vigne plantée en 1966 sur sol granitique et gneissique, dévoile une robe jaune or, un nez de narcisse et une bouche parfumée aux nuances florales, tout en nuances comme l’est le Gewurztraminer Silbergrub 2016, qui a obtenu un Sigille de qualité à la Confrérie Saint-Étienne, au nez d’amande et de coing, un vin vif et ample, intense et suave en bouche, charmeur avec des notes de fruits secs, très légèrement poivré comme il le faut.
    Quant à leur Saint-Hippolyte rouge 2015, vendange manuelle après contrôle de maturité, macération d’un quinzaine de jours avec pigeage 2 fois par jour, d’une robe rouge cerise limpide, il a un nez de griotte avec des arômes de cassis et de pivoine, un vin aux tanins bien fondus qui demande une cuisine un peu relevée.

    Domaine STOEFFLER Domaine STOEFFLER

    Domaine STOEFFLER 


    Vincent Stoeffler
    1, rue des Lièvres
    67140 Barr
    Téléphone :03 88 08 52 50
    Télécopie : 03 88 08 17 09
    Email : info@vins-stoeffler.com
    Site : www.vins-stoeffler.com

     

    Un domaine entièrement en culture biologique depuis 2000 (complété entre temps par la biodynamie). La pureté, l’équilibre et la personnalité dans chacun des crussont privilégiés, et la même attention est portée à tous les vins du plus simple Sylvaner aux vins les plus nobles : maîtrise de rigueur et des rendements (travail du sol et amendements organiques pour la vie du sol, recherche de petits raisins bien mûrs), récolte manuelle, pressurage doux et lent, fermentation naturelle (entre 1 et 6 mois), aucun adjuvant de vinification. Sulfite uniquement avant la mise en bouteilles pour les vins secs. Élevage sur liesfines avec bâtonnage (environ 1 an en foudre de chêne), très légère filtration avant mise en bouteilles.
    Nous sommes régulièrement sous le charme de son Riesling Grand Cru Kirchberg de Barr 2016, vignes de 35 ans, marqué par son terroir de sols argileux, souvent très caillouteux, un vin fleurisuave et souple, d’une belle persistance aromatique en bouche, dense et distingué à la fois.
    Excellent Riesling Lieu-dit Kronenburg 2015, issu de vignes de 45 ans, avec ces connotations subtiles où s’entremêlent les fruits blancs mûrs, les épices et les fleurs fraîches, de bouche intense, comme le Pinot Gris Lieu-dit Salzhof 2016, provenant de vignes de 18 ans, riche et sec à la fois, puissant au nez comme en bouche, à dominante de noisette, ample, aux arômes de pomme et de narcisse, bien fruité, qui allie finesse et suavité, un vin charmeur et typé.
    Superbe Crémant d’Alsace Blanc De Blancs brut Millésimé 2013, 100% Chardonnayvignes de 25 à 35 ans en Agriculture Biologique depuis 15 ans, qui mêle rondeur et nervosité, avec ces nuances en bouche de fruits frais et d’acacia, de mousse persistante, un vin qui mérite, à table, des quenelles de brochet ou un Saint-Pierre aux épices douces.
    Et puis, il y a ce Gewurztraminer Vieilles vignes 2016, vignes de 35 à 50 ans, intense au nez comme en bouche, qui associe structure et distinction, avec ces notes de fumé bien spécifiques au palais, et le Muscat d’Alsace Vieilles vignes 2015, parcelle de 35 ans, cultivées en Agriculture Biologique avec Certification Ecocert, au nez de pêche fraîche, rond et floral en bouche, très aromatique, très franc.

    Maison ZOELLER Maison ZOELLER

    Maison ZOELLER 


    Christèle et Mathieu Zoeller
    14 - 16, rue de l'Eglise
    67120 Wolxheim
    Téléphone :03 88 48 88 59 et 06 60 85 33 49
    Email : vins.zoeller@wanadoo.fr
    Site : www.vins-zoeller.fr

     

    Comme en témoigne le pressoir datant du XVIIe siècle, la famille perpétue depuis plus de dix générations la tradition vinicole. Respect de la faune et de la flore pour la santé de la vigne. Les vendanges sont effectuées à la main. Propriété en Agriculture Biologique.
    De très beaux vins, dont le Pinot Gris Les Orchidées 2017 AB, complexe, tout en bouche, au bouquet où s’entremêlent les fruits, les épices et les fleurs fraîches, il est très agréable sur un riz au curry, par exemple . Séduisant Pinot Noir Barriques 2017, de jolie robe grenat, il est ample, aux notes d’humus, de pruneau et de cassis. Le Sylvaner 2017 AB, a un nez de fruitsblancs et de fleurs blanches en bouche, le vin forme un bel ensemble, très équilibré, assez complexe dans son expression, avec quelques notes minérales discrètes.
    Le Pinot Blanc 2017 AB, est francfrais, tout en vivacité, très agréable, parfait avec un soufflé ou des émincés de veau à la zurichoise, par exemple. Excellent Riesling de Wolxheim 2017 AB, parfaitement équilibré, au nez complexe, c’est un vin bien typé, de bouche intense où dominent la rose, le musc et les fruitssecs, d’une belle longueur. Le Muscat 2017, est floral, d’une très bonne persistance aromatique, de belle couleur, avec ces nuances de fruits jaunes fraispersistantes. Remarquable Gewurztraminer Les Orchidées 2015, dense et fleuri, très fruité au nez comme au palais, un vin gras et fin, avec des connotations de lis et de fumé caractéristiques.
    Très beau Gewurztraminer Vendanges Tardives 2015 AB, ample, classique, aux senteurs de mirabelle cuite et de miel, mêlant finesse et structure, tandis que le Riesling Sélections de Grains Nobles 2015, avec des arômes d’acacia et de fruits mûrs, est très gras mais d’une belle fraîcheur, aux notes de fruits confits, idéal sur, notamment, un Bleu de Bresse ou un crumble framboise et citron.
    Goûtez le Crémant blanc Chardonnay, médaille d’Argent au Concours des Vignerons Indépendants, avec des notes florales persistantes, idéal à l’apéritif ou sur un dessert. Rafraîchissant Crémant rosé AB (très jolie étiquette), de robe claire, tout en arômes, aux notes d’abricot et de fraise, un joli vin de mousseabondante, que l’on vous conseille sur un pavé de saumon aux épices ou des sushis.

     

    Avec le Riesling

    Pierre ARNOLD Pierre ARNOLD

    Pierre ARNOLD 


    Pierre et Suzanne Arnold
    16, rue de la Paix
    67650 Dambach-la-Ville
    Téléphone :03 88 92 41 70 et 06 08 03 36 33
    Email : alsace.pierre.arnold@orange.fr 
    Site : www.vins-pierre-arnold.fr

     

    Propriété familiale créée en 1711, transmise de père en fils. A partir de 1926, mise en bouteille au domaine. Les trois épis de blé représentés sur l’étiquette sont l’emblème de la famille Arnold. Pierre Arnold a repris le domaine familial en 1986, il représente la 8e génération. A 20 ans, après ses études, il a travaillé durant 4 années au Domaine Michel Voarick à Aloxe Corton. De cette période, il a gardé la passion des vinifications en pièces bourguignonnes. Avec son épouse Suzanne, ils exploitent 8 ha et élaborent une gamme de grande tradition en Agriculture Biologique.
    Superbe Riesling Grand Cru Frankstein 2017 Bio, au nez complexe, de bouche intense où dominent la rose, le musc et les fruits secs, d’une belle longueur, c’est un grand vin racé, très typé comme on les aime, parfait aussi bien sur des gambas flambées
    qu’avec des quenelles de volaille.
    Le Pinot Gris Grand Cru Frankstein 2016, riche et rond, est très fin, au nez subtil (fruits frais, amande), tout en persistance aromatique, d’une belle longueur.
    Beau Gewurztraminer Grand Cru Frankstein 2016, au nez délicat (acacia, narcisse, noix fraîche), est tout en rondeur en bouche, avec cette suavité caractéristique. Séduisant Pinot Gris Prestige 2016, d’une robe aux reflets or pâle, finement épicé, il est subtil et suave en bouche, où s’entremêlent les fruitset les fleurs fraîches, tout en persistance. Agréable Pinot Noir 2015, élevé en pièces bourguignonnes, aux notes de pruneau et de sous-bois, de bouche pleine et généreuse, aux tanins mûrs, de couleur pourpre, un vin de référence.
     

    Domaine BROBECKER Domaine BROBECKER

    Domaine BROBECKER 


    Pascal Joblot
    3, place de L'Eglise
    68420 Eguisheim
    Téléphone :06 87 52 80 72
    Email : joblot.brobecker@gmail.com
    Site : www.vins-brobecker.com

     

    Pascal Joblot a pris la succession de son beau-père Joseph Brobecker. Ici pas d’artifice, on vous recevra à la cave au milieu des fûts. Gîte de France 4 épis sur place.
    Excellent Pinot Noir 2017, d’une belle couleur grenat pourpre, très parfumé, harmonieux, au nez de mûre et de sous-bois, un vin bien corsé, comme ce Pinot Gris 2017, complexe, racé et charmeur, avec des nuances de fumé bien spécifiques, parfait sur les plats épicés.
    Joli Gewurztraminer 2017, suave et sec à la fois, un vin puissant et corsé, où s’entremêlent les épices et les fleurs fraîches, tout en bouche, de finale fraîche et dense. Plus complexe, le Gewurztraminer Grand Cru Pfersigberg 2016, riche, d’une grande maturité, développant des arômes de fruits secs et de petites fleurs, de bouche savoureuse, au nez puissant, finement épicé comme il le faut. Goûtez encore le Riesling Grand Cru Pfersigberg 2016, qui est tout aussi typé, de belle robe doré, subtil et suave, bien équilibré, de bouche parfumée, aux connotations de citron et de pomme.

    Paul FAHRER Paul FAHRER

    Paul FAHRER 


    Jean-Yves Fahrer
    3, place de la Mairie
    67600 Orschwiller
    Téléphone :03 88 92 86 57
    Email : vins@paulfahrer.fr
    Site : http://paulfahrer.fr

     

    Ce domaine familial constitué au fil du temps compte actuellement plus de 6 ha, repris par Jean-Yves Fahrer depuis 2009. La première mise en bouteille à la propriété date de 1950, et les premières bouteilles de Crémant d’Alsace sont élaborées à partir de 1980. Le vignoble situé principalement autour d’Orschwiller, est constitué de vieilles vignes de plus de 25 ans, sur plus de 60%.
    Belle réussite avec son Pinot Gris Vieilles vignes 2015, aux arômes de noix fraîche avec des dominantes d’amande et de pêcheen bouche, à la fois fin et charpenté, un beau vin typé, que l’on peut associer, notamment, avec un millefeuille de poireau et roquefort ou des escalopes de foie gras au pain d'épices. Joli Gewurztraminer Terroir du Haut-Kœnigsbourg 2015, de teinte délicatement dorée, aux notes discrètes de miel, de noix et de rose, qui allie fraîcheur et charpente, c’est un vin tout en arômes. Excellent Riesling Vieilles vignes 2015, avec cette fraîcheur florale doublée de nuances fruitées, aux senteurs de noisette et de rose, il est puissant, tout en finesse d’arômes au palais.
    On poursuit avec le Pinot Gris Les Frênes 2016, raffiné, rond en bouche, avec des arômes de fruits secs et d’agrumes, un vin généreuxfranc et bien typécomme le Gewurztraminer Coteaux du Haut Kœnigsbourg 2016, avec ces connotations subtiles où s’entremêlent les fruits blancs mûrs, les épices et les fleursfraîches, de bouche intense.
    Vous apprécierez également cet excellent Crémant d’Alsace blanc brut, de belle couleurfrais et fleuri, qui associe rondeur et persistance au palais, de mousseabondante et délicate, à déboucher aussi bien sur une tarte aux brugnons qu’avec un turbot sauce hollandaise, par exemple.

     

    Avec le Sylvaner

     

    Robert FALLER et Fils Robert FALLER et Fils

    Robert FALLER et Fils 


    Nicolas Faller
    36, Grande-Rue
    68150 Ribeauvillé
    Téléphone :03 89 73 60 47
    Télécopie : 03 89 73 34 80
    Email : sarlfaller@orange.fr

     

    Maison familiale depuis le XVIIe siècle et un vignoble en culture raisonnée (11 ha).
    Nous avons bien dégusté son Riesling Trottacker Vieilles Vignes 2016, très réussi, avec des notes d’agrumes bien typiques (pamplemousse), de bouche fruitée et vivace, tout comme le Muscat Kirchberg 2015, de jolie robe brillante, tout en distinction, au nez dominé par les fruits frais (poire, coing), tout en subtilité aromatique, très parfumé et chaleureux en bouche. Agréable Riesling Geisberg 2015, qui est classique, aux nuances complexes, fruitées et florales.
    Très beau Pinot Gris cuvée Bénédicte 2016, typé, est de jolie robe dorée, au nez riche et bien présent dominé par des notes de grillé et de fruits frais, tout en bouche, c’est un vin que l’on peut associer aussi bien avec un gratin de queues d'écrevisses que sur un canard laqué, par exemple
    Excellent Pinot Noir Réserve 2016, de robe violacée, parfumé (cassis, poivre et violette), puissant au nez comme en bouche, savoureux, persistant et d’excellente évolution, parfait avec des aiguillettes de bœuf braisées ou un foie de veau au bacon, et un joli Pinot Blanc Tradition 2016, au nez fleuri, avec ces nuances de petits fruits secs et de tilleul.
     

    Domaine René FLECK et Fille Domaine René FLECK et Fille

    Domaine René FLECK et Fille 


    Stéphane et Nathalie Steinmetz-Fleck
    27, route d’Orschwihr
    68570 Soultzmatt
    Téléphone :03 89 47 01 20
    Email : renefleck@orange.fr
    Site : www.renefleck.com

     

    Exploitation viticole familiale qui se transmet de père en fils depuis de nombreuses générations et en 1995, c'est Nathalie, la plus jeune des trois filles de René et Lucie, qui reprend le domaine après des études de viticulture et d'œnologie. Elle s'occupe notamment de la vinification des vins et, en 2002, son mari Stéphane vient l'épauler pour les travaux dans les vignes. Ils gèrent ensemble les 8,5 ha de vignes dont presque 4 ha en Grands Crus. Nouvelles étiquettes sur la gamme tradition.
    Vous allez adorer leur Gewurztraminer Grand Cru Zinnkoepflé 2016, où dominent des notes de pain grillé et de poire, allie puissance et distinction, d’une belle ampleur en bouche.
    Beau Pinot Gris Grand Cru Zinnkoepflé 2016, alliant des notes florales et fruitéesfranc au nez comme en bouche, un vin épicé, classique comme nous les aimons, de belle structure.
    Joli Riesling Grand Cru Zinnkoepflé 2015, avec cette fraîcheur florale doublée de nuances fruitées, aux senteurs de noix et de rose, puissant, tout en finesse, un vin qui mérite une cuisine raffinée comme des vols-au-vent aux fruits de mer ou une tarte aux asperges et saumon. Joli Pinot Gris 2016, de belle robe d’un doré brillant, très finement floral, subtil et suave en bouche, très élégant, d’une jolie persistance avec une note de fumé. Le Gewurztraminer Vendanges Tardives 2015, au nez de rose et de miel, de bouche onctueuse, c’est un grand vin qui nous a vraiment séduit, complexe à l’extrême, où les fruits confits prédominent, de garde. Goûtez aussi le Pinot Blanc 2016, d’une jolie finesse, avec cette pointe de fraîcheur et de fruité.

     

    Avec le Muscat

    Pierre FRICK et Fils Pierre FRICK et Fils

    Pierre FRICK et Fils 


    Jean-Pierre, Chantal et Thomas Frick
    5, rue de Baer
    68250 Pfaffenheim
    Téléphone :03 89 49 62 99
    Email : contact@pierrefrick.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/pierrefrick
    Site : www.pierrefrick.com

     

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. En 1970, le domaine est converti à la culture biologique, les premières applications de la bio-dynamie débutant en 1981.
    À partir de la récolte 1986, la mention Demeter est obtenue, et, depuis la récolte 2002, le vin n’est plus bouché avec du liège mais avec des capsules couronnes en Inox, pour éviter les déviations organoleptiques (saveurs et arômes) causées par les bouchons liège. Vinificationsans aucun additif, vendanges manuelles, levures indigènes, élevage sur lies durant 9 mois.
    Joli Gewurztraminer 2016 Macération, c’est un vin complexe, suave en bouche, réussi, de belle robe jaune soutenu aux reflets or, au nez complexe et puissant (acacia, fougère, pomme), de bouche parfumée et ample. Beau Pinot Gris Vorbourg 2016, il est dense, aux notes fruitées et florales intenses et complexes, très fondu, très flatteur. On est toujours sous le charme de ce Muscat Steinert 2016, de bouche bien fruitée, suave, finement bouqueté, un vin où la richesse s’associe à la distinction, à associer avec une tarte amandine ou un quatre-quarts aux pralines roses. agréable Pinot Noir 2016, pur vin sans sulfite ajouté, il offre cette couleur rubis, des arômes intenses où dominent les petits fruits rouges bien mûrs (groseille, mûre) et cette pointe d’épices délicate et persistante au palais.

    Domaine GRESSER Domaine GRESSER

    Domaine GRESSER 


    Rémy Gresser
    2, rue de l'Ecole
    67140 Andlau
    Téléphone :03 88 08 95 88
    Email : domaine@gresser.fr
    Site : www.gresser.fr

     

    Au sommet. “Je cultive la vigne selon la règle de nos ancêtres, précise Rémy Gresser. Je me sens paysan et artisan de la vigne.” Il est soucieux de transmettre aux générations futures le terroir, le solvivant, les vieilles vignes, le savoir-faire et la passion de la famille, vignerons de père en fils depuis le XVIe siècle. Ils protègent leur vignoble en privilègiant les moyens biologiques. Le Domaine, certifié AB par Ecocert et en conversion en biodynamie, possède de grands terroirs de schistesables et argile sur 10 ha 30 de vignes de 40 ans. Les Grands Crus sont très marqués par leurs terroirs : Kastelberg (schiste de Steige), Wiebelsberg (grès des Vosges), Moenchberg (calcaire fossilé).
    Remarquable Riesling Grand Cru Kastelberg 2016, de robe pâle, brillante et limpide, qui mêle la fraîcheur à l’élégance, il est d’une jolie complexité où l’on retrouve des connotations de citron, de musc et de lis.
    Le Pinot Blanc Saint-André 2015, est franc et fruité, fin et riche à la fois, avec des notes de pomme et de noisette, d’une très jolie finale.
    Formidable Gewurztraminer Grand Cru Mœncherg 2016, au nez de fumé typique, toujours très persistant et tout en finesse, d’une belle concentration aromatique, puissant au nez comme en bouche, il est à apprécier sur un bar en croûte de sel, par exemple. Le Muscat Brandhof 2017, de belle robe limpide, est très fin, complexe, au nez de petits fruits frais, très charmeur, est de bouche suave. Joli Riesling Grand CruMoenchberg 2015, tout en fraîcheur, tout en nuances, avec des notes d’agrumes et de fleurs, très persistant, un vin équilibré, d’une jolie finale. Le Riesling Duttenberg 2015 possède sa propre originalité, de bouche fraîche et souple à la fois, persistant, avec des arômes de fougère et de fruits frais, idéal, notamment, avec un canard sauvage au vinaigre de miel ou une galette à la truite.
    Superbe Pinot Gris Grand Cru Wielbelsberg 2015, de jolie robe dorée, aux arômes intenses, associant charpente et finesse, un vin très bien équilibré, ample en bouche, avec des nuances subtiles de noisette et de fruits blancs bien mûrs. Excellent Pinot Gris Brandhof, de robe jaune or, au nez de narcisse et de coing, avec une bouche très parfumée aux nuances florales, un vin riche et distingué, d’une belle finale, tout en fraîcheur.
    Joli Pinot Noir Clos de l’Ourse 2013, de couleur rubis, avec ces arômes intenses où dominent les petits fruits rouges bien mûrs (fraise, mûre) et cette pointe d’épices bien typique.

     

    Avec le Pinot Gris

     

    Domaine HAEGI Domaine HAEGI

    Domaine HAEGI 


    Haegi Daniel Earl
    33, rue de la Montagne
    67140 Mittelbergheim
    Téléphone :03 88 08 95 80
    Email : info@haegi.fr
    Site : www.haegi.fr

     

    Un vignoble familial de 9 ha qui fait partie des pionniers de la mise en bouteilles (depuis 1951). Ici, la taille est très courte et optimise le potentiel des lieux-dits en les vinifiant séparément. Vignes enherbées pour diminuer la vigueur des plants et labour sur l'autre rang afin de favoriser un enracinement en profondeur de la vigne. Apport de matière organique, tous les 4 à 8 ans, sous forme de fumier composté en fonction de l'état du sol des parcelles. La devise de Daniel Haegi est “nourrir le sol afin que le sol nourrisse la plante”. Le 2013 a été le premier millésime Bio.
    Voilà bien un superbe Riesling Grand Cru Zotzenberg 2017 Bio, toujours marqué par ce terroir d’origine marno-calcaire, où l’on retrouve des nuances de poire et d’amande, une cuvée de robe claire, tout en souplesse, très bien équilibrée, qui dégage des connotations de grillé en finale, associant finesse et structure, richesse et distinction, une grande réussite.
    Comme nous en avons l’habitude, le Sylvaner Grand Cru Zotzenberg 2017 Bio, est très subtil et parfumé, aux arômes de fruits frais, d’une belle finale, tout en nuances comme le Pinot Blanc 2017 Bio, 100% Auxerrois, parcelle de 43 ans, au nez subtil à dominante de fleurs blanches, de bouche fruitée et bien persistante. Le Riesling Brandluft 2017 Bio,issu de Vignes de 40 ans, est d’une belle persistance aromatique, à dominante de fleurs fraîches et de tilleul, il développe une bouche raffinée, il est particulièrement abordable, comme l’est cet autre Riesling Stein cuvée Prestige 2016, Vin Biologique, de robe dorée, d’une jolie finale aromatique, il est riche au nez, avec des notes de rose et d’aubépine, élégant et persistant, de bouche délicate.
    Les coups de cœur se poursuivent avec l’envoûtant Riesling Vendanges Tardives 2015 Bio, de bouche intense, très harmonieux, un vin qui a beaucoup de corps et de puissance, d’une grande expression aromatique marquée par des senteurs de fruits très mûrs et mielleuses, puis des notes briochées.
    Beau Pinot Gris cuvée Aline 2016 Bio (prénom de la fille cadette) tout en subtilité d’arômes,mêlant rondeur et nervosité, au nez de noisette, de bouche puissante et parfumée. Exceptionnel Gewurztraminer cuvée Prestige 2016 Bio, issu de vieilles Vignes de 45 ans, de bouche puissante et harmonieuse, tout en finesse, au nez minéral, bien marqué par des connotations d’agrumes associant souplesse et vivacité. Que dire encore de ce Gewurztraminer Vendanges Tardives 2015 Bio, au nez complexe et puissant, où s’épanouissent des nuances d’acacia, de fruits confits et de fleurs blanches, un vin très onctueux, très élégant.
    Pour les vins de mousse, on a le choix entre cet Emotion brut L’Excellence du Crémant d’Alsace, issu du cépage Chardonnay, vieillissement sur lattes de 30 mois, de mousse légère, d’une belle harmonie, tout en fruit et finesse, ample, aux nuances subtiles de pomme et de fruits secssuave, riche en bouche (agrumes, aubépine, amande…), très harmonieux, et le Crémant d’Alsace rosé, médaille d’Or Colmar, 100% Pinot Noir, avec ses notes de petits fruits mûrs, de mousse fine mais bien crémeuse, mêlant saveur et distinction.

    Vignoble André HARTMANN Vignoble André HARTMANN

    Vignoble André HARTMANN 


    Jean-Philippe Hartmann
    11, rue Roger Frémeaux
    68420 Voegtlinshoffen
    Téléphone :03 89 49 38 34
    Email : contact@andre-hartmann.fr
    Site : www.vins-andre-hartmann.fr

     

    Implanté à Voegtlinshoffen depuis 1640, le domaine est issu d’une longue lignée de vignerons qui avec passion ont constitué ce vignoble. La vigne est conduite dans les règles de la culture ancestrale excluant l’usage d’engrais chimiques, assurant un respect de l’environnement, on y conjugue tradition et modernité. Leur fils, Justin, vient d’arriver sur le domaine.
    Vous allez adorer comme nous ce grand Gewurztraminer Grand Cru Hatschbourg Armoirie Hartmann 2015, où s’entremêlent des notes d’amande et de bruyère finement poivrées, de bouche savoureuse, un vin tout en finesse et en arômes, mêlant souplesse et vivacité au palais, d’excellente évolution. A ses côtés, le Riesling Bildstoecklé Armoirie Hartmann 2016, de bouche persistante, avec ces notes de lis, de pomme et de rose fraîche, associant fraîcheur et rondeur, équilibrésuavetypé, parfait, notamment, sur des grenouilles à l'alsacienne ou un jarret de porc aux courgettes. Beau Pinot Gris Fleurs de Pierres 2016, tout en puissance aromatique, au nez de petits fruits frais, ample et persistant, classique et floral.
    Remarquable Pinot Gris Grand Cru Hatschbourg 2016, un vin que nous avons particulièrement apprécié, aux notes florales délicates, très marqué par ce terroir spécifique, un vin riche et sec à la fois, puissant au nez comme en bouche, au nez de fumé, qui associe le fruit à la charpente, opulent et d’une belle finale.
    Goûtez le Crémant d’Alsace brut rosé, avec une bouche dense et persistante où l’on retrouve la fraise des bois, un vin équilibré et savoureux, de jolie mousse, tout en fruité en finale.

    Famille HAULLER - La Cave du Tonnelier Famille HAULLER - La Cave du Tonnelier

    Famille HAULLER - La Cave du Tonnelier 


    Claude et Ludovic Hauller
    92, rue du Maréchal-Foch
    67650 Dambach-la-Ville
    Téléphone :03 88 92 40 00
    Email : claude@famillehauller.com
    Site : www.famillehauller.com

     

    La Cave du Tonnelier est le fruit d’une longue tradition artisanale. François Joseph Hauller (1775-1848) ainsi que tous ses descendants se sont entièrement consacrés aux tonneaux en bois. Léon (1913-2005) est le dernier Maître Tonnelier. Reprise d’un domaine situé à Soultzmatt, un terroir différent pour avoir une gamme encore plus large.
    Pour Ludovic Hauller, “2018 a été pour nous une année bénéfique où se sont insérées quantité et qualité. Nous avons de superbes Rieslings et ce millésime est totalement adapté aux Vendanges Tardives, millésime prometteur en Cave dès à présent. Les vendanges ont été particulièrement longues : du 27 Août au 11 Novembre.
    A partir du printemps 2019, nous vendrons les 2018 toutes appellations et les Vendanges Tardives 2016. En nouveauté, la gamme Héritage.”
    En attendant, vous allez aimer ce Gewurztraminer Grand Cru Zinnkoepflé 2015, d’une robe or jaune, qui dévoile un nez fruité avec des notes de pêche blanche et une bouche ample et miélée.
    Le Pinot Noir 2015, élevé en barriques, est d’une robe rouge cerise limpide, qui développe un nez de griotte mais aussi des parfums de cassis et de prune, une bouche fraîche aux tanins bien fondus, un vin que l’on accorde très bien avec une oie rôtie aux pêches et aux airelles ou des filets de truite saumonée aux champignons. Joli Pinot Blanc 2016, avec un nez séduisant, une bouche fraîche et suave, il est typé et fin.
    Il y a également l'Altitude 330, un assemblage de Pinot Gris et de Pinot auxerrois 2016, qui doit son nom au fait qu'il est situé dans la parcelle la plus haute du domaine, au-dessus du Grand Cru Winzenberg.
    Le Riesling Grand Cru Frankstein 2014, racé par ce terroir granitique, est d’une belle harmonie, tout en fruits et finesse, ample, il a des nuances de pomme et de fruits secs, de bouche parfumée et suave, tout en distinction. Joli Riesling 2016, de robe pâle, brillante et limpide, qui mêle la fraîcheur à l’élégance, d’une jolie complexité où l’on retrouve des connotations de citron, de musc et de lis, d’une belle finale comme le Gewurztraminer cuvée Léon 2015, ferme et suave en bouche, tout en harmonie et en fruité. Joli Pinot Gris Vendanges Tardives 2012, dense, il est particulièrement savoureux, aux connotations confites, de bouche profonde et persistante, et se savoure sur un carré de porc à l'ananas ou un clafoutis.
    On se fait encore plaisir avec ce Pinot Gris cuvée Léon 2015, très fin, ample, riche en bouquet (agrumes, aubépine, amande...), de bouche franche et le Pinot Noir 2014, d’une robe rouge cerise limpide, qui a un nez de griotte mais aussi des arômes de cassis et de pivoine. Le Gewurztraminer Grand Cru Frankstein2015, est d’une grande finesse, riche et sec à la fois, il est puissant au nez comme en bouche, à dominante de noisette et de lis, de bouche ample, vraiment charmeur.
    Excellent Crémant d’Alsace Prestige, Chardonnay, de jolie robe dorée, parfumé (agrumes, noisette), aux notes d’aubépine et de citron, parfait, par exemple, sur une salade de saumon frais aux pommes de terre ou un Kougelhopfle. Séduisant Crémant d’Alsace rosé, au nez de petits fruits mûrs, de mousse riche, il a une bouche dense où l’on retrouve la framboise. Découvrez les Gîtes et chambres d’hôtes sur place.

    HUBER et BLÉGER HUBER et BLÉGER

    HUBER et BLÉGER 


    Claude, Marc et Sébastien Huber et Franck Bléger
    6, route du Vin
    68590 Saint-Hippolyte
    Téléphone :03 89 73 01 12
    Email : domaine@huber-bleger.fr
    Site : www.huber-bleger.fr

     

    Un domaine familial de 27 ha certifié en Agriculture Durable depuis douze ans (Terra Vitis). A la tête du Domaine, Claude et son frère Marc ont remplacé Marcel, leur père, tandis que Franck a succédé à son oncle Robert. Sébastien, installé en 2005, est le premier représentant de la troisième génération. Le vignoble est presque exclusivement implanté sur des terroirs granitiques situés à Saint-Hippolyte et à Kaysersberg. Et c’est un choix qui privilégie la minéralité, la finesse et l’élégance des vins issus de ce type de sols.
    Vous allez aimer leur Crémant d’Alsace brut, 40% Pinot Blanc et 60% Chardonnay, parts égales de Pinot Blanc et de Pinot Noir, de robe or clair, alliant finesse et structure, aux connotations de fleurs d’acacia, de mousse délicate, il est bien équilibrée en acidité, tout en persistance d’arômes comme l’est le Crémantd’Alsace brut Rosé, 100% Pinot Noir, au fruité complexe, généreux et charmeur, très rond mais très fin. Excellent Muscat 2016, médaille d’Argent Colmar, 70% Muscat d’Alsace et 30% Muscat Ottonel, de bouche harmonieuse, avec des nuances délicates de pêche blanche et de fruits frais. Le Riesling Éclat du Terroir 2016, est un vin que nous connaissons bien, fondu, de bouche intense où dominent les agrumes et les fruits secs, d’une belle longueur, comme le Pinot Gris2016, médaille d’or Colmar, qui mêle intensité aromatique et persistance, avec des notes de fleurs blanches et de noisette, de belle bouche.
    En rouges, deux réussites : le Saint-Hippolyte rouge Pinot Noir 2016, aux nuances de fruits rouges à noyau fraischarnu et bien classique, tout en bouche, et le Saint-Hippolyte rouge Pinot Noir 2015, élevé en barriques, aux nuances délicates de fraise et de prune, de très bonne structure, tout en bouche avec un boisé fondu, chaleureux.

    Avec le Pinot blanc

     

    Jacques ILTIS & Fils Jacques ILTIS & Fils

    Jacques ILTIS & Fils 

     

    1, rue Schlossreben
    68590 Saint-Hippolyte
    Téléphone :03 89 73 00 67
    Email : jacques.iltis@iltis.fr
    Site : www.iltis.fr

     

    Un domaine de 12 ha de vignes, situé au pied du Haut Koenigsbourg. Ici on pratique exclusivement des vendanges manuelles. Pour respecter les différents terroirs du domaine, on privilégie des vinifications parcellaires afin que les vins puissent révéler toute leur typicité. L’élevage sur lies fines favorise la puissance et la complexité des vins.
    On ne peut qu’être admiratif de ce Riesling Grand Cru Altenberg de Bergheim 2016, sol argilo-calcaire rouge, riche en roches calcaires (l'exposition plein sud, l'éloignement du front vosgien et la forte pente favorisent un microclimat chaud et tempéré propice à la surmaturation), le tout donnant ce vin franc et fruité, fin et riche à la fois, avec des notes de pomme et de noisette, d’une très jolie finale. Le Pinot Gris Grand Cru Altenberg de Bergheim 2014, n’a rien à lui envier, c’est un vin dense et très parfumé, avec des notes fraîches, fumées et minérales à la fois, très marqué par ce terroir, comme sait l’être le GewurztraminerGrand Cru Altenberg de Bergheim 2014, à la robe intense, d’une grande persistance, un vin puissant, d’une longue finale, qui sent la poire et le musc, et mêle élégance et structure, un vin idéal, notamment, sur des crevettes ou un feuilleté de blanc de turbot.
    La dégustation se poursuit avec le Riesling Schlossreben 2014, à dominante de fleurs blanches et de citron, de bouche très fruitée et persistante, franchement très abordable, comme le sont également le Riesling Vieilles vignes 2015, qui est tout en structure et parfums, de bouche très subtile avec des notes d’amande, à la fois minéral et fumé, le Muscat d’Alsace 2016, de belle robe limpide, très fin, complexe, au nez de petits fruits frais, très bien équilibré, de bouche suave, parfait sur des asperges, et le Pinot Gris Sélection 2016, suave et sec à la fois, bien corsé, où s’entremêlent les épices et les fleurs fraîches, tout en bouche, de finale fraîche et fruitée. Goûtez l’incontournable Saint-Hippolyte rouge 2015, avec cette touche de fraise des bois bien mûre, souple et corsé à la fois. d’un beau grenat foncé, classique et bouqueté, que l’on débouche sur un gibier à plumes ou le Saint-Hippolyte rouge Vieilles vignes 2016, remarquable, de robe grenat intense, dégage des senteurs de prune et de pivoine, de bonne structure, gras, un vin de bouche riche et très équilibrée, d’excellente garde, à déboucher, par exemple, sur une potée de bœuf à l'alsacienne ou des pavés de sandre.

    Georges KLEIN et Fils Georges KLEIN et Fils

    Georges KLEIN et Fils 

     

    10, route des Vins
    68590 Saint-Hippolyte
    Téléphone :03 89 73 00 28
    Email : geoklein@wanadoo.fr
    Site : www.georgesklein.fr

     

    Le vignoble est réparti sur les communes de Saint-Hippolyte, Rorschwihr et Scherwiller aux terroirs réputés : Rorschwihr avec ses terres lourdes est le terroir de pé́dilection du Gewurztraminer, Scherwiller situé sur des sols graveleux est connu pour le Riesling, et Saint- Hippolyte et ses terrains granitiques et sablonneux conviennent parfaitement au Pinot. “Notre vignoble de 12,5 ha est certifié Haute Valeur Environnementale (HVE), et est conduit selon des méthodes respectueuses de l’environnement, il est enherbé et les traitements sont réduits au minimum par un suivi méticuleux de nos parcelles. Passionnés de botanique, nous maintenons des espaces sauvages et favorisons la croissance d’une variété rare d’orchidée sur l’une de nos parcelles. Plusieurs fois lauréat au concours des Crémants d’Alsace, c’est la fierté et la spécialité de la maison.”
    Pour Auguste Klein, “l’année 2018 a été, vraiment , une année inespérée, nous n’avons eu que de la sécheresse et aucune goutted’eau, et nous sommes surpris de ce magnifique résultat. Les vendanges ont débuté le 24 Août pour les Crémants et se sont terminées en Novembre. Les Gewurztraminers frisent les 17° et promettent de mémorables Vendanges Tardives, les rouges allient, aussi, toutes les qualités adéquates. Par ailleurs, la quantité, importante, nous a pleinement satisfaits.
    Un nouveau vin rouge 2017, vieilli un an en barriques, 100% Pinot Noir, sera mis en bouteilles en Juin 2019 sous le nom de Jean-Joseph.”
    Beau Gewurztraminer Dysnastia 2015, tout en persistance aromatique, de belle teinte jaune ambré, aux notes de noisette et de pomme mûre en bouche, à prévoir sur des crevettes sautées à la sauce piquante ou une tarte aux quetsches.
    Le Riesling Scherwiller 2016 est tout en arômes (amande, pêche, citron, narcisse...), très équilibréharmonieux en bouche, distingué, tout en subtilité, de robedorée. Savoureux Pinot Noir 2013, aux arômes de framboise mûre et de cannelle, riche et séduisant, aux tanins fondus, typé comme le Pinot Gris 2016, terroir sablonneux, qui est fin et complexe, un joli vin où s’entre­mêlent au palais les fruits, la bruyère et l’amande fraîche.
    Remarquable Crémant d’Alsace rosé, avec un nez complexe et persistant, dominé par les petits fruits noirs et la rose, de bouche mûre et crémeuse, de très belle teinte. Le Crémant d’Alsace brut, où l’on retrouve des notes de brioche et d’amande, un vin comme on les aime, franc, de belle teinte, typé, de mousseabondante. Gîte et chambres d’hôtes.

    Domaine Robert KLINGENFUS Domaine Robert KLINGENFUS

    Domaine Robert KLINGENFUS 


    Marie-Antoinette et Robert Klingenfus
    60, rue de Saverne
    67120 Molsheim
    Téléphone :03 88 38 07 06
    Email : alsace-klingenfus@wanadoo.fr
    Site : www.robert-klingenfus.com

     

    Cinq générations de passionnés : Guillaume Klingenfus s’installe à Molsheim en 1863, il acquiert les premiers arpents de vignes. Charles Klingenfus né en 1886, grâce à la qualité des vins produits, devient fournisseur officiel d'Ettore Bugatti constructeur de la célèbre marque à Molsheim. Antoine Klingenfus né en 1927, vraie cheville ouvrière, crée la marque Pur Sang avec le Gewurztraminer Bugatti en 1963. Robert Klingenfus né en 1959, développe les ventes à l'export, et est secondé, par Guillaume, 5e génération. “En 1998, précise Robert Klingenfus, j’ai adhéré à l’association Tyflo (viticulture raisonnée intégrée) et mis en pratique des mécanismes naturels pour élaborer des vins équilibrés avec l’empreinte : du millésime, et du terroir. Avec Guillaume, nous avons créé notre première cuvée de vin naturel sans sulfites en 2012. Nous avons investi dans une cave écologique, à faible production d’oxygène et de carbone. Aujourd'hui nous sommes certifiés HVE (Haute Valeur Environnementale) mise en place par l’Union Européenne pour une agriculture durable.”
    “L’année 2018 est marquée par mon arrivé en octobre sur le domaine, nous précise Guillaume Klingenfus, le fils de Robert, et surtout par un millésime exceptionnel, que nous allons proposer à la vente en 2019. Il est bien équilibré, riche, aromatique, d’une belle concentration et d’un agréable croquant.
    Nous avons fait le choix d’acquérir 7 ha afin d’apporter la totalité du domaine a 25 ha. Ce sont des terroirs en particulier (fleckstein, immerschenberg..), nous souhaitons donner une identité à nos vins, et développer des cuvées parcellaires. Nous avons aussi cette nouvelle cuvée “Complantation Terre Rouge”, composé à 30% de Riesling, 30% de Pinot Gris et le reste en Gewurztraminer.”
    On excite ses papilles avec leur Pinot Blanc Signature 2017, vif comme il se doit, intense au nez, de bouche savoureuse et complexe, avec des notes de fleurs et de fruits frais, à déboucher sur des noix de Saint-Jacques au fenouil ou une blanquette de saumon.
    Beau Gewurztraminer Signature 2017, où s’entremêlent des notes d’amande, de fruits mûrs et de bruyère, un vin harmonieux comme sait l’être le RieslingSignature 2017, franc et fruité, aux senteurs de pomme, de fumé et de fleurs blanches, de bouche persistante, avec des notes minérales en finale, que l’on retrouve également dans ce Pinot Gris Grand Cru Bruderthal 2016, tout en structure et parfums (genêt, pêche), de finale complexe, ample et persistante, un vin vraiment racé.
    Beau Riesling Grand Cru Bruderthal 2016, où la suavité s’allie à une fraîcheur d’une jolie intensité, avec des senteurs minérales et florales complexes, un vin qui s’accorde bien avec les crustacés. Quant au Gewurztraminer Grand Cru Bruderthaul 2015, il est riche, subtil au nez comme en bouche, de jolie robebrillante, au nez de fleurs et de miel, tout en complexité d’arômes, un vin épicé, très fin, très marqué par son terroir.
    Excellent Sylvaner Clos des Chartreux, marqué par son terroir calcaire à flanc de colline, développe des arômes d’agrumes et de petites fleurs, a des nuances de noisette et de poire au palais, un vin tout en bouche persistante et fine. Le Pinot Noir Signature 2015, aux arômes puissants de fruits noirs et de violette, un vin ample et très chaleureux. Le Crémant blanc, issu de cinq cépages (Pinot NoirPinot GrisPinot Blanc, Pinot ChardonnayRiesling), est une réussite, tout en finesse, aux notes d’aubépine et d’amande, de belle complexité aromatique, de mousse vive.

    Jean-Paul MAULER Jean-Paul MAULER

    Jean-Paul MAULER 


    Julien et Aurélie Mauler
    3, place des Cigognes
    68630 Mittelwihr
    Téléphone :03 89 47 93 23
    Email : vins.jpmauler@orange.fr
    Site : www.vins-mauler.fr

     

    Propriétaires récoltants, Julien et Aurélie Mauler représentent la troisième génération.
    Le domaine fut fondé en 1935 par Paul et Alice Mauler, avec 1,5 ha de vignes. A l'époque, la production était revendue en tonneaux à des négociants.
    C'est en 1960 que Jean Paul et Yvette, la seconde génération, commercialisent les premières bouteilles. Aujourd’hui, l’exploitation compte 7,5 ha de vignes, et le travail se fait dans le respect de la vigne et de son environnement. Les ventes se font à 90% auprès de la clientèle particulière.
    Voilà un superbe Riesling Grand Cru Schœnenbourg 2014, vignes de 40 ans, sur solargilo-marneux, riche en bouquetharmonieux, aux notes de fruits secs et de petites fleurs, réussi, c’est un vin de belle matière, parfait aussi bien sur une choucroute de poissons qu’avec une poularde de la Vallée d'Auge, par exemple.
    Leur Pinot Gris Grand Cru Mandelberg 2016, au nez de fumé, une belle association du fruit et de la charpente, avec de la vivacité en finale, et cette finessecaractéristique de ce sol calcimagnésique très particulier.
    Tout aussi typé, le Gewurztraminer Grand Cru Mandelberg 2016 est intense au nez comme en bouche, mêlant structure et distinction, avec ces notes d’épices alliées à des nuances de poire, de fumé et de narcisse.

     

    Avec les Vendanges Tardives

    Accords vins proposés :

    Maison PETTERMANN Maison PETTERMANN

    Maison PETTERMANN 

     

    9, rue Dieffenthal
    67650 Dambach-La-Ville
    Téléphone :03 88 92 42 01
    Email : contact@maison-pettermann.fr
    Site : www.vins-pettermann.com

     

    Vignerons de père en fils et descendant d’une longue tradition viticole, ils ont acquis au cours du temps une expérience qui est mise au service de la nature en respectant la vigne et la terre en élaborant passionnément les vins. Nichée en pleincoeur de l’Alsace sur le Piémont des Vosges, Dambach-la-Ville borde la route des vins. Le sol caractéristique est granitique, issu de la décomposition lente des éboulis et de l’érosion des massifs vosgiens protégeant le vignoble des excès de pluie. Les sols sont dynamisés grâce aux labours des rangs, à l’enherbement naturel et à l’apport de fertilisants organiques. Les vendanges sont manuelles, et l’épamprage ou la taille d’été et d’hiver permettent d’éviter les passages trop fréquents des machines.
    Remarquable Muscat Découverte 2017, typé, au nez complexe et puissant (fruits frais et mûrs), de bonne bouche parfumée, mêlant richesse et distinction. L’Auxerrois Découverte 2017 est tout en charme, mêlant finesse aromatique et ampleur au palais, avec des notes fruitées et délicates, tout en finale comme le Riesling Découverte 2017, typé et parfumé, un vin puissant, avec des arômes discrètement minéraux, de bouche légèrement citronnée, pleine d’élégance. Beau Pinot Gris Découverte 2017, complexe comme il se doit, au nez intense, un vin élégant, subtil et conséquent en bouche, où s’entremêlent les fruits et les fleurs fraîches. Le Gewurztraminer Découverte 2017, avec des dominantes d’amande et de coing, intense, distingué, tout en richesse aromatique, très bien équilibré, allie saveur et distinction au palais, et le Pinot Noir 2017, de couleur grenat, est un vin riche au nez, avec des connotations subtiles de cerise et d’humus.

    RUHLMANN-SCHUTZ RUHLMANN-SCHUTZ

    RUHLMANN-SCHUTZ 

     

    34, rue Maréchal Foch
    67650 Dambach-la-Ville
    Téléphone :03 88 92 41 86
    Email : vins@ruhlmann-schutz.fr
    Site : www.ruhlmann-schutz.fr

     

    De génération en génération, depuis 1688, le domaine s’est agrandi à près de 30 ha de vignes, dont une grande part de Grands Crus et lieux-dits, le savoir-faire des hommes s’est affirmé et la réputation des vins élargie. Christine et Jean-Victor Schutz, Laurence et André Ruhlmann, ont réussi à faire fructifier l’héritage légué par Jean-Charles Ruhlmann. Chambres d’hôtes.
    André Ruhlmann nous explique avec passion, “le bonheur de voir évoluer le Château Valmont, depuis notre acquisition il y a 4 ans. Nous nous sommes équipés de nouveau matériel, avons modifié certaines installations afin de travailler par gravité et ne pas perturber le raisin, afin de toujours améliorer la qualité des vins.
    Le vignoble est en Bio et nous bichonons nos magnifiques terroirs. Nous proposons le rosé 2017, qui est soyeux avec de beaux tannins. Le 2018 est magnifique, belle souplesse, texture moelleuse, sur la gourmandise. Nous avons également la cuvée signature rouge 2016, le vin est poivré, aux arômes de griottes, l’élevage d’un an en barriques de chêne français amène un côté torréfié et une belle puissance. La cuvée Aventure 2017, sur la fraîcheur, est un vin racé, soupleéquilibré, facile à boire.
    En ce qui concerne notre domaine en Alsace, nous avons fait une belle vendange 2018, la canicule à donné une belle couleursaumonée à nos Pinot Gris et une belle matière.
    Les Gewurztraminers sont épicés, poivrés, avec des arômes de fruits exotiques et de pain d’épices. Les Rieslings ont une belle minéralité, sur la fraîcheur, quant aux Pinots Noirs, l’été ensoleillé leur a donné une couleur rubis intense.”
    Comment résister à ce superbe Riesling Grand Cru Frankstein 2016, marqué par ce terroir granitique, riche en bouquet, avec ces connotations de rose, de noix fraîche et de petites fleurs, de bouche puissante et d’une longue finale.
    Le Muscat Grand Cru Frankstein 2016, est très typé, de bouche délicate dominée par des nuances d’agrumes mûrs et de narcisse, au même prix, le Pinot GrisGrand Cru Frankstein 2015, très racé, mêlant richesse et finesse en bouche, c’est un vin de jolie teinte dorée, au nez subtil de fleurs blanches et de fumé.
    Beau Crémant d’Alsace brut rosé Harmonie de Rosé 2016, de mousse très perlante et très persistante, riche, tout en bouche, où l’on retrouve des nuances de fraise et de prune, tout en finale comme le Crémant d’Alsace Extra brut Boisé des Dès 2016, d’une jolie mousse persistante, c’est une cuvée riche, où l’on retrouve des effluves de citron et de miel, fruitée au nez comme en bouche.
    Le Muscat Vendanges Tardives 2015, est un grand vin au nez expressif et puissant, de bouche très subtile avec des arômes de miel et de coing, d’une grande finesse, de jolie garde, un vin que l’on peut savourer avec un un turbot en filet, sauce pain d'épice ou un strudel aux pommes, et le Pinot Gris Vendanges Tardives 2015, ferme et parfumé, est frais et onctueux à la fois, aux notes florales intenses, de bouche profonde. Il y a encore l’excellent Riesling “Granit S” 2015, toujours fidèle à lui-même, au nez subtil de rose, d’une jolie persistance, un vin intense, très fin au palais.
    Le Gewurztraminer Grand Cru Frankstein 2016, au nez de fumé bien typique, persistant, alliant finesse et structure, et ce Pinot Gris cuvée des Amoureux 2015, tout en subtilité d’arômes, un vin associant rondeur et nervosité, au nez de noisette, de bouche puissante.

     

     

     

  • Pin it!

    MÉDOC : 10 VINS DE RÉFÉRENCE

     
     
    Château La MOULINEMOULIS Château La MOULINE

    Château La MOULINE 

    (MOULIS)
    Cédric Coubris - SAS Coubris JLC
    Chemin du Puy de Minjeon
    33480 Moulis-en-Médoc
    Téléphone :05 56 17 13 17 
    Email : cedric.coubris@chateaulamouline.com 
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaulamouline 
    Site : www.chateaulamouline.com 

    Jusqu’en février 1920, le Vicomte de Courcelles vivait avec sa famille sur le Domaine de La Mouline. C’est ensuite Ismaël Lasserre qui devint l’heureux propriétaire de ce domaine d’une superficie de 4 ha 70 ares et 37 centiares. Son fils André, assurera la succession et reprendra l’exploitation dans les années 40. Puis, sa fille Madeleine Lasserre, épouse de Jean Coubris en héritera dans les années 60, et ensemble, ils en assumeront la responsabilité jusqu’au 19 mars 1981. Et c’est avec passion que leur enfant Jean-Louis Coubris accompagné de ses fils Jean-Christophe et Cédric, assure la vinification pour perpétuer la tradition familiale. A ce jour, Cédric Coubris, continue l’exploitation de 22 ha de vignes sur les 25 ha de superficie de la propriété, certifiée HVE (Haute Valeur Environnementale) depuis 2017.
    “En suivant ma certification HVE, nous dit Cédric Coubris, j’ai commencé le biocontrôle, en 2018, qui est encore plus draconien en termes de restriction sur les produits à utiliser dans les vignes, par exemple, la Bouillie Bordelaise est interdite en biocontrôle. Le but de cela est de ne plus du tout avoir de résidus nocifs sur les raisins et ainsi d’avoir des raisins les plus sains possibles en utilisant des produits naturels. Le principe est de permettre à la vigne de se défendre d’elle-même face aux différentes attaques qu’elle peut subir pendant son cycle végétatif.”
    Grande réussite pour ce Moulis-en-Médoc Cru Bourgeois 2016, riche en couleurcorsé, complexe, harmonieux, qui sent bon les fruits mûrs à noyau et les sous-bois, de bouche opulente aux connotations épicées, un vin de belle charpente, de garde, bien sûr, comme le 2015, de robe intense, au nez complexe, c’est un vin ample, persistant, structuré, bien corsé, ample en bouche, aux nuances de cassis et de poivre, aux tanins fondus mais présents à la fois. 
    La cuvée L’Eminence de la Mouline 2016, une sélection des plus belles baies de la vendange et élevée dans 100% de barriques neuves, où s’entremêlent les saveurs de sous-bois et de groseille, de couleur pourpre, de bouche dominée par les épices (cannelle) et les fruits rouges cuits, dense, tout en finesse et distinction. Le 2015 est de couleur pourpre intense, a des tanins riches et savoureux, très parfumé (mûre, épices…), un vin alliant puissance et finessegras et intensité, idéal sur un chapon rôti ou une terrine de faisan aux fruits secs
    Goûtez aussi le Listrac de la Mouline, constitué par l'ensemble d'une parcelle, il est tout en souplesse, tout en fruité, très séduisant comme le Charme la Mouline, avec ces connotations de fruits surmûris et d’épices, c’est un vin de très bonne bouche, gras et charnu, aux tanins riches et harmonieux
    Agréable Cheval la Mouline, une nouvelle marque du Château La Mouline qui met en avant l'emblème de la propriété, aux arômes de fruits mûrs (cerise noire) et d’épices (cannelle), légèrement poivré, riche et coloré, de belle teinte pourpre
    Quant au Domaine de Lagorce de la Mouline, il est dominé par le cassis mûr, la violette et l’humus, de bouche ample.
    Château MAYNE LALANDELISTRAC Château MAYNE LALANDE

    Château MAYNE LALANDE 

    (LISTRAC)
    Bernard Lartigue
    7, route du Mayne
    33480 Listrac-Médoc
    Téléphone :05 56 58 27 63 
    Email : blartigue2@wanadoo.fr 
    Site : www.chateau-mayne-lalande.com 

    “Le terroir de Listrac, explique Bernard Lartigue, se décompose géologiquement de la façon suivante : 50% de la surface viticole est composée de graves garonnaises et pyrénéennes, et 50% de terre argilo-calcaire. Les Cabernets-Sauvignons, Cabernets francs et Petit Verdot sont plantés sur les sols les plus chauds, graveleux, avec des porte-greffes à cycles courts afin d’optimiser la maturité de ces cépages plus tardifs. 
    Les Merlots sont sur les sols argilo-calcaires où ils s’adaptent le mieux. Pour élaborer un très grand vin, le travail commence bien entendu à la vigne : une grande connaissance de son terroir, et de chaque parcelle, le respect du travail traditionnel au sol (enherbement, aération du sol pour faciliter la vie microbienne, charge de raisin limitée pour atteindre des rendements raisonnés…), des vendanges vertes, l’effeuillage manuel, l’apport de fumure à dose très homéopathique après analyses, pas d’apport de matière azotée...”

    Son Listrac Médoc 2016, de belle robe brillante, avec ces notes de framboise et de violette au palais, un vin savoureux, très classique, un vin gras et dense, au nez épicé, aux tanins présents qui commencent à se fondre, bien typé comme on les aime, d’excellente garde, comme le 2015, qui est d’une belle couleur profonde avec des arômes de fruits frais et de poivre, souple et ample en bouche, d’un bel équilibre, au nez complexe à dominante de prune et d’humus, aux tanins bien présents, d’une finale dense avec cette saveur d’épices. Le 2014, 60% Cabernet-Sauvignon, 30% Merlot, 5% Cabernet franc, 5% Petit Verdot, fort bien élevé en barriques (30% de barriques neuves) est riche en bouquet comme en matière, aux tanins équilibrés, complet, élégant, tout en bouche, aux nuances de cassis, de truffe et d’humus. Le 2013 est très réussi, élégant, aux taninsriches et veloutés à la fois, tout en finesse aromatique (cuir, groseille...), un vin de robe grenat soutenu, corsé. Le 2012, particulièrement savoureux, de belle robe pourpre soutenu, aux notes de framboise et de cannelle, est d’une grande harmonie, très parfumé, séveux, un vin généreux et persistant, parfait sur un curry de mouton ou un confit d'oie. Le 2011 (50% de barriques neuves) est tout en bouche, à dominante de rondeur, ferme, tout en nuances aromatiques(cerise noire, cannelle…), de très bonne évolution. Le 2010 (50% de barriques neuves), de bouche riche, aux senteurs de mûre et d’humus, aux taninséquilibrés, est gras, distingué, de bouche flatteuse et riche à la fois, où l’on retrouve le fumé et la cannelle en finale. Belles chambres d’hôtes. 



    Château DAVIDMÉDOC Château DAVID

    Château DAVID 

    (MÉDOC)
    Thierry Kerdreux
    40, Grand-Rue
    33590 Vensac
    Téléphone :05 56 09 59 09 et 06 89 16 07 70 
    Email : contact@chateaudavid.pro 
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaudavid 

    La maison du château date du XVIIIe siècle, elle a appartenu pendant 5 générations à la même famille de vignerons, avant d'être reprise en 2015 par 2 passionnés du vin : Isabelle et Thierry Kerdreux.
    Le vignoble de 16 ha est composé de 48% Cabernet-Sauvignon, 42% Merlot, 4% Cabernet franc, 3% Petit Verdot, 3% Cot, terroirsablo-graveleux majoritaires, limons argileux et affleurements calcaires selon les secteurs, dans un paysage doux et mollement vallonné, entre l'océan Atlantique et l'estuaire de la Gironde. Vinification selon les méthodes traditionnelles médocaines, et vieillissement de 12 à 18 mois en fûts de chêne.
    “Cette année a été une excellente année aussi bien quantitativement et qualitativement, nous dit Thierry Kerdreux, nous pensons même que nous aurons une qualité supérieure au millésime 2016 qui était déjà d’une qualité exceptionnelle. En 2019, nous avons à la vente les 2012, 2014, 2015 et 2016.“
    Vous allez apprécier son Médoc Les Hauts de David 2016, médaille d’Argent Lyon 2018, aux connotations complexes de griotte, de pruneau et de sous-bois, avec des tanins mûrs, de bouche veloutée et ample, auquel il faut laisser du temps pour s’exprimer au mieux.  Son 2015, de couleur cerise intense aux reflets pourpres, au nez distingué et persistant de fruits noirs et d'épices, aux taninsbien enveloppés, c’est un vin puissant, de belle matière. Le 2014 est de robe rubis, avec des arômes de fruits surmûris et de poivre noir, charnu, complexe, avec des saveurs intenses, de bouche généreuse. Excellent 2012, aux arômes de fruits mûrs (cassis, mûre) et de réglisse, un vin étoffécharnu en bouche, avec des nuances de fruits cuits à noyau et de cannelle, ample et franctypé, de couleur profonde, parfait avec, par exemple, un navarin de souris d'agneau ou des tendrons de veau aux champignons et à la tomate. 
    Goûtez également le château Les Abèdes 2015, très classique, au nez subtil et puissant, avec ses notes délicates de fruits rouges mûrs et de fumé, associe structure et élégance, un vin séducteur et distingué.
    Château LAYAUGA-DUBOSCQMÉDOC Château LAYAUGA-DUBOSCQ

    Château LAYAUGA-DUBOSCQ 

    (MÉDOC)
    Henri, Bruno et Hugues Duboscq
    1, rue Saint-Vincent
    33180 Saint-Estèphe
    Téléphone :05 56 59 30 54 
    Email : infos@haut-marbuzet.net 

    Henri Duboscq (voir Haut-Marbuzet) et sa sœur Anne-Marie se sont associés à Philippe Jorand dans ce vignoble de 12 ha qui s'étend sur les communes de Gaillan et de Queyrac.

    “On ne peut pas comparer le terroir de Layauga-Dubosq à celui de Haut-Marbuzet, nous explique Henri Duboscq. Ici, nous avons des sols d’argile. L’ambition de Ht-Marbuzet est la grandeur, l’ambition de Layauga est la gourmandise et le plaisir.
    Dans le Haut-Médoc on fait des vins un peu rustiques. De nos jours, avec le réchauffement climatique, l’inconvénient du terroir est un peu gommé, la chaleur permet aux raisins de bien murir. Château Layauga-Duboscq 2018 est un vin que l’on pourra boire peu de temps après la mise en bouteilles, ils seront succulents à déguster en 2020-2021. On doit toujours considérer le prix, par rapport à la qualité. On peut se régaler avec des vins du Château Layauga-Duboscq à 12 euros, c’est appréciable ! On ne peut commenter les vins sans parler des prix ! Ce sont des vins à boire assez jeunes, même si pour gommer la rusticité des vins du Haut-Médoc, je pratique un élevage “à la bourguignone” avec bâtonnages en remettant les lies en suspension, c’est un élevage onéreux mais cela en vaut vraiment la peine !
    Château Layauga-Duboscq 2016 est d’une belle constitution vineuse alors que le 2017 est plus marqué par la distinction, l’élégance. Dans mon élevage, je privilégie le fruit, ici, les merlots et les petits verdots donnent de la rondeur au vin. 2016 aura une longévité supérieure au 2017. Ce sont des vins de convivialité, des vins de plaisir. Les grandes appellations ont une vocation un peu plus cérébrale et, le Médoc, est plus axé sur les vins-plaisir. Nous sommes attachés à la culture de la vigne puisque, dans les deux propriétés, sans être Bio, j’ai supprimé un traitement anti pourriture, je l’ai remplacé par un traitement par confusion sexuelle, je laboure 90 % des sols des deux propriétés pour ne plus désherber, j’observe une vigilance et une évolution vers le respect absolu de l’environnement.”

    Une vraie gourmandise, en effet, que ce Médoc cuvée Renaissance 2016, 50% de barriques neuves, de bouche délicate, charpenté et équilibré, parfumé (griotte, humus...), c’est un vin intense au nez, ample en bouche, velouté, bien classique de ce très grand millésime bordelais. d'un beau rouge profond, de garde, bien entendu. 
    Le 2015, a une belle robe rubis foncé, un vin représentatif de ce grand millésime, très parfumé au nez (griotte, fumé), tout en distinction, aux nuances de cassis et de sous-bois au palais, tanins soyeux mais denses, belle garde.
    Excellent 2014, ample, de robe grenat intense, aux senteurs de prune et de mûre, de bouche très équilibrée, un vin bien caractéristique de ce millésimemédocain, qui mêle structure et rondeur. Le 2013, de robe pourpre soutenu, parfumé, séveux, est généreux et persistant en bouche. Le 2012, tout en arômes, de bouche bien corsée, de couleur intense, allie rondeur et puissance, une très bonne structure et des arômes de fruits cuits et d’épices en finale. Le 2011, où l’élégance prime, est un vin qui mêle fermeté et délicatesse, au nez où dominent la fraise des bois mûre et les épices. Le 2010, parfumé, typérond mais de jolie charpente, avec des connotations de fraise des bois et d'épices, tout en bouche, où se décèle une jolie finale corsée au palais. Le 2009, d’un beau rouge profond, riche en fruirouges et noirs, ample et structuré, tout en persistance d’arômes, tout en bouche, est à la fois puissant et gourmand. Excellent 2008, tout en couleur et en matière, au nez de griotte et de fumé, aux tanins mûrs, de belle couleur, parfumé, bien structuré, généreux comme ce 2006, de jolie robegrenat, aux arômes de fruits rouges, d’épices, de gibier, aux tanins bien enrobés, et le 2005, premier millésime, de bouche corsée et souple, qui développe un nez intense, marqué par des notes de petits fruits rouges à noyau, tout en arômes.




    Château de PANIGONMÉDOC Château de PANIGON

    Château de PANIGON 

    (MÉDOC)
    Georges Dadda
    1A, route d'Escurac
    33340 Civrac-en-Médoc
    Téléphone :05 56 41 37 00 et 06 86 18 63 85 
    Email : dwl.france@orange.fr 
    Site : www.chateaudepanigon.fr 

    Le vignoble, 45% Cabernet-Sauvignon, 50% Merlot et 5% Petit Verdot, se situe sur des croupes de graves dignes des meilleurs terroirs du Médoc et bénéficie des influences atlantiques de l’Océan tout proche, et de la présence de l’Estuaire de la Gironde, créant ensemble les conditions climatiques favorables au développement des cépages et à la bonne maturité des raisins
    Vendanges manuelles et mécaniques avec tri sélectif par parcelle, élevage en barriques durant 12 à 18 mois, 100%, dont 33% neuves chaque année.  

    Pour Georges Dadda, “la vendange 2018 a été très saine, les raisins bien mûrs vont donner un millésime exceptionnel, le plus réussi de ces dix dernières années.
    Les vins ont beaucoup de mâche, de fruits, d’arômes, quant au volume, il est identique à celui des années précédentes.
    Nos ventes, cette année, se portent sur les 2015, 2016 et le nouveau Médoc “L’Amour cuvée Cupidon” 2016 !”

    Typé, velouté, son Médoc Cru Bourgeois 2016, tout en bouche, au nez complexe et délicat (cassis mûr, cuir), mêlant puissance et finesse, un vin riche et bien charnu comme on les aime, d’une finale très élégante et veloutée, d’excellente évolution. 
    Beau 2015, d’une robe rouge cerise limpide, qui développe un nez de griotte mais aussi des arômes de cassis et de pivoine et une bouche fraîche aux taninsriches, un vin avec des notes spécifiques et persistantes de mûre et de poivre, de bouche pleine, de garde. Le 2014, où se développent des connotations de mûre, de groseille et de fumé, il est corsé mais velouté, avec cette bouche puissante en finale.
    Son Médoc Cru Bourgeois Château Amour 2016, 50% Merlot, 45% Cabernet-Sauvignon et 5% Petit Verdot, élevage de 6 à 8 mois 100% en barriques, est de couleur intense, aux tanins puissants et mûrs, au nez complexe où dominent les fruits cuits, alliant structure et élégance en bouche, c’est un vin chaleureux et bien charnu comme il le faut, qui demande encore un peu de patience, quand le 2015, aux connotations complexes de griotte, de pruneau et de sous-bois, a des tanins mûrs, une bouche dense, veloutée et ample.
    Château ST ESTEPHESAINT-ESTÈPHE Château ST ESTEPHE

    Château ST ESTEPHE 

    (SAINT-ESTÈPHE)
    Arnaud SA
    Leyssac
    33180 Saint-Estèphe
    Téléphone :05 56 59 32 26 
    Email : vignobles.arnaud@orange.fr 
    Site : www.chateaustestephe.com 

    Créé par un ancêtre de la famille Arnaud, ce domaine vit le jour vers 1870. Petite propriété familiale qui voit son développement depuis plusieurs générations par la famille Arnaud. 
    Le vignoble est regroupé autour des villages de Leyssac, la Marquette, Laujac, sur terroir de graves argileuses dominantes, graves fines, sableuses et argilo-calcaires formant une bonne complémentarité. 
    Encépagement : 55% Cabernet Sauvignon, 35% Merlot, 5 % Cabernet franc, 5% Petit Verdot. Vendange manuelle, ramassage en caissettes, vinificationtraditionnelle, égrappage total, tri séléctif sur table vibrante, contrôle des températuresremontages fréquents macération longue. Vieillissement en fûts de chêne pendant 12 mois, jusqu’à 25% de barriques neuves.
    Coup de cœur pour ce Saint-Estèphe Château St-Estèphe 2016, gras, parfumé, classique de ce grand millésimecorsé, au nez de cassis et de cuir, avec des tanins riches et veloutés à la fois, tout en charpente, d’excellente garde. Beau 2015, de belle couleur grenat, intense, corsé, velouté, très parfumé, avec des notes subtiles de sous-bois, de framboise et de truffe, aux tanins fermes mais souples, tout en bouche. Beau 2014, où s’entremêlent des notes de cassis et de cannelleharmonieux, riche et parfumé, très équilibré et de belle matière, à savourer sur un coq au vin ou un filet d'agneau aux échalotes confites. Le 2013, souple et charnu à la fois, est un vin aux notes de pruneau et de truffe, de couleur soutenue, aux nuances de fruits cuits en bouche, et commence à très bien se goûter.
    Château TOUR-DU-ROCHAUT-MÉDOC Château TOUR-DU-ROC

    Château TOUR-DU-ROC 

    (HAUT-MÉDOC)
    Philippe et Emmanuel Robert
    1, rue de l'Église
    33460 Arcins
    Téléphone :05 56 58 90 25 
    Email : tourduroc@wanadoo.fr 
    Site : www.chateautourduroc.fr 

    Situé à 4 kms au Nord de Margaux, le vignoble du Château Tour-du-Roc, propriété de la famille Robert depuis plusieurs générations, s’étend sur douze hectares de croupes graveleuses très bien exposées. L’encépagement se compose de 50% de Merlot et 50% de Cabernet-Sauvignon. L’exploitation a conservé des méthodes traditionnelles de travail : taille Guyot double sans désherbage chimique, vendanges manuelles. 
    La vinification est effectuée selon la tradition médocaine avec une cuvaison de trois semaines. L’élevage en fûts de chêne pendant douze mois est suivi d’un filtrage léger lors de la mise en bouteilles, laquelle a lieu au Château; autant d’atouts qui confèrent à ce Haut Médoc une grande qualité et une bonne aptitude au vieillissement. 
    “Cette année, nous dit Philippe Robert, nous commercialisons le 2014, 2015, et le 2016 arrivera au quatrième trimestre. C’est un excellent millésime qui est charpentélong en bouche, très fruité, il est vinifié un an en barriques.”
    Voilà un superbe Haut-Médoc 2016, qui sent la groseille mûre et le poivre, de robe grenat, riche, aux tanins puissants et soyeux à la fois, au nez intense, complexe, d’une belle finale aromatique aux nuances de fruits cuits, un vin fondu mais puissant en bouche, de garde. Le 2015 sent les petits fruits cuits, mêlant puissance, typicité et souplesse, de robe grenat soutenu, très aromatique en bouche, avec des nuances de cassis, de musc et de fumé, complet, charpenté et persistant, de garde naturellement. Le 2014, de très belle matière, aux connotations de cerise, de sous-bois et d’épices, un vin puissant mais déjà charmeur, qui mêle richesse et souplesse, généreux, de fort belle évolution, que l’on peut apprécier, par exemple, avec des aiguillettes de canettes aux fèves ou un chou farci aux châtaignes et au foie gras.

    Château FOURCAS-DUPRÉLISTRAC Château FOURCAS-DUPRÉ

    Château FOURCAS-DUPRÉ 

    (LISTRAC)
    Patrice Pagès
    213, Fourcas-Est
    33480 Listrac-Médoc
    Téléphone :05 56 58 01 07 
    Email : info@fourcasdupre.com 
    Site : www.fourcasdupre.com 

    C'est avec Alex Laffont, œnophile éclairé et ami de toujours, que Guy Pagès rachète, le 24 Novembre 1970, les 2000 parts de la Sci et en devient le gérant. D’importants travaux sont alors engagés pour en faire l’une des valeurs sûres de son appellation. Listrac-Médoc est l’une des six appellations communales du Médoc…. 

    En effet, voilà un remarquable Listrac Médoc 2016, associant couleur et matière, au nez complexe à dominante de prune et de griotte, aux tanins présents, est de bouche ample avec cette saveur d’épices persistante. Le 2015, de couleur prononcée, aux tanins mûrs, est corsé, avec ce nez de fruits surmûris et d’humus, de bonne bouche, bien persistant en finale, à dominante de fraise des bois cuite et d’humus. Le 2014, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de fruits rouges mûrs, est un vin structuré, d’une bonne longueur en bouche, riche, très complexe. Excellent 2013, au bouquet de cassis et d’humus, un vincharmeur, de jolie structure, très parfumé en bouche, très fin, aux saveurs intenses à dominante de fruits macérés. Goûtez le Listrac Médoc cuvée Hautes Terres 2014 (belle étiquette orange, version contemporaine du grand vin), avec de la charpente, aux senteurs de griotte et d’humus, subtilement poivré en finale. Quant au Bordeaux Grand vin Blanc Sec 2016, de robe jaune d’or, il est riche au nez, d’une jolie complexité d’arômes où l’on retrouve des notes de noix, de citron et de pêche.
    Château Le BOURDIEUMÉDOC Château Le BOURDIEU

    Château Le BOURDIEU 

    (MÉDOC)
    Guy Bailly
    1, route de Troussas
    33340 Valeyrac
    Téléphone :05 56 41 58 52 
    Email : guybailly@lebourdieu.fr 
    Site : www.lebourdieu.fr 

    Vignoble de 38 ha plantés sur un sol de formation caillouteuse mêlée de sable et d’argile (c’est ce que l’on appelle des croupes). Construit vers 1830 par Philippe Delacourt, reconnu Seigneur du Bourdieu, dans le style architectural des maisons de maître du XIXe siècle, le Château apparaissait déjà dans la 2e édition du Féret (1878) ainsi que dans la 1ère classification des Crus Bourgeois de 1932.
    Beau Médoc 2016, tout en arômes et structure, d’une belle ampleur, bien structuré, un vin qui sent la fraise des bois et l’humus, aux tanins fermes et soyeux à la fois, d’une finale complexe, de garde, bien sûr. Le 2015, 50% Cabernet-Sauvignon, 50% Merlot, vieilles vignes de 35 ans, élevage 12 mois en barriques de chêne, vraiment remarquable, de robe grenat intense, équilibré, aux notes de cassis bien mûr, avec des nuances fumées, puissant, corsé, un vin qui commence à se fondre. Le 2014 est un vin aux tanins présents, intense en bouche, marqué par son terroir, au parfum de cerise et de sous-bois, d’excellente garde. Le 2013 est charmeur, au nez délicat de petits fruits rouges mûrs (cassis, mûre) et d’humus, aux tanins soyeux, à la fois puissant et fin, un joli vin mêlant rondeur et structure, où l’élégance prédomine. 
    Le 2012, charnu, est riche en matière, aux tanins équilibrés, où se mêlent la mûre et le cassis, ample et solide, de bouche riche et corsée, de garde. 
    Le 2011 est excellent, d’un beau rouge profond, concentré et fruité, avec des tanins souples, et un nez où dominent la groseille et la prune, avec une touche poivrée. 
    Le 2010, caractérisé par un nez complexe (cassis, épices...), réunit puissance et souplesse, riche et fin, typécharnu, de bouche pleine.
     
     

    Château La GALIANEMARGAUX Château La GALIANE

    Château La GALIANE 

    (MARGAUX)
    Christiane Renon
    14, rue Alfred de Luze
    33460 Soussans
    Téléphone :05 57 88 35 27 
    Email : scea.rene.renon@wanadoo.fr 
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaulagaliane 
    Site : www.scea-rene-renon.com 

    A la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, ce qui vient récompenser un formidable rapport qualité-prix-typicité.
    Le Château doit son nom au Général Anglais Galian qui depuis ce lieu commandait les troupes anglaises pendant l'occupation de l'Aquitaine au XVe siècle. Exploitation familiale depuis plusieurs générations, plantée de 50% de Cabernet-Sauvignon, 45% de Merlot et 5% de Petit Verdot, ce qui présente un parfait équilibre, classique et traditionnel de l'appellation Margaux. Le vignoble est réparti sur des croupes de fines graves
    “La vendange 2018 s’est effectuée par un temps formidable, très chaud, nous raconte Christiane Renon. Les raisins étaient très sains. Nous avons échappé au mildiou grâce aux soins apportés et, grâce à cela, la récolte était très jolie. Les degrés sont assez élevés, c’est d’ailleurs ce qui caractérise ce millésime. Jolies couleurs soutenues, Vins très fruités, très agréables, les tanins sont bien ronds
    Château La Galiane 2017 : les Vins sont plus souples, moins charpentés, moins structurés que le 2018, c’est un vin qui sera agréable à déguster un peu plus tôt car le 2018 a plus de potentiel de garde, il faudra l’attendre. Château La Galiane 2016 : les Vins sont très ronds, très soyeux, des Vins “velours”, des Vinstrès équilibrés avec de la complexité, un bon potentiel de garde. Je compare le 2015 au 2005 et le 2016 au 2006. C’est grâce au travail assidu dans les vignes que nous obtenons des Vins d’excellence. J’ai une équipe formidable qui suit le vignoble, nous faisons une taille sévère, beaucoup d’ébourgeonnage, d’effeuillage, travail du sol, maîtrise des rendements, le secret est là !“
    Vous serez accueilli par sa charmante propriétaire pour y déguster ce Margaux 2016, c’est un vin puissant et structuré, au bouquet subtil et intense à la fois, un vin qui développe des arômes séduisants de cassis et de sous-bois, avec des tanins très bien équilibrés, qui mérite d’être conservé pour profiter de son potentiel. Remarquable Margaux 2015, coloré, d’une jolie robe rouge sombre, au bouquet ample, riche, aux senteurs de réglisse et de mûre, aux tanins bien fondus, de bouche dense où s’entremêlent des nuances de cerise noire et d’humus. Le 2014, de couleur pourpre soutenu, riche mais très élégant, très savoureux, intense au nez comme en bouche (fraise des bois, épices), avec une structure très équilibrée et fondue, de très bonne garde. Savoureux 2013, de robe profonde, riche et complet avec des notes de réglisse et de cassis, un vin flatteur, rond, ample, avec des tanins soyeux. Le 2012, typé, est racé, de robegrenat soutenu, qui allie une belle structure à une jolie souplesse, tout en nuances d’arômes avec des connotations de prune, de violette et de pruneau, de bouche chaleureuse dominée par la fraise macérée, à déboucher, par exemple, sur une épaule d'agneau braisée ou un fricandeau de veau à l'ancienne. Le 2011 est vraiment remarquable, aux notes de prune mûre, un vin puissant, très savoureux, de bouche fondue où domine le pruneau confit, d’excellente évolution, que l’on peut commencer à servir sur des feuilletés aux morilles. Très beau 2010, riche en bouquet comme en matière, tout en bouche avec des nuances de fruits noirs compotés, aux tanins équilibrés, complet, de garde. Le 2009 est puissant au palais, aux tanins mûrs, un vin qui sent bon la groseille mûre et l’humus, tout en rondeur, de bonne charpente, structurée et fine à la fois, de très bonne garde, à déboucher sur un carré d'agneau à l'ail. Le 2008 est tout en couleur et en matière, au nez de griotte et de fumé, riche et gras, intense, d’un bel équilibre, un vin aux tanins bien présents mais soyeux.
    Il y a également son autre Margaux Château Charmant, dont le vignoble de 5 ha est planté sur des croupes de fines graves, qui possède des ceps de vignescentenaires, la culture se fait par une fertilisation réalisée à base de fumure organique. Superbe 2016, au nez complexe où dominent la fraise des bois mûre et l’humus, il est très bien élevé, de robe profonde, c’est un vin corsé et gras, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime séducteur. Le 2015, de très bonne bouche, est bien charnu, aux tanins harmonieux, avec des nuances de fruits surmûris et d’épices, de belle couleur cerise noire, riche et velouté au palais avec de la personnalité. Le 2014 est un vin qui révèle un bouquet de notes épicées et poivrées, ample en bouche avec des tanins denses et veloutés, d’une finale persistante. Joli 2013, qui a de puissants arômes de fruits noirs, un vin bien charpenté, aux tanins mûrs, à la fois riche et souple, d’une belle finale. Le 2012, de bouche classique, structuré, avec ses tanins ronds et riches, avec ces notes de mûre et de cassis en finale, un vin qui allie finesse et charpente, aux tanins denses et soyeux

  • Pin it!

    Région par région, les meilleurs millésimes à boire aujourd'hui

    En Alsace, les derniers millésimes sont savoureux, les 2014, 2012 et 2011, les grands 2O16, 2015, 2010 et 2009, le millésime 2008 est nettement plus réussi que le 2007, particulièrement difficile (il y a de rares exceptions), les 2006, 2005, 2004, 2002 et 2001 suivent, le 2003 a été plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2011, 2009, 2006, 2004, 2001, 2000, 1997 ou 1989).

    En Bourgogne, aux côtés d’une très belle séquence qui comprend les millésimes 2016 à 2009, le 2008 est assez délicat (remarquable en blanc), le 2007 très minéral, en blanc (très beaux Chablis) comme en rouge, ces derniers largement supérieurs au 2006. Les millésimes 2004, 2003, 2002, 2001, 2000 et 1999 sont très savoureux. Exceptionnels 2008 et 2004, dans la lignée du 2000, dans les deux couleurs, qui côtoient donc un 2003 atypique, comme 2005.

    En Beaujolais, pour les crus, les vins sont très bons, du 2016 au 2009, le 2008 est assez réussi, le 2007 a été très difficile à maîtriser, le 2006 est excellent, le 2005 très typé, le 2004, dense et très aromatique, et le 2003, trop mûr, beaucoup moins intéressant.

    Pour Bordeaux, globalement, les meilleurs à boire actuellement : 2012 (mais il a du potentiel), 2011, 2008, 2007, 2006, 2004, 2002 et 2001. Ceux qu’il faut encore attendre : 2016, 2015, 2010, 2009 (mais déjà formidable), et 2014, néanmoins plus rapide à boire. Le 2013, si les prix sont vraiment plus accessibles. Les plus décevants, car trop “chauds”, atypiques : 2005 et 2003.

    Il y a bien sûr une différence entre les vins de la rive droite (ceux du Libournais) et ceux de la rive gauche (Médoc et Graves). On retrouve des “paires” de millésimes où la qualité est inversée : le 2005 est bien meilleur que le 2006 à Saint-Emilion et c’est le 2006 qui prime en Médoc. Il y en a d’autres, notamment 2003-2002...

    - Dans le Médoc, misez sur les 2014, 2012, 2011, 2010, 2009, 2007, 2006, 2004 et 2002 (supérieur au 2003), voire 2001, très classiques, et faites-vous toujours plaisir avec les 1999, 1996 ou 1990. En parallèle, les prix très exagérés de certains vins renommés sont difficilement cautionnables, surtout pour les 2013 et 2005.

    - Pomerol. Structure, charme, intensité, distinction, les plus grands vins de Pomerol sont particulièrement sensibles et marqués par leurs sols, très diversifiés. Ici, nul besoin de s’escrimer à vouloir abuser de la barrique neuve ou d’une surconcentration pour faire un grand vin, c’est le terroir qui prime, et signe la distinction. Les 2015, 2014, 2011, 2010, 2009, 2007, 2006, 2004, 2003 et 2002 sont très savoureux (le 2002, peut-être même supérieur), le 2001 remarquable, plus fin, le 2000 parvient à maturité. Le 2013 se maintient, certes beaucoup moins intéressant que le 2012. Plus anciens, les grands font la différence, comme le 1995, voire le 1990.

    - À Saint-Émilion, les 2014 et 2011 sont très classiques et charmeurs, comme le 2007. Le 2013 n’a pas beaucoup d’intérêt. Beaux millésimes 2016, 2015, 2010 et 2009, le 2008 un ton en-dessous, 2006, 2004 et 2001, éclipsés à tort par le 2005 ou le 2003. Quelques crus ont remarquablement réussi le 2003, d’autres beaucoup moins, notamment ceux qui sont trop “confiturés”. Débouchez les millésimes 2007 à 1990 en ce moment, et notamment le grandissime 1995. Certaines bouteilles de 1994 et 1993, notamment, sont surprenantes d’évolution. Un certain nombre de crus pratiquent des prix qui ne sont pas justifiés. Certains se flattant ici d’élever des cuvées très “spéciales”, il faut plus que jamais tirer un coup de chapeau aux propriétaires de talent qui élèvent les véritables grands vins de Saint-Émilion, satellites compris, du plus grand des grands crus au plus modeste.

    - Dans les Graves, les blancs 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2011, 2010, 2009, 2008, 2006, 2005, 2004, 2001, 2000, 1998 ou 1997 sont excellents. Des crus réellement exceptionnels, issus des territoires de Pessac, Martillac, Léognan, mais aussi ceux de Podensac ou Portets, certains d’entre eux, dans l’appellation Pessac-Léognan comme dans celle des Graves, bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir. C’est le berceau des beaux vins blancs de la région bordelaise, aux côtés de rouges puissants et typés, si l’on frappe à la bonne porte. Attention néanmoins à des prix incautionnables de certains vins de Pessac-Léognan.

    - Dans les Côtes ou Bordeaux Supérieur, on peut acheter les millésimes 2016, 2015, 2014, 2012 à 2006, avec l’opportunité des excellents 2012, 2011 et 2008. Les meilleurs tiennent la distance avec les millésimes 2006 ou 2002.

    - Pour Sauternes, privilégions la finesse au côté sirupeux, préfèrons la fraîcheur à la liqueur. Ici, les millésimes 2016, 2011 et 2007 sont formidables, dans la lignée du 2001. Plusieurs millésimes, en dehors du 2002 (où le plaisir est bien rare), comme les 1999 ou 1998 sont de toute beauté. Les 2006, 2005 et 2003 sont réussis, les 2012, 2005 et 2003 certainement moins intéressants, et le 2004 particulièrement savoureux et classique. Quant au 2013, les très rares vins savoureux vont se compter sur les doigts, même si ceux qui les ont réussis offriront de beaux vins...

    En Champagne : Il y a de grandissimes bouteilles millésimées (ou incorporant ces millésimes) 2008, 2007, 2006, 2004 ou 2002, et, pour les plus récents, en 2011, 2010 et 2009, dont le potentiel est garanti (le 2003 moins passionnant, trop “rôti”) et certains vieux millésimes (1998 et 1995, notamment) sont remarquables de fraîcheur et prouvent le potentiel d’évolution des meilleures cuvées. On trouve de remarquables vins, millésimés ou non, à des prix très justifiés, dans toute la gamme, comparativement à d’autres appellations, et on comprend le succès mérité de la région.

    On a la chance d’accéder au summum de la finesse, qui sait aussi s’associer à la complexité. Le terroir, les sols ont toute leur importance en Champagne, apportant une spécificité réelle et différente selon que l’on se trouve à Cramant ou à Épernay, à Aÿ ou à Bouzy, dans l’Aube ou la Marne. À cela s’ajoute la proportion des cépages, et chaque maison, cave ou vigneron, possède alors les facultés de créer véritablement une cuvée légère ou puissante. Et puis, ce qu’il ne faut pas occulter pour comprendre la différence entre une grande cuvée et une autre, ce sont, outre l’art fondamental de l’assemblage que signe la main de l’homme, les incontournables vins de réserve, que l’on ajoute à des vins plus jeunes.

    Attention aussi aux nombreuses marques qui appartiennent à certains “faiseurs”. Ceux qui ne sont plus que des noms sur une étiquette ne font pas partie de cette hiérarchie, comme d’autres marques de négoce, dont la qualité n’est pas en cause, qui sont dirigées par des responsables de groupes qui vendent du Champagne comme de la lessive…

    En Languedoc : aux côtés des grands 2016 et 2015, les 2013 sont superbes et l’on va ainsi jusqu’en 2006. Les hommes et les femmes s’attachent à élever des vins typés par ces terroirs de garrigues, maîtrisant les rendements, respectant leur spécificité. Les terroirs ont le potentiel pour que l’on y élève tout naturellement de grands vins racés, sans vouloir copier telle ou telle appellation plus connue avec des cépages inappropriés.

    Il y a toujours des “vins de mascarade”, où l’on parle de “vins à haute expression” (expression de la méthode de vinification et du bois neuf surtout…), qui “sentent le goudron ou le café”, la réglisse (on n’est pas loin de l’écœurement)… Idem pour les cuvées de vins blancs totalement fabriquées dans les chais où l’on est fier de vous faire sentir “la mangue et autres fruits exotiques”. Il s’agit donc de ne pas confondre l’ensemble d’une progression qualitative certaine et le développement de ces vins “fabriqués” et “putassiers”.

    En Provence, l’influence des millésimes est beaucoup moins marquée, et on accède à une très belle série, de 2017 à 2005. C’est le royaume du rosé, et il faut avouer que l’on a assisté à une véritable révolution qualitative dans cette couleur, souvent au détriment des rouges, d’ailleurs. Les rosés reviennent donc à la tête de ce type de vin, et se font payer, aux côtés de blancs, dont certains sortent vraiment du lot. Ceux qui comptent sont ceux des propriétaires qui laissent s’exprimer au mieux les grands cépages de la région (Grenache, Mourvèdre, Cinsault, Rolle, Ugni Blanc), dans ces terroirs complexes, argilo-calcaires, caillouteux, graveleux ou sableux.

    Les Bandol sont des vins formidables. Issus principalement du fabuleux cépage que peut être le Mourvèdre (qui apporte bouquet, corps et rondeur), les rouges de Bandol peuvent être exceptionnels. Amples, élégants, puissants, gras et très aromatiques, ils donnent toute leur véritable mesure après quelques années de vieillissement. Les rosés font aussi partie des meilleurs vins de France. Juste à côté, Cassis, avec ces blancs, des rosés et des rouges, qui profitent d’un climat exceptionnel et de la bienveillance du mistral qui nettoie les vignobles et leur fournit chaque année des températures quasiment invariables. Les Coteaux-d’Aix-en-Provence, appartenant à la zone occidentale de la Provence calcaire, ont aussi fait beaucoup de progrès, tout particulièrement en rosés. Entre des reliefs constitués de chaînons parallèles au littoral, s’étendent des bassins sédimentaires où s’est concentrée l’activité viticole. L’appellation s’étend sous un climat de type méditerranéen, avec pour vent dominant le mistral, qui permet à la région de bénéficier d’un ensoleillement important par an. Les sols sont argilo-calcaires caillouteux, sableux, souvent graveleux sur molasses et grès, et caillouteux à matrice argileuse ou limono-argileuse. On apprécie aussi un bon nombre de Coteaux Varois, où l’on débouche des bouteilles de plus en plus séduisantes.

    En Sud-Ouest : les 2016, 2015, 2014, 2012, 2011, 2010, 2009 et 2007 sont très réussis en Madiran, Cahors et Jurançon, où les efforts accomplis portent leurs fruits aujourd’hui. Les vins ont une réelle typicité, un potentiel de garde (beaux 1999, 1995 ou 1990) où les cépages et les sols ont leur influence et une véritable présence historique. Certains Igp, comme les vins de Gascogne, gagnent également à être mieux respectés.

    Néanmoins, on peut éviter les cuvées surchargées par le bois et “fabriquées” pour avoir une bonne note auprès de “critiques”, ceci facilitant une hausse de prix incautionnable. Pour exemple, à Cahors, on peut douter du bien-fondé des communications spéciales “Malbec”, qui mettent trop le cépage en avant (comme en Argentine), et de quelques vins de mode. Ne vaut-il pas mieux montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas ici ou à Madiran ?

    Dans la Loire : si les millésimes 2013 et 2012 ne sont pas évidents, en rouges, le 2011 tire son épingle du jeu, même si les quantités ne sont pas au rendez-vous. Les 2016, 2015, 2014, 2010 et 2009 sont superbes, gras, denses, très parfumés. Le millésime 2008 est particulièrement réussi, même si, parfois, les quantités sont très faibles. Le 2007 est très difficile en rouges en Touraine comme en Anjou, et c’est la raison pour laquelle les rosés sont particulièremernt savoureux.

    Les blancs secs 2017 à 2007 sont dans la belle lignée des 2006, et la typicité s’allie à un rapport qualité-prix régulièrement remarquable. Pour les blancs secs, de très grandes bouteilles en Pouilly-Fumé comme à Vouvray, à Sancerre comme à Savennières ou à Saumur, où les vins possèdent un réel potentiel d’évolution, des millésimes comme les 2004 ou 2002 se goûtant très bien actuellement. Les liquoreux sont exceptionnels, notamment en Coteaux-du-Layon, Bonnezeaux ou Vouvray, et les rouges associent charpente et fraîcheur, du plus souple (Touraine, Bourgueil, Sancerre) au plus charnu (Chinon, Saumur-Champigny…), des vins qui s’apprécient jeunes mais savent aussi garder la distance (beaux 2000, 1998 ou 1995). Beaux liquoreux en 2016, 2015, 2011, 2010, 2009, 2007, 2004, 2003 et 2001.

    Les vins de la région possèdent deux atouts considérables : un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à ces sols différents, les uns plus spécifiques que les autres. Il suffit de goûter un Sancerre Les Belles Dames et un autre Les Romains, un Quincy ou un Pouilly-Fumé Silex pour s’assurer de la typicité des vins. En Anjou-Saumur, peu d’autres vins peuvent copier les meilleurs crus de la région, marqués par ces sols de tuffeau ou de roche calcaire en parfaite osmose avec les cépages Cabernet franc et Chenin, le premier s’épanouissant sûrement le mieux ici. À Quincy comme à Pouilly, à Chinon comme à Monlouis, à Menetou-Salon ou en Saumur-Champigny, la région fourmille de vins qui possèdent une typicité exacerbée.

    Dans le Rhône : de 2015 à 2009, on est sûr de se faire plaisir, le 2008 est décevant, le 2007 remarquable, peut-être supérieur au 2006. Le 2013 se goûte très bien. Les 2005 et 2003 sont très (trop) mûrs, le 2004, très classique. Il faut prendre le temps de conserver ces vins, car on débouche de grandes bouteilles actuellement dans des millésimes comme 2002, 1998, 1995 ou 1990.

    De Vienne en Avignon, les rouges, charnus, charpentés, séveux, racés, avec des notes de prune, de réglisse et des parfums de sous-bois, sont des vins denses et chaleureux comme nous les aimons. On déguste des blancs rares et savoureux (Condrieu, Ermitage, Saint-Joseph et Châteauneuf-du-Pape), issus de raisins qui se plaisent à merveille dans ces sols pauvres, exceptionnels pour la vigne qui doit chercher sa nourriture en profondeur.

    Les meilleurs vins, dans de nombeuses appellations (Cairanne, Visan, Vacqueyras, Vinsobres, CDR-Villages...), bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-typicité, viennent conforter le terroir et la main de l’homme, qui font la différence.

     

     
     
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu