Avertir le modérateur

primeurs

  • Pin it!

    Mes coups de cœur en Graves, Médoc, Liquoreux...

    Coups de cœur en Graves, Médoc, Liquoreux...

     

    En LIQUOREUX :

     

    Château SAINT-AMAND

    Château SAINT-AMAND

    (SAUTERNES)
    Anne-Marie Facchetti-Ricard

    33210 Preignac
    Téléphone :05 56 76 84 89
    Télécopie : 05 56 76 24 87
    Email : chateausaintamand@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateausaintamand

    Incontestablement à la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Dans la même famille depuis 2 siècles. Amand était évêque à Bordeaux au Ve siècle; sanctifié, son nom fut donné à la propriété. L’histoire dit que, pour protéger les gens du village, une fontaine miraculeuse fut alors installée et aurait provoqué plusieurs guérisons. Cette propriétaire charmante et passionnée, peut être fière de son remarquable Sauternes 2007, de belle robe dorée, au bouquet présent et complexe (miel, pain grillé), tout en élégance en bouche, dominée par des notes de rose et de petits fruits confits, un vin d’un très bel équilibre, riche et fin à la fois, de garde. Très réussi, le 2006, de bouche complexe (poire, abricot confit), harmonieux, onctueux, de teinte doré soutenu, à la bouche fondue, aux connotations de fleurs blanches et de pain d’épices, est suave et fin, de très bonne évolution. Beau 2005, puissant et dense, avec ces notes de noisette et de miel, associant souplesse et structure, un vin tout en finesse, d’une longue finale, encore très jeune, de garde. Superbe 2000, tout en bouquet, fin et savoureux, opulent et bien velouté, de belle couleur, au nez riche et bien présent dominé par des notes de pain grillé. Très beau 98, aux connotations subtiles de brioche et de rose, de bouche profonde, un vin très fin, associant puissance et distinction, avec ces notes en bouche caractéritiques de noisette et de pêche, alliant souplesse et structure, tout en bouche comme ce 96, aux connotations florales subtiles, de bouche profonde et persistante, tout en élégance et onctueuse.
    Château la TOUR BLANCHE

    Château la TOUR BLANCHE

    (SAUTERNES)
    Didier Fréchinet

    33210 Bommes
    Téléphone :05 57 98 02 73
    Télécopie : 05 57 98 02 78
    Email : tour-blanche@tour-blanche.com
    Site : www.tour-blanche.com

    Les 37 ha de vignes sont plantés sur une croupe à la surface graveleuse et au sous-sol argilo-calcaire qui culmine à 60 m, assurant un parfait drainage, une parfaite ventilation et une parfaite exposition. Les vendanges s’effectuent par tries successives (jusqu’à 6 passages) pour ne ramasser que les meilleures grappes, voire les meilleurs raisins. La fermentation alcoolique s’effectue en barriques. Tous les soins sont apportés aux vins avec un suivi précis (ouillages réguliers, soutirages tous les trois mois, élevage en barriques 16 à 18 mois, collage, stabilisation tartrique, filtration...). Doté des installations les plus modernes, La Tour Blanche est également une École dévouée aux métiers du vin, référence dans la région. Exceptionnel Sauternes 2007, de robe jaune doré, alliant puissance et charme, aux arômes de narcisse et d’épices, d’une longue finale complexe où se développent des arômes de fruits confits, de grande évolution. Le 2005, gras mais très fin, d’une structure raffinée, est un beau vin très équilibré, très persistant, aux nuances de pêche, de tilleul et de pain grillé, de garde. Le 2002 est un vin très réussi, avec ces saveurs subtiles où dominent les fruits confits, de bouche fruitée.
    Château VALGUY

    Château VALGUY

    (SAUTERNES)
    Grands Vignobles Loubrie
    4, chemin de Couitte
    33210 Preignac
    Téléphone :05 56 63 58 25
    Télécopie : 05 56 63 58 25
    Email : grandsvignoblesloubrie@orange.fr

    Une réussite avec ce Sauternes 2007, issu d’un vignoble de 4,16 ha, marqué par son Sémillon très majoritaire (85%,10% Sauvignon et 5% Muscadelle), bien élevé 18 mois en barriques, au nez intense et frais, où dominent les fruits, les fleurs et le pain d’épice, d’excellente bouche, un vin savoureux qui poursuit sa belle évolution. Excellent 2006, suave, tout en subtilité d’arômes, de teinte dorée, aux nuances de fruits bien mûrs, d’une belle ampleur. Excellent Graves rouge Cailloux de Valguy 2007, d’un beau rouge profond, aux connotations d’humus et de fruits noirs surmûris, tout en finesse tannique, un vin typé, ample et bien charpenté. Joli Graves blanc Cailloux de Valguy 2007 (élevage sur lies fines avec bâtonnages, 60% Sémillon, 40% Sauvignon), de teinte pâle, charmeur, aux notes de poire, tout en structure et parfums en bouche.

    Château BEL AIR

    Château BEL AIR

    (SAINTE-CROIX-DU-MONT)
    M.Meric

    33410 Sainte-Croix-du-Mont
    Téléphone :05 56 62 01 19 et 05 56 62 09 03
    Télécopie : 05 56 62 09 33
    Email : vignobles.meric@orange.fr
    Site : www.chateaubelair.net

    Avec des origines remontant en 1648, le Château Bel Air fait partie des plus anciennes propriétés de l’appellation. Dominant la vallée de la Garonne, le vignoble s’étend sur 18 ha de vignes en coteaux âgées de 30 ans. La récolte, rigoureusement menée par tris successifs permet de sélectionner le raisin à sa maturité avancée, lorsque la pourriture noble dotée des bienfaits du botrytis a atteint son apogée. Les millésimes d’exception sont élevés avec le plus grand soin en fûts de chêne durant 12 à 18 mois afin d’élaborer les cuvées Prestiges. Beau Sainte-Croix-du-Mont cuvée Vieilles vignes 2005, un vin ample et velouté, de belle couleur, au nez riche et bien présent dominé par des notes de pain grillé et de fruits, tout en bouche, vraiment très agréable, à goûter sur des ris de veau, par exemple. Le Sainte-Croix-du-Mont Tradition 2006 est tout en bouquet, de belle robe, aux connotations florales subtiles, frais et persistant au palais, très fin. Excellent Premières Côtes de Bordeaux rouge 2006, un vin de bouche puissante, avec des senteurs de framboise mûre, riche et fondu à la fois, de charpente fine mais bien présente.

    Château de CÉRONS

    Château de CÉRONS


    M. Perromat

    33720 Cérons
    Téléphone :05 56 27 01 13
    Télécopie : 05 56 27 22 17
    Email : perromat@chateaudecerons.com
    Site : www.chateaudecerons.com

    Un remarquable Cérons 2005, onctueux et persistant, aux notes florales complexes (rose, acacia...), fondu en bouche avec cette touche de pain brioché, tout en bouche, subtilement parfumé, persistant, riche, complexe, d’une longue finale, de très belle évolution comme en atteste ce 2002, aux arômes de noisette et d’amande grillée, de belle robe jaune pâle aux reflets d’or, un vin gras, ample, puissant et élégant à la fois, une belle réussite, de bouche savoureuse. Même propriétaire que le Château du Mayne (voir Graves).

    Château L'ENCLOS MIQUEU

    Château L'ENCLOS MIQUEU

    (LOUPIAC)
    Mathieu Barrère
    Le Gris
    33490 Saint-Martial
    Téléphone :05 56 61 96 44
    Email : m.barrere@worldonline.fr

    Vignoble de 12 ha (90% Sémillon, 6% Sauvignon gris, 4% Muscadelle). Beau Loupiac Remarquable Nectar d’Or 2005, issu des vendanges de novembre, la famille Barrère ayant pris le pari de vendanger tardivement sur les parcelles les mieux exposées, un vin de couleur jaune ambré, au nez très raffiné, d’excellente tenue en bouche, d’une belle onctuosité, aux nuances d’orange confite, d’abricot et de tilleul, discrètement vanillé.

     


     

     

    vins du siecle

    En GRAVES :

     

    Château HAUT-PLANTADE

    Château HAUT-PLANTADE

    (PESSAC-LÉOGNAN)
    Plantade Père et Fils

    33850 Léognan
    Téléphone :05 56 64 07 09
    Télécopie : 05 56 64 02 24
    Email : hautplantade@wanadoo.fr

    Le vignoble naquit en 1975, fruit de l’amour d’un homme pour sa terre (8,50 ha divisés en 15 parcelles), sur un sol de graviers et de sables en surface et en dessous viennent des calcaires friables gréseux et siliceux, répartis en rouge 7,10 ha, blanc 1,40 ha (culture raisonnée, labour à la charrue vigneronne). Beaucoup aimé le Pessac-Léognan rouge 2007, de jolie robe grenat soutenu, bien charpenté, parfumé (griotte, humus...), un vin ferme et soyeux à la fois, avec une bouche puissante et persistante de groseille cuite. Le 2006, allie structure et souplesse, de bouche fondue où domine le pruneau confit. Le 2005, un vin de couleur intense, richement bouqueté, mêle une finesse tannique à une rondeur en bouche tenace, avec ces notes de fraise des bois surmûrie. Le Pessac-Léognan blanc 2008, aux arômes floraux et fruités intenses, est un vin suave, harmonieux, subtil et puissant à la fois, d’excellente évolution comme en atteste le 2005, d’un bel aspect jaune et or, où l’on retrouve des notes de fleurs blanches et de noisette, avec des nuances de pêche en finale.
    Château D'ARRICAUD

    Château D'ARRICAUD

    (GRAVES)
    Mme Labarthe

    33720 Landiras
    Téléphone :05 56 62 51 29
    Télécopie : 05 56 62 41 47
    Email : chateaudarricaud@wanadoo.fr

    Un excellent Graves rouge Prestige 2007, aux tanins puissants et soyeux à la fois, très parfumé, tout en bouche, bien corsé, un vin savoureux et complexe. Le 2006 est charnu comme on les aime, gras, bien charpenté, un vin avec des nuances de prune et de violette, au nez ample, suave et puissant, alliant une bonne base tannique à une finesse persistante en bouche. Le 2005, dense, de robe soutenue, est un vin charnu et gras, au nez complexe et subtil à la fois, dominé par la griotte, de base tannique importante et très équilibrée.
    En MEDOC :

    Château le MEYNIEU

    Château le MEYNIEU

    (HAUT-MÉDOC)

    Domaines Pedro
    33180 Vertheuil
    Téléphone :05 56 73 32 10
    Télécopie : 05 56 41 98 89
    Email : ddompedro@aol.com
    Site : www.domaines-pedro.com

    Une propriété de 45 ha dont 30 de vignes. Beau Haut-Médoc 2006, , au nez de cassis et d’humus, de couleur profonde, un vin ample, associant rondeur et richesse, très parfumé, bien typé, aux notes giboyeuses et de mûre en bouche, aux tanins riches et soyeux à la fois. Le 2005, corsé et rond à la fois, de robe grenat profond, un bien joli vin qui développe des notes de fruits cuits bien caractéristiques, de bouche puissante et souple, de bonne base tannique, de garde. Le 2004, un vin gras, aux tanins harmonieux et riches, persistant en bouche, au nez complexe, mêle finesse et charpente. Excellent 2003, associant rondeur et structure, au bouquet concentré, de couleur intense, aux nuances épicées. Le 2002 est charpenté, aux tanins denses, tout en bouche, légèrement épicé, bien bouqueté, avec des notes de fruits très mûrs (fraise, griotte), de bonne évolution. Goûtez aussi leur Saint-Estèphe Château Lavillotte, bien charnu comme il se doit, ferme et persistant, classique, au nez de petits fruits rouges mûrs et de cuir, charmeur et racé, aux tanins présents et fondus à la fois, d’une longue finale en bouche.
    Château MURET

    Château MURET

    (HAUT-MÉDOC)
    Philippe Boufflerd

    33180 Saint-Seurin-de-Cadourne
    Téléphone :05 56 59 38 11
    Télécopie : 05 56 59 37 03
    Email : chateau.muret@nordnet.fr

    Un domaine de 25 ha (moitié Cabernet, moitié Merlot), entièrement restructuré (construction d’une cuverie moderne, d’un chai à barriques...). Remarquable Haut-Médoc 2007, tout en puissance et finesse, avec de la matière, des arômes de fruits rouges surmûris présents et complexes, avec des connotations d’épices, de framboise et d’humus, un vin de bouche dense. Tout en bouche, le 2006, aux nuances de fumé et de fraise des bois mûre, est intense, de robe soutenue, au nez légèrement épicé (poivre rose), aux tanins présents, d’excellente évolution. Remarquable 2005, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux notes de griotte mûre et d’épices, très équilibré au nez comme en bouche, de garde. Le 2004 est un vin dense où domine l’élégance et la finesse, aux nuances de truffe et de fraise des bois, tout en bouche. Le 2003, velouté, souple avec une attaque fruitée de petits fruits rouges, est un vin gras, équilibré, aux tanins amples. Le 2002, de couleur soutenue, aux notes de cassis mûr, d’épices et de fumé, très bien élevé, est riche et savoureux en bouche, concentré, parfumé. Beau 2001, avec beaucoup d’élégance, aux notes de fruits, de cannelle et d’humus, un vin particulièrement séduisant en ce moment. Le 2000 commence à s’ouvrir, gras et complexe, intense et charmeur, marqué par son terroir, coloré, corsé, charpenté.

    Château ROQUEGRAVE

    Château ROQUEGRAVE

    (MÉDOC)
    M.Jean-Bernard Lleu
    5, rue de Villeneuve
    33340 Valeyrac
    Téléphone :05 56 41 52 02
    Télécopie : 05 56 41 50 53
    Email : chateau-roquegrave@orange.fr

    Belle place dans le Classement, grâce à un rapport qualité-prix-régularité exemplaire. “Le 2008 a été un millésime difficile à réaliser, nous raconte Jean-Bernard Lleu. Beaucoup de travail à la vigne, une surveillance phytosanitaire importante. Nous avons tout de même obtenu des raisins de bonne maturité surtout pour les Merlots. Les quantités sont réduites à 48 hl/ha mais c’est plus qu’en 2007, bien que pas dans la norme. Nous avons de belles couleurs, des vins bien fruités, d’un beau potentiel de garde, mais moindre que le 2005. Dans l’ensemble on s’en sort très bien malgré la difficulté en regard des conditions climatiques.” Pour l’instant, on se fait donc plaisir avec son Médoc 2005, au nez concentré, dense, typé, aux tanins souples, au nez complexe, tout en bouche, aux connotations de cassis, de griotte et de truffe, un vin aux tanins mûrs et bien présents, de bouche veloutée, prometteur. Beau 2004, classique, corsé et gras, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime riche, persistant, charpenté, au nez de fruits mûrs et d’humus, de très bonne garde. Le 2003 est ample, soyeux, très classique de ce millésime, ferme, très équilibré, un vin tout en bouche, très bien élevé. Le 2002 est tout en couleur et en matière, très typé, au nez subtil, avec ces notes très caractéristiques et très persistantes de fumé et d’épices. Très beau 2001, d’une grande harmonie en bouche, très parfumé (mûre, humus...), ample, séveux, généreux et persistant, aux tanins très équilibrés, d’une finale suave. Remarquable 2000, bien charnu, aux tanins souples et bien équilibrés, au nez intense (mûre, épices), de bouche harmonieuse. Savoureux 99, de belle couleur grenat profond, une cuvée charpentée, au nez caractéristique de fruits mûrs et de garrigue, riche et fondue à la fois, un vin qui fera merveille sur un gigot à la ficelle. Remarquable 98, fort bien élevé également, très élégant, gras et harmonieux, au bouquet subtil et intense à la fois, aux notes de sous-bois et de fruits rouges frais, de bouche ample et fondue.
    En SAINT-EMILION :
    Château MATRASSAINT-ÉMILION Château MATRAS

    Château MATRAS

    (SAINT-ÉMILION)
    Vignobles Gaboriaud-Bernard

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 51 52 39
    Télécopie : 05 57 51 70 19
    Email : chateau.bourseau@wanadoo.fr

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Un vignoble situé sur le versant sud des coteaux de Saint-Émilion. Le terrain argilo-calcaire est mélangé d’alios ou crasse de fer. Les Cabernet et Merlot y produisent un vin dont le moelleux, la finesse et le bouquet sont fort appréciés. La vinification est conduite avec un contrôle permanent des températures. Le vin est ensuite élevé pendant 18 mois en fûts de chêne, dont 1/3 est renouvelé chaque année. Particulièrement séducteur, le Saint-Émilion GCC 2007, de robe pourpre, est riche au nez comme en bouche, avec des notes de fraise des bois, d’épices et d’humus, aux tanins très équilibrés et savoureux, d’une très jolie finale. Beau 2006, aux senteurs de cassis mûr et d’épices, un vin puissant et harmonieux, aux tanins fermes et savoureux à la fois, très bien élevé, avec des connotations de fruits à noyau et de cannelle, finement toastées. Le 2005, de belle couleur grenat, est un grand vin corsé et velouté, aux nuances de fumé et de fraise des bois mûre, intense, au nez légèrement épicé (poivre rose), aux tanins présents, d’excellente garde. Le 2004 commence à s’ouvrir, tout en couleur et en matière, au nez riche de framboise mûre, dense et gras. Beau 2003, tout en finesse aromatique (cerise noire, groseille, poivre), de robe intense, typé, mêlant structure et finesse, de belle évolution. Le 2002, classique, est riche en couleur comme en arômes, d’excellente évolution. Remarquable 2001, épicé en bouche, un vin corsé, de très belle structure, d’une finale très parfumée. Le 2000 se goûte très bien aujourd’hui, un vin dense et riche, alliant distinction et structure, de belle base tannique. Excellent rapport qualité-prix.

    Château MAUVINONSAINT-ÉMILION Château MAUVINON

    Château MAUVINON

    (SAINT-ÉMILION)
    Famille Tribaudeau
    Saint-Sulpice-de-Faleyrens
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 64 79
    Télécopie : 05 57 74 44 96
    Email : chateaumauvinon@sfr.fr
    Site : www.chateau-mauvinon.com

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Ces propriétaires charmants et passionnés sont rejoints par leur fils, Jean-Édouard, diplômé de Purpan (Toulouse) qui vient donner sa “patte” aux Vins de la propriété. Belle dégustation sur place et un vrai coup de cœur pour leur Saint-Émilion GC 2007, légèrement épicé comme il se doit, de couleur profonde, avec beaucoup de structure, aux senteurs délicates où prédominent le cassis et les sous-bois, un vin qui associe charme et souplesse, généreux et de très bonne garde. Remarquable 2006, très typé, intense et délicat, un vin ample, charnu et charpenté, qui sent bon les fruits cuits et les sous-bois, de bouche puissante mais très élégante, avec beaucoup de potentiel. Le 2005, corsé, riche en couleur comme en matière, persistant, au nez dominé par la fraise des bois, mariée à des notes de cuir et d’humus, aux tanins présents et soyeux à la fois, un vin riche et structuré, d’une bonne longueur en bouche, de garde. Le 2004 est gras, parfumé, bien classique, corsé, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, avec des tanins riches et veloutés à la fois, tout en charpente. Le 2003, avec ces arômes caractéristiques d’épices et de griotte, est superbe, bien charnu, typé, de couleur grenat, savoureux en bouche, concentré, un vin gras et persistant, avec un beau volume en finale, vraiment remarquable. Le 2002, avec des nuances se définissant par des arômes de framboise, de fraise des bois, est un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples, tout en bouche, encore très jeune. Superbe 2001, au nez puissant et subtil à la fois, de belle charpente, aux connotations de cerise noire, de cuir et de truffe, un vin dense, complexe et fondu. Le 2000, puissant et bien savoureux, est ample, de couleur profonde, un vin avec beaucoup de structure, au nez subtil et épicé, qui poursuit une très belle évolution, idéal sur un gigot. Le 99 est très savoureux actuellement, intense en couleur et en arômes, très parfumé (mûre, poivre…), un vin de bouche charnue, bien persistant en finale. Remarquable rapport qualité-prix, et un accueil de premier ordre.

    Clos des MENUTS Famille Rivière

    Clos des MENUTS Famille Rivière

    (SAINT-ÉMILION)
    Philippe Rivière
    Rue de l’Abbé-Bergey
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 55 59 59
    Télécopie : 05 57 55 59 51
    Email : mriviere@riviere-stemilion.com

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Sympathique et passionné, Philippe Rivière s’attache à élever des Vins qui restent dans un excellent rapport qualité-prix-typicité. Sa propriété s’étend sur 25 ha. Le sol, en partie argilo-calcaire et principalement argilo-sableux à sous-sol d’alios avec crasse de fer, permet un excellent drainage (75% Merlot, 15% Cabernet-Sauvignon et 10% Cabernet franc). Le Saint-Émilion GC 2007 est très parfumé, bien typé, fort bien élevé, marie couleur et matière, au nez expressif à dominante de fruits frais et d’humus, aux tanins moelleux, un vin ferme et charmeur. Le 2006, très classique, de couleur intense et sombre, avec des arômes puissants et subtils où s’entremêlent les épices, les fruits rouges et les baies sauvages, un vin de bouche complexe, ronde, charnue et structurée, d’une longue finale. Le 2005, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux senteurs de fruits cuits, de cannelle et d’humus, est très équilibré au nez comme en bouche. Le 2004, de couleur grenat, est savoureux au palais, concentré, bien marqué par son terroir, gras et persistant, riche en arômes comme en structure, aux tanins fins.

    Château ORISSE du CASSE

    Château ORISSE du CASSE

    (SAINT-ÉMILION)
    Danielle Dubois
    Saint-Sulpice-de-Faleyrens
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 72 75
    Télécopie : 05 40 54 08 01
    Email : dubricru@terroirsenliberte.com
    Site : www.terroirsenliberte.com

    Tout en bouche, le Saint-Émilion GC 2007 est bien élevé, tout en nuances d’arômes (violette, groseille mûre...), aux tanins soyeux, un vin complexe et harmonieux, avec des notes de cassis et d’épices en finale, de bouche fondue. Le 2006, charpenté et harmonieux, est bien caractéristique de ce que doit être un vin de cette appellation, au nez présent avec des notes de violette, de réglisse et de pruneau, qui associe puissance et distinction, aux tanins denses, gras en bouche, d’une très jolie persistance. Le 2005, charnu, riche et structuré, au nez épicé, allie une charpente réelle à une jolie rondeur en bouche, un vin avec beaucoup de structure, riche en couleur comme en arômes, avec ces notes de fruits noirs mûrs (groseille, mûre) et d’épices. Le 2004 développe des notes épicées, au nez complexe où dominent les petits fruits noirs à noyau, riche et souple à la fois, très savoureux. Beau 2003, puissant en bouche, corsé, charpenté, avec des arômes intenses (cassis, sous-bois, truffe) et persistants, qui poursuit son évolution. Le 2002 est bien dense, très bien structuré, riche, parfumé, aux notes de fruits mûrs, tout en bouche, un vin au nez intense et complexe (fraise des bois, violette, cuir...), de couleur profonde, d’un bel équilibre, aux tanins savoureux. Beau 2001, de belle couleur grenat, intense, corsé, velouté, très parfumé, avec ces notes subtiles de sous-bois et de truffe, aux tanins fermes et ronds à la fois, fondu en bouche. Goûtez aussi “LE P”, une cuvée spéciale, avec des notes de fumé et d’épices, aux tanins souples mais puissants, un vin gras et de belle charpente, harmonieux en bouche. Le Côtes-de-Castillon Arthus, à la tête de son appellation (voir le Classement des Côtes), est très bien élevé, au nez de myrtille, de violette et d’épices douces, gras, où la puissance s’allie à la finesse, un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples.
    Château la ROSE- POURRET

    Château la ROSE- POURRET

    (SAINT-ÉMILION)
    M. Warion

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 71 13
    Télécopie : 05 57 74 43 93
    Email : contact@la-rose-pourret.com
    Site : www.la-rose-pourret.com

    Le vignoble familial (depuis 200 ans) s’étend sur 8 ha. La génération actuelle maintient la tradition en travaillant avec passion les Merlot (70%) et Cabernet (30%), plantés sur des sols argilo-sableux sur crasse de fer et sables anciens. Les labours, les vendanges manuelles, la vinification traditionnelle, l’élevage en barriques neuves renouvelées par 1/3 chaque année... Tout cela explique ce Saint-Émilion GC 2007, qui sent bon la griotte et les sous-bois, de bouche puissante et souple à la fois, un vin de couleur rubis profond, très bien élevé, de très bonne évolution. Beau 2006, d’une belle teinte velouté et soyeuse, aux senteurs de cassis, de pruneau et d’épices, racé, aux tanins riches et savoureux, tout en bouche, un vin rond et bien charpenté. Le 2005 est bien charnu, concentré et gras, dense, au nez dominé par le pruneau et le poivre, finement boisé, de très bonne évolution. Le 2004 est de belle robe soutenue, aux tanins mûrs et présents à la fois, très parfumé, corsé, harmonieux et persistant, un vin d’excellente évolution. Le 2003, de belle robe grenat, est charnu, aux arômes d’épices, de fruits rouges cuits et de cuir, aux tanins fermes et soyeux à la fois. Le 2000 est riche en couleur comme en matière, au nez de fruits et d’humus, légèrement épicé, tout en finale.
    Château VIEUX-POURRET

    Château VIEUX-POURRET

    (SAINT-ÉMILION)
    Mme Richert-Boutet
    Miaille
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 68 17 et 06 80 64 49 75
    Télécopie : 05 57 24 63 27
    Email : château.vieux.pourret@orange.fr
    Site : www.chateau-vieux-pourret.fr

    Vignoble de 6 ha, en conversion biodynamique (agriculture exempte de produits chimiques), dont l’étiquette 2005 porte le label. Très réussi, le Saint-Émilion GC 2007, d’un beau rouge profond, est ample, velouté et fruité en bouche, avec des tanins souples et bien fermes à la fois, vraiment charmeur avec ce nez où dominent la groseille mûre et la violette, tout en complexité aromatique, de bonne évolution. Excellent 2006, de bouche persistante avec ces nuances de fumé caractéristiques, bien équilibré, d’une grande harmonie, de belle charpente. Le 2005, au bouquet développé, aux nuances fruitées et giboyeuses, est un vin complet, avec des tanins denses et harmonieux, d’excellente garde bien sûr. Le 2003, de couleur pourpre, corsé, savoureux, aux tanins riches, au nez complexe (cuir, truffe), allie rondeur et charpente. Le 2002, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de cerise noire, est ample comme le 2001, aux notes de fruits légèrement confits.
    Château JURA-PLAISANCE

    Château JURA-PLAISANCE

    (MONTAGNE-SAINT-ÉMILION)
    Mme B.Delol

    33570 Montagne
    Téléphone :05 57 51 91 44
    Télécopie : 05 57 51 88 92
    Email : bernard.delol@sfr.fr

    Un vignoble de 8 ha qui borde les appellations Pomerol et Saint-Émilion (sol argilo-calcaire, sables, 60% Merlot, 40% Cabernet franc). Dans cette propriété, les vins sont élevés en barriques de 2 à 3 vins afin de ne pas avoir le goût de boisé trop prononcé, ce qui nous change des cuvées écœurantes que l’on peut trouver dans le coin. Vous aimerez comme nous ce Montagne-Saint-Émilion 2007, élevé 18 mois en fûts de chêne, tout en bouche, au nez délicat, associant puissance et finesse, de belle robe pourpre soutenu, aux nuances de violette et de truffe, d’une grande harmonie, séveux, généreux en bouche, à ouvrir sur un pot-au-feu. Le 2006 développe un nez concentré de cassis et de sous-bois, un vin aux tanins présents et mûrs à la fois, dense et ample, très équilibré en bouche. Le 2005, aux arômes puissants de fruits cuits, d’humus et d’épices, est de bouche riche, de très bonne garde. Le 2004 est de couleur grenat intense, au nez dominé par les épices et les petits fruits rouges à noyau, riche et velouté, de bonne bouche aux notes d’humus et de pruneau, très classique, très agréable en ce moment. Le 2003 est charpenté, aux saveurs de fruits noirs mûrs, aux tanins souples et très équilibrés, d’une jolie finale.
    Château PIRON

    Château PIRON

    (MONTAGNE-SAINT-ÉMILION)
    Domaine Fressineau Frères

    33570 Montagne
    Téléphone :05 57 74 61 57
    Télécopie : 05 57 74 61 57
    Email : vignes@domaine-fressineau-chateau-piron.com
    Site : www.domaine-fressineau-chateau-piron.com

    Très bien classé avec cet excellent Montagne-Saint-Émilion 2007 (vignoble de 12 ha sur sol argileux avec assise calcaire, 85% Merlot et 15% Cabernet), au nez subtil dominé par le pruneau et la griotte, avec des tanins soyeux et très équilibrés, d’une couleur intense, un vin gras et rond, avec cette bouche chaleureuse et séduisante. Le 2006 poursuit sa belle évolution, de très belle robe grenat, qui allie concentration aromatique et souplesse au palais, avec ces arômes d’épices et de griotte, bien corsé, un très joli vin, tout en bouche. Beau 2005, de belle robe soutenue, avec ce charnu et cette pointe d’épices caractéristique, de bouche puissante et souple, de bonne base tannique, bien charpenté. Excellent 2004, de bonne bouche avec des notes persistantes de violette, de mûre et d’épices, coloré et ample, alliant une finesse tannique à une jolie rondeur en bouche, d’une très jolie finale avec ses notes de fumé. Des visites guidées sont proposées à la propriété.
    Château LA TUILERIE DES COMBES

    Château LA TUILERIE DES COMBES

    (MONTAGNE-SAINT-ÉMILION)
    Comte Vincent Le Grelle

    33570 Montagne
    Téléphone :05 57 74 67 98
    Télécopie : 05 57 74 00 06
    Email : vincent.legrelle@skynet.be
    Site : www.latuilerie.net

    Bien aimé ce Montagne-Saint-Émilion 2007, complexe et harmonieux, avec des nuances se définissant par des arômes de fraise des bois et de poivre, un vin de couleur soutenue, aux tanins amples, tout en bouche. Excellent 2006, dont les tanins sont souples et bien équilibrés, au nez intense, un vin corsé, de bouche harmonieuse et persistante, de très bonne garde. Le 2005, d’un beau rouge profond, au nez subtil, aux connotations d’humus et de petits fruits noirs bien mûrs, tout en finesse tannique, est ample et de bonne structure. Le 2004, de robe grenat, riche, au nez intense, complexe, d’une belle finale où dominent la cerise noire mûre et les sous-bois, est un vin de bouche flatteuse et dense à la fois. Le 2003 est tout en bouche, riche et gras, avec des arômes persistants et puissants, charpenté et distingué, aux nuances de violette et d’humus. Excellent Montagne-Saint-Émilion cuvée Rubens 2003, un vin corsé comme il le faut, avec des tanins amples et une charpente souple, avec ce nez dominé par les petits fruits rouges mûrs (cerise, fraise…), de robe pourpre, de bouche généreuse et charnue.
    En POMEROL :

    Château HAUT FERRAND

    Château HAUT FERRAND

    (POMEROL)
    Henry Gasparoux et Fils
    Chemin de la Commanderie
    33500 Libourne
    Téléphone :05 57 51 21 67
    Télécopie : 05 57 25 01 41
    Email : contact@chateau-ferrand.com
    Site : www.chateau-ferrand.com

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Un vignoble de 4,5 ha (70% Merlot et 30% Cabernet franc). Remarquable Pomerol 2007, très typé, concentré et charnu, un vin riche en bouquet comme en matière, tout en bouche, aux tanins équilibrés, élégant. Le 2006 est très réussi, corsé et charpenté, avec des arômes puissants et persistants de griotte et de framboise macérées, un vin ample, complexe, étoffé, qui poursuit son évolution. Beau 2005, de bouche pleine et riche, aux nuances délicates de fruits des bois et de fumé, typé, un beau vin qui convient particulièrement aux plats épicés. Le 2004 est un vin où la finesse prédomine, avec ces notes très caractéristiques de cuir et de fruits légèrement confits, aux tanins amples comme le 2003, généreux, coloré, au nez dominé par l’humus et le cassis, ample et gras en bouche, très équilibré, un vin charnu, savoureux, très charmeur par sa rondeur et son équilibre, d’excellente évolution. Idéal actuellement, il y a aussi, ce beau 2001, au nez intense (truffe, cuir, humus), avec ses notes fumées et réglissées, des tanins mûrs et suaves, d'une finale longue et savoureuse et le 2000, très harmonieux, avec des senteurs intenses de groseille et d’épices, un vin de très bonne bouche, de robe grenat, tout en arômes, alliant richesse et finesse, avec de l’étoffe et de l’élégance. Le Pomerol Château Ferrand (12 ha) est un vin de caractère, très parfumé (griotte, réglisse), d’une belle structure, volumineux, aux tanins veloutés.

    Château CANON-CHAIGNEAULALANDE-DE-POMEROL Château CANON-CHAIGNEAU

    Château CANON-CHAIGNEAU

    (LALANDE-DE-POMEROL)
    Famille Marin-Audra
    BP 2
    33500 Pomerol
    Téléphone :05 57 24 69 13
    Télécopie : 05 57 24 69 11
    Email : louis.marin@wanadoo.fr
    Site : www.canon-chaigneau.com

    Toujours à la tête de son appellation avec ce Lalande-de-Pomerol 2006, au nez complexe où dominent les groseilles et l’humus, de bouche bien charnue, un vin coloré et dense, qui allie puissance et finesse, très plaisant sur un petit gibier d’eau. Beau 2005, très charmeur, au nez subtil où dominent le cuir et le pruneau confit, d’une très jolie concentration en bouche, aux tanins bien réels et fins, légèrement épicé comme il se doit, vraiment très réussi, de garde. Le 2003, très aromatique, est bien équilibré, aux connotations de framboise macérée, d’une très jolie concentration en bouche, aux tanins présents et savoureux, de bouche subtilement poivrée. Le 2002 est très bon, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de fruits mûrs, un vin riche, très équilibré, d’une belle longueur, de bouche puissante. Le 2001, charpenté, de belle robe soutenue, ample et distingué en bouche, au nez épicé, aux tanins bien fondus, est très élégant et mérite d’être attendu pour profiter de son potentiel. Le 2000 est remarquable, riche et subtil au nez comme en bouche, aux nuances de fruits macérés et de sous-bois, de garde. Le 99 est vraiment très agréable aujourd’hui, très coloré, où se mêlent la griotte et l’humus, aux nuances épicées, dense, d’une base tannique harmonieuse, de très bonne charpente, très abordable. Redégusté cette année, le 96 est remarquable, tout en couleur et en matière, au nez subtil dominé par des arômes persistants de fumé, d’humus et de cerise noire, un vin qui fait merveille sur un gigot à la ficelle. Beau 98, de bouche dense, aux tanins bien fondus, où s’entremêlent des nuances de petits fruits rouges à noyau bien mûrs, d’humus et de réglisse, typé, de bouche très harmonieuse, parfait sur un civet.
    Château des MOINES

    Château des MOINES

    (LALANDE-DE-POMEROL)
    Scea Du Château des Moines Patrick Merle et Jean Darmajou

    33500 Lalande-de-Pomerol
    Téléphone :05 57 51 40 41
    Télécopie : 05 57 25 04 21
    Email : contact@chateaudesmoines.com
    Site : www.chateaudesmoines.com

    Très bien classé, et c’est bien mérité. Une exploitation familiale depuis plusieurs générations de 20 ha dont 1,30 ha en Bordeaux. Un travail traditionnel (labour, enherbement...), des techniques modernes viticoles (pressoir pneumatique, thermorégulation, table de tri, vibreur...), des cépages variés (72% Merlot, 15% Cabernet-Sauvignon, 10% Cabernet franc et 3% de Malbec), donnent ce Lalande-de-Pomerol cuvée Prestige 2008, bien élevé en fûts neufs, corsé, de couleur rubis bien prononcée, au nez complexe, aux notes fruitées, épicées, avec des tanins souples et très équilibrés, un vin qu’il faut garder quelques temps. S’il en reste, procurez-vous le 2006, charmeur, un vin bien charnu, généreux, coloré, au nez dominé par l’humus et les petits fruits rouges, ample et gras en bouche. La cuvée Tradition 2007, aux senteurs délicates de petits fruits confits et de sous-bois, est riche en couleur comme en matière, aux tanins ronds mais bien présents, un beau vin charnu et souple à la fois. Excellent 2006, de couleur rubis, de bouche classique, de charpente soutenue, ferme et persistant, riche et parfumé, avec ses tanins mûrs.
    En CÔTES :
    Château ROUSSET

    Château ROUSSET

    (CÔTES-DE-BOURG)
    Gérard Teisseire

    33710 Samonac
    Téléphone :05 57 68 46 34
    Télécopie : 05 57 68 36 18
    Email : gteisseire@aol.com

    Domaine de 24 ha de vignes situé sur des coteaux argilo-calcaires et graveleux exposés au midi. Superbe Côtes-de-Bourg Grande Réserve 2005, charnu, très savoureux, aux nuances raffinées de sous-bois, de mûre et de poivre, finement tannique, de bonne bouche, un vin ample et charnu aux tanins fondus, de garde comme en atteste ce 99, généreux, coloré, ample et velouté, tout en bouche. Le Côtes-de-Bourg cuvée Tradition 2006 est bien parfumé, au nez ample qui développe des notes de sous-bois et de cerise mûre, tout en arômes, d’excellente évolution, à ouvrir sur un rôti de porc. Excellent 2005, au nez à dominante de cerise noire et de mûre, légèrement épicé, très équilibré, un vin ample, aux tanins qui commencent à peine à se fondre.
    Château BERTHENON

    Château BERTHENON

    (PREMIÈRES CÔTES DE BLAYE)
    Thérèse Ponz Szymanski
    3, le Barrail
    33390 Saint-Paul-de-Blaye
    Téléphone :05 57 42 52 24
    Télécopie : 05 57 42 52 24
    Email : info@chateauberthenon.com

    Un vignoble de 32 ha, composé de 80% de Merlot et de 20% de Cabernet-Sauvignon. Ce Premières-Côtes-de-Blaye rouge cuvée Chloé 2007, éraflage total de la vendange, fermentation malolactique en fûts, élevage sur lies fines en barriques neuves durant 18 mois, d’une belle couleur rubis très prononcé, aux notes fruitées et agréablement épicées, est un vin bien corsé, qui allie finesse et structure, de bonne garde. Excellent Premières-Côtes-de-Blaye Tradition 2007, de belle attaque ronde et charnue, généreux et persistant, aux arômes prononcés de fruits rouges, un vin suave et harmonieux, très séduisant. Le 2006, au nez de petits fruits rouges (groseille), est un vin charpenté, de bouche riche et persistante, qui commence à s’ouvrir. Beau Premières-Côtes-de-Blaye cuvée Henri 2006, un vin typé comme on les aime, avec de la charpente, aux notes de griotte et d’humus, de couleur soutenue, de bouche ronde, aux tanins bien équilibrés et soyeux, vraiment réussi.

    Château LAGARDE

    Château LAGARDE

    (PREMIÈRES CÔTES DE BLAYE)
    Paul-Henry Nerbusson

    33390 Cars
    Téléphone :05 57 42 91 56 et 05 49 28 46 77
    Email : vignobles.nerbusson@wanadoo.fr

    Un vignoble de 12 ha en bio, et une réussite avec le Premières-Côtes-de-Blaye rouge Excellence 2005, élevé en fûts de chêne, avec des arômes d’humus et de groseille cuite, gras et persistant en bouche, aux tanins fins et mûrs, est un vin de belle couleur, bien charpenté. Excellent Premières-Côtes-de-Blaye Tradition 2006, un vin de bouche puissante, aux connotations de mûre et de violette, très fin, bien corsé et équilibré, c'est classique et très bon.
    Château ANNICHE

    Château ANNICHE

    (PREMIÈRES CÔTES DE BORDEAUX)
    Scea Vignobles Michel Pion

    33550 Haux
    Téléphone :05 56 23 05 15
    Télécopie : 05 56 23 35 64
    Email : vignobles-pion@anniche-vin.com

    Une réussite avec ce Premières-Côtes-de-Bordeaux 2008, concentré, ample, velouté et fruité en bouche, avec des tanins souples et bien fermes à la fois, encore jeune mais prometteur. Le 2007, aux arômes de fruits rouges mûrs dominants, est de bouche ronde et ample soutenue par de jolis tanins, un vin classique et bien charpenté. Joli blanc sec 2009, au bouquet délicat, très fruité (poire, mangue), rond et souple, de bouche fraîche et bien équilibrée, très réussi.
    Château des MILLE ANGES

    Château des MILLE ANGES

    (PREMIÈRES CÔTES DE BORDEAUX)
    Heather Van Ekris

    33490 Saint-Germain-de-Grave
    Téléphone :05 56 76 41 04
    Télécopie : 05 56 76 46 72
    Email : Acvanekris@aol.com
    Site : www.milleanges.com

    Le vignoble de 27 ha est situé sur les collines qui surplombent la vallée de la Garonne. Plusieurs fois médaillé, ce Premières-Côtes-de-Bordeaux 2007 est un vin à dominante de Merlot, bien élevé en barriques de chêne dont 1/3 est renouvelé chaque année, aux tanins fermes et soyeux à la fois, aux arômes complexes d’épices, de fruits noirs et de cuir, de bouche bien structurée, de très bonne évolution. Savoureux 2005, aux tanins enrobés, classique comme on les aime, un vin alliant rondeur et charpente, de bouche concentrée, aux arômes de griotte confite et de sous-bois. Beau 2004, charnu, riche en couleur, aux tanins savoureux, au nez intense de fruits cuits (fraise des bois, mûre) et d’humus, tout en bouche, de très bonne garde.
    En BORDEAUX SUPERIEUR :
    Château HAUT CRUZEAU

    Château HAUT CRUZEAU

    (BORDEAUX SUPÉRIEUR)
    Régis Chevalier

    33370 Fargues-Saint-Hilaire
    Téléphone :05 56 21 11 11
    Télécopie : 05 56 21 11 11
    Email : cruzeau@wanadoo.fr

    Particulièrement apprécié son Bordeaux Supérieur 2007, très bien élevé, un vin ferme et très équilibré, tout en bouche, dominé par les petits fruits rouges à noyau et la muscade, tout en charme, vraiment réussi. Excellent 2006, élevé en fûts de chêne, encore très jeune, bien coloré, un vin corsé et gras, aux tanins puissants, très équilibré, persistant, au nez où dominent le pruneau et la groseille, tout en présence. Beau 2005, de robe soutenue, ample, finement épicé avec des arômes de mûre, tout en charpente, d’excellente garde. Le 2004, de jolie robe grenat, est intense, aux tanins mûrs mais très structurés, un vin qui sent bon la groseille, le pruneau et l’humus, bien structuré.
    Château LAGRANGE les TOURS

    Château LAGRANGE les TOURS

    (BORDEAUX SUPÉRIEUR)
    Michel et Pierre Choquet
    30, rue de Bernescut
    33240 Cubzac-Les-Ponts
    Téléphone :05 57 43 04 96
    Télécopie : 05 57 43 04 96
    Email : vignobles.choquet@wanadoo.fr

    Beaucoup apprécié leur Bordeaux Supérieur Les Cent Rangs 2007 est de couleur pourpre intense, très séduisant avec des notes de framboise et de griotte très mûres et une pointe d’épices, un vin classique et riche, qui allie finesse et structure. Le 2005, médaille d’Or au Concours Mondial du vin Bruxelles 2007 et d’Argent au Challenge International du vin à Bourg 2007, est tout en bouche, aux tanins puissants, de charpente élégante, aux connotations de griotte, de musc et de poivre, un vin velouté et dense à la fois. Le Bordeaux Supérieur 2007 est coloré, bien corsé, de bouche puissante, au nez de griotte cuite, un vin épicé en bouche, aux tanins amples mais soyeux. Le Clairet de Bordeaux L’Idée Claire est un vin très charmeur, toujours l’un des meilleurs de son appellation, à la fois friand et structuré, de bouche épicée.
    Château PERAYNE

    Château PERAYNE

    (BORDEAUX SUPÉRIEUR)
    Henri Lüddecke

    33490 Saint-André-du-Bois
    Téléphone :05 57 98 16 20
    Télécopie : 05 56 76 45 71
    Email : chateauperayne@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateauperayne

    Le domaine s'étend sur 24 ha, dont 20 ha de vignes idéalement exposées. Son terroir argilo-calcaire est enrichi par la présence de graves, de superbes cailloux vieux de cinq millions d'années. Son alliance avec la douceur du climat océanique donne des vins colorés, charpentés et riches en tanins. Les propriétaires actuels, Henri et Monique Luddecke, ont acquit le domaine en 1994 et depuis œuvrent avec passion pour que la renommée du Château Perayne, le plus important domaine viticole de Saint André du Bois au XIXe siècle, retrouve toute sa splendeur. À l’aube de sa carrière de vigneron, Henri fait figure d’outsider dans le milieu viticole où les terres et les savoir-faire se transmettent de génération en génération, où les traditions perdurent. Vierge de tout préjugé concernant l’art et la manière de travailler ses vignes, d’élaborer son vin, il est gourmand de techniques nouvelles et fait preuve d’un talent hardi. Sa décision d’essayer un bouchon de dernière génération, qui n’a jamais été utilisé dans la région auparavant, était révolutionnaire et révèle un peu plus son esprit audacieux ! Au sommet de son appellation avec ce Bordeaux Supérieur 2006, élevé en fûts de chêne durant 12 mois (30% Merlot, 70% Cabernets franc et Sauvignon), au nez complexe (fruits cuits, humus), de bouche bien charnue, un vin complexe et harmonieux. Goûtez le Bordeaux rouge cuvée Henri 2004, avec ce nez intense et fruité (groseille, cassis et vanille), un vin tendre. Séduisant Bordeaux blanc sec cuvée Apollon 2007, vinifié et élevé 8 mois en barriques, de robe jaune pâle brillante, de bouche ronde (pêche), tout en finale. Excellent Bordeaux rouge cuvée Artemis, jumelle d’Apollon, authentique, direct et naturel sont les qualités du vin qui porte son nom, son goût pur et clair est dû à une vinification en cuve Inox sans collage ni filtration.

    Château THURON

    Château THURON

    (BORDEAUX SUPÉRIEUR)
    Famille Lallement

    33190 Pondaurat
    Téléphone :05 56 71 23 92
    Télécopie : 05 56 71 01 89
    Email : contact@chateauthuron.com
    Site : www.chateauthuron.com

    Une place toujours très enviable et largement méritée dans le Classement 2010 pour cette propriété familiale depuis le XVIIe siècle d’environ 6 ha, dont le sol est formé de graves, d’argiles et de galets (60% Merlot, 30% Cabernet-Sauvignon et 10% Cabernet franc). Cultivée raisonnablement, avec une taille et un épamprage draconiens, la vigne produit une vendange qualitative, récoltée avec minutie à l’optimum de sa maturité. Vinifié de manière traditionnelle avec ses propres levures, ni collé, ni filtré, son Bordeaux Supérieur 2006, charnu, tannique, où dominent la fraise des bois bien mûre et l’humus, est parfait sur un onglet. Le 2005, médaille d’Or au Concours des Vignerons Indépendants, est de belle couleur, un vin corsé et bien typé comme on les aime, tout en parfum, avec ces nuances de sous-bois, de cassis et d’épices, aux tanins fermes et ronds à la fois, de très bonne garde. Dans la lignée, le 2004, médaille d’Argent est un vin avec beaucoup de structure, tout en bouche, très équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, aux tanins mûrs. Le 2003 est une belle réussite, avec ces notes persistantes de fumé et d’épices, aux tanins puissants mais très fins, un vin complet comme nous les aimons. Goûtez la cuvée Prestige Saint-Martin-de-Monphélix, de bouche ample et parfumée, un vin à la fois puissant et fin, aux tanins amples. Le Cattleya de Thuron (le cattleya étant une race d’orchidée chère à Marcel Proust), est un très joli Clairet, sec et suave à la fois, qui associe la vivacité à l’élégance, de bouche subtilement parfumée et persistante, ample, à ouvrir sur une cuisine épicée.

    Château la VIEILLE TOUR

    Château la VIEILLE TOUR

    (BORDEAUX SUPÉRIEUR)
    Vignobles Boissonneau

    33190 Saint-Michel-de-Lapujade
    Téléphone :05 56 61 72 14
    Télécopie : 05 56 61 71 01
    Email : vignobles@boissonneau.fr
    Site : www.boissonneau.fr

    On élève ici ce Bordeaux Supérieur Château de la Vieille Tour Réserve 2007, avec ce nez complexe où dominent la mûre, la groseille et l’humus, de très belle robe d’un grenat profond, un vin chaleureux, avec de la matière, d’une jolie finale au boisé fondu. Excellent Bordeaux blanc 2009, franc, fruité (agrumes) et persistant, aux nuances de fleurs blanches et de noisette, un vin qui allie fraîcheur et souplesse. Le Bordeaux Supérieur 2007, au nez dominé par les petits fruits rouges à noyau, est un vin charpenté, aux tanins denses, tout en bouche, légèrement épicé en finale. Excellent Bordeaux rosé 2009, avec cette pointe de nervosité agréable, subtilement épicé, charmeur par sa finesse d’arômes.
  • Pin it!

    Les meilleurs vins des "Satellites" de Saint-Emilion

    J'ai toujours apprécié et soutenu ces appellations, où un bon nombre de crus ont de très beaux terroirs (le nom de "Montagne" explique ces vallons, notamment), bénéficient d'un formidable rapport qualité-prix-typicité, et sont bien meilleurs que beaucoup de Saint-Emilion "de plaine", hélas plus chers uniquement à cause de l'appellation, dont les sols prêteraient plutôt à sourire (regardez de l'autre côté de la nationale, vers Sauveterre...).

    Pour comprendre l'influence des sols, prenons Montagne : avec 250 propriétés et une surface d’exploitation inférieure à 5 ha, l’appellation témoigne d’une viticulture totalement orientée vers la qualité. Le terroir fleure bon la civilisation gallo-romaine : son nom d’abord (en bas latin, montagne veut dire colline). Le vignoble s’inscrit dans le prolongement géographique de ceux de Pomerol et de Saint-Émilion. Les sols y sont généralement argilo-calcaires ou limono-argileux sur le plateau et les coteaux. Le Merlot dominant (70 %) est complété de Cabernet franc, de Cabernet-Sauvignon et parfois de Malbec. Bonne matière tannique, rondeur et bouquet... idéal sur de l’agneau au four, des brochettes de canard ou un curry de mouton qui fait ressortir le caractère épicé du vin. Sur un vieux millésime, des mets plus riches comme un canard farci, un curry et les civets.

    jeu concours


     

    LES PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

     

    MONTAGNE SAINT-EMILION

    BÉCHEREAU
    CHEVALIER-SAINT-GEORGES
    GRANDE-BARDE
    JURA PLAISANCE
    ROC DE CALON
    VIEUX CHÂTEAU DES ROCHERS
    VIEUX CHÂTEAU SAINT-ANDRÉ

    CÔTES DE BONDE
    FARGUET
    GRAND-CORMIER
    LAFLEUR GRANDS-LANDES
    TOUR MONT D'OR
    TUILERIE DES COMBES
    VIEUX MONTAGNE

    (BEAUSÉJOUR)
    (BELLEVUE)
    COUCY
    HAUTE-FAUCHERIE
    DES MOINES
    ROUDIER
    VIEUX CHÂTEAU CALON
    HAUT-BONNEAU*
    (VIEILLE TOUR MONTAGNE)


     

     

     

    PUISSEGUIN SAINT-EMILION

    CHÊNE-VIEUX
    HAUT-FAYAN
    GONTET-ROBIN

    HAUT-SAINT-CLAIR

    HAUT-LAPLAGNE
    VAISINERIE

    LE BERNAT
    MOULIN-LISTRAC
    PRODUCTEURS RÉUNIS*

     

     

     


    LUSSAC SAINT-GEORGES
    SAINT-GEORGES SAINT-EMILION

    MACQUIN
    MOULIN DE GRENET
    POITOU
    TOUR DE GRENET
    TOUR DU PAS SAINT-GEORGES

    CHÉREAU
    DUMON-BOURSEAU
    DE LA GRENIÈRE
    HAUT-MILON
    LA PERRIÈRE

    CROIX DE CHOUTEAU
    HAUT-BELLEVUE
    HAUT-PIQUAT
    LA JORINE
    MAYNE-BLANC
    TROQUART

    LIRE LA SUITE DU CLASSEMENT

    Bannière
  • Pin it!

    Les belles affaires en Saint-Emilion Grands Crus

    Les belles affaires en Saint-Emilion Grands Crus

    Château CANTENACSAINT-ÉMILION Château CANTENAC

    Château CANTENAC

    (SAINT-ÉMILION)
    Nicole Roskam-Brunot

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 51 35 22
    Télécopie : 05 57 25 19 15
    Email : nicole.roskam@chateau-cantenac.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaucantenac
    Site : www.chateau-cantenac.fr

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, ce qui n’est pas rien. La chaleureuse Nicole Roskam-Brunot qui, aidée de son fils Frans Roskam, ingénieur-œnologue, maîtrise l’élaboration de son vin et l’élevage en barriques. Les 12,5 ha s’étendent dans le prolongement du coteau saint-émilionnais, dominant la vallée de la Dordogne. Il est composé de 75% de Merlot, de 24% de Cabernet franc et 1% de Cabernet-Sauvignon, dont la moyenne d’âge atteint actuellement 35 ans, planté sur un terrain sablo-graveleux sur argile qui permet une excellente maturation du raisin et donc une meilleure régularité dans les millésimes. Vous aimerez comme nous ce Saint-Émilion GC Château Cantenac Climat 2007, de bouche ample et bien parfumée, très légèrement épicé comme il se doit, tout en arômes (petits fruits noirs), tout en charme, bien charnu, de robe soutenue. Le 2006, au nez dominé par des arômes de fumé, d’humus et de cerise noire, un vin très équilibré, de bouche bien ample, ferme et persistant, de garde comme le 2005, tout en couleur et en matière, au nez subtil, avec ces notes très caractéristiques et persistantes de griotte, de fumé et d’épices, tout en bouche, charnu comme il se doit, de belle charpente. Beau 2004, long en bouche, au nez légèrement épicé, finement tannique, avec des notes caractéristiques et persistantes de mûre et d’épices. Le Château Cantenac Sélection Madame 2006 est très savoureux, coloré, où dominent les épices et l’humus, de bouche ample, bien charpenté. Goûtez aussi le Lussac-Saint-Émilion Château Moulin de Grenet, au bouquet ample, riche, aux arômes de réglisse et de mûre.
    LEXIQUE DU VINA - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
    Château de FERRAND

    Château de FERRAND

    (SAINT-ÉMILION)
    Directeur : Thomas Guibert
    A Saint-Hippolyte
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 74 47 11
    Télécopie : 05 57 24 69 08
    Email : info@chateaudeferrand.com
    Site : www.chateaudeferrand.com

    Un domaine de 30 ha de vignes d’un seul tenant. Tout en bouche, le Saint-Émilion GC 2007, de couleur rubis soutenu, corsé, équilibré, très parfumé, aux tanins fermes, d’une belle persistance, de bouche fondue et parfumée, intense, au nez complexe, gras, de bonne charpente. Le 2006 dégage une belle harmonie entre rondeur et charpente, un vin corsé et typé, très parfumé (humus, griotte, mûre), aux tanins denses et savoureux, alliant souplesse et charpente, d’excellente garde. Beau 2005, tout en finesse d’arômes, très équilibré, où la structure prédomine, un vin ample et corsé à la fois. Le 2004, de robe foncée, tout en nuances, aux tanins riches, au nez de petits fruits noirs bien mûrs, légèrement épicé, un vin typé et tout en bouche.

    Château FERRAND LARTIGUESAINT-ÉMILION Château FERRAND LARTIGUE

    Château FERRAND LARTIGUE

    (SAINT-ÉMILION)
    Maxime Bontoux
    Lieu dit Lartigue
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 56 67 78 02
    Télécopie : 05 56 08 01 89
    Email : ferrandlartigue@vitisvintage.com
    Site : www.vitisvintage.com

    Coup de cœur pour ce Saint-Émilion GC 2006, charpenté et charnu, aux senteurs de griotte, de framboise et de cuir, de bouche ample, aux nuances de cassis et d’épices, aux tanins harmonieux mais structurés à la fois, un vin de bouche soyeuse, de couleur profonde, qui poursuit son évolution. Le 2005 est riche au nez comme au palais, légèrement épicé comme il se doit, un vin coloré et puissant, de garde. Le 2004 se goûte très bien, charnu, mêlant richesse et finesse, aux notes de fruits mûrs caractéristiques (griotte, pruneau), un vin tout en bouche et charmeur, bien typique de ce millésime qui mérite d’être pris au sérieux. Même propriétaire que le Château Grand Lartique et du Château Tourteau-Chollet (voir région Graves).

    jeu concours
    Château la FLEUR MORANGE

    Château la FLEUR MORANGE

    (SAINT-ÉMILION)
    Véronique et François Julien

    33330 Saint-Pey-d'Armens
    Téléphone :05 57 47 10 90
    Télécopie : 05 57 47 16 72
    Email : julienjf33@aol.com
    Site : www.lafleurmorange.com

    Un vignoble de 2,15 ha, situé sur un sol de sable argileux avec calcaire en sous-sol et alios, l’âge moyen de la vigne est de 60 ans, ébourgeonnage, quatre tris sur pieds, double effeuillage, vendanges manuelles en cagettes, passages des grappes sur table de tri, égrenage à la main. Goûtez leur Saint-Émilion GC 2007, un vin très subtil, de couleur grenat soutenu, aux notes de fruits rouges mûrs (griotte, framboise) et de cannelle, très classique, bien corsé et gras, aux tanins souples, de bouche très harmonieuse. Le 2006 est tout en couleur et en matière, avec ces notes très persistantes de cassis et de prune, aux tanins puissants mais fins, d’une jolie finale délicatement poivrée. Le 2005, aux senteurs de cassis mûr, d’épices et de fumé, très bien élevé, est remarquable, riche et savoureux en bouche.
    Château La GARELLE

    Château La GARELLE

    (SAINT-ÉMILION)
    Mr et Mme Michel Billon
    3, La Garelle
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 61 98
    Télécopie : 05 57 24 75 22
    Email : chateaulagarelle@wanadoo.fr
    Site : www.lagarelle.com

    Un domaine de 10 ha sur sols sablonneux et argilo-calcaires, composé de 75% Merlot, 15% Cabernet-Sauvignon et 10% Cabernet franc (moyenne d’âge des vignes de 25 ans). Excellent Saint-Émilion GC 2006, de robe grenat soutenu, aux tanins denses, alliant une charpente réelle à une jolie rondeur, fort bien élevé, tout en charme et parfums. Le 2005 est corsé, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, charmeur et racé à la fois, gras, complexe, de très bonne évolution. Excellent Château du Relais Saint-Émilion GC cuvée Georgina 2006, classique des belles réussites de l’appellation dans ce millésime, ferme, tout en bouche, d’une belle couleur pourpre, tout en puissance et finesse, aux senteurs de fruits rouges surmûris, prometteur.

    MILLÉSIMES
    consultable en ligne

    gratuitement

    comme un vrai magazine,
    en tournant les pages…

    Cliquez ici
    UNIQUE EN FRANCE


    Château la GRÂCE DIEU LES MENUTSSAINT-ÉMILION Château la GRÂCE DIEU LES MENUTS

    Château la GRÂCE DIEU LES MENUTS

    (SAINT-ÉMILION)
    Vignobles Pilotte-Audier earl

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 73 10
    Télécopie : 05 57 74 40 44
    Email : chateau@lagracedieulesmenuts.com
    Site : www.lagracedieulesmenuts.com

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Propriété familiale depuis 6 générations, qui s'étend sur 16 ha entre les croupes graveleuses de Pomerol et le plateau calcaire de Saint-Émilion. Le vignoble est composé à 70% de Merlot, 25% de Cabernet franc et 5% de Cabernet-Sauvignon, avec des parcelles plus que cinquantenaires. “Nous adaptons les techniques culturales à chaque parcelle, nous précise Odile Audier, afin de produire des raisins représentatifs d'un cep de vigne dans un contexte donné en respectant un environnement et un objectif qualité. C'est pourquoi notre vin est l'expression d'une mosaïque de terroir : certains terroirs apportant structure et matière et d'autre rondeur, finesse et velouté. Les raisins sont cueillis manuellement et triés délicatement par une équipe de vendangeurs fidèles avant la merveilleuse alchimie de la vinification où se conjuguent tradition et évolution. Nos techniques de vinification s’adaptent à la typicité du millésime afin d'en préserver l'authenticité. Les Vins sont élevés en barriques de chêne français durant environ 12 mois. Chaque année, un millésime unique, reflet de nos observations, réflexions, parfois doutes mais toujours témoignage de notre passion.” Vous aimerez comme nous son Saint-Émilion GC 2007, de couleur profonde et fraîche, au nez fruité, aux accents de cassis et de bigarreau, de bouche ample et opulente, au boisé fin avec des tanins fondus. Un millésime friand, équilibré et déjà expressif. Beau 2006, savoureux, qui développe un nez de groseille et de fraise des bois très mûre, très élégant, d’une belle robe sombre, très bien équilibré, de bouche subtile aux nuances d’épices. Le 2005, charmeur et racé à la fois, est gras, complexe, de robe intense, de bouche persistante avec des arômes d’épices, de cuir et de myrtilles, d’une belle subtilité, aux nuances de fumé caractéristiques, d’une grande harmonie, prometteur. Le 2003, intense en couleur comme en arômes, fleure bon les fruits mûrs et les épices, tannique, auquel il faut laisser du temps pour s’exprimer au mieux.

    Château GRAND LARTIGUESAINT-ÉMILION Château GRAND LARTIGUE

    Château GRAND LARTIGUE

    (SAINT-ÉMILION)
    Maxime Bontoux
    Lieu dit Lartigue
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 56 67 78 02
    Télécopie : 05 56 08 01 89
    Email : grandlartigue@vitisvintage.com
    Site : www.vitisvintage.com

    L’autre propriété reprise par Maxime Bontoux, qui devrait lui redonner ses lettres de noblesse, comme il a su le faire au Château Tourteau-Chollet, notamment (voir région Graves). On y savoure ce Saint-Émilion GC 2006, de robe pourpre, aux notes de cassis et de poivre, de bouche chaleureuse, alliant puissance et finesse, un vin bien charnu, aux tanins soyeux. Le 2005 est classique de ce grand millésime, plein, séveux, généreux en bouche, corsé et typé, avec ces connotations de truffe et de fruits macérés, de belle évolution.

    Rejoignez-moi sur Facebook

    Château GUILLEMIN LA GAFFELIÈRE

    Château GUILLEMIN LA GAFFELIÈRE

    (SAINT-ÉMILION)
    Sylvie Courreaud-Fompérier
    La Gaffelière
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 74 46 92
    Télécopie : 05 57 74 49 16
    Email : lecellierdesgourmets@wanadoo.fr

    Vignoble sur sol et sous-sol argilo-calcaires (62% Merlot noir, 25% Cabernet franc, 10% Cabernet-Sauvignon et 3% Malbec), avec une moyenne d’âge des vignes de 30 ans (labour des sols, vendanges manuelles triées, élevage en barriques...). Le Saint-Émilion GC 2007 est un vin très élégant, tout en bouche, bien épicé, avec des notes de groseille et de cuir, et des tanins bien enrobés, de robe grenat, mariant rondeur et structure. Excellent 2006, aux tanins savoureux, bien corsé et gras, avec cette pointe d’épices et cette charpente à la fois puissante et souple, à déguster sur un pavé de bœuf. Le 2005, est d’une grande maturité et de bel équilibre, ample et velouté en bouche, avec des notes de fruits rouges à l’alcool, un vin qui séduit par son authenticité et sa longueur, encore jeune. Excellent 2003, qui se goûte très bien aujourd’hui, de couleur profonde, charnu, aux nuances de pruneau, alliant charpente et rondeur, le tout à des prix très sages.

    Château HAUT-ROCHER

    Château HAUT-ROCHER

    (SAINT-ÉMILION)
    Jérôme de Monteil
    Saint-Etienne-de-Lisse
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 40 18 09
    Télécopie : 05 57 40 08 23
    Email : ht.rocher@vins-jean-de-monteil.com
    Site : www.vins-jean-de-monteil.com

    Jean et Elisabeth de Monteil prennent une retraire méritée, et c’est le frère de Jean, Jérôme, avec son épouse, Béatrice, qui, aidés du fils de Jean, Christophe, reprennent le flambeau familial. Très classique, ce Saint-Émilion GC 2007 (vignoble de 9 ha, vignes de 37 ans, 65 % Merlot, 20% Cabernet franc, 12% Cabernet-Sauvignon et 3% Malbec), est bien corsé, aux senteurs de violette et de framboise, associant puissance et finesse, aux tanins savoureux, de bouche délicate où prédominent le cassis et les sous-bois, très charmeur. Le 2006 est de robe pourpre soutenu, d’une belle concentration, aux notes de griotte mûre et d’épices, un vin qui mêle harmonie et richesse, typicité et souplesse, de très bonne garde. Le 2005 est intense, harmonieux, aux connotations fruitées (griotte, cassis) et épicées, un vin savoureux et typé, aux nuances de mûre et d’humus en finale, de très bonne garde. Le 2004, avec ses senteurs de cassis mûr et de cannelle, harmonieux, aux tanins soyeux, est très réussi, de bouche complexe. Le 2003 est coloré et très parfumé, d’une jolie concentration en bouche, aux notes de fruits rouges et de réglisse, charnu, aux tanins bien souples mais bien riches. Le 2002, où domine le pruneau, est très équilibré, avec des tanins ronds mais bien présents, de bouche persistante, d’excellente évolution. Le 2001, aux tanins très élégants mais très fermes également, est légèrement épicé en finale. Le 2000 est de couleur soutenue et intense, au nez de mûre et d’humus, un vin charnu, aux tanins riches, qui commence à s’apprécier pleinement sur un confit de porc, par exemple. Goûtez son Saint-Émilion Pavillon du Haut-Rocher 2006, avec des notes de fruits bien mûrs, de cassis et de framboise, aux tanins ronds et présents, fin et charnu à la fois. Le Côtes-de-Castillon Château Bréhat 2005 (8,5 ha sur terroir argilo-limono-sableux sur sous-sol calcaire, 65% Merlot, 15% Cabernet franc et 20% Cabernet-Sauvignon), est de robe brillante, développant des parfums de fruits rouges cuits, avec une bouche riche qui dévoile une base tannique bien présente, un joli vin classique, qui poursuit son évolution.

    Clos LABARDE

    Clos LABARDE

    (SAINT-ÉMILION)
    Nicolas Bailly
    Bergat
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 74 43 39
    Télécopie : 05 57 74 40 26
    Email : nicolasbailly.closlabarde@sfr.fr

    Le vignoble (4,6 ha) est planté à l’est de Saint-Émilion, sur un coteau argilo-calcaire. Les méthodes de culture sont à l’ancienne : on pratique le labour et on n’utilise pas de désherbant, les vendanges sont faites manuellement, les grappes sont triées sur tapis et éraflées, le chai a été rénové, parfaitement équipé pour pratiquer des cuvaisons longues contrôlées par thermorégulation. L’élevage dure de 18 à 22 mois dans des barriques de chêne dont 1/3 renouvelé chaque année. Beaucoup aimé ce Saint-Émilion GC 2007, long en bouche, au nez légèrement épicé, finement tannique, avec des notes spécifiques et persistantes de mûre et d’épices. Le 2006, au nez légèrement vanillé, allie une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, parfumé, chaleureux et corsé, exhalant au palais des notes de baies sauvages, de très bonne évolution. Le 2005, de couleur grenat intense, est charnu comme nous les aimons, aux notes de pruneau, un vin marqué par son équilibre et son harmonie, qui associe puissance et distinction, bien corsé, de garde. Le 2004, aux arômes de fruits mûrs (groseille, cerise) et d’épices, présente des tanins souples et bien présents à la fois, un vin de bouche chaleureuse. Le 2003 est un vin de couleur pourpre intense, au nez puissant et subtil à la fois, aux notes de fruits mûrs (cassis, griotte) et de truffe. Le 2002, très parfumé, bien typé, qui associe couleur et matière, au nez complexe à dominante de fruits frais et d’humus, aux tanins puissants et moelleux à la fois, est de très bonne bouche, à déboucher sur une entrecôte à la moëlle. Redégusté cette année, le 99 est un bel exemple de la typicité de ce cru et de son potentiel d’évolution : très parfumé (cassis, fraise des bois), d’une belle structure, ample et volumineux, aux tanins veloutés, bien charnu comme il se doit.

    Château MANGOTSAINT-ÉMILION Château MANGOT

    Château MANGOT

    (SAINT-ÉMILION)
    Anne-Marie et Jean-Guy Todeschini
    Saint-Étienne-de-Lisse
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 40 18 23
    Télécopie : 05 57 56 43 97
    Email : todeschini@chateaumangot.fr
    Site : www.chateaumangot.fr

    “Nos deux fils Karl et Yann se sont joints à nous depuis quelques mois, nous dit-on, et le 2008 sera pour nous le premier millésime réunissant plusieurs générations.” En attendant, il y a leur Saint-Émilion GC 2007, remarquablement élevé, au nez intense de petite cerise noire mûre et d’humus, velouté, de belle charpente, ample et corsé en bouche, tout en nuances aromatiques au palais (cassis, épices), de très bonne évolution. Très réussi, le 2006, de belle robe rubis intense, est un vin classique, dense, bien corsé, riche et subtil, au nez où l’on retrouve la groseille et les sous-bois, de bouche ample et chaleureuse. Le 2005, de couleur pourpre, est bien charnu comme il se doit, aux tanins fermes et soyeux à la fois, très bien élevé, tout en nuances avec des notes de griotte et de cannelle. Excellent 2004, d’un bel équilibre tannique, bien élevé, au nez complexe (griotte, épices), tout en bouche, de très bonne garde. La cuvée Quintessence 2006, très aromatique au palais, aux tanins équilibrés, au nez subtil dominé par les petits fruits rouges à noyau et la cannelle, est tout en charme, de bonne garde. Le Côtes-de-Castillon Château La Brande cuvée Réservée 2006 (23 ha plantés majoritairement de Merlot), est tout en arômes, charnu et gras, au nez intense et complexe, corsé, avec des nuances de framboise et de mûre, de bonne garde.
    Château MAUVINONSAINT-ÉMILION Château MAUVINON

    Château MAUVINON

    (SAINT-ÉMILION)
    Famille Tribaudeau
    Saint-Sulpice-de-Faleyrens
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 64 79
    Télécopie : 05 57 74 44 96
    Email : chateaumauvinon@sfr.fr
    Site : www.chateau-mauvinon.com

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Ces propriétaires charmants et passionnés sont rejoints par leur fils, Jean-Édouard, diplômé de Purpan (Toulouse) qui vient donner sa “patte” aux Vins de la propriété. Belle dégustation sur place et un vrai coup de cœur pour leur Saint-Émilion GC 2007, légèrement épicé comme il se doit, de couleur profonde, avec beaucoup de structure, aux senteurs délicates où prédominent le cassis et les sous-bois, un vin qui associe charme et souplesse, généreux et de très bonne garde. Remarquable 2006, très typé, intense et délicat, un vin ample, charnu et charpenté, qui sent bon les fruits cuits et les sous-bois, de bouche puissante mais très élégante, avec beaucoup de potentiel. Le 2005, corsé, riche en couleur comme en matière, persistant, au nez dominé par la fraise des bois, mariée à des notes de cuir et d’humus, aux tanins présents et soyeux à la fois, un vin riche et structuré, d’une bonne longueur en bouche, de garde. Le 2004 est gras, parfumé, bien classique, corsé, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, avec des tanins riches et veloutés à la fois, tout en charpente. Le 2003, avec ces arômes caractéristiques d’épices et de griotte, est superbe, bien charnu, typé, de couleur grenat, savoureux en bouche, concentré, un vin gras et persistant, avec un beau volume en finale, vraiment remarquable. Le 2002, avec des nuances se définissant par des arômes de framboise, de fraise des bois, est un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples, tout en bouche, encore très jeune. Superbe 2001, au nez puissant et subtil à la fois, de belle charpente, aux connotations de cerise noire, de cuir et de truffe, un vin dense, complexe et fondu. Le 2000, puissant et bien savoureux, est ample, de couleur profonde, un vin avec beaucoup de structure, au nez subtil et épicé, qui poursuit une très belle évolution, idéal sur un gigot. Le 99 est très savoureux actuellement, intense en couleur et en arômes, très parfumé (mûre, poivre…), un vin de bouche charnue, bien persistant en finale. Remarquable rapport qualité-prix, et un accueil de premier ordre.

    Clos des MENUTS Famille Rivière

    Clos des MENUTS Famille Rivière

    (SAINT-ÉMILION)
    Philippe Rivière
    Rue de l’Abbé-Bergey
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 55 59 59
    Télécopie : 05 57 55 59 51
    Email : mriviere@riviere-stemilion.com

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Sympathique et passionné, Philippe Rivière s’attache à élever des Vins qui restent dans un excellent rapport qualité-prix-typicité. Sa propriété s’étend sur 25 ha. Le sol, en partie argilo-calcaire et principalement argilo-sableux à sous-sol d’alios avec crasse de fer, permet un excellent drainage (75% Merlot, 15% Cabernet-Sauvignon et 10% Cabernet franc). Le Saint-Émilion GC 2007 est très parfumé, bien typé, fort bien élevé, marie couleur et matière, au nez expressif à dominante de fruits frais et d’humus, aux tanins moelleux, un vin ferme et charmeur. Le 2006, très classique, de couleur intense et sombre, avec des arômes puissants et subtils où s’entremêlent les épices, les fruits rouges et les baies sauvages, un vin de bouche complexe, ronde, charnue et structurée, d’une longue finale. Le 2005, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux senteurs de fruits cuits, de cannelle et d’humus, est très équilibré au nez comme en bouche. Le 2004, de couleur grenat, est savoureux au palais, concentré, bien marqué par son terroir, gras et persistant, riche en arômes comme en structure, aux tanins fins.

    Château ORISSE du CASSE

    Château ORISSE du CASSE

    (SAINT-ÉMILION)
    Danielle Dubois
    Saint-Sulpice-de-Faleyrens
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 72 75
    Télécopie : 05 40 54 08 01
    Email : dubricru@terroirsenliberte.com
    Site : www.terroirsenliberte.com

    Tout en bouche, le Saint-Émilion GC 2007 est bien élevé, tout en nuances d’arômes (violette, groseille mûre...), aux tanins soyeux, un vin complexe et harmonieux, avec des notes de cassis et d’épices en finale, de bouche fondue. Le 2006, charpenté et harmonieux, est bien caractéristique de ce que doit être un vin de cette appellation, au nez présent avec des notes de violette, de réglisse et de pruneau, qui associe puissance et distinction, aux tanins denses, gras en bouche, d’une très jolie persistance. Le 2005, charnu, riche et structuré, au nez épicé, allie une charpente réelle à une jolie rondeur en bouche, un vin avec beaucoup de structure, riche en couleur comme en arômes, avec ces notes de fruits noirs mûrs (groseille, mûre) et d’épices. Le 2004 développe des notes épicées, au nez complexe où dominent les petits fruits noirs à noyau, riche et souple à la fois, très savoureux. Beau 2003, puissant en bouche, corsé, charpenté, avec des arômes intenses (cassis, sous-bois, truffe) et persistants, qui poursuit son évolution. Le 2002 est bien dense, très bien structuré, riche, parfumé, aux notes de fruits mûrs, tout en bouche, un vin au nez intense et complexe (fraise des bois, violette, cuir...), de couleur profonde, d’un bel équilibre, aux tanins savoureux. Beau 2001, de belle couleur grenat, intense, corsé, velouté, très parfumé, avec ces notes subtiles de sous-bois et de truffe, aux tanins fermes et ronds à la fois, fondu en bouche. Goûtez aussi “LE P”, une cuvée spéciale, avec des notes de fumé et d’épices, aux tanins souples mais puissants, un vin gras et de belle charpente, harmonieux en bouche. Le Côtes-de-Castillon Arthus, à la tête de son appellation (voir le Classement des Côtes), est très bien élevé, au nez de myrtille, de violette et d’épices douces, gras, où la puissance s’allie à la finesse, un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples.

    OUZOULIAS et FilsSAINT-ÉMILION OUZOULIAS et Fils

    OUZOULIAS et Fils

    (SAINT-ÉMILION)
    Claire Ouzulias
    17, rue du Colonel Picot - BP 93
    33500 Libourne
    Téléphone :05 57 51 07 55
    Télécopie : 05 57 25 18 27
    Email : ets.ouzoulias@wanadoo.fr
    Site : www.ouzoulias-vins.com

    Ici, on élève des vins en respectant la grande tradition libournaise, sans esbroufe ni manipulations œnologiques, et l’on a bien raison. Vous aimerez leur Saint-Émilion GC Château Franc-Pourret 2007 (agriculture biologique certifié Ecocert), bien corsé, de couleur rubis, parfumé (violette, fruits mûrs, épices), gras, très équilibré, aux tanins savoureux, un vin à déboucher sur une pintade à la broche. Excellent Saint-Émilion GC Domaine du Haut-Patarabet 2005, au nez où prédominent la griotte, le cuir et les sous-bois, alliant rondeur et structure, tout en bouche, qui associe cette jolie structure à des notes finement boisées, un vin séducteur, de très bonne évolution. Goûtez leur Graves blanc l’Odyssée 2007, doté d’une étiquette épurée et élégante à la fois, tout en fruité, fin et suave à la fois. Beau rapport qualité-prix. À leurs côtés, ce Saint-Émilion Bio Clos Chante l’Alouette 2005. “Le vin de Clos Chante l’Alouette, poursuit François, offre au dégustateur toute la générosité d’un Saint-Émilion et une rondeur due à un raisin bien mûr, le fruit est bien présent, grâce à un travail au chai qui a su révéler avec finesse toute la générosité de ce millésime.” Il a raison puisque ce vin est coloré, bien typé, fin et corsé à la fois, finement épicé, un vin tout en bouche, harmonieux et puissant, à déboucher sur un confit de porc. Beau Margaux La Fleur Saint-Vincent 2005, parfumé, associant couleur et matière, très équilibré, aux tanins mûrs, au nez de cassis et d’épices, ample, très prometteur. À la suite, le Loupiac L’Or de Calydon 2005, bien structuré en bouche, avec des arômes très fins et rafraîchissants d’agrumes, de menthe, de miel, d’une belle persistance. “Par le passé, précise Claire Ouzoulias notre Loupiac n’avait pas de nom, nous lui en avons donné un et avons refait l’étiquette afin que celle-ci soit en harmonie avec le cru. L’ensemble reflète un vin et un packaging élégant et harmonieux.” Goûtez encore le Saint-Julien l’Inattendu 2006, d’une belle robe pourpre, très typé, qui allie finesse et concentration, au nez très intense (mûre, cassis), de bouche subtilement épicée, un vin complexe, d’une belle finale, de garde. Deux magnifiques chambres d’hôtes tenues par Catherine Ouzoulias au Château Franc-Pourret vous offriront détente et bien être au cœur du vignoble.


    Château PIGANEAUSAINT-ÉMILION Château PIGANEAU

    Château PIGANEAU

    (SAINT-ÉMILION)
    Jean-Baptiste et Vincent Brunot
    1, Jean-Melin
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 55 09 99
    Télécopie : 05 57 55 09 95
    Email : vignobles.brunot@wanadoo.fr
    Site : www.vignobles-brunot.fr

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, ce qui vient récompenser une régularité qualitative certaine assortie de prix particulièrement attractifs. “Nous apportons un suivi à nos vignes en limitant les traitements, nous précise Jean-Baptiste Brunot, c’est un peu la volonté générale. Nous poursuivons notre façon de faire traditionnelle, c’est ce qui fait notre réputation, en privilégiant le bon rapport qualité-prix, c’est important de nos jours. Notre 2006 est à la vente, c’est un vin très souple, assez rond, sauf le Château Gravillot qui encore est un peu plus tannique et qu’il faut laisser vieillir encore un peu. Un vin très agréable à déguster que ce soit Tour de Grenet ou Château Piganeau. Le 2007 est dans la lignée du 2006, c’est un vin souple avec de l’élégance. Il y a moins de différence entre les millésimes chez nous, nous intervenons à la vigne très tôt avec les vendanges en vert et maîtrisons parfaitement l’élevage en barriques.” Vous allez donc apprécier comme nous ce Saint-Émilion GC 2007 (6 ha, d’un terroir gravelo-sableux (83% de Merlot et 17% de Cabernet franc, terroir gravelo-sableux), avec ce nez puissant et subtil à la fois, un vin savoureux, d’une grande harmonie en bouche, avec beaucoup de fruit, riche et fin, bien typé, de belle robe profonde, aux arômes persistants de petits fruits rouges mûrs avec des notes d’épices. Très beau 2006, médailles d'Argent à Paris et de Bronze à Bourg, de robe pourpre, corsé, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, aux nuances de mûre et de grillé, aux tanins d’une grande suavité et d’une belle longueur en bouche. Superbe 2005, de couleur très foncée, aux notes de fruits rouges bien mûrs (griotte, framboise...), un vin aux tanins très équilibrés, de bouche pleine, tout en arômes, de belle garde. Savoureux 2004, de très bonne charpente, au nez où s’entremêlent des notes de fruits rouges bien mûrs et de sous-bois, bien corsé, un vin qui commence à s’apprécier, d’une belle longueur. Le 2003 est très savoureux, très représentatif de ce millésime charmeur, coloré, aux notes complexes où dominent la mûre, les épices et l’humus, de bouche persistante. Le 2002 est de belle robe pourpre soutenu, aux notes d’épices, de truffe et de cerise noire, harmonieux, séveux, généreux et persistant en bouche. Le 2001 est très bien élevé en barriques, d’une belle couleur rubis prononcé, avec des notes de fruits mûrs (cassis et framboise) et de réglisse. Beau 2000, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux notes de fruits, de cannelle et d’humus, très équilibré au nez comme en bouche. Le 99 est très savoureux, corsé, tout en souplesse, tout en bouche, bien épicé, avec des notes de groseille et de truffe, et des tanins très équilibrés comme à son habitude, de très bonne garde. Remarquable 98, bien coloré, charnu, qui sent la griotte, le cuir et les épices, de bouche souple et puissante à la fois, de très bonne évolution. Le 96 est riche en couleur et en arômes, aux notes de fruits mûrs et d’humus, aux tanins fermes. Superbe rapport qualité-prix-plaisir, ce qui n’est pas rien. Toujours à la tête de leur appellation avec ce très beau Lussac-Saint-Émilion Château Tour de Grenet 2007, qui a largement mérité sa médaille d’Argent à Paris, au nez complexe (groseille, violette...), un vin gras, épicé, alliant structure et bouquet, bien corsé, qui dégage des connotations de mûre et de réglisse en finale, harmonieux et persistant. Le 2006, médaille de Bronze à Bourg, bien charnu, est riche en bouquet comme en matière, tout en bouche avec des nuances de fruits noirs compotés, aux tanins équilibrés, complet, élégant. Le 2005 est corsé, avec des arômes de fruits rouges, d’humus, d’épices, tannique et ample en bouche, de longue garde. Le 2004, riche et charnu, sent la fraise des bois et l’humus, un vin velouté, de belle matière, très réussi. Le 2003 est un vin de bouche puissante, fin, bien charnu, équilibré, parfumé (griotte, mûre), de très bonne évolution. Excellent 2002, très bien élevé, très équilibré, aux tanins fermes, au nez persistant, un vin de bouche flatteuse et longue à la fois, qui se goûte très bien actuellement. Le 2001 est riche, charmeur, aux notes complexes où dominent les épices et l’humus, à la tête de son appellation. Remarquable 2000, aux tanins savoureux, très bien élevé, tout en nuances aromatiques, avec des notes de cerise confite et d’épices. Joli 99, fin et corsé à la fois, charnu, où dominent les fruits mûrs et les épices. Le 98 se goûte très bien, un millésime très classique, très parfumé avec des notes de mûre, riche en couleur. Château MALEDAN : Très bien classé, et c’est mérité. Un Bordeaux issu d’un vignoble situé entre Dordogne et Garonne, sur un plateau élevé, composé d’un sol argilo-graveleux avec par endroits de l’alios, qui confère des Vins bien équilibrés et souples, avec des arômes de fruits rouges mûrs. Le 2007 est tout en souplesse, marqué par les petits fruits rouges frais, coloré et bouqueté, très agréable. Le 2006 allie puissance et souplesse, avec ce nez où domine le pruneau, très parfumé, très équilibré, avec des tanins ronds. Le 2005 est charpenté et harmonieux, aux connotations fruitées, un vin corsé comme il le faut, qui commence à s’ouvrir. Château LE GRAVILLOT: Un vrai coup de cœur pour leur Lalande-de-Pomerol 2007, très coloré, bien charnu, au nez puissant et subtil à la fois, aux notes de fruits mûrs et de truffe, fondu, un vin intense, d’une belle intensité d'arômes au palais (framboise, épices), associant distinction et richesse. Remarquable 2006, qui a d’ailleurs récolté une médaille d’Argent à Bruxelles et une autre à Mundus Vini,parfumé, harmonieux, aux arômes délicats et denses, est un vin de bouche étoffée, avec des notes poivrées où se mêlent la mûre et la violette, aux tanins très équilibrés. Le 2005 est typé, aux tanins fermes et soyeux à la fois, de bouche corsée, un vin de belle couleur pourpre, bien charpenté, de garde comme ce 2003, bien équilibré et souple avec des arômes fondus de boisé et de petits fruits rouges mûrs, d’une très belle intensité.

    Château CLOS DES PRINCE

    Château CLOS DES PRINCE

    (SAINT-ÉMILION)
    Marie-Christine Prince
    À Saint-Laurent-des-Combes
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 84 64 14 et 06 76 81 04 11
    Télécopie : 05 57 84 64 54
    Email : vignobles-prince@wanadoo.fr

    Vignoble de 2 ha, sur sables siliceux et profonds et de crasses de fer en sous-sol, avec une moyenne d’âge des vignes de 35 ans (90% Merlot et 10% Cabernet franc). Valeur sûre avec ce Saint-Émilion GC 2006, très charmeur comme il se doit dans ce millésime tout en souplesse, aux tanins fins, de bouche fruitée et charnue, un vin charpenté, aux nuances de mûre et d’humus, de bouche intense. Riche et complexe, le 2005 allie charpente et distinction, de belle robe intense, un vin d’une jolie concentration en bouche, aux notes de groseille, de fumé et de poivre, de garde. Le 2004 se goûte très bien, un vin de caractère, typé, aux tanins fermes et soyeux à la fois, de bouche corsée, au nez délicat d’épices et de fruits macérés. Puissant, le 2003, ample et coloré comme il le faut, aux arômes de fruits mûrs (groseille, cerise) et d’épices, aux tanins souples et bien présents à la fois, est un vin chaleureux. Excellent 2001, aux senteurs de cassis et de pruneau, aux tanins équilibrés, de bouche pleine.

    Château la ROSE- POURRET

    Château la ROSE- POURRET

    (SAINT-ÉMILION)
    M. Warion

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 71 13
    Télécopie : 05 57 74 43 93
    Email : contact@la-rose-pourret.com
    Site : www.la-rose-pourret.com

    Le vignoble familial (depuis 200 ans) s’étend sur 8 ha. La génération actuelle maintient la tradition en travaillant avec passion les Merlot (70%) et Cabernet (30%), plantés sur des sols argilo-sableux sur crasse de fer et sables anciens. Les labours, les vendanges manuelles, la vinification traditionnelle, l’élevage en barriques neuves renouvelées par 1/3 chaque année... Tout cela explique ce Saint-Émilion GC 2007, qui sent bon la griotte et les sous-bois, de bouche puissante et souple à la fois, un vin de couleur rubis profond, très bien élevé, de très bonne évolution. Beau 2006, d’une belle teinte velouté et soyeuse, aux senteurs de cassis, de pruneau et d’épices, racé, aux tanins riches et savoureux, tout en bouche, un vin rond et bien charpenté. Le 2005 est bien charnu, concentré et gras, dense, au nez dominé par le pruneau et le poivre, finement boisé, de très bonne évolution. Le 2004 est de belle robe soutenue, aux tanins mûrs et présents à la fois, très parfumé, corsé, harmonieux et persistant, un vin d’excellente évolution. Le 2003, de belle robe grenat, est charnu, aux arômes d’épices, de fruits rouges cuits et de cuir, aux tanins fermes et soyeux à la fois. Le 2000 est riche en couleur comme en matière, au nez de fruits et d’humus, légèrement épicé, tout en finale.


    Château CLOS de SARPE

    Château CLOS de SARPE

    (SAINT-ÉMILION)
    Sca Beyney
    Place du 11 Novembre 1918
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 72 39
    Télécopie : 05 57 74 47 54
    Email : hotel@palais-cardinal.com
    Site : www.clos-de-sarpe.com

    Ce Saint-Émilion GC 2007 est concentré, aux tanins soyeux, au nez complexe (épices, fruits rouges frais...), alliant finesse et charpente, très séduisant, d’une belle structure, aux connotations de fruits, de cannelle et d’humus en bouche, prometteur. Excellent 2006, bien charpenté, corsé, distingué en bouche avec des nuances de fruits des bois et de fumé, au nez légèrement épicé, aux tanins bien présents et fondus à la fois, de très bonne évolution
    Château TOUR SAINT-PIERRE

    Château TOUR SAINT-PIERRE

    (SAINT-ÉMILION)
    Indivision Goudineau
    BP 9
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 70 23
    Télécopie : 05 57 74 42 74
    Email : toursaintpierre@free.fr

    Un vignoble de 12 ha (80% Merlot, 10% Cabernet-Sauvignon, 10% Cabernet franc) cultivé sans utilisation de désherbant chimique ou d’insecticide. On se fait plaisir avec ce Saint-Émilion GC 2007, un vin avec de la structure, de charpente très élégante, tout en nuances aromatiques, aux notes de cassis, de pruneau et d’épices, de belle robe soutenue, harmonieux, de très bonne évolution. Le 2006 est tout en harmonie, au nez délicat de fruits rouges cuits et d’humus, alliant finesse et richesse, avec en bouche des nuances de fumé et de prune, aux tanins soyeux mais présents, très classique de cet excellent millésime. Beau 2005, aux tanins soyeux et fermes à la fois, au nez complexe et subtil dominé par le cassis mûr et l’humus. Le 2004, tout en couleur et en matière, très typé, gras, au nez subtil, avec ces notes très caractéristiques et persistantes de fumé et d’épices, aux tanins puissants mais très fins, qui mérite de la patience pour en profiter pleinement. Le 2003 est coloré et très aromatique, d’une grande subtilité en bouche, aux senteurs de cassis, de cuir et de truffe, très corsé, bien charpenté, aux tanins fermes mais d’une grande élégance. Beau 2002, gras, complet, un vin ample et dense en bouche, qui poursuit une fort belle évolution. Le 2001, de couleur grenat, d’une belle concentration, aux notes de fruits rouges mûrs et d’épices, allie distinction et richesse. Très beau 2000, typé, au nez complexe, de bouche puissante et parfumée. Remarquable rapport qualité-prix.
    vins du siecle

    Clos TRIMOULETSAINT-ÉMILION Clos TRIMOULET

    Clos TRIMOULET

    (SAINT-ÉMILION)
    Guy, Alain et Joël Appollot

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 71 96
    Télécopie : 05 57 74 45 88
    Email : clostrimoulet@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/clostrimoulet

    “Le 2009 est un grand vin très riche avec des degrés élevés, nous précise Alain Appollot, ce sera la particularité du millésime. Pour le 2008, élevage un peu plus long en barriques que pour le 2007, car le vin était plus apte à supporter la barrique. Le 2007 est un millésime miraculeux, la nature a été généreuse avec nous. Nous avons commencé les vendanges fin septembre pour finir mi-octobre, l’état sanitaire était très satisfaisant, il faisait très beau donc nous avons ramassé des raisins à parfaite maturité, en prenant notre temps. Grâce à notre travail en amont, aux soins que nous avions apportés à la vigne durant tout l’été, les raisins étaient très jolis, les analyses étaient d’ailleurs très bonnes, surprenantes même, révélant des PH tout à fait corrects. Cela donne des vins très fruités, d’un bel équilibre, des vins assez classiques finalement. Pour l’élevage, nous n’avons pas trop utiliser de bois neuf, nous ne tenons pas à masquer les vins. Je respecte le millésime et ses caractéristiques, je ne cherche pas à les gommer mais au contraire à souligner le meilleur.” Pour s’en assurer, il suffit de goûter ce beau Saint-Émilion GC 2007, de bouche fondue et parfumée, classique, tout en rondeur, de couleur rubis intense, au nez où dominent la groseille et les sous-bois, avec des tanins ronds, associant richesse et harmonie, corsé et épicé comme il le faut. Le 2006, marqué par des notes de fruits noirs très mûrs et des touches finement boisées, de bouche suave, qui développe des tanins fondus et structurés. Remarquable 2005, dense, encore fermé, un vin puissant et persistant, aux tanins harmonieux et riches, charpenté, alliant structure et velouté en bouche, d’excellente évolution. Le 2004, médaille de Bronze 2007, un grand classique libournais, assez souple, est d’un beau rouge profond, légèrement boisé pour maintenir un bel équilibre et d’une grande finesse, une belle rondeur, avec des notes de fruits mûrs, pas spécialement de grande garde, un vin plaisir tout en “dentelle”. Voir le Château Chevalier-Saint-Georges en Montagne-Saint-Émilion. Château CHEVALIER-SAINT-GEORGES : Au sommet également de leur appellation avec ce Montagne-Saint-Émilion 2007, bien typé, aux senteurs très persistantes de fraise et de muscade, tout en bouche, au nez complexe, de belle robe grenat, très équilibré, aux tanins mûrs, un vin souple, parfumé, bien classique. Beau 2006, au nez où dominent le pruneau et les sous-bois, un vin de bouche flatteuse et riche à la fois, suave, avec des tanins veloutés, tout en bouche. Le 2005, d’une belle structure, un bel équilibre, un vin avec des arômes fruités, très agréable à déguster dès à présent. Mêmes propriétaires que le Clos Trimoulet (voir Saint-Émilion).

    Château VIEUX-POURRET

    Château VIEUX-POURRET

    (SAINT-ÉMILION)
    Mme Richert-Boutet
    Miaille
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 68 17 et 06 80 64 49 75
    Télécopie : 05 57 24 63 27
    Email : château.vieux.pourret@orange.fr
    Site : www.chateau-vieux-pourret.fr

    Vignoble de 6 ha, en conversion biodynamique (agriculture exempte de produits chimiques), dont l’étiquette 2005 porte le label. Très réussi, le Saint-Émilion GC 2007, d’un beau rouge profond, est ample, velouté et fruité en bouche, avec des tanins souples et bien fermes à la fois, vraiment charmeur avec ce nez où dominent la groseille mûre et la violette, tout en complexité aromatique, de bonne évolution. Excellent 2006, de bouche persistante avec ces nuances de fumé caractéristiques, bien équilibré, d’une grande harmonie, de belle charpente. Le 2005, au bouquet développé, aux nuances fruitées et giboyeuses, est un vin complet, avec des tanins denses et harmonieux, d’excellente garde bien sûr. Le 2003, de couleur pourpre, corsé, savoureux, aux tanins riches, au nez complexe (cuir, truffe), allie rondeur et charpente. Le 2002, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de cerise noire, est ample comme le 2001, aux notes de fruits légèrement confits.

    Château VIEUX RIVALLON

    Château VIEUX RIVALLON

    (SAINT-ÉMILION)
    Scea Bouquey Rivallon

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 51 35 27
    Télécopie : 05 57 51 95 02
    Email : chateauvieuxrivallon@orange.fr

    Un excellent Saint-Émilion GC 2006, bien corsé, qui fleure bon la framboise et les épices, de robe grenat soutenu, de bonne base tannique, un vin subtil mais riche, de bouche fondue, qui allie puissance et souplesse. Le 2005, est un vin corsé, ample et typé, au nez légèrement épicé, avec en bouche des nuances de groseille mûre, aux tanins présents, d’excellente garde comme en atteste ce 2000, velouté, aux senteurs d’épices et de petits fruits rouges à noyau, de très bonne bouche, où s’entremêlent des nuances de violette et de framboise, avec une pointe de poivre, un vin qui associe persistance et distinction.
  • Pin it!

    Les belles affaires en Saint-Emilion Grands Crus

    Les belles affaires en Saint-Emilion Grands Crus

    Château CANTENACSAINT-ÉMILION Château CANTENAC

    Château CANTENAC

    (SAINT-ÉMILION)
    Nicole Roskam-Brunot

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 51 35 22
    Télécopie : 05 57 25 19 15
    Email : nicole.roskam@chateau-cantenac.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateaucantenac
    Site : www.chateau-cantenac.fr

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, ce qui n’est pas rien. La chaleureuse Nicole Roskam-Brunot qui, aidée de son fils Frans Roskam, ingénieur-œnologue, maîtrise l’élaboration de son vin et l’élevage en barriques. Les 12,5 ha s’étendent dans le prolongement du coteau saint-émilionnais, dominant la vallée de la Dordogne. Il est composé de 75% de Merlot, de 24% de Cabernet franc et 1% de Cabernet-Sauvignon, dont la moyenne d’âge atteint actuellement 35 ans, planté sur un terrain sablo-graveleux sur argile qui permet une excellente maturation du raisin et donc une meilleure régularité dans les millésimes. Vous aimerez comme nous ce Saint-Émilion GC Château Cantenac Climat 2007, de bouche ample et bien parfumée, très légèrement épicé comme il se doit, tout en arômes (petits fruits noirs), tout en charme, bien charnu, de robe soutenue. Le 2006, au nez dominé par des arômes de fumé, d’humus et de cerise noire, un vin très équilibré, de bouche bien ample, ferme et persistant, de garde comme le 2005, tout en couleur et en matière, au nez subtil, avec ces notes très caractéristiques et persistantes de griotte, de fumé et d’épices, tout en bouche, charnu comme il se doit, de belle charpente. Beau 2004, long en bouche, au nez légèrement épicé, finement tannique, avec des notes caractéristiques et persistantes de mûre et d’épices. Le Château Cantenac Sélection Madame 2006 est très savoureux, coloré, où dominent les épices et l’humus, de bouche ample, bien charpenté. Goûtez aussi le Lussac-Saint-Émilion Château Moulin de Grenet, au bouquet ample, riche, aux arômes de réglisse et de mûre.
    LEXIQUE DU VINA - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z
    Château de FERRAND

    Château de FERRAND

    (SAINT-ÉMILION)
    Directeur : Thomas Guibert
    A Saint-Hippolyte
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 74 47 11
    Télécopie : 05 57 24 69 08
    Email : info@chateaudeferrand.com
    Site : www.chateaudeferrand.com

    Un domaine de 30 ha de vignes d’un seul tenant. Tout en bouche, le Saint-Émilion GC 2007, de couleur rubis soutenu, corsé, équilibré, très parfumé, aux tanins fermes, d’une belle persistance, de bouche fondue et parfumée, intense, au nez complexe, gras, de bonne charpente. Le 2006 dégage une belle harmonie entre rondeur et charpente, un vin corsé et typé, très parfumé (humus, griotte, mûre), aux tanins denses et savoureux, alliant souplesse et charpente, d’excellente garde. Beau 2005, tout en finesse d’arômes, très équilibré, où la structure prédomine, un vin ample et corsé à la fois. Le 2004, de robe foncée, tout en nuances, aux tanins riches, au nez de petits fruits noirs bien mûrs, légèrement épicé, un vin typé et tout en bouche.

    Château FERRAND LARTIGUESAINT-ÉMILION Château FERRAND LARTIGUE

    Château FERRAND LARTIGUE

    (SAINT-ÉMILION)
    Maxime Bontoux
    Lieu dit Lartigue
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 56 67 78 02
    Télécopie : 05 56 08 01 89
    Email : ferrandlartigue@vitisvintage.com
    Site : www.vitisvintage.com

    Coup de cœur pour ce Saint-Émilion GC 2006, charpenté et charnu, aux senteurs de griotte, de framboise et de cuir, de bouche ample, aux nuances de cassis et d’épices, aux tanins harmonieux mais structurés à la fois, un vin de bouche soyeuse, de couleur profonde, qui poursuit son évolution. Le 2005 est riche au nez comme au palais, légèrement épicé comme il se doit, un vin coloré et puissant, de garde. Le 2004 se goûte très bien, charnu, mêlant richesse et finesse, aux notes de fruits mûrs caractéristiques (griotte, pruneau), un vin tout en bouche et charmeur, bien typique de ce millésime qui mérite d’être pris au sérieux. Même propriétaire que le Château Grand Lartique et du Château Tourteau-Chollet (voir région Graves).

    jeu concours
    Château la FLEUR MORANGE

    Château la FLEUR MORANGE

    (SAINT-ÉMILION)
    Véronique et François Julien

    33330 Saint-Pey-d'Armens
    Téléphone :05 57 47 10 90
    Télécopie : 05 57 47 16 72
    Email : julienjf33@aol.com
    Site : www.lafleurmorange.com

    Un vignoble de 2,15 ha, situé sur un sol de sable argileux avec calcaire en sous-sol et alios, l’âge moyen de la vigne est de 60 ans, ébourgeonnage, quatre tris sur pieds, double effeuillage, vendanges manuelles en cagettes, passages des grappes sur table de tri, égrenage à la main. Goûtez leur Saint-Émilion GC 2007, un vin très subtil, de couleur grenat soutenu, aux notes de fruits rouges mûrs (griotte, framboise) et de cannelle, très classique, bien corsé et gras, aux tanins souples, de bouche très harmonieuse. Le 2006 est tout en couleur et en matière, avec ces notes très persistantes de cassis et de prune, aux tanins puissants mais fins, d’une jolie finale délicatement poivrée. Le 2005, aux senteurs de cassis mûr, d’épices et de fumé, très bien élevé, est remarquable, riche et savoureux en bouche.
    Château La GARELLE

    Château La GARELLE

    (SAINT-ÉMILION)
    Mr et Mme Michel Billon
    3, La Garelle
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 61 98
    Télécopie : 05 57 24 75 22
    Email : chateaulagarelle@wanadoo.fr
    Site : www.lagarelle.com

    Un domaine de 10 ha sur sols sablonneux et argilo-calcaires, composé de 75% Merlot, 15% Cabernet-Sauvignon et 10% Cabernet franc (moyenne d’âge des vignes de 25 ans). Excellent Saint-Émilion GC 2006, de robe grenat soutenu, aux tanins denses, alliant une charpente réelle à une jolie rondeur, fort bien élevé, tout en charme et parfums. Le 2005 est corsé, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, charmeur et racé à la fois, gras, complexe, de très bonne évolution. Excellent Château du Relais Saint-Émilion GC cuvée Georgina 2006, classique des belles réussites de l’appellation dans ce millésime, ferme, tout en bouche, d’une belle couleur pourpre, tout en puissance et finesse, aux senteurs de fruits rouges surmûris, prometteur.

    MILLÉSIMES
    consultable en ligne

    gratuitement

    comme un vrai magazine,
    en tournant les pages…

    Cliquez ici
    UNIQUE EN FRANCE


    Château la GRÂCE DIEU LES MENUTSSAINT-ÉMILION Château la GRÂCE DIEU LES MENUTS

    Château la GRÂCE DIEU LES MENUTS

    (SAINT-ÉMILION)
    Vignobles Pilotte-Audier earl

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 73 10
    Télécopie : 05 57 74 40 44
    Email : chateau@lagracedieulesmenuts.com
    Site : www.lagracedieulesmenuts.com

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Propriété familiale depuis 6 générations, qui s'étend sur 16 ha entre les croupes graveleuses de Pomerol et le plateau calcaire de Saint-Émilion. Le vignoble est composé à 70% de Merlot, 25% de Cabernet franc et 5% de Cabernet-Sauvignon, avec des parcelles plus que cinquantenaires. “Nous adaptons les techniques culturales à chaque parcelle, nous précise Odile Audier, afin de produire des raisins représentatifs d'un cep de vigne dans un contexte donné en respectant un environnement et un objectif qualité. C'est pourquoi notre vin est l'expression d'une mosaïque de terroir : certains terroirs apportant structure et matière et d'autre rondeur, finesse et velouté. Les raisins sont cueillis manuellement et triés délicatement par une équipe de vendangeurs fidèles avant la merveilleuse alchimie de la vinification où se conjuguent tradition et évolution. Nos techniques de vinification s’adaptent à la typicité du millésime afin d'en préserver l'authenticité. Les Vins sont élevés en barriques de chêne français durant environ 12 mois. Chaque année, un millésime unique, reflet de nos observations, réflexions, parfois doutes mais toujours témoignage de notre passion.” Vous aimerez comme nous son Saint-Émilion GC 2007, de couleur profonde et fraîche, au nez fruité, aux accents de cassis et de bigarreau, de bouche ample et opulente, au boisé fin avec des tanins fondus. Un millésime friand, équilibré et déjà expressif. Beau 2006, savoureux, qui développe un nez de groseille et de fraise des bois très mûre, très élégant, d’une belle robe sombre, très bien équilibré, de bouche subtile aux nuances d’épices. Le 2005, charmeur et racé à la fois, est gras, complexe, de robe intense, de bouche persistante avec des arômes d’épices, de cuir et de myrtilles, d’une belle subtilité, aux nuances de fumé caractéristiques, d’une grande harmonie, prometteur. Le 2003, intense en couleur comme en arômes, fleure bon les fruits mûrs et les épices, tannique, auquel il faut laisser du temps pour s’exprimer au mieux.

    Château GRAND LARTIGUESAINT-ÉMILION Château GRAND LARTIGUE

    Château GRAND LARTIGUE

    (SAINT-ÉMILION)
    Maxime Bontoux
    Lieu dit Lartigue
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 56 67 78 02
    Télécopie : 05 56 08 01 89
    Email : grandlartigue@vitisvintage.com
    Site : www.vitisvintage.com

    L’autre propriété reprise par Maxime Bontoux, qui devrait lui redonner ses lettres de noblesse, comme il a su le faire au Château Tourteau-Chollet, notamment (voir région Graves). On y savoure ce Saint-Émilion GC 2006, de robe pourpre, aux notes de cassis et de poivre, de bouche chaleureuse, alliant puissance et finesse, un vin bien charnu, aux tanins soyeux. Le 2005 est classique de ce grand millésime, plein, séveux, généreux en bouche, corsé et typé, avec ces connotations de truffe et de fruits macérés, de belle évolution.

    Rejoignez-moi sur Facebook

    Château GUILLEMIN LA GAFFELIÈRE

    Château GUILLEMIN LA GAFFELIÈRE

    (SAINT-ÉMILION)
    Sylvie Courreaud-Fompérier
    La Gaffelière
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 74 46 92
    Télécopie : 05 57 74 49 16
    Email : lecellierdesgourmets@wanadoo.fr

    Vignoble sur sol et sous-sol argilo-calcaires (62% Merlot noir, 25% Cabernet franc, 10% Cabernet-Sauvignon et 3% Malbec), avec une moyenne d’âge des vignes de 30 ans (labour des sols, vendanges manuelles triées, élevage en barriques...). Le Saint-Émilion GC 2007 est un vin très élégant, tout en bouche, bien épicé, avec des notes de groseille et de cuir, et des tanins bien enrobés, de robe grenat, mariant rondeur et structure. Excellent 2006, aux tanins savoureux, bien corsé et gras, avec cette pointe d’épices et cette charpente à la fois puissante et souple, à déguster sur un pavé de bœuf. Le 2005, est d’une grande maturité et de bel équilibre, ample et velouté en bouche, avec des notes de fruits rouges à l’alcool, un vin qui séduit par son authenticité et sa longueur, encore jeune. Excellent 2003, qui se goûte très bien aujourd’hui, de couleur profonde, charnu, aux nuances de pruneau, alliant charpente et rondeur, le tout à des prix très sages.

    Château HAUT-ROCHER

    Château HAUT-ROCHER

    (SAINT-ÉMILION)
    Jérôme de Monteil
    Saint-Etienne-de-Lisse
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 40 18 09
    Télécopie : 05 57 40 08 23
    Email : ht.rocher@vins-jean-de-monteil.com
    Site : www.vins-jean-de-monteil.com

    Jean et Elisabeth de Monteil prennent une retraire méritée, et c’est le frère de Jean, Jérôme, avec son épouse, Béatrice, qui, aidés du fils de Jean, Christophe, reprennent le flambeau familial. Très classique, ce Saint-Émilion GC 2007 (vignoble de 9 ha, vignes de 37 ans, 65 % Merlot, 20% Cabernet franc, 12% Cabernet-Sauvignon et 3% Malbec), est bien corsé, aux senteurs de violette et de framboise, associant puissance et finesse, aux tanins savoureux, de bouche délicate où prédominent le cassis et les sous-bois, très charmeur. Le 2006 est de robe pourpre soutenu, d’une belle concentration, aux notes de griotte mûre et d’épices, un vin qui mêle harmonie et richesse, typicité et souplesse, de très bonne garde. Le 2005 est intense, harmonieux, aux connotations fruitées (griotte, cassis) et épicées, un vin savoureux et typé, aux nuances de mûre et d’humus en finale, de très bonne garde. Le 2004, avec ses senteurs de cassis mûr et de cannelle, harmonieux, aux tanins soyeux, est très réussi, de bouche complexe. Le 2003 est coloré et très parfumé, d’une jolie concentration en bouche, aux notes de fruits rouges et de réglisse, charnu, aux tanins bien souples mais bien riches. Le 2002, où domine le pruneau, est très équilibré, avec des tanins ronds mais bien présents, de bouche persistante, d’excellente évolution. Le 2001, aux tanins très élégants mais très fermes également, est légèrement épicé en finale. Le 2000 est de couleur soutenue et intense, au nez de mûre et d’humus, un vin charnu, aux tanins riches, qui commence à s’apprécier pleinement sur un confit de porc, par exemple. Goûtez son Saint-Émilion Pavillon du Haut-Rocher 2006, avec des notes de fruits bien mûrs, de cassis et de framboise, aux tanins ronds et présents, fin et charnu à la fois. Le Côtes-de-Castillon Château Bréhat 2005 (8,5 ha sur terroir argilo-limono-sableux sur sous-sol calcaire, 65% Merlot, 15% Cabernet franc et 20% Cabernet-Sauvignon), est de robe brillante, développant des parfums de fruits rouges cuits, avec une bouche riche qui dévoile une base tannique bien présente, un joli vin classique, qui poursuit son évolution.

    Clos LABARDE

    Clos LABARDE

    (SAINT-ÉMILION)
    Nicolas Bailly
    Bergat
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 74 43 39
    Télécopie : 05 57 74 40 26
    Email : nicolasbailly.closlabarde@sfr.fr

    Le vignoble (4,6 ha) est planté à l’est de Saint-Émilion, sur un coteau argilo-calcaire. Les méthodes de culture sont à l’ancienne : on pratique le labour et on n’utilise pas de désherbant, les vendanges sont faites manuellement, les grappes sont triées sur tapis et éraflées, le chai a été rénové, parfaitement équipé pour pratiquer des cuvaisons longues contrôlées par thermorégulation. L’élevage dure de 18 à 22 mois dans des barriques de chêne dont 1/3 renouvelé chaque année. Beaucoup aimé ce Saint-Émilion GC 2007, long en bouche, au nez légèrement épicé, finement tannique, avec des notes spécifiques et persistantes de mûre et d’épices. Le 2006, au nez légèrement vanillé, allie une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, parfumé, chaleureux et corsé, exhalant au palais des notes de baies sauvages, de très bonne évolution. Le 2005, de couleur grenat intense, est charnu comme nous les aimons, aux notes de pruneau, un vin marqué par son équilibre et son harmonie, qui associe puissance et distinction, bien corsé, de garde. Le 2004, aux arômes de fruits mûrs (groseille, cerise) et d’épices, présente des tanins souples et bien présents à la fois, un vin de bouche chaleureuse. Le 2003 est un vin de couleur pourpre intense, au nez puissant et subtil à la fois, aux notes de fruits mûrs (cassis, griotte) et de truffe. Le 2002, très parfumé, bien typé, qui associe couleur et matière, au nez complexe à dominante de fruits frais et d’humus, aux tanins puissants et moelleux à la fois, est de très bonne bouche, à déboucher sur une entrecôte à la moëlle. Redégusté cette année, le 99 est un bel exemple de la typicité de ce cru et de son potentiel d’évolution : très parfumé (cassis, fraise des bois), d’une belle structure, ample et volumineux, aux tanins veloutés, bien charnu comme il se doit.

    Château MANGOTSAINT-ÉMILION Château MANGOT

    Château MANGOT

    (SAINT-ÉMILION)
    Anne-Marie et Jean-Guy Todeschini
    Saint-Étienne-de-Lisse
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 40 18 23
    Télécopie : 05 57 56 43 97
    Email : todeschini@chateaumangot.fr
    Site : www.chateaumangot.fr

    “Nos deux fils Karl et Yann se sont joints à nous depuis quelques mois, nous dit-on, et le 2008 sera pour nous le premier millésime réunissant plusieurs générations.” En attendant, il y a leur Saint-Émilion GC 2007, remarquablement élevé, au nez intense de petite cerise noire mûre et d’humus, velouté, de belle charpente, ample et corsé en bouche, tout en nuances aromatiques au palais (cassis, épices), de très bonne évolution. Très réussi, le 2006, de belle robe rubis intense, est un vin classique, dense, bien corsé, riche et subtil, au nez où l’on retrouve la groseille et les sous-bois, de bouche ample et chaleureuse. Le 2005, de couleur pourpre, est bien charnu comme il se doit, aux tanins fermes et soyeux à la fois, très bien élevé, tout en nuances avec des notes de griotte et de cannelle. Excellent 2004, d’un bel équilibre tannique, bien élevé, au nez complexe (griotte, épices), tout en bouche, de très bonne garde. La cuvée Quintessence 2006, très aromatique au palais, aux tanins équilibrés, au nez subtil dominé par les petits fruits rouges à noyau et la cannelle, est tout en charme, de bonne garde. Le Côtes-de-Castillon Château La Brande cuvée Réservée 2006 (23 ha plantés majoritairement de Merlot), est tout en arômes, charnu et gras, au nez intense et complexe, corsé, avec des nuances de framboise et de mûre, de bonne garde.
    Château MAUVINONSAINT-ÉMILION Château MAUVINON

    Château MAUVINON

    (SAINT-ÉMILION)
    Famille Tribaudeau
    Saint-Sulpice-de-Faleyrens
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 64 79
    Télécopie : 05 57 74 44 96
    Email : chateaumauvinon@sfr.fr
    Site : www.chateau-mauvinon.com

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Ces propriétaires charmants et passionnés sont rejoints par leur fils, Jean-Édouard, diplômé de Purpan (Toulouse) qui vient donner sa “patte” aux Vins de la propriété. Belle dégustation sur place et un vrai coup de cœur pour leur Saint-Émilion GC 2007, légèrement épicé comme il se doit, de couleur profonde, avec beaucoup de structure, aux senteurs délicates où prédominent le cassis et les sous-bois, un vin qui associe charme et souplesse, généreux et de très bonne garde. Remarquable 2006, très typé, intense et délicat, un vin ample, charnu et charpenté, qui sent bon les fruits cuits et les sous-bois, de bouche puissante mais très élégante, avec beaucoup de potentiel. Le 2005, corsé, riche en couleur comme en matière, persistant, au nez dominé par la fraise des bois, mariée à des notes de cuir et d’humus, aux tanins présents et soyeux à la fois, un vin riche et structuré, d’une bonne longueur en bouche, de garde. Le 2004 est gras, parfumé, bien classique, corsé, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, avec des tanins riches et veloutés à la fois, tout en charpente. Le 2003, avec ces arômes caractéristiques d’épices et de griotte, est superbe, bien charnu, typé, de couleur grenat, savoureux en bouche, concentré, un vin gras et persistant, avec un beau volume en finale, vraiment remarquable. Le 2002, avec des nuances se définissant par des arômes de framboise, de fraise des bois, est un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples, tout en bouche, encore très jeune. Superbe 2001, au nez puissant et subtil à la fois, de belle charpente, aux connotations de cerise noire, de cuir et de truffe, un vin dense, complexe et fondu. Le 2000, puissant et bien savoureux, est ample, de couleur profonde, un vin avec beaucoup de structure, au nez subtil et épicé, qui poursuit une très belle évolution, idéal sur un gigot. Le 99 est très savoureux actuellement, intense en couleur et en arômes, très parfumé (mûre, poivre…), un vin de bouche charnue, bien persistant en finale. Remarquable rapport qualité-prix, et un accueil de premier ordre.

    Clos des MENUTS Famille Rivière

    Clos des MENUTS Famille Rivière

    (SAINT-ÉMILION)
    Philippe Rivière
    Rue de l’Abbé-Bergey
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 55 59 59
    Télécopie : 05 57 55 59 51
    Email : mriviere@riviere-stemilion.com

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Sympathique et passionné, Philippe Rivière s’attache à élever des Vins qui restent dans un excellent rapport qualité-prix-typicité. Sa propriété s’étend sur 25 ha. Le sol, en partie argilo-calcaire et principalement argilo-sableux à sous-sol d’alios avec crasse de fer, permet un excellent drainage (75% Merlot, 15% Cabernet-Sauvignon et 10% Cabernet franc). Le Saint-Émilion GC 2007 est très parfumé, bien typé, fort bien élevé, marie couleur et matière, au nez expressif à dominante de fruits frais et d’humus, aux tanins moelleux, un vin ferme et charmeur. Le 2006, très classique, de couleur intense et sombre, avec des arômes puissants et subtils où s’entremêlent les épices, les fruits rouges et les baies sauvages, un vin de bouche complexe, ronde, charnue et structurée, d’une longue finale. Le 2005, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux senteurs de fruits cuits, de cannelle et d’humus, est très équilibré au nez comme en bouche. Le 2004, de couleur grenat, est savoureux au palais, concentré, bien marqué par son terroir, gras et persistant, riche en arômes comme en structure, aux tanins fins.

    Château ORISSE du CASSE

    Château ORISSE du CASSE

    (SAINT-ÉMILION)
    Danielle Dubois
    Saint-Sulpice-de-Faleyrens
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 72 75
    Télécopie : 05 40 54 08 01
    Email : dubricru@terroirsenliberte.com
    Site : www.terroirsenliberte.com

    Tout en bouche, le Saint-Émilion GC 2007 est bien élevé, tout en nuances d’arômes (violette, groseille mûre...), aux tanins soyeux, un vin complexe et harmonieux, avec des notes de cassis et d’épices en finale, de bouche fondue. Le 2006, charpenté et harmonieux, est bien caractéristique de ce que doit être un vin de cette appellation, au nez présent avec des notes de violette, de réglisse et de pruneau, qui associe puissance et distinction, aux tanins denses, gras en bouche, d’une très jolie persistance. Le 2005, charnu, riche et structuré, au nez épicé, allie une charpente réelle à une jolie rondeur en bouche, un vin avec beaucoup de structure, riche en couleur comme en arômes, avec ces notes de fruits noirs mûrs (groseille, mûre) et d’épices. Le 2004 développe des notes épicées, au nez complexe où dominent les petits fruits noirs à noyau, riche et souple à la fois, très savoureux. Beau 2003, puissant en bouche, corsé, charpenté, avec des arômes intenses (cassis, sous-bois, truffe) et persistants, qui poursuit son évolution. Le 2002 est bien dense, très bien structuré, riche, parfumé, aux notes de fruits mûrs, tout en bouche, un vin au nez intense et complexe (fraise des bois, violette, cuir...), de couleur profonde, d’un bel équilibre, aux tanins savoureux. Beau 2001, de belle couleur grenat, intense, corsé, velouté, très parfumé, avec ces notes subtiles de sous-bois et de truffe, aux tanins fermes et ronds à la fois, fondu en bouche. Goûtez aussi “LE P”, une cuvée spéciale, avec des notes de fumé et d’épices, aux tanins souples mais puissants, un vin gras et de belle charpente, harmonieux en bouche. Le Côtes-de-Castillon Arthus, à la tête de son appellation (voir le Classement des Côtes), est très bien élevé, au nez de myrtille, de violette et d’épices douces, gras, où la puissance s’allie à la finesse, un vin de couleur profonde aux reflets violacés, aux tanins amples.

    OUZOULIAS et FilsSAINT-ÉMILION OUZOULIAS et Fils

    OUZOULIAS et Fils

    (SAINT-ÉMILION)
    Claire Ouzulias
    17, rue du Colonel Picot - BP 93
    33500 Libourne
    Téléphone :05 57 51 07 55
    Télécopie : 05 57 25 18 27
    Email : ets.ouzoulias@wanadoo.fr
    Site : www.ouzoulias-vins.com

    Ici, on élève des vins en respectant la grande tradition libournaise, sans esbroufe ni manipulations œnologiques, et l’on a bien raison. Vous aimerez leur Saint-Émilion GC Château Franc-Pourret 2007 (agriculture biologique certifié Ecocert), bien corsé, de couleur rubis, parfumé (violette, fruits mûrs, épices), gras, très équilibré, aux tanins savoureux, un vin à déboucher sur une pintade à la broche. Excellent Saint-Émilion GC Domaine du Haut-Patarabet 2005, au nez où prédominent la griotte, le cuir et les sous-bois, alliant rondeur et structure, tout en bouche, qui associe cette jolie structure à des notes finement boisées, un vin séducteur, de très bonne évolution. Goûtez leur Graves blanc l’Odyssée 2007, doté d’une étiquette épurée et élégante à la fois, tout en fruité, fin et suave à la fois. Beau rapport qualité-prix. À leurs côtés, ce Saint-Émilion Bio Clos Chante l’Alouette 2005. “Le vin de Clos Chante l’Alouette, poursuit François, offre au dégustateur toute la générosité d’un Saint-Émilion et une rondeur due à un raisin bien mûr, le fruit est bien présent, grâce à un travail au chai qui a su révéler avec finesse toute la générosité de ce millésime.” Il a raison puisque ce vin est coloré, bien typé, fin et corsé à la fois, finement épicé, un vin tout en bouche, harmonieux et puissant, à déboucher sur un confit de porc. Beau Margaux La Fleur Saint-Vincent 2005, parfumé, associant couleur et matière, très équilibré, aux tanins mûrs, au nez de cassis et d’épices, ample, très prometteur. À la suite, le Loupiac L’Or de Calydon 2005, bien structuré en bouche, avec des arômes très fins et rafraîchissants d’agrumes, de menthe, de miel, d’une belle persistance. “Par le passé, précise Claire Ouzoulias notre Loupiac n’avait pas de nom, nous lui en avons donné un et avons refait l’étiquette afin que celle-ci soit en harmonie avec le cru. L’ensemble reflète un vin et un packaging élégant et harmonieux.” Goûtez encore le Saint-Julien l’Inattendu 2006, d’une belle robe pourpre, très typé, qui allie finesse et concentration, au nez très intense (mûre, cassis), de bouche subtilement épicée, un vin complexe, d’une belle finale, de garde. Deux magnifiques chambres d’hôtes tenues par Catherine Ouzoulias au Château Franc-Pourret vous offriront détente et bien être au cœur du vignoble.


    Château PIGANEAUSAINT-ÉMILION Château PIGANEAU

    Château PIGANEAU

    (SAINT-ÉMILION)
    Jean-Baptiste et Vincent Brunot
    1, Jean-Melin
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 55 09 99
    Télécopie : 05 57 55 09 95
    Email : vignobles.brunot@wanadoo.fr
    Site : www.vignobles-brunot.fr

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, ce qui vient récompenser une régularité qualitative certaine assortie de prix particulièrement attractifs. “Nous apportons un suivi à nos vignes en limitant les traitements, nous précise Jean-Baptiste Brunot, c’est un peu la volonté générale. Nous poursuivons notre façon de faire traditionnelle, c’est ce qui fait notre réputation, en privilégiant le bon rapport qualité-prix, c’est important de nos jours. Notre 2006 est à la vente, c’est un vin très souple, assez rond, sauf le Château Gravillot qui encore est un peu plus tannique et qu’il faut laisser vieillir encore un peu. Un vin très agréable à déguster que ce soit Tour de Grenet ou Château Piganeau. Le 2007 est dans la lignée du 2006, c’est un vin souple avec de l’élégance. Il y a moins de différence entre les millésimes chez nous, nous intervenons à la vigne très tôt avec les vendanges en vert et maîtrisons parfaitement l’élevage en barriques.” Vous allez donc apprécier comme nous ce Saint-Émilion GC 2007 (6 ha, d’un terroir gravelo-sableux (83% de Merlot et 17% de Cabernet franc, terroir gravelo-sableux), avec ce nez puissant et subtil à la fois, un vin savoureux, d’une grande harmonie en bouche, avec beaucoup de fruit, riche et fin, bien typé, de belle robe profonde, aux arômes persistants de petits fruits rouges mûrs avec des notes d’épices. Très beau 2006, médailles d'Argent à Paris et de Bronze à Bourg, de robe pourpre, corsé, au nez intense de petits fruits rouges mûrs et de cuir, aux nuances de mûre et de grillé, aux tanins d’une grande suavité et d’une belle longueur en bouche. Superbe 2005, de couleur très foncée, aux notes de fruits rouges bien mûrs (griotte, framboise...), un vin aux tanins très équilibrés, de bouche pleine, tout en arômes, de belle garde. Savoureux 2004, de très bonne charpente, au nez où s’entremêlent des notes de fruits rouges bien mûrs et de sous-bois, bien corsé, un vin qui commence à s’apprécier, d’une belle longueur. Le 2003 est très savoureux, très représentatif de ce millésime charmeur, coloré, aux notes complexes où dominent la mûre, les épices et l’humus, de bouche persistante. Le 2002 est de belle robe pourpre soutenu, aux notes d’épices, de truffe et de cerise noire, harmonieux, séveux, généreux et persistant en bouche. Le 2001 est très bien élevé en barriques, d’une belle couleur rubis prononcé, avec des notes de fruits mûrs (cassis et framboise) et de réglisse. Beau 2000, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux notes de fruits, de cannelle et d’humus, très équilibré au nez comme en bouche. Le 99 est très savoureux, corsé, tout en souplesse, tout en bouche, bien épicé, avec des notes de groseille et de truffe, et des tanins très équilibrés comme à son habitude, de très bonne garde. Remarquable 98, bien coloré, charnu, qui sent la griotte, le cuir et les épices, de bouche souple et puissante à la fois, de très bonne évolution. Le 96 est riche en couleur et en arômes, aux notes de fruits mûrs et d’humus, aux tanins fermes. Superbe rapport qualité-prix-plaisir, ce qui n’est pas rien. Toujours à la tête de leur appellation avec ce très beau Lussac-Saint-Émilion Château Tour de Grenet 2007, qui a largement mérité sa médaille d’Argent à Paris, au nez complexe (groseille, violette...), un vin gras, épicé, alliant structure et bouquet, bien corsé, qui dégage des connotations de mûre et de réglisse en finale, harmonieux et persistant. Le 2006, médaille de Bronze à Bourg, bien charnu, est riche en bouquet comme en matière, tout en bouche avec des nuances de fruits noirs compotés, aux tanins équilibrés, complet, élégant. Le 2005 est corsé, avec des arômes de fruits rouges, d’humus, d’épices, tannique et ample en bouche, de longue garde. Le 2004, riche et charnu, sent la fraise des bois et l’humus, un vin velouté, de belle matière, très réussi. Le 2003 est un vin de bouche puissante, fin, bien charnu, équilibré, parfumé (griotte, mûre), de très bonne évolution. Excellent 2002, très bien élevé, très équilibré, aux tanins fermes, au nez persistant, un vin de bouche flatteuse et longue à la fois, qui se goûte très bien actuellement. Le 2001 est riche, charmeur, aux notes complexes où dominent les épices et l’humus, à la tête de son appellation. Remarquable 2000, aux tanins savoureux, très bien élevé, tout en nuances aromatiques, avec des notes de cerise confite et d’épices. Joli 99, fin et corsé à la fois, charnu, où dominent les fruits mûrs et les épices. Le 98 se goûte très bien, un millésime très classique, très parfumé avec des notes de mûre, riche en couleur. Château MALEDAN : Très bien classé, et c’est mérité. Un Bordeaux issu d’un vignoble situé entre Dordogne et Garonne, sur un plateau élevé, composé d’un sol argilo-graveleux avec par endroits de l’alios, qui confère des Vins bien équilibrés et souples, avec des arômes de fruits rouges mûrs. Le 2007 est tout en souplesse, marqué par les petits fruits rouges frais, coloré et bouqueté, très agréable. Le 2006 allie puissance et souplesse, avec ce nez où domine le pruneau, très parfumé, très équilibré, avec des tanins ronds. Le 2005 est charpenté et harmonieux, aux connotations fruitées, un vin corsé comme il le faut, qui commence à s’ouvrir. Château LE GRAVILLOT: Un vrai coup de cœur pour leur Lalande-de-Pomerol 2007, très coloré, bien charnu, au nez puissant et subtil à la fois, aux notes de fruits mûrs et de truffe, fondu, un vin intense, d’une belle intensité d'arômes au palais (framboise, épices), associant distinction et richesse. Remarquable 2006, qui a d’ailleurs récolté une médaille d’Argent à Bruxelles et une autre à Mundus Vini,parfumé, harmonieux, aux arômes délicats et denses, est un vin de bouche étoffée, avec des notes poivrées où se mêlent la mûre et la violette, aux tanins très équilibrés. Le 2005 est typé, aux tanins fermes et soyeux à la fois, de bouche corsée, un vin de belle couleur pourpre, bien charpenté, de garde comme ce 2003, bien équilibré et souple avec des arômes fondus de boisé et de petits fruits rouges mûrs, d’une très belle intensité.

    Château CLOS DES PRINCE

    Château CLOS DES PRINCE

    (SAINT-ÉMILION)
    Marie-Christine Prince
    À Saint-Laurent-des-Combes
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 84 64 14 et 06 76 81 04 11
    Télécopie : 05 57 84 64 54
    Email : vignobles-prince@wanadoo.fr

    Vignoble de 2 ha, sur sables siliceux et profonds et de crasses de fer en sous-sol, avec une moyenne d’âge des vignes de 35 ans (90% Merlot et 10% Cabernet franc). Valeur sûre avec ce Saint-Émilion GC 2006, très charmeur comme il se doit dans ce millésime tout en souplesse, aux tanins fins, de bouche fruitée et charnue, un vin charpenté, aux nuances de mûre et d’humus, de bouche intense. Riche et complexe, le 2005 allie charpente et distinction, de belle robe intense, un vin d’une jolie concentration en bouche, aux notes de groseille, de fumé et de poivre, de garde. Le 2004 se goûte très bien, un vin de caractère, typé, aux tanins fermes et soyeux à la fois, de bouche corsée, au nez délicat d’épices et de fruits macérés. Puissant, le 2003, ample et coloré comme il le faut, aux arômes de fruits mûrs (groseille, cerise) et d’épices, aux tanins souples et bien présents à la fois, est un vin chaleureux. Excellent 2001, aux senteurs de cassis et de pruneau, aux tanins équilibrés, de bouche pleine.

    Château la ROSE- POURRET

    Château la ROSE- POURRET

    (SAINT-ÉMILION)
    M. Warion

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 71 13
    Télécopie : 05 57 74 43 93
    Email : contact@la-rose-pourret.com
    Site : www.la-rose-pourret.com

    Le vignoble familial (depuis 200 ans) s’étend sur 8 ha. La génération actuelle maintient la tradition en travaillant avec passion les Merlot (70%) et Cabernet (30%), plantés sur des sols argilo-sableux sur crasse de fer et sables anciens. Les labours, les vendanges manuelles, la vinification traditionnelle, l’élevage en barriques neuves renouvelées par 1/3 chaque année... Tout cela explique ce Saint-Émilion GC 2007, qui sent bon la griotte et les sous-bois, de bouche puissante et souple à la fois, un vin de couleur rubis profond, très bien élevé, de très bonne évolution. Beau 2006, d’une belle teinte velouté et soyeuse, aux senteurs de cassis, de pruneau et d’épices, racé, aux tanins riches et savoureux, tout en bouche, un vin rond et bien charpenté. Le 2005 est bien charnu, concentré et gras, dense, au nez dominé par le pruneau et le poivre, finement boisé, de très bonne évolution. Le 2004 est de belle robe soutenue, aux tanins mûrs et présents à la fois, très parfumé, corsé, harmonieux et persistant, un vin d’excellente évolution. Le 2003, de belle robe grenat, est charnu, aux arômes d’épices, de fruits rouges cuits et de cuir, aux tanins fermes et soyeux à la fois. Le 2000 est riche en couleur comme en matière, au nez de fruits et d’humus, légèrement épicé, tout en finale.


    Château CLOS de SARPE

    Château CLOS de SARPE

    (SAINT-ÉMILION)
    Sca Beyney
    Place du 11 Novembre 1918
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 72 39
    Télécopie : 05 57 74 47 54
    Email : hotel@palais-cardinal.com
    Site : www.clos-de-sarpe.com

    Ce Saint-Émilion GC 2007 est concentré, aux tanins soyeux, au nez complexe (épices, fruits rouges frais...), alliant finesse et charpente, très séduisant, d’une belle structure, aux connotations de fruits, de cannelle et d’humus en bouche, prometteur. Excellent 2006, bien charpenté, corsé, distingué en bouche avec des nuances de fruits des bois et de fumé, au nez légèrement épicé, aux tanins bien présents et fondus à la fois, de très bonne évolution
    Château TOUR SAINT-PIERRE

    Château TOUR SAINT-PIERRE

    (SAINT-ÉMILION)
    Indivision Goudineau
    BP 9
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 70 23
    Télécopie : 05 57 74 42 74
    Email : toursaintpierre@free.fr

    Un vignoble de 12 ha (80% Merlot, 10% Cabernet-Sauvignon, 10% Cabernet franc) cultivé sans utilisation de désherbant chimique ou d’insecticide. On se fait plaisir avec ce Saint-Émilion GC 2007, un vin avec de la structure, de charpente très élégante, tout en nuances aromatiques, aux notes de cassis, de pruneau et d’épices, de belle robe soutenue, harmonieux, de très bonne évolution. Le 2006 est tout en harmonie, au nez délicat de fruits rouges cuits et d’humus, alliant finesse et richesse, avec en bouche des nuances de fumé et de prune, aux tanins soyeux mais présents, très classique de cet excellent millésime. Beau 2005, aux tanins soyeux et fermes à la fois, au nez complexe et subtil dominé par le cassis mûr et l’humus. Le 2004, tout en couleur et en matière, très typé, gras, au nez subtil, avec ces notes très caractéristiques et persistantes de fumé et d’épices, aux tanins puissants mais très fins, qui mérite de la patience pour en profiter pleinement. Le 2003 est coloré et très aromatique, d’une grande subtilité en bouche, aux senteurs de cassis, de cuir et de truffe, très corsé, bien charpenté, aux tanins fermes mais d’une grande élégance. Beau 2002, gras, complet, un vin ample et dense en bouche, qui poursuit une fort belle évolution. Le 2001, de couleur grenat, d’une belle concentration, aux notes de fruits rouges mûrs et d’épices, allie distinction et richesse. Très beau 2000, typé, au nez complexe, de bouche puissante et parfumée. Remarquable rapport qualité-prix.
    vins du siecle

    Clos TRIMOULETSAINT-ÉMILION Clos TRIMOULET

    Clos TRIMOULET

    (SAINT-ÉMILION)
    Guy, Alain et Joël Appollot

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 71 96
    Télécopie : 05 57 74 45 88
    Email : clostrimoulet@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/clostrimoulet

    “Le 2009 est un grand vin très riche avec des degrés élevés, nous précise Alain Appollot, ce sera la particularité du millésime. Pour le 2008, élevage un peu plus long en barriques que pour le 2007, car le vin était plus apte à supporter la barrique. Le 2007 est un millésime miraculeux, la nature a été généreuse avec nous. Nous avons commencé les vendanges fin septembre pour finir mi-octobre, l’état sanitaire était très satisfaisant, il faisait très beau donc nous avons ramassé des raisins à parfaite maturité, en prenant notre temps. Grâce à notre travail en amont, aux soins que nous avions apportés à la vigne durant tout l’été, les raisins étaient très jolis, les analyses étaient d’ailleurs très bonnes, surprenantes même, révélant des PH tout à fait corrects. Cela donne des vins très fruités, d’un bel équilibre, des vins assez classiques finalement. Pour l’élevage, nous n’avons pas trop utiliser de bois neuf, nous ne tenons pas à masquer les vins. Je respecte le millésime et ses caractéristiques, je ne cherche pas à les gommer mais au contraire à souligner le meilleur.” Pour s’en assurer, il suffit de goûter ce beau Saint-Émilion GC 2007, de bouche fondue et parfumée, classique, tout en rondeur, de couleur rubis intense, au nez où dominent la groseille et les sous-bois, avec des tanins ronds, associant richesse et harmonie, corsé et épicé comme il le faut. Le 2006, marqué par des notes de fruits noirs très mûrs et des touches finement boisées, de bouche suave, qui développe des tanins fondus et structurés. Remarquable 2005, dense, encore fermé, un vin puissant et persistant, aux tanins harmonieux et riches, charpenté, alliant structure et velouté en bouche, d’excellente évolution. Le 2004, médaille de Bronze 2007, un grand classique libournais, assez souple, est d’un beau rouge profond, légèrement boisé pour maintenir un bel équilibre et d’une grande finesse, une belle rondeur, avec des notes de fruits mûrs, pas spécialement de grande garde, un vin plaisir tout en “dentelle”. Voir le Château Chevalier-Saint-Georges en Montagne-Saint-Émilion. Château CHEVALIER-SAINT-GEORGES : Au sommet également de leur appellation avec ce Montagne-Saint-Émilion 2007, bien typé, aux senteurs très persistantes de fraise et de muscade, tout en bouche, au nez complexe, de belle robe grenat, très équilibré, aux tanins mûrs, un vin souple, parfumé, bien classique. Beau 2006, au nez où dominent le pruneau et les sous-bois, un vin de bouche flatteuse et riche à la fois, suave, avec des tanins veloutés, tout en bouche. Le 2005, d’une belle structure, un bel équilibre, un vin avec des arômes fruités, très agréable à déguster dès à présent. Mêmes propriétaires que le Clos Trimoulet (voir Saint-Émilion).

    Château VIEUX-POURRET

    Château VIEUX-POURRET

    (SAINT-ÉMILION)
    Mme Richert-Boutet
    Miaille
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 68 17 et 06 80 64 49 75
    Télécopie : 05 57 24 63 27
    Email : château.vieux.pourret@orange.fr
    Site : www.chateau-vieux-pourret.fr

    Vignoble de 6 ha, en conversion biodynamique (agriculture exempte de produits chimiques), dont l’étiquette 2005 porte le label. Très réussi, le Saint-Émilion GC 2007, d’un beau rouge profond, est ample, velouté et fruité en bouche, avec des tanins souples et bien fermes à la fois, vraiment charmeur avec ce nez où dominent la groseille mûre et la violette, tout en complexité aromatique, de bonne évolution. Excellent 2006, de bouche persistante avec ces nuances de fumé caractéristiques, bien équilibré, d’une grande harmonie, de belle charpente. Le 2005, au bouquet développé, aux nuances fruitées et giboyeuses, est un vin complet, avec des tanins denses et harmonieux, d’excellente garde bien sûr. Le 2003, de couleur pourpre, corsé, savoureux, aux tanins riches, au nez complexe (cuir, truffe), allie rondeur et charpente. Le 2002, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de cerise noire, est ample comme le 2001, aux notes de fruits légèrement confits.

    Château VIEUX RIVALLON

    Château VIEUX RIVALLON

    (SAINT-ÉMILION)
    Scea Bouquey Rivallon

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 51 35 27
    Télécopie : 05 57 51 95 02
    Email : chateauvieuxrivallon@orange.fr

    Un excellent Saint-Émilion GC 2006, bien corsé, qui fleure bon la framboise et les épices, de robe grenat soutenu, de bonne base tannique, un vin subtil mais riche, de bouche fondue, qui allie puissance et souplesse. Le 2005, est un vin corsé, ample et typé, au nez légèrement épicé, avec en bouche des nuances de groseille mûre, aux tanins présents, d’excellente garde comme en atteste ce 2000, velouté, aux senteurs d’épices et de petits fruits rouges à noyau, de très bonne bouche, où s’entremêlent des nuances de violette et de framboise, avec une pointe de poivre, un vin qui associe persistance et distinction.
  • Pin it!

    Mes grands coups de cœur bordelais

    Saint-Estèphe, Médoc, Pessac-Léognan, Pomerol, Graves, Saint-Emilion... Mes grands coups de cœur bordelais :

     

    Château TAFFARD de BLAIGNANMÉDOC Château TAFFARD de BLAIGNAN

    Château TAFFARD de BLAIGNAN

    (MÉDOC)
    Henri Cadillac
    10, rue de Hontane
    33340 Ordonnac
    Téléphone :05 56 09 00 00
    Télécopie : 05 56 09 04 28
    Email : contact@taffarddeblaignan.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/taffarddeblaignan
    Site : www.taffarddeblaignan.com

    Henri Cadillac, chaleureux et passionné, qui s’attache à conserver une régularité qualitative exemplaire associée à des prix fort sages, ce qui n’est pas rien. Le vignoble s’étend sur 18 ha sur un sol argilo-calcaire relativement plat par suite des dépôts alluvionnaires des terrasses fluvio-marines de la fin du Tertiaire. Les cépages sont le Merlot et le Cabernet-Sauvignon à parts égales. La récolte 2009, belle en qualité et en quantité, très saine, sera très bientôt assemblée, comme l'année 2008, les malo-lactiques terminées fin décembre. On patiente avec ce remarquable Médoc 2007, bien corsé, bien typé, aux tanins puissants, au nez où dominent les fruits mûrs et les sous-bois, un vin de bouche flatteuse et riche à la fois, associant structure et finesse, de belle évolution comme le 2006, de bouche dense et puissante, un vin coloré, souple, bien corsé comme il le faut, au parfum de cerise et de sous-bois, vraiment très abordable. Le 2005, l’un des meilleurs dégustés dans ce millésime, est très parfumé (framboise, groseille, cassis), dense et riche, un vin qui allie distinction et structure, de belle base tannique, légèrement épicé en finale, vraiment très réussi, avec beaucoup de potentiel. Le 2003, bien charnu, est tout en bouche, d’une jolie robe grenat, aux tanins riches et souples à la fois, au nez persistant où dominent des notes de myrtille et d’épices. Le 2002 est de belle couleur, de robe intense, au nez persistant (griotte, violette), un vin très équilibré, gras, aux tanins savoureux. Goûtez aussi son excellent Second Vin, Château Taffard (vinification en cuves en acier inoxydable, avec contrôle des températures, dont la fermentation alcoolique est suivie de 3 à 4 semaines de macération, puis fermentation malo-lactique après pressurage des marcs) où se mêlent la mûre et le cassis, ample et solide, de bouche corsée, aux tanins équilibrés et mûrs, à déboucher sur un rôti de porc. Beau rapport qualité-prix-typicité.
    Château La TOUR de BYMÉDOC Château La TOUR de BY

    Château La TOUR de BY

    (MÉDOC)
    Frédéric Le Clerc
    5, route de la Tour de By
    33340 Bégadan
    Téléphone :05 56 41 50 03
    Télécopie : 05 56 41 36 10
    Email : info@la-tour-de-by.com
    Site : www.la-tour-de-by.com

    Une place très enviée dans le Classement 2010. “Le millésime 2007, nous dit Frédéric Le Clerc, est d’une structure moins imposante que le 2008, c’est un vin très fruité, friand, qui plaît beaucoup en ce moment. La bonne proportion de Cabernet-Sauvignon qui entre dans son assemblage lui permet de prétendre vieillir plusieurs années mais il est déjà très agréable à déguster maintenant.” Vous aimerez donc comme nous ce Médoc 2007, de robe grenat, charnu, au nez complexe (cerise, épices...), ample, aux notes d’humus, de pruneau et de cassis en bouche, un vin tout en bouche, aux tanins mûrs. Le 2006, toujours marqué par ces senteurs très spécifiques de fumé, riche en couleur, au nez délicat où se mêlent la mûre et le cassis, ample et solide, de bouche puissante, avec des nuances de groseille et de truffe, aux tanins soyeux, charnu comme il se doit, de belle charpente. Superbe 2005, encore fermé, à la fois plein et distingué, aux notes persistantes de fruits mûrs (cassis et framboise) et de réglisse, un vin qui allie concentration aromatique, ampleur des tanins et distinction en bouche, de belle garde. Le 2004 est particulièrement charmeur, coloré et puissant, aux saveurs fruitées, avec ce nez caractéristique d’épices et de sous-bois, exhalant des notes persistantes, aux tanins souples. Le 2003 est de belle robe soutenue et brillante, très riche, d’une jolie concentration d’arômes (cassis, épices…), persistant et très bien équilibré. Le 2002 est charpenté, élégant, aux tanins denses, tout en bouche, avec des notes caractéristiques de mûre et de pruneau, de garde. Beau 2001, où l’élégance prédomine, avec ces petites nuances d’humus et de fraise des bois mûre, de couleur pourpre, aux tanins présents et délicieusement fondus.

    Château TRONQUOY-LALANDESAINT-ESTÈPHE Château TRONQUOY-LALANDE

    Château TRONQUOY-LALANDE

    (SAINT-ESTÈPHE)
    Gérant : M. Delmas Directeur : Yves Delsol

    33180 Saint-Estèphe
    Téléphone :05 56 59 30 12 et 06 67 89 81 81
    Télécopie : 05 56 59 63 05
    Email : chateau@tronquoy-lalande.com
    Site : www.tronquoy-lalande.com

    Un grand Saint-Estèphe 2007, de couleur profonde, gras, d’une belle finale en bouche avec des nuances de fruits mûrs tirant vers le pruneau, alliant concentration aromatique, richesse des tanins et distinction, qui demande un peu de patience pour en profiter comme il le mérite. Le 2006, savoureux actuellement, est intense en couleur et en arômes (mûre, poivre vert..), un vin de bouche charnue et élégante, bien persistant en finale, qui poursuit son évolution.

     


    Château GRAND PUY LACOSTEPAUILLAC Château GRAND PUY LACOSTE

    Château GRAND PUY LACOSTE

    (PAUILLAC)
    Domaines François-Xavier Borie
    BP 82
    33250 Pauillac
    Téléphone :05 56 59 06 66
    Télécopie : 05 56 59 22 27
    Email : dfxb@domainesfxborie.com
    Site : www.haut-batailley.fr

    Au sommet. Les 55 ha de vignes (75% Cabernet-Sauvignon, 20% Merlot et 5% Cabernet franc) sont situés tout autour du château, sur une belle croupe très graveleuse. Le tout donne ce grand Pauillac 2007, toujours très racé, au nez de prune et de framboise cuite, de robe grenat soutenu, un grand vin alliant puissance et souplesse, de bouche dominée par de très belles notes de fruits mûrs avec des notes de poivre, d’une grand subtilité, avec des tanins soyeux, très équilibré, de très bonne garde. Remarquable 2006, très typé, aux tanins mûrs et fermes à la fois, de bouche très parfumée (fraise des bois), riche et fondue à la fois, au nez où se mêlent la truffe et l’humus, bien charnu comme il se doit. Exceptionnel 2005, d’une grande complexité d’arômes, un vin dominé par la fraise des bois et la réglisse, puissant, d’une finale persistante aux nuances de fumé, de mûre et d’épices, qu’il faut laisser se faire pour développer tout son potentiel. Le 2004, de couleur très profonde, avec des tanins intenses, un nez complexe où l’on retrouve les fruits cuits (cassis, groseille, mûre) et l’humus, avec cette finale subtilement poivrée qui fait tout son charme, un vin très distingué, de belle garde. Le 2003 est toujours l’un des vins les plus séduisants de ce millésime, d’une belle robe de couleur intense et soutenue, d’un très bel équilibre en bouche, riche et concentré, un grand vin complet et ample, racé, avec ces notes caractéristiques de petits fruits rouges frais, d’épices et de truffe. Le 2002 est une grande réussite. Beaucoup de puissance, un vin très corsé, très coloré, ample, alliant structure et bouquet, intense au nez comme en bouche (fraise des bois, réglisse, épices). Très beau 2001, plus fin, un vin de bouche riche et charnue, tout en subtilité d’arômes (griotte, humus…), ample et séveux en finale, aux tanins savoureux. Le 2000 est superbe. couleur, structure, concentration et distinction s’associent dans ce grand vin à la fois d’une grande finesse et d’une charpente très dense, de longue garde. Très savoureux, le 99, un vin parfumé (humus, griotte mûre), aux tanins savoureux, alliant souplesse et charpente, commence à s’apprécier pleinement. Très classique, ce grand 98, de couleur grenat, puissant, aux saveurs fruitées, avec ce nez de griotte mûre et de sous-bois, exhalant des notes sauvages et persistantes, de garde. Goûtez aussi son La Coste-Borie, une valeur sûre. Exceptionnel rapport qualité-prix-typicité. château HAUT-BATAILLEY: À la tête des Deuxièmes Grands vins Classés avec ce Pauillac 2007, avec ce charnu caractéristique, cette pointe d’épices et cette charpente à la fois puissante et souple, un vin de belle teinte grenat, puissant et persistant, volumineux, aux tanins veloutés, d’une belle finale, de très bonne évolution. Savoureux et puissant 2006, charnu, tout en nuances aromatiques, de robe grenat, au nez vivace où dominent des notes de griotte, de musc et d’épices (cannelle, poivre), aux tanins denses, un vin de fort belle expression qui récompensera les patients. Superbe 2005, très typé, concentré et charnu, très parfumé (griotte, musc, épices), puissant et persistant en bouche, aux saveurs à dominante de fruits noirs, un vin qui est riche et chaleureux, de garde. Beau 2004, de couleur soutenue, structuré, puissant au nez comme en bouche, de charpente solide, très parfumé (fruits cuits, poivre), qui demande également un peu de patience. Le 2003, puissant, savoureux, est riche en couleur comme en charpente, aux tanins fermes et fins à la fois, corsé, tout en bouche, très chaleureux, aux nuances de fraise, de truffe et d’humus. Le 2002, coloré et riche, est dense, très charpenté, aux notes subtilement épicées, tout en bouche et structure, gras, très réussi. Dans la lignée, ce 2001, complexe et harmonieux, aux connotations fruitées (griotte, cassis) et épicées, un vin savoureux et complexe, très réussi, aux tanins riches, de garde comme le 2000, qui commence à se goûter très bien.

    LEXIQUE DU VINABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ


    Château CANON-CHAIGNEAULALANDE-DE-POMEROL Château CANON-CHAIGNEAU

    Château CANON-CHAIGNEAU

    (LALANDE-DE-POMEROL)
    Famille Marin-Audra
    BP 2
    33500 Pomerol
    Téléphone :05 57 24 69 13
    Télécopie : 05 57 24 69 11
    Email : louis.marin@wanadoo.fr
    Site : www.canon-chaigneau.com

    Toujours à la tête de son appellation avec ce Lalande-de-Pomerol 2006, au nez complexe où dominent les groseilles et l’humus, de bouche bien charnue, un vin coloré et dense, qui allie puissance et finesse, très plaisant sur un petit gibier d’eau. Beau 2005, très charmeur, au nez subtil où dominent le cuir et le pruneau confit, d’une très jolie concentration en bouche, aux tanins bien réels et fins, légèrement épicé comme il se doit, vraiment très réussi, de garde. Le 2003, très aromatique, est bien équilibré, aux connotations de framboise macérée, d’une très jolie concentration en bouche, aux tanins présents et savoureux, de bouche subtilement poivrée. Le 2002 est très bon, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de fruits mûrs, un vin riche, très équilibré, d’une belle longueur, de bouche puissante. Le 2001, charpenté, de belle robe soutenue, ample et distingué en bouche, au nez épicé, aux tanins bien fondus, est très élégant et mérite d’être attendu pour profiter de son potentiel. Le 2000 est remarquable, riche et subtil au nez comme en bouche, aux nuances de fruits macérés et de sous-bois, de garde. Le 99 est vraiment très agréable aujourd’hui, très coloré, où se mêlent la griotte et l’humus, aux nuances épicées, dense, d’une base tannique harmonieuse, de très bonne charpente, très abordable. Redégusté cette année, le 96 est remarquable, tout en couleur et en matière, au nez subtil dominé par des arômes persistants de fumé, d’humus et de cerise noire, un vin qui fait merveille sur un gigot à la ficelle. Beau 98, de bouche dense, aux tanins bien fondus, où s’entremêlent des nuances de petits fruits rouges à noyau bien mûrs, d’humus et de réglisse, typé, de bouche très harmonieuse, parfait sur un civet.

    Château LAFLEUR du ROY

    Château LAFLEUR du ROY

    (POMEROL)
    Dubost et Fils
    Catusseau
    33500 Pomerol
    Téléphone :05 57 51 74 57
    Télécopie : 05 57 25 99 95
    Email : sarl.dubost.l@wanadoo.fr

    Une propriété familiale située à 60 m d’altitude, exposée au sud-ouest, qui possède de vieilles vignes de 40 à 45 ans, et l’encépagement à prédominance de Merlot noir (85%) est complété par du Cabernet franc (10%) et du Cabernet-Sauvignon (5%). On peut être satisfait ici de ce Pomerol 2007, un vin coloré et charnu, aux tanins fermes et soyeux à la fois, d’une jolie concentration, aux notes de groseille, d’humus et d’épices, un millésime ferme en bouche, subtilement bouqueté, aux nuances de truffe et de pruneau, non encore à maturité bien sûr. Le 2006, riche en couleur comme en arômes, un vin aux notes de fruits rouges frais, d’humus et de cannelle, aux tanins puissants et harmonieux, qui devrait tenir toutes ses promesses. Beau Pomerol 2005, issu d’un terroir typique de sable graveleux comportant une sous-couche de crasse de fer (alios), de robe rubis profond, avec ces arômes de fruits surmûris, d’épices, de cuir, bien caractéristiques. Un vin charnu et bien charpenté, aux tanins riches et savoureux à la fois. Même propriétaire que le Bordeaux Supérieur Château Bossuet.
    Clos du PÈLERIN

    Clos du PÈLERIN

    (POMEROL)
    Josette et Norbert Égreteau
    3, chemin de Sales
    33500 Pomerol
    Téléphone :05 57 74 03 66
    Télécopie : 05 57 25 06 17
    Email : egreteau.norbert@orange.fr

    Ce vignoble de 3,5 ha est dans la famille depuis 3 générations, essentiellement planté de Merlot (80%), le Cabernet franc et le Cabernet-Sauvignon se partageant à parts égales les 20% restants. Josette et Norbert conservent toutes les traditions bordelaises et c’est leur fille cadette Laetitia qui reprend l’exploitation. Le Pomerol 2006 est très classique, fin, élégant, avec de la matière, de belle couleur soutenue et des arômes de fruits rouges intenses, d’une jolie finale, un vin bien charnu, épicé, tout en bouche, de très belle évolution. Beau 2005, dense, coloré et bouqueté, avec ces notes de petits fruits noirs confits et de fumé, de bouche chaleureuse et puissante, de bonne base tannique. Le 2004, de couleur rubis, très bien élevé, est très équilibré, aux tanins fermes, au nez dominé par les fruits mûrs et les sous-bois, de bouche flatteuse et riche à la fois. Le 2003 est de robe pourpre, corsé, au nez intense de petits fruits rouges bien mûrs et de cuir, qu’il faut laisser s’épanouir. Excellent 2002, un vin parfumé, harmonieux, au nez subtil et intense à la fois, un vin de bouche étoffée, avec des notes épicées, aux tanins bien répartis. Savoureux 2001, riche en couleur, où se mêlent la truffe, le poivre et la groseille, dense, aux tanins soyeux, bien corsé comme il se doit, épicé en bouche. Goûtez aussi le Château La Maréchaude 2006, issu de 5 ha situés au cœur de Lalande-de-Pomerol qui reçoit les mêmes soins attentifs, un vin de couleur grenat, avec beaucoup de charpente, tout en bouche, très équilibré, au nez de cerise et d’humus, d’excellente évolution.

    jeu concours

    Château MATRASSAINT-ÉMILION Château MATRAS

    Château MATRAS

    (SAINT-ÉMILION)
    Vignobles Gaboriaud-Bernard

    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 51 52 39
    Télécopie : 05 57 51 70 19
    Email : chateau.bourseau@wanadoo.fr

    À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Un vignoble situé sur le versant sud des coteaux de Saint-Émilion. Le terrain argilo-calcaire est mélangé d’alios ou crasse de fer. Les Cabernet et Merlot y produisent un vin dont le moelleux, la finesse et le bouquet sont fort appréciés. La vinification est conduite avec un contrôle permanent des températures. Le vin est ensuite élevé pendant 18 mois en fûts de chêne, dont 1/3 est renouvelé chaque année. Particulièrement séducteur, le Saint-Émilion GCC 2007, de robe pourpre, est riche au nez comme en bouche, avec des notes de fraise des bois, d’épices et d’humus, aux tanins très équilibrés et savoureux, d’une très jolie finale. Beau 2006, aux senteurs de cassis mûr et d’épices, un vin puissant et harmonieux, aux tanins fermes et savoureux à la fois, très bien élevé, avec des connotations de fruits à noyau et de cannelle, finement toastées. Le 2005, de belle couleur grenat, est un grand vin corsé et velouté, aux nuances de fumé et de fraise des bois mûre, intense, au nez légèrement épicé (poivre rose), aux tanins présents, d’excellente garde. Le 2004 commence à s’ouvrir, tout en couleur et en matière, au nez riche de framboise mûre, dense et gras. Beau 2003, tout en finesse aromatique (cerise noire, groseille, poivre), de robe intense, typé, mêlant structure et finesse, de belle évolution. Le 2002, classique, est riche en couleur comme en arômes, d’excellente évolution. Remarquable 2001, épicé en bouche, un vin corsé, de très belle structure, d’une finale très parfumée. Le 2000 se goûte très bien aujourd’hui, un vin dense et riche, alliant distinction et structure, de belle base tannique. Excellent rapport qualité-prix.

    OUZOULIAS et FilsSAINT-ÉMILION OUZOULIAS et Fils

    OUZOULIAS et Fils

    (SAINT-ÉMILION)
    Claire Ouzulias
    17, rue du Colonel Picot - BP 93
    33500 Libourne
    Téléphone :05 57 51 07 55
    Télécopie : 05 57 25 18 27
    Email : ets.ouzoulias@wanadoo.fr
    Site : www.ouzoulias-vins.com

    Ici, on élève des vins en respectant la grande tradition libournaise, sans esbroufe ni manipulations œnologiques, et l’on a bien raison. Vous aimerez leur Saint-Émilion GC Château Franc-Pourret 2007 (agriculture biologique certifié Ecocert), bien corsé, de couleur rubis, parfumé (violette, fruits mûrs, épices), gras, très équilibré, aux tanins savoureux, un vin à déboucher sur une pintade à la broche. Excellent Saint-Émilion GC Domaine du Haut-Patarabet 2005, au nez où prédominent la griotte, le cuir et les sous-bois, alliant rondeur et structure, tout en bouche, qui associe cette jolie structure à des notes finement boisées, un vin séducteur, de très bonne évolution. Goûtez leur Graves blanc l’Odyssée 2007, doté d’une étiquette épurée et élégante à la fois, tout en fruité, fin et suave à la fois. Beau rapport qualité-prix. À leurs côtés, ce Saint-Émilion Bio Clos Chante l’Alouette 2005. “Le vin de Clos Chante l’Alouette, poursuit François, offre au dégustateur toute la générosité d’un Saint-Émilion et une rondeur due à un raisin bien mûr, le fruit est bien présent, grâce à un travail au chai qui a su révéler avec finesse toute la générosité de ce millésime.” Il a raison puisque ce vin est coloré, bien typé, fin et corsé à la fois, finement épicé, un vin tout en bouche, harmonieux et puissant, à déboucher sur un confit de porc. Beau Margaux La Fleur Saint-Vincent 2005, parfumé, associant couleur et matière, très équilibré, aux tanins mûrs, au nez de cassis et d’épices, ample, très prometteur. À la suite, le Loupiac L’Or de Calydon 2005, bien structuré en bouche, avec des arômes très fins et rafraîchissants d’agrumes, de menthe, de miel, d’une belle persistance. “Par le passé, précise Claire Ouzoulias notre Loupiac n’avait pas de nom, nous lui en avons donné un et avons refait l’étiquette afin que celle-ci soit en harmonie avec le cru. L’ensemble reflète un vin et un packaging élégant et harmonieux.” Goûtez encore le Saint-Julien l’Inattendu 2006, d’une belle robe pourpre, très typé, qui allie finesse et concentration, au nez très intense (mûre, cassis), de bouche subtilement épicée, un vin complexe, d’une belle finale, de garde. Deux magnifiques chambres d’hôtes tenues par Catherine Ouzoulias au Château Franc-Pourret vous offriront détente et bien être au cœur du vignoble.
    Clos LABARDE

    Clos LABARDE

    (SAINT-ÉMILION)
    Nicolas Bailly
    Bergat
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 74 43 39
    Télécopie : 05 57 74 40 26
    Email : nicolasbailly.closlabarde@sfr.fr

    Le vignoble (4,6 ha) est planté à l’est de Saint-Émilion, sur un coteau argilo-calcaire. Les méthodes de culture sont à l’ancienne : on pratique le labour et on n’utilise pas de désherbant, les vendanges sont faites manuellement, les grappes sont triées sur tapis et éraflées, le chai a été rénové, parfaitement équipé pour pratiquer des cuvaisons longues contrôlées par thermorégulation. L’élevage dure de 18 à 22 mois dans des barriques de chêne dont 1/3 renouvelé chaque année. Beaucoup aimé ce Saint-Émilion GC 2007, long en bouche, au nez légèrement épicé, finement tannique, avec des notes spécifiques et persistantes de mûre et d’épices. Le 2006, au nez légèrement vanillé, allie une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, parfumé, chaleureux et corsé, exhalant au palais des notes de baies sauvages, de très bonne évolution. Le 2005, de couleur grenat intense, est charnu comme nous les aimons, aux notes de pruneau, un vin marqué par son équilibre et son harmonie, qui associe puissance et distinction, bien corsé, de garde. Le 2004, aux arômes de fruits mûrs (groseille, cerise) et d’épices, présente des tanins souples et bien présents à la fois, un vin de bouche chaleureuse. Le 2003 est un vin de couleur pourpre intense, au nez puissant et subtil à la fois, aux notes de fruits mûrs (cassis, griotte) et de truffe. Le 2002, très parfumé, bien typé, qui associe couleur et matière, au nez complexe à dominante de fruits frais et d’humus, aux tanins puissants et moelleux à la fois, est de très bonne bouche, à déboucher sur une entrecôte à la moëlle. Redégusté cette année, le 99 est un bel exemple de la typicité de ce cru et de son potentiel d’évolution : très parfumé (cassis, fraise des bois), d’une belle structure, ample et volumineux, aux tanins veloutés, bien charnu comme il se doit.

    Château CLOS de SARPE

    Château CLOS de SARPE

    (SAINT-ÉMILION)
    Sca Beyney
    Place du 11 Novembre 1918
    33330 Saint-Émilion
    Téléphone :05 57 24 72 39
    Télécopie : 05 57 74 47 54
    Email : hotel@palais-cardinal.com
    Site : www.clos-de-sarpe.com

    Ce Saint-Émilion GC 2007 est concentré, aux tanins soyeux, au nez complexe (épices, fruits rouges frais...), alliant finesse et charpente, très séduisant, d’une belle structure, aux connotations de fruits, de cannelle et d’humus en bouche, prometteur. Excellent 2006, bien charpenté, corsé, distingué en bouche avec des nuances de fruits des bois et de fumé, au nez légèrement épicé, aux tanins bien présents et fondus à la fois, de très bonne évolution
    MILLÉSIMES consultable en ligne gratuitement
    comme un vrai magazine, en tournant les pages...

    Cliquez ici UNIQUE EN FRANCE !

    Château SEGUINPESSAC-LÉOGNAN Château SEGUIN

    Château SEGUIN

    (PESSAC-LÉOGNAN)
    Moïse Ohana et Jean Darriet
    Chemin de la House
    33610 Canéjan
    Téléphone :05 56 75 02 43
    Télécopie : 05 56 89 35 41
    Email : chateau-seguin@wanadoo.fr
    Site : www.chateau-seguin.com

    Au sommet. “Ma volonté était de produire des vins de grande qualité, précise Moïse Ohana, président du groupe immobilier Foncière Loticis qui a investi dans Château Seguin en 1999. Nous avons enherbé les rangs de vigne, replanté une série de haies pour régénérer tout une faune autour du vignoble et limiter les prédateurs. Nous mettons l’accent sur le respect de la matière première, c’est pourquoi nous portons nos efforts dans les pratiques viticoles de façon à optimiser les potentialités du terroir...” Tous ces efforts se retrouvent dans ce superbe Pessac-Léognan rouge 2007, typé, tout en bouche, au nez complexe et délicat (cassis mûr, cuir), associant puissance et finesse, un vin riche et bien charnu comme on les aime, d’une finale très élégante et veloutée, d’excellente évolution. Le 2006 est remarquable, riche et généreux, bien corsé, de bouche ample légèrement épicée, aux tanins concentrés, à la fois fermes et soyeux, à dominante de pruneau et de cannelle, de bonne évolution, un vin à déboucher sur un magret. Le 2005, qui a bien mérité sa médaille d’Or à Paris, est de couleur intense, ample et parfumé, aux connotations de cassis et d’humus, ferme et persistant en bouche, un vin gras, bien corsé, aux tanins puissants et mûrs, qui allie charpente et distinction, et demande encore un peu de patience. Savoureux 2004, au nez complexe où dominent les groseilles et l’humus, mêlant puissance et finesse, un vin charnu, aux tanins riches, de belle évolution. Excellent Second Vin, l’Angelot de Seguin, au nez persistant (griotte, violette), très équilibré, aux tanins savoureux, un vin très agréable, qui bénéficie d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir.

    Château CARBONNIEUXPESSAC-LÉOGNAN Château CARBONNIEUX

    Château CARBONNIEUX

    (PESSAC-LÉOGNAN)
    Famille Perrin

    33850 Léognan
    Téléphone :05 57 96 56 20
    Télécopie : 05 57 96 59 19
    Email : info@chateau-carbonnieux.fr
    Site : www.carbonnieux.com

    Au sommet. Dégusté sur place, ce très savoureux Pessac-Léognan blanc 2008, riche, gras, très floral, très parfumé, d’une longue finale, avec des nuances de pamplemousse et de pain grillé. Le 2007, de robe scintillante et limpide, est remarquable, avec cette touche d’acidité alliée à une rondeur agréable, au nez persistant de fougère et d’acacia, d’une jolie rondeur. Le 2006, fidèle à lui-même avec ce bouquet unique d’agrumes frais, d’un bel or pâle brillant, d’un bel équilibre, d’une très bonne acidité, d’une belle fraîcheur persistante, un vin classique, tout en bouche, avec ces nuances très spécifiques de poire et de verveine, mêlant suavité et finesse, d’une belle finale. Le Pessac-Léognan rouge 2007, aux tanins mûrs, à la fois riche et souple, est très équilibré, au bouquet intense avec des notes de sous-bois et de cerise mûre, de bouche ample et fondue. Beau 2006, très typé, aux arômes de fruits rouges avec des notes fumées et réglissées, un vin où élégance, équilibre des tanins et persistance sont en harmonie, de bouche volumineuse, de garde. Le 2005 est de couleur grenat soutenu, d’une belle concentration, aux senteurs de fruits rouges mûrs (griotte, framboise) et d’épices, de bouche riche, tout en saveurs, un vin charnu et charpenté, de très belle garde. Le 2002 est de couleur rubis, très bien élevé, très équilibré, aux tanins bien fermes, au nez où dominent le cassis bien mûr et les sous-bois. Le 2001, d’une couleur profonde, riche et subtil à la fois, complet, avec des tanins soyeux, est d’une très belle finale en bouche, d’excellente évolution. Remarquable 2000, de couleur profonde, alliant concentration aromatique, ampleur des tanins et distinction en bouche. Le 99 est charpenté, élégant, aux tanins denses, tout en bouche, légèrement épicé, bien bouqueté, avec des notes de fruits mûrs (mûre...) et de cuir.
    Château LUCHEY-HALDEPESSAC-LÉOGNAN Château LUCHEY-HALDE

    Château LUCHEY-HALDE

    (PESSAC-LÉOGNAN)
    Direction : Jean Magne
    17, avenue du Maréchal Joffre
    33700 Mérignac
    Téléphone :05 56 45 97 19
    Télécopie : 05 56 45 33 79
    Email : info@luchey-halde.com
    Site : www.luchey-halde.com

    Au sommet. Vous apprécierez comme nous l’avons fait ce Pessac-Léognan rouge 2007, de belle robe soutenue, un vin très fin, de bouche puissante et charnue, parfumé (griotte, humus...), ou l’intensité s’allie à la souplesse. Le 2006, avec un bouquet persistant et corsé marqué par les fruits rouges très mûrs, séduit par sa structure et ses tanins bien fondus, un vin tout en bouche, qui commence à s’ouvrir. Le 2005, de belle robe intense, mêle concentration aromatique et délicatesse en bouche, avec ces arômes caractéristiques d’épices (cannelle, muscade) et de griotte, aux tanins bien équilibrés, d’excellente évolution. “Le 2005 est un millésime où tous les cépages sont exceptionnels, précise le chaleureux Directeur, Jean Magne, que ce soit le Merlot, le Cabernet-Sauvignon, le Cabernet franc particulièrement, qui ont une élégance tout à fait extraordinaire. C’est un millésime aussi parfaitement réussi en blanc, c’est l’année où tout est bon, où tous les cépages étaient à leur apogée. Tous les cépages étaient présents dans l’assemblage du premier vin, tellement c’est bon !” Leur Pessac-Léognan blanc 2008 (vignoble de 4 ha, 50% de Sauvignon et 50% de Sémillon), ample, de robe dorée, d’une jolie finale aromatique, riche au nez, avec des notes de rose et d’aubépine, un vin élégant, de bouche riche. Le 2007 est excellent, au nez fleuri, avec des nuances de tilleul, suave et puissant, d’une belle persistance d’arômes. Ce 2007 est un beau millésime de référence pour notre appellation, poursuit Jean Magne. Nous avons pour ce millésime franchit les 12% de Petit Verdot dans l’assemblage, nous sommes le seul domaine à intégrer autant de Petit Verdot depuis 2002. Nous avons un terroir très chaud et ce cépage mûrit parfaitement à Luchey, contrairement au Cabernet franc qui fait un blocage provoqué par un stress et qui mûrit plus difficilement. Aux journées Portes Ouvertes, la clientèle a préféré le 2007 au 2006. De toutes manières, dans nos assemblages, les Cabernets sont dominants (55% minimum). Notre terroir est très drainant, très chaud, très précoce et favorable au mûrissement des raisins.” Le 2006 est suave, ample, un vin qui sent les fruits frais et le chèvrefeuille, de bouche souple, d’une finale persistante. Le 2005, aux notes de fruits blancs et d’agrumes mûrs, est vraiment charmeur. Très beau rapport qualité-prix-typicité.


    Château le TUQUETGRAVES Château le TUQUET

    Château le TUQUET

    (GRAVES)
    Paul Ragon

    33640 Beautiran
    Téléphone :05 56 20 21 23
    Télécopie : 05 56 20 21 83
    Email : chateauletuquet@vinsdusiecle.com
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateauletuquet

    Au sommet, également. Le Tuquet et son vignoble figurent déjà sur les cartes royales de belleyme au début du XVIIIe siècle. La chartreuse fut construite vers 1730 (façade sud de Victor Louis). Dans la première édition du Féret (Ch. Cocks 1868) Le Tuquet est classé premier vin de la commune de Beautiran, ce qui sera confirmé par les éditions successives jusqu'à aujourd'hui. A la fin du XIXe siècle, le domaine appartient à la famille du Père de Foucauld qui y séjournera à plusieurs reprises avant son départ pour le Maroc. Il a appartenu ensuite à une grande maison du négoce bordelais, puis fût racheté en 1963 par la famille Ragon, actuellement propriétaire. D'importants travaux ont été faits dans les chais en 1991 : 3 200 hl de cuverie inox supplémentaires, construction d'un nouveau chai à barriques, thermorégulation de l'ensemble de la cuverie et climatisation des locaux de stockage. Superbe Graves rouge 2006, de couleur intense aux reflets noirs, un vin généreux, avec des senteurs de fruits rouges et d’épices, des tanins bien enrobés, très classique et vraiment réussi. Le 2005, charnu comme on les aime, gras, bien structuré, est complexe, avec ces connotations épicées, alliant une bonne base tannique à une finesse persistante, de bouche fondue et parfumée. Remarquable 2004, riche en couleur, au nez de cassis et de poivre, ample en bouche grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois, tout en finesse mais corsé, intense, un vin d’excellente évolution et d’une bonne longueur. Si vous en trouvez, le 2000 est remarquable, de robe grenat, au bouquet subtil et intense à la fois, aux notes de sous-bois et de fruits rouges mûrs, de bouche ample et fondue, tout en charme, de garde. Le Graves blanc cuvée Spéciale 2009, bien typé par son Sémillon (95%), au bouquet de fleur d’acacia et d’agrumes, est un vin rond et persistant, harmonieux en bouche, d’une belle fraîcheur persistante, une belle réussite de ce millésime. Avec des arômes floraux et fruités intenses, le 2008 est subtil et puissant à la fois, un vin comme on les aime, où s’entremêlent les fruits, les épices et les fleurs fraîches, tout en bouche.
    Château TOULOUZE

    Château TOULOUZE

    (GRAVES DE VAYRES)
    Évelyne et Alain Cailley
    Rue de la Ruade - BP 28
    33450 Saint-Sulpice-et-Cameyrac
    Téléphone :05 56 30 85 47
    Télécopie : 05 56 30 87 29
    Email : alaincailley@wanadoo.fr
    Site : www.vinsdusiecle.com/chateautoulouze
    Site : www.chateauxcailley.com

    Domaine de 48 ha dont 25 de vignes. Les terres du Château Toulouze dépendaient d’un vaste ensemble foncier, propriété du Château de Vayres. Ce dernier édifié au XIIIe siècle à l’emplacement d’un oppidum gallo-romain dominant la Dordogne, fut une des résidences du roi Henri IV. La propriété dans sa forme actuelle, 27 ha d’un seul tenant, bâtiments et vignoble, correspond à ce qui subsiste d’un vaste domaine viticole et d’élevage de plus de 70 ha, édifié à la fin du XVIIIe siècle, à la suite de la révolution française et démantelé petit à petit par le jeu des successions. Le vignoble totalement restructuré en 1986, commence à exprimer la montée en puissance de l’expression du terroir. Cela donne des vins à la chair plus ample, généreuse, fruités mais avec des tanins élégants empreints de finesse. Des vins équilibrés et harmonieux, que l’on peut déguster jeunes après une aération en carafe, mais qui offrent selon les millésimes un excellent potentiel de garde, de 10 à 15 ans. Coup de cœur pour leur Graves de Vayres rouge 2007 (75% Merlot et 25% Cabernets), riche en couleur comme en matière, au nez de fruits rouges à noyau et d’épices, avec une belle base tannique. Le 2006 poursuit son évolution, au nez complexe et subtil à la fois, avec des notes de sous-bois et de prune mûre, de bouche ample et dense. Superbe 2005, de robe soutenue, au nez très expressif de fruits, de bouche charnue, très équilibrée entre puissance et fraîcheur. Excellent Bordeaux Supérieur Château Le Maine Martin 2006 (65% Merlot, 20% Cabernet franc, et 15% Cabernet-Sauvignon), parfumé (cassis, fraise des bois), d’une belle structure, ample et volumineux, aux tanins fondus et veloutés, bien charnu comme il se doit. Le Bordeaux rosé Château Frégent est très agréable, alliant rondeur et nervosité, de bouche persistante. Excellent rapport qualité-prix-plaisir.

    vins du siecle
  • Pin it!

    En 2010, nos vignerons ont encore plus de talent

     

    À quoi bon faire (et acheter) un produit rouge, blanc, rosé ou mousseux “sans âme, ni vertu” ? Pourquoi déboucher un vin surmaturé, surconcentré, agrémenté outrageusement d’enzymes, de levures, dénaturé par l’osmose inverse, les concentrateurs et un élévage en bois spécialement “chauffé” pour lui créer des senteurs chimiques de vanille, de fruits de la passion ou de feu de cheminée ? Le vin, est-ce cela ? Depuis 30 ans, Patrick Dussert-Gerber pense le contraire. Il n’est pas le seul, on s’en doute. Car, en France, nous avons la chance d’avoir trois choses qui font de notre pays le vivier des plus grands vins du monde : nos terroirs, notre histoire et... le talent des hommes et des femmes. C’est ainsi : hormis quelques producteurs médiatiques, la véritable France profonde du vin recèle de ce qui manque ailleurs : l’élégance ! Du plus grand des Bordeaux, Champagne ou Bourgogne au plus modeste Cahors ou Chinon, un vin typé est celui qui sait allier la spécificité de chaque millésime à cette finesse délicieuse qui signe les vrais vins. À celle-ci, naturellement, il y a également une élégance du cœur, car tout cela va de pair. On est loin du snobisme et des modes...

    Brigitte Dussert : La qualité des millésimes, l’authenticité, les différences entre chaque vignoble, entre chaque vin, c’est bien le fond du problème, non ?

    Patrick Dussert-Gerber : en effet, un millésime 2004 qui ressemble au 2005 ou au 2006, ce n’est pas normal. C’est la nature qui est mise en avant dans le millésime. Si l’on fait des vins surboisés, surmaturés, on tue bien sûr l’élégance, mais on lisse surtout l’effet millésime, en faisant des vins dépersonnalisés, pas plus intéressant qu’une boisson chimique.

    On vendange de plus en plus mûr, ce qui est une bonne chose, mais si, en plus, on utilise des concentrateurs, ajoute des levures... et pratique un élevage abusif en barriques neuves, cela donne des vins trop lourds, trop écœurants, trop alcoolisés... alors que ce n’est pas dans l’air du temps ! Et cela n’a rien à voir avec le réchauffement climatique comme certains le prétendent...

    En fait, il faut dire la vérité sur la qualité de chaque millésime. L’explication, en partie, de l’une des facettes de la crise des vins de Bordeaux, c’est que certains grands crus ont vendu bien trop cher en primeur le 2007. Ce n’est qu’un millésime sympathique, très agréable, bon à boire rapidement, qui commence à s’ouvrir, et c’est déjà pas mal, mais il aurait dû coûter bien moins cher ques les 2005 et 2006... Il faut que le prix du millésime corresponde à la qualité du vin pour que le marché reste confiant : les acheteurs ne sont pas si idiots. En  Bourgogne, dans la Loire ou dans le Rhône, on ne vend pas un 2007 plus cher qu’un 2005, autrement dit on ne spécule pas le prix de sa bouteille au “loto” des millésimes.

    Il existe, hélas, aujourd’hui deux mondes du vin : celui, mercantile, presque virtuel, qui profite de la méconnaissance des acheteurs, notamment des pays émergents, et se sont coupés des acheteurs fidèles et traditionnels (français, belges, suisses, anglo-saxons...). Ils pratiquent la fuite en avant, faute de bases de commercialisation stables. Pour eux, il faut sans cesse trouver un nouveau marché pour caser sa marchandise...

    Brigitte Dussert : Vous parlez souvent “d’éthique du vin”...

    Patrick Dussert-Gerber : L’éthique du vin pourrait s’appeler l’éthique tout court. Je suis attaché à une éthique et aux propriétaires qui respectent le consommateur. Plus l’on s’éloigne d’une relation avec ce dernier, plus l’on se dirige dans une logique de vin aseptisé. Il faut qu’il y ait un échange, un retour avec l’acheteur. Il y a un vrai monde virtuel du vin qui s’est créé, certains ne savent même plus si leur vin est apprécié, qui le diffuse, qui le boit...

    Que l’on ne s’y trompe pas : tout est lié. Soit vous êtes un vigneron passionné et devenez alors passionnant pour un consommateur, soit vous êtes un producteur imbu de lui-même et personne n’a envie de “boire un canon” avec vous. Dans le premier cas, vous croyez en la Nature, en votre terroir, en votre histoire et vous mettez à leur disposition les progrès œnologiques. Dans l’autre cas, vous lissez les millésimes, faites du vin comme on ferait du soda, une cuvée pour les femmes, une autre pour les jeunes, une autre pour les chinois, etc...

    Et tout s’enchaîne : si vous êtes en contact avec celui qui boit votre vin, il est aisé de lui expliquer que, par exemple, le 2007 est meilleur à boire aujourd’hui qu’un 2005, loin d’être prêt. Il ne s’agit pas de dire que l’un est meilleur que l’autre, cela ne veut rien dire. Tous les vins sont bons dans le temps, chaque millésime a son potentiel d’évolution. Vous retrouvez cela dans ma Vintage Code.

    Ceux qui partagent la même éthique que moi, vous les retrouvez dans Millésimes et dans mon Guide, je connais leur courage et leur détermination en sachant que ce n’est pas toujours facile pour eux. Ils sont plus discrets, plus humbles devant la nature mais, croyez-moi, ils vendent tout aussi bien que ceux qui pourraient poser en se prenant pour des stars dans un magazine people...

    Moi, j’aime les vignerons qui se retroussent les manches, font des salons, accueillent à la propriété et dialoguent avec leurs clients. On l’a bien vu avec la crise : les producteurs qui informent et ménagent leur clientèle n’ont pas été touchés, et c’est bien normal. Autre exemple : un vigneron digne de ce nom qui parcoure ses vignes en bottes sait très bien qu’il ne faut pas mettre trop de pesticide, connaît la culture raisonnée et raisonnable, cela fait une vingtaine d’années qu’il en a pris conscience. Ce n’est pas parce que le bio est à la mode, il le faisait naturellement auparavant, mais n’en parlait pas.

    Brigitte Dussert : Franchement, il y a de bons vins partout en France ?

    Patrick Dussert-Gerber : Evidemment, et à tous les prix. Quand on aime le vin, il faut aussi aimer la diversité. Depuis trente ans, le fait de parcourir tous les vignobles pour déguster les vins m’amène à déboucher aussi bien un vin corse qu’un Châteauneuf-du-Pape, qu’un Sancerre, un Vosne-Romanée ou un Chinon, un Chablis ou un grand rosé de Provence... Contrairement à d’autres, je ne bois pas uniquement des vins chers que l’on m’offre... Pour moi, un grand vin, c’est un vin authentique, qui correspond à un moment donné, à un état d’esprit. On peut prendre autant de plaisir avec un Minervois, un Alsace, un  Chénas ou un Touraine qu’avec le plus beau Pomerol ou Meursault, à partir du moment où chacun est typé. Il y a des occasions, des moments pour boire chaque type de vin. On ne boit pas le même vin seul en rêvant au cosmos, qu’avec des amis, ni le même vin sur une terrine ou un plat sophistiqué.C’est la grande force de notre pays : avoir une gastronomie aussi riche que ses vins, c’est formidable ! Avec nous, l’Italie est le seul autre pays au monde à pouvoir revendiquer cela. Ce n’est pas rien.

    Brigitte Dussert : Que faut-il vraiment savoir sur les millésimes ?

    Patrick Dussert-Gerber : Depuis 15 ans, il n’y a plus de mauvais millésime, il n’y a que des millésimes plus délicats que d’autres. Les techniques ont évoluées dans le bon sens, les vignerons savent parfaitement anticiper, gérer leur vignoble.

    Néanmoins, il faut savoir expliquer la spécificité de telle ou telle année. Quand on goûte des 2002 ou 2004 en Médoc, ils sont meilleurs que le 2003 pour lequel tout le monde s’enthousiasmait ! Le 2004, par exemple est un millésime formidable qui a eu mauvais presse à l’époque de la part de critiques qui ne connaissent pas grand chose au vin. Ceux-là, je ne les vois d’ailleurs jamais dans les vignobles de la vallée du Rhône, à Madiran, à Bandol ou à Saumur... ils sont pour la plupart invités dans les grands châteaux bordelais et s’en contentent. Sympa pour les milliers de vignerons talentueux des autres régions, non ?

    Quand je lis de telles âneries, je me demande si ceux qui les écrivent ont jamais dégusté des millésimes plus anciens. C’est pourtant la seule garantie qui permet de relativiser, de comprendre et de se référer à une mémoire du vin. Les mêmes vont répéter ce qu’on leur a concocté dans un dossier de presse bien ficelé... Ce ne sont plus des journalistes mais des... attachés de presse ou des “hirondelles” (terme désignant un habitué des buffets de presse) !

    Passons. Pour revenir à la force des millésimes, il est incontestable que le 2009 est certainement le plus beau millésime qui soit, classique, à l’inverse d’un 2005, grand, certes, mais aussi atypique à cause de la chaleur intensive. En 2009, l’acidité sera également présente, ce qui apporte cet équilibre entre la puissance et l’élégance, cette fraîcheur naturelle qui signe les vrais grands vins. Il est bien trop tôt pour en parler, et l’on sait que je ne rentre pas dans le jeu des “primeurs” (encore Bordeaux) qui va bientôt rivaliser avec le salon des devins et cartomanciennes... tant on va noter un vin qui n’existe pas encore !

    MILLÉSIMES
    consultable en ligne

    gratuitement
    comme un vrai magazine,
    en tournant les pages...


    Cliquez ici
    UNIQUE EN FRANCE

    Brigitte Dussert : Faisons un tour de France, pour développer la spécificité de chaque millésime, selon les régions... L’Alsace ?

    Patrick Dussert-Gerber : En Alsace, le millésime 2008 est nettement plus réussi que le 2007, particulièrement difficile (il y a de rares exceptions), les 2006, 2005, 2004, 2002 et 2001 sont savoureux, le 2003 a été plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2006, 2004, 2001, 2000, 97 ou 89). Il existe une réelle convivialité des hommes de la région et leurs vins atteignent une typicité rare, procurant la joie du vin, à des prix qui ont tendance à monter. Attention à la complexité des terroirs, voire à l’amalgame entre des crus et des lieux-dits. Il faut rechercher la fraîcheur et la vivacité, au détriment de vins trop souples, avec trop de sucrosité, qui deviennent de plus en plus “douceâtres”. Un Riesling, un vrai, doit être sec et vif.

    Brigitte Dussert : Je sais que vous êtes fidèle à la région beaujolaise...

    Patrick Dussert-Gerber : C’est vrai que je n’apprécie pas que des “confrères” parisiens ou étrangers médisent sur la région sans n’y rien connaître. Notre rôle n’est pas d’enfoncer une appellation ou un vigneron pour se faire mousser dans un salon ou lors d’un dîner. Nous avons -surtout- un rôle de prescripteur, dans le sens noble du terme grec.

    En Beaujolais, pour les crus, le 2008 est prometteur, le 2007 a été très difficile à maîtriser, le 2006 est excellent, le 2005 très typé, le 2004 est un millésime dense et très aromatique, et le 2003, trop mûr, beaucoup moins intéressant.

    La force du terroir donne une réelle typicité à chaque cru, et les meilleurs vignerons s’évertuent à sortir de beaux vins, chacun représentatif du style de son appellation. On se doute qu’un Saint-Amour ne doit pas ressembler à un Morgon, et c’est très bien ainsi.

    Brigitte Dussert : Venons-en aux vignobles de Bordeaux..

    Patrick Dussert-Gerber : J’adore les vins du bordelais, c’est certainement la raison pour laquelle je suis si déçu quand je débouche désormais des bouteilles qui feraient honte à ceux qui m’ont appris le vin : Émile Peynaud ou Jacques de Loustaunau de Guilhem, grandissimes œnologues. Et puis, je n’oublie pas les vraies figures bordelaises qui manquent tant à la région...

    Globalement, les meilleurs à boire actuellement : 2007, 2006, 2004, 2002 et 2001. Ceux qu’il faut attendre : 2008, 2005. Le plus décevant : 2003. Si l’on entre dans le détail, il y a bien sûr une différence entre les vins de la rive droite (ceux du Libournais) et ceux de la rive gauche (Médoc et Graves). On retrouve des “paires” de millésimes où la qualité est inversée : le 1995 est bien meilleur que le 1996 à Saint-Emilion et c’est le 1996 qui prime en Médoc. Il y en a d’autres.

    - Dans le Médoc, Misez sur les 2007, 2006, 2004 et 2002 (supérieur au 2003), voire 2001, très classiques, et faites-vous plaisir avec les 1999, 1997, 1996 ou 1990. La priorité, c’est de laisser s’exprimer son terroir, en respectant la vigne, en limitant les rendements, en pratiquant la lutte raisonnée, en laissant faire la nature… Il y a une dizaine d’années, le travail des vignes avait été délaissé dans certains crus, au profit de la vinification et d’expériences à outrance. Si les techniques modernes sont souvent remarquables, les propriétaires traditionnels continuent de faire ce qu’ils savent faire, en se servant des progrès mais sans masquer leur typicité. De Pauillac à Saint-Estèphe, de Moulis à Margaux, à Listrac comme à Saint-Julien, en Haut-Médoc et en Médoc, les coups de cœur sont nombreux. En parallèle, les prix très exagérés de certains vins renommés sont difficilement cautionnables, surtout pour les 2007 et 2005.

    Pomerol. Structure, charme, intensité, distinction, les plus grands vins de Pomerol sont particulièrement sensibles et marqués par leurs sols, très diversifiés. Ici, nul besoin de s’escrimer à vouloir abuser de la barrique neuve ou d’une surconcentration pour faire un grand vin, c’est le terroir qui prime, et signe la distinction. Les 2007, 2006, 2004, 2003 et 2002 sont très savoureux (le 2002,  peut-être même supérieur), le 2001 remarquable, plus fin, le 2000 parvient à maturité. Plus anciens, les grands font la différence, comme le 1995, voire le 1990.

    -  À Saint-Émilion, le 2007 est très classique et charmeur. Beaux millésimes 2008 (un ton en-dessous), 2006, 2004 et 2001, éclipsés à tort par les 2005 et 2003. Quelques crus ont remarquablement réussi le 2003, d’autres beaucoup moins, notamment ceux qui sont trop “confiturés”. Débouchez les millésimes 2000 à 1990 en ce moment, et notamment le grandissime 1995. Certaines bouteilles de 1994 et 1993, notamment, sont surprenantes d’évolution.

    Un certain nombre de crus pratiquent des prix qui ne sont pas justifiés. Certains se flattant ici d’élever des cuvées très “spéciales”, il faut plus que jamais tirer un coup de chapeau aux propriétaires de talent qui élèvent les véritables grands vins de Saint-Émilion, satellites compris, du plus grand des grands crus au plus modeste rapport qualité-prix.

    Brigitte Dussert : Vous habitez dans le vignoble des Graves, que vous connaissez comme votre poche...

    Patrick Dussert-Gerber : Depuis trente ans, j'ai suivi, en effet, les achats, les extensions, les frimes, les camions déversant des galets, admiré, cotoyé et sympathisé avec des "figures" exceptionnelles : Patrick Ricard à Chevalier, dont Olivier Bernard a suivi les traces avec talent, Jean Sanders à Haut-Bailly (on avait le même club d'aviation, à La Réole), Antony Perrin (Carbonnieux, "pied-noir" comme moi, ce qui nous a toujours rapproché), la famille Marly (anciennement Malartic-Lagravière), Gérard Gribelin (Fieuzal, parti se faire plaisir au Maroc), François Lévêque (Chantegrive), Jean-Bernard Delmas (Haut-Brion, aujourd'hui à Montrose, son fils, Jean-Philippe, ayant repris sa suite à Haut-Brion)..., constaté avec rage -ou ironie- des plantations de vignes dans des territoires sans intérêt, où le maïs pousserait aussi bien (je connais, il en pousse, chez moi).

    Du plus grand vin au plus abordable, on savoure donc, du nord au sud de cette entité des Graves, une variété importante de styles de vins. Mes dégustations en Pessac-Léognan comme en Graves, des millésimes 2008 à 2001, confirment mon Classement, les valeurs sûres, où le talent des hommes s’associe à la race du terroir. Gare à certains prix néanmoins, et à une concentration outrancière chez certains, au détriment de la typicité, notamment dans le millésime 2005, pour les rouges, où l’on peut tomber sur une véritable “confiture” au détriment de l’élégance. Les blancs 2008, 2006, 2005, 2004, 2001, 2000, 1998 ou 1997 sont excellents. Des crus réellement exceptionnels, issus des territoires de Pessac, Martillac, Léognan, mais aussi ceux de Podensac, Portets ou Saint-Morillon, certains d’entre eux, dans les appellations Pessac-Léognan comme dans celle des Graves, bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir. C’est le berceau des grands vins blancs de la région bordelaise, aux côtés de rouges puissants et typés, si l’on frappe à la bonne porte.

    Brigitte Dussert : Et les appellations des Côtes ou Bordeaux Supérieur, pour lesquels vous avez tenu à créer des Classements, pour récompenser les efforts des hommes ?

    Patrick Dussert-Gerber : Dans ces appellations de Côtes, on peut acheter les millésimes 2008 à 2000, avec l’opportunité des excellents 2006 et 2004, même s’il y a de tout, de grands vins racés et d’autres cuvées issues de vinifications trop sophistiquées, peu propices à mettre un véritable terroir en avant. Les meilleurs vins se trouvent à Bourg et à Blaye, et les rares valeurs sûres des Premières Côtes sont incontournables. Castillon fait souvent des vins plus “modernes”.

    En Bordeaux Supérieur, les dégustations des millésimes 2008 à 2000 confirment l’exceptionnel plaisir que procurent aujourd’hui ces vins, même si, comme ailleurs, la différence des terroirs et l’élevage sont toujours prépondérants. Attention également aux cuvées trop boisées ou trop concentrées (et bien trop chères), qui n’ont aucun intérêt. Les meilleurs tiennent la distance avec des millésimes 2001,  2000, ou 1996, excellents actuellement.

    Brigitte Dussert : Et Sauternes, votre pêché mignon ?

    Patrick Dussert-Gerber : J’avoue un faible, en effet, pour les vins liquoreux. Mais je me fais autant plaisir, sans jamais les comparer, avec un Bonnezeaux, un Gewurztraminer Sélection de Grains Nobles ou un Vin de Paille. À Sauternes, il y a des styles de vins qui me séduisent plus que d’autres. Je privilégie la finesse au côté sirupeux, préfère la fraîcheur à la liqueur.

    Ici, le millésime 2007 est formidable, dans la lignée du 2001. Plusieurs millésimes, en dehors du 2002 (où le plaisir est bien rare), comme les 1999 ou 1998 sont de toute beauté. Les 2006, 2005 et 2003 sont réussis, les 2005 et 2003 certainement moins typés, et le 2004 particulièrement savoureux et classique. Les plus grandes bouteilles à leur apogée sont aujourd’hui celles des millésimes 1996, 1995 ou 1989, où l’on atteint le grand art. L’équilibre géologique et climatique de la région en fait un milieu naturel idéal pour cette fascinante biologie qu’est le Botrytis cinerea, ce minuscule champignon qui a le pouvoir d’augmenter la teneur en sucre des raisins, aidé par les brumes matinales des automnes qui précèdent un soleil chaud à midi, favorisant sa prolifération.

    Brigitte Dussert : La Bourgogne vous est aussi très chère, non ?

    Patrick Dussert-Gerber : C’est, depuis mes débuts, la région où j’ai le plus de plaisir à séjourner. J’aime la grande simplicité des Bourguignons, leur chaleur humaine et leur fidélité.

    Ici, on ne s’excite pas à faire des vins “putassiers”, privilégiant ce qui doit l’être : le terroir et le fruit. L’altitude des vignes, l’inclinaison des pentes, la richesse des sous-sols en ressources minérales… Tout concourt donc ici, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime, et cela explique l’extrême diversité des grands vins bourguignons, qui leur donne cette typicité unique, où l’élégance prédomine toujours, en rouge comme en blanc. J’apprécie ces vignerons talentueux et passionnés, pour lesquels il n’y a nul besoin de fioritures ni de vinifications “gonflées”, et dont les prix sont bien souvent justifiés, même s’ils remontent.

    La Bourgogne est un paradoxe à l’état pur, où la nature, au travers des terroirs et des microclimats, est omniprésente. Comment expliquer que l’on puisse trouver autant de différence entre un Nuits-Saint-Georges ou un Pommard, un Meursault ou un Montrachet, quand on sait que le cépage (Pinot noir ou Chardonnay) est unique, et que l’on ne peut pas “jouer” sur la proportion des raisins ? Quand on se promène entre les murets qui entourent les vignes des Grands Crus, on voit qu’à quelques mètres de distance le sol ne produit pas les mêmes crus. L’altitude des vignes, selon qu’elles se situent à 150 ou 300 m, l’inclinaison des pentes (les meilleurs vins proviennent des mi-pentes), la richesse des sous-sols en ressources minérales, en sodium, en oligoéléments… Tout concourt ici, dans un “mouchoir de poche”, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime. Ajoutez à cela l’exposition (fondamentale) face aux mouvements du soleil, un territoire pauvre où la terre est rare, et vous comprendrez l’extrême diversité des grands vins bourguignons. Globalement, les Grands Crus sont régulièrement “supérieurs” aux Premiers Crus, l’exception et le talent de l’homme confirmant la règle.

    En Bourgogne, le millésime 2007 est très réussi, très minéral, en blanc (très beaux Chablis) comme en rouge, ces derniers largement supérieurs au 2006. Les millésimes 2008, 2004, 2003, 2002, 2001, 2000 et 1999 sont très savoureux. Exceptionnel 2004, dans la lignée du 2000, dans les deux couleurs, qui côtoie donc un 2003 atypique, comme le grand 2005, qui demande de la patience. Superbes bouteilles en blancs dans les millésimes 2000, 1999, 1995 ou 1989, alors que les meilleurs rouges développent leur attrait dans les millésimes 1999, 1997, 1989 ou 1985.

    MILLÉSIMES
    consultable en ligne

    gratuitement
    comme un vrai magazine,
    en tournant les pages...


    Cliquez ici
    UNIQUE EN FRANCE

    Brigitte Dussert : Et le Champagne ?

    Patrick Dussert-Gerber : Mon Classement est nettement remanié cette année, avec des producteurs qui montent en grade et d’autres qui font l’inverse…

    Cette hiérarchie vient toujours, et avant tout, récompenser les efforts accomplis, le talent des hommes et leur volonté qualitative. Un bon Champagne c’est charmeur, un grand Champagne, c’est toujours un plaisir exceptionnel, que l’on n’a d’ailleurs jamais pu copier ailleurs. Les hommes et les femmes, les assemblages et les terroirs font, là comme partout, toujours la différence.

    Il faut considérer le Champagne comme un vin à part entière : les très grandes cuvées de prestige (celles que l’on retrouve dans le Classement dans la catégorie des Premiers Grands Vins Classés, puis dans une bonne partie des Deuxièmes Grands Vins Classés) sont des cuvées de Champagne que l’on boit comme un grand vin, en les associant à des moments du repas, sur des plats appropriés. On a la chance d’accéder ainsi aussi bien au summum de la finesse qu’à celui de la complexité et de la vinosité. Bien que l’on en parle moins (à tort), le terroir, les sols ont toute leur importance en Champagne, apportant une spécificité réelle et différente selon que l’on se trouve à Cramant ou à Épernay, à Ay ou à Bouzy, dans l’Aube ou la Marne. À cela s’ajoute la proportion des cépages, et chaque maison, cave ou vigneron, possède alors les facultés de créer véritablement une cuvée légère ou puissante. Et puis, ce qu’il ne faut pas occulter pour comprendre la différence entre une grande cuvée et une autre, ce sont, outre l’art fondamental de l’assemblage que signe la main de l’homme, les incontournables vins de réserve, que l’on ajoute à des vins plus jeunes. On ne fait un grand vin que si l’on a du stock, l’exception confirmant la règle. Il y a aussi des cuvées bien trop chères, difficilement cautionnables, donc. Attention aussi aux nombreuses marques qui appartiennent à certains “faiseurs”. Ceux qui ne sont plus que des noms sur une étiquette ne font pas partie de cette hiérarchie, comme d’autres marques de négoce, dont la qualité n’est pas en cause, qui sont dirigées par des responsables de groupes qui vendent du Champagne comme de la lessive…

    Il y a de très belles bouteilles millésimées 2004 ou 2002 (le 2003 moins passionnant, un peu trop “rôti”)) et certains vieux millésimes (1998 et 1995, notamment) sont remarquables de fraîcheur et prouvent le potentiel d’évolution des meilleures cuvées. On trouve de remarquables vins, millésimés ou non, à des prix très justifiés, dans toute la gamme, comparativement à d’autres appellations, et on comprend le succès -mérité- de la région.

    Brigitte Dussert : Le Languedoc vous rend toujours dubitatif...

    Patrick Dussert-Gerber : On va se contenter des producteurs qui élèvent des vins racés et typés, dans l’ensemble du territoire, des Corbières à Saint-Chinian, de Faugères en Minervois, en passant par les Coteaux-du-Languedoc, Fitou ou vins de pays, à des prix remarquables. Des grands vins ici, il y en a, mais les terroirs sont connus et ne s’étendent pas. La force de ces vins est d’avoir su conserver leur spécificité qui se dévoile au travers des cépages de la région, chacun s’exprimant au mieux selon les sols d’alluvions, d’ardoise, de schiste ou de calcaire, en bénéficiant d’un bien beau rapport qualité-prix.

    Je le rappelle, gare à ceux qui nous font croire que leurs vins ressemblent à quelque chose. Ces vins de mascarade, où l’on parle de “vins à haute expression” (expression de la méthode de vinification et du bois neuf surtout…), qui “sentent le goudron ou le café” (cela donne envie, non ?), la réglisse (on n’est pas loin de l’écœurement)… Idem pour les cuvées de vins blancs totalement fabriquées dans les chais où l’on est fier de vous faire sentir “la mangue et autres fruits exotiques”. Il s’agit donc de ne pas confondre l’ensemble d’une progression qualitative certaine et le développement de ces vins “fabriqués” et “putassiers” qui attirent les investisseurs comme des mouches, et sont, hélas, soutenus par des “critiques”, notamment américains (ce sont les mêmes qui soutiennent les “vins de garage” bordelais).

    Ce problème s’étend aux vins de cépages, où je ne vois toujours pas l’intérêt de planter des cépages qui se plaisent mieux dans des régions beaucoup plus froides (les bonnes exceptions existent), ni à se lancer dans des vinifications sophistiquées pour pouvoir remplir un dossier de presse… et mentionner des prix inexcusables sous prétexte que l’on peut mettre sur une étiquette les noms de Chardonnay ou de Merlot, ou que l’on croit qu’il suffit d’acheter des barriques neuves et se payer les services d’un œnologue “tendance” pour faire un grand vin.

    Concernant les millésimes, en Languedoc, Les 2008 à 2003 sont réussis, les 2002 et 2000 savoureux. Je soutiens les hommes et les femmes qui s’attachent à élever des vins typés par ces terroirs de garrigues, maîtrisant les rendements, respectant leur spécificité. Les terroirs ont le potentiel pour que l’on y élève tout naturellement de grands vins racés, sans vouloir copier telle ou telle appellation plus connue avec des cépages inappropriés. Pour certains, l’exagération des prix et certaines renommées bien trop récentes commencent à se dégonfler comme des baudruches.

    Brigitte Dussert : En Provence, les trois couleurs vous séduisent régulièrement...

    Patrick Dussert-Gerber : Les Bandol sont des vins formidables. Issus principalement du fabuleux cépage que peut être le Mourvèdre (qui apporte bouquet, corps et rondeur), les rouges de Bandol peuvent être exceptionnels. Amples, élégants, puissants, gras et très aromatiques, ils donnent toute leur véritable mesure après quelques années de vieillissement. Ceux-là bénéficient d’un excellent rapport qualité-prix. Les rosés font aussi partie des meilleurs vins de France.

    Juste à côté, Cassis, avec ces blancs, des rosés et des rouges, qui profitent d’un climat exceptionnel et de la bienveillance du mistral qui nettoie les vignobles et leur fournit chaque année des températures quasiment invariables.

    L’influence des millésimes est en effet beaucoup moins marquée ici, et l’on peut estimer une très bonne série, de 2008 à 2003 (le 2002 étant nettement en-dessous). Les blancs sont souvent remarquables, et les rosés reviennent à la tête de ce type de vin (2007 et 2005 superbes).

    Justement, je trouve que les Coteaux-d’Aix-en-Provence, appartenant à la zone occidentale de la Provence calcaire, ont aussi fait beaucoup de progrès, tout particulièrement en rosés. Entre des reliefs constitués de chaînons parallèles au littoral, s’étendent des bassins sédimentaires où s’est concentrée l’activité viticole. L’appellation s’étend sous un climat de type méditerranéen, avec pour vent dominant le mistral, qui permet à la région de bénéficier d’un ensoleillement moyen de 2 900 h par an. Les sols sont argilo-calcaires caillouteux, sableux, souvent graveleux sur molasses et grès, et caillouteux à matrice argileuse ou limono-argileuse.

    J’ai également beaucoup apprécié un bon nombre de Coteaux Varois, où l’on débouche des bouteilles de plus en plus séduisantes, et cette appellation entre pleinement en accord désormais dans la grande entité provençale.

    Et les terroirs ont aussi leur importance, ici.  En Côtes-de-Provence, le vignoble prend naissance dans les Bouches-du-Rhône, au pied de la montagne Sainte-Victoire. Accroché aux flancs de coteaux sur des “restanques”, ces terrasses aménagées par l’homme, ou bien isolé au milieu des pinèdes, et bénéficie de sols généralement pauvres en humus, perméables et caillouteux.

    Mais, évidemment, il faut savoir choisir la bonne adresse ici, se méfier des vins et des prix de “touristes”, et de la grande cavalerie des rouges et rosés de bas de gamme que l’on débouche parfois. Ceux qui comptent sont ceux de ces propriétaires qui laissent s’exprimer au mieux les grands cépages de la région (Grenache, Mourvèdre, Cinsault, Rolle, Ugni blanc…), dans ces terroirs complexes, argilo-calcaires, caillouteux, graveleux ou sableux. Eux élèvent des vins formidables dans toutes les appellations, en rouge, en blanc et en rosé. Idem pour la Corse, qui mérite d’être respectée à part entière.

    Brigitte Dussert : Vous avez plus de réticence avec le Sud-Ouest ?

    Patrick Dussert-Gerber : Peu de vignerons semblent motivés et intéressés par envoyer leurs échantillons, tout spécialement en Bergerac, Jurançon, Madiran et Gaillac, et je comprends mieux pourquoi on n’entend de moins en moins parler de ces vins. Chacun fait ce qu’il veut, et il ne me semble pas nécessaire de faire le voyage à sens unique.

    On peut tout autant regretter l’arrivée de cuvées surchargées par le bois et “fabriquées” pour avoir une bonne note auprès de “critiques”, ceci facilitant une hausse de prix totalement incautionnable. Je me méfie des cuvées et des communications spéciales Malbec, qui mettent trop le cépage en avant, et de quelques vins de mode dans cette région où les cépages et les sols ont une véritable influence, une véritable présence historique. Ne vaut-il pas mieux montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas à Cahors ou à Madiran ?

    À quoi bon avoir des cépages de caractère comme le Tannat, le Cot, la Négrette ou le Gros Manseng si c’est pour “lisser” les vins et les dépersonnaliser au point que l’on ne sait plus ce que l’on goûte ? La complexité des terroirs et des climats est pourtant bien réelle dans la région, et prouve que l’on ne fait pas la même qualité, selon les aléas de la nature, au fin fond du Béarn ou dans le Lot. C’est ce qui compte, et crée la typicité.

    Particulièrement à Cahors ou à Madiran, mais aussi dans l’ensemble de ce grand vignoble, les millésimes 2008, 2006, 2005, 2004, 2003 et 2001 sont des réussites, le 2007 se goûte bien. Les vins ont une réelle typicité, un potentiel de garde (beaux 1999, 1995 ou 1990) où les cépages et les sols ont leur influence et une véritable présence historique. Quelques rapports qualité-prix-plaisir exceptionnels, en rouges, en blancs secs et en liquoreux (millésimes 2004, 2000, 1995 ou 1990). Pas fana des “microcuvées” (en Bergerac, à Cahors, à Monbazillac...), pas typées et à des prix incautionnables, les meilleurs vignerons s’attachant ici à élever des vins racés.

    Brigitte Dussert : Vous avez débuté dans la Loire...

    Patrick Dussert-Gerber : Et j’ai toujours soutenu ces vignerons de Sancerre, de Touraine, d’Anjou ou de Saumur, où j’ai un bon nombre d’amis. Les vins de la région possèdent deux atouts considérables : un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à ces sols différents, les uns plus spécifiques que les autres.

    J’aime retrouver ces hommes et ces femmes qui s’attachent à défendre leur personnalité. En Anjou-Saumur, peu d’autres vins peuvent copier les meilleurs crus de la région, marqués par ces sols de tuffeau ou de roche calcaire en parfaite osmose avec les cépages Cabernet franc et Chenin, le premier s’épanouissant sûrement le mieux ici, dans cette région où il fait bon s’octroyer quelques étapes gourmandes et historiques. De Champigny à Beaulieu-sur-Layon, du Puy-Notre-Dame à Parnay, la région est riche en terroirs et en saveurs, avec des blancs très séduisants, des rouges puissants et colorés, au nez de violette comme ceux de Saumur-Champigny.

    Il suffit aussi de goûter un Sancerre Les Belles Dames et un autre Les Romains, un Quincy ou un Pouilly-Fumé silex pour s’ assurer de la typicité des vins. Cela fait donc du bien de “sentir” la puissance des terroirs et permet de renvoyer au jardin d’enfants les  vins qui poussent partout et les producteurs qui croient encore qu’il suffit de planter un cépage pour obtenir un grand vin…

    À Quincy comme à Pouilly, à Chinon comme à Monlouis, en Muscadet comme à Menetou-Salon, la région fourmille de vins qui possèdent une typicité exacerbée. Les cépages Chenin ou Sauvignon, pour les blancs, savent en effet se marier parfaitement avec ces sols de silex, d’argiles ou de marnes, et produit une typicité propre. Un bon nombre de propriétaires sont présents dans mon Guide depuis longtemps, ce qui prouve leur grande régularité qualitative.

    Le millésime 2008 est particulièrement réussi, même si, parfois, les quantités sont très faibles. Le 2007 est très difficile en rouges en Touraine comme en Anjou, et c’est la raison pour laquelle les rosés -eux- sont particulièremernt savoureux. Les blancs 2007 sont dans la belle lignée des 2006, et la typicité s’allie à un rapport qualité-prix régulièrement remarquable. Pour les blancs secs, de très grandes bouteilles en Pouilly-Fumé comme à Vouvray, à Sancerre comme à Savennières ou à Saumur, et des millésimes comme les 2004 ou 2002 se goûtent très bien actuellement.

    Les liquoreux sont exceptionnels, notamment en Coteaux-du-Layon, Bonnezeaux ou Vouvray, et les rouges associent charpente et fraîcheur, du plus souple (Touraine, Bourgueil, Sancerre…) au plus charnu (Chinon, Saumur-Champigny…), des vins qui s’apprécient jeunes mais savent aussi garder la distance (remarquables 2000, 1998 ou 1995). Le millésime 2002 est très réussi en blancs, difficile en rouges, et les 2004, 2003, 2001 sont savoureux. Beaux liquoreux en 2004, 2003 et 2001, et un millésime 2005,  assez typé, très intéressant.

    Brigitte Dussert : Un tour de France qui se termine par la Vallée du Rhône...

    Patrick Dussert-Gerber : Voilà un autre bel exemple de la race des terroirs, non ? Prenez Châteauneuf-du-Pape où le terroir se caractérise principalement par un sol extrêmement ingrat composé de gros galets roulés, amoncelés autrefois par le glacier du Rhône, qui fournissent à la vigne des conditions exceptionnelles de maturation en lui renvoyant pendant la nuit l’intense chaleur qu’ils ont emmagasinée pendant le jour. Les vins blancs offrent un bouquet floral duquel s’échappent des parfums de fleur de vigne, de lis ou de narcisse. Les rouges sont de couleur intense, puissants, de garde, et n’ont pas besoin d’artifices œnologiques pour être au sommet.

    Mais la richesse de la région, ce sont aussi les appellations moins connues qui bénéficient d’un rapport qualité-prix-typicité formidable : Rasteau, Beaumes-de-Venise, Visan, Vinsobres, Cairanne...

    Pour les millésimes, si le 2008 devrait tenir toutes ses promesses, le 2007 est remarquable ici, peut-être supérieur au 2006. Les 2005 et 2003 sont très mûrs, le 2002 a été très difficile à maîtriser, et le 2004 très classique, très réussi. Il faut prendre le temps de conserver ces vins, car on débouche de grandes bouteilles actuellement dans des millésimes comme 1998, 1995 ou 1990.

    Voir la VINTAGE CODE

    Voir : LES CLASSEMENTS 2010

    Bannière

  • Pin it!

    Exclusif : le Classement 2010 des meilleurs vins de Bourgogne

    BLONDEAU BOUTEILLES.jpgJ’aime la grande simplicité des Bourguignons, leur chaleur humaine et leur fidélité. Ici, on ne s’excite pas à faire des vins “putassiers”, privilégiant ce qui doit l’être : le terroir et le fruit. L’altitude des vignes, l’inclinaison des pentes, la richesse des sous-sols en ressources minérales… Tout concourt donc ici, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime, et cela explique l’extrême diversité des grands vins bourguignons, qui leur donne cette typicité unique, où l’élégance prédomine toujours, en rouge comme en blanc. J’apprécie ces vignerons talentueux et passionnés, pour lesquels il n’y a nul besoin de fioritures ni de vinifications “gonflées”, et dont les prix sont bien souvent justifiés, même s’ils remontent.

    La Bourgogne est un paradoxe à l’état pur, où la nature, au travers des terroirs et des microclimats, est omniprésente. Comment expliquer que l’on puisse trouver autant de différence entre un Nuits-Saint-Georges ou un Pommard, un Meursault ou un Montrachet, quand on sait que le cépage (Pinot noir ou Chardonnay) est unique, et que l’on ne peut pas “jouer” sur la proportion des raisins ? Quand on se promène entre les murets qui entourent les vignes des Grands Crus, on voit qu’à quelques mètres de distance le sol ne produit pas les mêmes crus. L’altitude des vignes, selon qu’elles se situent à 150 ou 300 m, l’inclinaison des pentes (les meilleurs vins proviennent des mi-pentes), la richesse des sous-sols en ressources minérales, en sodium, en oligoéléments… Tout concourt ici, dans un “mouchoir de poche”, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime. Ajoutez à cela l’exposition (fondamentale) face aux mouvements du soleil, un territoire pauvre où la terre est rare, et vous comprendrez l’extrême diversité des grands vins bourguignons. Globalement, les Grands Crus sont régulièrement “supérieurs” aux Premiers Crus, l’exception et le talent de l’homme confirmant la règle.

    En Bourgogne, le millésime 2007 est très réussi, très minéral, en blanc (très beaux Chablis) comme en rouge, ces derniers largement supérieurs au 2006. Les millésimes 2008, 2004, 2003, 2002, 2001, 2000 et 1999 sont très savoureux. Exceptionnel 2004, dans la lignée du 2000, dans les deux couleurs, qui côtoie donc un 2003 atypique, comme le grand 2005, qui demande de la patience. Superbes bouteilles en blancs dans les millésimes 2000, 1999, 1995 ou 1989, alors que les meilleurs rouges développent leur attrait dans les millésimes 1999, 1997, 1989 ou 1985.

    Tout est exceptionnel ici : la convivialité, la force des terroirs, l’exposition des vignes, la puissance d’arômes, la suavité en bouche... et, ce qui peut faire défaut à d’autres appellations, une grande typicité associée à une volonté sincère des hommes et des femmes de ne pas se laisser piéger par des vinifications les plus sophistiquées comme aux appels de “gourous” qui n’ont rien compris à la Bourgogne et n’y ont pas leur place. On sait, évidemment, que les plus grands vins blancs s’élèvent ici, et que vouloir planter du Chardonnay n’importe où relève de la plaisanterie. On sait -aussi- que quelques-uns des plus beaux rouges de la planète se savourent sur place, à Vosne-Romanée comme à Volnay ou à Gevrey-Chambertin. Mais, les sols et les hommes faisant aussi la différence entre un grand vin et un autre, il s’agit de frapper à la bonne porte. On est alors au sommet. Voir aussi l'article : "Sans élégance, pas de grand vin”.

     

    Les vignerons de l'année de la Côte de Nuits

    Les vignerons de l'année de la Côte de Beaune

    Les vignerons de l'année de Chablis

    MILLÉSIMES
    consultable en ligne

    gratuitement
    comme un vrai magazine,
    en tournant les pages...


    Cliquez ici
    UNIQUE EN FRANCE
    Le Classement 2010 des meilleurs vins de Bourgogne BLANCS

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    CHABLIS
    COTES DE NUITS
    AUTRES

    LAROCHE
    PINSON
    GUY ROBIN
    TREMBLAY
    CHARDONNAY
    A.GEOFFROY
    NAULIN
    C. CONNAISSEUR
    DAMPT
    GLANTENET
    HEIMBOURGER
    MOSNIER
    MOTTE
    CORTON
    PERNAND-VERGELESSES


    ANTONIN GUYON (CCh)
    CHANDON DE BRIAILLES (Corton)
    DOUDET-NAUDIN (CCh)
    LALEURE-PIOT (CCh)
    JAFFELIN (CCh)
    MAREY (CCh)
    Jean-Jacques GIRARD (PV)
    JACOB (CCh)
    MEURSAULT
    PULIGNY-MONTRACHET
    AMPEAU (M)
    BLONDEAU-DANNE (CBM)
    Marc JOMAIN (PM)
    Albert GRIVAULT (M)
    PRIEUR-BRUNET (BM)
    CARILLON (BBM)
    Alain et Christiane PATRIARCHE (PM)
    Michel PRUNIER
    Vincent BACHELET (ChM)
    Jean CHARTRON (BM)
    Patrick MIOLANE (ChM)
    Marc ROUGEOT (M)
    VIRELY-ROUGEOT (M)
    COTE DE BEAUNE
    MARSANNAY
    AUXEY-DURESSES
    AUTRES


    AUDOIN (Ma)
    GERMAIN et Fils (SR)
    Marc BROCOT (Ma)
    FOURNIER (Ma)
    Abbaye de SANTENAY (Santenay)
    COTE CHALONNAISE
    CREMANTS


    VITTEAUT-ALBERTI (Crémant)
    GRAND-MOUGIN
    PARIZE (Givry)
    POUILLY FUISSE
    MACON
    BRUYÈRE (Mâcon)
    Roger LUQUET
    Jean-Paul PAQUET
    PÉRELLES

    Le Classement 2010 des meilleurs vins de Bourgogne ROUGES

    PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

    GEVREY-
    CHAMBERTIN
    FIXIN
    AUTRES
    Henri REBOURSEAU (Ch)
    ESMONIN (GCh)
    GÉLIN (Fixin)
    Philippe LECLERC (GC)
    AUDOIN (Mars.)
    Pierre BOURÉE (Ch Ch)
    (DUROCHÉ)
    Stéphane MAGNIEN (ChCh)
    MOREY SAINT-DENIS
    CHAMBOLLE-
    MUSIGNY

    Clos des LAMBRAYS (MSD)
    Pierre AMIOT (Clos de la Roche)
    MONTS-LUISANTS (MSD)
    François BERTHEAU
    CLAVELIER (MSD)
    COQUARD-LOISON-FLEUROT (ChM)
    VOSNE-ROMANEE
    NUITS ST GEORGES VOUGEOT
    COTE DE NUITS
    ROMANÉE-CONTI
    LAMARCHE (La Grande Rue)
    CHEVILLON-CHEZEAUX (N)
    François GERBET (VR)
    BERTAGNA
    René CACHEUX
    GROS (Gd-É)
    POULETTE (V)
    VOLNAY
    POMMARD
    AUTRES

    MARQUIS D'ANGERVILLE (V)
    AMPEAU (V)
    MUSSY (P)
    PRIEUR-BRUNET (V)
    Michel PRUNIER (AD)
    BILLARD-GONNET (P)
    VIOLOT-GUILLEMARD (P)
    VIRELY-ROUGEOT (P)
    CORTON
    COTE DE BEAUNE AUTRES

    ANTONIN GUYON (C)
    DOUDET-NAUDIN (C)
    MAREY (C)
    Clos BELLEFOND (S)
    DUBREUIL-FONTAINE (C)
    LALEURE-PIOT (C)
    Abbaye de SANTENAY (S)
    CHANDON DE BIAILLES (C)
    GERMAIN et Fils (Beaune)*
    JACOB (C)
    COTE CHALONNAISE MACON
    AUTRES

    BRUYÈRE (Mâcon)
    PARIZE (Givry)
    Alain VIGNOT
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu