Avertir le modérateur

bordeaux

  • Pin it!

    Les meilleurs Médoc de l'année

    J’aime les vrais vins de Bordeaux, du plus grand au plus modeste, et les consommateurs comme les producteurs savent que je défends ce qui les intéresse, et les distingue : le rapport qualité-Prix-typicité. Si l’on fait un grand Margaux ou un Pomerol racé à 40 ou 80 €, il les vaut bien. Idem pour une gamme plus abordable, en Graves, dans les Satellites, les Côtes ou en Bordeaux Supérieur, où les progrès sont exceptionnels.

    En-dehors de quelques crus mythiques pour lesquels le Prix n’est plus un facteur estimatif (on entre alors dans le monde du luxe), ce qui n’est pas du tout justifié aujourd’hui, et on l’a vu -hélas- avec les augmentations de Prix du millésime 2005, c’est un Saint-Émilion “fardé” comme un acteur du carnaval de Venise à 80 € (voire bien plus), un “simple” Médoc à 25 €, un “bon” machin à 30 € ou unBordeaux Supérieur ultra-barriqué à 15 €.

    À force de prendre les consommateurs pour des gogos, certains vont s’en mordre les doigts... Pour mémoire, il existe deux “crises”, très différentes, voire opposées, dans beaucoup de vignobles : celle, désastreuse pour ceux qui la subissent, qui touche certains viticulteurs, la plupart étant dépendants des Prix trop bas du tonneau, qui ont du mal à se faire rémunérer correctement. Les causes sont complexes (un certain négoce peu solidaire parfois, une politique de plantation trop importante, des barrières étatiques…). Ils méritent d’être soutenus, et l’on fera ce que nous pouvons pour les aider. C’est une crise sociale.

    L’autre crise concerne un bon nombre de vins, à Bordeaux, notamment : trop chers ou trop sensibles à la mode (“vins de garage”), trop endormis sur leurs lauriers, trop imbus d’eux-mêmes, alors que le respect des consommateurs (proposer un vrai rapport qualité-Prix cohérent) est impératif. Les acheteurs se sont sentis lésés. On parle beaucoup trop d’argent, de Prix, de bonnes notes glanées chez un “gourou” quelconque, et c’est ce que le consommateur retient, alors que, bien sûr, ceci ne concerne qu’une petite minorité. C’est une crise de confiance, et, en même temps, une crise d’identité, tant un bon nombre de vins ont perdu leur spécificité.

    Les “primeurs” (depuis 2000, et surtout 2005 où certains crus ont sorti des Prix déments et incautionnables) font des vins bien trop chers, et cela commence à créer un sérieux malaise àBordeaux (même si, par la force des choses, les Prix du 2008 ont chuté ), tant il y a de différence entre 2 vins d’une même appellation. Pourquoi payer une bouteille à 50 ou 200 e quand on peut trouver du plaisir dans une bouteille 4 à 10 fois moins chère (même si, et je le sais, que les vins ne sont pas “comparables”) ? Je n’ai jamais soutenu ces vins “parvenus” qui se moquent bien du marché français (et de ses consommateurs). Je ne suis pas non plus intéressé par les vins“confiturés”, sans âme ni vertu, qui font tort à la grande spécificité bordelaise. Pour faire ces “vins”, on récolte des raisins surmaturés, on concentre à outrance (avec des concentrateurs) lors desvinifications, on met le tout dans des barriques où le bois peut, sur demande auprès des tonneliers, vous donner le goût que vous recherchez (de la vanille, du sirop, de la confiture…), et on vous sert un vin à la limite de l’écœurement, noir comme de l’encre, gras comme de l’huile et parfumé comme votre bureau en bois.

    - Si les vins du Médoc sont réputés, ce n’est pas pour être des vins intouchables à cause de leurPrix ou des micro-cuvées qui n’existent que pour rafler de bonnes notes à des concours et ne correspondent plus à la grande tradition médocaine. Ces pratiques sont une honte pour la majorité des grands vins de la région, qui sont des vins fermés dans leur jeunesse, typés par leur terroir, et qui demandent d’évoluer dans le temps pour s’exprimer, en fonction de chaque millésime, respectant ainsi la nature. La force du terroir est la base de tout. Les autres sont sans intérêt, et lesPrix sont souvent déments.

     

    Les meilleurs Médoc de l'année

     

     

    Château BEAUVILLAGE

    Château BEAUVILLAGE

    (MÉDOC)
    Éric Bugada
    8, rue Hagnac
    33340 Couquèques
    Téléphone :05 56 41 59 24
    Télécopie : 05 56 41 39 76
    Email : chateaubeauvillage@orange.fr

    Une propriété familiale depuis trois générations successives de viticulteurs passionnés, entièrement dévoués à leur terre (21 ha, vignes de 35 ans, 50% Cabernet-Sauvignon, 50% Merlot noir). Excellent Médoc cuvée Réservée 2006, classique, riche en couleur, alliant finesse et structure, aux tanins soyeux mais présents, un vin velouté, parfumé, de belle matière, très réussi, donc très bien classé. Le 2005, au nez persistant avec des nuances de cerise noire, de cuir et d'humus, bien équilibré, de très bonne bouche, aux tanins savoureux et bien présents, un vin qui séduit par sa fermeté et sa rondeur. Le 2004, très parfumé (humus, mûre confite), est tout en bouche, aux tanins bien réels et équilibrés, un vin très charmeur actuellement, à déboucher sur une épaule d'agneau.

    Château BEJAC-ROMELYS

    Château BEJAC-ROMELYS

    (MÉDOC)
    Sylvie et Xavier Berrouet
    4, rue Rigon
    33340 Saint-Yzans-de-Médoc
    Téléphone :05 56 09 08 21
    Télécopie : 05 56 09 08 21
    Email : Romelys@wanadoo.fr

    Un domaine de 18 ha, sur sol argilo-calcaire. Excellent Médoc 2006 (60% Cabernet-Sauvignon, 25 à 30% de Merlot, le reste en Petit Verdot), associant puissance et finesse, d'une belle couleur, souple, velouté, au bouquet fin (mûre, cannelle), de bouche ample. Le Médoc cuvée Prestige 2005, élevage 18 mois en fûts de chêne neufs, sélection parcellaire des plus vieilles vignes, est un vin aux tanins présents et savoureux à la fois, de robe soutenue, très parfumé (humus, fraise, réglisse), alliant charpente et rondeur, riche et long en bouche, d'excellente évolution comme le 2003, bien charnu, aux nuances raffinées de sous-bois, de mûre et de poivre.
    jeu concours

    Château BOIS de ROC

    Château BOIS de ROC

    (MÉDOC)
    Laurence Cazenave Dacruz-E-Silva
    2, rue des Sarments
    33340 Saint-Yzans-de-Médoc
    Téléphone :05 56 09 09 79
    Télécopie : 05 56 09 06 29
    Email : boisderoc@orange.fr

    Situés sur de belles croupes caillouteuses, les 16 ha dominent l'estuaire de la Gironde. L'élevage se fait traditionnellement en barriques de chêne dont près de la moitié sont renouvelées chaque année. Cela explique ce Médoc 2007, bien corsé, où prédominent des notes de cuir et de cassis mûr, aux tanins fondus mais bien présents, de bouche riche, un vin qui mérite un peu de patience. Excellent 2006, riche en arômes comme en bouche, ample, aux nuances de mûre et de poivre, souple, très charmeur, très réussi. Beau 2005, bien typé, d'une belle concentration, aux notes de fruits rouges macérés (griotte, fraise) et d'épices, un vin qui allie distinction et richesse, d'une longue finale, de garde. Le 2004 est équilibré, charnu et typé, aux senteurs de cassis, d'épices et d'humus, aux tanins fermes, de bouche puissante. Le 2003, au nez de griotte et de fumé, est riche et gras, tout en nuances aromatiques, aux tanins savoureux, de bonne évolution comme en atteste le 2002, de bouche parfumée et veloutée, un vin tout en finesse, qui se boit très bien actuellement. Goûtez aussi le Bordeaux 2005, classique, qui sent les fruits mûrs, de très bonne charpente et très abordable.

    Château le BOURDIEU

    Château le BOURDIEU

    (MÉDOC)
    Guy Bailly
    1, route de Troussas
    33340 Valeyrac
    Téléphone :05 56 41 58 52
    Télécopie : 05 56 41 36 09
    Email : guybailly@lebourdieu.fr
    Site : www.lebourdieu.fr

    Un vignoble de 35 ha planté sur un sol de formation caillouteuse mêlée de sable et d'argile (c'est ce que l'on appelle des “croupes”). On y élève fort bien ce Médoc 2006 (50% Cabernet-Sauvignon, 50% Merlot), charpenté, aux notes de griotte et de sous-bois, dense, avec ses nuances d'humus et de cassis, de bouche bien présente, qui poursuit une belle évolution. Le 2005 est puissant, coloré et intense au nez comme en bouche (fruits mûrs et poivre), ample, avec de la matière, aux tanins riches, un vin qui devrait tenir toutes ses promesses. Savoureux 2004, bien corsé, très bien élevé, de robe pourpre, aux tanins soyeux mais bien présents, au nez complexe où dominent le cuir, la framboise et les sous-bois. Le 2003, de très bonne base tannique, gras, très équilibré, est riche et charnu, au nez dominé par le cassis. Le 2002 est de belle robe soutenue, un vin très parfumé, au nez de griotte et de cassis mûrs, bien typé, corsé, de belle charpente, généreux, alliant structure et rondeur en bouche.

    Château des BROUSTERAS

    Château des BROUSTERAS

    (MÉDOC)
    Renouil Frères
    2, rue de l'Ancienne douane
    33340 Saint-Yzans-de-Médoc
    Téléphone :05 56 09 05 44
    Télécopie : 05 56 09 04 21
    Email : chateaudesbrousteras@terre-net.fr
    Site : www.chateau-des-brousteras.com

    Le vignoble de 25 ha se situe sur une croupe de 15 ha et sur un plateau de 10 ha, et les vinifications se font dans le respect des méthodes ancestrales. Il en est de même pour le vieillissement qui s'effectue en barriques de chêne merrain durant 12 à 18 mois selon le millésime. Excellent Médoc Cru Bourgeois 2006, issu de 50 % Merlot, 45 % Cabernet-­Sauvignon, 5 % Cabernet franc, un vin de couleur pourpre, au bouquet développé avec des nuances giboyeuses, aux notes fruitées de framboise et de prune, complet, aux tanins amples et très équilibrés, d'excellente évolution. Le 2005, au nez à la fois complexe et intense dominé par les petits fruits noirs, aux tanins bien présents et savoureux, un vin tout en charpente, d'une finale persistante. Remarquable 2004, médaille d'Or à Mâcon 2006, d'une belle couleur rubis prononcé, avec des notes de fruits mûrs (cassis et framboise), un vin dense et bien charnu, très équilibré au nez comme en bouche. Le 2003, très structuré, ample, parfumé, est de teinte soutenue.
    Millésimes, la référence

    Millesimes
    EDITION ANNUELLE
    LES 1000 VINS QUI COMPTENT


    Classements 2010
    : les coups de cœur de l'année. Dans toute la France, les meilleurs producteurs, du plus grand au plus modeste, millésimes 2007, 2006, 2005, 2004


    Prix de vente : 12,00 € (hors port)

    Commandez maintenant
    grâce à notre paiement par carte bancaire securisé!


    PROMO DU MOIS : Port gratuit pour la France Metropolitaine


    Cliquez ici pour voir un extrait de Millesimes en PDF (16 pages - 4 Mo)
    FRANCE METROPOLITAINE : 12,00 €

    PORT GRATUIT

    Château Des GRANGES D'OR

    Château Des GRANGES D'OR

    (MÉDOC)
    Jean-Bernard Lleu
    1, rue des Granges d'Or
    33340 Blaignan
    Téléphone :05 56 41 95 61
    Télécopie : 05 56 41 59 15
    Email : chateaudesgrangesdor@orange.fr
    Site : www.chateau-des-granges-dor.com

    Un domaine de 24 ha 16, lutte raisonnée. Le Médoc 2006, charnu, avec des notes de groseille surmûrie, souple et bien corsé, bien ferme en bouche, ample, parfumé, persistant, très réussi. Le 2005, un vin à la robe rubis intense, au nez subtil de cassis et d'épices, corsé, bien tannique, un vin de bouche élégante et puissante, de garde. Tout en nuances, le 2004, charpenté, aux tanins souples, tout en bouche, est parfumé (fraise des bois, mûre), et commence à très bien se goûter. Excellent 2002, à la fois corsé et souple, tout en arômes, de bouche bien savoureuse, avec des nuances de mûre, un vin bien charpenté, bien charnu, de belle robe soutenue, de très bonne évolution comme le 2000, au nez présent avec des notes de violette, de réglisse et de pruneau, un vin riche en couleur, classique et concentré, alliant finesse et structure, ample au palais.

    Château les GRAVES de LOIRAC

    Château les GRAVES de LOIRAC

    (MÉDOC)
    M.et Mme Gillet
    21, chemin du Centre
    33590 Jau-Dignac-et-Loirac
    Téléphone :05 56 09 48 97
    Télécopie : 05 56 09 48 97
    Email : lesgravesdeloirac.chateau@wanadoo.fr

    Une exploitation familiale de 8 ha de sol graveleux (66% Cabernet-Sauvignon et 34% Merlot noir, élevage 8 à 12 mois en fûts de chêne). On y goûte ce Médoc 2006, d'une jolie robe rouge sombre, au bouquet intense, ample, avec des arômes de réglisse et de mûre, aux tanins denses mais souples, de bouche étoffée, associant ce gras caractéristique à des notes finement épicées. Le 2005 est corsé, charnu, très parfumé (cassis, humus), un vin épicé, structuré, qui allie charpente et rondeur en bouche, a une belle complexité aromatique, et poursuit son évolution. Le 2004, de bouche épicée (cannelle) aux notes marquées de pruneau, associe charpente et structure, corsé et généreux, d'une belle finale, vraiment réussi, à ouvrir sur un magret grillé.

    Domaines LAPALUMÉDOC Domaines LAPALU

    Domaines LAPALU

    (MÉDOC)
    Jean-Michel Lapalu
    1, rue du 19 Mars
    33340 Bégadan
    Téléphone :05 56 41 50 18
    Télécopie : 05 56 41 54 65
    Email : info@domaines-lapalu.com
    Site : www.domaines-lapalu.com

    Savoureux Médoc Château Patache d'Aux 2007, aux tanins denses, un vin qui allie structure et charme, souplesse et richesse, aux notes de fruits mûrs avec des nuances de truffe en bouche, équilibré, où la souplesse prédomine, tout en nuances. Le 2006 est un vin de belle couleur, corsé, velouté, parfumé, avec ces notes de mûre et de sous-bois, aux tanins fermes et ronds à la fois. Beau 2005, riche en couleur comme en charpente, tout en complexité d'arômes (fruits noirs bien mûrs, poivre), typé, de bonne base tannique, associant structure et finesse, qui poursuit sa belle évolution. Le Château Patache d'Aux cuvée Flora Médoc 2006, de robe foncée, au nez légèrement épicé, finement tannique, ample, concentré, riche et parfumé (griotte, mûre, humus), très charnu, d'une bonne longueur en bouche, aux tanins équilibrés, très réussi. À ses côtés, le Médoc Château Lacombe Noaillac 2006 est un vin de bouche puissante et savoureuse, de belle robe, aux senteurs subtiles de petits fruits rouges mûrs avec des notes d'épices, très structuré, bien charpenté, de bonne garde. Beau 2005, avec des tanins mûrs et fermes à la fois, complexe au nez comme en bouche, dominé par le cassis et les épices. Beau Haut-Médoc Château Liversan 2006, riche en couleur comme en arômes, bien charnu comme il se doit, de très bonne évolution, de bouche puissante et souple à la fois. Le 2005, rond, tout en souplesse, tout en bouche, bien épicé, avec des senteurs de cassis et d'humus, des tanins très équilibrés, de très bonne garde. Le Haut-Médoc Château Liversan cuvée Sophie, cuvée produite en très petite quantité sur deux parcelles, les plus anciennes du domaine, dont les arômes fruités se marient avec le torréfié de la barrique, aux tanins concentrés, souples, est un vin très harmonieux. Excellent Haut-Médoc Château Lieujean 2006, médaille de Bronze aux Vinalies de France, avec des tanins présents, de bouche ample et typée, alliant structure et rondeur, riche en arômes (griotte, cuir), un vin ferme et classique, de très bonne garde.

    Château les MOINES

    Château les MOINES

    (MÉDOC)
    Claude Pourreau
    9, rue Charles Plumeau
    33340 Couquèques
    Téléphone :05 56 41 38 06
    Télécopie : 05 56 41 37 81
    Email : mail@chateau-les-moines.com

    Un vignoble de 30 ha (75% Cabernet-Sauvignon, 25% Merlot, avec une moyenne d'âge des vignes de 26 ans, plantées sur une bande de calcaire riche en fossiles). Ce Médoc Prestige 2007, élevé en barriques, est très élégant, gras et riche, au bouquet intense avec ces notes de sous-bois et de fruits rouges frais, de bouche ample et fondue, fort bien élevé, prometteur. Savoureux 2006, de belle robe rubis soutenu, un vin très harmonieux, complet, au nez de fruits rouges et une pointe d'épices caractéristique, charnu en bouche, tout en subtilité, un vin qui se goûte très bien aujourd'hui, de bonne garde. Le 2005, élevé en barriques, est de jolie robe grenat profond, dense et très parfumé (petits fruits rouges, cuir), avec des tanins ronds et présents, un vin équilibré qui emplit bien la bouche, aux nuances de fumé typiques, d'une belle finale. Le 2004 allie finesse et structure, au bouquet concentré, de couleur profonde, aux saveurs épicées.

    Château de PANIGON

    Château de PANIGON

    (MÉDOC)
    Georges Dadda

    33340 Civrac-en-Médoc
    Téléphone :05 56 41 37 00
    Télécopie : 05 56 41 37 00
    Email : dwl.france@orange.fr

    Belle place dans le Classement avec ce Médoc Cru Bourgeois 2008, encore fermé bien sûr, corsé, intense en couleur comme en arômes, qui fleure bon les fruits mûrs et la réglisse, finement tannique, un vin comme on les aime, d'une belle persistance aromatique. Le 2007, de très bonne bouche, est bien charnu, aux tanins harmonieux, avec des nuances de fruits surmûris et d'épices, de belle couleur cerise noire, riche et velouté au palais avec de la personnalité, très réussi. Excellent 2006, à l'expression aromatique très prononcée (prune cuite, griotte) alliant finesse et structure, de bouche pleine, aux tanins bien fermes, de belle matière, dense en finale. Beau 2005, au nez subtil et intense à la fois, un vin corsé et persistant, avec ces notes de pruneau et de sous-bois, coloré, qui allie finesse et structure, aux tanins soyeux, de bouche succulente, de garde. Très agréable Rosé de Panigon cuvée Valombreuse 2008, au bouquet gourmand, frais, rond et léger, qui a bien mérité sa médaille d'Argent au Mondial du Rosé 2009.

    Château ROQUEGRAVE

    Château ROQUEGRAVE

    (MÉDOC)
    M.Jean-Bernard Lleu
    5, rue de Villeneuve
    33340 Valeyrac
    Téléphone :05 56 41 52 02
    Télécopie : 05 56 41 50 53
    Email : chateau-roquegrave@orange.fr

    Belle place dans le Classement, grâce à un rapport qualité-prix-régularité exemplaire. “Le 2008 a été un millésime difficile à réaliser, nous raconte Jean-Bernard Lleu. Beaucoup de travail à la vigne, une surveillance phytosanitaire importante. Nous avons tout de même obtenu des raisins de bonne maturité surtout pour les Merlots. Les quantités sont réduites à 48 hl/ha mais c'est plus qu'en 2007, bien que pas dans la norme. Nous avons de belles couleurs, des vins bien fruités, d'un beau potentiel de garde, mais moindre que le 2005. Dans l'ensemble on s'en sort très bien malgré la difficulté en regard des conditions climatiques.” Pour l'instant, on se fait donc plaisir avec son Médoc 2005, au nez concentré, dense, typé, aux tanins souples, au nez complexe, tout en bouche, aux connotations de cassis, de griotte et de truffe, un vin aux tanins mûrs et bien présents, de bouche veloutée, prometteur. Beau 2004, classique, corsé et gras, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime riche, persistant, charpenté, au nez de fruits mûrs et d'humus, de très bonne garde. Le 2003 est ample, soyeux, très classique de ce millésime, ferme, très équilibré, un vin tout en bouche, très bien élevé. Le 2002 est tout en couleur et en matière, très typé, au nez subtil, avec ces notes très caractéristiques et très persistantes de fumé et d'épices. Très beau 2001, d'une grande harmonie en bouche, très parfumé (mûre, humus...), ample, séveux, généreux et persistant, aux tanins très équilibrés, d'une finale suave. Remarquable 2000, bien charnu, aux tanins souples et bien équilibrés, au nez intense (mûre, épices), de bouche harmonieuse. Savoureux 99, de belle couleur grenat profond, une cuvée charpentée, au nez caractéristique de fruits mûrs et de garrigue, riche et fondue à la fois, un vin qui fera merveille sur un gigot à la ficelle. Remarquable 98, fort bien élevé également, très élégant, gras et harmonieux, au bouquet subtil et intense à la fois, aux notes de sous-bois et de fruits rouges frais, de bouche ample et fondue.

    Château TAFFARD de BLAIGNANMÉDOC Château TAFFARD de BLAIGNAN

    Château TAFFARD de BLAIGNAN

    (MÉDOC)
    Henri Cadillac
    10, rue de Hontane
    33340 Ordonnac
    Téléphone :05 56 09 00 00
    Télécopie : 05 56 09 04 28
    Email : contact@taffarddeblaignan.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/taffarddeblaignan
    Site : www.taffarddeblaignan.com

    Henri Cadillac, chaleureux et passionné, qui s'attache à conserver une régularité qualitative exemplaire associée à des prix fort sages, ce qui n'est pas rien. Le vignoble s'étend sur 18 ha sur un sol argilo-calcaire relativement plat par suite des dépôts alluvionnaires des terrasses fluvio-marines de la fin du Tertiaire. Les cépages sont le Merlot et le Cabernet-Sauvignon à parts égales. La récolte 2009, belle en qualité et en quantité, très saine, sera très bientôt assemblée, comme l'année 2008, les malo-lactiques terminées fin décembre. On patiente avec ce remarquable Médoc 2007, bien corsé, bien typé, aux tanins puissants, au nez où dominent les fruits mûrs et les sous-bois, un vin de bouche flatteuse et riche à la fois, associant structure et finesse, de belle évolution comme le 2006, de bouche dense et puissante, un vin coloré, souple, bien corsé comme il le faut, au parfum de cerise et de sous-bois, vraiment très abordable. Le 2005, l'un des meilleurs dégustés dans ce millésime, est très parfumé (framboise, groseille, cassis), dense et riche, un vin qui allie distinction et structure, de belle base tannique, légèrement épicé en finale, vraiment très réussi, avec beaucoup de potentiel. Le 2003, bien charnu, est tout en bouche, d'une jolie robe grenat, aux tanins riches et souples à la fois, au nez persistant où dominent des notes de myrtille et d'épices. Le 2002 est de belle couleur, de robe intense, au nez persistant (griotte, violette), un vin très équilibré, gras, aux tanins savoureux. Goûtez aussi son excellent Second Vin, Château Taffard (vinification en cuves en acier inoxydable, avec contrôle des températures, dont la fermentation alcoolique est suivie de 3 à 4 semaines de macération, puis fermentation malo-lactique après pressurage des marcs) où se mêlent la mûre et le cassis, ample et solide, de bouche corsée, aux tanins équilibrés et mûrs, à déboucher sur un rôti de porc. Beau rapport qualité-prix-typicité.


    Château Le TEMPLE

    Château Le TEMPLE

    (MÉDOC)
    Denis Bergey
    30, route du Port de Goulée
    33340 Valeyrac
    Téléphone :05 56 41 53 62 et 05 56 41 56 45
    Télécopie : 05 56 41 57 35
    Email : chateauletemple@orange.fr

    Le vignoble de 26 ha est situé sur une croupe de graves garonnaises et exploité par la famille depuis 3 générations (60% Cabernet-Sauvignon, 35% Merlot et 5% Petit Verdot). Excellent Médoc Cru Bourgeois 2007, de robe pourpre sombre, aux arômes de fruits noirs avec des notes de grillé, mêlant structure et rondeur, bien équilibré, fort bien élevé, avec des tanins bien présents, de bouche riche. Le 2006 est un vin dense et puissant, aux senteurs de groseille et de cuir, corsé, aux tanins élégants mais fermes également, de belle robe grenat, de bouche bien présente, épicée et charnue. Le 2005, complexe, harmonieux, aux connotations fruitées et épicées, aux tanins riches, est de bouche charnue, un vin qui poursuit sa belle évolution.

    Château La TOUR de BYMÉDOC Château La TOUR de BY

    Château La TOUR de BY

    (MÉDOC)
    Frédéric Le Clerc
    5, route de la Tour de By
    33340 Bégadan
    Téléphone :05 56 41 50 03
    Télécopie : 05 56 41 36 10
    Email : info@la-tour-de-by.com
    Site : www.la-tour-de-by.com

    Une place très enviée dans le Classement 2010. “Le millésime 2007, nous dit Frédéric Le Clerc, est d'une structure moins imposante que le 2008, c'est un vin très fruité, friand, qui plaît beaucoup en ce moment. La bonne proportion de Cabernet-Sauvignon qui entre dans son assemblage lui permet de prétendre vieillir plusieurs années mais il est déjà très agréable à déguster maintenant.” Vous aimerez donc comme nous ce Médoc 2007, de robe grenat, charnu, au nez complexe (cerise, épices...), ample, aux notes d'humus, de pruneau et de cassis en bouche, un vin tout en bouche, aux tanins mûrs. Le 2006, toujours marqué par ces senteurs très spécifiques de fumé, riche en couleur, au nez délicat où se mêlent la mûre et le cassis, ample et solide, de bouche puissante, avec des nuances de groseille et de truffe, aux tanins soyeux, charnu comme il se doit, de belle charpente. Superbe 2005, encore fermé, à la fois plein et distingué, aux notes persistantes de fruits mûrs (cassis et framboise) et de réglisse, un vin qui allie concentration aromatique, ampleur des tanins et distinction en bouche, de belle garde. Le 2004 est particulièrement charmeur, coloré et puissant, aux saveurs fruitées, avec ce nez caractéristique d'épices et de sous-bois, exhalant des notes persistantes, aux tanins souples. Le 2003 est de belle robe soutenue et brillante, très riche, d'une jolie concentration d'arômes (cassis, épices…), persistant et très bien équilibré. Le 2002 est charpenté, élégant, aux tanins denses, tout en bouche, avec des notes caractéristiques de mûre et de pruneau, de garde. Beau 2001, où l'élégance prédomine, avec ces petites nuances d'humus et de fraise des bois mûre, de couleur pourpre, aux tanins présents et délicieusement fondus.
  • Pin it!

    La sélection de la semaine : les vins au top

    La sélection de la semaine : les vins au top en Bourgogne, Bordeaux, Loire et Rhône

     

    GLANTENET Père & Fils

    GLANTENET Père & Fils

    (PERNAND-VERGELESSES)
    Jean-François Glantenet
    Rue de l'Aye
    21700 Magny-les-Villers
    Téléphone :03 80 62 91 61
    Télécopie : 03 80 62 74 79
    Email : domaine.glantenet@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/domaine.glantenet
    Site : www.glantenet.com

    “Notre famille, nous précise-t-on, est installée en Bourgogne depuis le XVe siècle et le domaine viticole remonte au XVIIIe siècle. Aujourd'hui, Jean-François Glantenet est en charge de l'exploitation, et s'occupe des 25 ha, répartis sur cinq communes. Le Domaine vinifie traditionnellement ses vins depuis 1997, année de la première mise en bouteilles (environ 30 000 bouteilles par an). Les vins sont vendus, au Caveau, et au travers des différents salons et manifestations où nous sommes présents tout au cours de l'année. Épaulé par Valérie et entouré de son équipe sur le terrain, avec Sylvie qui l'assiste au bureau, Jean-François conduit l'exploitation familiale de façon traditionnelle dans le respect du terroir. Dans un souci environnemental, les vignes sont conduites en "lutte raisonnée", avec une délimitation de parcelles sélectionnées, comme par exemple les vieilles vignes. Chaque année, la vigne suit son cycle végétatif : de la taille, aux brûlages de ses sarments, à son évasivage (préserver seulement les meilleurs raisins) pour arriver à la cueillette des grappes dans le pur respect des traditions et donner aux vins des Hautes-Côtes le caractère des grands Bourgognes.” Goûtez donc leur excellent Hautes-Côtes-de-Nuits rouge 2008, chaleureux et charpenté, coloré, très aromatique (mûre, de sous-bois), tout en bouche, comme le Pernand-Vergelesses rouge Sur Herbeux 2007, remarquable, un vin charnu, au nez d’épices et de griotte mûre, très riche, d’une longue finale et de belle évolution, très réussi. Le Hautes-Côtes-de-Beaune rouge 2007, fort bien élevé en fûts de chêne, chaleureux, est charpenté, coloré et parfumé (mûre, de sous-bois), tout en bouche. Excellent Hautes-Côtes-de-Nuits blanc 2008, qui associe richesse aromatique et persistance, avec ces senteurs de fleurs et d’amande. Le Côtes-de-Nuits-Villages Le Clos de Magny 2005, 15 mois d’élevage en fûts de chêne français, aux notes classiques de cassis et de sous-bois, aux tanins bien présents, est ferme et dense, tout en bouche, et se goûte très bien sur une perdrix.
    Domaine Jean-Jacques GIRARD

    Domaine Jean-Jacques GIRARD

    (SAVIGNY-LES-BEAUNE)
    Agnès et Jean-Jacques Girard
    16, rue de Cîteaux BP 17
    21420 Savigny-lès-Beaune
    Téléphone :03 80 21 56 15 et 06 14 68 60 13
    Télécopie : 03 80 26 10 08
    Email : jjacquesgirard@aol.com
    Site : www.domaine-girard.com

    “Depuis le millésime 2006, nous dit-on, nous avons l’appellation Volnay; depuis 2007, en plus : Aloxe Corton, Pommard, Corton Grand Cru, et à partir du millésime 2008, Beaune Premier Cru Clos du Roi. Toutes ces acquisitions ont été faites par motivation. Notre fils Vincent, qui a 23 ans, s’est installé avec nous depuis août 2008.” Le Savigny-lès-Beaune rouge Premier Cru Les Peuillets 2007 est une réussite, un vin de robe pourpre soutenu, très parfumé (framboise, poivre, humus…), un très joli vin, tout en harmonie, d’une très belle structure au nez comme en bouche, d’excellente évolution. Superbe Corton-Charlemagne 2007, typé, tout en subtilité, sec et moelleux à la fois, un beau vin qui fleure les noisettes et la pêche, dense et distingué, tout en nuances aromatiques, un vin d’une belle finale, d’une grande finesse en bouche. Il y a aussi cet excellent Pernand-Vergelesses Premier Cru rouge Les Vergelesses 2007, de robe grenat, avec des senteurs intenses de fruits surmûris et d’épices, un vin de très bonne bouche, avec des nuances de réglisse et de cassis, bien corsé comme il se doit, de belle matière, typé, de garde bien entendu. Le Pernand-Vergelesses blanc Les Belles Filles 2008, avec cette pointe de fraîcheur et de fruité bien caractéristique, très dense au nez comme en bouche, aux fines nuances d’amande et de pêche, est tout en suavité et persistance, un vin ample, très persistant. “Dans l’ensemble, le 2008 est un bon millésime, nous dit-on, d’une bonne concentration grâce à une vendange tardive pour favoriser le sucre. Les quantités sont de 20 à 25% en moins pour les rouges et de 10 à 20% en moins sur les blancs.” Vous aimerez aussi leur Corton Grand Cru 2007, vraiment remarquable, aux notes subtiles de pruneau confit et de cannelle, un vin dense et harmonieux, très bien élevé, de robe grenat profond, légèrement épicé en bouche et très subtil comme nous les aimons, d’une belle finale, prometteur. Excellent Volnay 2007, avec cette couleur profonde, ce nez complexe et ses tanins souples mais bien présents, un vin qui emplit bien la bouche.

    Domaine BILLARD-GONNET

    Domaine BILLARD-GONNET

    (POMMARD)
    Philippe Billard

    21630 Pommard
    Téléphone :03 80 22 17 33
    Télécopie : 03 80 22 68 92
    Email : billard.gonnet@wanadoo.fr
    Site : www.billard-gonnet.com

    Des vignerons de père en fils depuis plusieurs générations qui exploitent 10 ha (8 en Premiers Crus). Typicité et beau rapport qualité-prix sont les caractéristiques de leur Pommard Premier Cru Clos de Verger 2005, toujours très typé, au nez complexe à dominante de fruits noirs confits et d’humus, de bouche fondue et riche, où s’entremêlent les saveurs d’épices, rond et gras, aux tanins équilibrés et très élégants, harmonieux, de garde. Beau Pommard Premier Cru Chaponnières Vieilles Vignes 2005, très représentatif des meilleures bouteilles de l’appellation, au nez d’humus et d’épices, associant richesse et finesse en bouche, un vin coloré et charnu, aux tanins puissants mais souples. Goûtez leur Beaune Premier Cru Clos des Mouches blanc, riche en arômes comme en structure, un vin bien caractéristique, gras et nerveux à la fois, tout en bouche, de très bonne garde. Excellent Pommard Premier Cru Rugiens Bas, puissant, au nez de fruits mûrs et d’humus, un vin fin et complexe, de couleur grenat soutenu, aux tanins très bien équilibrés, à prévoir sur un gibier. Le Pommard Premier Cru Pezerolles 2004 est une réussite, ferme et de belle robe, de bouche intense, très typique de ce cru, très aromatique, aux notes de prune et de griotte.

    Clos BELLEFOND

    Clos BELLEFOND

    (SANTENAY)
    Domaine Louis Nié Gérant : Bernard Chapelle
    2, route de Chassagne
    21590 Santenay
    Téléphone :03 80 20 60 29
    Télécopie : 03 80 20 65 92
    Email : clos-bellefond@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/closbellefond
    Site : www.louis-nie.com

    Au sommet. Domaine familial de 9 ha, fondé en 1889, où les vinifications se font en cuves de chêne, ouvertes pendant une dizaine de jours. Les vins sont élevés en fûts 18 mois environ. À noter qu’avec un spécialiste du tourisme bourguignon, ils développent une activité de tourisme viticole, ce qui est une excellente idée. Superbe Santenay Clos Bellefond rouge 2005, issu de sols pauvres d’une ancienne carrière, puissant et coloré, très typé, très équilibré, aux tanins fermes mais soyeux également, tout en parfums dominé par les fruits rouges et l’humus, de très bonne évolution. À ses côtés, le Santenay Premier Cru La Comme 2006 est intense, bien parfumé, au nez marqué par les petits fruits noirs bien mûrs, aux tanins soyeux, d'une longue finale, d’excellente évolution (les 2001 et 1999 sont remarquables aujourd’hui). Beau Chassagne-Montrachet rouge Premier Cru Morgeot 2006, issu de terres profondes et argileuses, parfumé (prune et cannelle), aux tanins savoureux, de bouche subtile, aux notes de de fruits rouges, d’humus et de réglisse. Le Volnay-Santenots Premier Cru 2006 est tout en bouche, riche en arômes (cerise noire, sous-bois), charnu, un vin savoureux, avec des tanins mûrs, tout en saveurs. Le Pommard Premier Cru La Platière 2006, issu de sols caillouteux, est un vin ample et distingué, complet comme le Santenay Premier Cru Passetemps 2006, un vin aux tanins soyeux, solide, de bouche chaleureuse. Des cuvées plus anciennes, de 2005 à 1999, sont encore disponibles, les 2000 et 2001, étant actuellement à leur apogée.
    jeu concours

    Domaine du PARANDOU

    Domaine du PARANDOU

    (SABLET)
    Denis Grangeon
    Le Camp-Bernard
    84110 Sablet
    Téléphone :04 90 46 96 12
    Télécopie : 04 90 46 96 13
    Email : dgrangeon@wanadoo.fr

    Une exploitation de 30 ha (3e génération). Très réussi, ce CDR-Sablet rouge 2006 (Grenache, Syrah et Cinsault, vignes de 25 ans en moyenne sur sol argilo-calcaire en terrasses, élevage en cuve béton), au nez de griotte et de cassis mûrs, un vin dense et complexe, très parfumé, dominé par les fruits macérés, de robe pourpre soutenu, un vin riche et bien en bouche, à apprécier sur un filet de bœuf en croûte. Goûtez le CDR-Village-Sablet blanc 2007, bien équilibré en acidité, où s’entremêlent des notes d’amande, de fruits mûrs et de bruyère, tout en fraîcheur persistante, subtil et rond, très réussi. Très bon Côtes-du-Rhône rouge 2007, dense, aux tanins fondus, au nez dominé par les petits fruits rouges mûrs (griotte, pruneau), de bonne bouche.
    Domaine MOULIN du POURPRÉ

    Domaine MOULIN du POURPRÉ

    (CÔTES DU RHÔNE ET VILLAGES)
    Françoise Simon

    30200 Colombier-Sabran
    Téléphone :04 66 89 73 98
    Email : le.moulin.du.pourpre@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/moulindupourpre
    Site : www.moulin-du-pourpre.com

    Au sommet, naturellement. Depuis une dizaine de générations, la famille Simon-Vallat possède sur ses terres un ancien moulin dont les lourdes meules de pierre subsistent depuis la fin du XVIIe siècle. Pourpré était le nom du ruisseau qui traversait le moulin, avant d’être dérivé en 1892. Les coteaux sablonneux, le soleil du midi et la patience de neuf générations ont façonné le vignoble de ce Domaine. Sur près de 21 ha sont plantés des cépages chaleureux : Grenache, Syrah, Mourvèdre, Cinsault, Bourboulenc... La vinification est assurée par Françoise Simon, chaleureuse et passionnée. Journaliste pour la presse écrite et la télévision à Paris, Docteur ès-lettres et enseignante à l'Université de Nanterre, elle est devenue vigneronne suite au décès de son père en 1995. Vous aimerez comme nous son remarquable CDR rouge 2007 (Grenache et Syrah), un très beau millésime en Côtes-du-Rhône, qui a d’ailleurs reçu une médaille d’Argent au Concours agricole Paris 2009, alliant structure et rondeur, aux tanins riches et savoureux, un vin coloré et corsé, aux notes de pruneau et de sous-bois, très abordable. Le 2006 est dense, aux arômes de fruits cuits et d’épices, de belle teinte grenat, aux tanins fermes, tout en bouche. Le 2005 commence à se goûter parfaitement, bien corsé, d’une belle robe pourpre, un vin dense, avec des tanins puissants mais bien mûrs, au nez complexe où dominent les fruits cuits et la garrigue. Savoureux rosé, issu d’une saignée des Syrah, Grenache et Cinsault, de belle teinte, au nez délicat d’agrumes et de fruits frais, de bouche tout en souplesse. Le CDR blanc 2006 (Bourboulenc, Ugni Blanc et Grenache blanc) issu de très vieilles vignes, assemblage avec 10% de vin passé en fûts de chêne pour obtenir du gras et de la rondeur, allie richesse aromatique et persistance, dégageant des arômes d’amande et de tilleul, tout en harmonie, d’une jolie finale, vraiment séduisant.
    Famille QUIOTCHÂTEAUNEUF-DU-PAPE Famille QUIOT

    Famille QUIOT

    (CHÂTEAUNEUF-DU-PAPE)
    Famille Quiot
    Av Baron Le Roy - BP 38
    84230 Châteauneuf-du-Pape
    Téléphone :04 90 83 73 55
    Télécopie : 04 90 83 78 48
    Email : vignobles@jeromequiot.com
    Site : www.jeromequiot.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. “Nous avons, nous dit Florence Quiot, une nouvelle cuvée Nonandra (abréviation de Nolwen et Alexandra le prénom de ma fille et de ma nièce). C’est un joli Châteauneuf-du-Pape 2007 (4000 bouteilles seulement), une cuvée qui n’est pas reconduite automatiquement, nous n’en avons pas produit en 2008 ni 2009. Nous avons décidé pour celle-ci une sélection très élitiste, seules quelques cuves bénéficient d’un élevage particulier. Nous avons souhaiter produire un vin très harmonieux, très élégant, un vin d’exception. Il prime plus par sa grande élégance que par une concentration excessive.” Exceptionnel Châteauneuf-du-Pape rouge Domaine du Vieux-Lazaret 2007 (67% Grenache noir, 22% Syrah, 5% Mourvèdre, 4% Cinsault et 2% autres cépages sur des sols de galets, de terrasses caillouteuses et des sols argileux, vignes de 40 ans en moyenne), un vin remarquable par la concentration de ses arômes de kirsch et par son caractère chaleureux et intense, aux tanins présents et soyeux à la fois, de bonne garde, parfait sur un magret. Le Châteauneuf blanc 2008 (45% Grenache blanc, 30% Clairette, 20% Bourboulenc et 5% Roussane, sur des sols argileux, vignes 30 ans en moyenne) de belle teinte pâle et brillante, un vin ample et bien harmonieux, qui sent les noisettes et la pêche blanche, de bouche délicate comme le 2007, tout en finesse, au nez de fruits frais et de fleur d’acacia, un bel équilibre entre la fraîcheur, la rondeur et le fruité, un vin qui allie nervosité et gras, au nez envoûtant et persistant, marqué par ces notes de fleurs blanches tout en charme, parfait sur un carpaccio de saint-Jacques. Le Châteauneuf-du-Pape cuvée Exceptionnelle 2007 (60% Grenache et 40% Syrah) est savoureux, au nez de fruits rouges surmûris (prune, groseille) et d’épices, il vous surprendra par sa richesse en bouche, corsé et charpenté il poursuit une excellente évolution. Le Châteauneuf-du-Pape Domaine Duclaux rouge 2006 (cépages dominants 70% Grenache, 20% Mourvèdre, sur des sols de galets roulés, d’alluvions, de sable, de cailloux et des sols argilo-calcaires, vignes de plus de 50 ans en moyenne) est un beau vin typé comme on les aime, de teinte grenat, dense au nez comme en bouche (cassis, cannelle), bien équilibré avec des tanins savoureux, à ouvrir sur une bécasse. Excellent CDR Sablet Château du Trignon rouge 2005, Grenache et Mourvèdre issus des terrasses alluviales à galets roulés, sablonneuse et peu calcaire (safres blancs), vendanges éraflage total, cuvaison : 20 jours, élevage cuves et foudre, de robe rouge violacé profond, aux parfums de réglisse, de laurier et d’épices fines, souple et suave, vin ample et stucturé avec tanins harmonieux, le 2006 est dans la lignée. À noter : différents stages organisés à Châteauneuf-du-Pape et au Domaine Houchart (voir Provence). Le Domaine du Vieux Lazaret propose la “Visite Tradition” qui consiste à visiter la cave et à déguster les Vins. La visite “Vignoble à pied ou en vélo” d’une durée de 2h vous fait parcourir le vignoble sac au dos avec dégustation dans les parcelles. Ici aussi, “l’Initiation à la dégustation en 2 h” et des stages plus longs et plus complets peuvent être organisés à la demande. Château Houchard, l’autre propriété de la famille Quiot, située sur un plateau au pied de la montagne Sainte-Victoire, au milieu d’un vaste épandage de cailloutis calcaires descendus de la montagne. Beau Côtes-de-Provence rouge 2008, de robe pourpre soutenu, un vin riche et bien en bouche, aux notes subtiles et intenses d’humus et de petits fruits noirs surmûris, dense et complexe en finale. Le 2007 se goûte remarquablement, au nez dominé par les fruits rouges, charnu, aux tanins fondus,de bouche parfumée avec des notes de fraise et de myrtille, ample et velouté, qui poursuit son évolution et se marie parfaitement avec de l’agneau, par exemple. Excellent Côtes-de-Provence rosé 2009, toujours très bien vinifié, avec des nuances de pêche, d’abricot, un très joli vin associant richesse et souplesse, de bouche fruitée, d’un très bel équilibre, parfait sur une sole grillée. Dans la lignée, le Côtes-de-Provence blanc 2009 se caractérise par beaucoup de finesse et de fruité, un vin où s’entremêlent des notes de pomme mûre et de bruyère, très bien équilibré et ample, très charmeur, élégant, de bouche persistante, dense et parfumée, tout en harmonie. Le 2008, charmeur par sa vivacité, d’une belle persistance aromatique, à dominante de fruits secs (abricot) et d’aubépine, est rond et tout en bouche.


    Le premier magazine Webvin

    ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT
    L'actualité du vin chaque semaine par e-mail

    E-Mail :
    Clos du VIGNEAU

    Clos du VIGNEAU

    (SAINT-NICOLAS-DE-BOURGUEIL)
    Anselme Jamet et Fils
    Le Clos du Vigneau - BP 6
    37140 Saint-Nicolas-de-Bourgueil
    Téléphone :02 47 97 75 10 et 02 47 97 92 28
    Télécopie : 02 47 97 98 98
    Email : closduvigneau@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/closduvigneau

    Six générations de viticulteurs se succèdent ici depuis 1820. Le terroir est composé de sables et de cailloux appelés “graviers”, un type de terrain qui se réchauffe très vite. Les 22 ha de vignes sont plantés en Cabernet franc, rendement moyen de 55 hl/ha volontairement limité. Les fermentations se déroulent dans une cuverie Inox thermorégulée offrant des garanties d’hygiène sanitaire irréprochables. Le vin y reste de 3 à 5 mois, puis est descendu en cave, où il se fera à son rythme dans des tonneaux en bois permettant une parfaite oxygénation. Superbe Saint-Nicolas-de-Bourgueil rouge Les Dames du Temps Jadis 2007, Cabernet franc issu de vignes de 60 à 80 ans, élevé en fûts de chêne 9 mois, de couleur cerise soutenue, aux arômes de fruits cuits et de sous-bois, mais aussi de cerise, de pruneaux et de truffe, un vin très équilibré où les tanins sont fermes et fondus à la fois. Le Saint-Nicolas-de-Bourgueil Clos du Vigneau 2007, pur Cabernet franc issu de sols de sable et de graviers, est généreux, ferme, à dominante de pruneau et de cannelle, de bouche fondue. Excellent Saint-Nicolas-de-Bourgueil d’Or Ange 2007, sol de graviers, vieilles vignes de 35 ans, vendanges manuelles, avec des notes de griotte et de fumé, bien charpenté, de bouche souple et charnue à la fois.
    ="right">
    Château de VALMER

    Château de VALMER

    (VOUVRAY)
    A.de Saint Venant
    Chançay
    37210 Vouvray
    Téléphone :02 47 52 93 12
    Télécopie : 02 47 52 26 92
    Email : vins@chateaudevalmer.com
    Site : www.chateau-de-valmer.com

    Au sommet, naturellement. Vignoble de 24 ha plantés sur des coteaux bien exposés. Les sols sont de type argilo-calcaire et pierreux et argilo-siliceux au sous-sol calcaire. Le cépage est le Pineau blanc ou Chenin. Superbe Vouvray moelleux 2005, tout en finesse aromatique, suave et persistant, au nez envoûtant, marqué par des notes de fleurs blanches, de fruits et de brioche, très élégant, vraiment réussi. S’il en reste, foncez sur le 2003, dominé par sa finesse aromatique et une matière bien présente, un vin onctueux, très parfumé (coing, abricot confit), à déboucher sur une tarte, toujours l’une des plus jolies bouteilles de cette appellation, Liger d’Argent au concours d’Angers. Le Vouvray sec 2007, très charmeur, développe un goût minéral où se mêlent des nuances d’amande et de chèvrefeuille, un vin de bouche complexe, suave, à ouvrir sur des crustacés. Beau Vouvray demi-sec 2003, un vin où l’onctuosité s’allie à la distinction, épicé, puissant, tout en bouche, vraiment délectable. Excellent Vouvray brut, avec de fins arômes de fruits exotiques, d'agrumes et de fleurs blanches, avec juste ce qu'il faut d'acidité qui laisse une agréable fraîcheur au palais. Très agréable Touraine rosé, de bouche franche et savoureuse, tout en fruité et en fraîcheur en finale. Leur Touraine Méthode Traditionnelle rosé (cépage Grolleau) est de jolie robe, très parfumé, au nez subtil, souple et ferme à la fois, un vin tout en bouche, à déboucher à l’apéritif ou sur un soufflé au fromage. Profitez-en pour admirer les jardins (labellisés “Jardin Remarquable” par le ministre de la Culture en 2004), le potager conservatoire de légumes anciens et la chapelle troglodytique de 1524.
    BARILLOT Père et Fils

    BARILLOT Père et Fils

    (POUILLY-FUMÉ)

    36, rue Louis-Joseph-Gousse - Le Bouchot
    58150 Pouilly-sur-Loire
    Téléphone :03 86 39 15 29
    Télécopie : 03 86 39 09 52

    Un domaine de 10 ha (95 % en Sauvignon et 5 % en Chasselas, terrains argilo-calcaires, élevage en cuves Inox thermorégulées). Le Pouilly-Fumé 2008, floral, souple et frais, est un vin très aromatiqu (musc et aubépine), tout en bouche, d’une belle finale, à ouvrir sur une volaille à la broche comme sur un homard. Le 2007, de robe jaune clair, où l’on retrouve des notes de fleurs blanches et de noisette, de bouche souple et vive à la fois, est tout en nuances. Beau Pouilly-Fumé Camillium 2008, marqué par ses vieilles vignes, un vin typé comme on les aime, de bouche puissante et harmonieuse, tout en finesse, au nez fruité et minéral, bien équilibré en acidité.


    Château BELLEGRAVE

    Château BELLEGRAVE

    (POMEROL)
    Jean-Marie Bouldy

    33500 Pomerol
    Téléphone :05 57 51 20 47
    Télécopie : 05 57 51 23 14
    Email : chateaubellegrave@wanadoo.fr

    Vignoble de 7,5 ha, sur un plateau de graves fines, 75% Merlot et 25% Cabernet franc. Savoureux Pomerol 2006, fidèle à lui-même, coloré et complexe, au nez à la fois intense et subtil où s’entremêlent la griotte mûre et une touche épicée bien caractéristique, de bonne charpente, bien corsé et persistant au palais comme il le faut. Très beau 2005, corsé, aux tanins riches, de bonne charpente, au nez de mûre et de sous-bois, un vin riche en couleur comme en matière, dense et tenace qui associe structure et souplesse, de bouche dominée par la groseille et les épices. Le 2004 est savoureux en bouche, structuré, gras, intense en arômes comme en charpente, un vin délicieux, aux tanins fins.
    Château BROUARD

    Château BROUARD

    (LALANDE-DE-POMEROL)
    Scea des Vignobles Bonhomme

    33500 Lalande-de-Pomerol
    Téléphone :05 57 51 17 75
    Télécopie : 05 57 74 04 46

    Ce propriétaire sympathique qui couve son vignoble de 3,5 ha sur des terres argilo-graveleuses, accompagnées de crasses de fer. Valeur sûre avec ce Lalande-de-Pomerol 2007, toujours très typé, de belle robe pourpre, épicé comme il se doit, très savoureux en bouche, très équilibré, un vin qui développe un nez où dominent les groseilles et l’humus, mêlant puissance et finesse, charnu. Le 2006, de belle couleur grenat, une cuvée charpentée, au nez caractéristique de fruits macérés et d’épices, de bouche riche et fondue à la fois, avec des notes de griotte et de cuir, d’une belle finale. Beau Lalande-de-Pomerol 2005, aux tanins très équilibrés, à la fois puissants et délicats, un vin grenat foncé, d’une belle intensité, épicé comme il se doit, corsé, ferme, qui associe distinction et richesse. Le 2004, où se mêlent la griotte et l’humus, est un vin classique, de très bonne charpente, fin, élégant, avec de la matière, vraiment charmeur. Remarquable 2003, bien charnu, aux tanins souples et bien équilibrés, au nez intense (mûre, fraise, cannelle). Goûtez également son Lussac-Saint-Émilion Château Le Bourdil 2007, issu d’un domaine de 10 ha sur des coteaux argilo-calcaires, un vin complet et bien équilibré, avec ses notes de cuir, ample, séveux, associant structure et finesse, de belle robe intense, de bonne garde. Le 2006 est une réussite, au nez puissant où dominent les groseilles et l’humus, de bouche bien charnue, un vin coloré et dense, aux tanins agréablement présents et fondus à la fois. Remarquable 2005, riche en couleur, où se mêlent la griotte et l’humus, aux tanins soyeux, charpenté, au nez légèrement épicé comme il se doit.
    Château ROUMAGNAC La MARÉCHALE

    Château ROUMAGNAC La MARÉCHALE

    (FRONSAC)
    Earl Dumeynieu
    1, Le Sable
    33126 La Rivière
    Téléphone :05 57 24 94 55 ET 06 14 36 25 91
    Télécopie : 05 57 24 90 44
    Email : vignobledumeynieu@wanadoo.fr

    Une valeur sûre avec ce Fronsac 2007, de robe intense, au nez persistant (griotte, violette), un vin très équilibré, gras, aux tanins harmonieux. Le 2006, ample au nez comme en bouche, est de couleur pourpre, de belle charpente, où dominent les épices et les pruneaux cuits, un vin charmeur. Le 2005, savoureux, avec des notes de framboise et de cuir, d’un beau rouge profond, est un vin intense, aux tanins fermes et bien équilibrés, de garde. Le 2004, au nez subtil, avec ces notes persistantes de fumé, est bien typé, associant structure et élégance, un vin intense et distingué. Leur Bordeaux Supérieur Château La Maréchale 2007 est de bouche classique, bien parfumée (cassis, sous-bois), de charpente souple, un vin ferme et persistant, aux tanins ronds et puissants à la fois, d’excellente évolution. Le Bordeaux rosé La Maréchale, 100% Merlot, une saignée issue des meilleures cuves, est un vin fruité et friand, idéal sur un soufflé au fromage. Excellent rapport qualité-prix. Chambres d’hôtes disponibles.

    Château SIMON

    Château SIMON

    (SAUTERNES)
    Jean Dufour

    33720 Barsac
    Téléphone :05 56 27 15 35
    Télécopie : 05 56 27 24 79
    Email : chateau.simon@worldonline.fr

    Cinquième génération de vignerons pour ce domaine de 17 ha (85% de Sémillon, 12% Sauvignon et 3% Muscadelle). On se fait plaisir avec son Sauternes 2007, à la bouche fondue, un vin ample, aux notes discrètes de citron et de fleurs blanches, tout en bouche, tout en finesse, de jolie robe dorée, dominé par des effluves de petits fruits confits et de noisette en finale, de garde. Le 2005, moelleux et frais en bouche, d’une belle onctuosité, aux nuances de brioche et de fruits jaunes macérés, un vin tout en finesse, aux senteurs persistantes. Le 2004, de jolie robe dorée, de bouche complexe, allie rondeur et structure, finement floral, tout en souplesse. Le Graves rouge 2006, élevé en fûts, de couleur rubis, aux tanins fermes mais bien soyeux, intense en couleur et en arômes, charmeur, un vin qui allie harmonie et richesse.
    Château BROWNPESSAC-LÉOGNAN Château BROWN

    Château BROWN

    (PESSAC-LÉOGNAN)
    Jean-Christophe Mau
    5, avenue de la Liberté
    33850 Léognan
    Téléphone :05 56 87 08 10
    Télécopie : 05 56 87 87 34
    Email : chateau.brown@wanadoo.fr
    Site : www.chateau-brown.fr

    Passe en 1er Grand Vin Classé, notamment pour son blanc (exceptionnel 2000). “Nous avons acheté des terres contiguës à Brown et à l’avenir nous envisageons de planter 3 ha de vignes supplémentaires. Le 2007 est un très joli vin issu de petits rendements, nous raconter Jean-Christophe Mau, un millésime qui a profité d’un bel été indien et d’une vendange tardive (28 octobre). Majorité de Cabernet-Sauvignon (68%). La couleur est bien soutenue. Les acidités basses associées aux faibles rendements donnent une jolie maturité au vin. Le vin est soyeux, avec beaucoup d’élégance, il pourra se garder une bonne dizaine d’années. Depuis que j’ai repris la propriété en 2005, j’observe que mes vins sont très typés ‘”Rive Gauche”, c’est dû aux Cabernets-Sauvignons très mûrs. J’ai des terroirs graveleux particulièrement bien adaptés à ce cépage qui s’y plaît parfaitement. D’ici deux ou trois ans, il sera déjà agréable à déguster après avoir été décanté. Le 2008 est en cours d’élevage, il aura, lui aussi, une majorité de Cabernet-Sauvignon dans l’assemblage. Le 2009 a bénéficié de conditions climatiques exceptionnelles qui ont permis aux Cabernets de mûrir au maximum, les degrés sont formidables, bien soutenus par des acidités, l’équilibre idéal !” On patiente pour ce Pessac-Léognan rouge 2008, de belle charpente, ample et riche, charnu en bouche, tout en subtilité, un beau vin qui allie finesse aromatique à des tanins puissants et soyeux à la fois. Le 2007 associe finesse et concentration, au nez intense où s'entremêlent des notes d’épices et de fruits rouges mûrs, charpenté et riche. d’une belle finale. Beau 2006, riche en couleur, corsé, complexe, harmonieux, qui sent bon les fruits mûrs à noyau et les sous-bois, de bouche opulente aux connotations épicées, un vin de belle charpente, de garde. Le 2005, au nez mariant élégamment les fruits mûrs et les épices, aux tanins très équilibrés et enrobés, de robe grenat, est un vin ferme et ample, puissant, volumineux, de bouche fondue où domine le pruneau confit, d’excellente évolution. Le Pessac-Léognan blanc 2008 est de bouche distinguée où dominent les fruits secs, de jolie robe dorée, un vin ample, alliant finesse et persistance, de belle garde. Le 2006, subtilement parfumé (pomme, citron, tilleul), mêle la fraîcheur à l’élégance, de robe pâle, brillante et limpide, de bouche suave. Château PREUILLAC : En 2009, nous dit Jean-Christophe Mau, avec des rendements très faibles, le vin s’annonce superbe, dans un été chaud comme nous l’avons eu, la fraîcheur a permis de contrebalancer les grosses chaleurs et de conserver toute l’élégance, le fruité du vin. Mes Cabernets-Sauvignons seront plus “sexy” que d’habitude”. On patiente avec son Médoc 2008, très bien élevé en barriques, harmonieux, aux connotations fruitées denses, dominées par le cassis et la cannelle, corsé, un vin dense, d’un beau rubis foncé, d'une belle concentration aromatique et beaucoup de matière. Le 2007 (majorité de Merlot) est très réussi, de couleur rubis très intense, au nez où dominent la prune et les épices, qui allie richesse et harmonie, aux tanins bien fermes et très équilibrés, un vin très classique du millésime. Le 2006, de belle robe grenat, est un vin ample, gourmand, tout en bouche, savoureux mélange de cerise confite, d’humus et de violette, aux tanins puissants et harmonieux.
    Château TOULOUZE

    Château TOULOUZE

    (GRAVES DE VAYRES)
    Évelyne et Alain Cailley
    Rue de la Ruade - BP 28
    33450 Saint-Sulpice-et-Cameyrac
    Téléphone :05 56 30 85 47
    Télécopie : 05 56 30 87 29
    Email : alaincailley@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateautoulouze
    Site : www.chateauxcailley.com

    Domaine de 48 ha dont 25 de vignes. Les terres du Château Toulouze dépendaient d’un vaste ensemble foncier, propriété du Château de Vayres. Ce dernier édifié au XIIIe siècle à l’emplacement d’un oppidum gallo-romain dominant la Dordogne, fut une des résidences du roi Henri IV. La propriété dans sa forme actuelle, 27 ha d’un seul tenant, bâtiments et vignoble, correspond à ce qui subsiste d’un vaste domaine viticole et d’élevage de plus de 70 ha, édifié à la fin du XVIIIe siècle, à la suite de la révolution française et démantelé petit à petit par le jeu des successions. Le vignoble totalement restructuré en 1986, commence à exprimer la montée en puissance de l’expression du terroir. Cela donne des vins à la chair plus ample, généreuse, fruités mais avec des tanins élégants empreints de finesse. Des vins équilibrés et harmonieux, que l’on peut déguster jeunes après une aération en carafe, mais qui offrent selon les millésimes un excellent potentiel de garde, de 10 à 15 ans. Coup de cœur pour leur Graves de Vayres rouge 2007 (75% Merlot et 25% Cabernets), riche en couleur comme en matière, au nez de fruits rouges à noyau et d’épices, avec une belle base tannique. Le 2006 poursuit son évolution, au nez complexe et subtil à la fois, avec des notes de sous-bois et de prune mûre, de bouche ample et dense. Superbe 2005, de robe soutenue, au nez très expressif de fruits, de bouche charnue, très équilibrée entre puissance et fraîcheur. Excellent Bordeaux Supérieur Château Le Maine Martin 2006 (65% Merlot, 20% Cabernet franc, et 15% Cabernet-Sauvignon), parfumé (cassis, fraise des bois), d’une belle structure, ample et volumineux, aux tanins fondus et veloutés, bien charnu comme il se doit. Le Bordeaux rosé Château Frégent est très agréable, alliant rondeur et nervosité, de bouche persistante. Excellent rapport qualité-prix-plaisir.

    Château BERTHENON

    Château BERTHENON

    (PREMIÈRES CÔTES DE BLAYE)
    Thérèse Ponz Szymanski
    3, le Barrail
    33390 Saint-Paul-de-Blaye
    Téléphone :05 57 42 52 24
    Télécopie : 05 57 42 52 24
    Email : info@chateauberthenon.com

    Un vignoble de 32 ha, composé de 80% de Merlot et de 20% de Cabernet-Sauvignon. Ce Premières-Côtes-de-Blaye rouge cuvée Chloé 2007, éraflage total de la vendange, fermentation malolactique en fûts, élevage sur lies fines en barriques neuves durant 18 mois, d’une belle couleur rubis très prononcé, aux notes fruitées et agréablement épicées, est un vin bien corsé, qui allie finesse et structure, de bonne garde. Excellent Premières-Côtes-de-Blaye Tradition 2007, de belle attaque ronde et charnue, généreux et persistant, aux arômes prononcés de fruits rouges, un vin suave et harmonieux, très séduisant. Le 2006, au nez de petits fruits rouges (groseille), est un vin charpenté, de bouche riche et persistante, qui commence à s’ouvrir. Beau Premières-Côtes-de-Blaye cuvée Henri 2006, un vin typé comme on les aime, avec de la charpente, aux notes de griotte et d’humus, de couleur soutenue, de bouche ronde, aux tanins bien équilibrés et soyeux, vraiment réussi.
    vins du siecle
    Vignobles GASSIES-GAUTEY

    Vignobles GASSIES-GAUTEY

    (BORDEAUX)
    Michel et Françoise Gautey
    Le Masson
    33420 Moulon
    Téléphone :05 57 84 52 44
    Télécopie : 05 57 74 98 63
    Email : vignobles.gassies.gautey@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaudumasson

    Au sommet. Les vignobles Gassies-Gautey sont l'œuvre familiale de plusieurs générations de viticulteurs (3e), pionniers parmi tant d'autres de ce terroir de l'Entre-Deux-Mers dont la réputation mondiale est reconnue. L’ensemble du vignoble s’étale sur la rive gauche de la Dordogne, réparti en zone de coteaux argilo-calcaires et de plateaux de même nature, et contiguë au fleuve d’une plaine au sol siliceux avec en fond les filons de grave de la Dordogne qui se prolongent dans le sous-sol. On comprend sa place dans le Classement avec ce Bordeaux rouge Château du Masson cuvée Passion 2006 (80% Merlot, 10% Cabernet franc, 5% Cabernet-Sauvignon, 5% Malbec), à dominante de pruneau, un vin très savoureux, de belle robe soutenue, ample en bouche grâce à des tanins soyeux, avec des nuances de cerise noire et d’humus, de très bonne évolution. Beau 2005, qui associe couleur et structure, avec ce nez complexe de groseille et d’humus, bien corsé, alliant rondeur et charpente en finale. Le 2004 se goûte très bien aujourd’hui, développant souplesse et complexité d’arômes, un vin bien équilibré, très réussi. Excellent Bordeaux rouge Château du Masson 2006, au nez dominé par les petits fruits noirs (cassis), un vin de terroir comme nous les aimons, ample et riche, charnu en bouche, de très belle robe d’un grenat profond, très agréable. Le Bordeaux rosé Fleur du Mayne 2008 (le 2009 suit), d’un beau rose franc, un vin de bouche fraîche et savoureuse, tout en fruité, sec et suave à la fois, l’un des meilleurs de l’appellation.
    Château la CHÂTAIGNERAIE

    Château la CHÂTAIGNERAIE

    (BORDEAUX)
    Vignobles Maulun

    33760 Targon
    Téléphone :05 56 23 41 66
    Télécopie : 05 57 34 41 43
    Email : frederic.maulun@wanadoo.fr

    À la tête de leurs appellations. Beau Bordeaux Supérieur Château Vieux L’Estage 2007 (issu principalement du Merlot, le reste en Cabernet-Sauvignon et Cabernet franc), tout en bouche, légèrement épicé, bien bouqueté, avec des notes de mûre, coloré, charpenté et élégant, aux tanins fermes et denses. Le 2006 est un vin avec beaucoup de souplesse, de bouche ample, aux notes bien marquées de fruits frais et d’humus, puissant et rond à la fois, de très bonne évolution. Excellent Bordeaux rosé Château Vieux L’Estage, l’un des meilleurs de l’appellation comme leur Entre-Deux-Mers Château Vieux L’Estage, d’un beau jaune pâle, très aromatique, d’une belle fraîcheur persistante, une valeur sûre, finement bouquetée avec des senteurs de noisette et de pomme, d’un bel équilibre. Le Bordeaux rouge 2007, qui allie charpente et finesse, parfumé, de robe soutenue, de bouche classique et bien typée.
  • Pin it!

    Mes coups de cœur en Graves, Médoc, Liquoreux...

    Coups de cœur en Graves, Médoc, Liquoreux...

     

    En LIQUOREUX :

     

    Château SAINT-AMAND

    Château SAINT-AMAND

    (SAUTERNES)
    Anne-Marie Facchetti-Ricard

    33210 Preignac
    Téléphone :05 56 76 84 89
    Télécopie : 05 56 76 24 87
    Email : chateausaintamand@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateausaintamand

    Incontestablement à la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Dans la même famille depuis 2 siècles. Amand était évêque à Bordeaux au Ve siècle; sanctifié, son nom fut donné à la propriété. L’histoire dit que, pour protéger les gens du village, une fontaine miraculeuse fut alors installée et aurait provoqué plusieurs guérisons. Cette propriétaire charmante et passionnée, peut être fière de son remarquable Sauternes 2007, de belle robe dorée, au bouquet présent et complexe (miel, pain grillé), tout en élégance en bouche, dominée par des notes de rose et de petits fruits confits, un vin d’un très bel équilibre, riche et fin à la fois, de garde. Très réussi, le 2006, de bouche complexe (poire, abricot confit), harmonieux, onctueux, de teinte doré soutenu, à la bouche fondue, aux connotations de fleurs blanches et de pain d’épices, est suave et fin, de très bonne évolution. Beau 2005, puissant et dense, avec ces notes de noisette et de miel, associant souplesse et structure, un vin tout en finesse, d’une longue finale, encore très jeune, de garde. Superbe 2000, tout en bouquet, fin et savoureux, opulent et bien velouté, de belle couleur, au nez riche et bien présent dominé par des notes de pain grillé. Très beau 98, aux connotations subtiles de brioche et de rose, de bouche profonde, un vin très fin, associant puissance et distinction, avec ces notes en bouche caractéritiques de noisette et de pêche, alliant souplesse et structure, tout en bouche comme ce 96, aux connotations florales subtiles, de bouche profonde et persistante, tout en élégance et onctueuse.
    Château la TOUR BLANCHE

    Château la TOUR BLANCHE

    (SAUTERNES)
    Didier Fréchinet

    33210 Bommes
    Téléphone :05 57 98 02 73
    Télécopie : 05 57 98 02 78
    Email : tour-blanche@tour-blanche.com
    Site : www.tour-blanche.com

    Les 37 ha de vignes sont plantés sur une croupe à la surface graveleuse et au sous-sol argilo-calcaire qui culmine à 60 m, assurant un parfait drainage, une parfaite ventilation et une parfaite exposition. Les vendanges s’effectuent par tries successives (jusqu’à 6 passages) pour ne ramasser que les meilleures grappes, voire les meilleurs raisins. La fermentation alcoolique s’effectue en barriques. Tous les soins sont apportés aux vins avec un suivi précis (ouillages réguliers, soutirages tous les trois mois, élevage en barriques 16 à 18 mois, collage, stabilisation tartrique, filtration...). Doté des installations les plus modernes, La Tour Blanche est également une École dévouée aux métiers du vin, référence dans la région. Exceptionnel Sauternes 2007, de robe jaune doré, alliant puissance et charme, aux arômes de narcisse et d’épices, d’une longue finale complexe où se développent des arômes de fruits confits, de grande évolution. Le 2005, gras mais très fin, d’une structure raffinée, est un beau vin très équilibré, très persistant, aux nuances de pêche, de tilleul et de pain grillé, de garde. Le 2002 est un vin très réussi, avec ces saveurs subtiles où dominent les fruits confits, de bouche fruitée.
    Château VALGUY

    Château VALGUY

    (SAUTERNES)
    Grands Vignobles Loubrie
    4, chemin de Couitte
    33210 Preignac
    Téléphone :05 56 63 58 25
    Télécopie : 05 56 63 58 25
    Email : grandsvignoblesloubrie@orange.fr

    Une réussite avec ce Sauternes 2007, issu d’un vignoble de 4,16 ha, marqué par son Sémillon très majoritaire (85%,10% Sauvignon et 5% Muscadelle), bien élevé 18 mois en barriques, au nez intense et frais, où dominent les fruits, les fleurs et le pain d’épice, d’excellente bouche, un vin savoureux qui poursuit sa belle évolution. Excellent 2006, suave, tout en subtilité d’arômes, de teinte dorée, aux nuances de fruits bien mûrs, d’une belle ampleur. Excellent Graves rouge Cailloux de Valguy 2007, d’un beau rouge profond, aux connotations d’humus et de fruits noirs surmûris, tout en finesse tannique, un vin typé, ample et bien charpenté. Joli Graves blanc Cailloux de Valguy 2007 (élevage sur lies fines avec bâtonnages, 60% Sémillon, 40% Sauvignon), de teinte pâle, charmeur, aux notes de poire, tout en structure et parfums en bouche.

    Château BEL AIR

    Château BEL AIR

    (SAINTE-CROIX-DU-MONT)
    M.Meric

    33410 Sainte-Croix-du-Mont
    Téléphone :05 56 62 01 19 et 05 56 62 09 03
    Télécopie : 05 56 62 09 33
    Email : vignobles.meric@orange.fr
    Site : www.chateaubelair.net

    Avec des origines remontant en 1648, le Château Bel Air fait partie des plus anciennes propriétés de l’appellation. Dominant la vallée de la Garonne, le vignoble s’étend sur 18 ha de vignes en coteaux âgées de 30 ans. La récolte, rigoureusement menée par tris successifs permet de sélectionner le raisin à sa maturité avancée, lorsque la pourriture noble dotée des bienfaits du botrytis a atteint son apogée. Les millésimes d’exception sont élevés avec le plus grand soin en fûts de chêne durant 12 à 18 mois afin d’élaborer les cuvées Prestiges. Beau Sainte-Croix-du-Mont cuvée Vieilles vignes 2005, un vin ample et velouté, de belle couleur, au nez riche et bien présent dominé par des notes de pain grillé et de fruits, tout en bouche, vraiment très agréable, à goûter sur des ris de veau, par exemple. Le Sainte-Croix-du-Mont Tradition 2006 est tout en bouquet, de belle robe, aux connotations florales subtiles, frais et persistant au palais, très fin. Excellent Premières Côtes de Bordeaux rouge 2006, un vin de bouche puissante, avec des senteurs de framboise mûre, riche et fondu à la fois, de charpente fine mais bien présente.

    Château de CÉRONS

    Château de CÉRONS


    M. Perromat

    33720 Cérons
    Téléphone :05 56 27 01 13
    Télécopie : 05 56 27 22 17
    Email : perromat@chateaudecerons.com
    Site : www.chateaudecerons.com

    Un remarquable Cérons 2005, onctueux et persistant, aux notes florales complexes (rose, acacia...), fondu en bouche avec cette touche de pain brioché, tout en bouche, subtilement parfumé, persistant, riche, complexe, d’une longue finale, de très belle évolution comme en atteste ce 2002, aux arômes de noisette et d’amande grillée, de belle robe jaune pâle aux reflets d’or, un vin gras, ample, puissant et élégant à la fois, une belle réussite, de bouche savoureuse. Même propriétaire que le Château du Mayne (voir Graves).

    Château L'ENCLOS MIQUEU

    Château L'ENCLOS MIQUEU

    (LOUPIAC)
    Mathieu Barrère
    Le Gris
    33490 Saint-Martial
    Téléphone :05 56 61 96 44
    Email : m.barrere@worldonline.fr

    Vignoble de 12 ha (90% Sémillon, 6% Sauvignon gris, 4% Muscadelle). Beau Loupiac Remarquable Nectar d’Or 2005, issu des vendanges de novembre, la famille Barrère ayant pris le pari de vendanger tardivement sur les parcelles les mieux exposées, un vin de couleur jaune ambré, au nez très raffiné, d’excellente tenue en bouche, d’une belle onctuosité, aux nuances d’orange confite, d’abricot et de tilleul, discrètement vanillé.

     


     

     

    vins du siecle

    En GRAVES :

     

    Château HAUT-PLANTADE

    Château HAUT-PLANTADE

    (PESSAC-LÉOGNAN)
    Plantade Père et Fils

    33850 Léognan
    Téléphone :05 56 64 07 09
    Télécopie : 05 56 64 02 24
    Email : hautplantade@wanadoo.fr

    Le vignoble naquit en 1975, fruit de l’amour d’un homme pour sa terre (8,50 ha divisés en 15 parcelles), sur un sol de graviers et de sables en surface et en dessous viennent des calcaires friables gréseux et siliceux, répartis en rouge 7,10 ha, blanc 1,40 ha (culture raisonnée, labour à la charrue vigneronne). Beaucoup aimé le Pessac-Léognan rouge 2007, de jolie robe grenat soutenu, bien charpenté, parfumé (griotte, humus...), un vin ferme et soyeux à la fois, avec une bouche puissante et persistante de groseille cuite. Le 2006, allie structure et souplesse, de bouche fondue où domine le pruneau confit. Le 2005, un vin de couleur intense, richement bouqueté, mêle une finesse tannique à une rondeur en bouche tenace, avec ces notes de fraise des bois surmûrie. Le Pessac-Léognan blanc 2008, aux arômes floraux et fruités intenses, est un vin suave, harmonieux, subtil et puissant à la fois, d’excellente évolution comme en atteste le 2005, d’un bel aspect jaune et or, où l’on retrouve des notes de fleurs blanches et de noisette, avec des nuances de pêche en finale.
    Château D'ARRICAUD

    Château D'ARRICAUD

    (GRAVES)
    Mme Labarthe

    33720 Landiras
    Téléphone :05 56 62 51 29
    Télécopie : 05 56 62 41 47
    Email : chateaudarricaud@wanadoo.fr

    Un excellent Graves rouge Prestige 2007, aux tanins puissants et soyeux à la fois, très parfumé, tout en bouche, bien corsé, un vin savoureux et complexe. Le 2006 est charnu comme on les aime, gras, bien charpenté, un vin avec des nuances de prune et de violette, au nez ample, suave et puissant, alliant une bonne base tannique à une finesse persistante en bouche. Le 2005, dense, de robe soutenue, est un vin charnu et gras, au nez complexe et subtil à la fois, dominé par la griotte, de base tannique importante et très équilibrée.
    En MEDOC :

    Château le MEYNIEU

    Château le MEYNIEU

    (HAUT-MÉDOC)

    Domaines Pedro
    33180 Vertheuil
    Téléphone :05 56 73 32 10
    Télécopie : 05 56 41 98 89
    Email : ddompedro@aol.com
    Site : www.domaines-pedro.com

    Une propriété de 45 ha dont 30 de vignes. Beau Haut-Médoc 2006, , au nez de cassis et d’humus, de couleur profonde, un vin ample, associant rondeur et richesse, très parfumé, bien typé, aux notes giboyeuses et de mûre en bouche, aux tanins riches et soyeux à la fois. Le 2005, corsé et rond à la fois, de robe grenat profond, un bien joli vin qui développe des notes de fruits cuits bien caractéristiques, de bouche puissante et souple, de bonne base tannique, de garde. Le 2004, un vin gras, aux tanins harmonieux et riches, persistant en bouche, au nez complexe, mêle finesse et charpente. Excellent 2003, associant rondeur et structure, au bouquet concentré, de couleur intense, aux nuances épicées. Le 2002 est charpenté, aux tanins denses, tout en bouche, légèrement épicé, bien bouqueté, avec des notes de fruits très mûrs (fraise, griotte), de bonne évolution. Goûtez aussi leur Saint-Estèphe Château Lavillotte, bien charnu comme il se doit, ferme et persistant, classique, au nez de petits fruits rouges mûrs et de cuir, charmeur et racé, aux tanins présents et fondus à la fois, d’une longue finale en bouche.
    Château MURET

    Château MURET

    (HAUT-MÉDOC)
    Philippe Boufflerd

    33180 Saint-Seurin-de-Cadourne
    Téléphone :05 56 59 38 11
    Télécopie : 05 56 59 37 03
    Email : chateau.muret@nordnet.fr

    Un domaine de 25 ha (moitié Cabernet, moitié Merlot), entièrement restructuré (construction d’une cuverie moderne, d’un chai à barriques...). Remarquable Haut-Médoc 2007, tout en puissance et finesse, avec de la matière, des arômes de fruits rouges surmûris présents et complexes, avec des connotations d’épices, de framboise et d’humus, un vin de bouche dense. Tout en bouche, le 2006, aux nuances de fumé et de fraise des bois mûre, est intense, de robe soutenue, au nez légèrement épicé (poivre rose), aux tanins présents, d’excellente évolution. Remarquable 2005, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux notes de griotte mûre et d’épices, très équilibré au nez comme en bouche, de garde. Le 2004 est un vin dense où domine l’élégance et la finesse, aux nuances de truffe et de fraise des bois, tout en bouche. Le 2003, velouté, souple avec une attaque fruitée de petits fruits rouges, est un vin gras, équilibré, aux tanins amples. Le 2002, de couleur soutenue, aux notes de cassis mûr, d’épices et de fumé, très bien élevé, est riche et savoureux en bouche, concentré, parfumé. Beau 2001, avec beaucoup d’élégance, aux notes de fruits, de cannelle et d’humus, un vin particulièrement séduisant en ce moment. Le 2000 commence à s’ouvrir, gras et complexe, intense et charmeur, marqué par son terroir, coloré, corsé, charpenté.

    Château ROQUEGRAVE

    Château ROQUEGRAVE

    (MÉDOC)
    M.Jean-Bernard Lleu
    5, rue de Villeneuve
    33340 Valeyrac
    Téléphone :05 56 41 52 02
    Télécopie : 05 56 41 50 53
    Email : chateau-roquegrave@orange.fr

    Belle place dans le Classement, grâce à un rapport qualité-prix-régularité exemplaire. “Le 2008 a été un millésime difficile à réaliser, nous raconte Jean-Bernard Lleu. Beaucoup de travail à la vigne, une surveillance phytosanitaire importante. Nous avons tout de même obtenu des raisins de bonne maturité surtout pour les Merlots. Les quantités sont réduites à 48 hl/ha mais c’est plus qu’en 2007, bien que pas dans la norme. Nous avons de belles couleurs, des vins bien fruités, d’un beau potentiel de garde, mais moindre que le 2005. Dans l’ensemble on s’en sort très bien malgré la difficulté en regard des conditions climatiques.” Pour l’instant, on se fait donc plaisir avec son Médoc 2005, au nez concentré, dense, typé, aux tanins souples, au nez complexe, tout en bouche, aux connotations de cassis, de griotte et de truffe, un vin aux tanins mûrs et bien présents, de bouche veloutée, prometteur. Beau 2004, classique, corsé et gras, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime riche, persistant, charpenté, au nez de fruits mûrs et d’humus, de très bonne garde. Le 2003 est ample, soyeux, très classique de ce millésime, ferme, très équilibré, un vin tout en bouche, très bien élevé. Le 2002 est tout en couleur et en matière, très typé, au nez subtil, avec ces notes très caractéristiques et très persistantes de fumé et d’épices. Très beau 2001, d’une grande harmonie en bouche, très parfumé (mûre, humus...), ample, séveux, généreux et persistant, aux tanins très équilibrés, d’une finale suave. Remarquable 2000, bien charnu, aux tanins souples et bien équilibrés, au nez intense (mûre, épices), de bouche harmonieuse. Savoureux 99, de belle couleur grenat profond, une cuvée charpentée, au nez caractéristique de fruits mûrs et de garrigue, riche et fondue à la fois, un vin qui fera merveille sur un gigot à la ficelle. Remarquable 98, fort bien élevé également, très élégant, gras et harmonieux, au bouquet subtil et intense à la fois, aux notes de sous-bois et de fruits rouges frais, de bouche ample et fondue.
    En SAINT-EMILION :
    Château MATRASSAINT-ÉMILION Château MATRAS

    Château MATRAS

    (SAINT-ÉMILION)
    Vignobles Gaboriaud-Bernard

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 51 52 39
    Télécopie : 05 57 51 70 19
    Email : chateau.bourseau@wanadoo.fr

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Un vignoble situé sur le versant sud des coteaux de Saint-Émilion. Le terrain argilo-calcaire est mélangé d’alios ou crasse de fer. Les Cabernet et Merlot y produisent un vin dont le moelleux, la finesse et le bouquet sont fort appréciés. La vinification est conduite avec un contrôle permanent des températures. Le vin est ensuite élevé pendant 18 mois en fûts de chêne, dont 1/3 est renouvelé chaque année. Particulièrement séducteur, le Saint-Émilion GCC 2007, de robe pourpre, est riche au nez comme en bouche, avec des notes de fraise des bois, d’épices et d’humus, aux tanins très équilibrés et savoureux, d’une très jolie finale. Beau 2006, aux senteurs de cassis mûr et d’épices, un vin puissant et harmonieux, aux tanins fermes et savoureux à la fois, très bien élevé, avec des connotations de fruits à noyau et de cannelle, finement toastées. Le 2005, de belle couleur grenat, est un grand vin corsé et velouté, aux nuances de fumé et de fraise des bois mûre, intense, au nez légèrement épicé (poivre rose), aux tanins présents, d’excellente garde. Le 2004 commence à s’ouvrir, tout en couleur et en matière, au nez riche de framboise mûre, dense et gras. Beau 2003, tout en finesse aromatique (cerise noire, groseille, poivre), de robe intense, typé, mêlant structure et finesse, de belle évolution. Le 2002, classique, est riche en couleur comme en arômes, d’excellente évolution. Remarquable 2001, épicé en bouche, un vin corsé, de très belle structure, d’une finale très parfumée. Le 2000 se goûte très bien aujourd’hui, un vin dense et riche, alliant distinction et structure, de belle base tannique. Excellent rapport qualité-prix.

    Château MAUVINONSAINT-ÉMILION Château MAUVINON

    Château MAUVINON

    (SAINT-ÉMILION)
    Famille Tribaudeau
    Saint-Sulpice-de-Faleyrens
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 64 79
    Télécopie : 05 57 74 44 96
    Email : chateaumauvinon@sfr.fr
    Site : www.chateau-mauvinon.com

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Ces propriétaires charmants et passionnés sont rejoints par leur fils, Jean-Édouard, diplômé de Purpan (Toulouse) qui vient donner sa “patte” aux Vins de la propriété. Belle dégustation sur place et un vrai coup de cœur pour leur Saint-Émilion GC 2007, légèrement épicé comme il se doit, de couleur profonde, avec beaucoup de structure, aux senteurs délicates où prédominent le cassis et les sous-bois, un vin qui associe charme et souplesse, généreux et de très bonne garde. Remarquable 2006, très typé, intense et délicat, un vin ample, charnu et charpenté, qui sent bon les fruits cuits et les sous-bois, de bouche puissante mais très élégante, avec beaucoup de potentiel. Le 2005, corsé, riche en couleur comme en matière, persistant, au nez dominé par la fraise des bois, mariée à des notes de cuir et d’humus, aux tanins présents et soyeux à la fois, un vin riche et structuré, d’une bonne longueur en bouche, de garde. Le 2004 est gras, parfumé, bien classique, corsé, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, avec des tanins riches et veloutés à la fois, tout en charpente. Le 2003, avec ces arômes caractéristiques d’épices et de griotte, est superbe, bien charnu, typé, de couleur grenat, savoureux en bouche, concentré, un vin gras et persistant, avec un beau volume en finale, vraiment remarquable. Le 2002, avec des nuances se définissant par des arômes de framboise, de fraise des bois, est un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples, tout en bouche, encore très jeune. Superbe 2001, au nez puissant et subtil à la fois, de belle charpente, aux connotations de cerise noire, de cuir et de truffe, un vin dense, complexe et fondu. Le 2000, puissant et bien savoureux, est ample, de couleur profonde, un vin avec beaucoup de structure, au nez subtil et épicé, qui poursuit une très belle évolution, idéal sur un gigot. Le 99 est très savoureux actuellement, intense en couleur et en arômes, très parfumé (mûre, poivre…), un vin de bouche charnue, bien persistant en finale. Remarquable rapport qualité-prix, et un accueil de premier ordre.

    Clos des MENUTS Famille Rivière

    Clos des MENUTS Famille Rivière

    (SAINT-ÉMILION)
    Philippe Rivière
    Rue de l’Abbé-Bergey
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 55 59 59
    Télécopie : 05 57 55 59 51
    Email : mriviere@riviere-stemilion.com

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Sympathique et passionné, Philippe Rivière s’attache à élever des Vins qui restent dans un excellent rapport qualité-prix-typicité. Sa propriété s’étend sur 25 ha. Le sol, en partie argilo-calcaire et principalement argilo-sableux à sous-sol d’alios avec crasse de fer, permet un excellent drainage (75% Merlot, 15% Cabernet-Sauvignon et 10% Cabernet franc). Le Saint-Émilion GC 2007 est très parfumé, bien typé, fort bien élevé, marie couleur et matière, au nez expressif à dominante de fruits frais et d’humus, aux tanins moelleux, un vin ferme et charmeur. Le 2006, très classique, de couleur intense et sombre, avec des arômes puissants et subtils où s’entremêlent les épices, les fruits rouges et les baies sauvages, un vin de bouche complexe, ronde, charnue et structurée, d’une longue finale. Le 2005, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux senteurs de fruits cuits, de cannelle et d’humus, est très équilibré au nez comme en bouche. Le 2004, de couleur grenat, est savoureux au palais, concentré, bien marqué par son terroir, gras et persistant, riche en arômes comme en structure, aux tanins fins.

    Château ORISSE du CASSE

    Château ORISSE du CASSE

    (SAINT-ÉMILION)
    Danielle Dubois
    Saint-Sulpice-de-Faleyrens
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 72 75
    Télécopie : 05 40 54 08 01
    Email : dubricru@terroirsenliberte.com
    Site : www.terroirsenliberte.com

    Tout en bouche, le Saint-Émilion GC 2007 est bien élevé, tout en nuances d’arômes (violette, groseille mûre...), aux tanins soyeux, un vin complexe et harmonieux, avec des notes de cassis et d’épices en finale, de bouche fondue. Le 2006, charpenté et harmonieux, est bien caractéristique de ce que doit être un vin de cette appellation, au nez présent avec des notes de violette, de réglisse et de pruneau, qui associe puissance et distinction, aux tanins denses, gras en bouche, d’une très jolie persistance. Le 2005, charnu, riche et structuré, au nez épicé, allie une charpente réelle à une jolie rondeur en bouche, un vin avec beaucoup de structure, riche en couleur comme en arômes, avec ces notes de fruits noirs mûrs (groseille, mûre) et d’épices. Le 2004 développe des notes épicées, au nez complexe où dominent les petits fruits noirs à noyau, riche et souple à la fois, très savoureux. Beau 2003, puissant en bouche, corsé, charpenté, avec des arômes intenses (cassis, sous-bois, truffe) et persistants, qui poursuit son évolution. Le 2002 est bien dense, très bien structuré, riche, parfumé, aux notes de fruits mûrs, tout en bouche, un vin au nez intense et complexe (fraise des bois, violette, cuir...), de couleur profonde, d’un bel équilibre, aux tanins savoureux. Beau 2001, de belle couleur grenat, intense, corsé, velouté, très parfumé, avec ces notes subtiles de sous-bois et de truffe, aux tanins fermes et ronds à la fois, fondu en bouche. Goûtez aussi “LE P”, une cuvée spéciale, avec des notes de fumé et d’épices, aux tanins souples mais puissants, un vin gras et de belle charpente, harmonieux en bouche. Le Côtes-de-Castillon Arthus, à la tête de son appellation (voir le Classement des Côtes), est très bien élevé, au nez de myrtille, de violette et d’épices douces, gras, où la puissance s’allie à la finesse, un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples.
    Château la ROSE- POURRET

    Château la ROSE- POURRET

    (SAINT-ÉMILION)
    M. Warion

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 71 13
    Télécopie : 05 57 74 43 93
    Email : contact@la-rose-pourret.com
    Site : www.la-rose-pourret.com

    Le vignoble familial (depuis 200 ans) s’étend sur 8 ha. La génération actuelle maintient la tradition en travaillant avec passion les Merlot (70%) et Cabernet (30%), plantés sur des sols argilo-sableux sur crasse de fer et sables anciens. Les labours, les vendanges manuelles, la vinification traditionnelle, l’élevage en barriques neuves renouvelées par 1/3 chaque année... Tout cela explique ce Saint-Émilion GC 2007, qui sent bon la griotte et les sous-bois, de bouche puissante et souple à la fois, un vin de couleur rubis profond, très bien élevé, de très bonne évolution. Beau 2006, d’une belle teinte velouté et soyeuse, aux senteurs de cassis, de pruneau et d’épices, racé, aux tanins riches et savoureux, tout en bouche, un vin rond et bien charpenté. Le 2005 est bien charnu, concentré et gras, dense, au nez dominé par le pruneau et le poivre, finement boisé, de très bonne évolution. Le 2004 est de belle robe soutenue, aux tanins mûrs et présents à la fois, très parfumé, corsé, harmonieux et persistant, un vin d’excellente évolution. Le 2003, de belle robe grenat, est charnu, aux arômes d’épices, de fruits rouges cuits et de cuir, aux tanins fermes et soyeux à la fois. Le 2000 est riche en couleur comme en matière, au nez de fruits et d’humus, légèrement épicé, tout en finale.
    Château VIEUX-POURRET

    Château VIEUX-POURRET

    (SAINT-ÉMILION)
    Mme Richert-Boutet
    Miaille
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 68 17 et 06 80 64 49 75
    Télécopie : 05 57 24 63 27
    Email : château.vieux.pourret@orange.fr
    Site : www.chateau-vieux-pourret.fr

    Vignoble de 6 ha, en conversion biodynamique (agriculture exempte de produits chimiques), dont l’étiquette 2005 porte le label. Très réussi, le Saint-Émilion GC 2007, d’un beau rouge profond, est ample, velouté et fruité en bouche, avec des tanins souples et bien fermes à la fois, vraiment charmeur avec ce nez où dominent la groseille mûre et la violette, tout en complexité aromatique, de bonne évolution. Excellent 2006, de bouche persistante avec ces nuances de fumé caractéristiques, bien équilibré, d’une grande harmonie, de belle charpente. Le 2005, au bouquet développé, aux nuances fruitées et giboyeuses, est un vin complet, avec des tanins denses et harmonieux, d’excellente garde bien sûr. Le 2003, de couleur pourpre, corsé, savoureux, aux tanins riches, au nez complexe (cuir, truffe), allie rondeur et charpente. Le 2002, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de cerise noire, est ample comme le 2001, aux notes de fruits légèrement confits.
    Château JURA-PLAISANCE

    Château JURA-PLAISANCE

    (MONTAGNE-SAINT-ÉMILION)
    Mme B.Delol

    33570 Montagne
    Téléphone :05 57 51 91 44
    Télécopie : 05 57 51 88 92
    Email : bernard.delol@sfr.fr

    Un vignoble de 8 ha qui borde les appellations Pomerol et Saint-Émilion (sol argilo-calcaire, sables, 60% Merlot, 40% Cabernet franc). Dans cette propriété, les vins sont élevés en barriques de 2 à 3 vins afin de ne pas avoir le goût de boisé trop prononcé, ce qui nous change des cuvées écœurantes que l’on peut trouver dans le coin. Vous aimerez comme nous ce Montagne-Saint-Émilion 2007, élevé 18 mois en fûts de chêne, tout en bouche, au nez délicat, associant puissance et finesse, de belle robe pourpre soutenu, aux nuances de violette et de truffe, d’une grande harmonie, séveux, généreux en bouche, à ouvrir sur un pot-au-feu. Le 2006 développe un nez concentré de cassis et de sous-bois, un vin aux tanins présents et mûrs à la fois, dense et ample, très équilibré en bouche. Le 2005, aux arômes puissants de fruits cuits, d’humus et d’épices, est de bouche riche, de très bonne garde. Le 2004 est de couleur grenat intense, au nez dominé par les épices et les petits fruits rouges à noyau, riche et velouté, de bonne bouche aux notes d’humus et de pruneau, très classique, très agréable en ce moment. Le 2003 est charpenté, aux saveurs de fruits noirs mûrs, aux tanins souples et très équilibrés, d’une jolie finale.
    Château PIRON

    Château PIRON

    (MONTAGNE-SAINT-ÉMILION)
    Domaine Fressineau Frères

    33570 Montagne
    Téléphone :05 57 74 61 57
    Télécopie : 05 57 74 61 57
    Email : vignes@domaine-fressineau-chateau-piron.com
    Site : www.domaine-fressineau-chateau-piron.com

    Très bien classé avec cet excellent Montagne-Saint-Émilion 2007 (vignoble de 12 ha sur sol argileux avec assise calcaire, 85% Merlot et 15% Cabernet), au nez subtil dominé par le pruneau et la griotte, avec des tanins soyeux et très équilibrés, d’une couleur intense, un vin gras et rond, avec cette bouche chaleureuse et séduisante. Le 2006 poursuit sa belle évolution, de très belle robe grenat, qui allie concentration aromatique et souplesse au palais, avec ces arômes d’épices et de griotte, bien corsé, un très joli vin, tout en bouche. Beau 2005, de belle robe soutenue, avec ce charnu et cette pointe d’épices caractéristique, de bouche puissante et souple, de bonne base tannique, bien charpenté. Excellent 2004, de bonne bouche avec des notes persistantes de violette, de mûre et d’épices, coloré et ample, alliant une finesse tannique à une jolie rondeur en bouche, d’une très jolie finale avec ses notes de fumé. Des visites guidées sont proposées à la propriété.
    Château LA TUILERIE DES COMBES

    Château LA TUILERIE DES COMBES

    (MONTAGNE-SAINT-ÉMILION)
    Comte Vincent Le Grelle

    33570 Montagne
    Téléphone :05 57 74 67 98
    Télécopie : 05 57 74 00 06
    Email : vincent.legrelle@skynet.be
    Site : www.latuilerie.net

    Bien aimé ce Montagne-Saint-Émilion 2007, complexe et harmonieux, avec des nuances se définissant par des arômes de fraise des bois et de poivre, un vin de couleur soutenue, aux tanins amples, tout en bouche. Excellent 2006, dont les tanins sont souples et bien équilibrés, au nez intense, un vin corsé, de bouche harmonieuse et persistante, de très bonne garde. Le 2005, d’un beau rouge profond, au nez subtil, aux connotations d’humus et de petits fruits noirs bien mûrs, tout en finesse tannique, est ample et de bonne structure. Le 2004, de robe grenat, riche, au nez intense, complexe, d’une belle finale où dominent la cerise noire mûre et les sous-bois, est un vin de bouche flatteuse et dense à la fois. Le 2003 est tout en bouche, riche et gras, avec des arômes persistants et puissants, charpenté et distingué, aux nuances de violette et d’humus. Excellent Montagne-Saint-Émilion cuvée Rubens 2003, un vin corsé comme il le faut, avec des tanins amples et une charpente souple, avec ce nez dominé par les petits fruits rouges mûrs (cerise, fraise…), de robe pourpre, de bouche généreuse et charnue.
    En POMEROL :

    Château HAUT FERRAND

    Château HAUT FERRAND

    (POMEROL)
    Henry Gasparoux et Fils
    Chemin de la Commanderie
    33500 Libourne
    Téléphone :05 57 51 21 67
    Télécopie : 05 57 25 01 41
    Email : contact@chateau-ferrand.com
    Site : www.chateau-ferrand.com

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Un vignoble de 4,5 ha (70% Merlot et 30% Cabernet franc). Remarquable Pomerol 2007, très typé, concentré et charnu, un vin riche en bouquet comme en matière, tout en bouche, aux tanins équilibrés, élégant. Le 2006 est très réussi, corsé et charpenté, avec des arômes puissants et persistants de griotte et de framboise macérées, un vin ample, complexe, étoffé, qui poursuit son évolution. Beau 2005, de bouche pleine et riche, aux nuances délicates de fruits des bois et de fumé, typé, un beau vin qui convient particulièrement aux plats épicés. Le 2004 est un vin où la finesse prédomine, avec ces notes très caractéristiques de cuir et de fruits légèrement confits, aux tanins amples comme le 2003, généreux, coloré, au nez dominé par l’humus et le cassis, ample et gras en bouche, très équilibré, un vin charnu, savoureux, très charmeur par sa rondeur et son équilibre, d’excellente évolution. Idéal actuellement, il y a aussi, ce beau 2001, au nez intense (truffe, cuir, humus), avec ses notes fumées et réglissées, des tanins mûrs et suaves, d'une finale longue et savoureuse et le 2000, très harmonieux, avec des senteurs intenses de groseille et d’épices, un vin de très bonne bouche, de robe grenat, tout en arômes, alliant richesse et finesse, avec de l’étoffe et de l’élégance. Le Pomerol Château Ferrand (12 ha) est un vin de caractère, très parfumé (griotte, réglisse), d’une belle structure, volumineux, aux tanins veloutés.

    Château CANON-CHAIGNEAULALANDE-DE-POMEROL Château CANON-CHAIGNEAU

    Château CANON-CHAIGNEAU

    (LALANDE-DE-POMEROL)
    Famille Marin-Audra
    BP 2
    33500 Pomerol
    Téléphone :05 57 24 69 13
    Télécopie : 05 57 24 69 11
    Email : louis.marin@wanadoo.fr
    Site : www.canon-chaigneau.com

    Toujours à la tête de son appellation avec ce Lalande-de-Pomerol 2006, au nez complexe où dominent les groseilles et l’humus, de bouche bien charnue, un vin coloré et dense, qui allie puissance et finesse, très plaisant sur un petit gibier d’eau. Beau 2005, très charmeur, au nez subtil où dominent le cuir et le pruneau confit, d’une très jolie concentration en bouche, aux tanins bien réels et fins, légèrement épicé comme il se doit, vraiment très réussi, de garde. Le 2003, très aromatique, est bien équilibré, aux connotations de framboise macérée, d’une très jolie concentration en bouche, aux tanins présents et savoureux, de bouche subtilement poivrée. Le 2002 est très bon, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de fruits mûrs, un vin riche, très équilibré, d’une belle longueur, de bouche puissante. Le 2001, charpenté, de belle robe soutenue, ample et distingué en bouche, au nez épicé, aux tanins bien fondus, est très élégant et mérite d’être attendu pour profiter de son potentiel. Le 2000 est remarquable, riche et subtil au nez comme en bouche, aux nuances de fruits macérés et de sous-bois, de garde. Le 99 est vraiment très agréable aujourd’hui, très coloré, où se mêlent la griotte et l’humus, aux nuances épicées, dense, d’une base tannique harmonieuse, de très bonne charpente, très abordable. Redégusté cette année, le 96 est remarquable, tout en couleur et en matière, au nez subtil dominé par des arômes persistants de fumé, d’humus et de cerise noire, un vin qui fait merveille sur un gigot à la ficelle. Beau 98, de bouche dense, aux tanins bien fondus, où s’entremêlent des nuances de petits fruits rouges à noyau bien mûrs, d’humus et de réglisse, typé, de bouche très harmonieuse, parfait sur un civet.
    Château des MOINES

    Château des MOINES

    (LALANDE-DE-POMEROL)
    Scea Du Château des Moines Patrick Merle et Jean Darmajou

    33500 Lalande-de-Pomerol
    Téléphone :05 57 51 40 41
    Télécopie : 05 57 25 04 21
    Email : contact@chateaudesmoines.com
    Site : www.chateaudesmoines.com

    Très bien classé, et c’est bien mérité. Une exploitation familiale depuis plusieurs générations de 20 ha dont 1,30 ha en Bordeaux. Un travail traditionnel (labour, enherbement...), des techniques modernes viticoles (pressoir pneumatique, thermorégulation, table de tri, vibreur...), des cépages variés (72% Merlot, 15% Cabernet-Sauvignon, 10% Cabernet franc et 3% de Malbec), donnent ce Lalande-de-Pomerol cuvée Prestige 2008, bien élevé en fûts neufs, corsé, de couleur rubis bien prononcée, au nez complexe, aux notes fruitées, épicées, avec des tanins souples et très équilibrés, un vin qu’il faut garder quelques temps. S’il en reste, procurez-vous le 2006, charmeur, un vin bien charnu, généreux, coloré, au nez dominé par l’humus et les petits fruits rouges, ample et gras en bouche. La cuvée Tradition 2007, aux senteurs délicates de petits fruits confits et de sous-bois, est riche en couleur comme en matière, aux tanins ronds mais bien présents, un beau vin charnu et souple à la fois. Excellent 2006, de couleur rubis, de bouche classique, de charpente soutenue, ferme et persistant, riche et parfumé, avec ses tanins mûrs.
    En CÔTES :
    Château ROUSSET

    Château ROUSSET

    (CÔTES-DE-BOURG)
    Gérard Teisseire

    33710 Samonac
    Téléphone :05 57 68 46 34
    Télécopie : 05 57 68 36 18
    Email : gteisseire@aol.com

    Domaine de 24 ha de vignes situé sur des coteaux argilo-calcaires et graveleux exposés au midi. Superbe Côtes-de-Bourg Grande Réserve 2005, charnu, très savoureux, aux nuances raffinées de sous-bois, de mûre et de poivre, finement tannique, de bonne bouche, un vin ample et charnu aux tanins fondus, de garde comme en atteste ce 99, généreux, coloré, ample et velouté, tout en bouche. Le Côtes-de-Bourg cuvée Tradition 2006 est bien parfumé, au nez ample qui développe des notes de sous-bois et de cerise mûre, tout en arômes, d’excellente évolution, à ouvrir sur un rôti de porc. Excellent 2005, au nez à dominante de cerise noire et de mûre, légèrement épicé, très équilibré, un vin ample, aux tanins qui commencent à peine à se fondre.
    Château BERTHENON

    Château BERTHENON

    (PREMIÈRES CÔTES DE BLAYE)
    Thérèse Ponz Szymanski
    3, le Barrail
    33390 Saint-Paul-de-Blaye
    Téléphone :05 57 42 52 24
    Télécopie : 05 57 42 52 24
    Email : info@chateauberthenon.com

    Un vignoble de 32 ha, composé de 80% de Merlot et de 20% de Cabernet-Sauvignon. Ce Premières-Côtes-de-Blaye rouge cuvée Chloé 2007, éraflage total de la vendange, fermentation malolactique en fûts, élevage sur lies fines en barriques neuves durant 18 mois, d’une belle couleur rubis très prononcé, aux notes fruitées et agréablement épicées, est un vin bien corsé, qui allie finesse et structure, de bonne garde. Excellent Premières-Côtes-de-Blaye Tradition 2007, de belle attaque ronde et charnue, généreux et persistant, aux arômes prononcés de fruits rouges, un vin suave et harmonieux, très séduisant. Le 2006, au nez de petits fruits rouges (groseille), est un vin charpenté, de bouche riche et persistante, qui commence à s’ouvrir. Beau Premières-Côtes-de-Blaye cuvée Henri 2006, un vin typé comme on les aime, avec de la charpente, aux notes de griotte et d’humus, de couleur soutenue, de bouche ronde, aux tanins bien équilibrés et soyeux, vraiment réussi.

    Château LAGARDE

    Château LAGARDE

    (PREMIÈRES CÔTES DE BLAYE)
    Paul-Henry Nerbusson

    33390 Cars
    Téléphone :05 57 42 91 56 et 05 49 28 46 77
    Email : vignobles.nerbusson@wanadoo.fr

    Un vignoble de 12 ha en bio, et une réussite avec le Premières-Côtes-de-Blaye rouge Excellence 2005, élevé en fûts de chêne, avec des arômes d’humus et de groseille cuite, gras et persistant en bouche, aux tanins fins et mûrs, est un vin de belle couleur, bien charpenté. Excellent Premières-Côtes-de-Blaye Tradition 2006, un vin de bouche puissante, aux connotations de mûre et de violette, très fin, bien corsé et équilibré, c'est classique et très bon.
    Château ANNICHE

    Château ANNICHE

    (PREMIÈRES CÔTES DE BORDEAUX)
    Scea Vignobles Michel Pion

    33550 Haux
    Téléphone :05 56 23 05 15
    Télécopie : 05 56 23 35 64
    Email : vignobles-pion@anniche-vin.com

    Une réussite avec ce Premières-Côtes-de-Bordeaux 2008, concentré, ample, velouté et fruité en bouche, avec des tanins souples et bien fermes à la fois, encore jeune mais prometteur. Le 2007, aux arômes de fruits rouges mûrs dominants, est de bouche ronde et ample soutenue par de jolis tanins, un vin classique et bien charpenté. Joli blanc sec 2009, au bouquet délicat, très fruité (poire, mangue), rond et souple, de bouche fraîche et bien équilibrée, très réussi.
    Château des MILLE ANGES

    Château des MILLE ANGES

    (PREMIÈRES CÔTES DE BORDEAUX)
    Heather Van Ekris

    33490 Saint-Germain-de-Grave
    Téléphone :05 56 76 41 04
    Télécopie : 05 56 76 46 72
    Email : Acvanekris@aol.com
    Site : www.milleanges.com

    Le vignoble de 27 ha est situé sur les collines qui surplombent la vallée de la Garonne. Plusieurs fois médaillé, ce Premières-Côtes-de-Bordeaux 2007 est un vin à dominante de Merlot, bien élevé en barriques de chêne dont 1/3 est renouvelé chaque année, aux tanins fermes et soyeux à la fois, aux arômes complexes d’épices, de fruits noirs et de cuir, de bouche bien structurée, de très bonne évolution. Savoureux 2005, aux tanins enrobés, classique comme on les aime, un vin alliant rondeur et charpente, de bouche concentrée, aux arômes de griotte confite et de sous-bois. Beau 2004, charnu, riche en couleur, aux tanins savoureux, au nez intense de fruits cuits (fraise des bois, mûre) et d’humus, tout en bouche, de très bonne garde.
    En BORDEAUX SUPERIEUR :
    Château HAUT CRUZEAU

    Château HAUT CRUZEAU

    (BORDEAUX SUPÉRIEUR)
    Régis Chevalier

    33370 Fargues-Saint-Hilaire
    Téléphone :05 56 21 11 11
    Télécopie : 05 56 21 11 11
    Email : cruzeau@wanadoo.fr

    Particulièrement apprécié son Bordeaux Supérieur 2007, très bien élevé, un vin ferme et très équilibré, tout en bouche, dominé par les petits fruits rouges à noyau et la muscade, tout en charme, vraiment réussi. Excellent 2006, élevé en fûts de chêne, encore très jeune, bien coloré, un vin corsé et gras, aux tanins puissants, très équilibré, persistant, au nez où dominent le pruneau et la groseille, tout en présence. Beau 2005, de robe soutenue, ample, finement épicé avec des arômes de mûre, tout en charpente, d’excellente garde. Le 2004, de jolie robe grenat, est intense, aux tanins mûrs mais très structurés, un vin qui sent bon la groseille, le pruneau et l’humus, bien structuré.
    Château LAGRANGE les TOURS

    Château LAGRANGE les TOURS

    (BORDEAUX SUPÉRIEUR)
    Michel et Pierre Choquet
    30, rue de Bernescut
    33240 Cubzac-Les-Ponts
    Téléphone :05 57 43 04 96
    Télécopie : 05 57 43 04 96
    Email : vignobles.choquet@wanadoo.fr

    Beaucoup apprécié leur Bordeaux Supérieur Les Cent Rangs 2007 est de couleur pourpre intense, très séduisant avec des notes de framboise et de griotte très mûres et une pointe d’épices, un vin classique et riche, qui allie finesse et structure. Le 2005, médaille d’Or au Concours Mondial du vin Bruxelles 2007 et d’Argent au Challenge International du vin à Bourg 2007, est tout en bouche, aux tanins puissants, de charpente élégante, aux connotations de griotte, de musc et de poivre, un vin velouté et dense à la fois. Le Bordeaux Supérieur 2007 est coloré, bien corsé, de bouche puissante, au nez de griotte cuite, un vin épicé en bouche, aux tanins amples mais soyeux. Le Clairet de Bordeaux L’Idée Claire est un vin très charmeur, toujours l’un des meilleurs de son appellation, à la fois friand et structuré, de bouche épicée.
    Château PERAYNE

    Château PERAYNE

    (BORDEAUX SUPÉRIEUR)
    Henri Lüddecke

    33490 Saint-André-du-Bois
    Téléphone :05 57 98 16 20
    Télécopie : 05 56 76 45 71
    Email : chateauperayne@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateauperayne

    Le domaine s'étend sur 24 ha, dont 20 ha de vignes idéalement exposées. Son terroir argilo-calcaire est enrichi par la présence de graves, de superbes cailloux vieux de cinq millions d'années. Son alliance avec la douceur du climat océanique donne des vins colorés, charpentés et riches en tanins. Les propriétaires actuels, Henri et Monique Luddecke, ont acquit le domaine en 1994 et depuis œuvrent avec passion pour que la renommée du Château Perayne, le plus important domaine viticole de Saint André du Bois au XIXe siècle, retrouve toute sa splendeur. À l’aube de sa carrière de vigneron, Henri fait figure d’outsider dans le milieu viticole où les terres et les savoir-faire se transmettent de génération en génération, où les traditions perdurent. Vierge de tout préjugé concernant l’art et la manière de travailler ses vignes, d’élaborer son vin, il est gourmand de techniques nouvelles et fait preuve d’un talent hardi. Sa décision d’essayer un bouchon de dernière génération, qui n’a jamais été utilisé dans la région auparavant, était révolutionnaire et révèle un peu plus son esprit audacieux ! Au sommet de son appellation avec ce Bordeaux Supérieur 2006, élevé en fûts de chêne durant 12 mois (30% Merlot, 70% Cabernets franc et Sauvignon), au nez complexe (fruits cuits, humus), de bouche bien charnue, un vin complexe et harmonieux. Goûtez le Bordeaux rouge cuvée Henri 2004, avec ce nez intense et fruité (groseille, cassis et vanille), un vin tendre. Séduisant Bordeaux blanc sec cuvée Apollon 2007, vinifié et élevé 8 mois en barriques, de robe jaune pâle brillante, de bouche ronde (pêche), tout en finale. Excellent Bordeaux rouge cuvée Artemis, jumelle d’Apollon, authentique, direct et naturel sont les qualités du vin qui porte son nom, son goût pur et clair est dû à une vinification en cuve Inox sans collage ni filtration.

    Château THURON

    Château THURON

    (BORDEAUX SUPÉRIEUR)
    Famille Lallement

    33190 Pondaurat
    Téléphone :05 56 71 23 92
    Télécopie : 05 56 71 01 89
    Email : contact@chateauthuron.com
    Site : www.chateauthuron.com

    Une place toujours très enviable et largement méritée dans le Classement 2010 pour cette propriété familiale depuis le XVIIe siècle d’environ 6 ha, dont le sol est formé de graves, d’argiles et de galets (60% Merlot, 30% Cabernet-Sauvignon et 10% Cabernet franc). Cultivée raisonnablement, avec une taille et un épamprage draconiens, la vigne produit une vendange qualitative, récoltée avec minutie à l’optimum de sa maturité. Vinifié de manière traditionnelle avec ses propres levures, ni collé, ni filtré, son Bordeaux Supérieur 2006, charnu, tannique, où dominent la fraise des bois bien mûre et l’humus, est parfait sur un onglet. Le 2005, médaille d’Or au Concours des Vignerons Indépendants, est de belle couleur, un vin corsé et bien typé comme on les aime, tout en parfum, avec ces nuances de sous-bois, de cassis et d’épices, aux tanins fermes et ronds à la fois, de très bonne garde. Dans la lignée, le 2004, médaille d’Argent est un vin avec beaucoup de structure, tout en bouche, très équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, aux tanins mûrs. Le 2003 est une belle réussite, avec ces notes persistantes de fumé et d’épices, aux tanins puissants mais très fins, un vin complet comme nous les aimons. Goûtez la cuvée Prestige Saint-Martin-de-Monphélix, de bouche ample et parfumée, un vin à la fois puissant et fin, aux tanins amples. Le Cattleya de Thuron (le cattleya étant une race d’orchidée chère à Marcel Proust), est un très joli Clairet, sec et suave à la fois, qui associe la vivacité à l’élégance, de bouche subtilement parfumée et persistante, ample, à ouvrir sur une cuisine épicée.

    Château la VIEILLE TOUR

    Château la VIEILLE TOUR

    (BORDEAUX SUPÉRIEUR)
    Vignobles Boissonneau

    33190 Saint-Michel-de-Lapujade
    Téléphone :05 56 61 72 14
    Télécopie : 05 56 61 71 01
    Email : vignobles@boissonneau.fr
    Site : www.boissonneau.fr

    On élève ici ce Bordeaux Supérieur Château de la Vieille Tour Réserve 2007, avec ce nez complexe où dominent la mûre, la groseille et l’humus, de très belle robe d’un grenat profond, un vin chaleureux, avec de la matière, d’une jolie finale au boisé fondu. Excellent Bordeaux blanc 2009, franc, fruité (agrumes) et persistant, aux nuances de fleurs blanches et de noisette, un vin qui allie fraîcheur et souplesse. Le Bordeaux Supérieur 2007, au nez dominé par les petits fruits rouges à noyau, est un vin charpenté, aux tanins denses, tout en bouche, légèrement épicé en finale. Excellent Bordeaux rosé 2009, avec cette pointe de nervosité agréable, subtilement épicé, charmeur par sa finesse d’arômes.
  • Pin it!

    Pour le week-end, les meilleurs vins du Haut-Médoc

    Pour le week-end, on prévoit des vins bien classiques du bordelais : ceux de l'appellation Haut-Médoc, savoureux et bénéficiant d'un remarquable rapport qualité-prix-typicité, comme :

     

    Domaine CHALET de GERMIGNAN

    Domaine CHALET de GERMIGNAN

    (HAUT-MÉDOC)
    Luc Monlun
    139, avenue de la Boétie
    33320 Le-Taillan-Médoc
    Téléphone :05 56 05 01 39 et 05 56 05 41 94
    Télécopie : 05 56 95 82 34
    Email : monlun.luc@wanadoo.fr

    Un domaine de 6 ha de vignes. Le Haut-Médoc 2006 (Cabernets majoritaires) est classique de son appellation, un vin riche et complet, aux tanins bien mûrs, de jolie robe, au bouquet subtil et intense à la fois, aux senteurs de sous-bois et de fruits rouges macérés, de bouche corsée, bien tannique. Le 2005, puissant et complexe, très séduisant avec ces notes de cassis et de cuir, très aromatique, qui est de bouche ample et charnue, prometteur. Excellent 2004, d’une belle robe soutenue, qui dévoile des arômes de fruits bien mûrs, franc, intense au palais, généreux, riche, d’une fort belle structure.

    Château de COUDOT

    Château de COUDOT

    (HAUT-MÉDOC)
    J. Blanchard

    33460 Cussac-Fort-Médoc
    Téléphone :05 56 58 90 71
    Télécopie : 05 57 88 50 47
    Email : ch.coudot@wanadoo.fr

    Toujours très bien classé avec ce Haut-Médoc 2006, Cru Artisan, médaille d’Argent au concours de Bordeaux vins d’Aquitaine 2008, de belle couleur soutenue, de bouche soyeuse, au bouquet complexe où se marient des notes fruitées et de sous-bois, gras et savoureux, aux tanins fermes, d’excellente évolution. Beau 2005, très typé, de belle robe rubis profond, de bouche savoureuse mais puissante, au nez riche et délicatement épicé où l’on retrouve les fruits et l’humus, de bonne base tannique. Beau 2004, médaille de Bronze au concours Bordeaux vins d’Aquitaine 2007 intense au nez comme en bouche, très parfumé (groseille, sous-bois) et persistant, d’un bel équilibre. Le 2003, un vin de couleur soutenue, est très aromatique, aux tanins soyeux et fermes à la fois, au nez complexe et subtil dominé par le cassis mûr. Le 2002, médaille de Bronze au concours Général Agricole Paris 2004, de robe grenat, où dominent la griotte et les épices, allie charpente et souplesse.

    Château DOYACHAUT-MÉDOC Château DOYAC

    Château DOYAC

    (HAUT-MÉDOC)
    Earl Max de Pourtalès

    33180 Saint-Seurin-de-Cadourne
    Téléphone :05 56 59 34 49
    Télécopie : 05 56 59 74 82
    Email : chateau.doyac@wanadoo.fr
    Site : www.chateaudoyac.fr

    Prend du galon dans le Classement 2010. Un vignoble de 25 ha, sur un terroir de sables et d’argile sur un socle calcaire, avec une moyenne d’âge des vignes 20 ans (70% Merlot et 30% Cabernet-Sauvignon). Coup de cœur pour son Haut-Médoc 2008, élevé en barriques durant 12 mois (dont 25 % de bois neuf), de couleur intense, aux senteurs épicées, un vin dense, tout en harmonie, riche au nez, avec ses connotations de pruneau et d’humus, aux tanins fermes, très bien élevé. Le 2007 est une réussite, aux notes de mûre, d’humus et de cuir, riche et complet, aux tanins harmonieux, un vin puissant, de très bonne garde. Savoureux 2006, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux nuances de prune et de truffe, avec des tanins denses qui commencent à se fondre, de garde. Remarquable 2005, de couleur pourpre soutenu, d’une belle complexité d’arômes (cannelle, fraise des bois, épices...), un vin intense, riche au nez comme en bouche, aux tanins bien fermes, qui devrait tenir ses promesses. Le 2004, corsé et fort en couleur comme en matière, au nez subtil de fruits à noyau, légèrement épicé, est tout en bouche, de très bonne garde. Le 2003 allie puissance et souplesse, riche et fin, bien structuré, complet et très parfumé, de bouche harmonieuse et persistante. Excellent 2002, de couleur rubis, très bien élevé, aux tanins fermes, dominé par le cassis et les sous-bois. Le 2001 est de couleur grenat foncé, au nez dominé par les épices et les petits fruits rouges à noyau, riche et velouté, de bonne bouche. Remarquable rapport qualité-prix.

    Château d’ESTEAU

    Château d’ESTEAU

    (HAUT-MÉDOC)
    Serge Playa

    33250 Saint-Sauveur
    Téléphone :05 56 59 57 02
    Télécopie : 05 56 59 59 60
    Email : playa.serge@neuf.fr
    Site : www.chateau-d-esteau.net

    Le domaine s’étend sur 4 ha sur des sols de graves garonnaises. La plantation, d’une densité élevée (10 000 pieds/ha) a un âge moyen de près de 40 ans. Les vendanges sont manuelles et les travaux du sol mécaniques. Élevage en barriques de 20 mois, avec 20% de fûts neufs chaque année. Excellent Haut-Médoc 2006, charnu, avec des arômes de sous-bois et de groseille, riche et persistant en bouche, gras, aux tanins mûrs, de couleur profonde, mêlant structure et élégance, de bonne garde. Le 2005, au nez de cerise noire et d’humus, est classique, un vin où la structure s’allie à la finesse, de couleur grenat aux reflets violacés, aux tanins fermes et veloutés, tout en bouche, de garde comme le 2003, bien typé, de jolie robe, qui allie structure et élégance, de bouche étoffée, associant ce gras à des notes finement épicées, un vin puissant qui se goûte très bien aujourd’hui.

    Château FONTESTEAU

    Château FONTESTEAU

    (HAUT-MÉDOC)
    Dominique Fouin et Jean-Christophe Barron

    33250 Saint-Sauveur
    Téléphone :05 56 59 52 76
    Télécopie : 05 56 59 57 89
    Email : chateau.fontesteau@wanadoo.fr

    Classé 2e Grand Vin et à une place enviable grâce à un beau rapport qualité-prix-typicité. Remarquable Haut-Médoc Cru Bourgeois 2007, issu des Cabernet-Sauvignon (45%), Cabernet franc (30%) et Merlot (25%), un beau Vin harmonieux, équilibré et fin, très typé, classique de son terroir, avec une attaque ronde et soyeuse en bouche. Le 2006, corsé, bien équilibré, est persistant, au nez dominé par les sous-bois et les petits fruits noirs très mûrs, un Vin complet qui séduit par sa richesse aromatique, de très bonne garde. Beau 2005, de robe foncée, au nez légèrement épicé, finement tannique, ample, de bonne bouche avec ces notes caractéristiques et persistantes de cassis et d’épices, de belle garde. Le 2004 est tout en bouche, charmeur, au nez subtil, avec ces notes très persistantes de fumé et de cassis, aux tanins puissants mais fins, un Vin complet. Le 2003 est typé, puissant, suave, riche en couleur comme en charpente, aux tanins fermes et fins à la fois, corsé, tout en bouche, chaleureux. Le 2002 est de très belle robe pourpre soutenu, aux senteurs de fleurs et de cuir, légèrement épicé, délicieux, d’une grande harmonie, aux tanins très riches, de très bonne garde. Le 2001 est de couleur profonde, au nez complexe où prédominent le cassis et les sous-bois.

    Château HAUT BELLEVUEHAUT-MÉDOC Château HAUT BELLEVUE

    Château HAUT BELLEVUE

    (HAUT-MÉDOC)
    Alain et Corinne Roses
    10, chemin des Calinottes
    33460 Lamarque
    Téléphone :05 56 58 91 64
    Télécopie : 05 57 88 50 64
    Email : contact@chateauhautbellevue.fr
    Site : www.chateauhautbellevue.fr

    Une propriété de 16 ha dans la famille depuis quatre générations. Ce Haut-Médoc Cru Bourgeois 2006 est un vin riche en arômes, avec des notes d’épices et d’humus, aux tanins très équilibrés et savoureux à la fois, corsé et ample en finale. Beau 2005, un vin qui sent les fruits rouges et les épices douces, ample et chaleureux, riche en couleur comme en charpente, très aromatique, vraiment savoureux. Excellent 2004, associant puissance et finesse, aux tanins équilibrés, un vin coloré et intense, très parfumé (petits fruits, humus), d’excellente évolution. Remarquable 2003, alliant fermeté et rondeur, aux tanins savoureux, aux notes de petits fruits et d’épices, très équilibré, très harmonieux, mêlant finesse et structure. Goûtez le Margaux Château Grand Tayac 2007 (vignoble de 5 ha), fort bien élevé, de robe soutenue, un vin bouqueté, aux notes subtiles de petits fruits surmûris, très équilibré, aux tanins riches et soyeux, de belle et prometteuse évolution. Le 2006 est harmonieux et coloré, de bouche charnue, aux tanins mûrs, aux arômes de framboise et d’épices, intense et souple. Beau 2005, ample au nez comme en bouche, charpenté, où dominent les épices et les pruneaux, puissant et fin à la fois, d’excellente garde. Il y a aussi l’excellent Moulis 2007 (1, 50 ha, terroir de graves, 50% Cabernet-Sauvignon, 50% Merlot, 10 000 pieds/ha, 100% barriques dont 70% de bois neuf origine France durant 13 mois), un vin corsé, au nez complexe (fraise des bois, cuir), un vin riche en couleur, classique, alliant finesse et charpente, ample et persistant.

     

     

    LE LEXIQUE DU VINA - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

     

     

    Château HENNEBELLE

    Château HENNEBELLE

    (HAUT-MÉDOC)
    Pierre Bonastre
    21, route de Pauillac
    33460 Lamarque
    Téléphone :05 56 58 94 07
    Télécopie : 05 57 88 51 13
    Email : pierre.bonastre@wanadoo.fr
    Site : www.chateau-hennebelle.com

    Une place de choix dans le Classement avec ce Haut-Médoc 2007 qui associe structure et finesse, de couleur grenat, ample et corsé, aux tanins bien équilibrés, un vin ferme et parfumé, très réussi. Excellent 2006, aux arômes de pruneau et de petits fruits rouges, aux tanins qui commencent à se fondre, gras, avec des notes de fruits surmûris et de pruneau, bien typé, de robe rubis profond, associant structure et élégance, de bonne garde. Beau 2005, dense bien charpenté et souple avec des arômes fondus d’humus, de petits fruits mûrs et d’épices, un vin de bonne bouche et d’une très belle intensité. Le 2004 est très classique, de charpente élégante, aux tanins bien présents et fondus à la fois, ample et structuré, d’une belle finale. Beau 2003, tout en bouche, aux tanins savoureux, un vin très classique, au nez complexe (mûre, cassis, réglisse), alliant finesse et charpente, de bonne évolution. Le 2002 est un vin dense, de belle robe rubis, au bouquet de fruits rouges caractéristique du terroir, gras, corsé, tout en bouche, d’une grande complexité aromatique, avec des nuances de groseille mûre et de sous-bois.

     


    Château de LAMARQUEHAUT-MÉDOC Château de LAMARQUE

    Château de LAMARQUE

    (HAUT-MÉDOC)
    Pierre-Gilles et Marie-Hélène Gromand d'Évry

    33460 Lamarque
    Téléphone :05 56 58 90 03
    Télécopie : 05 56 58 93 43
    Email : lamarque@chateaudelamarque.fr
    Site : www.chateaudelamarque.com

    Pierre-Gilles Gromand d’Évry et son épouse, Marie-Hélène consacrent leurs soins attentifs aux 600 barriques du chai où s’élève un authentique Cru Bourgeois Supérieur. Ils peuvent être fiers de leur très beau Haut-Médoc 2007, au nez complexe où prédominent la groseille et les sous-bois, mêlant structure et charnu, un vin qui développe au palais des notes de fruits rouges cuits, de cannelle et de fumé, des tanins soyeux, tout en bouche. Savoureux 2006, aux puissants arômes de fruits rouges marqués par une finale de fraise et cerise, de bouche suave, bien soulignée par des tanins vifs, nets, un vin d’une belle persistance, très prometteur. Beau 2005, charpenté, bien charnu, de belle robe pourpre soutenu, au nez légèrement épicé, suave au palais, avec des nuances de cerise et de réglisse, aux tanins fondus mais structurés à la fois, un vin corsé et prometteur. Remarquable 2004, aux tanins denses, aux notes subtiles de fruits rouges mûrs (cerise, cassis) et d’humus, ample et structuré, très persistant, de très belle évolution. Dans la lignée, le 2003, typé, de couleur soutenue, équilibré, parfumé, aux tanins fermes, au nez complexe de cassis et d’épices, associant rondeur et structure, de garde. Le 2002, riche en couleur comme en charpente, aux tanins denses et fins à la fois, est très bien élevé, gras, corsé, tout en bouche. Le 2001 est de couleur profonde, avec beaucoup de structure, où prédominent le cassis et les sous-bois, charpenté, ample, d’une belle persistance. Remarquable 2000, aux tanins puissants et mûrs à la fois, très parfumé, dense et savoureux, qui est très bon aujourd’hui.

    Château de MALLERETHAUT-MÉDOC Château de MALLERET

    Château de MALLERET

    (HAUT-MÉDOC)
    Directeur : Bruno Von der Heyden

    33290 Le Pian-Médoc
    Téléphone :05 56 35 05 36
    Télécopie : 05 56 35 05 38
    Email : contact@chateau-malleret.fr
    Site : www.chateau-malleret.fr

    Une place toujours très enviable dans le Classement 2010. Une entité superbe de 54 ha de vignes (nouvelles techniques de culture et de vinification et développement de l’œno-tourisme). “Je ne cherche pas à trop boiser mes vins, nous dit Bruno Vonderheyden, car cela “étouffe” les arômes de fruits. Je recherche l’équilibre, ce léger boisé apporte juste ce qu’il faut de souplesse tannique, les vins sont longs et distingués avec de légères notes vanillées.” Vous aimerez comme nous ce beau Haut-Médoc Cru Bourgeois Supérieur 2008, de bouche ample où se mêlent la griotte et l’humus, un très joli vin, complexe, dense, aux tanins soyeux mais riches, de très bonne charpente, prometteur. Le 2007, de couleur profonde, charnu en bouche, mêle richesse et finesse, aux notes de fruits mûrs caractéristiques (griotte, pruneau). Remarquable 2006, un vin qui séduit immédiatement par la grande élégance qu’il révèle. Belle robe rouge pourpre, tendant vers le grenat. Nez très riche aux arômes de fruits rouges mûrs. Grande richesse en bouche, bel équilibre entre finesse et intensité, tanins soyeux aux notes d’épices et d’humus. Le 2005, de belle structure tannique, puissante et fondue à la fois, de couleur pourpre, d’une belle concentration, aux notes de fruits frais et d’épices (muscade), alliant distinction et richesse, un vin très représentatif de ce grand millésime, puissant et d’un grand potentiel. Le 2004 est savoureux, riche et concentré, au bouquet intense et complexe où dominent le pruneau et les épices, de belle couleur, associant fruit et structure. Superbe rapport qualité-prix-typicité.

    Château le MEYNIEU

    Château le MEYNIEU

    (HAUT-MÉDOC)

    Domaines Pedro
    33180 Vertheuil
    Téléphone :05 56 73 32 10
    Télécopie : 05 56 41 98 89
    Email : ddompedro@aol.com
    Site : www.domaines-pedro.com

    Une propriété de 45 ha dont 30 de vignes. Beau Haut-Médoc 2006, , au nez de cassis et d’humus, de couleur profonde, un vin ample, associant rondeur et richesse, très parfumé, bien typé, aux notes giboyeuses et de mûre en bouche, aux tanins riches et soyeux à la fois. Le 2005, corsé et rond à la fois, de robe grenat profond, un bien joli vin qui développe des notes de fruits cuits bien caractéristiques, de bouche puissante et souple, de bonne base tannique, de garde. Le 2004, un vin gras, aux tanins harmonieux et riches, persistant en bouche, au nez complexe, mêle finesse et charpente. Excellent 2003, associant rondeur et structure, au bouquet concentré, de couleur intense, aux nuances épicées. Le 2002 est charpenté, aux tanins denses, tout en bouche, légèrement épicé, bien bouqueté, avec des notes de fruits très mûrs (fraise, griotte), de bonne évolution. Goûtez aussi leur Saint-Estèphe Château Lavillotte, bien charnu comme il se doit, ferme et persistant, classique, au nez de petits fruits rouges mûrs et de cuir, charmeur et racé, aux tanins présents et fondus à la fois, d’une longue finale en bouche.

    Château MURET

    Château MURET

    (HAUT-MÉDOC)
    Philippe Boufflerd

    33180 Saint-Seurin-de-Cadourne
    Téléphone :05 56 59 38 11
    Télécopie : 05 56 59 37 03
    Email : chateau.muret@nordnet.fr

    Un domaine de 25 ha (moitié Cabernet, moitié Merlot), entièrement restructuré (construction d’une cuverie moderne, d’un chai à barriques...). Remarquable Haut-Médoc 2007, tout en puissance et finesse, avec de la matière, des arômes de fruits rouges surmûris présents et complexes, avec des connotations d’épices, de framboise et d’humus, un vin de bouche dense. Tout en bouche, le 2006, aux nuances de fumé et de fraise des bois mûre, est intense, de robe soutenue, au nez légèrement épicé (poivre rose), aux tanins présents, d’excellente évolution. Remarquable 2005, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux notes de griotte mûre et d’épices, très équilibré au nez comme en bouche, de garde. Le 2004 est un vin dense où domine l’élégance et la finesse, aux nuances de truffe et de fraise des bois, tout en bouche. Le 2003, velouté, souple avec une attaque fruitée de petits fruits rouges, est un vin gras, équilibré, aux tanins amples. Le 2002, de couleur soutenue, aux notes de cassis mûr, d’épices et de fumé, très bien élevé, est riche et savoureux en bouche, concentré, parfumé. Beau 2001, avec beaucoup d’élégance, aux notes de fruits, de cannelle et d’humus, un vin particulièrement séduisant en ce moment. Le 2000 commence à s’ouvrir, gras et complexe, intense et charmeur, marqué par son terroir, coloré, corsé, charpenté.

    Château REYNATS

    Château REYNATS

    (HAUT-MÉDOC)
    Hélène Gallier-Morgan et Jean-Claude Gallier
    2, chemin des Noyers
    33250 Cissac-Médoc
    Téléphone :05 56 59 58 30
    Télécopie : 05 56 59 58 30
    Email : jcgallier@orange.fr
    Site : www.chateaureynats.com

    Domaine de 5 ha plantés sur sol argilo-calcaire et graveleux, vignes de 25 ans en moyenne (45% Cabernet-Sauvignon, 40% Merlot, 10% Cabernet franc, 5% Petit Verdot), la totalité de la production est élevée en fûts de chêne (35 % de barriques neuves). Une valeur sûre avec leur Haut-Médoc 2007, de robe pourpre, au nez persistant, avec des nuances de cuir et de cassis, aux tanins fermes, un vin bien charnu, tout en bouche, qu’il faut bien évidemment laisser se fondre. Le 2006, de couleur rubis intense, au nez où dominent la groseille et les épices, tout en complexité aromatique, avec des tanins ronds et harmonieux, allie richesse et velouté. Le 2005, de belle teinte grenat, est charnu, au bouquet soutenu dominé par des notes subtiles de cuir et de framboise, aux tanins fermes. Goûtez le grand vin du Château Reynats 2006, issu des meilleures et plus anciennes parcelles, plus riche en Cabernets de 60 à 70 % environ, qui révèle de puissants arômes de fruits rouges et d’épices, aux tanins enrobés, un vin riche et généreux, typé et persistant.

    Château SAINT-AHON

    Château SAINT-AHON

    (HAUT-MÉDOC)
    Françoise et Nicolas de Courcel
    Caychac
    33290 Blanquefort
    Téléphone :05 56 35 06 45
    Télécopie : 05 56 35 87 16
    Email : chateausaintahon@wanadoo.fr
    Site : www.saintahon.com

    Très bien classé. Propriété de Charles de Montesquieu au XVIIe siècle, le Château Saint-Ahon a été acquis par le comte et la comtesse Bernard de Colbert en 1985, c’est à présent leur fille et son mari, Françoise et Nicolas de Courcel, qui ont repris les rênes de ce domaine de 31 ha, au début des années 2000. On se fait vraiment plaisir avec ce Haut-Médoc Cru Bourgeois 2006, de couleur soutenue, au nez complexe, aux notes de fraise des bois, d’humus et de poivre, un vin corsé et charpenté, aux tanins harmonieux mais puissants, de belle charpente, charnu et prometteur. Remarquable 2005 (60% Cabernet-Sauvignon, 28% Merlot, 10% Cabernet franc et 2% Petit Verdot), encore un peu fermé, médaille d’Argent à Mâcon, un vin de belle robe soutenue, avec ce charnu et cette pointe d’épices spécifiques, qui est de bouche puissante et souple, tannique, bien charpenté, de garde. Le 2004, médaille d’Argent à Mâcon également, est très représentatif de ce millésime classique bordelais, où la distinction est prédominante, un vin qui allie couleur et structure, avec ces nuances de cerise noire et de truffe, très équilibré, aux tanins mûrs et bien présents à la fois, à ouvrir avec un magret grillé.

    Château le SOULEY-SAINTE-CROIX

    Château le SOULEY-SAINTE-CROIX

    (HAUT-MÉDOC)
    Jean Riffaud

    33180 Vertheuil
    Téléphone :05 56 41 98 54
    Télécopie : 05 56 41 95 36
    Email : lesouleystecroix@aliceadsl.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/lesouleystecroix
    Site : www.lesouleystecroix.com

    L’histoire contemporaine du Château Le Souley Sainte Croix, se confond avec celle de la famille Riffaud. En 1959 alors que le domaine est à l’abandon, son vignoble vendu à l’arrachage, Denise et Paul Riffaud l’achètent et décident de lui rendre son lustre d’antan, car depuis le XVIIe siècle, et la première plantation, aux environ de 1616, le domaine a connu des périodes de grandes prospérité, mais également des moments d’oubli. Depuis maintenant 50 ans la famille Riffaud toute entière, a consacré son temps, les revenus de la propriété et surtout sa passion inébranlable, pour tout d’abord faire renaître, puis protéger le domaine. Paul et son fils Jean ont replanté le vignoble sur un territoire de 25 ha. Aujourd’hui, Paul et Denise sont décédés, mais le vignoble constitue un lien puissant entre tous ; Jean et son épouse Marie-José gèrent le domaine, Frédéric le fils aîné occupe les fonctions de maître de chai, Vincent, le cadet a en charge le matériel et l’entretien des bâtiments, Jean-Baptiste le petit dernier règne en maître sur les vignes. Vous retrouverez cette osmose familiale dans leurs vins. Coup de cœur pour leur Haut-Médoc 2007, avec ses notes très caractéristiques de mûre, d’humus et de cannelle, aux tanins puissants mais fins, un vin délicieux, coloré et corsé, qui poursuit son évolution. Beau 2006, très représentatif de ce millésime classique bordelais, où la distinction est prédominante, qui allie couleur et structure, avec ces nuances de cerise noire et d’épices, très complet, aux tanins mûrs et bien présents à la fois. Le 2005 est remarquable, encore jeune, d’une belle concentration aromatique, aux notes de fruits rouges (groseille, framboise) et d’humus, mêlant richesse et distinction, de bonne bouche, de garde. Le 2004, d’une couleur profonde, est particulièrement savoureux, aux très beaux arômes de fruits mûrs avec des notes de cannelle, très équilibré en bouche. Le 2003 est de robe pourpre fonçé, avec beaucoup de structure, au nez complexe où prédominent le cassis, la mûre et les sous-bois, riche et persistant, avec des tanins veloutés.
    vins du siecle
    Château TOUR-MARCILLANET

    Château TOUR-MARCILLANET

    (HAUT-MÉDOC)
    Vignoble Ponsar-Mahieu

    33112 Saint-Laurent-Médoc
    Téléphone :05 56 59 92 94
    Télécopie : 01 43 20 14 75
    Email : info@chateau-tour-marcillanet.fr
    Site : www.chateau-tour-marcillanet.fr

    Bien apprécié ce Haut-Médoc 2007, de belle robe, de bonne base tannique, persistant, gras, de bouche ample et corsée, avec ce nez subtil dominé par la fraise mûre, d’une très belle structure, un vin qui mêle charme et richesse, aux nuances fruitées bien persistantes. Le 2006, charnu, aux tanins puissants, où dominent la fraise des bois bien mûre et l’humus, est un vin de charpente structurée et fine à la fois, complexe et persistant, non encore à maturité. Beau 2005, dense et gras, alliant puissance et distinction, bien charnu, d’une grande finesse, avec des connotations de fruits (griotte) et de fleurs (violette), et des nuances de cerise cuite et de truffe au palais. Le 2004, de robe brillante, est bien ferme en bouche, avec un bouquet corsé et des arômes de fruits rouges très murs. Le 2003 est très équilibré, aux senteurs de sous-bois, de fruits rouges, de poivre, aux tanins présents et soyeux à la fois, de garde.

    Château TOUR-du-ROC

    Château TOUR-du-ROC

    (HAUT-MÉDOC)
    Philippe et Emmanuel Robert
    1, rue de l'Église
    33460 Arcins
    Téléphone :05 56 58 90 25
    Télécopie : 05 56 58 94 41
    Email : tourduroc@wanadoo.fr
    Site : www.chateau-tourduroc.com

    Une place toujours enviée dans le Classement pour cette propriété familiale depuis plusieurs générations, qui s’étend sur 12 ha de croupes graveleuses très bien exposées (pas de désherbage chimique, vendanges manuelles, vinification traditionnelle avec longue cuvaison de 3 semaines, élevage en fûts de chêne pendant 12 mois...). Cela donne ce remarquable Haut-Médoc 2007, médaille d’argent au concours Bordeaux vins d’Aquitaine 2009, aux senteurs de petits fruits à noyau et d’épices, riche, charnu et dense, avec de la matière et des tanins, un vin puissant, d’une belle harmonie en bouche, prometteur. Beau 2005, intense et coloré, aux arômes de cassis, de cannelle et de poivre, corsé, ample, avec des tanins très structurés, un vin riche en arômes comme en bouche, de fort belle évolution. Le 2003 commence à très bien se goûter, un vin avec beaucoup de structure, tout en bouche, bien équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, de charpente élégante, de fort bonne garde. Remarquable rapport qualité-prix-typicité.

     

  • Pin it!

    Ce week-end, de beaux vins rouges typés et gourmands à la fois

    Ce week-end, de beaux vins rouges typés et gourmands à la fois comme :

     

    DANS LA LOIRE

    Cave GILBON

    Cave GILBON

    (MENETOU-SALON)

    Domaine de Beaurepaire
    18220 Soulangis
    Téléphone :02 48 64 41 09
    Télécopie : 02 48 64 39 89
    Email : cave-gilbon@wanadoo.fr

    On comprend sa place dans le Classement avec ce Menetou-Salon blanc 2008, issu de vignes plantées sur des coteaux argilo-calcaires, bien élevé en fûts de chêne, puissant et fin à la fois, bien équilibré en bouche, une pointe de gras et une belle persistance viennent compléter des notes fruitées marquées par les agrumes, un vin ample et très charmeur. Le Menetou-Salon blanc Clos des Petites Croix 2007, de belle robe paille, aux nuances de fruits mûrs et de miel, de bouche harmonieuse, mêle souplesse et vivacité, un vin très bien équilibré. Excellent Menetou-Salon rosé, avec ces notes de rose et de mûre, ample et rond, associant fruité, couleur et finale en bouche, parfait sur les terrines de la région. Le Menetou-Salon rouge 2007, de belle structure, concentré, un vin où prédominent la groseille confite et l’humus qui mérite un peu de patience pour vérifier son potentiel.

    Domaine de la GUILLOTERIE

    Domaine de la GUILLOTERIE

    (SAUMUR-CHAMPIGNY)
    Patrice et Philippe Duveau
    63, rue Foucault
    49260 Saint-Cyr-en-Bourg
    Téléphone :02 41 51 62 78
    Télécopie : 02 41 51 63 14
    Email : chateaulaguilloterie@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaulaguilloterie
    Site : www.domainedelaguilloterie.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Patrice et Philippe Duveau, représentant la 3e génération, gèrent ce vignoble qui s’étend sur 50 ha. Sur ce sol argilo-calcaire, les cépages s’épanouissent pour donner des Vins expressifs et de caractère, bien typés. Beau Saumur-Champigny cuvée des Loges 2007, issu de vieilles vignes, il est bien charpenté, au nez expressif de violette et de sous-bois, dense et rond à la fois, de bouche épicé en finale, un vin d’excellente évolution. Goûtez le Saumur Blanc 2008, ample, franc, frais, typé, riche et séduisant, aux notes de noix fraîche, de bouche ronde. Excellent Crémant De Loire brut (Chenin et Chardonnay), avec des notes de fruits frais et d’acacia, de mousse fine et abondante, parfait sur les desserts aux fruits.
    Domaine CHARBONNIER

    Domaine CHARBONNIER

    (TOURAINE)
    Gaec Charbonnier Daniel, Michel et Stéphane
    4, chemin de le Cossaie
    41110 Châteauvieux
    Téléphone :02 54 75 49 29 et 06 14 70 95 44
    Télécopie : 02 54 75 40 74
    Email : dms.charbonnier@wanadoo.fr

    Troisième génération de vignerons. Une réussite avec ce Touraine Cot 2007, riche en couleur comme en arômes, avec des notes caractéristiques de framboise mûre et d’épices, intense au nez comme en bouche, d’excellente évolution. Goûtez le Touraine cuvée Prestige 2005, au bouquet subtil et ample (violette, pruneau), un vin de bouche très équilibrée, dont l’évolution se poursuit. Leur Touraine Cabernet 2006, d’une jolie robe grenat, est un joli vin où dominent des notes de fruits rouges et de violette. Le Touraine Pinot Noir 2008, aux tanins riches et souples à la fois, au nez persistant marqué par des touches de myrtille et d’épices. Il y a aussi ce Rosé De Loire L’Élégance 2009, de belle robe saumonée, idéal sur un soufflé au fromage.
    Domaine de la PALEINESAUMUR Domaine de la PALEINE

    Domaine de la PALEINE

    (SAUMUR)
    Marc et Laurence Vincent Maître de chai : Patrick Nivelleau
    9,rue de la Paleine
    49260 Le Puy-Notre-Dame
    Téléphone :02 41 52 21 24
    Télécopie : 02 41 52 21 66
    Email : contact@domaine-paleine.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/domainepaleine
    Site : www.domaine-paleine.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Marc Vincent vient d’être élu Président de la nouvelle appellation Puy-Notre-Dame à la demande de ses amis vignerons. Cette reconnaissance est le fruit d’efforts certains que l’on retrouve dans son superbe Saumur rouge Moulin des Quints 2008, très bien élevé, très équilibré, aux tanins bien fermes, au nez où dominent la framboise et les sous-bois, avec des nuances de poivre et de mûre, classique, corsé, riche, prometteur. Il y a désormais cette remarquable cuvée Casta Diva 2008, pur Chenin, une rareté avec seulement 3500 bouteilles, issue d’un élevage soigné, aux arômes d’amande grillée, de robe jaune aux reflets d’or, un vin puissant et distingué à la fois, riche au nez comme en bouche avec des nuances de poire et de noix en finale, très harmonieux. Le Saumur Blanc élevé en fûts Pamina 2007, finement épicé, subtil et suave, a des senteurs florales et fruitées, associant élégance et puissance, tout en finesse, d’une grande fraîcheur au nez comme en bouche. Le Saumur rouge Moderato Cantabile 2005, où s’entremêlent le cacao, les épices, la griotte et les sous-bois, est un vin fondu, puissant au nez comme en bouche, aux tanins fermes et soyeux à la fois, d’excellente évolution. À la suite, le Saumur rouge Domaine 2007, médaille d’Argent à Saumur, aux notes de mûre et de griotte, riche en couleur, un vin bien classique, alliant finesse, charpente et persistance, corsé comme il le faut, de bouche savoureuse. Le Saumur brut blanc est de mousse légère et florale, avec des nuances de pêche et de chèvrefeuille, un vin tout en harmonie, ferme et suave, très fin, persistant, très bien élaboré comme le brut rouge. Beau Crémant De Loire, bien typé Chardonnay, de mousse fine, mariant richesse aromatique et persistance, avec des nuances de pomme et de fleurs fraîches, un vin très agréable, tout en délicatesse, riche, d’une jolie complexité aromatique en finale où l’on retrouve des nuances de citronnelle et de brioche. Le domaine vous accueille tous les jours et le week-end sur rendez-vous. Le caveau de dégustation, à Montsoreau, est installé dans une ancienne maison classée de vigneron (4, rue Port-au-Vin. 49730 Montsoreau). Tél. 02 41 38 39 51).

    Domaine de la PETITE CHAPELLE

    Domaine de la PETITE CHAPELLE

    (SAUMUR-CHAMPIGNY)
    Laurent Dézé
    4, rue des Vignerons
    49400 Champigny
    Téléphone :02 41 52 41 11
    Télécopie : 02 41 52 93 48
    Email : deze.laurent@orange.fr

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés, en blanc comme en rouge. Un vignoble familial (depuis 4 générations) qui s’étend sur 28 ha sur des sols argilo-calcaires très caractéristiques de son appellation. Remarquable Saumur-Champigny Tradition 2008, tout en couleur et en matière, aux notes de sous-bois et de fruits rouges mûrs, de bouche ample et fondue, tout en charme. Le Saumur-Champigny Les Chaneluzes 2002, équilibré, parfumé, aux tanins fermes, au nez de cassis et d’épices, allie puissance et souplesse, un vin subtil, de fort belle évolution. Joli Cabernet d’Anjou demi-sec 2009, de jolie robe brillante, de bouche ample et fruitée, très agréable sur un plat épicé. Le Crémant De Loire blanc brut, au nez subtil, de jolie mousse, aux arômes de noisette et de pain grillé, est tout en bouche intense comme ce Joli Crémant De Loire brut rosé, tout en finesse d’arômes. Superbe Saumur Blanc Volupté 2008, un vin où la fraîcheur s’allie à la distinction, épicé, puissant, bien persistant, vraiment savoureux.
    LE LEXIQUE DU VINA - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

    EN BOURGOGNE
    Nicole et Jean-Marie CAPRON-CHARCOUSSET

    Nicole et Jean-Marie CAPRON-CHARCOUSSET

    (SAVIGNY-LES-BEAUNE)

    3, rue Couturie
    21420 Savigny-lès-Beaune
    Téléphone :03 80 21 55 37
    Télécopie : 03 80 21 55 37
    Email : nicolecharcousset@orange.fr

    Bien typé, leur Savigny-lès-Beaune Premier Cru rouge Les Peuillets 2006 est d’un beau rubis pourpre, un vin qui sent la griotte et les sous-bois, de bouche subtile et légère avec des tanins bien fondus, dominée par des nuances de cuir et de fruits surmûris. Le Savigny-lès-Beaune Les Pimentiers 2005 est riche au nez (fruits noirs à noyau) comme en bouche (truffe, épices), bien élevé, de charpente souple, de belle robe soutenue, un vin structuré, d’excellente évolution. Le 2004 est très séduisant avec une palette d’arômes persistante et une bouche étoffée, un vin complexe où dominent la groseille mûre et le cuir. Le Pernand-Vergelesses Les Peuillets blanc 2003, avec ces arômes d’amande grillée, de robe jaune pâle aux reflets d’or est un vin puissant, distingué, riche au nez comme en bouche, d’une finale bien persistante. Goûtez le Savigny-lès-Beaune blanc 2006, de bouche équilibrée, aux notes de pêche et de pain brioché, très bien élevé, gras et ample, idéal sur des crustacés, et le Premier Cru Les Lavières 2003, corsé comme il le faut, avec des parfums subtils dominés par le prune, la violette et le poivre, tout en couleur, aux tanins bien enveloppés, un vin représentatif de son appellation, de bouche séduisante et intense, de très bonne évolution.
    Domaine GROS Frères et Sœurs

    Domaine GROS Frères et Sœurs

    (HAUTES-CÔTES-DE-NUITS)
    Bernard Gros
    6, rue des Grands-Crus
    21700 Vosne-Romanée
    Téléphone :03 80 61 12 43
    Télécopie : 03 80 61 34 05
    Email : bernard.gros2@wanadoo.fr

    Belle valeur sûre, dans une gamme large. Leur Bourgogne Hautes-côtes-de-Nuits rouge 2007 est un vin ample et velouté, persistant en bouche, charnu et très aromatique, aux arômes de fruits noirs très mûrs, et un sympathique Bourgogne rosé, à ouvrir sur une quiche. Joli Bourgogne Hautes-côtes-de-Nuits blanc 2007, de jolie robe, ample et fleuri au nez, aux notes de fruits frais en bouche. Il y a, bien sûr, ce grand Richebourg 2007, puissant et coloré, aux odeurs de cassis, de griotte et d’épices, corsé, ample, avec des tanins riches, un vin puissant en arômes comme en structure, de fort belle évolution. Le 2006, puissant, ample et distingué, aux connotations de mûre et de sous-bois, riche en senteurs comme en charpente, un vin gras et distingué. Le 2005, de couleur profonde, avec beaucoup de structure, est dense et ample en bouche, au nez où prédominent les fruits cuits, la truffe et les sous-bois, un vin très riche, de lente évolution. À ses côtés, ce Grand-Échezeaux 2007, d’une belle couleur cerise noire, développe une bouche racée et riche en matière, où s’entremêlent les saveurs de sous-bois, de cuir et de fruits surmûris, un vin qui demande à se fondre, prometteur. Le 2006 est d’un très bon équilibre entre les fruits et les tanins, au nez de cassis et de mûre, un vin tout en finesse, et d’une grande complexité. Rmarquable Clos Vougeot Mussigni 2007, très typé, savoureux et distingué, bien charnu, très parfumé, très fin, puissant et persistant en bouche, aux saveurs intenses à dominante de fruits mûrs, de vanille et de sous-bois, de garde, comme ce Vosne-Romanée 2007, de couleur cerise, aux arômes puissants de fruits cuits, aux tanins fermes mais bien ronds, un vin classique, ample, tout en bouche.

    GLANTENET Père & Fils

    GLANTENET Père & Fils

    (PERNAND-VERGELESSES)
    Jean-François Glantenet
    Rue de l'Aye
    21700 Magny-les-Villers
    Téléphone :03 80 62 91 61
    Télécopie : 03 80 62 74 79
    Email : domaine.glantenet@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/domaine.glantenet
    Site : www.glantenet.com

    “Notre famille, nous précise-t-on, est installée en Bourgogne depuis le XVe siècle et le domaine viticole remonte au XVIIIe siècle. Aujourd'hui, Jean-François Glantenet est en charge de l'exploitation, et s'occupe des 25 ha, répartis sur cinq communes. Le Domaine vinifie traditionnellement ses vins depuis 1997, année de la première mise en bouteilles (environ 30 000 bouteilles par an). Les vins sont vendus, au Caveau, et au travers des différents salons et manifestations où nous sommes présents tout au cours de l'année. Épaulé par Valérie et entouré de son équipe sur le terrain, avec Sylvie qui l'assiste au bureau, Jean-François conduit l'exploitation familiale de façon traditionnelle dans le respect du terroir. Dans un souci environnemental, les vignes sont conduites en "lutte raisonnée", avec une délimitation de parcelles sélectionnées, comme par exemple les vieilles vignes. Chaque année, la vigne suit son cycle végétatif : de la taille, aux brûlages de ses sarments, à son évasivage (préserver seulement les meilleurs raisins) pour arriver à la cueillette des grappes dans le pur respect des traditions et donner aux vins des Hautes-Côtes le caractère des grands Bourgognes.” Goûtez donc leur excellent Hautes-Côtes-de-Nuits rouge 2008, chaleureux et charpenté, coloré, très aromatique (mûre, de sous-bois), tout en bouche, comme le Pernand-Vergelesses rouge Sur Herbeux 2007, remarquable, un vin charnu, au nez d’épices et de griotte mûre, très riche, d’une longue finale et de belle évolution, très réussi. Le Hautes-Côtes-de-Beaune rouge 2007, fort bien élevé en fûts de chêne, chaleureux, est charpenté, coloré et parfumé (mûre, de sous-bois), tout en bouche. Excellent Hautes-Côtes-de-Nuits blanc 2008, qui associe richesse aromatique et persistance, avec ces senteurs de fleurs et d’amande. Le Côtes-de-Nuits-Villages Le " href="http://www.millesimes.fr/Clos_definition.html">Clos de Magny 2005, 15 mois d’élevage en fûts de chêne français, aux notes classiques de cassis et de sous-bois, aux tanins bien présents, est ferme et dense, tout en bouche, et se goûte très bien sur une perdrix.



    Millesimes
    DANS LE SUD-OUEST
    Domaine de POUYPARDIN

    Domaine de POUYPARDIN

    (CÔTES DE GASCOGNE)
    Sci Les Pouy Antonin Nicollier
    Grazimis
    32100 Condom
    Téléphone :05 62 68 34 77
    Télécopie : 05 62 28 27 18
    Site : www.pouypardin-vin-gers.com

    Vignoble de 6,5 ha, où Antonin Nicollier et son épouse accomplissent la totalité des travaux. Exclusion depuis 2001 de tout antibotrytis et depuis 2004 de tout acaricide, vendanges manuelles. Particulièrement réussi, ce Vin de Pays du Gers Les Lionceaux 2006 (65% Fer Servadou et 35% Cot), un beau Vin, charnu comme on les aime, aux tanins très élégants mais très riches également, de jolie robe grenat, d'une belle harmonie avec ces notes de fruits rouges mûrs. Le Vin de Pays du Gers Terreforts rouge 2005, élevé en barriques 24 mois, pur Merlot, avec ses touches de mûre et de cannelle, riche en couleur, allie finesse et structure, aux tanins savoureux, un Vin qui commence à se fondre. Excellent Vin de Pays du Gers rosé Podio Pardino 2007, franc, souple et fruité, parfait sur des crevettes, et ce séduisant Vin de Pays du Gers blanc sec Messire Géraud 2007 (Ugni Blanc majoritaire, Sauvignon et sémillon), un Vin franc, floral et rond, de bouche persistante, avec des senteurs de fleurs et de citron caractéristiques. Goûtez encore le Vin de Pays du Gers Montée de Pouypardin 2007 (Merlot issu de terroir argilo-calcaires oligocène et miocène), de robe grenat brillant, parfumé (mûre, épices, humus...), aux tanins fermes mais ronds à la fois.
    Domaine du PIALENTOUGAILLAC Domaine du PIALENTOU

    Domaine du PIALENTOU

    (GAILLAC)
    Jean et Kai Gervais

    81600 Brens
    Téléphone :05 63 57 17 99
    Télécopie : 05 63 57 20 51
    Email : domainepialentou@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/domainepialentou
    Site : www.domainedepialentou.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Le domaine est situé sur les terrasses de la rive gauche du Tarn, à deux pas de la charmante cité Renaissance de Gaillac. Après un important programme de modernisation et avoir obtenu la certification Qualenvi des Vignerons Indépendants en 2002, le domaine a demandé en 2007 sa reconversion en bio. Beau Gaillac Les Gentilles Pierres rouge 2006 (Syrah, Merlot, Cabernet-Sauvignon et Braucol), de couleur bien soutenue, aux tanins soyeux et fermes à la fois, au nez subtil dominé par les petits fruits noirs bien mûrs (cassis, cerise noire), développant une bouche harmonieuse. Le 2005 est puissant, fin, élégant, avec de la matière, de belle couleur soutenue et des arômes de petits fruits rouges intenses (cassis, cerise), d’une jolie finale (le 2004 est parfait en ce moment). Excellent Gaillac Les Gentilles Pierres blanc sec 2007 (Sauvignon prédominant et Mauzac), de robe brillante, au nez de pomme et de tilleul, avec une bouche qui s’impose tout en finesse, des nuances de noix fraîche et une finale suave très agréable. À la suite, le Gaillac Nuances de Cocagne rouge 2005, parfumé, aux senteurs de griotte et d’épices, aux tanins équilibrés et mûrs, de bouche ample, à déboucher sur un rôti. Le Nuances de Cocagne blanc 2007 (50% Sauvignon et 50% Mauzac), issu d’une macération pelliculaire, est un vin de belle robe, au nez de noisette. Très séduisant et vif, Nuances de Cocagne rosé 2007, issu d’une saignée des Syrah et Duras (et une pointe de Merlot ), parfumé, avec des connotations de rose et de bruyère, très agréable, rond et frais, un vin à déguster sur une terrine de lapin.
    Château PAILLAS

    Château PAILLAS

    (CAHORS)
    Germain Lescombes

    46700 Floressas
    Téléphone :05 65 36 58 28
    Télécopie : 05 65 24 61 30
    Email : info@paillas.com
    Site : www.paillas.com

    Les vignes, plantées sur une parcelle de 27 ha, s’étendent en demi-cercle autour du chai (82% de Cot, 16% de Merlot et 2% de Tannat) et ont une moyenne d’âge de 25 ans. Cela donne ce Cahors 2007, un vin de couleur pourpre, au nez complexe où dominent les épices et les pruneaux, de bouche ample est structurée, avec des tanins très équilibrés, vraiment très réussi. Beau 2005 (90% Malbec et 10% Merlot), un vin de bouche pleine, de couleur rubis, riche et bien charpenté, au nez dominé par le pruneau et la griotte, avec des tanins amples, très réussi. Pour la (très) bonne bouche, le Cahors 1995 (Malbec majoritaire avec 10% de Merlot), riche, plein, séveux, généreux en bouche, corsé et typé, avec ces connotations de truffe et de fruits macérés, d’une belle évolution.
    Cru du PARADIS

    Cru du PARADIS

    (MADIRAN)
    Jacques Maumus

    65700 Saint-Lanne
    Téléphone :05 62 31 98 23
    Télécopie : 05 62 31 93 23
    Email : cru.du.paradis@wanadoo.fr
    Site : www.madirancruduparadis.com

    Domaine fondé en 1918 par Albert Pemilhe, grand-père de Jacques Maumus. C’est un des plus anciens vignobles de Madiran et, depuis trois générations, ce sont des gênes d’amour et de passion qui se transmettent ici. Superbe Madiran Réserve Royale 2003 (mis en bouteilles après un élevage de 3 ans, vieilles vignes à dominante Tannat, macération longue), d’un rouge profond, au nez distingué, riche et boisé, est un vin parfumé, ample et gras, très bien équilibré avec des tanins enrobés. Remarquable Madiran Paradilys 2005, associant finesse et concentration, parfumé (griotte, mûre, cannelle), bien charnu, d’une belle longueur en bouche, aux tanins très structurés. Très joli Pacherenc-du-Vic-Bilh moelleux, bien typé, au nez où s’entremêlent des nuances d’acacia, de fruits confits et de fleurs blanches, d’une onctuosité raffinée.
    Château PLAISANCE

    Château PLAISANCE

    (FRONTON)
    Eurl de Plaisance Louis et Marc Penavayre
    Place de la Mairie
    31340 Vacquiers
    Téléphone :05 61 84 97 41
    Télécopie : 05 61 84 11 26
    Email : chateau-plaisance@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.coateauplaisance
    Site : www.chateau-plaisance.fr

    La valeur sûre de l’appellation. Un vignoble de 30 ha de vignes où la Négrette, prédominante (60%) apporte une typicité certaine (le reste en Syrah, Cabernet franc, Cabernet-Sauvignon, et Gamay). En reconversion en viticulture biologique depuis le millésime 2008, certification par Qualité France. La famille cultive la vigne sur Vacquiers depuis plusieurs générations. En 1991, l'association de Louis Penavayre et de son fils Marc, donne un nouvel élan au domaine, les surfaces passant de 7 à 16 ha, et au fil des ans jusqu'à 30 ha. Le domaine se recentre au début des années 2000 sur un travail de la vigne au plus proche du terroir, sans engrais ni désherbants, en privilégiant les produits naturels. Les vins ne sont ni collés, ni filtrés. Ils sont aujourd’hui de très beaux ambassadeurs du cépage Négrette, qui depuis près de deux mille ans fait leur charme et leur originalité incomparable. Le Fronton 2006 (élevage de 12 à 18 mois et trois soutirages), très coloré et parfumé, volumineux et ample, d’une belle matière en bouche, aux notes prononcées de cassis et de cuir, allie distinction et richesse, et demande une cuisine relevée. Le 2005, d’un beau rouge profond, aux connotations d’humus et de petits fruits noirs surmûris, est tout en finesse tannique, ample et structuré. Le Fronton rouge Thibault de Plaisance 2006, médaille d’Or au Concours général agricole Paris 2008 ainsi qu’à la Fête du Vin de Fronton, est marqué par des notes de fruits noirs et des touches finement boisées, de bouche riche et suave, aux tanins fondus. Savoureux Fronton Tot Çò Que Cal (Tout ce qu’il faut) 2006, Négrette majoritaire avec 20% de Syrah, très classique, de couleur grenat soutenu, tout en richesse aromatique, un vin de bouche parfumée (griotte, humus...), avec des tanins ronds et puissants à la fois.
    MILLÉSIMES
    consultable en ligne

    gratuitement
    comme un vrai magazine,
    en tournant les pages...
    gt;

    Cliquez ici
    UNIQUE EN FRANCE

    A BORDEAUX
    Château TOULOUZE

    Château TOULOUZE

    (GRAVES DE VAYRES)
    Évelyne et Alain Cailley
    Rue de la Ruade - BP 28
    33450 Saint-Sulpice-et-Cameyrac
    Téléphone :05 56 30 85 47
    Télécopie : 05 56 30 87 29
    Email : alaincailley@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateautoulouze
    Site : www.chateauxcailley.com

    Domaine de 48 ha dont 25 de vignes. Les terres du Château Toulouze dépendaient d’un vaste ensemble foncier, propriété du Château de Vayres. Ce dernier édifié au XIIIe siècle à l’emplacement d’un oppidum gallo-romain dominant la Dordogne, fut une des résidences du roi Henri IV. La propriété dans sa forme actuelle, 27 ha d’un seul tenant, bâtiments et vignoble, correspond à ce qui subsiste d’un vaste domaine viticole et d’élevage de plus de 70 ha, édifié à la fin du XVIIIe siècle, à la suite de la révolution française et démantelé petit à petit par le jeu des successions. Le vignoble totalement restructuré en 1986, commence à exprimer la montée en puissance de l’expression du terroir. Cela donne des vins à la chair plus ample, généreuse, fruités mais avec des tanins élégants empreints de finesse. Des vins équilibrés et harmonieux, que l’on peut déguster jeunes après une aération en carafe, mais qui offrent selon les millésimes un excellent potentiel de garde, de 10 à 15 ans. Coup de cœur pour leur Graves de Vayres rouge 2007 (75% Merlot et 25% Cabernets), riche en couleur comme en matière, au nez de fruits rouges à noyau et d’épices, avec une belle base tannique. Le 2006 poursuit son évolution, au nez complexe et subtil à la fois, avec des notes de sous-bois et de prune mûre, de bouche ample et dense. Superbe 2005, de robe soutenue, au nez très expressif de fruits, de bouche charnue, très équilibrée en tre puissance et fraîcheur. Excellent Bordeaux Supérieur Château Le Maine Martin 2006 (65% Merlot, 20% Cabernet franc, et 15% Cabernet-Sauvignon), parfumé (cassis, fraise des bois), d’une belle structure, ample et volumineux, aux tanins fondus et veloutés, bien charnu comme il se doit. Le Bordeaux rosé Château Frégent est très agréable, alliant rondeur et nervosité, de bouche persistante. Excellent rapport qualité-prix-plaisir.
    Château ROUGEMONT

    Château ROUGEMONT

    (GRAVES)
    Dominique Turtaut
    50, rue Jean-Cabos
    33210 Toulenne
    Téléphone :05 56 63 19 06
    Télécopie : 05 56 76 22 74
    Email : chteaurougemont@yahoo.fr

    Bien apprécié le Graves rouge 2007, de couleur grenat, aux arômes de fruits rouges et noirs (fraise des bois, cassis) et aux tanins fondus mais présents, un vin riche et bien équilibré. Le 2005, aux senteurs de fruits rouges et d’humus, velouté, aux tanins puissants et souples à la fois, est un vin de belle couleur pourpre, charpenté, ample, de garde. Le 2003 est puissant et complexe, avec ces nuances de fruits rouges bien mûrs et une touche d’épices. Excellent Graves Supérieur blanc 2007, au nez élégant dominé par les fleurs blanches et le citron vert, de bouche ample, avec cette touche d’acidité alliée à une rondeur agréable.
    Château BELLES-GRAVES

    Château BELLES-GRAVES

    (LALANDE-DE-POMEROL)
    Xavier Piton

    33500 Néac
    Téléphone :05 57 51 09 61
    Télécopie : 05 57 51 01 41
    Email : x.piton@belles-graves.com
    Site : www.belles-graves.com

    Un vignoble de 17 ha, complanté de Merlot pour 88% et de 12% de Cabernet franc. Son Lalande-de-Pomerol 2006, aux tanins bien fondus et harmonieux, au bouquet complexe où s’entremêlent des notes de petits fruits rouges bien mûrs et les épices, de très bonne charpente et d’une belle harmonie au palais. Beau 2005, bien élevé, au nez intense (sous-bois), qui développe en bouche des arômes de cassis et d’épices, avec des tanins amples et bien équilibrés, un vin d’excellente évolution. Le 2004 commence à s’ouvrir, de belle couleur grenat, finement parfumé (framboise, épices), de jolie structure, ample et fin, corsé en bouche. Le 2003 sent les fruits noirs bien mûrs, un vin puissant, aux tanins bien présents mais soyeux, de bouche riche et charnue. Le 2002 est gras et coloré, intense, concentré et suave au palais, aux tanins savoureux.
    Château PIGANEAUSAINT-ÉMILION Château PIGANEAU

    Château PIGANEAU

    (SAINT-ÉMILION)
    Jean-Baptiste et Vincent Brunot
    1, Jean-Melin
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 55 09 99
    Télécopie : 05 57 55 09 95
    Email : vignobles.brunot@wanadoo.fr
    Site : www.vignobles-brunot.fr

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, ce qui vient récompenser une régularité qualitative certaine assortie de prix particulièrement attractifs. “Nous apportons un suivi à nos vignes en limitant les traitements, nous précise Jean-Baptiste Brunot, c’est un peu la volonté générale. Nous poursuivons notre façon de faire traditionnelle, c’est ce qui fait notre réputation, en privilégiant le bon rapport qualité-prix, c’est important de nos jours. Notre 2006 est à la vente, c’est un vin très souple, assez rond, sauf le Château Gravillot qui encore est un peu plus tannique et qu’il faut laisser vieillir encore un peu. Un vin très agréable à déguster que ce soit Tour de Grenet ou Château Piganeau. Le 2007 est dans la lignée du 2006, c’est un vin souple avec de l’élégance. Il y a moins de différence entre les millésimes chez nous, nous intervenons à la vigne très tôt avec les vendanges en vert et maîtrisons parfaitement l’élevage en barriques.” Vous allez donc apprécier comme nous ce Saint-Émilion GC 2007 (6 ha, d’un terroir gravelo-sableux (83% de Merlot et 17% de Cabernet franc, terroir gravelo-sableux), avec ce nez puissant et subtil à la fois, un vin savoureux, d’une grande harmonie en bouche, avec beaucoup de fruit, riche et fin, bien typé, de belle robe profonde, aux arômes persistants de petits fruits rouges mûrs avec des notes d’épices. Très beau 2006, médailles d'Argent à Paris et de Bronze à Bourg, de robe pourpre, corsé, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, aux nuances de mûre et de grillé, aux tanins d’une grande suavité et d’une belle longueur en bouche. Superbe 2005, de couleur très foncée, aux notes de fruits rouges bien mûrs (griotte, framboise...), un vin aux tanins très équilibrés, de bouche pleine, tout en arômes, de belle garde. Savoureux 2004, de très bonne charpente, au nez où s’entremêlent des notes de fruits rouges bien mûrs et de sous-bois, bien corsé, un vin qui commence à s’apprécier, d’une belle longueur. Le 2003 est très savoureux, très représentatif de ce millésime charmeur, coloré, aux notes complexes où dominent la mûre, les épices et l’humus, de bouche persistante. Le 2002 est de belle robe pourpre soutenu, aux notes d’épices, de truffe et de cerise noire, harmonieux, séveux, généreux et persistant en bouche. Le 2001 est très bien élevé en barriques, d’une belle couleur rubis prononcé, avec des notes de fruits mûrs (cassis et framboise) et de réglisse. Beau 2000, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux notes de fruits, de cannelle et d’humus, très équilibré au nez comme en bouche. Le 99 est très savoureux, corsé, tout en souplesse, tout en bouche, bien épicé, avec des notes de groseille et de truffe, et des tanins très équilibrés comme à son habitude, de très bonne garde. Remarquable 98, bien coloré, charnu, qui sent la griotte, le cuir et les épices, de bouche souple et puissante à la fois, de très bonne évolution. Le 96 est riche en couleur et en arômes, aux notes de fruits mûrs et d’humus, aux tanins fermes. Superbe rapport qualité-prix-plaisir, ce qui n’est pas rien. Toujours à la tête de leur appellation avec ce très beau Lussac-Saint-Émilion Château Tour de Grenet 2007, qui a largement mérité sa médaille d’Argent à Paris, au nez complexe (groseille, violette...), un vin gras, épicé, alliant structure et bouquet, bien corsé, qui dégage des connotations de mûre et de réglisse en finale, harmonieux et persistant. Le 2006, médaille de Bronze à Bourg, bien charnu, est riche en bouquet comme en matière, tout en bouche avec des nuances de fruits noirs compotés, aux tanins équilibrés, complet, élégant. Le 2005 est corsé, avec des arômes de fruits rouges, d’humus, d’épices, tannique et ample en bouche, de longue garde. Le 2004, riche et charnu, sent la fraise des bois et l’humus, un vin velouté, de belle matière, très réussi. Le 2003 est un vin de bouche puissante, fin, bien charnu, équilibré, parfumé (griotte, mûre), de très bonne évolution. Excellent 2002, très bien élevé, très équilibré, aux tanins fermes, au nez persistant, un vin de bouche flatteuse et longue à la fois, qui se goûte très bien actuellement. Le 2001 est riche, charmeur, aux notes complexes où dominent les épices et l’humus, à la tête de son appellation. Remarquable 2000, aux tanins savoureux, très bien élevé, tout en nuances aromatiques, avec des notes de cerise confite et d’épices. Joli 99, fin et corsé à la fois, charnu, où dominent les fruits mûrs et les épices. Le 98 se goûte très bien, un millésime très classique, très parfumé avec des notes de mûre, riche en couleur. Château MALEDAN : Très bien classé, et c’est mérité. Un Bordeaux issu d’un vignoble situé entre Dordogne et Garonne, sur un plateau élevé, composé d’un sol argilo-graveleux avec par endroits de l’alios, qui confère des Vins bien équilibrés et souples, avec des arômes de fruits rouges mûrs. Le 2007 est tout en souplesse, marqué par les petits fruits rouges frais, coloré et bouqueté, très agréable. Le 2006 allie puissance et souplesse, avec ce nez où domine le pruneau, très parfumé, très équilibré, avec des tanins ronds. Le 2005 est charpenté et harmonieux, aux connotations fruitées, un vin corsé comme il le faut, qui commence à s’ouvrir. Château LE GRAVILLOT: Un vrai coup de cœur pour leur Lalande-de-Pomerol 2007, très coloré, bien charnu, au nez puissant et subtil à la fois, aux notes de fruits mûrs et de truffe, fondu, un vin intense, d’une belle intensité d'arômes au palais (framboise, épices), associant distinction et richesse. Remarquable 2006, qui a d’ailleurs récolté une médaille d’Argent à Bruxelles et une autre à Mundus Vini,parfumé, harmonieux, aux arômes délicats et denses, est un vin de bouche étoffée, avec des notes poivrées où se mêlent la mûre et la violette, aux tanins très équilibrés. Le 2005 est typé, aux tanins fermes et soyeux à la fois, de bouche corsée, un vin de belle couleur pourpre, bien charpenté, de garde comme ce 2003, bien équilibré et souple avec des arômes fondus de boisé et de petits fruits rouges mûrs, d’une très belle intensité.
    Château CHENE-VIEUX

    Château CHENE-VIEUX

    (PUISSEGUIN-SAINT-ÉMILION)
    Sce Y.Foucard et Fils

    33570 Puisseguin
    Téléphone :05 57 74 63 15
    Télécopie : 05 57 25 36 45
    Email : foucardetfils@orange.fr

    Vignoble de 11 ha acquis en 1937, avec un sol argilo-calcaire et une répartition idéale de 79% Merlot, 12% Cabernet-Sauvignon et autres cépages, avec des vignes de 25 ans. Coup de cœur pour ce Puisseguin cuvée Première 2006, médaille d’Argent au concours Bordeaux Vins d’Aquitaine 2008, fondu et bien parfumé, au nez complexe où dominent la prune, la mûre et les sous-bois, un vin de bouche flatteuse et riche à la fois, suave, avec des tanins veloutés et bien structurés. Le Puisseguin-Saint-Émilion 2006, tout en bouche, fin et corsé à la fois, associant structure et distinction, gras, de couleur pourpre, avec des notes de framboise et de fumé, aux tanins moelleux. Remarquable 2005, de charpente à la fois puissante et souple, avec des arômes de fruits rouges complexes (griotte, mûre), de bouche dominée par des nuances persistantes de griotte, de cannelle et de fumé, un vin de garde. Le 2004 est riche en arômes, aux notes de fruits et de cannelle, dense, très équilibré au nez comme en bouche. Le Lalande-de-Pomerol Château de Musset 2006, corsé, est typé, un vin à la fois charnu et rond, tout en arômes, de bouche ample, de couleur intense, avec des senteurs de fruits cuits et d’épices.


  • Pin it!

    Il fait beau, frais... rien ne vaut un rouge corsé et savoureux

    Il fait beau, frais... rien ne vaut un rouge corsé et savoureux comme :

     

    LE LEXIQUE DU VIN

    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ
    CHÂTEAU MACQUIN
    SAINT-GEORGES-SAINT-EMILION
    Le Château Macquin s'étend sur une superficie de 30 hectares plantés à 80 % de Merlots, 10% de Cabernets-sauvignon et 10 % de Cabernets-francs. Ses sols sont argilo-calcaires et son terroir remarquable par son exposition et sa composition lui permettant de produire des vins souvent plus estimés que beaucoup de grands crus de Saint-Emilion. Le vignoble compte 5500 pieds de vignes à l'hectare dont l'âge moyen varie de 15 à 60 ans. Il est enherbé au milieu du rang pour diminuer la production et augmenter la qualité des sols en développant l'humus naturel. Le cuvier qui date de 1885 a été entièrement réaménagé dans les années 80. Tout en conservant les cuves en chêne, doublées d'inox, Denis Corre-Macquin a fait construire une cuverie moitié acier inoxydable, moitié béton. Les températures de fermentation sont contrôlées par un système de thermorégulation automatisée et la vinification surveillée par deux oenologues réputés. Denis Corre-Macquin accorde un intérêt tout particulier à la culture de la vigne; un intérêt écologique et constant qui est le premier et indispensable maillon, à ses yeux, pour l'élaboration d'un grand cru. Aujourd'hui on oublie trop souvent que l'excellence d'un vin commence avec une vigne saine et épanouie. Afin d'améliorer encore la qualité de notre production, les vendanges s'effectuent à la machine depuis 1980. Car en choisissant précisément la date de début des vendanges de chaque parcelle et en adaptant le ramassage à la pluviométrie, le raisin arrive au cuvier le plus rapidement possible, dans un état parfait de maturité. Il est ensuite trié sur deux tables de tri avant d'être mis en cuve. Après une longue macération, le vin est écoulé et mis en cuve puis en barriques. Le chai abrite 246 barriques de chêne remplacées par tiers tous les ans. Le vin repose de douze à dix huit mois en barriques avant d'être mis en bouteilles où il attendra au moins dix ans pour être dégusté à son apogée.
    La restructuration du Domaine par la famille Bronzo remonte au début des années 1970. L'encépagement constitué pour plus de la moitié de Mourvèdre ce qui confère au vin ces arômes si profonds. Le vignoble de 28 hectares est planté tout en coteaux sur des parcelles aménagées en restanques pour une partie, sur des sols très profonds graveleux et caillouteux de type argilo-calcaire. Les méthodes de culture restent très traditionnelles avec des labours fréquents, une fertilisation organique et aucun emploi de désherbant chimique. Les vendanges entièrement manuelles s'effectuent dans de petits bacs pour que le raisin parvienne intact à la cave. Le terroir très fracturé produit de faibles rendements, ce qui permet d'obtenir des vins à forte personnalité, très concentrés avec des arômes puissants tout à fait exceptionnels. Le vin est riche associant structure et finesse, charnu et racé en bouche, d'une belle persistance aromatique, de très belle garde.

    CHATEAU MONT-REDON
    CHATEAUNEUF-DU-PAPE
    Au milieu du XVIIIe siècle, Mont Redon fut acquis par un noble : Joseph Ignace d'Astier, avocat docteur en droit d'Avignon. Ensuite Mont Redon passa aux mains des Mathieu. Anselme Mathieu se disait Marquis de Mont Redon et exploita ce domaine avec ses frères à la mort de son père. Une catastrophe toucha alors la famille et ce fut le partage des biens. En 1923, Mont Redon est acquis par la famille Plantin. Henri Plantin s'attache alors à regrouper l'ensemble des terres et à donner au domaine sa physionomie Actuelle : celle d'une propriété couvrant 162 ha au total, dont 100 plantés en vignes. Le château Mont Redon propriété de famille depuis quatre générations, avec son vignoble omniprésent depuis des siècles, aligne ses références de race et de traditions.
    Petite exploitation familiale, avec un savoir faire depuis 4 générations, située au cœur du village. C’est au début du siècle dernier que François BLEE s’installe à Vosne Romanée. Son fils Charles BLEE lui succède en augmentant la superficie du domaine. En 1966, l’exploitation se divise entre ses deux filles. Jacqueline Blée, l’une de ses filles, et son époux René CACHEUX, créaient le Domaine René CACHEUX- BLEE. C’est en 2004, après avoir travaillé sur d’autres exploitations vitivinicoles que Gérald CACHEUX, leur fils, leur succède et dirige maintenant le Domaine René CACHEUX & FILS. A partir de 2005, l’exploitation acquiert des vignes de l’appellation Chambolle Musigny. Dense, complexe, suave, découvrez le Vosne-Romanée Premier Cru Les Suchots 2007. C’est un vin très typé, savoureux et distingué, concentré et charnu, très parfumé, très fin, puissant et persistant en bouche, aux saveurs intenses à dominante de fruits mûrs, de vanille et de sous-bois, de garde.Très beau coup de cœur pour leur Chambolle-Musigny 2007, avec ce charnu caractéristique, cette pointe d’épices et cette charpente à la fois puissante et souple, bien corsé comme il se doit.
    MILLÉSIMES
    consultable en ligne

    gratuitement
    comme un vrai magazine,
    en tournant les pages...


    Cliquez ici
    UNIQUE EN FRANCE
    CHATEAU LAROQUE
    SAINT-EMILION Grand Cru Classé
    Depuis plus de quarante ans le Château appartient à la famille Beaumartin. Cette superbe demeure féodale du XIIe reconstruite sous Louis XIV, lui vaut le surnom de "Petit Versailles". Le vignoble s'étend sur 58 hectares de vignes situés sur un superbe terroir. Il s'agit de plusieurs coteaux argilo-calcaires situés sur les hauts de Saint-Emilion et profitant d'un excellent ensoleillement. Les vendanges manuelles sont effectuées en fonction de la maturité des raisins, parcelle par parcelle. La vinification pratiquée en petites cuves permet d'isoler chaque lot de raisin et d'affiner la complémentarité des terroirs. Les cuvaisons sont longues et très surveillées, le vin vieillit ensuite en barriques durant 12 mois. Beaucoup de précautions et de soins apportés aux différentes étapes de l'élaboration du vin permettent d'obtenir une très haute qualité. Le vin est d'une belle robe d'un rouge sombre et profond. On note des arômes d'épices et de fruits noirs, en bouche, l'attaque est puissante et volumineuse, le vin est très élégant avec des tanins mûrs et fins, la finale est persistante, avec un très beau potentiel de vieillissement.
    Au nord-est de Carcassonne, dans la zone centrale du Minervois, terroir dit “les Balcons de l’Aude”, cette ferme fortifiée moyenâgeuse est un domaine d’un seul tenant de 158 ha avec 58 ha de vignes dont 45 plantés en Minervois. Pour mieux comprendre la spécificité de chaque cuvée du Château Fabas, il faut en connaître les origines, les cépages et le type d’élevage. Le Domaine s’appuie sur un décor de buttes exposées au plein midi, témoin de l’ancien relief aux très fortes pentes où aucune culture n’est possible, seuls les pins d’Alep et la végétation méditerranéenne s’agrippent sur les sols rouges des collines. Les vignes s’étalent sur deux niveaux sur un relief inversé, les terrasses hautes avec les sols les plus anciens et les terrasses basses avec les sols les plus jeunes. Les sols sont argilo-calcaires, dans les hauts, le silex affleure sur les terrasses, et le grès sur les pentes. Excitez vos papilles avec ce Minervois cuvée Seigneur 2005 qui est né de la complexité des cépages implantés, depuis plus de 30 ans, sur une exposition plein sud et régulés à 25 hl/ha de rendement. La Syrah 60%, dominante dans cette cuvée, donne dans ce terroir des raisins très parfumés. Le Grenache 40% a un enracinement très profond qui lui assure bonne régularité et maturité. Un vin de belle couleur, aux notes de cerise et de sous-bois, aux tanins riches et soyeux à la fois, un vin fort bien élevé, puissant, de bouche pleine.Le Minervois Seigneur blanc 2007 (60% de Vermentino, 30% Maccabéo et Roussane, 10% Bourboulenc) est un vin où s’associent rondeur et distinction, frais, aromatique, d’une jolie finale longue avec cette subtile pointe d’agrumes et de fleurs bien caractéristique, un vin élégant et persistant, à découvrir sur une escalope de dinde à la crème comme sur des langoustines grillées. Pour leur Minervois Serbolles rouge, les cépages sont : Grenache noir 50%, Syrah 40%, Carignan 10%. Pour ce cru, les vignes sont enherbées un rang sur deux, et les pieds désherbés sous le rang. L’âge des vignes est entre 35 et 55 ans. L’assemblage est constitué de 35% de Carignan, 35% de Grenache et de 30% de Grenache noir. Vinification longue de raisins totalement égrappés, cépage par cépage, à température régulée, favorisant la diffusion des tanins et l’extraction de tous les éléments intracellulaires contenus dans la peau des baies. Vinifié après une macération à froid d’une journée, avant que la fermentation alcoolique ne débute.Le 2005, de robe rubis, est un vin typé, avec cette pointe caractéristique d’épices, de sous-bois et de fraise, et cette charpente à la fois riche et souple, d’excellente garde.

    CHÂTEAU BECHEREAU
    LALANDE-DE-POMEROL
    Propriété familiale depuis le milieu du 19 ème siècle, le Château Béchereau est une exploitation viticole de 25 hectares dont 9 ha en Bordeaux Supérieur, 10.5 ha en Montagne-Saint-Emilion et 5.50 ha en Lalande-de-Pomerol. Beau Montagne-Saint-Émilion cuvée Spéciale 2006, de belle robe pourpre, un vin riche et généreux, ferme, à dominante de petits fruits noirs et de cannelle, qui marie élégamment une finesse tannique à une rondeur persistante. Le 2005, charnu et concentré, est un vin riche en bouquet comme en matière, aux tanins équilibrés, complet, élégant, tout en bouche, avec des nuances de cassis, de truffe et d’humus, d’une grande harmonie, de garde. Le 2004 est un vin de robe pourpre, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, bien corsé. Découvrez le Bordeaux Supérieur cuvée Spéciale 2005, charpenté, aux notes de pruneau et de sous-bois, un vin puissant, de très bonne bouche, de fort bonne évolution, un vin qui s’accorde avec un rôti de veau forestière. Remarquable Lalande-de-Pomerol cuvée Spéciale 2005, élevé en fûts de chêne, médaille d’Or au concours de Bordeaux des Vins d’Aquitaine 2007, un vin parfumé, harmonieux, au nez subtil et intense à la fois, avec des notes épicées, aux tanins bien équilibrés, charnu et concentré. Le 2004, de très bonne base tannique, est riche et gras, de bouche ample et fruitée. Le 2003 d’une couleur profonde est classique, d’une grande subtilité, complet, aux tanins soyeux, d’une belle finale, de très bonne garde.
    Propriété créée par des ancêtres en 1868. Elle a été un peu plus importante s'étendant sur des communes voisines Listrac et Arcins. Brigitte et François Bernard l'ont repris en 1982 alors qu'elle ne produisait plus que quelques bouteilles. Après avoir reconstruit en grande partie le vignoble, ils développent aujourd'hui de gros efforts dans le chai tant au niveau de la vinification que de l'élevage. Le vignoble de 8 hectares est située sur la groupe graveleuse Ouest du Grand Poujeau et bénéficie aussi d'une très grande qualité de terroir. Le vin est élégant, souple, fruité, bien charpenté, aux tanins riches et savoureux à la fois, bien typé, aux notes d'humus et de petits fruits rouges mûrs, puissant et souple à la fois, aux tanins riches, de garde, d'un excellent rapport qualité-prix-plaisir.

    DOMAINE DUROCHE
    CHARMES-CHAMBERTIN
    Quatrième génération de vignerons, Gilles Duroché, ainsi que son fils Pierre possèdent et exploitent le Domaine Duroché. Depuis la succession, en 1980, des vignes et de l'établissement vinicole de son père, Philippe, à Gevrey-Chambertin, Gilles a continué l'acquisition de parcelles sur la commune. Aujourd'hui le Domaine possède plus de 8 hectares de vignes (en fermage) à travers 8 appellations. Les vins de 2007 poursuivent leur élevage en fût de chêne dans nos caves. Ils présentent un bon équilibre et sont plein d'avenir. Le nez est agréable sur de petits fruits rouges avec une profondeur appréciable. Remarquable Charmes-Chambertin 2005, de robe rubis intense, avec des arômes de fruits surmûris et d’épices, complexe, d’une très belle charpente, aux tanins riches, un vin bien corsé, tout en bouche, de garde, bien sûr. Le Premier Cru Lavaud Saint-Jacques 2005 est charnu et typé comme nous les aimons, associant finesse et structure en bouche, un vin gras, intense, très équilibré, idéal sur une cuisine assez riche.
    Riche d’une expérience transmise depuis quatre génération, Thierry reprend les vignes encore exploitées par le grand-père Jules Guillemard en 1980. Il fait le choix en 1999 de l’agriculture biologique afin de préserver les cinq hectares de ce magnifique terroir bourguignon qui lui a été confié. Avec un travail rigoureux à la vigne, il souhaite avant tout respecter la typicité du terroir, du cépage, et de chacun des millésimes, afin d’obtenir des vins purs, fruités et fortement marqués par leur caractère. Les vendanges sont manuelles, et un tri rigoureux à la cuverie permet de ne garder que les plus beaux raisins. Elevés en fûts de chêne soigneusement sélectionnés auprès des meilleurs tonneliers de la région, les vins de Thierry sont fins et délicat et expriment la philosophie de la maison : générosité et authenticité. Le Pommard 2005 est un très beau millésime qu’il faut attendre un peu pour laisser s’exprimer tout son potentiel. Pour le 2006 les rendement étaient faibles, c’est un vin concentré avec beaucoup de finesse. Le 2007 était un millésime délicat et difficile pour lequel un tri sévère a été nécessaire afin de maintenir la qualité.
  • Pin it!

    En 2010, nos vignerons ont encore plus de talent

     

    À quoi bon faire (et acheter) un produit rouge, blanc, rosé ou mousseux “sans âme, ni vertu” ? Pourquoi déboucher un vin surmaturé, surconcentré, agrémenté outrageusement d’enzymes, de levures, dénaturé par l’osmose inverse, les concentrateurs et un élévage en bois spécialement “chauffé” pour lui créer des senteurs chimiques de vanille, de fruits de la passion ou de feu de cheminée ? Le vin, est-ce cela ? Depuis 30 ans, Patrick Dussert-Gerber pense le contraire. Il n’est pas le seul, on s’en doute. Car, en France, nous avons la chance d’avoir trois choses qui font de notre pays le vivier des plus grands vins du monde : nos terroirs, notre histoire et... le talent des hommes et des femmes. C’est ainsi : hormis quelques producteurs médiatiques, la véritable France profonde du vin recèle de ce qui manque ailleurs : l’élégance ! Du plus grand des Bordeaux, Champagne ou Bourgogne au plus modeste Cahors ou Chinon, un vin typé est celui qui sait allier la spécificité de chaque millésime à cette finesse délicieuse qui signe les vrais vins. À celle-ci, naturellement, il y a également une élégance du cœur, car tout cela va de pair. On est loin du snobisme et des modes...

    Brigitte Dussert : La qualité des millésimes, l’authenticité, les différences entre chaque vignoble, entre chaque vin, c’est bien le fond du problème, non ?

    Patrick Dussert-Gerber : en effet, un millésime 2004 qui ressemble au 2005 ou au 2006, ce n’est pas normal. C’est la nature qui est mise en avant dans le millésime. Si l’on fait des vins surboisés, surmaturés, on tue bien sûr l’élégance, mais on lisse surtout l’effet millésime, en faisant des vins dépersonnalisés, pas plus intéressant qu’une boisson chimique.

    On vendange de plus en plus mûr, ce qui est une bonne chose, mais si, en plus, on utilise des concentrateurs, ajoute des levures... et pratique un élevage abusif en barriques neuves, cela donne des vins trop lourds, trop écœurants, trop alcoolisés... alors que ce n’est pas dans l’air du temps ! Et cela n’a rien à voir avec le réchauffement climatique comme certains le prétendent...

    En fait, il faut dire la vérité sur la qualité de chaque millésime. L’explication, en partie, de l’une des facettes de la crise des vins de Bordeaux, c’est que certains grands crus ont vendu bien trop cher en primeur le 2007. Ce n’est qu’un millésime sympathique, très agréable, bon à boire rapidement, qui commence à s’ouvrir, et c’est déjà pas mal, mais il aurait dû coûter bien moins cher ques les 2005 et 2006... Il faut que le prix du millésime corresponde à la qualité du vin pour que le marché reste confiant : les acheteurs ne sont pas si idiots. En  Bourgogne, dans la Loire ou dans le Rhône, on ne vend pas un 2007 plus cher qu’un 2005, autrement dit on ne spécule pas le prix de sa bouteille au “loto” des millésimes.

    Il existe, hélas, aujourd’hui deux mondes du vin : celui, mercantile, presque virtuel, qui profite de la méconnaissance des acheteurs, notamment des pays émergents, et se sont coupés des acheteurs fidèles et traditionnels (français, belges, suisses, anglo-saxons...). Ils pratiquent la fuite en avant, faute de bases de commercialisation stables. Pour eux, il faut sans cesse trouver un nouveau marché pour caser sa marchandise...

    Brigitte Dussert : Vous parlez souvent “d’éthique du vin”...

    Patrick Dussert-Gerber : L’éthique du vin pourrait s’appeler l’éthique tout court. Je suis attaché à une éthique et aux propriétaires qui respectent le consommateur. Plus l’on s’éloigne d’une relation avec ce dernier, plus l’on se dirige dans une logique de vin aseptisé. Il faut qu’il y ait un échange, un retour avec l’acheteur. Il y a un vrai monde virtuel du vin qui s’est créé, certains ne savent même plus si leur vin est apprécié, qui le diffuse, qui le boit...

    Que l’on ne s’y trompe pas : tout est lié. Soit vous êtes un vigneron passionné et devenez alors passionnant pour un consommateur, soit vous êtes un producteur imbu de lui-même et personne n’a envie de “boire un canon” avec vous. Dans le premier cas, vous croyez en la Nature, en votre terroir, en votre histoire et vous mettez à leur disposition les progrès œnologiques. Dans l’autre cas, vous lissez les millésimes, faites du vin comme on ferait du soda, une cuvée pour les femmes, une autre pour les jeunes, une autre pour les chinois, etc...

    Et tout s’enchaîne : si vous êtes en contact avec celui qui boit votre vin, il est aisé de lui expliquer que, par exemple, le 2007 est meilleur à boire aujourd’hui qu’un 2005, loin d’être prêt. Il ne s’agit pas de dire que l’un est meilleur que l’autre, cela ne veut rien dire. Tous les vins sont bons dans le temps, chaque millésime a son potentiel d’évolution. Vous retrouvez cela dans ma Vintage Code.

    Ceux qui partagent la même éthique que moi, vous les retrouvez dans Millésimes et dans mon Guide, je connais leur courage et leur détermination en sachant que ce n’est pas toujours facile pour eux. Ils sont plus discrets, plus humbles devant la nature mais, croyez-moi, ils vendent tout aussi bien que ceux qui pourraient poser en se prenant pour des stars dans un magazine people...

    Moi, j’aime les vignerons qui se retroussent les manches, font des salons, accueillent à la propriété et dialoguent avec leurs clients. On l’a bien vu avec la crise : les producteurs qui informent et ménagent leur clientèle n’ont pas été touchés, et c’est bien normal. Autre exemple : un vigneron digne de ce nom qui parcoure ses vignes en bottes sait très bien qu’il ne faut pas mettre trop de pesticide, connaît la culture raisonnée et raisonnable, cela fait une vingtaine d’années qu’il en a pris conscience. Ce n’est pas parce que le bio est à la mode, il le faisait naturellement auparavant, mais n’en parlait pas.

    Brigitte Dussert : Franchement, il y a de bons vins partout en France ?

    Patrick Dussert-Gerber : Evidemment, et à tous les prix. Quand on aime le vin, il faut aussi aimer la diversité. Depuis trente ans, le fait de parcourir tous les vignobles pour déguster les vins m’amène à déboucher aussi bien un vin corse qu’un Châteauneuf-du-Pape, qu’un Sancerre, un Vosne-Romanée ou un Chinon, un Chablis ou un grand rosé de Provence... Contrairement à d’autres, je ne bois pas uniquement des vins chers que l’on m’offre... Pour moi, un grand vin, c’est un vin authentique, qui correspond à un moment donné, à un état d’esprit. On peut prendre autant de plaisir avec un Minervois, un Alsace, un  Chénas ou un Touraine qu’avec le plus beau Pomerol ou Meursault, à partir du moment où chacun est typé. Il y a des occasions, des moments pour boire chaque type de vin. On ne boit pas le même vin seul en rêvant au cosmos, qu’avec des amis, ni le même vin sur une terrine ou un plat sophistiqué.C’est la grande force de notre pays : avoir une gastronomie aussi riche que ses vins, c’est formidable ! Avec nous, l’Italie est le seul autre pays au monde à pouvoir revendiquer cela. Ce n’est pas rien.

    Brigitte Dussert : Que faut-il vraiment savoir sur les millésimes ?

    Patrick Dussert-Gerber : Depuis 15 ans, il n’y a plus de mauvais millésime, il n’y a que des millésimes plus délicats que d’autres. Les techniques ont évoluées dans le bon sens, les vignerons savent parfaitement anticiper, gérer leur vignoble.

    Néanmoins, il faut savoir expliquer la spécificité de telle ou telle année. Quand on goûte des 2002 ou 2004 en Médoc, ils sont meilleurs que le 2003 pour lequel tout le monde s’enthousiasmait ! Le 2004, par exemple est un millésime formidable qui a eu mauvais presse à l’époque de la part de critiques qui ne connaissent pas grand chose au vin. Ceux-là, je ne les vois d’ailleurs jamais dans les vignobles de la vallée du Rhône, à Madiran, à Bandol ou à Saumur... ils sont pour la plupart invités dans les grands châteaux bordelais et s’en contentent. Sympa pour les milliers de vignerons talentueux des autres régions, non ?

    Quand je lis de telles âneries, je me demande si ceux qui les écrivent ont jamais dégusté des millésimes plus anciens. C’est pourtant la seule garantie qui permet de relativiser, de comprendre et de se référer à une mémoire du vin. Les mêmes vont répéter ce qu’on leur a concocté dans un dossier de presse bien ficelé... Ce ne sont plus des journalistes mais des... attachés de presse ou des “hirondelles” (terme désignant un habitué des buffets de presse) !

    Passons. Pour revenir à la force des millésimes, il est incontestable que le 2009 est certainement le plus beau millésime qui soit, classique, à l’inverse d’un 2005, grand, certes, mais aussi atypique à cause de la chaleur intensive. En 2009, l’acidité sera également présente, ce qui apporte cet équilibre entre la puissance et l’élégance, cette fraîcheur naturelle qui signe les vrais grands vins. Il est bien trop tôt pour en parler, et l’on sait que je ne rentre pas dans le jeu des “primeurs” (encore Bordeaux) qui va bientôt rivaliser avec le salon des devins et cartomanciennes... tant on va noter un vin qui n’existe pas encore !

    MILLÉSIMES
    consultable en ligne

    gratuitement
    comme un vrai magazine,
    en tournant les pages...


    Cliquez ici
    UNIQUE EN FRANCE

    Brigitte Dussert : Faisons un tour de France, pour développer la spécificité de chaque millésime, selon les régions... L’Alsace ?

    Patrick Dussert-Gerber : En Alsace, le millésime 2008 est nettement plus réussi que le 2007, particulièrement difficile (il y a de rares exceptions), les 2006, 2005, 2004, 2002 et 2001 sont savoureux, le 2003 a été plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2006, 2004, 2001, 2000, 97 ou 89). Il existe une réelle convivialité des hommes de la région et leurs vins atteignent une typicité rare, procurant la joie du vin, à des prix qui ont tendance à monter. Attention à la complexité des terroirs, voire à l’amalgame entre des crus et des lieux-dits. Il faut rechercher la fraîcheur et la vivacité, au détriment de vins trop souples, avec trop de sucrosité, qui deviennent de plus en plus “douceâtres”. Un Riesling, un vrai, doit être sec et vif.

    Brigitte Dussert : Je sais que vous êtes fidèle à la région beaujolaise...

    Patrick Dussert-Gerber : C’est vrai que je n’apprécie pas que des “confrères” parisiens ou étrangers médisent sur la région sans n’y rien connaître. Notre rôle n’est pas d’enfoncer une appellation ou un vigneron pour se faire mousser dans un salon ou lors d’un dîner. Nous avons -surtout- un rôle de prescripteur, dans le sens noble du terme grec.

    En Beaujolais, pour les crus, le 2008 est prometteur, le 2007 a été très difficile à maîtriser, le 2006 est excellent, le 2005 très typé, le 2004 est un millésime dense et très aromatique, et le 2003, trop mûr, beaucoup moins intéressant.

    La force du terroir donne une réelle typicité à chaque cru, et les meilleurs vignerons s’évertuent à sortir de beaux vins, chacun représentatif du style de son appellation. On se doute qu’un Saint-Amour ne doit pas ressembler à un Morgon, et c’est très bien ainsi.

    Brigitte Dussert : Venons-en aux vignobles de Bordeaux..

    Patrick Dussert-Gerber : J’adore les vins du bordelais, c’est certainement la raison pour laquelle je suis si déçu quand je débouche désormais des bouteilles qui feraient honte à ceux qui m’ont appris le vin : Émile Peynaud ou Jacques de Loustaunau de Guilhem, grandissimes œnologues. Et puis, je n’oublie pas les vraies figures bordelaises qui manquent tant à la région...

    Globalement, les meilleurs à boire actuellement : 2007, 2006, 2004, 2002 et 2001. Ceux qu’il faut attendre : 2008, 2005. Le plus décevant : 2003. Si l’on entre dans le détail, il y a bien sûr une différence entre les vins de la rive droite (ceux du Libournais) et ceux de la rive gauche (Médoc et Graves). On retrouve des “paires” de millésimes où la qualité est inversée : le 1995 est bien meilleur que le 1996 à Saint-Emilion et c’est le 1996 qui prime en Médoc. Il y en a d’autres.

    - Dans le Médoc, Misez sur les 2007, 2006, 2004 et 2002 (supérieur au 2003), voire 2001, très classiques, et faites-vous plaisir avec les 1999, 1997, 1996 ou 1990. La priorité, c’est de laisser s’exprimer son terroir, en respectant la vigne, en limitant les rendements, en pratiquant la lutte raisonnée, en laissant faire la nature… Il y a une dizaine d’années, le travail des vignes avait été délaissé dans certains crus, au profit de la vinification et d’expériences à outrance. Si les techniques modernes sont souvent remarquables, les propriétaires traditionnels continuent de faire ce qu’ils savent faire, en se servant des progrès mais sans masquer leur typicité. De Pauillac à Saint-Estèphe, de Moulis à Margaux, à Listrac comme à Saint-Julien, en Haut-Médoc et en Médoc, les coups de cœur sont nombreux. En parallèle, les prix très exagérés de certains vins renommés sont difficilement cautionnables, surtout pour les 2007 et 2005.

    Pomerol. Structure, charme, intensité, distinction, les plus grands vins de Pomerol sont particulièrement sensibles et marqués par leurs sols, très diversifiés. Ici, nul besoin de s’escrimer à vouloir abuser de la barrique neuve ou d’une surconcentration pour faire un grand vin, c’est le terroir qui prime, et signe la distinction. Les 2007, 2006, 2004, 2003 et 2002 sont très savoureux (le 2002,  peut-être même supérieur), le 2001 remarquable, plus fin, le 2000 parvient à maturité. Plus anciens, les grands font la différence, comme le 1995, voire le 1990.

    -  À Saint-Émilion, le 2007 est très classique et charmeur. Beaux millésimes 2008 (un ton en-dessous), 2006, 2004 et 2001, éclipsés à tort par les 2005 et 2003. Quelques crus ont remarquablement réussi le 2003, d’autres beaucoup moins, notamment ceux qui sont trop “confiturés”. Débouchez les millésimes 2000 à 1990 en ce moment, et notamment le grandissime 1995. Certaines bouteilles de 1994 et 1993, notamment, sont surprenantes d’évolution.

    Un certain nombre de crus pratiquent des prix qui ne sont pas justifiés. Certains se flattant ici d’élever des cuvées très “spéciales”, il faut plus que jamais tirer un coup de chapeau aux propriétaires de talent qui élèvent les véritables grands vins de Saint-Émilion, satellites compris, du plus grand des grands crus au plus modeste rapport qualité-prix.

    Brigitte Dussert : Vous habitez dans le vignoble des Graves, que vous connaissez comme votre poche...

    Patrick Dussert-Gerber : Depuis trente ans, j'ai suivi, en effet, les achats, les extensions, les frimes, les camions déversant des galets, admiré, cotoyé et sympathisé avec des "figures" exceptionnelles : Patrick Ricard à Chevalier, dont Olivier Bernard a suivi les traces avec talent, Jean Sanders à Haut-Bailly (on avait le même club d'aviation, à La Réole), Antony Perrin (Carbonnieux, "pied-noir" comme moi, ce qui nous a toujours rapproché), la famille Marly (anciennement Malartic-Lagravière), Gérard Gribelin (Fieuzal, parti se faire plaisir au Maroc), François Lévêque (Chantegrive), Jean-Bernard Delmas (Haut-Brion, aujourd'hui à Montrose, son fils, Jean-Philippe, ayant repris sa suite à Haut-Brion)..., constaté avec rage -ou ironie- des plantations de vignes dans des territoires sans intérêt, où le maïs pousserait aussi bien (je connais, il en pousse, chez moi).

    Du plus grand vin au plus abordable, on savoure donc, du nord au sud de cette entité des Graves, une variété importante de styles de vins. Mes dégustations en Pessac-Léognan comme en Graves, des millésimes 2008 à 2001, confirment mon Classement, les valeurs sûres, où le talent des hommes s’associe à la race du terroir. Gare à certains prix néanmoins, et à une concentration outrancière chez certains, au détriment de la typicité, notamment dans le millésime 2005, pour les rouges, où l’on peut tomber sur une véritable “confiture” au détriment de l’élégance. Les blancs 2008, 2006, 2005, 2004, 2001, 2000, 1998 ou 1997 sont excellents. Des crus réellement exceptionnels, issus des territoires de Pessac, Martillac, Léognan, mais aussi ceux de Podensac, Portets ou Saint-Morillon, certains d’entre eux, dans les appellations Pessac-Léognan comme dans celle des Graves, bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir. C’est le berceau des grands vins blancs de la région bordelaise, aux côtés de rouges puissants et typés, si l’on frappe à la bonne porte.

    Brigitte Dussert : Et les appellations des Côtes ou Bordeaux Supérieur, pour lesquels vous avez tenu à créer des Classements, pour récompenser les efforts des hommes ?

    Patrick Dussert-Gerber : Dans ces appellations de Côtes, on peut acheter les millésimes 2008 à 2000, avec l’opportunité des excellents 2006 et 2004, même s’il y a de tout, de grands vins racés et d’autres cuvées issues de vinifications trop sophistiquées, peu propices à mettre un véritable terroir en avant. Les meilleurs vins se trouvent à Bourg et à Blaye, et les rares valeurs sûres des Premières Côtes sont incontournables. Castillon fait souvent des vins plus “modernes”.

    En Bordeaux Supérieur, les dégustations des millésimes 2008 à 2000 confirment l’exceptionnel plaisir que procurent aujourd’hui ces vins, même si, comme ailleurs, la différence des terroirs et l’élevage sont toujours prépondérants. Attention également aux cuvées trop boisées ou trop concentrées (et bien trop chères), qui n’ont aucun intérêt. Les meilleurs tiennent la distance avec des millésimes 2001,  2000, ou 1996, excellents actuellement.

    Brigitte Dussert : Et Sauternes, votre pêché mignon ?

    Patrick Dussert-Gerber : J’avoue un faible, en effet, pour les vins liquoreux. Mais je me fais autant plaisir, sans jamais les comparer, avec un Bonnezeaux, un Gewurztraminer Sélection de Grains Nobles ou un Vin de Paille. À Sauternes, il y a des styles de vins qui me séduisent plus que d’autres. Je privilégie la finesse au côté sirupeux, préfère la fraîcheur à la liqueur.

    Ici, le millésime 2007 est formidable, dans la lignée du 2001. Plusieurs millésimes, en dehors du 2002 (où le plaisir est bien rare), comme les 1999 ou 1998 sont de toute beauté. Les 2006, 2005 et 2003 sont réussis, les 2005 et 2003 certainement moins typés, et le 2004 particulièrement savoureux et classique. Les plus grandes bouteilles à leur apogée sont aujourd’hui celles des millésimes 1996, 1995 ou 1989, où l’on atteint le grand art. L’équilibre géologique et climatique de la région en fait un milieu naturel idéal pour cette fascinante biologie qu’est le Botrytis cinerea, ce minuscule champignon qui a le pouvoir d’augmenter la teneur en sucre des raisins, aidé par les brumes matinales des automnes qui précèdent un soleil chaud à midi, favorisant sa prolifération.

    Brigitte Dussert : La Bourgogne vous est aussi très chère, non ?

    Patrick Dussert-Gerber : C’est, depuis mes débuts, la région où j’ai le plus de plaisir à séjourner. J’aime la grande simplicité des Bourguignons, leur chaleur humaine et leur fidélité.

    Ici, on ne s’excite pas à faire des vins “putassiers”, privilégiant ce qui doit l’être : le terroir et le fruit. L’altitude des vignes, l’inclinaison des pentes, la richesse des sous-sols en ressources minérales… Tout concourt donc ici, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime, et cela explique l’extrême diversité des grands vins bourguignons, qui leur donne cette typicité unique, où l’élégance prédomine toujours, en rouge comme en blanc. J’apprécie ces vignerons talentueux et passionnés, pour lesquels il n’y a nul besoin de fioritures ni de vinifications “gonflées”, et dont les prix sont bien souvent justifiés, même s’ils remontent.

    La Bourgogne est un paradoxe à l’état pur, où la nature, au travers des terroirs et des microclimats, est omniprésente. Comment expliquer que l’on puisse trouver autant de différence entre un Nuits-Saint-Georges ou un Pommard, un Meursault ou un Montrachet, quand on sait que le cépage (Pinot noir ou Chardonnay) est unique, et que l’on ne peut pas “jouer” sur la proportion des raisins ? Quand on se promène entre les murets qui entourent les vignes des Grands Crus, on voit qu’à quelques mètres de distance le sol ne produit pas les mêmes crus. L’altitude des vignes, selon qu’elles se situent à 150 ou 300 m, l’inclinaison des pentes (les meilleurs vins proviennent des mi-pentes), la richesse des sous-sols en ressources minérales, en sodium, en oligoéléments… Tout concourt ici, dans un “mouchoir de poche”, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime. Ajoutez à cela l’exposition (fondamentale) face aux mouvements du soleil, un territoire pauvre où la terre est rare, et vous comprendrez l’extrême diversité des grands vins bourguignons. Globalement, les Grands Crus sont régulièrement “supérieurs” aux Premiers Crus, l’exception et le talent de l’homme confirmant la règle.

    En Bourgogne, le millésime 2007 est très réussi, très minéral, en blanc (très beaux Chablis) comme en rouge, ces derniers largement supérieurs au 2006. Les millésimes 2008, 2004, 2003, 2002, 2001, 2000 et 1999 sont très savoureux. Exceptionnel 2004, dans la lignée du 2000, dans les deux couleurs, qui côtoie donc un 2003 atypique, comme le grand 2005, qui demande de la patience. Superbes bouteilles en blancs dans les millésimes 2000, 1999, 1995 ou 1989, alors que les meilleurs rouges développent leur attrait dans les millésimes 1999, 1997, 1989 ou 1985.

    MILLÉSIMES
    consultable en ligne

    gratuitement
    comme un vrai magazine,
    en tournant les pages...


    Cliquez ici
    UNIQUE EN FRANCE

    Brigitte Dussert : Et le Champagne ?

    Patrick Dussert-Gerber : Mon Classement est nettement remanié cette année, avec des producteurs qui montent en grade et d’autres qui font l’inverse…

    Cette hiérarchie vient toujours, et avant tout, récompenser les efforts accomplis, le talent des hommes et leur volonté qualitative. Un bon Champagne c’est charmeur, un grand Champagne, c’est toujours un plaisir exceptionnel, que l’on n’a d’ailleurs jamais pu copier ailleurs. Les hommes et les femmes, les assemblages et les terroirs font, là comme partout, toujours la différence.

    Il faut considérer le Champagne comme un vin à part entière : les très grandes cuvées de prestige (celles que l’on retrouve dans le Classement dans la catégorie des Premiers Grands Vins Classés, puis dans une bonne partie des Deuxièmes Grands Vins Classés) sont des cuvées de Champagne que l’on boit comme un grand vin, en les associant à des moments du repas, sur des plats appropriés. On a la chance d’accéder ainsi aussi bien au summum de la finesse qu’à celui de la complexité et de la vinosité. Bien que l’on en parle moins (à tort), le terroir, les sols ont toute leur importance en Champagne, apportant une spécificité réelle et différente selon que l’on se trouve à Cramant ou à Épernay, à Ay ou à Bouzy, dans l’Aube ou la Marne. À cela s’ajoute la proportion des cépages, et chaque maison, cave ou vigneron, possède alors les facultés de créer véritablement une cuvée légère ou puissante. Et puis, ce qu’il ne faut pas occulter pour comprendre la différence entre une grande cuvée et une autre, ce sont, outre l’art fondamental de l’assemblage que signe la main de l’homme, les incontournables vins de réserve, que l’on ajoute à des vins plus jeunes. On ne fait un grand vin que si l’on a du stock, l’exception confirmant la règle. Il y a aussi des cuvées bien trop chères, difficilement cautionnables, donc. Attention aussi aux nombreuses marques qui appartiennent à certains “faiseurs”. Ceux qui ne sont plus que des noms sur une étiquette ne font pas partie de cette hiérarchie, comme d’autres marques de négoce, dont la qualité n’est pas en cause, qui sont dirigées par des responsables de groupes qui vendent du Champagne comme de la lessive…

    Il y a de très belles bouteilles millésimées 2004 ou 2002 (le 2003 moins passionnant, un peu trop “rôti”)) et certains vieux millésimes (1998 et 1995, notamment) sont remarquables de fraîcheur et prouvent le potentiel d’évolution des meilleures cuvées. On trouve de remarquables vins, millésimés ou non, à des prix très justifiés, dans toute la gamme, comparativement à d’autres appellations, et on comprend le succès -mérité- de la région.

    Brigitte Dussert : Le Languedoc vous rend toujours dubitatif...

    Patrick Dussert-Gerber : On va se contenter des producteurs qui élèvent des vins racés et typés, dans l’ensemble du territoire, des Corbières à Saint-Chinian, de Faugères en Minervois, en passant par les Coteaux-du-Languedoc, Fitou ou vins de pays, à des prix remarquables. Des grands vins ici, il y en a, mais les terroirs sont connus et ne s’étendent pas. La force de ces vins est d’avoir su conserver leur spécificité qui se dévoile au travers des cépages de la région, chacun s’exprimant au mieux selon les sols d’alluvions, d’ardoise, de schiste ou de calcaire, en bénéficiant d’un bien beau rapport qualité-prix.

    Je le rappelle, gare à ceux qui nous font croire que leurs vins ressemblent à quelque chose. Ces vins de mascarade, où l’on parle de “vins à haute expression” (expression de la méthode de vinification et du bois neuf surtout…), qui “sentent le goudron ou le café” (cela donne envie, non ?), la réglisse (on n’est pas loin de l’écœurement)… Idem pour les cuvées de vins blancs totalement fabriquées dans les chais où l’on est fier de vous faire sentir “la mangue et autres fruits exotiques”. Il s’agit donc de ne pas confondre l’ensemble d’une progression qualitative certaine et le développement de ces vins “fabriqués” et “putassiers” qui attirent les investisseurs comme des mouches, et sont, hélas, soutenus par des “critiques”, notamment américains (ce sont les mêmes qui soutiennent les “vins de garage” bordelais).

    Ce problème s’étend aux vins de cépages, où je ne vois toujours pas l’intérêt de planter des cépages qui se plaisent mieux dans des régions beaucoup plus froides (les bonnes exceptions existent), ni à se lancer dans des vinifications sophistiquées pour pouvoir remplir un dossier de presse… et mentionner des prix inexcusables sous prétexte que l’on peut mettre sur une étiquette les noms de Chardonnay ou de Merlot, ou que l’on croit qu’il suffit d’acheter des barriques neuves et se payer les services d’un œnologue “tendance” pour faire un grand vin.

    Concernant les millésimes, en Languedoc, Les 2008 à 2003 sont réussis, les 2002 et 2000 savoureux. Je soutiens les hommes et les femmes qui s’attachent à élever des vins typés par ces terroirs de garrigues, maîtrisant les rendements, respectant leur spécificité. Les terroirs ont le potentiel pour que l’on y élève tout naturellement de grands vins racés, sans vouloir copier telle ou telle appellation plus connue avec des cépages inappropriés. Pour certains, l’exagération des prix et certaines renommées bien trop récentes commencent à se dégonfler comme des baudruches.

    Brigitte Dussert : En Provence, les trois couleurs vous séduisent régulièrement...

    Patrick Dussert-Gerber : Les Bandol sont des vins formidables. Issus principalement du fabuleux cépage que peut être le Mourvèdre (qui apporte bouquet, corps et rondeur), les rouges de Bandol peuvent être exceptionnels. Amples, élégants, puissants, gras et très aromatiques, ils donnent toute leur véritable mesure après quelques années de vieillissement. Ceux-là bénéficient d’un excellent rapport qualité-prix. Les rosés font aussi partie des meilleurs vins de France.

    Juste à côté, Cassis, avec ces blancs, des rosés et des rouges, qui profitent d’un climat exceptionnel et de la bienveillance du mistral qui nettoie les vignobles et leur fournit chaque année des températures quasiment invariables.

    L’influence des millésimes est en effet beaucoup moins marquée ici, et l’on peut estimer une très bonne série, de 2008 à 2003 (le 2002 étant nettement en-dessous). Les blancs sont souvent remarquables, et les rosés reviennent à la tête de ce type de vin (2007 et 2005 superbes).

    Justement, je trouve que les Coteaux-d’Aix-en-Provence, appartenant à la zone occidentale de la Provence calcaire, ont aussi fait beaucoup de progrès, tout particulièrement en rosés. Entre des reliefs constitués de chaînons parallèles au littoral, s’étendent des bassins sédimentaires où s’est concentrée l’activité viticole. L’appellation s’étend sous un climat de type méditerranéen, avec pour vent dominant le mistral, qui permet à la région de bénéficier d’un ensoleillement moyen de 2 900 h par an. Les sols sont argilo-calcaires caillouteux, sableux, souvent graveleux sur molasses et grès, et caillouteux à matrice argileuse ou limono-argileuse.

    J’ai également beaucoup apprécié un bon nombre de Coteaux Varois, où l’on débouche des bouteilles de plus en plus séduisantes, et cette appellation entre pleinement en accord désormais dans la grande entité provençale.

    Et les terroirs ont aussi leur importance, ici.  En Côtes-de-Provence, le vignoble prend naissance dans les Bouches-du-Rhône, au pied de la montagne Sainte-Victoire. Accroché aux flancs de coteaux sur des “restanques”, ces terrasses aménagées par l’homme, ou bien isolé au milieu des pinèdes, et bénéficie de sols généralement pauvres en humus, perméables et caillouteux.

    Mais, évidemment, il faut savoir choisir la bonne adresse ici, se méfier des vins et des prix de “touristes”, et de la grande cavalerie des rouges et rosés de bas de gamme que l’on débouche parfois. Ceux qui comptent sont ceux de ces propriétaires qui laissent s’exprimer au mieux les grands cépages de la région (Grenache, Mourvèdre, Cinsault, Rolle, Ugni blanc…), dans ces terroirs complexes, argilo-calcaires, caillouteux, graveleux ou sableux. Eux élèvent des vins formidables dans toutes les appellations, en rouge, en blanc et en rosé. Idem pour la Corse, qui mérite d’être respectée à part entière.

    Brigitte Dussert : Vous avez plus de réticence avec le Sud-Ouest ?

    Patrick Dussert-Gerber : Peu de vignerons semblent motivés et intéressés par envoyer leurs échantillons, tout spécialement en Bergerac, Jurançon, Madiran et Gaillac, et je comprends mieux pourquoi on n’entend de moins en moins parler de ces vins. Chacun fait ce qu’il veut, et il ne me semble pas nécessaire de faire le voyage à sens unique.

    On peut tout autant regretter l’arrivée de cuvées surchargées par le bois et “fabriquées” pour avoir une bonne note auprès de “critiques”, ceci facilitant une hausse de prix totalement incautionnable. Je me méfie des cuvées et des communications spéciales Malbec, qui mettent trop le cépage en avant, et de quelques vins de mode dans cette région où les cépages et les sols ont une véritable influence, une véritable présence historique. Ne vaut-il pas mieux montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas à Cahors ou à Madiran ?

    À quoi bon avoir des cépages de caractère comme le Tannat, le Cot, la Négrette ou le Gros Manseng si c’est pour “lisser” les vins et les dépersonnaliser au point que l’on ne sait plus ce que l’on goûte ? La complexité des terroirs et des climats est pourtant bien réelle dans la région, et prouve que l’on ne fait pas la même qualité, selon les aléas de la nature, au fin fond du Béarn ou dans le Lot. C’est ce qui compte, et crée la typicité.

    Particulièrement à Cahors ou à Madiran, mais aussi dans l’ensemble de ce grand vignoble, les millésimes 2008, 2006, 2005, 2004, 2003 et 2001 sont des réussites, le 2007 se goûte bien. Les vins ont une réelle typicité, un potentiel de garde (beaux 1999, 1995 ou 1990) où les cépages et les sols ont leur influence et une véritable présence historique. Quelques rapports qualité-prix-plaisir exceptionnels, en rouges, en blancs secs et en liquoreux (millésimes 2004, 2000, 1995 ou 1990). Pas fana des “microcuvées” (en Bergerac, à Cahors, à Monbazillac...), pas typées et à des prix incautionnables, les meilleurs vignerons s’attachant ici à élever des vins racés.

    Brigitte Dussert : Vous avez débuté dans la Loire...

    Patrick Dussert-Gerber : Et j’ai toujours soutenu ces vignerons de Sancerre, de Touraine, d’Anjou ou de Saumur, où j’ai un bon nombre d’amis. Les vins de la région possèdent deux atouts considérables : un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à ces sols différents, les uns plus spécifiques que les autres.

    J’aime retrouver ces hommes et ces femmes qui s’attachent à défendre leur personnalité. En Anjou-Saumur, peu d’autres vins peuvent copier les meilleurs crus de la région, marqués par ces sols de tuffeau ou de roche calcaire en parfaite osmose avec les cépages Cabernet franc et Chenin, le premier s’épanouissant sûrement le mieux ici, dans cette région où il fait bon s’octroyer quelques étapes gourmandes et historiques. De Champigny à Beaulieu-sur-Layon, du Puy-Notre-Dame à Parnay, la région est riche en terroirs et en saveurs, avec des blancs très séduisants, des rouges puissants et colorés, au nez de violette comme ceux de Saumur-Champigny.

    Il suffit aussi de goûter un Sancerre Les Belles Dames et un autre Les Romains, un Quincy ou un Pouilly-Fumé silex pour s’ assurer de la typicité des vins. Cela fait donc du bien de “sentir” la puissance des terroirs et permet de renvoyer au jardin d’enfants les  vins qui poussent partout et les producteurs qui croient encore qu’il suffit de planter un cépage pour obtenir un grand vin…

    À Quincy comme à Pouilly, à Chinon comme à Monlouis, en Muscadet comme à Menetou-Salon, la région fourmille de vins qui possèdent une typicité exacerbée. Les cépages Chenin ou Sauvignon, pour les blancs, savent en effet se marier parfaitement avec ces sols de silex, d’argiles ou de marnes, et produit une typicité propre. Un bon nombre de propriétaires sont présents dans mon Guide depuis longtemps, ce qui prouve leur grande régularité qualitative.

    Le millésime 2008 est particulièrement réussi, même si, parfois, les quantités sont très faibles. Le 2007 est très difficile en rouges en Touraine comme en Anjou, et c’est la raison pour laquelle les rosés -eux- sont particulièremernt savoureux. Les blancs 2007 sont dans la belle lignée des 2006, et la typicité s’allie à un rapport qualité-prix régulièrement remarquable. Pour les blancs secs, de très grandes bouteilles en Pouilly-Fumé comme à Vouvray, à Sancerre comme à Savennières ou à Saumur, et des millésimes comme les 2004 ou 2002 se goûtent très bien actuellement.

    Les liquoreux sont exceptionnels, notamment en Coteaux-du-Layon, Bonnezeaux ou Vouvray, et les rouges associent charpente et fraîcheur, du plus souple (Touraine, Bourgueil, Sancerre…) au plus charnu (Chinon, Saumur-Champigny…), des vins qui s’apprécient jeunes mais savent aussi garder la distance (remarquables 2000, 1998 ou 1995). Le millésime 2002 est très réussi en blancs, difficile en rouges, et les 2004, 2003, 2001 sont savoureux. Beaux liquoreux en 2004, 2003 et 2001, et un millésime 2005,  assez typé, très intéressant.

    Brigitte Dussert : Un tour de France qui se termine par la Vallée du Rhône...

    Patrick Dussert-Gerber : Voilà un autre bel exemple de la race des terroirs, non ? Prenez Châteauneuf-du-Pape où le terroir se caractérise principalement par un sol extrêmement ingrat composé de gros galets roulés, amoncelés autrefois par le glacier du Rhône, qui fournissent à la vigne des conditions exceptionnelles de maturation en lui renvoyant pendant la nuit l’intense chaleur qu’ils ont emmagasinée pendant le jour. Les vins blancs offrent un bouquet floral duquel s’échappent des parfums de fleur de vigne, de lis ou de narcisse. Les rouges sont de couleur intense, puissants, de garde, et n’ont pas besoin d’artifices œnologiques pour être au sommet.

    Mais la richesse de la région, ce sont aussi les appellations moins connues qui bénéficient d’un rapport qualité-prix-typicité formidable : Rasteau, Beaumes-de-Venise, Visan, Vinsobres, Cairanne...

    Pour les millésimes, si le 2008 devrait tenir toutes ses promesses, le 2007 est remarquable ici, peut-être supérieur au 2006. Les 2005 et 2003 sont très mûrs, le 2002 a été très difficile à maîtriser, et le 2004 très classique, très réussi. Il faut prendre le temps de conserver ces vins, car on débouche de grandes bouteilles actuellement dans des millésimes comme 1998, 1995 ou 1990.

    Voir la VINTAGE CODE

    Voir : LES CLASSEMENTS 2010

    Bannière

  • Pin it!

    Le Samedi, on se fait plaisir, on débouche un vin gourmand et suave...

    Le Samedi, on se fait plaisir, on débouche un vin gourmand et suave, comme les moelleux et liquoreux de Loire, du Sud-Ouest, d'Alsace, de Bordeaux...

    En GAILLAC :

     

    Château BOURGUET

    Château BOURGUET

    (GAILLAC)
    Jean et Jérôme Borderies
    Les Bourguets
    81170 Vindrac-Alayrac
    Téléphone :05 63 56 15 23
    Télécopie : 05 63 56 15 23
    Email : chateaubourguet@orange.fr

    Toujours très bien classé, et c’est mérité. Un vignoble de 21,50 ha (4 générations). Terrain argilo-calcaire très caillouteux (moyenne d’âge des vignes de 40 ans). On y élève fort bien cet excellent Gaillac rouge 2006 (60% Braucol, 20% Duras, 10% Cabernet, 10% Syrah), un vin classique, intense et corsé qui allie charpente et finesse, avec ce nez complexe de cerise et de cuir, aux tanins riches et ronds à la fois. Le Gaillac blanc doux 2007, 100% Len de l’El, médaille d’Or à Paris, est un vin aux nuances de fleurs, de pêche et de noisette, de bouche puissante et raffinée, dense, tout en nuances aromatiques et suavité en finale, frais et persistant, parfait sur un foie gras comme sur un gâteau au chocolat.

    Domaine des BOUSCAILLOUSGAILLAC Domaine des BOUSCAILLOUS

    Domaine des BOUSCAILLOUS

    (GAILLAC)
    Annie Caussé
    Le Village
    81170 Noailles
    Téléphone :05 63 56 85 34
    Télécopie : 05 63 56 85 56
    Email : chateau.bouscaillous@orange.fr
    Site : www.chateaubouscaillous.fr

    Au sommet. Annie Caussé est charmante et passionnée, et son domaine appartient à la famille depuis le XIXe siècle. Le vignoble est constitué de 36 ha de vignes. Grâce à la diversité géographique, certains cépages sont situés sur les premières côtes sablonneuses de Montels, et d’autres sont sur des terres argilo-calcaires du pays cordais. On tient à conserver ici les cépages Len de l’El et le Mauzac, qui restent le patrimoine de leur domaine avec des vignes centenaires. On se fait donc vraiment plaisir avec leur Gaillac rouge 2007, Braucol dominant, Duras, Syrah et Merlot, très parfumé avec ces notes de framboise, de cassis et de griotte, riche en couleur, alliant finesse et structure, un vin dense et séveux, de bouche soyeuse et poivrée, de très bonne garde. Beau Gaillac blanc doux cuvée Réservée 2006 (cépages Loin de l’Œil et Sauvignon, élevage en barriques de quelques mois), très séduisant avec sa robe jaune doré et brillante, son nez de pomme caramélisée et sa bouche toute en onctuosité avec des senteurs légèrement briochées. À la suite, cet excellent blanc sec Fraîcheur Perlée 2007 (soutirage et conservation au froid pour préserver le gaz carbonique), avec son côté spécifique très légèrement gazeux, un blanc sec tout en fraîcheur, vivace et franc, très agréable sur un bouquet de crevettes. Pour le plaisir, ce superbe Gaillac blanc doux cuvée La Centenaire 2005 (95% Mauzac et 5% Muscadelle, vignes de 70 à 100 ans), d’une onctuosité raffinée, tout en arômes (pain d’épices, rose, coing), subtil et complexe, très persistant en bouche, un vin d’une belle suavité qui a collectionné les récompenses avec 3 médailles (Or au concours des Vins du Sud-Ouest 2007, Argent au concours des Vignerons Indépendants, Bronze au concours des Grands Vins à Mâcon 2007).

    Château LASTOURS

    Château LASTOURS

    (GAILLAC)
    Famille de Faramond

    81310 Lisle-sur-Tarn
    Téléphone :05 63 57 07 09
    Télécopie : 05 63 41 01 95
    Email : chateau-lastours@wanadoo.fr

    Domaine de 40 ha de vignes sur des terres graveleuses et sableuses. Beau Gaillac rouge cuvée Spéciale 2003 (50% Syrah, 10% Fer Servadou, 40% Merlot), riche et ample, un vin qui présente une bonne structure et une bouche généreuse et intense, corsée et typée, très parfumée (framboise, groseille, humus). Le Gaillac blanc Les Graviers 2006, au nez de genêt, est très persistant, tout en bouche comme le Gaillac rosé cuvée Les Graviers (60% Duras, et 40% Syrah), de belle teinte, franc, très parfumé au nez comme en bouche comme on les aime, idéal sur un soufflé. Excellent Gaillac rouge 2004 (30% Syrah, 30% Fer Servadou, 20% Cabernet-Sauvignon, 20 % Merlot), fruité, ferme et fondu à la fois, de bonne charpente.

    Château LECUSSEGAILLAC Château LECUSSE

    Château LECUSSE

    (GAILLAC)
    Mogens N. Olesen

    81600 Broze
    Téléphone :05 63 33 90 09
    Télécopie : 05 63 33 94 36
    Email : post@chateaulecusse.fr
    Site : www.chateaulecusse.com

    Une propriété de 78 ha dont 47 ha de vignes, sur sol argilo-calcaire. Beau Gaillac Grappes d’Or 2005, suave, très parfumé, de bouche flatteuse et persistante, vraiment remarquable. À ses côtés, le Gaillac blanc sec 2007 (100% Sauvignon, vignes de 15 ans sur sol argileux et calcaire, élevage sur lies fines et en cuves), est l’un des meilleurs dégustés dans ce millésime, typé, au bouquet où s’entremêlent des notes de fruits frais et de tilleul, harmonieux, de bouche dominée par la fougère et les fruits frais, fin et riche au palais, d’une belle finale. Le Gaillac rouge 2004, vieilli en fûts 12 mois (45% Merlot, 35% Syrah et 20% Cabernet-Sauvignon, vignes de 25 ans sur sol argileux) est riche, coloré et bouqueté, aux notes de cerise confite et d’humus, avec cette bouche chaleureuse et puissante. Le Gaillac Vieilli en fûts de Chêne 2005 est tout en nuances d’arômes, bien charpenté, très équilibré au nez comme en bouche (petits fruits rouges, épices), de très bonne évolution, un vin à ouvrir sur une cuisine relevée, comme un poulet mariné au piment d’Espelette. Goûtez aussi le Gaillac rouge cuvée Spéciale 2006, avec ce nez complexe où dominent les sous-bois et la prune, associant puissance et finesse, un vin charnu, aux tanins riches.

    En BONNEZEAUX :

    Château la VARIÈREBONNEZEAUX Château la VARIÈRE

    Château la VARIÈRE

    (BONNEZEAUX)
    Jacques Beaujeau

    49320 Brissac-Quincé
    Téléphone :02 41 91 22 64
    Télécopie : 02 41 91 23 44
    Email : chateau.la.variere@wanadoo.fr

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés avec ce Bonnezeaux Château La Varière Les Melleresses 2005, puissant au nez comme en bouche, un vin très racé, très distingué, très aromatique (fleurs blanches), d’une belle longueur, de garde. Superbe Quarts-de-Chaume Les Guerches 2006, tout en onctuosité, moelleux, aux notes d’abricot et de pain grillé, d’un bel équilibre, liquoreux et vif à la fois, gras, aux senteurs persistantes de fruits confits et d’une très jolie finale. Excellent Anjou-Villages Brissac cuvée Jacques Beaujeau 2006, avec des notes de griotte et de fumé, très parfumé, charpenté, de bouche souple et charnue à la fois. Savoureux Coteaux-de-l’Aubance Clos de la Division 2005, ample et distingué, de robe dorée, d’une grande finesse, au nez de fleurs et de petits fruits secs, très harmonieux en bouche, un vin particulièrement séduisant par sa distinction d’arômes, souple et persistant. Le Saumur-Champigny Domaine de La Perruche Clos de Chaumont 2006, allie une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, un vin fruité, chaleureux, corsé, de très bonne évolution, avec une finale dominée par des notes de groseille et de griotte. L’Anjou-Village-Brissac La Grande Chevalerie rouge, 16 mois en barriques neuves, est une cuvée concentrée, colorée, charpentée, parfumée, aux notes de fruits mûrs (fraise des bois) et d’humus, dense, aux tanins bien présents et fondus à la fois.

    En SAUTERNES :

     

    Château HAUT-CLAVERIE

    Château HAUT-CLAVERIE

    (SAUTERNES)
    Philippe Sendrey

    33210 Fargues-de-Langon
    Téléphone :05 56 63 43 09
    Télécopie : 05 56 63 51 16
    Email : vignoblesendrey@free.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateauhautclaverie
    Site : www.haut-claverie.com

    Un Sauternes 2005, de belle robe dorée, au bouquet puissant de petits fruits confits, de bouche onctueuse à la finale vive et fraîche, d’une douce onctuosité, gras, qu’il faut bien sûr laisser évoluer pour profiter de son potentiel. Le 2003, puissant, tout en arômes (pain brioché, citronnelle), est un vin racé, riche et complexe, très persistant, d’une grande onctuosité. Le 2002 est excellent, au nez à dominante de fleurs blanches et de petits fruits secs, un vin tout en finesse, de bouche dense, d’une longue finale. Goûtez le Graves rouge Château La Mourasse, régulièrement réussi.

    Château de MALLE

    Château de MALLE

    (SAUTERNES)
    Comtesse Nancy de Bournazel

    33210 Preignac
    Téléphone :05 56 62 36 86
    Télécopie : 05 56 76 82 40
    Email : chateaudemalle@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaudemalle
    Site : www.chateau-de-malle.fr

    Nancy de Bournazel est une référence dans la région et se passionne, aux côtés de son fils, pour son superbe Sauternes 2004, aux notes de rose et de petits fruits confits, un vin d’un très bel équilibre, riche et fin à la fois, savoureux, dense et bien velouté, dominé en bouche par des nuances de brioche. Très beau 2003, gras, aux senteurs persistantes, de bouche suave, tout en subtilité d’arômes, de teinte dorée, avec des notes de tilleul et d’abricot très mûr. Superbe 2001, de belle robe, ample, tout en bouquet, d’un bel équilibre, aux connotations florales subtiles, à la bouche fondue où se retrouvent des odeurs de pain d’épices et de pêche surmûrie, associant puissance et souplesse, idéal sur un foie gras poêlé. Excellent Graves Château de Cardaillan rouge 2006, coloré et charnu, aux tanins fermes et soyeux à la fois, d’une jolie concentration, aux notes de groseille, d’humus et d’épices caractéristiques.

    Château SIMON

    Château SIMON

    (SAUTERNES)
    Jean Dufour

    33720 Barsac
    Téléphone :05 56 27 15 35
    Télécopie : 05 56 27 24 79
    Email : chateau.simon@worldonline.fr

    Cinquième génération de vignerons pour ce domaine de 17 ha (85% de Sémillon, 12% Sauvignon et 3% Muscadelle). On se fait plaisir avec son Sauternes 2005, moelleux et frais en bouche, d’une belle onctuosité, aux nuances de brioche et de fruits jaunes macérés, un vin tout en finesse, aux senteurs persistantes. Le 2004, de jolie robe dorée, de bouche complexe, allie rondeur et structure, finement floral, tout en souplesse. Le 2003 est une réussite, gras, aux senteurs tenaces, onctueux, tout en finesse aromatique, très équilibré, de très bonne garde. Le Graves rouge, élevé en fûts, charnu, sent bon la griotte et les sous-bois, un vin de bouche puissante et souple à la fois.

    Cru D'ARCHE-PUGNEAU

    Cru D'ARCHE-PUGNEAU

    (SAUTERNES)
    Francis Daney

    33210 Preignac
    Téléphone :05 56 63 50 55 et 06 84 84 30 66
    Télécopie : 05 56 63 39 69
    Email : francis.daney@free.fr
    Site : http//arche.pugneau.free.fr

    Un remarquable Sauternes 2005, tout en onctuosité, d’un bel équilibre, liquoreux et vif à la fois, aux senteurs persistantes de fruits confits et d’une très jolie finale aux connotations subtiles de miel et de rose, de bouche profonde, de garde. Le 2004 est onctueux, aux notes fruitées et florales intenses, très bien équilibré, d’une grande harmonie en bouche, qu’il faut attendre pour profiter de son potentiel réel. Le 2003, de robe dorée, riche et concentré, est classique et savoureux, au nez intense et frais, où dominent les fruits mûrs, les fleurs et le pain d’épices. Le 2002, aux nuancess subtiles, avec des notes de pain grillé et de rose, est finement onctueux. Le 2001 est dense, avec ces arômes de fleurs et de citron, gras, de bouche profonde, très harmonieux, d’une longue finale, et poursuit une fort belle évolution comme ce 2000, d’une grande puissance aromatique (pain grillé).

    Château HAUT-BERGERON

    Château HAUT-BERGERON

    (SAUTERNES)
    Famille Lamothe

    33210 Preignac
    Téléphone :05 56 63 24 76
    Télécopie : 05 56 63 23 31
    Email : haut-bergeron@wanadoo.fr

    Une propriété de 32,43 ha sur des graves argileuses et sablonneuses sur Sauternes et argilo-calcaires sur Barsac (90% Sémillon, 8% Sauvignon et 2% Muscadelle, âge moyen des vignes 50 ans). Très beau Sauternes 2006, de bouche intense où l’on retrouve l’acacia et les agrumes, charmeur, un vin puissant et racé, tout en suavité. Le 2005, médaille d’Or Paris 2007, où la structure s’allie à l’élégance, est de bouche ample, aux nuances de chèvrefeuille et de petits fruits cuits (abricot, pamplemousse), un vin séduisant. Beau 2004, de robe dorée, au bouquet puissant de petits fruits confits, typé, à la bouche fondue.

     


    Château LAFON

    Château LAFON

    (SAUTERNES)
    Earl Fauthoux

    33210 Sauternes
    Téléphone :05 56 63 30 82
    Télécopie : 05 56 63 30 82
    Email : chateau.lafon@orange.fr

    Le château ainsi qu’une partie du vignoble sont enclavés dans les vignes du château d’Yquem. Vignoble de 11 ha. Le Sauternes 2005, de bouche puissante (agrumes confiturés), de robe intense, aux senteurs persistantes, bien classique, est tout en bouche, avec une finale suave où l’on retrouve les fruits confits. Excellent 2004, aux connotations florales subtiles, de bouche onctueuse, très gras, aux nuances de fleurs et de miel, persistant comme le 2003, de bouche complexe (abricot confit), harmonieux et onctueux.

    Château VALGUY

    Château VALGUY

    (SAUTERNES)
    Grands Vignobles Loubrie
    4, chemin de Couitte
    33210 Preignac
    Téléphone :05 56 63 58 25
    Télécopie : 05 56 63 58 25
    Email : grandsvignoblesloubrie@orange.fr

    Valeur sûre encore avec ce Sauternes 2005, issu d’un vignoble de 4,16 ha, marqué par son Sémillon très majoritaire (85%, 10% Sauvignon et 5% Muscadelle), bien élevé 18 mois en barriques, suave, tout en subtilité d’arômes, de belle teinte dorée, aux nuances de fruits bien mûrs, d’une belle ampleur. Excellent Graves rouge 2006, coloré, au nez de petits fruits rouges frais (groseille, cerise noire), légèrement épicé, persistant en bouche, de très bonne charpente. Joli Graves blanc Cailloux de Valguy (élevage sur lies fines avec bâtonnages, 60% Sémillon, 40% Sauvignon), de teinte pâle, finement floral, de bouche ample et suave., un vin à déboucher sur une parillada de poissons.

    Château MONT-JOYE

    En SAINTE-CROIX-DU-MONT :

     

    Château BEL AIR

    Château BEL AIR

    (SAINTE-CROIX-DU-MONT)
    M.Meric

    33410 Sainte-Croix-du-Mont
    Téléphone :05 56 62 01 19 et 05 56 62 09 03
    Télécopie : 05 56 62 09 33
    Email : vignobles.meric@orange.fr
    Site : www.chateaubelair.net

    Avec des origines remontant en 1648, le Château Bel Air fait partie des plus anciennes propriétés de l’appellation. Dominant la vallée de la Garonne, le vignoble s’étend sur 18 ha de vignes en coteaux âgées de 30 ans. La récolte, rigoureusement menée par tris successifs permet de sélectionner le raisin à sa maturité avancée, lorsque la pourriture noble dotée des bienfaits du botrytis a atteint son apogée. Beau Sainte-Croix-du-Mont cuvée Vieilles vignes 2005, un vin ample et velouté, de belle couleur, au nez riche et bien présent dominé par des notes de pain grillé et de fruits, tout en bouche, vraiment très agréable, à goûter sur des ris de veau, par exemple. Le Cadillac 2005, où s’entremêlent des nuances d’agrumes et de fleurs blanches, est tout en subtilité. Excellent Premières Côtes de Bordeaux rouge, de robe grenat, au nez de fruits mûrs, avec des tanins ronds et bien équilibrés.

    Château des MAILLES

    Château des MAILLES

    (SAINTE-CROIX-DU-MONT)
    Daniel et Laurence Larrieu

    33410 Sainte-Croix-du-Mont
    Téléphone :05 56 62 01 20
    Télécopie : 05 56 76 71 99
    Email : chateau.des.mailles@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaudesmailles

    Leur Sainte-Croix-du-Mont 2007 est remarquable, l’une de plus jolies réussites du Château, d’un superbe jaune d’or, souple, aux notes subtiles d’abricot confit et de fruits secs, gras mais très frais à la fois, un vin dense et parfumé, délicatement parfumé en finale (rose, miel, pain brioché...), d’excellente garde. Très beau 2005, de belle robe dorée, avec des arômes de fleurs blanches et de miel, une bouche onctueuse à la finale vive et dense, typé et riche, très parfumé, très persistant, qui associe finesse et richesse aromatique. Le 2003 est tout en subtilité de senteurs (fruits cuits, aubépine), d’une douce onctuosité, idéal à l’apéritif ou sur un dessert, très abordable. Superbe cuvée Laurence 2005, de couleur dorée, au nez dominé par les fruits mûrs et les fruits secs, légèrement miellé, tout en suavité et finesse, de belle garde.

     

    EN VENDANGES TARDIVES D'ALSACE :

    Fernand ENGEL et Fils Fernand ENGEL et Fils

    Fernand ENGEL et Fils


    Gaec Engel Fernand et Fils
    1, route du Vin
    68590 Rorschwihr
    Téléphone :03 89 73 77 27
    Télécopie : 03 89 73 63 70
    Email : domaine.engel@orange.fr
    Site : www.fernand-engel.fr

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Beau Gewurztraminer Clos des Anges 2006, un vin complexe et puissant, avec des notes minérales, très fin, de bouche onctueuse, à la robe intense, chaleureux, d’une grande persistance, de très bonne évolution. Le Riesling Grand Cru Praelatenberg de Kintzheim 2006, marqué par son terroir, racé, de jolie robe brillante, est puissant et fin à la fois, équilibré, parfumé, très séduisant, complexe, avec une belle intensité aromatique légèrement épicée, harmonieux et distingué. Savoureux Gewurztraminer Grand Cru Altenberg de Bergheim 2005, avec sa belle robe dorée, c’est un très beau vin au nez intense et complexe, riche et fin à la fois, typé, délicatement épicé, charpenté, très prometteur. Le Pinot Noir est de bouche charnue, de robe rubis, au nez concentré (violette et cassis), aux tanins fondus, persistant en finale. À la suite, ce Pinot Gris Clos des Anges 2006, au nez dense, aux notes très marquées d’agrumes (pamplemousse), un vin complexe qui allie souplesse et structure, puissant, tout en complexité d’arômes (fruits jaunes, tilleul). Le Gewurztraminer Vendanges Tardives 2005, un beau vin gras et fin, est tout en persistance aromatique (rose, pain grillé), intense au nez comme en bouche, avec ces notes de fumé spécifiques. Excellent Crémant d’Alsace brut rosé, de bouche bien équilibrée où l’on retrouve la framboise, très agréable.

     

    François et Vincent KIEFFER

    François et Vincent KIEFFER



    76, route du Vin
    67140 Itterswiller
    Téléphone :03 88 85 50 22
    Télécopie : 03 88 57 80 91
    Email : vin.kieffer@wanadoo.fr

    Un domaine où l’on pratique la lutte raisonnée. Exceptionnel Gewurztraminer Sélection De Grains Nobles 2005, très concentré, aux arômes puissants de fruits confits, de lente évolution, qui devrait tenir toutes ses promesses. Excellent Riesling Terroir Itterswiller 2006, intense au nez comme en bouche, au bouquet fleuri, avec des notes de noisette et de lys, tout en finesse. Très joli Crémant brut d’Alsace Prestige, de mousse légère et vive, avec ces nuances de fruits frais et de tilleul, une cuvée ronde et harmonieuse qui s’apprécie sur une tarte aux mirabelles. Le Pinot Noir 2005, élevé en barriques, allie puissance et souplesse, avec ces notes très persistantes de fumé et de fraise des bois, à déguster sur un rôti de porc.

     

    Gérard METZ

    Gérard METZ


    Éric Casimir
    23, route du Vin
    67140 Itterswiller
    Téléphone :03 88 57 80 25
    Télécopie : 03 88 57 81 42
    Email : eric@vinsgerardmetz.net
    Site : www.vinsgerardmetz.net

    Un propriétaire sympathique et un domaine de 12 ha. Goûtez le Riesling Muenchberg cuvée Elliot 2004, une surmaturation en Riesling issue du Grand Cru Muenchberg dont le but est de faire ressortir ce terroir particulier. Le vin est puissant, très parfumé, de bouche ample avec une finale épicée et persistante, vif et rond à la fois, très agréable. Le Rouge d’Itterrswiller cuvée Pierric 2003, vendangé manuellement et plus tardivement avec une saignée de 30% pour obtenir une couleur soutenue, élévé en barriques 1/2 neuves 18 mois, souple et charnu, sent la violette et la groseille, un vin de bouche pleine. Le Gewurztraminer cuvée Mégane 2003 est issu de surmaturation (15 jours après la fin des vendanges), un vin étonnant grâce à un léger développement de botrytis tout en gardant une belle acidité.

    Vignobles MUHLBERGER

    Vignobles MUHLBERGER


    Robert et Philippe Muhlberger
    1, rue de Strasbourg
    67120 Wolxheim
    Téléphone :03 88 38 10 33
    Télécopie : 03 88 38 47 65
    Email : muhlberger@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/vignoblesmuhlberger
    Site : www.vignoble-muhlberger.fr

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Domaine familial depuis quatre générations, conduit par Robert et Astrid Muhlberger, Philippe Muhlberger leur fils. Leur philosophie vigneronne se résume en ces mots : Vivre avec la Vigne ! Vivre avec le Vin ! “Selon des règles et des convictions définies et éprouvées par des générations de vignerons, précise le chaleureux Robert Muhlberger, afin que s’écrive : Vignoble, Vigne, Vin de Vigneron, avec V de Vérité ! Élever avec sagesse et passion, dans le respect de règles traditionnelles, sont les moyens mis en œuvre dans le but de produire des Vins authentiques et de rare élégance. Un mode de conduite respectueux de l’environnement : enherbement permanent des vignes, pas d’amendements chimiques ni d’herbicides rémanents, lutte biologique contre les ravageurs, interventions raisonnées contre les maladies à base de cuivre et de soufre, observation et respect du cycle naturel de la vigne et des plantes au sol, renforcement des propres capacités de défense de la vigne, apports d’oligo-éléments naturels sur feuillage… La récolte : des vendanges manuelles pour rentrer une récolte sélectionnée, des raisins entiers, non triturés et proprement triés. La vinification : élaborer les Vins en respectant leur propre rythme d’évolution, avec sagesse et patience, à partir de fermentations spontanées sans apports de levures du commerce.” Le tout donne ce superbe Riesling Les Vieux Coteaux 2005 (évolution dans la dénomination de leur Riesling Altenberg par sa traduction en Riesling Les Vieux Coteaux : il s’agit de leur décision de ne plus revendiquer l’appellation Grand Cru pour les parcelles délimitées dans le périmètre en question), un grand vin dense, très charmeur, de bouche persistante, dominée par des arômes floraux (acacia), très prometteur. Excellent Pinot Noir cuvée des Jeunes Loups 2005, dont l’élevage se fait en fûts de chêne, de robe soutenue, aux notes fruitées et florales complexes, alliant structure et finesse, savoureux, de bouche dense. Superbe Gewurztraminer Vendanges Tardives 2005, un grand vin rare, où l’on retrouve des notes franches de grillé, de brioche et de fruits confits, dense et distingué à la fois. Le Crémant d’Alsace Blanc De Blancs brut méthode traditionnelle est de mousse fine, d’une belle harmonie, tout en fruit et finesse, ample, aux nuances subtiles de pomme et de fruits secs, suave, riche en bouche (agrumes, aubépine, amande…), très harmonieux, à déboucher à l’apéritif comme sur un saumon. Remarquable rapport qualité-prix-plaisir.

    Vignobles Pierre REINHART

    Vignobles Pierre REINHART



    7, rue du Printemps
    68500 Orschwihr
    Téléphone :03 89 76 95 12
    Télécopie : 03 89 74 84 08
    Email : contact@vignoblereinhart.com

    Une exploitation familiale de 6,5 ha. Beau Gewurztraminer Lippelsberg 2006, riche et suave, aux connotations typiques de rose et d’amande, très charmeur, tout en finesse aromatique, de bouche ronde et équilibrée avec une finale persistante. Le Pinot Gris cuvée Charlotte 2005 est puissant au nez comme en bouche, avec une touche de fumé typique, d’une jolie finale. Beau Gewurztraminer Vendanges Tardives 2005, aux notes d’abricot et de miel, d’une bonne longueur en bouche. Le Crémant d’Alsace brut Sauvage est tout en finesse, de mousse abondante, il associe structure et nervosité, parfait à l’apéritif. Le Gewurztraminer Lippelsberg 2005 est franc et frais, au nez subtil, intense et parfumé, d’une jolie persistance, avec des nuances de pêche de vigne, de fleurs fraîches et d’épices, vraiment très réussi. À la suite, ce Pinot Noir Vieilles Vignes 2006, aux arômes subtils où dominent les fruits rouges et la violette, de bouche fruitée, très agréable sur un plat épicé. Exceptionnel Gewurztraminer Sélection De Grains Nobles 2001, avec des arômes d’acacia et de fruits mûrs, très gras mais d’une belle fraîcheur en bouche, aux senteurs de fruits confits, de grande évolution, à déguster pour lui-même ou sur un foie gras d’oie truffé.

    ZOELLER

    ZOELLER


    Auguste et Mathieu Zoeller
    14, rue de l'Eglise
    67120 Wolxheim
    Téléphone :03 88 38 15 90
    Télécopie : 03 88 38 15 90
    Email : vins.zoeller@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/maisonzoeller
    Site : www.vins-zoeller.fr

    Comme en témoigne le pressoir datant du XVIIe siècle, la famille perpétue depuis plus de huit générations la tradition vinicole. Aujourd’hui, ce savoir-faire ancestral s’allie aux méthodes modernes pour permettre d’élaborer des vins respectant les règles d’hygiène et de qualité tout en conservant leur naturel et surtout leur authenticité. Coup de cœur pour leur Gewurztraminer Les Orchidées 2007, un beau vin d’une grande maturité, aux senteurs de poire avec une touche d’épices typique, d’une très grande finesse, racé, une belle réussite. Le Pinot Gris Les Orchidées 2005, au nez subtil, d’une belle persistance aromatique, avec des nuances marquées de fruits secs, de bouche nerveuse et dense à la fois, est à ouvrir sur une langouste. Le Gewurztraminer cuvée Hector 2006 associe finesse et structure, légèrement épicé, de bouche puissante, sec et suave à la fois, très réussi et très abordable. Remarquable Pinot Gris Vendanges Tardives 2003, onctueux, d’une robe dorée intense, opulent, un vin puissant avec beaucoup de matière, intense au nez comme en bouche aux nuances de fruits confits, qui poursuit son évolution. Excellent Pinot Noir La Saignée 2007, de bouche souple et corsée, coloré et parfumé (mûre). Joli Crémant d’Alsace Rosé Méthode traditionnelle.

     

    En COTEAUX-DU-LAYON :

     

    Domaine Des HAUTS PERRAYS

    Domaine Des HAUTS PERRAYS

    (COTEAUX-DU-LAYON)
    Claire Le Fournis
    Les Hauts-Perrays
    49290 Chaudefonds-sur-Layon
    Téléphone :02 41 78 67 57
    Télécopie : 02 41 78 68 78
    Email : contact@domaine-des-hauts-perrays.fr

    Ce propriétaire passionné peut être fier de son Coteaux-du-Layon cuvée Stefy Vendanges Manuelles 2005, un grand vin développant des arômes de fruits compotés (abricot), et de rose, d’une grande finesse, gras, de bouche suave, de grande garde. Excellent Anjou rouge Coulée du Moulin 2005, de couleur intense aux reflets noirs, aux puissants parfums de fruits rouges, d’épices, aux tanins bien enrobés, un vin bien typé. Le Crémant De Loire brut, de mousse riche, allie richesse aromatique et persistance en bouche, avec des notes de fleurs blanches, de poire et de noisette au palais, régulièrement réussi comme ce Crémant De Loire rosé demi-sec.

    Château des ROCHETTES SCEA Catherine NOLOT

    Château des ROCHETTES SCEA Catherine NOLOT

    (COTEAUX-DU-LAYON)
    Gérant Yannick Babin
    Les Rochettes
    49700 Concourson-sur-Layon
    Téléphone :02 41 59 11 51
    Télécopie : 02 41 59 37 73
    Email : domainedelete@wanadoo.fr
    Site : www.domaine-ete.com

    Très beau Coteaux-du-Layon cuvée Sophie 2005, élevé en barriques, aux notes d’abricot confit et de fruits secs, très gras mais très frais à la fois, qui poursuit son évolution. Le Coteaux-du-Layon Vieilles Vignes 2005 est un vin bien équilibré, d’une belle élégance, au nez intense à dominante de fleurs blanches, très aromatique, tout en finesse, bien persistant, vraiment très agréable. Exceptionnel Coteaux-du-Layon Sélection De Grains Nobles cuvée Folie 2005, élevé 18 mois en barriques, onctueux et persistant, aux notes florales complexes (rose, acacia…), bien équilibré, fondu, de très belle garde.

     

    En LOUPIAC :

     

    Château L'ENCLOS MIQUEU

    Château L'ENCLOS MIQUEU

    (LOUPIAC)
    Mathieu Barrère
    Le Gris
    33490 Saint-Martial
    Téléphone :05 56 61 96 44
    Email : m.barrere@worldonline.fr

    Vignoble de 12 ha (90% Sémillon, 6% Sauvignon gris, 4% Muscadelle). Beau Loupiac cuvée Fûts de Chêne 2005, typé, aux connotations florales subtiles, à la bouche fondue où se retrouvent des nuances de pain d’épices et de pêche surmûrie, alliant puissance et souplesse, idéal sur un foie gras poêlé.

    Clos JEAN

    Clos JEAN

    (LOUPIAC)
    Lionel Bord

    33410 Loupiac
    Téléphone :05 56 62 99 83
    Télécopie : 05 56 62 93 55
    Email : vignobles.bord@wanadoo.fr
    Site : www.vignoblesbord.com

    Un vignoble de 11 ha (80% Sémillon, 20% Sauvignon), très traditionnel (vendanges manuelles par tris successifs, vinification avec maîtrise des températures, élevage en cuves avec léger passage en barriques...). Superbe Loupiac Clos Jean 2007, d’une très belle couleur, aux arômes de fruits blancs et de genêt, avec au palais des notes subtiles de pain brioché et de rose, d’une grande persistance, un vin qui demande un peu de patience. Le 2003, de belle couleur dorée, au nez riche dominé par des notes de pain grillé et de fruits macérés, est tout en bouche, associe délicatesse et intensité.

    Château LOUPIAC-GAUDIET

    Château LOUPIAC-GAUDIET

    (LOUPIAC)
    Daniel et Marie-Laurence Sanfourche

    33410 Loupiac
    Téléphone :05 56 62 99 88
    Télécopie : 05 56 62 60 13
    Email : chateau-loupiacgaudiet@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateauloupiacgaudiet

    Au sommet. Le vignoble de 28 ha, situé autour du château, bénéficie d’une exposition plein sud et appartient depuis 4 générations à la famille de l’actuel propriétaire Marc Ducau, associé à son neveu Daniel Sanfourche qui en assure la direction. Exceptionnel Loupiac château de Loupiac 2005, fort bien élevé en barriques, riche, très aromatique, à la belle robe dorée, au nez très élégant et intense, de bouche très veloutée où se distinguent des arômes persistants d’agrumes mûrs et de brioche, d’amande grillée et de coing, de grande évolution. Le 2003 est un grand vin, de belle couleur dorée, aux nuances subtiles d’agrumes surmûris et de rose, tout en bouche, de grande garde. Leur château Loupiac-Gaudiet 2004, élevé en cuves, est bien classique, ample au nez comme en bouche, aux notes de citron confit et de fleurs blanches, d’une belle fraîcheur en bouche. Remarquable rapport qualité-prix.

     

    En JURANÇON :

     

    Cru LAMOUROUXJURANÇON Cru LAMOUROUX

    Cru LAMOUROUX

    (JURANÇON)
    Richard, Monique et Pierre-Yves Ziemek-Chigé
    La Chapelle-de-Rousse
    64110 Jurançon
    Téléphone :05 59 21 74 41
    Télécopie : 05 59 21 74 41
    Email : chige.jean@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/crulamouroux
    Site : www.crulamouroux.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Superbe Jurançon moelleux cuvée Amélie-Jean 2003, en hommage à leurs parents, pur Petit Manseng, issu de vignes sans désherbage, sans foulage, élevé durant 1 année en fûts, d’une robe aux reflets or brillant, au nez complexe où s’entremêlent des nuances de petits fruits cuits et de fleurs blanches, une cuvée tout en suavité, de grande évolution, à déboucher sur une volaille ou une sole dieppoise. Le 2001 poursuit sa très belle évolution, avec des notes caractéristiques de fruits confits, très onctueux en bouche. Le Jurançon cuvée Nathalie 2001 (pur Petit Manseng), très bien élevé 2 ans en barriques, d’une belle couleur, aux nuances envoûtantes d’abricot confit, d’une grande persistance aromatique, allie charme et puissance. “Nous vendangeons la cuvée Nathalie très tardivement, précise Monique Ziemek-Chigé, en 2008, nous avons vendangé du 1er novembre au 15 décembre.” Le moelleux 2004 de jolie robe dorée intense, avec des arômes de petits fruits secs et de brioche, tout en persistance au palais, associe finesse et ampleur, très agréable sur un dessert aux fruits frais.

    En VOUVRAY :

     

    Jean-Claude et Didier AUBERT

    Jean-Claude et Didier AUBERT

    (VOUVRAY)

    10, rue de la Vallée-Coquette
    37210 Vouvray
    Téléphone :02 47 52 71 03
    Télécopie : 02 47 52 68 38
    Email : aubert.jc.d@range.fr

    Exploitation familiale depuis 6 générations, qui s’étend sur 28 ha plantés sur des sols argilo-calcaires et argilo-siliceux. La passion de la famille et tous ces soins expliquent leur superbe Vouvray demi-sec 2006, tout en fruits et finesse, ample, aux nuances subtiles de pomme et de fruits secs, un vin de bouche suave, de jolie robe dorée, très harmonieux. Remarquable Vouvray moelleux Vieilles Vignes 2005, issu de coteaux enherbés, à faible rendement, et de raisins surmaturés d’une belle richesse naturelle, un grand vin ferme et parfumé, frais et onctueux à la fois, aux notes florales intenses, de bouche profonde. Excellent Vouvray sec 2006, qui dégage de subtils arômes d’amande et de tilleul, tout en harmonie, d’une jolie finale. Le Vouvray Réserve Méthode Traditionnelle brut est une cuvée au nez de petits fruits frais, de miel et d’amande, de mousse fine, alliant rondeur et vivacité, d’une jolie finale. Les caves troglodytiques se visitent.

    Domaine du CLOS de L’ÉPINAYVOUVRAY Domaine du CLOS de L’ÉPINAY

    Domaine du CLOS de L’ÉPINAY

    (VOUVRAY)
    Luc et Marie-Claire Dumange
    L'Épinay
    37210 Vouvray
    Téléphone :02 47 52 61 90
    Télécopie : 02 47 52 71 31
    Email : domaine.clos.epinay@cegetel.net
    Site : www.vinsdusiecle.com/closdelepinay
    Site : www.vinvouvray.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Un couple très sympathique qui a fêté le tricentenaire de la propriété en 2003. Marie-Claire Dumange aime surnommer le Clos “mon petit paradis”. “On a des kiwis, un cognassier, un grand cèdre qui se dresse fièrement au milieu, précise-t-elle. À l’intérieur du Clos, les 72 ares de vignes plantées sur un terroir argilo-calcaire bénéficient d’un bel ensoleillement. Nous sommes situés sur le plateau au-dessus du village de Vouvray. La maison que nous habitons a été construite en 1702, c’est un Clos de murs, ce qui est rare dans la région. Sur le plan architectural, notre maison a de très belles lucarnes avec des candélabres, dont une date du XVe siècle. La propriété se situe au milieu des vignes, ce qui est également une rareté sur l’appellation. Le vignoble compte un peu plus de 16,72 ha de vignes d’âge moyen de 30 ans, les vendanges sont manuelles pour les Vins tranquilles, et l’on pratique la lutte raisonnée. Le chai, creusé dans le tuffeau, a été rénové, et l’équipement entièrement modernisé.” Le tout donne ce superbe Vouvray 2005 brut Méthode Traditionnelle Cuvée Le Clos de L’Epinay 2005, médaille d’Or au concours des Meilleurs Vins de la Région Centre Val de Loire 2008. Une Cuvée issue des raisins du Clos de 72 ares, vendanges manuelles, production de 6000 btles pour le 2005, très distinguée, crémeuse, aux bulles fines et un fruité discret où se retrouvent des nuances miellées et florales. Remarquable Vouvray Cuvée Marcus 2006, très fruité, aux senteurs de pêche blanche avec des notes de fruits secs, un vin ample et savoureux, d’une grande délicatesse, à ouvrir sur une sole meunière. Le 2005 est marqué par sa fraîcheur en bouche et sa persistance aromatique, au nez intense, un vin onctueux, d’une jolie complexité d’arômes, à découvrir à l’apéritif, sur un dessert comme sur une viande blanche en sauce. Le Touraine rosé Cuvée Pauline Méthode Traditionnelle demi-sec, tout en persistance aromatique, avec des nuances subtiles de rose et de chèvrefeuille, est une Cuvée vive et fine en bouche comme il se doit, franche et suave, très bien équilibrée comme ce Vouvray Méthode Traditionnelle demi-sec, aux notes de fruits frais et d’acacia, de mousse fine et abondante, parfait sur les desserts aux fruits. Goûtez aussi leur Vouvray Méthode Traditionnelle brut, médaille d’Argent Mâcon 2008. Chambres d’hôtes sympathiques, spacieuses et de grand confort, ce qui est bien agréable au cœur du vignoble.

    Lionel GAUTHIER-LHOMME Domaine du Viking

    Lionel GAUTHIER-LHOMME Domaine du Viking

    (VOUVRAY)

    1300, route de Monnaie, Melotin
    37380 Reugny
    Téléphone :02 47 52 96 41
    Télécopie : 02 47 52 24 84
    Email : domaine-du-viking@wanadoo.fr

    Superbe Vouvray moelleux cuvée Aurélie 2005, à la bouche fondue, aux notes subtiles de rose et de miel, un vin ferme et parfumé, aux connotations florales, de bouche onctueuse avec des nuances de fleurs et de pêche jaune, de grande garde. Excellent Vouvray sec 2006, de bouche persistante et harmonieuse, tout en finesse et parfums, aux connotations de fruits mûrs, un vin qui associe souplesse et vivacité, très bien équilibré. Le Vouvray Tendre 2005, où s’entremêlent des notes d’amande, de pêche et de bruyère, est un vin harmonieux en bouche qui s’accorde aussi bien avec une pintade que sur un saumon. Le Vouvray Méthode Traditionnelle brut Millésimé, très bien dosé, est richement bouqueté, de mousse abondante, tout en rondeur, Tendre et corsé à la fois, alliant saveur et distinction.

    Château de VALMER

    Château de VALMER

    (VOUVRAY)
    A.de Saint Venant
    Chançay
    37210 Vouvray
    Téléphone :02 47 52 93 12
    Télécopie : 02 47 52 26 92
    Email : vins@chateaudevalmer.com
    Site : www.chateau-de-valmer.com

    Au sommet. Vignoble de 24 ha plantés sur des coteaux bien exposés. Les sols sont de type argilo-calcaire et pierreux et argilo-siliceux au sous-sol calcaire. Le cépage est le Pineau blanc ou Chenin. Superbe Vouvray moelleux 2005, tout en finesse aromatique, suave et persistant, au nez envoûtant, marqué par des notes de fleurs blanches, de fruits et de brioche, très élégant, vraiment réussi. S’il en reste, foncez sur le 2003, dominé par sa finesse aromatique et une matière bien présente, un vin onctueux, très parfumé (coing, abricot confit), à déboucher sur une tarte, toujours l’une des plus jolies bouteilles de cette appellation, Liger d’Argent au concours Liger Angers. Le Vouvray sec 2006, très charmeur, développe un goût minéral où se mêlent des nuances d’amande et de chèvrefeuille, un vin de bouche complexe, suave, à ouvrir sur des crustacés. Excellent Vouvray brut, avec ces notes subtiles d’agrumes et d’aubépine, une cuvée tout en bouche, tout en légèreté, alliant saveur et distinction, persistante, de mousse crémeuse. Très agréable Touraine rosé, de bouche franche et savoureuse, tout en fruité et en fraîcheur en finale. Leur Touraine Méthode Traditionnelle rosé (cépage Grolleau) est de jolie robe, très parfumé, au nez subtil, souple et ferme à la fois, un vin tout en bouche, à déboucher à l’apéritif ou sur un soufflé au fromage. Profitez-en pour admirer les jardins (labellisés “Jardin Remarquable” par le ministre de la Culture en 2004), le potager conservatoire de légumes anciens et la chapelle troglodytique de 1524.

     

     

  • Pin it!

    Misez sur les vrais Bordeaux

    293-2.jpgJ’apprécie les vrais vins de Bordeaux, du plus grand au plus modeste, et les consommateurs comme les producteurs savent que je défends ce qui les intéresse, et les distingue : le rapport qualité-prix-typicité. Si l’on fait un grand Margaux ou un Pomerol racé à 40 ou 80 €, il les vaut bien. Idem pour une gamme plus abordable, en Graves, dans les Satellites, les Côtes ou en Bordeaux Supérieur, où les progrès sont exceptionnels.

    Voici ce que l'on peut constater en 2010, quand on suit les syndicats et leurs actions :

    Les appellations qui bougent : Côtes-de-Bourg, Pessac-Léognan, Saint-Georges-Saint-Émilion, Sauternes.

    Celles qui mériteraient mieux : Bordeaux Supérieur, Graves, Pomerol, Premières-Côtes-de-Blaye.

    Les appellations qui "somnolent" : Cérons, Haut-Médoc, Lalande-de-Pomerol, Loupiac, Lussac-Saint-Émilion, Montagne-Saint-Émilion, Saint-Estèphe.

    Celles qui ont encore du travail : Bordeaux, Fronsac, Margaux, Médoc, Moulis, Premières-Côtes-de-Bordeaux, Puisseguin-Saint-Émilion, Saint-Émilion

    Celles dont on n’entend pas parler : Bordeaux blanc sec, Cadillac, Canon-Fronsac, Côtes-de-Castillon, Côtes-de-Francs, Crémant de Bordeaux, Entre-Deux-Mers, Listrac, Pauillac, Saint-Julien, Sainte-Croix-du-Mont.

    Comme en Bourgogne, on ne peut que regretter que beaucoup de crus bordelais, réputés ou non, “classés” (en 1855..., merci pour l’actualisation) ou non, “classés” à Saint-Émilion ou en “Crus Bourgeois” du Médoc (les deux classements étant juridiquement obsolètes, ce qui la fout bien) atteignent des prix qui ne sont plus conformes au plaisir qu’ils procurent. Comment ne pas être déçu par des vins à 50 € qui ne "tiennent" que 3 ou 4 ans, par d'autres qui "lissent" complètement leur spécificité (on ne sait plus, à "l'aveugle", si on goûte un Pessac ou un Médoc, un Bx Sup ou un grand cru classé de Saint-Émilion) : on ne goûte alors que des produits aseptisés par les techniques œnologiques (matraquage de fûts neufs, osmose inverse, micro-bullage, levures parfumées....

     

    Pour faire ces “vins”, on récolte des raisins surmaturés, on concentre à outrance (avec des concentrateurs) lors des vinifications, on met le tout dans des barriques où le bois peut, sur demande auprès des tonneliers, vous donner le goût que vous recherchez (de la vanille, du sirop, de la confiture…), et on vous sert un vin à la limite de l’écœurement, noir comme de l’encre, gras comme de l’huile et parfumé comme votre bureau en bois.

    En-dehors de quelques crus mythiques pour lesquels le prix n’est plus un facteur estimatif (on entre alors dans le monde du luxe, voir mon article), ce qui n’est pas du tout justifié aujourd’hui, et on l’a vu -hélas- avec les augmentations de prix du millésime 2005, c’est un Saint-Émilion “fardé” comme un acteur du carnaval de Venise à 80 € (voire bien plus), un “simple” Médoc à 25 €, un “bon” machin à 30 € ou un Bordeaux Supérieur ultra-barriqué à 15 €.

    Je le redis, aujourd'hui plus qu'hier : tant que certains vins connus de Bordeaux (surcôtés, en plus) ne seront que des "erzats" de leur appellation, masquant leur terroir (quand ils en ont un), cela portera tort à l'ensemble des vrais bons vins typés de Bordeaux, du plus grand au plus modeste, à ce Pomerol qui sent la truffe, à ce Saint-Julien tout en délicatesse, etc... bref, aux vins que nous aimons et défendons.

    Pour comprendre l'influence du terroir à Bordeaux, par exemple dans le Libournais, deux ouvrages font toujours référence, ceux du Professeur Henri Enjalbert (qui décrit parfaitement le cheminement et l'extension historiques des "grands crus") et de Van Leuween (sa carte des terroirs de Saint-Émilion permet de comprendre bien des choses : demandez-la au Syndicat de Saint-Émilion, il vous l'enverront sûrement avec plaisir). Avec lui, on réalise la force des terroirs : sols brunifiés, calci-magnésiques, lessivés, hydromorphes... c'est-à-dire la quintessence même des crus. Comme ces sols n'ont pas pu changer de place, il est facile de constater que des crus se trouvent dans des coins, disons, plus "neutres"... Vous aurez donc compris que l'on ne fait pas du tout les mêmes vins selon que l'on se trouve sur le "plateau de Saint-Martin" ou sur des terres silico-argileuses, sur la plaine de la Dordogne ou les territoires issus de formations alluviales. Je vous laisse vérifier par vous-même. Il y a aussi les livres de Bernard Ginestet, toujours d'actualité, très complets sur Saint-Émilion (classification des sous-sols "nobles" à "roturiers") et particulièrement sur les appellations médocaines.

     

    MEDOC

    Si les vins du Médoc sont réputés, ce n’est pas pour être des vins intouchables à cause de leur prix ou “putassiers”, ces vins ou micro-cuvées qui n’existent que pour rafler de bonnes notes à des concours et ne correspondent plus à la grande tradition médocaine. Ces pratiques sont une honte pour la majorité des grands vins de la région, qui sont des vins fermés dans leur jeunesse, typés par leur terroir, et qui demandent d’évoluer dans le temps pour s’exprimer, en fonction de chaque millésime, respectant ainsi la nature. La force du terroir est la base de tout. Pour les grands, les meilleurs affaires se font avec les châteaux MontroseCalon-SégurLéoville-Barton, Grand-Puy-Lacoste,  Batailley,Brane-Cantenac, suivis par les superbes (et très abordables), ClauzetLa Tour de ByFonbadetFourcas-Dupré, puis Tour-du-RocDoyac,Taffard de BlaignanFontesteauMuretLestage-Darquier, etc. Beaucoup d'autres sont sans intérêt, et les prix sont souvent déments.

     

    POMEROL

    À Pomerol, il y a des vins splendides (Certan de MayLa CroixBeauregard...), très typés par le Merlot qui se plaît à merveille dans ces territoires diversifiés. Il faut noter que, les exceptions et les excès confirmant la règle, les vins bénéficient d’un rapport qualité-prix-typicité justifié par la rareté comme par la convivialité et l’amour du vin.

     

    SAINT-ÉMILION

    J'adore les vins de la région, pour leur puissance associée à leur finesse, et j'estime qu'il y a une bonne cinquantaine de vins qui valent le déplacement, garants de prix sages et d'une vraie typicité. Mais, à Saint-Émilion, on s'enlise dans les histoires de clochers, sublimées par beaucoup trop de frime et certains niveaux de prix qui ne prêtent qu'à sourire. Il y a un Classement “officiel” qui montre une image négative du vignoble, multipliant les procès, et il y a des vins remarquables, typés, très abordables, dans toute la gamme (Belair, Trotte VieilleGuadetLaroqueLamarzelleMauvinonCantenacMatrasClos LabardeClos TrimouletPiganeau...).

    Hélas, on ne peut aussi qu’être déçu par des vins totalement “fabriqués”, vinifiés par ceux qui croient avoir la “science infuse” et veulent nous faire croire qu’en mettant un vin “200 % en barriques neuves” ou en multipliant les manipulations œnologiques, les concentrations et des “essais”, on sait faire du vin !

    À Saint-Émilion comme ailleurs, ceux-là se moquent des amateurs et des autres vignerons de l’appellation que nous défendons,qui savent très bien s’il faut mettre 10 %, 20 %, 30 %, 50 % de leurs vins en barriques neuves, ou moins, ou plus, selon la force du millésime et la structure du vin. On ne fait du bon vin, et a fortiori un grand cru, que sur des terroirs propices, de la “crasse de fer” aux argiles profondes, assortis de dépôts marins ou d’alios. Gare à certains prix, totalement injustifiés.

     

    SATELLITES, FRONSAC

    Les meilleurs vins de Montagne, Puisseguin et Lussac se retrouvent dans le Classement des “Satellites” de Saint-Émilion, et proviennent de terroirs spécifiques, limitrophes ou rapprochables d’autres sols d’appellations plus prestigieuses, ce qui leur permet de devenir de grands vins à part entière. On se fait vraiment plaisir dans ces appellations (de Roc de Calon à Béchereau...).
    Bien que certains tentent de les mélanger, les deux appellations Canon-Fronsac et Fronsac partagent à la fois des différences et des similitudes. Là aussi, des vins sont surcotés et beaucoup plus marqués par leurs vinifications que par un terroir.

     

    GRAVES/PESSAC-LÉOGNAN

    Pour les Graves, il existe une variété importante de styles de vins. Cela va des crus réellement (et historiquement) exceptionnels (La Mission Haut-Brion en étant un bel exemple), issus des territoires de Pessac, Martillac ou Léognan, mais aussi ceux de Podensac ou Portets, certains d’entre eux, dans les appellations Pessac-Léognan (CarbonnieuxLa Tour-MartillacBrownGrandmaison... avec quelques-unes des plus belles bouteilles de la région dans les millésimes 2005 et 2004) comme dans celle des Graves, bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir, d’autres crus atteignant des prix difficilement cautionnables. C’est évidemment le berceau des grands vins blancs de la région bordelaise (Chevalier, toujours sublime, suivi par Smith-Haut-Lafitte). Côté Classement,il est indéniable que de rares Graves (RahoulLe Tuquet, Tourteau-CholletChantegriveGrand Bos...) atteignent également les sommets, grâce à un rapport qualité-prix superbe.

     

    CÔTES

    Dans les appellations de Côtes, qui se cherchent toujours, il s’agit de choisir entre les vins typés comme nous les aimons (ceux qui sont classés en "Premiers" comme Le Clos du NotaireHaut-MacoMoulin Vieux...), et d’autres cuvées très spéciales, dépersonnalisées (à ne pas confondre avec les cuvées de prestige retenues), faisant la part belle à des vinifications trop sophistiquées, peu propices à mettre un terroir en avant, s’il existe. On essaie de se regrouper, on veut changer de nom, on ne sait pas ce qu'il faut faire. Pathétique, car on oublie que, seul, la mise en valeur des terroirs est la garantie de se créer des "niches" et la porte du succès de demain.

     

    BORDEAUX SUPÉRIEUR

    Dans les Bordeaux Supérieur, les progrès sont constants depuis plus de dix ans, on savoure de nombreux vins remarquables pour leur rapport qualité-prix-plaisir. La plupart des propriétaires retenus élèvent aussi de jolis Bordeaux blancs qui ont du mal à se faire une image. Pourtant, il est inadmissible (et risible) de trouver des cuvées (très) spéciales à plus de 15 € ! Une trentaine de crus (LugagnacBoutillon, Grand Verdus...) sont à la tête de cette appellation et vous les trouverez dans mon Classement.

     

    SAUTERNES/LIQUOREUX

    À Sauternes (et Barsac), l’équilibre géologique et climatique de la région en fait un milieu naturel idéal pour cette fascinante biologie qu’est le Botrytis cinerea. L’appellation a connu une série de millésimes très différents, du plus exceptionnel (2007, 2004, 2001) au plus difficile (2002). Attention au passerillage, qui n’a rien à voir avec le Botrytis... On parvient à des plaisirs intenses avec CoutetFilhotLa Tour BlancheBastor-Lamontagne... En liquoreux, les appellations situées face à Sauternes, recèlent des vins onctueux, qui ont du mal à se faire un nom, pourtant d’un très bon rapport qualité-prix-plaisir.

     

    Mes Classements 2010 sont la garantie de ne pas vous faire avoir.

     

     

    La qualité des millésimes :  Voir la Vintage Code

     

    Pour les rouges
    - les grands : 2009, 2005, 2004, 2003, 2001, 2000, 1998, 1996, 1995, 1990, 1989, 1988, 1986, 1985, 1983, 1982, 1978, 1976, 1971, 1970, 1966, 1961.
    - les bons : 2008, 2007, 2006, 2002, 1999, 1997, 1994, 1993, 1981, 1979, 1975, 1964.

    Pour les blancs (surtout liquoreux)
    - les grands : 2009, 2007, 2006, 2005, 2001, 1999, 1996, 1995, 1990, 1989, 1986, 1983, 1978, 1976, 1970.
    - les bons : 2008, 2004, 2003, 2000, 1998, 1997, 1994, 1988, 1979.

     

    Millesimes

     

  • Pin it!

    Le Jeudi, on prévoit ses vins du week-end : pour l'apéro et les dîners sympas.

    Le Jeudi, on prévoit ses vins du week-end : pour l'apéro et les dîners sympas. A l'apéritif, de beaux Champagne très abordables. Sur une entrée légère (terrine de poissons, crustacés...), des vins blancs de Loire. Sur une viande blanche, des rouges ronds et parfumés. Sur des viandes rouges, des vins plus costauds...

     

     

    A l'apéritif, de beaux Champagne très abordables :

    Champagne Didier GOUSSARD

    Champagne Didier GOUSSARD


    Didier Goussard
    69, rue du Général de Gaulle
    10340 Les Riceys
    Téléphone :03 25 38 65 25
    Télécopie : 03 25 38 65 25
    Email : champagne.didier.goussard@orange.fr
    Site : www.champagnedidiergoussard.com

    Très jolie place dans le Classement 2009 avec ce Champagne brut Prestige (60% Chardonnay, 40% Pinot Noir), une cuvée puissante et bouquetée, avec ces notes caractéristiques de noix et de petites fleurs fraîches, très persistante, associant élégance et vinosité, de très bonne évolution, idéale sur du saumon fumé. Le brut Tradition (pur Pinot Noir, 2005, 2004 et 2003), de mousse fine et légère, est très fruité, très équilibré, harmonieux en bouche, avec des dominantes d’amande et de miel, intense, distingué, tout en persistance aromatique, rond et dense en finale.
    Champagne CHARPENTIER SCEV

    Champagne CHARPENTIER SCEV


    Jean-Marc et Céline Charpentier
    11, route de Paris
    02310 Charly-sur-Marne
    Téléphone :03 23 82 10 72
    Télécopie : 03 23 82 31 80
    Email : info@champagne-charpentier.com
    Site : www.champagne-charpentier.com

    Domaine sous lutte raisonnée. Beaucoup aimé ce Champagne brut Prestige Terre d’Émotion, un assemblage de 99 et 2000, 40% de Chardonnay, le reste en cépage noir, une cuvée de bouche finement épicée comme il se doit, avec des petites notes de pêche jaune et de lys, d’une belle harmonie, riche et toute en finesse. Le brut rosé est vraiment charmeur, élaboré avec du vin rouge issu presque exclusivement du Pinot Meunier et un peu de Chardonnay, aux notes de pêche et de groseille, long, vif et corsé à la fois, d’une ampleur aromatique très séduisante. Excellent brut Millésimé 2003, de jolie robe dorée, qui allie richesse et persistance, aux connotations de pêche, de beurre frais, d’amande, avec une finale intense, subtilement épicée. Goûtez le brut Réserve, assemblage de trois cépages à dominante Pinot Meunier avec des vins de réserve en plus grande proportion, qui apportent puissance et présence fruitée.

    Michel GENET

    Michel GENET



    27, 29, rue des Partelaines
    51530 Chouilly
    Téléphone :03 26 55 40 51
    Télécopie : 03 26 59 16 92
    Email : champagne.genet.michel@wanadoo.fr
    Site : www.michelgenet.com

    Coup de cœur pour ce Champagne brut cuvée Esprit, un Grand Cru Blanc De Blancs, de robe jaune or, au nez de narcisse et de coing, avec une bouche très parfumée aux nuances florales et légèrement miellées, un vin riche et puissant, ample et soyeux, idéale au cours d’un repas. Ample, riche, distingué, le Champagne Grande Réserve Grand Cru 95 est une réussite, tout en charme, complexe, au nez de petites fruits frais (citron), très bien équilibré en acidité, de bouche suave comme le rosé brut, finement acidulé. Le brut Classique, d’une très belle expression, de mousse abondante, aux senteurs intenses, est à ouvrir sur des crevettes flambées.

    FANIEL-FILAINE

    FANIEL-FILAINE


    Patricia et Jean-Louis Faniel
    77, rue Paul-Douce
    51480 Damery
    Téléphone :03 26 58 62 67
    Télécopie : 03 26 58 03 26
    Email : champagne.faniel.filaine@wanadoo.fr

    Un domaine de 6,5 ha, qui existe depuis 1696. Beau Champagne cuvée Eugénie, une cuvée très bien dosée, fraîche, alliant finesse et structure, d’une bonne rondeur et au bouquet très floral, un vin savoureux et régulièrement réussi. Séduisant Champagne brut rosé, aux arômes de fruits rouges. Excellente cuvée Carte Verte brut, composée des 3 cépages à majorité de Chardonnay, d’une jolie complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de citron et de miel, dense et distinguée à la fois, bien séduisant, qui convient très bien à un saumon fumé. Le Champagne brut Millésimé 99 (65% Chardonnay), au parfum d’amande fraîche et d’agrumes mûrs, très frais, intense et ample, au nez complexe et persistant, associe puissance et distinction.
    LOMBARD et Cie LOMBARD et Cie

    LOMBARD et Cie


    Thierry Lombard
    1, rue des Cotelles - BP 118
    51200 Épernay
    Téléphone :03 26 59 57 40
    Télécopie : 03 26 54 16 38
    Email : info@champagne-lombard.com
    Site : www.champagne-lombard.com

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. “Cette vendange 2008, nous précise le sympathique Thierry Lombard, est miraculeusement belle ! Belle année, belle qualité, avec une forte acidité qui fera des Vins de belle garde. Les Vins clairs ont donné des Vins très droits avec une belle fraîcheur. Nous ferons un millésime 2008. Globalement, les quantités sont correctes, bien que plus faibles sur certains villages.” Ici, lors du pressurage des raisins, les premiers jus (la cuvée) et les tailles sont rigoureusement séparés; ces dernières n’entrent pas dans les assemblages, une petite quantité de vin rouge de Champagne est ajoutée au Chardonnay pour composer la cuvée. Les Vins sont “collés” (et non filtrés) et profitent d’un vieillissement sur lattes dans leurs caves pendant plus de 3 ans. Tout cela explique ce Champagne brut Premier Cru, majoritaire en Chardonnay, est tout en séduction, dense en bouche, avec des notes de noisette et d’abricot confit, ample, de mousse crémeuse, très agréable sur une cuisine légèrement relevée. Beau Champagne brut Premier Cru millésime 2002, une cuvée tout en harmonie, parfumée, associant puissance, distinction, persistance, tout en arômes, de bouche mûre et crémeuse, idéale sur une langouste. Le Champagne brut rosé, à la robe saumonée très pâle présente un nez délicat dans lequel on retrouve l’élégance et la fraîcheur du Chardonnay, avec une touche de cerise complexe et fondue apportée par les Pinots. Des notes de cassis explosent en bouche. Parfait au cours d’un repas composé de viande blanche, ou un dessert, comme un gratin de fruits rouges. À la suite, le brut est ample, très fruité au nez comme en bouche, très fin, subtil et persistant, de très jolie mousse, régulièrement réussi, ce qui n’est pas si courant. La cuvée Tanagra, un assemblage de grands blancs (60%) et de Pinots, élevée pas moins de 7 ans sur lattes, développe en bouche des arômes puissants de fruits frais, avec une touche épicée, un Champagne ample et parfumé en finale qui allie agréablement rondeur et vivacité, de mousse légère au cordon persistant. Son Champagne Médot Grand Cru Blanc De Blancs est tout en bouche comme le brut Centenaire Royal, finement épicé, de belle mousse légère et crémeuse, d’une finale florale très élégante, à déboucher sur un saumon ou une cuisine raffinée. Excellent brut rosé, suave, un Champagne vineux et fin à la fois, tout en harmonie, tout en persistance aromatique (mûre, rose, cannelle...). Le tout bénéficie d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir.

     

    Sur une entrée légère (terrine de poissons, crustacés...), des vins blancs de Loire :

    Domaine MARDON

    Domaine MARDON

    (QUINCY)
    Hélène Mameaux-Mardon
    40, route de Reuilly
    18120 Quincy
    Téléphone :02 48 51 31 60
    Télécopie : 02 48 51 35 55
    Email : contact@domaine-mardon.com
    Site : www.domaine-mardon.com

    Une exploitation familiale (5 générations de vignerons) de 15 ha dont 12 en production de Sauvignon, d’âge moyen de 25 ans (certaines vignes ont 60 ans). Les sols sont composés d’alluvions anciennes sablo-graveleuses sur calcaires et d’argiles lacustres du Berry. Le Quincy 2007 est très réussi, de bouche puissante, aux connotations complexes où dominent les fleurs (aubépine, genêt), un vin riche et très harmonieux en bouche, d’un bon équilibre. Beau 2006, au nez fleuri, suave et puissant, d’une très belle persistance aromatique en bouche, avec des nuances de pêche et de tilleul, très bien équilibré en finale.
    Domaine de la TOURLAUDIÈRE Earl Petiteau Gaubert

    Domaine de la TOURLAUDIÈRE Earl Petiteau Gaubert

    (MUSCADET)
    Roland Petiteau et Jeanine Gaubert

    44430 Vallet
    Téléphone :02 40 36 24 86
    Télécopie : 02 40 36 29 72
    Email : vigneron@tourlaudiere.com
    Site : www.tourlaudiere.com

    Au sommet, bien entendu. Remarquable Muscadet Sèvre-et-Maine sur lie 2007, médaille d’Argent à Paris et à Nantes et également prix des Vinalies 2008, un vin séduisant par son nez de fruits frais et de bruyère, tout en finesse, très charmeur, d’une belle harmonie au nez comme en bouche, vraiment très réussi. Beau Schiste de Goulaine 2002, dense, aux connotations subtiles de fumé et de fleurs blanches, très équilibré, alliant souplesse et vivacité en bouche. Excellent Cabernet franc Marche de Bretagne rouge 2005, de couleur grenat, très bien équilibré, au nez de cerise confite.
    Domaine CHARBONNIER

    Domaine CHARBONNIER

    (TOURAINE)
    Gaec Charbonnier Daniel, Michel et Stéphane
    4, chemin de le Cossaie
    41110 Châteauvieux
    Téléphone :02 54 75 49 29 et 06 14 70 95 44
    Télécopie : 02 54 75 40 74
    Email : dms.charbonnier@wanadoo.fr

    Troisième génération de vignerons. Coup de cœur pour le Touraine Chardonnay 2007, riche au nez comme en bouche, aux arômes de fruits secs (noisette) et de fleurs, charmeur, intense et gras comme nous les aimons. Le Touraine Sauvignon 2007, d’une belle harmonie, tout en finesse, est ample, aux nuances subtiles de pomme et de fruits secs, de bouche parfumée et suave, une réussite comme le Touraine Cot 2006, de couleur soutenue, équilibré, parfumé, aux tanins fermes, au nez de cassis et d’épices, parfait sur les rillons. Le Touraine cuvée Prestige 2006, avec ce nez intense de fruits rouges frais, bien équilibré, est un vin dominé par la souplesse.
    Patrick COULBOIS

    Patrick COULBOIS

    (POUILLY-FUMÉ)

    Les Berthiers
    58150 Saint-Andelain
    Téléphone :03 86 39 15 69
    Télécopie : 03 86 39 12 14
    Email : patrick.coulbois@wanadoo.fr
    Site : www.patrick-coulbois.fr

    Valeur sûre. Ce vigneron a créé son domaine en 1974 (9 ha dont 8,30 ha de Pouilly-Fumé et 0,70 ha de Pouilly-sur-Loire). Superbe Pouilly-Fumé Les Cocques 2007, issu des coteaux à silex de la colline de Saint-Andelain provenant de sols d’argile et de silex qui se trouvent au sommet de la butte de Saint-Andelain. Ce vin est très racé, marqué par son terroir qui lui transmet des notes minérales, aux accents d’agrumes et de fleur blanche, de bouche puissante et persistante, de belle robe, ferme, très parfumé en bouche, d’une jolie finale au palais. Le Pouilly-Fumé 2007, issu du terroir d’argile à silex des coteaux de Saint-Andelain avec ces notes subtiles d’agrumes et d’aubépine, est un vin tout en bouche, tout en typicité, alliant saveur et distinction.
    Domaine Jean TEILLER

    Domaine Jean TEILLER

    (MENETOU-SALON)
    Jean-Jacques Teiller et Patricia Luneau
    13, route de la Gare
    18510 Menetou-Salon
    Téléphone :02 48 64 80 71
    Télécopie : 02 48 64 86 92
    Email : domaine-teiller@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/domaineteiller
    Site : www.domaine-teiller.fr

    Une exploitation familiale créée dans les années 1950, 15 ha de vignes dont l’âge moyen est de plus de 20 ans. Beau Menetou-Salon blanc 2007 qui associe élégance et charpente, finesse et densité, de robe brillante, de bouche généreuse avec des notes de fruits secs (noix), un vin très parfumé idéal sur un soufflé au fromage. Excellent Menetou-Salon rouge 2007, où dominent des notes de griotte et d’épices, un vin de structure harmonieuse, bien ferme en bouche. Très joli Menetou-Salon rosé 2007, un vin charmeur, avec un fruité tout en finesse (fraise des bois mûre), ample, coloré et riche, très parfumé en finale.

    Sur une viande blanche, des rouges ronds et parfumés :

     

    Alain MICHAUDBROUILLY Alain MICHAUD

    Alain MICHAUD

    (BROUILLY)
    Alain Michaud
    Beauvoir
    69220 Saint-Lager
    Téléphone :04 74 66 84 29
    Télécopie : 04 74 66 71 91
    Email : alain.michaud17@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/alainmichaud
    Site : www.alain-michaud.fr

    Au sommet. Domaine de 13 ha dont 9 en appellation Brouilly, constitué pour 70 % par des vignes de plus de 50 ans. Beau Brouilly 2007, charmeur, charnu, velouté, très parfumé, avec ces notes de sous-bois et de fruits mûrs (fraise des bois, myrtille...), d’une belle finale en bouche, de très bonne évolution. Le 2006, d’une robe rouge cerise limpide, est un vin au nez puissant de framboise, riche, structuré, d’une belle persistance aromatique en finale, un vin aux tanins mûrs mais bien présents, d’excellente évolution, qui demande une cuisine riche. Le Morgon 2006 (2,50 ha, vignes anciennes de 45 ans sur les coteaux) est de couleur prononcée, aux tanins mûrs, bien corsé, avec ce nez de fruits surmûris et d’humus, de bonne bouche, un vin riche et dense, qui mérite un peu de patience pour profiter de son potentiel. Le Beaujolais rosé 2006 (2000 bouteilles seulement) est gourmand et fruité, parfait sur les charcuteries lyonnaises. Goûtez leur nouveau produit “La Gamaysienne”, un étonnant pétillant rouge léger à faible taux d’alcool, très fruité, qu’ils élaborent eux-mêmes dans leur chai. Un vin qui est le fruit d’un travail méticuleux, la prise de mousse étant réalisée en bouteilles avec un dégorgement traditionnel, un produit idéal à l’apéritif ou sur un dessert. Beau rapport qualité-prix-plaisir, ce qui ne gâte rien.
    Domaine du PIALENTOUGAILLAC Domaine du PIALENTOU

    Domaine du PIALENTOU

    (GAILLAC)
    Jean et Kai Gervais

    81600 Brens
    Téléphone :05 63 57 17 99
    Télécopie : 05 63 57 20 51
    Email : domainepialentou@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/domainepialentou
    Site : www.domainedepialentou.com

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Le domaine est situé sur les terrasses de la rive gauche du Tarn, à deux pas de la charmante cité Renaissance de Gaillac. Après un important programme de modernisation et avoir obtenu la certification Qualenvi des Vignerons Indépendants en 2002, le domaine a demandé en 2007 sa reconversion en bio. Beau Gaillac Les Gentilles Pierres rouge 2006 (Syrah, Merlot, Cabernet-Sauvignon et Braucol), de couleur bien soutenue, aux tanins soyeux et fermes à la fois, au nez subtil dominé par les petits fruits noirs bien mûrs (cassis, cerise noire), développant une bouche harmonieuse. Le 2005 est puissant, fin, élégant, avec de la matière, de belle couleur soutenue et des arômes de petits fruits rouges intenses (cassis, cerise), d’une jolie finale (le 2004 est parfait en ce moment). Excellent Gaillac Les Gentilles Pierres blanc sec 2007 (Sauvignon prédominant et Mauzac), de robe brillante, au nez de pomme et de tilleul, avec une bouche qui s’impose tout en finesse, des nuances de noix fraîche et une finale suave très agréable. À la suite, le Gaillac Nuances de Cocagne rouge 2005, parfumé, aux senteurs de griotte et d’épices, aux tanins équilibrés et mûrs, de bouche ample, à déboucher sur un rôti. Le Nuances de Cocagne blanc 2007 (50% Sauvignon et 50% Mauzac), issu d’une macération pelliculaire, est un vin de belle robe, au nez de noisette. Très séduisant et vif, Nuances de Cocagne rosé 2007, issu d’une saignée des Syrah et Duras (et une pointe de Merlot ), parfumé, avec des connotations de rose et de bruyère, très agréable, rond et frais, un vin à déguster sur une terrine de lapin.
    Domaine des ROY

    Domaine des ROY

    (TOURAINE)
    Anne-Cécile Roy
    3, rue Franche
    41400 Pontlevoy
    Téléphone :02 54 32 51 07
    Télécopie : 02 54 32 51 07
    Email : domaine-des-roy@wanadoo.fr

    Domaine familial de 9 ha, planté sur un sol d’argile à silex. Vignoble contrôlé et certifié par Écocert, rendements maîtrisés. Sous la houlette d’Anne-Cécile Roy, œnologue, on goûte ce Touraine Gamay 2006, de couleur grenat, charnu mais tout en fraîcheur, le Touraine Côt-Malbec 2006, harmonieux, de bouche dense, aux tanins bien fondus, où s’entremêlent des notes de fruits mûrs et de réglisse. Le Touraine blanc Les silex 2006 allie souplesse et vivacité, un vin d’une belle acidité, au nez floral de sureau et d'acacia, associés à des notes d'agrumes, parfaitement équilibré entre le gras et la fraîcheur. Excellente Méthode Traditionnelle Fines Bulles de Touraine brut, tout en charme, au nez de fruits frais (citron), très harmonieux comme ce Touraine Cabernet 2006, typé et classique, tout en bouche.
    Château de CRAIN

    Château de CRAIN

    (BORDEAUX SUPÉRIEUR)
    Famille Fougère

    33750 Baron
    Téléphone :05 57 24 50 66
    Télécopie : 05 57 24 14 07
    Email : fougere@chateau-de-crain.com
    Site : www.chateau-de-crain.com

    Le Château de Crain a été bâti au XIIIe siècle par le roi Edouard IV d’Angleterre; c’est l’un des plus vieux châteaux féodaux d’Aquitaine. Le Bordeaux Supérieur 2006 (57% Merlot, 27% Cabernets et 16% Malbec) est très harmonieux, complet, tout en subtilité, au nez intense de pruneau et d’humus, un vin qui se goûte très bien aujourd’hui, de bonne garde. Le 2005 est charpenté, aux notes de fruits cuits (groseille, fraise des bois), fondu mais puissant en bouche, avec ces nuances de cassis et d’épices, associant rondeur et structure. Beau 2004, de bouche parfumée, riche et fondue à la fois, où se mêlent la framboise et l’humus, aux tanins soyeux. Le 2003 poursuit son évolution, un vin de couleur intense, charnu, d’une jolie rondeur et persistance, aux notes de groseille et de cerise mûres. Remarquable Entre-Deux-Mers, issu d’une macération pelliculaire courte, puis d’un élevage sur lies, à la robe brillante d’un beau jaune vert, au nez subtil dominé par des nuances de pamplemousse et de petits fruits secs, bien suave en bouche, bien équilibré en acidité.

    Château de la BRUYÈREMÂCON Château de la BRUYÈRE

    Château de la BRUYÈRE

    (MÂCON)
    M. et Mme Borie

    71960 Igé
    Téléphone :03 85 33 30 72
    Télécopie : 03 85 33 40 65
    Email : chateaulabruyere@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaudebruyere

    Au sommet de leur appellation. Le Château s'élève sur une légère éminence placée entre 2 montagnes avec échappée de vue au midi. Il se compose de 2 corps de logis adossés l'un contre l'autre. C'est un petit fief situé sur la commune d'Igé, dans l'ancienne paroisse de Dommange. Ce joli vignoble du Mâconnais est implanté sur des coteaux calcaires et très ensoleillés. Vieilles vignes et rendements limités garantissent des vins de qualité. La vinification est traditionnelle, le raisin à maturité est récolté à la main en majorité, l'élevage se fait en fûts de chêne. “Concernant le millésime 2008, nous précise Paul-Henry Borie, les blancs ont une bonne acidité, un peu trop, ce sera un millésime de garde. La quantité est très infèrieure pour les rouges de Pinot, mais la qualité est comparable au 96. Une bonne maturité grâce à la fin septembre sèche et ensoleillée.” On se fait donc plaisir avec le Mâcon-Igé Vieilles vignes rouge 2007, élevé en fûts de chêne, riche en couleur comme en arômes (griotte, violette, humus), de structure élégante et corsée. Le 2006, de belle robe grenat, structuré, au nez persistant où dominent des notes de cerise et de sous-bois, est un vin particulièrement réussi, parfait sur une daube. Le 2005, au nez très caractéristique de cassis mûr, associe rondeur et structure, aux tanins savoureux, d’une belle complexité en bouche où s’harmonisent le cassis, la cerise et les sous-bois, un vin d’excellente évolution comme en atteste ce Mâcon-Igé rouge 2003, qui a obtenu et mérité une médaille d’Or au Burgondia, au nez dominé par les petits fruits rouges cuits (griotte, pruneau), de belle robe soutenue, un vin avec une charpente très harmonieuse. Le Mâcon Igé blanc Vieilles vignes 2007, un pur Chardonnay, très agréable, est subtilement bouqueté, à la fois vivace et souple, un vin floral, harmonieux, de bouche ample aux notes d’aubépine et de pomme, à déboucher sur un sandre. Le Bourgogne blanc 2006, élevé en fûts de chêne, est de bonne bouche, avec des nuances de chèvrefeuille. Excellent Bourgogne rosé, régulièrement réussi comme le Crémant de Bourgogne brut, Tastevinage 2008, un vin tout en subtilité, de mousse crémeuse, une cuvée parfumée, légère et ronde à la fois, charmeuse, le tout à des prix défiant toute concurrence.

    Sur des viandes rouges, des vins plus costauds :

     


    Clos BELLEFOND

    Clos BELLEFOND

    (SANTENAY)
    Domaine Louis Nié Gérant : Bernard Chapelle
    2, route de Chassagne
    21590 Santenay
    Téléphone :03 80 20 60 29
    Télécopie : 03 80 20 65 92
    Email : clos-bellefond@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/closbellefond
    Site : www.louis-nie.com

    Au sommet. Domaine familial de 9 ha, fondé en 1889, où les vinifications se font en cuves de chêne, ouvertes pendant une dizaine de jours. Les vins sont élevés en fûts 18 mois environ. À noter qu’avec un spécialiste du tourisme bourguignon, ils développent une activité de tourisme viticole, ce qui est une excellente idée. Superbe Santenay Clos Bellefond rouge 2005, issu de sols pauvres d’une ancienne carrière, puissant et coloré, très typé, très équilibré, aux tanins fermes mais soyeux également, tout en parfums dominé par les fruits rouges et l’humus, de très bonne évolution. Le 2004 se goûte particulièrement bien, très fin mais riche en arômes de fruits macérés, de bouche suave comme le 2003, de belle teinte rouge intense, au nez marqué par des arômes de mûre, ample, très persistant, très délicat, avec des tanins souples et riches à la fois. À ses côtés, le Santenay Premier Cru La Comme 2003 est d’un joli rouge foncé, aux notes de réglisse et de griotte, associant structure et finesse, gras et savoureux, de bouche persistante, un vin d’excellente garde (les 2001 et 1999 sont remarquables aujourd’hui). Beau Chassagne-Montrachet rouge Premier Cru Morgeot 2005, un vin très typé, issu de terres profondes et argileuses, parfumé (prune et cannelle), aux tanins savoureux, de bouche subtile, aux notes de de fruits rouges, d’humus et de réglisse. Le Volnay-Santenots Premier Cru 2005, est riche au nez, avec ces connotations subtiles. Le Pommard Premier Cru La Platière 2005, issu de sols caillouteux, est de belle robe intense, aux notes puissantes de fruits rouges, complet comme le Santenay Premier Cru Passetemps 2004, un vin aux tanins soyeux, solide, de bouche chaleureuse.
    Château REDORTIERBEAUMES DE VENISE Château REDORTIER

    Château REDORTIER

    (BEAUMES DE VENISE)
    Famille de Menthon

    84190 Beaumes-de-Venise
    Téléphone :04 90 62 96 43
    Télécopie : 04 90 65 03 38
    Email : chateauredortier@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateauredortier

    À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Superbe Beaumes-de-Venise rouge 2005, un vin savoureux, intense en couleur comme en arômes, qui fleure bon les fruits mûrs (cerise, prune) et le poivre, d’une belle complexité aromatique, auquel il faut laisser du temps pour s’exprimer au mieux, de très bonne garde. Beau Gigondas rouge 2005, un vin racé comme on les aime, un vin avec des notes de cerise cuite et de cuir, puissant, de couleur intense, aux tanins riches et soyeux à la fois, une finale longue subtilement poivrée, d’excellente évolution. Goûtez leur excellent Vin de Pays de Vaucluse rouge La Grange de Redortier 2006, un vin très bien élevé, tout en arômes, très abordable. Goûtez le très bon Côtes-du-Ventoux Côté Suzette 2007, au nez à dominante de fruits frais et d’humus, riche et subtil, de bouche dense. À la suite, le Vin de Pays de Vaucluse rosé La Grange de Redortier 2007, tout en fraîcheur persistante, complexe et rond, très charmeur. Le Beaumes-de-Venise rouge cuvée Prestige Sébastien 2004, un vin avec des senteurs subtiles et intenses d’humus et de fruits rouges surmûris, ferme et riche, tout en bouche, est toujours parfait sur une daube. Le CDR rouge Côté Dentelles 2007, au nez présent avec des notes de violette et de pruneau, est classique, de teinte grenat. Très réussi CDR blanc Côté Dentelles 2006, où s’entremêlent des nuances d’amande, de robe jaune clair, tout en finesse et en arômes. Remarquable rapport qualité-prix-typicité.
    Château LESTAGE-DARQUIER

    Château LESTAGE-DARQUIER

    (MOULIS)
    Brigitte et François Bernard
    42, Chemin de Giron
    33480 Moulis-en-Médoc
    Téléphone :05 56 58 18 16
    Télécopie : 05 56 58 38 42
    Email : chateaulestagedarquier@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaulestagedarquier

    Le vignoble de 8 ha est situé sur la croupe graveleuse Ouest du Grand Poujeau et bénéficie aussi d'une très grande qualité de terroir. Qualification Agriculture Raisonnée et certification Terra Vitis depuis 2004. Après une vendange manuelle et des tris sévères, les vinifications sont très bien maîtrisées (contrôle des températures, remontages journaliers par pompage lent avec petit débit, cuvaisons longues de 21 jours, débourbages avec aération…). Cela explique ce beau Moulis Cru Bourgeois Terra Vitis 2006 (50% Cabernet-Sauvignon, 45% Merlot noir, 5% Cabernet franc et Petit Verdot), élevé en barriques (renouvelées par 1/3 tous les 3 ans, élevage entre 8 et 12 mois selon les millésimes, le reste du temps en cuves inox), ample, de couleur profonde, un vin avec beaucoup de structure, au nez subtil et épicé, velouté, persistant et très aromatique. Le 2005 est de couleur soutenue, riche et structuré, au nez caractéristique de cannelle et de fruits rouges frais, de bouche marquée par des notes de sous-bois et de fruits très mûrs, d’une belle charpente. Le 2004 est riche au nez comme en bouche, tout en finesse, aux tanins présents et savoureux, légèrement épicé comme il se doit, un vin bien charpenté, bien charnu. Le 2003 est complexe, avec des arômes de sous-bois et de groseille, gras, aux tanins savoureux. Excellent 2002, aux notes de cassis, de pruneau et d’épices, un vin plein de matière, tout en bouche.
    Clos TRIMOULETSAINT-ÉMILION Clos TRIMOULET

    Clos TRIMOULET

    (SAINT-ÉMILION)
    Guy, Alain et Joël Appollot

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 71 96
    Télécopie : 05 57 74 45 88
    Email : clostrimoulet@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/clostrimoulet

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. “Le 2007 est un millésime miraculeux, nous précise Alain Appollot, la nature a été généreuse avec nous. Nous avons commencé les vendanges fin septembre pour finir mi-octobre, l’état sanitaire était très satisfaisant, il faisait très beau donc nous avons ramassé des raisins à parfaite maturité, en prenant notre temps. Grâce à notre travail en amont, aux soins que nous avions apportés à la vigne durant tout l’été, les raisins étaient très jolis, les analyses étaient d’ailleurs très bonnes, surprenantes même, révélant des PH tout à fait corrects. Cela donne des Vins très fruités, d’un bel équilibre, des Vins assez classiques finalement. Pour l’élevage, nous n’avons pas trop utiliser de bois neuf, nous ne tenons pas à masquer les Vins. Je respecte le millésime et ses caractéristiques, je ne cherche pas à les gommer mais au contraire à souligner le meilleur.” On le voit bien avec son très beau Saint-Émilion GC 2006, marqué par des notes de fruits noirs très mûrs et des touches finement boisées, de bouche suave, qui développe des tanins fondus et structurés. Remarquable 2005, dense, encore fermé, un vin puissant et persistant, aux tanins harmonieux et riches, charpenté, alliant structure et velouté en bouche, d’excellente évolution. Le 2004, médaille de Bronze 2007, un grand classique libournais, assez souple, est d’un beau rouge profond, légèrement boisé pour maintenir un bel équilibre et d’une grande finesse, une belle rondeur, avec des notes de fruits mûrs, pas spécialement de grande garde, un vin plaisir tout en “dentelle”. Superbe 2003, médaille d’Argent, d’un beau rouge sombre soutenu, coloré, dense, au bouquet subtil où dominent le pruneau et les épices, mêlant souplesse et structure. Le 2002, médaille d’Or, est une réussite, de belle robe soutenue, aux tanins riches, aux connotations caractéristiques de fruits frais et de sous-bois, alliant une charpente réelle à une jolie rondeur en bouche, de très bonne évolution. Le 2001 est remarquable, très élégant, avec des tanins intenses et savoureux. Le 2000 est un grand millésime, de robe profonde, au nez très expressif de fruits, de bouche charnue, très équilibrée entre puissance et fraîcheur, de garde. Goûtez aussi leur Montagne Saint-Émilion Château Chevalier Saint-Georges 2005, d’une belle structure, un bel équilibre, un vin avec des arômes fruités, très agréable à déguster dès à présent.
    Château FAMAEY

    Château FAMAEY

    (CAHORS)
    Luc Luyckx et Marc Van Antwerpen
    Les Inganels
    46700 Puy-L’Évêque
    Téléphone :05 65 30 59 42 et 06 77 85 94 96
    Télécopie : 05 65 30 50 53
    Email : chateau.famaey@wanadoo.fr
    Site : www.chateaufamaey.fr et www.masdemartin.com

    Un remarquable Cahors Fût de Chêne 2005, 80% Malbec, 15% Merlot et 5% Tannat, élevage durant 14 mois en fûts (neufs à 30 % et 70 % d’un an), un beau vin dense, de teinte grenat, typé, alliant finesse et concentration, au nez très complexe (mûre, violette, cassis), de bouche remarquable aux nuances de fumé, un vin ample, d’une belle finale. Le Cahors cuvée X 2004, vendanges manuelles, sélection parcellaire sur des vignes à faibles rendements, élevé 24 mois en fûts de Chêne neufs à 70%, est une réussite, de robe pourpre soutenue, avec une structure solide en tanins, aux arômes de baies rouges très mûres et de musc, persistant, tout en bouche, avec une finale d’arômes intense.

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu