Avertir le modérateur

conso

  • Pin it!

    Il fait beau, frais... rien ne vaut un rouge corsé et savoureux

    Il fait beau, frais... rien ne vaut un rouge corsé et savoureux comme :

     

    LE LEXIQUE DU VIN

    ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ
    CHÂTEAU MACQUIN
    SAINT-GEORGES-SAINT-EMILION
    Le Château Macquin s'étend sur une superficie de 30 hectares plantés à 80 % de Merlots, 10% de Cabernets-sauvignon et 10 % de Cabernets-francs. Ses sols sont argilo-calcaires et son terroir remarquable par son exposition et sa composition lui permettant de produire des vins souvent plus estimés que beaucoup de grands crus de Saint-Emilion. Le vignoble compte 5500 pieds de vignes à l'hectare dont l'âge moyen varie de 15 à 60 ans. Il est enherbé au milieu du rang pour diminuer la production et augmenter la qualité des sols en développant l'humus naturel. Le cuvier qui date de 1885 a été entièrement réaménagé dans les années 80. Tout en conservant les cuves en chêne, doublées d'inox, Denis Corre-Macquin a fait construire une cuverie moitié acier inoxydable, moitié béton. Les températures de fermentation sont contrôlées par un système de thermorégulation automatisée et la vinification surveillée par deux oenologues réputés. Denis Corre-Macquin accorde un intérêt tout particulier à la culture de la vigne; un intérêt écologique et constant qui est le premier et indispensable maillon, à ses yeux, pour l'élaboration d'un grand cru. Aujourd'hui on oublie trop souvent que l'excellence d'un vin commence avec une vigne saine et épanouie. Afin d'améliorer encore la qualité de notre production, les vendanges s'effectuent à la machine depuis 1980. Car en choisissant précisément la date de début des vendanges de chaque parcelle et en adaptant le ramassage à la pluviométrie, le raisin arrive au cuvier le plus rapidement possible, dans un état parfait de maturité. Il est ensuite trié sur deux tables de tri avant d'être mis en cuve. Après une longue macération, le vin est écoulé et mis en cuve puis en barriques. Le chai abrite 246 barriques de chêne remplacées par tiers tous les ans. Le vin repose de douze à dix huit mois en barriques avant d'être mis en bouteilles où il attendra au moins dix ans pour être dégusté à son apogée.
    La restructuration du Domaine par la famille Bronzo remonte au début des années 1970. L'encépagement constitué pour plus de la moitié de Mourvèdre ce qui confère au vin ces arômes si profonds. Le vignoble de 28 hectares est planté tout en coteaux sur des parcelles aménagées en restanques pour une partie, sur des sols très profonds graveleux et caillouteux de type argilo-calcaire. Les méthodes de culture restent très traditionnelles avec des labours fréquents, une fertilisation organique et aucun emploi de désherbant chimique. Les vendanges entièrement manuelles s'effectuent dans de petits bacs pour que le raisin parvienne intact à la cave. Le terroir très fracturé produit de faibles rendements, ce qui permet d'obtenir des vins à forte personnalité, très concentrés avec des arômes puissants tout à fait exceptionnels. Le vin est riche associant structure et finesse, charnu et racé en bouche, d'une belle persistance aromatique, de très belle garde.

    CHATEAU MONT-REDON
    CHATEAUNEUF-DU-PAPE
    Au milieu du XVIIIe siècle, Mont Redon fut acquis par un noble : Joseph Ignace d'Astier, avocat docteur en droit d'Avignon. Ensuite Mont Redon passa aux mains des Mathieu. Anselme Mathieu se disait Marquis de Mont Redon et exploita ce domaine avec ses frères à la mort de son père. Une catastrophe toucha alors la famille et ce fut le partage des biens. En 1923, Mont Redon est acquis par la famille Plantin. Henri Plantin s'attache alors à regrouper l'ensemble des terres et à donner au domaine sa physionomie Actuelle : celle d'une propriété couvrant 162 ha au total, dont 100 plantés en vignes. Le château Mont Redon propriété de famille depuis quatre générations, avec son vignoble omniprésent depuis des siècles, aligne ses références de race et de traditions.
    Petite exploitation familiale, avec un savoir faire depuis 4 générations, située au cœur du village. C’est au début du siècle dernier que François BLEE s’installe à Vosne Romanée. Son fils Charles BLEE lui succède en augmentant la superficie du domaine. En 1966, l’exploitation se divise entre ses deux filles. Jacqueline Blée, l’une de ses filles, et son époux René CACHEUX, créaient le Domaine René CACHEUX- BLEE. C’est en 2004, après avoir travaillé sur d’autres exploitations vitivinicoles que Gérald CACHEUX, leur fils, leur succède et dirige maintenant le Domaine René CACHEUX & FILS. A partir de 2005, l’exploitation acquiert des vignes de l’appellation Chambolle Musigny. Dense, complexe, suave, découvrez le Vosne-Romanée Premier Cru Les Suchots 2007. C’est un vin très typé, savoureux et distingué, concentré et charnu, très parfumé, très fin, puissant et persistant en bouche, aux saveurs intenses à dominante de fruits mûrs, de vanille et de sous-bois, de garde.Très beau coup de cœur pour leur Chambolle-Musigny 2007, avec ce charnu caractéristique, cette pointe d’épices et cette charpente à la fois puissante et souple, bien corsé comme il se doit.
    MILLÉSIMES
    consultable en ligne

    gratuitement
    comme un vrai magazine,
    en tournant les pages...


    Cliquez ici
    UNIQUE EN FRANCE
    CHATEAU LAROQUE
    SAINT-EMILION Grand Cru Classé
    Depuis plus de quarante ans le Château appartient à la famille Beaumartin. Cette superbe demeure féodale du XIIe reconstruite sous Louis XIV, lui vaut le surnom de "Petit Versailles". Le vignoble s'étend sur 58 hectares de vignes situés sur un superbe terroir. Il s'agit de plusieurs coteaux argilo-calcaires situés sur les hauts de Saint-Emilion et profitant d'un excellent ensoleillement. Les vendanges manuelles sont effectuées en fonction de la maturité des raisins, parcelle par parcelle. La vinification pratiquée en petites cuves permet d'isoler chaque lot de raisin et d'affiner la complémentarité des terroirs. Les cuvaisons sont longues et très surveillées, le vin vieillit ensuite en barriques durant 12 mois. Beaucoup de précautions et de soins apportés aux différentes étapes de l'élaboration du vin permettent d'obtenir une très haute qualité. Le vin est d'une belle robe d'un rouge sombre et profond. On note des arômes d'épices et de fruits noirs, en bouche, l'attaque est puissante et volumineuse, le vin est très élégant avec des tanins mûrs et fins, la finale est persistante, avec un très beau potentiel de vieillissement.
    Au nord-est de Carcassonne, dans la zone centrale du Minervois, terroir dit “les Balcons de l’Aude”, cette ferme fortifiée moyenâgeuse est un domaine d’un seul tenant de 158 ha avec 58 ha de vignes dont 45 plantés en Minervois. Pour mieux comprendre la spécificité de chaque cuvée du Château Fabas, il faut en connaître les origines, les cépages et le type d’élevage. Le Domaine s’appuie sur un décor de buttes exposées au plein midi, témoin de l’ancien relief aux très fortes pentes où aucune culture n’est possible, seuls les pins d’Alep et la végétation méditerranéenne s’agrippent sur les sols rouges des collines. Les vignes s’étalent sur deux niveaux sur un relief inversé, les terrasses hautes avec les sols les plus anciens et les terrasses basses avec les sols les plus jeunes. Les sols sont argilo-calcaires, dans les hauts, le silex affleure sur les terrasses, et le grès sur les pentes. Excitez vos papilles avec ce Minervois cuvée Seigneur 2005 qui est né de la complexité des cépages implantés, depuis plus de 30 ans, sur une exposition plein sud et régulés à 25 hl/ha de rendement. La Syrah 60%, dominante dans cette cuvée, donne dans ce terroir des raisins très parfumés. Le Grenache 40% a un enracinement très profond qui lui assure bonne régularité et maturité. Un vin de belle couleur, aux notes de cerise et de sous-bois, aux tanins riches et soyeux à la fois, un vin fort bien élevé, puissant, de bouche pleine.Le Minervois Seigneur blanc 2007 (60% de Vermentino, 30% Maccabéo et Roussane, 10% Bourboulenc) est un vin où s’associent rondeur et distinction, frais, aromatique, d’une jolie finale longue avec cette subtile pointe d’agrumes et de fleurs bien caractéristique, un vin élégant et persistant, à découvrir sur une escalope de dinde à la crème comme sur des langoustines grillées. Pour leur Minervois Serbolles rouge, les cépages sont : Grenache noir 50%, Syrah 40%, Carignan 10%. Pour ce cru, les vignes sont enherbées un rang sur deux, et les pieds désherbés sous le rang. L’âge des vignes est entre 35 et 55 ans. L’assemblage est constitué de 35% de Carignan, 35% de Grenache et de 30% de Grenache noir. Vinification longue de raisins totalement égrappés, cépage par cépage, à température régulée, favorisant la diffusion des tanins et l’extraction de tous les éléments intracellulaires contenus dans la peau des baies. Vinifié après une macération à froid d’une journée, avant que la fermentation alcoolique ne débute.Le 2005, de robe rubis, est un vin typé, avec cette pointe caractéristique d’épices, de sous-bois et de fraise, et cette charpente à la fois riche et souple, d’excellente garde.

    CHÂTEAU BECHEREAU
    LALANDE-DE-POMEROL
    Propriété familiale depuis le milieu du 19 ème siècle, le Château Béchereau est une exploitation viticole de 25 hectares dont 9 ha en Bordeaux Supérieur, 10.5 ha en Montagne-Saint-Emilion et 5.50 ha en Lalande-de-Pomerol. Beau Montagne-Saint-Émilion cuvée Spéciale 2006, de belle robe pourpre, un vin riche et généreux, ferme, à dominante de petits fruits noirs et de cannelle, qui marie élégamment une finesse tannique à une rondeur persistante. Le 2005, charnu et concentré, est un vin riche en bouquet comme en matière, aux tanins équilibrés, complet, élégant, tout en bouche, avec des nuances de cassis, de truffe et d’humus, d’une grande harmonie, de garde. Le 2004 est un vin de robe pourpre, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, bien corsé. Découvrez le Bordeaux Supérieur cuvée Spéciale 2005, charpenté, aux notes de pruneau et de sous-bois, un vin puissant, de très bonne bouche, de fort bonne évolution, un vin qui s’accorde avec un rôti de veau forestière. Remarquable Lalande-de-Pomerol cuvée Spéciale 2005, élevé en fûts de chêne, médaille d’Or au concours de Bordeaux des Vins d’Aquitaine 2007, un vin parfumé, harmonieux, au nez subtil et intense à la fois, avec des notes épicées, aux tanins bien équilibrés, charnu et concentré. Le 2004, de très bonne base tannique, est riche et gras, de bouche ample et fruitée. Le 2003 d’une couleur profonde est classique, d’une grande subtilité, complet, aux tanins soyeux, d’une belle finale, de très bonne garde.
    Propriété créée par des ancêtres en 1868. Elle a été un peu plus importante s'étendant sur des communes voisines Listrac et Arcins. Brigitte et François Bernard l'ont repris en 1982 alors qu'elle ne produisait plus que quelques bouteilles. Après avoir reconstruit en grande partie le vignoble, ils développent aujourd'hui de gros efforts dans le chai tant au niveau de la vinification que de l'élevage. Le vignoble de 8 hectares est située sur la groupe graveleuse Ouest du Grand Poujeau et bénéficie aussi d'une très grande qualité de terroir. Le vin est élégant, souple, fruité, bien charpenté, aux tanins riches et savoureux à la fois, bien typé, aux notes d'humus et de petits fruits rouges mûrs, puissant et souple à la fois, aux tanins riches, de garde, d'un excellent rapport qualité-prix-plaisir.

    DOMAINE DUROCHE
    CHARMES-CHAMBERTIN
    Quatrième génération de vignerons, Gilles Duroché, ainsi que son fils Pierre possèdent et exploitent le Domaine Duroché. Depuis la succession, en 1980, des vignes et de l'établissement vinicole de son père, Philippe, à Gevrey-Chambertin, Gilles a continué l'acquisition de parcelles sur la commune. Aujourd'hui le Domaine possède plus de 8 hectares de vignes (en fermage) à travers 8 appellations. Les vins de 2007 poursuivent leur élevage en fût de chêne dans nos caves. Ils présentent un bon équilibre et sont plein d'avenir. Le nez est agréable sur de petits fruits rouges avec une profondeur appréciable. Remarquable Charmes-Chambertin 2005, de robe rubis intense, avec des arômes de fruits surmûris et d’épices, complexe, d’une très belle charpente, aux tanins riches, un vin bien corsé, tout en bouche, de garde, bien sûr. Le Premier Cru Lavaud Saint-Jacques 2005 est charnu et typé comme nous les aimons, associant finesse et structure en bouche, un vin gras, intense, très équilibré, idéal sur une cuisine assez riche.
    Riche d’une expérience transmise depuis quatre génération, Thierry reprend les vignes encore exploitées par le grand-père Jules Guillemard en 1980. Il fait le choix en 1999 de l’agriculture biologique afin de préserver les cinq hectares de ce magnifique terroir bourguignon qui lui a été confié. Avec un travail rigoureux à la vigne, il souhaite avant tout respecter la typicité du terroir, du cépage, et de chacun des millésimes, afin d’obtenir des vins purs, fruités et fortement marqués par leur caractère. Les vendanges sont manuelles, et un tri rigoureux à la cuverie permet de ne garder que les plus beaux raisins. Elevés en fûts de chêne soigneusement sélectionnés auprès des meilleurs tonneliers de la région, les vins de Thierry sont fins et délicat et expriment la philosophie de la maison : générosité et authenticité. Le Pommard 2005 est un très beau millésime qu’il faut attendre un peu pour laisser s’exprimer tout son potentiel. Pour le 2006 les rendement étaient faibles, c’est un vin concentré avec beaucoup de finesse. Le 2007 était un millésime délicat et difficile pour lequel un tri sévère a été nécessaire afin de maintenir la qualité.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu